Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sujet et l’Histoire dans le roman français contemporain

 | 
Gianfranco Rubino

Ouvertures

Gianfranco Rubino

Gianfranco Rubino

Texte intégral

Pour la transcription des dialogues nous remercions Francesca Bononi e Lucrezia Distefano.

1Je tiens d’abord à remercier monsieur le directeur Éric de Chassey de nous avoir accueilli dans ce lieu splendide. L’initiative d’aujourd’hui, comme il vient de le rappeler, constitue l’étape ultérieure d’une collaboration de l’Académie de France à Rome avec la section de français du Département d’études européennes, américaines et interculturelles de l’Université La Sapienza, et avec le LARC, le Laboratoire de Recherche sur le Contemporain français, qui travaille justement dans cette section et que j’ai la tâche de coordonner. Cette coopération, désormais pluriannuelle, concerne notamment la littérature française contemporaine ; elle a favorisé de multiples et stimulantes rencontres de chercheurs et d’étudiants avec des écrivains, parmi lesquels quelques-uns des interlocuteurs de ce débat.

2Le séminaire qui nous réunit représente en quelque sorte le volet ultérieur d’un colloque organisé à La Sapienza en juin 2013, intitulé Le roman français contemporain face à l’Histoire. Thèmes et formes, le troisième que nous avons consacré à ce sujet. Il s’agissait d’y réfléchir sur la présence persistante de l’histoire du XXe siècle et de celle d’autres époques dans une partie considérable de la fiction française de ces dernières années. Ce phénomène remonte assez loin, à partir des années 80 du vingtième siècle. À ce colloque de juin – conçu dans le cadre d’un projet national de recherche sur la littérature française contemporaine, dont deux autres équipes sont ici présentes, celles de Bari et de Gênes – avaient participé quelques écrivains et quelques historiens, mais la plupart des conférenciers étaient des chercheurs universitaires de littérature. Après avoir donc expérimenté une approche touchant surtout à l’examen critique des thèmes, des modèles narratifs et des dispositifs formels, on a jugé qu’il fallait désormais approfondir ultérieurement le rapport entre sujet et histoire en littérature. Et il nous a semblé que pour ce faire, il était particulièrement productif de s’adresser aux sujets-écrivains qui ont exploré cette relation, d’interroger leurs mobiles, leurs enjeux, le sens de leur participation à cette tendance historicisante. Chacun sait que les auteurs aiment à s’exprimer surtout, sinon exclusivement, à travers leurs œuvres. Toutefois, pour mieux comprendre la portée de ce regard en arrière, il fallait interroger non seulement le comment, mais si possible aussi le pourquoi, dans l’espoir de saisir à la fois des horizons communs et des instances plus individuelles. Le comment étant un peu plus facile à constater, le pourquoi paraît moins aisé à isoler et à décrire. Si le rapport au passé est intrinsèquement lié à la pratique de l’historien, y compris l’historien du temps présent, il est en revanche pour l’écrivain l’objet d’un choix et donc significatif. Ce choix de la rétrospection, qui d’ailleurs n’est pas forcément une donnée permanente dans l’œuvre de chacun, me semble d’autant plus intéressant à élucider qu’il se produit à une époque dont le régime de temporalité a été appelé, notamment par l’historiographe François Hartog, « présentisme ».

3C’est ainsi que nous avons fait appel à des auteurs particulièrement représentatifs dans ce domaine, pour qu’ils nous aident à comprendre leur cheminement. Je leur sais gré d’avoir accepté de participer à cette journée. Nous avons conçu une formule mixte, grâce à laquelle ils pourront exposer leurs réflexions et dialoguer avec les membres du LARC, avec le public et, bien sûr, entre eux. On présentera chaque écrivain pour lui poser ensuite des questions. À la fin de la séance générale le public pourra intervenir.

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr