Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La giostra dei sentimenti

 | 
Matteo Majorano

Système binaire en fluctuation : la mise en fiction des sentiments chez Chloé Delaume

Marika Piva

Résumé

Au cours des siècles, le cœur a perdu sa prééminence en tant que siège des sentiments faisant place au rôle central du cerveau pour en arriver, dans le discours actuel des sciences cognitives, à la neuroanatomie des émotions. L’autofiction expérimentale de Chloé Delaume assimile les découvertes scientifiques et les mêle à la théorie classique des passions ; il en résulte une représentation littéraire des sentiments qui souligne la centralité du sujet se constituant en langage et une analyse de la conscience individuelle qui prend en charge les phénomènes psychopathologiques comme clé d’entrée dans le dualisme du Moi.

Texte intégral

La définition et la nécessité d’une détermination

  • 1 Définitions tirées de Le Nouveau Petit Robert de la langue française, version électronique, 2009.

sentiment : État affectif complexe, assez stable et durable, lié à des représentations. → émotion, passion.
émotion : État de conscience complexe, généralement brusque et momentané, accompagné de troubles physiologiques.
passion : État affectif et intellectuel assez puissant pour dominer la vie de l’esprit, par l’intensité de ses effets, ou par la permanence de son action1.

  • 2 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, Seuil, Paris 2012, p. 114.
  • 3 Une enquête historique sur les problèmes terminologiques et méthodologiques du discours de l’affec (...)
  • 4 « [M]oi qui suis malheureuse au-delà de l’entendement je me sais peine perdue tant la mienne est i (...)

1Il est inconcevable d’aborder un sujet chez Chloé Delaume – dont les personnages s’expriment plus qu’ils n’agissent, « quitte à citer le Petit Robert dans le texte »2 – sans mener une enquête minimale sur les termes clés du domaine en question. Si l’auteure ne se penche pas explicitement sur une définition des sentiments et sur une différenciation de ceux-ci par rapport aux émotions et aux passions3, il n’en reste pas moins que sa naissance en tant que lectrice est marquée par L’Écume des jours de Boris Vian et notamment par la phrase « Il n’est pas malheureux, dit la souris, il a de la peine ». C’est à ce moment-là qu’elle prend conscience de la centralité des mots et de la langue dans la narration, quand elle comprend la différence entre « être malheureux et avoir de la peine »4, quand elle réalise que les souffrances qu’elle ressent doivent être exprimées dans un langage en bonne et due forme. D’une manière semblable, dans Une femme avec personne dedans, la transformation de son couple en un ménage à trois se relie à une révélation lexicale :

  • 5 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 96-97.

Elle est venue à moi, s’est imposée au Nous, avait de l’amour pour lui, soulignant une nuance : elle l’aimait mais de moi elle était amoureuse. Ce n’est qu’à son contact que j’ai enfin compris où résidait l’écueil, aimer, être amoureuse. Pas du tout la même chose. Pour la Clef comme pour d’autres. Moi, je ne sais pas très bien. Je me contente d’aimer, gradation et Pantone, nuances et Top 50, entrée sortie entrée. Je me contente d’aimer, parfois c’est difficile5.

  • 6 « Libération Livres » (26 octobre 2000). L’auteure elle-même se définit comme « une boule de haine (...)
  • 7 Michel Bertrand y voit le « thème structurant » du roman (Autobiographie, autofiction et jalousie (...)
  • 8 Chloé Delaume, Les mouflettes d’Atropos, Ferrago, Tours 20001, Gallimard, “Folio”, Paris 2003, p.  (...)

2Éprouver de l’amour et le décrire est évidemment une tache plus difficile que celle d’exprimer de la douleur pour l’auteure, qui est une habituée des sentiments négatifs et qui est saluée comme la reine du « genre récit de fille en colère »6. Les débuts de Chloé Delaume dans l’écriture se placent d’ailleurs sous le signe de l’extériorisation d’un autre sentiment violent, la jalousie, autour duquel se développe le roman Les mouflettes d’Atropos7. Puisque raconter les sentiments les plus intimes est toujours malaisé, la romancière a recours à des formules ; ce premier ouvrage s’ouvre en effet sur la recherche obsessionnelle d’une formule de physique – le poids de l’impact d’un corps en mouvement (le bouchon de champagne) contre un corps immobile (le col de l’utérus de la maîtresse de son mari) – qui se superpose à la quête d’une expression pour relater le ressentiment ; ce dernier ne se calcule pas, mais « ça intervient bien quelque part. Sur la masse le poids le volume »8.

3La jalousie de la protagoniste, selon ses dires, ne provoque ni de compréhension ni d’empathie parce que ce sentiment est ancien, obsolète ; le résultat est une narration où la recherche d’une voix pour raconter ce qui se passe en elle se mêle aux dires de gens de son entourage et à une réactivation des thèmes de la tradition. Le motif du cœur mangé, par exemple, qui traverse la littérature depuis le Moyen Âge, prend dans ce roman la forme de la maîtresse transformée en bons petits plats donnés au mari. Le récit de la jalousie et de la vengeance a recours à des images classiques (la locution proverbiale « la vengeance est un plat qui se mange froid » et l’évocation de Némésis, la déesse grecque de la juste colère des dieux), placées dans un contexte démystifiant où les mots sont pris au pied de la lettre et les expressions figurées ramenées à leur contexte de départ (un plat froid est peu digeste et peut causer la diarrhée, le feu au cul cause un réchauffement), et mêle les figures de rhétorique et les expressions idiomatiques (les sentiments s’enroulent sur eux-mêmes comme des boulettes) :

  • 9 Ibid., p. 20.

Aucun plat froid n’étant digeste, ce soir on improvise. La sagesse populaire gagatise en conseillant des trucs à choper la courante. Némésis a le feu au cul et c’est tellement meilleur bouillant. Des petites boulettes de sentimentalisme qui se lovent doucement au creux moelleux de l’estomac9.

  • 10 Ibid., p. 43.
  • 11 Michel Bertrand insiste sur « l’échec des mathématiques et de l’ensemble des sciences qui recouren (...)

4Le sentiment prépondérant de cette œuvre est la haine causée par la trahison, haine que l’auteure cherche à quantifier dans une recherche de repères sûrs à opposer à la tempête déchaînée par les émotions. L’excès de rancœur la pousse à monter sur la balance et à s’émerveiller face au poids affiché puisque la haine contenue dans son corps est « si lourde. Tellement plus lourde que ça »10. Encore une fois, c’est la nécessité de quantifier et de calculer qui domine ; face à un sentiment violent qui envahit sa personne, elle éprouve la nécessité de le comprendre et de le limiter grâce à une définition ou, comme dans ce cas, à travers une mesure. Dans ce roman, ce sont les mouvement viscéraux qui l’emportent, la jalousie et la haine ne se placent pas dans la tête, mais dans le tronc. La partie rationnelle cherche à reprendre le pas en superposant des grilles raisonnables à des aspects qui ne le sont pas, c’est-à-dire des formules mathématiques dans lesquelles des sentiments tels que le ressentiment deviennent un des éléments constituants et donc calculables de l’équation11.

  • 12 Chloé Delaume, S’écrire mode d’emploi, in Claude Burgelin, Isabelle Grell et Roger-Yves Roche (éds (...)
  • 13 Ibid., p. 110.

5Si l’approche scientifique ne représente pas une solution face aux émotions qui s’emparent de la protagoniste, elle permet quand même de les exprimer. Les formules, en effet, envahissent les textes de Chloé Delaume et cette dernière souligne explicitement les aspects qui relient sa production aux sciences exactes : « Autofiction : comme en physique quantique le fait d’observer change l’état de ce qui est observé »12. Elle déclare utiliser son vécu comme matériau et ne pas faire confiance à la mémoire, mais plutôt au verbe ; son affirmation « En médecine chinoise, le cœur est relié à la langue »13 offre une explication de sa démarche d’écriture en laissant entendre que la vérité est à chercher dans le siège classique des sentiments et non dans le cerveau où se place, au contraire, la mémoire. Cette opposition mérite qu’on s’arrête un moment sur certaines des dichotomies traditionnelles concernant les sentiments.

Les neurosciences et les oppositions cerveau/esprit et tête/cœur

  • 14 Ce cas fut redécouvert plus d’un siècle plus tard et publié par Antonio R. Damasio dans un texte d (...)
  • 15 Ce paragraphe s’inspire de Françoise Lotstra, Le cerveau émotionnel ou la neuroanatomie des émotio (...)
  • 16 Aujourd’hui, on reconnaît en général l’absence de centres uniques des émotions et on préfère la th (...)

6L’héritage culturel a pendant longtemps scindé la cognition et l’émotion, le cerveau et l’esprit ; si certaines positions philosophiques admettaient que le cerveau était à la base de l’esprit, on n’acceptait pas, par exemple, que l’éthique dépendît d’une région cérébrale spécifique puisqu’on la reliait plutôt à l’éducation. Le cas de Phineas Gage, dont la tête fut transpercée par une barre de fer en 1848, prouva la corrélation anatomo-clinique entre une lésion cérébrale et une modification profonde de la personnalité, c’est-à-dire des altérations du comportement et des émotions ; après l’accident l’homme eut des problèmes de coordination entre la cognition et l’émotion/motivation14. L’histoire de la neuro-anatomie des émotions a entre-temps évidemment progressé. Pour simplifier à l’extrême15, tout d’abord on considéra le sentiment comme une conséquence de l’émotion, c’est la position de William James, psychologue de la fin du xixe siècle ; selon la théorie de James-Lange, l’émotion traduit la réponse aux modifications physiologiques intervenant dans le corps. Ensuite, la théorie Cannon-Bard (1927) déclara la simultanéité de l’excitation physiologique et de l’expérience émotionnelle, déclenchées par l’hypothalamus dont on discerna le rôle crucial dans l’expression de l’émotion ; cette dernière devint un phénomène cognitif. Suite à la description du lobe limbique par Broca (1878) et à l’hypothèse, émise par Papez en 1930, de l’existence d’un système de l’émotion – un circuit en anneau situé dans la partie médiane du cerveau qui serait le siège anatomique de la mémoire et des émotions –, on aboutit à la théorie de Paul MacLean : le cerveau triunique (1949). Selon cette thèse, trois cerveaux se sont superposés et coexistent chez les mammifères : le cerveau reptilien, siège des fonctions de survie et responsable des comportements primitifs ; le système limbique qu’on nomme aussi le cerveau des émotions ; le néocortex, c’est-à-dire l’organe de la raison. Ce modèle, actuellement dépassé16, est à l’origine de l’idée du cortex, siège de la raison, contrôlant l’hypothalamus, organe de l’instinct et des pulsions.

7Dans ses ouvrages, Chloé Delaume explicite certaines étapes du progrès de la science médicale dans l’étude cognitive de la mémoire et des émotions en assimilant, par exemple, la théorie de MacLean à l’attaque qu’elle lance au système télévisé. Ce dernier, selon Delaume, est responsable de la mise à disposition temporelle et cérébrale des gens aux messages publicitaires et l’auteure analyse les effets d’une exposition prolongée à la télévision :

  • 17 Structure du cerveau impliquée dans le contrôle moteur et dans certaines fonctions cognitives, com (...)
  • 18 Chloé Delaume, J’habite dans la télévision, Gallimard, Paris 20061, J’ai lu, Paris 2008, p. 30.

Il était une fois un vieil Ogre qui en se nécrosant ne se nourrissait plus que de cerveaux humains, en gobant aisément une de leurs trois parties.
Le corps a lui aussi son tiercé haut du temple. Néocortex, Cerveau limbique, Cerveau reptilien. Je pense Je ressens Je décide. Le Père le Fils le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit, longtemps, lui, m’a posé problème. Je ne comprenais pas trop en quoi il consistait et puis je trouvais le concept un chouia archaïque. Je suis devenue athée pour cause d’absence de stimuli sur le cervelet17.
Le cerveau reptilien attire les convoitises, parce que c’est en son sein que sont prises toutes les décisions d’action. Le cerveau reptilien a le désavantage d’être ce que l’homme a en lui de plus primitif […] Pour passer au Kärcher toute liberté individuelle et accroître l’étal où l’Ogre va se fournir en abats frais, les entreprises utilisent en amont de la chaîne alimentaire un message publicitaire. Ce message publicitaire a pour vocation de reproduire les activités cérébrales liées à la sensation de plaisir. Pour que le cerveau reptilien soit touché, il est de bon ton que le cerveau limbique connaisse une petite mort. C’est pour cela qu’un message publicitaire a également pour vocation de se reproduire, de façon régulière et rythmée, mais sur un laps de temps qui ne doit pas être trop court18.

  • 19 L’opposition entre tête et cœur, par contre, est proposée dans Certainement pas, texte qui met en (...)

8Or, après avoir présenté le cortex préfrontal médian, la « zone du marché » comme elle est appelée par le neuromarketing, dans ce passage l’écrivaine se concentre sur le cerveau reptilien. Ce que je voudrais souligner est, tout d’abord, l’assimilation du cerveau au corps ; évidemment, il s’agit d’une partie anatomique, mais Delaume en distingue nettement la partie proprement rationnelle, dont elle ne s’occupe pas : le néocortex – siège des fonctions cognitives supérieures : le raisonnement logique, le langage, l’anticipation des actes –, le « Je pense » de l’extrait, est seulement nommé. D’ailleurs, la dichotomie âme/corps apparaît quelques pages après, lorsque le cerveau est explicitement assimilé au corps19. L’auteure se souvient du test auquel elle avait participé quelques années auparavant, expérience qui démontre que les consommateurs optent pour le Coca-Cola même s’il préfèrent le goût du Pepsi en aveugle :

  • 20 Chloé Delaume, J’habite dans la télévision, cit., p. 34-35.

Le cerveau que de la bidoche, flatter les flancs et les ego, rien d’inédit bien sûr oui mais. S’il n’y avait pas eu l’âme, mon âme et toutes les autres alanguies au satin de l’écrin crânien je n’aurais peut-être pas eu si peur. Peur qu’elle n’adore que Dieu et le Coca-Cola. J’ai compris tard, je sais, que c’était la même chose20.

9Le sentiment positif de la peur, qui pousse à la sauvegarde du libre arbitre de l’être humain, émerge lors de l’évocation de l’âme, opposée au cerveau ; ce dernier n’est « que de la bidoche ». Les sentiments nobles semblent donc reliés à la partie la plus élevée de l’être humain.

10D’autre part, la conception matérielle domine l’évocation du cerveau limbique, le « Je ressens » du premier passage : les émotions dont il est le siège se réduisent ici au plaisir, et plus spécifiquement à la jouissance sexuelle. De fait, la fin de l’extrait associe le plaisir à l’orgasme en mettant en parallèle la publicité et l’union charnelle : la réclame mime le mouvement cadencé de la copulation apte à faire atteindre le point culminant du plaisir et l’étourdissement qui en résulte. Si, pour Marx, la religion est l’opium du peuple, pour Delaume la pub est le sexe de ses contemporains ; il semble assez évident qu’on est face à la conception selon laquelle les émotions perturbent et obscurcissent la raison jusqu’à devenir de véritables maladies de l’âme. Il s’agit d’un argument philosophique et religieux traditionnel qui stigmatise les passions en mettant en avant la perte du contrôle de soi qu’elles entraînent.

  • 21 Dans ses ouvrages, Clotilde, exactement comme Chloé, ne met pas en scène des personnages dans lesq (...)
  • 22 Ibid., p. 98.
  • 23 Ibid., p. 81.
  • 24 Ibid., p. 94.
  • 25 Ibid., p. 95.

11L’être humain, pour l’auteure, ne doit pas se réduire à la recherche du plaisir : cette conception devient encore plus évidente dans Au commencement était l’adverbe où Clotilde Mélisse, double littéraire de Chloé Delaume21, accuse Anaïs, personnage de son dernier roman autofictif, d’avoir besoin de jouir pour comprendre qu’elle existe ; ce rapport au plaisir représente une aliénation. Anaïs, quant à elle, affirme se noyer « dans l’orgasme pour dissoudre [son] angoisse »22. Elle représente une mise en abyme des mécanismes mis en place pour se préserver des sentiments négatifs : ce personnage qui vit en matérialiste a été inventé par le double de Chloé Delaume avec le but explicite de guérir sa créatrice « de l’instinct de possession » et d’accorder ses « principes avec [son] ressenti, l’autre : un individu ; son corps : sa liberté » ; bref, le texte ayant Anaïs pour protagoniste a été écrit parce que Clotilde voulait se soigner, « bannir la jalousie »23. La réaction du personnage au moment où il comprend qu’il n’est pas une vraie personne, mais seulement le fruit de l’imagination de l’écrivaine, est une accusation féroce ; les fautes dont Clotilde est coupable concernent la falsification des éléments les plus intimes du personnage : « Des mots sur du papier, sentiments, émotions, souvenirs, pensées, ressenti, rien n’est vrai »24 ; et encore : « Une attirance factice, une passion rédigée, chaque baiser n’était rien qu’une donnée syntaxique, la pulsion, le désir, tu as tout fabriqué »25. Le péché de la romancière est celui d’avoir créé dans son laboratoire un être doué de sentiments fictifs sans se soucier de sa souffrance ; j’y reviendrai.

12Par contre, dans La Vanité des Somnambules, les sentiments sont, de façon classique, localisés dans le cœur et ils deviennent l’objet d’une analyse qui mêle encore une fois des données scientifiques – et notamment médicales – à une prise en charge de sa propre intimité. L’auteure entreprend l’observation de la situation sentimentale du corps de son ancien moi, Nathalie-Anne, dont le personnage de fiction Chloé Delaume a pris possession :

  • 26 Chloé Delaume, La Vanité des Somnambules, Ferrago/Éditions Léo Scheer, Tours 2002, p. 58.

J’habite un corps qui s’est vortexé sentiments à force de surexposition. À l’instar de la peau le cœur a son cancer. Les trois types les plus fréquents de cancer de la peau sont le carcinome basocellulaire, le carcinome spinocellulaire et le mélanome. Lorsqu’il est trop soumis violations passionnelles lorsqu’il est trop blessé que les plaies palpitent tant qu’elles ne peuvent suturer mouvantes aux impulsions le cœur se fragilise. La plupart des cancers de la peau diagnostiqués sont le carcinome basocellulaire et le carcinome spinocellulaire26.

  • 27 Ibid., p. 62. Dans ce même roman, un passage plus bref fait alterner des groupes nominaux en carac (...)

13Sur cinq pages, la description des chagrins qui affligent et dégradent le cœur s’alterne avec l’exposé portant sur les cancers de la peau. Les évocations littéraires explicites (Phèdre et Hippolyte, Shéhérazade, les contes de fées) se mêlent aux souvenirs personnels (la fin de son premier mariage) et aux termes médicaux pour décréter l’incurabilité du mal : bien que les personnages de fiction soient très doués pour l’amour, Chloé Delaume affirme « L’amour m’est impossible. Dès mon introduction. L’amour fut impossible. J’ai perdu cette capacité. Perdu »27.

  • 28 Chloé Delaume, La règle du jeu, cit., p. 5.

14La théorie classique des passions, ou mieux l’image traditionnelle du cœur atteint et blessé par les sentiments – c’est dans la seconde moitié du xiiie siècle que le cœur entre dans l’iconographie comme siège de l’amour –, apparaît plusieurs fois dans les pages de Delaume ; comme d’habitude, l’utilisation d’expressions figées ne va jamais sans une distanciation ironique qui joue avec le sens propre des mots. En parlant de la prise de possession du corps de Nathalie Dalain de la part de Chloé Delaume, par exemple, cette dernière file la métaphore de la rénovation du logement : « Les locaux étaient sombres et plutôt insalubres, j’ai passé une saison à blanchir à la chaux les parois cervicales. Les nerfs étaient hirsutes et le cœur en lambeaux, j’ai mis beaucoup de temps à le raccommoder »28.

  • 29 Les émotions ont été classées en simples et complexes. Les émotions primaires seraient huit selon (...)
  • 30 Philip Stewart, L’invention du sentiment : roman et économie affective au XVIIIe siècle,cit.

15Il importe de noter que l’auteure alterne les visions traditionnelles et stéréotypées des représentations affectives à des données scientifiques, le plus souvent médicales ; la conception classique des passions et ses clichés s’opposent ainsi à l’approche cognitive. Mais, tout bien considéré, le bouleversement exprimé dans les tragédies de Racine et analysé par le Traité des Passions de l’âme de Descartes, est à la base de la théorie moderne des passions, c’est-à-dire de ce que la psychologie expérimentale appelle à présent les émotions fondamentales : des états complexes mêlant trouble physiologique et sensation affective impossibles à nier et à contourner29. L’apparente contradiction entre la vision traditionnelle et les découvertes scientifiques se réduit donc au choc du mélange de formes d’expression différentes. Ce qui semble manquer dans les ouvrages de Delaume est plutôt le passage que Philip Stewart nomme L’invention du sentiment : la conception affective qui se développe au xviiie siècle et qui voit dans le sentiment une catégorie plus subtile, variée et positive explorée par la littérature, laquelle élabore ainsi une véritable connaissance psychologique avant la lettre30. L’auteure a, somme toute, une façon réticente d’exprimer l’analyse des recoins du Moi et de mettre au jour les affections du sujet ; ses œuvres se limitent à une prise en charge des états momentanés ou durables sans s’attarder sur un examen psychologique minutieux qui semble banni de ses pages.

  • 31 Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, cit., p. 5.
  • 32 Chloé Delaume, Dans ma maison sous terre, cit., p. 159. Théophile voudrait pousser Chloé à la fict (...)

16L’expression des sentiments chez Chloé Delaume se situe dans ce que Jacques Cosnier nomme « l’inévitable postulat emphatique »31 en soulignant que, lorsque les savants et les philosophes traitent des émotions, ils se mettent sans cesse en scène à travers des autoréférences habituellement exclues de la production scientifique ; l’introspection prend ainsi place dans l’objectivité de la recherche sans en altérer la nature. Le credo de Chloé Delaume, le choix de l’autofiction et de la littérature expérimentale comme terrain d’élection, autorisent et même ennoblissent l’expression des sentiments individuels. Les histoires personnelles de la trinité auteure/narratrice/protagoniste – dont « le lectorat [se] moque » selon les dires de Théophile, personnage de Dans ma maison sous terre32 – relèvent de la démarche expérimentale : il ne s’agit nullement de se pencher de façon pathétique sur soi-même ni de dresser une anatomie de ses propres émotions, mais plutôt de mettre sur papier le reportage d’une auto-expérimentation qui collectionne des morceaux du Moi dans le but de le tester. Les sentiments sont donc non seulement des éléments objet d’observation, mais aussi les résultats des expérimentations accomplies sur le sujet : les événements racontés sont liés au ressenti de l’auteure et, en même temps, chaque chantier d’écriture sollicite la conscience des sentiments éprouvés en provoquant des états émotionnels qui relèvent, parfois, d’une perturbation de l’affectivité.

La maladie mentale : une malédiction et une opportunité

  • 33 Cf., à titre d’exemple, ses affirmations dans S’écrire mode d’emploi : « Ce sera un témoignage. Je (...)
  • 34 Trouble de l’humeur qui amène les personnes qui en souffrent à ressentir des émotions intenses et (...)
  • 35 Sur la mise en scène du traumatisme dans les textes de Delaume, cf. Marika Piva, Cantieri tanatolo (...)

17Zola avait déjà utilisé l’image du romancier expérimentateur et fondé la fabrication de ses romans sur la construction d’une expérience partant de l’observation pour en tirer une conclusion, une vérité générale. Thérèse Raquin, par exemple, est défini comme une étude de pathologie, une sorte de documentaire clinique, en adossant ainsi la littérature à la science et en modelant la tâche du romancier sur celle du savant/médecin. Il ne s’agit évidemment pas de faire un parallèle entre la démarche des deux écrivains, les différences étant manifestes : Delaume ne se veut guère porte-parole d’un groupe ou d’une théorie, elle ne présente pas ses histoires personnelles comme soumises au déterminisme et refuse tout projet systématique33. Le sujet de la maladie mentale, en particulier, est traité de façon tout à fait opposée par ces auteurs qui font pourtant appel, tous les deux, à la génétique : une nouveauté révolutionnaire dans un cas, une crainte personnelle dans l’autre. Chloé Delaume, il est bien de le souligner, a manifesté dès l’adolescence des troubles de la personnalité qu’elle craignait être une manifestation de la schizophrénie, maladie qui a en partie une origine génétique dont était atteint son père. Du fait de ses nombreuses tentatives de suicide, elle est internée plusieurs fois et enfin diagnostiquée maniaco-dépressive ou bipolaire34 ; sa connaissance des maladies mentales est donc directe et s’appuie aussi sur les différentes théories psychanalytiques envers lesquelles elle ne manque pas de prendre une distance ironique. Il suffit de penser à Le cri du sablier : le roman se veut la fiction psychothérapique du traumatisme de l’enfant qui a été le témoin de l’homicide-suicide de ses parents. Le récit oppose la voix du thérapeute à celle de la jeune femme qui remémore son enfance et en retrace les événements et son ressenti en instaurant la lutte entre la verbalisation du drame et son essence indicible. Il s’agit du carrefour obligé de la littérature traumatique, la négociation entre le silence et la parole, la quête des mots pour le dire. Mais puisque l’ouvrage ne se veut nullement pathétique, le récit ne s’attarde ni sur les détails morbides ni sur les sentiments de la protagoniste : la syntaxe ainsi que la narration sont sèches, presque arides35.

  • 36 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 62.
  • 37 « Lacan, une fois, a dit : Le réel, c’est quand on se cogne. Mon écriture emploie une encre d’ecch (...)
  • 38 Marcel Gauchet, De Pinel à Freud, in Gladys Swain, Le sujet de la folie. Naissance de la psychiatr (...)

18La différence fondamentale que Delaume présente est celle entre névroses et psychoses ; elle a longtemps pensé que la psychanalyse lui était inutile – « L’analyse ne peut rien pour les psychotiques : se connaître soi-même restait hors de portée »36 –, bien qu’elle avoue son penchant pour Lacan qu’elle nomme souvent37. Qui plus est, elle classe la psychiatrie parmi les fictions collectives qu’elle veut abolir et cite Foucault comme autorité. L’enjeu est le sujet, le Moi, sa définition et son rapport avec la maladie ; c’est justement sous ce signe que Gladys Swain propose de lire la naissance de la psychiatrie dans son essai Le sujet de la folie (1977). Foucault, dans son Histoire de la folie à l’âge classique (1972), dresse le tableau d’une vaste réduction au silence de la déraison, qui culmine dans la prétention de la raison à créer une science objective de l’Autre correspondant, de fait, à un rejet de ce dernier. Au contraire, l’analyse de l’établissement de la clinique psychiatrique de la part de Swain propose un retournement paradoxal de l’objectivation clinique – laquelle, en tant que connaissance scientifique, oblige à une stricte objectivité méthodologique –, et souligne la distance subjective conservée par l’aliéné vis-à-vis de son aliénation. L’histoire de la folie serait donc à réinscrire dans le cadre de la révolution moderne de l’identité : le tant décrié Pinel présente l’aliéné comme quelqu’un qui n’ignore pas son état, il suppose donc une sorte de latence de la raison qui n’est pas perdue, mais seulement subvertie et sous-jacente. Bref, on insiste sur le fait que le fou reste le sujet de sa folie ; si la folie est une mise en cause du malade en tant que sujet, il faudra attendre Lacan pour voir théorisé le fait que la psychose éclipse la fonction subjective. Or, il m’importe ici de signaler la position de Pinel face aux passions : « elles offrent le double avantage de marquer l’extériorité du foyer de la perturbation subjective par rapport aux fonctions (perturbées) de l’entendement, tout en désignant, d’autre part, une totalité englobante de l’être personnel unissant le moral et le physique, le corps et l’esprit dans une seule et même vitalité »38. Ses successeurs souligneront la perte d’unité du Moi des aliénés et une forme de duplicité qui mène à une altération de leur partie affective ; enfin, avec Freud, on découvrira que les phénomènes psychopathologiques offrent une clé d’entrée dans le Moi et la mise en question de l’unité du sujet s’effectuera par le dedans.

19Voilà, à ce propos, un extrait exemplaire tiré de l’essai S’écrire mode d’emploi de Delaume :

  • 39 Chloé Delaume, S’écrire mode d’emploi, cit., p. 116.

Lorsque dans le quotidien le réel s’éloigne trop, la vie s’empare de moi. Elle revêt une blouse blanche et refuse mon statut de personnage de fiction. Elle m’entraîne à Sainte-Anne, dans le même pavillon. L’internement apprend au Je à s’écrire autrement, à contrer les ficelles de sa pathologie. Le Je se douche à la Bétadine et enfile un pyjama bleu. Des semaines durant, parfois des mois, il se fond dans le peuple de l’hôpital psychiatrique. S’écrire durant un internement influe sur la structure du Je, qui, en ces instants, est friable, éclaté, souvent perdu de vue39.

20C’est la souffrance passée qui remonte et, en quelque sorte, oblige à l’invention pour chercher une légitimation à la douleur. Dans La règle du je, version accomplie de l’essai précédent, l’auteure retrace un épisode de 1995 :

  • 40 Chloé Delaume, La règle du je, cit., p. 50-51.

Mon corps sort de l’hôpital, épuisé de suicides. J’ai besoin d’un répit. Je ne cesse de mentir, à tous sur tout, tout le temps, à moi aussi. Je m’invente de nouveaux deuils cendrés de maladies, d’accidents et de catastrophes […] Autrui m’enveloppe d’empathie. J’ai le droit de pleurer ; officielle dépression puisque post-traumatique. Évidemment mes larmes sont celles d’une petite fille40.

  • 41 Chloé Delaume, La dernière fille avant la guerre, Naïve, Paris 2007, p. 10.
  • 42 Le rapport étroit entre les émotions et la mémoire revient souvent chez Delaume qui y consacre la (...)
  • 43 Chloé Delaume, Corpus Simsi, Léo Scheer, Paris 2003, p. 41.
  • 44 Ibid., p. 45.
  • 45 L’univers virtuel proposé par un autre jeu en ligne, Second Life, est par contre accusé de reprodu (...)
  • 46 Cité dans Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 60.

21Il est important d’observer que, dans ses innombrables mises en scène de dédoublements, l’ancien Moi de l’écrivaine remonte à la surface justement à travers l’expression de sentiments. Il suffit de penser à La dernière fille avant la guerre, où Delaume affirme « Je sais qu’elle n’est pas morte, je ressens sa colère, celle des fillettes bafouées, un courroux affûté, rémouleuses déceptions »41 ; une situation semblable est décrite dans son dernier roman, Où le sang nous appelle : l’enfant qu’elle fut réapparaît furieuse à l’intérieur de l’auteure qui en sent la colère. L’unité dans l’œuvre de Delaume est à chercher dans la recherche et la maîtrise progressive d’un discours de l’intime qui est fragmentaire et qui fait coexister de façon tout autre que pacifique des sentiments remontant à des époques éloignées et à des états de consciences différents42. De façon cohérente, le triptyque des premiers romans mettant en scène la jalousie (Les mouflettes d’Atropos), le trauma enfantin (Le cri du sablier) et la dissociation identitaire (La vanité des somnambules) est suivi de Corpus Simsi, texte qui propose une solution virtuelle aux émotions qui déchirent l’écrivaine : l’incarnation dans un jeu vidéo. Les Sims sont des êtres raisonnables et pragmatiques, programmées « pour ne pouvoir souffrir au-delà du seuil d’alerte »43 ; ils ignorent les passions, mais connaissent l’amour et l’amitié, sentiments qui sont quantifiés et qui ne nuisent pas à leur équilibre. L’absence des passions et du désir élimine tout sentiment négatif tels la menace, la violence, la cruauté, la pulsion de mort ; les sentiments extrêmes, ainsi que les maladies mentales, sont bannis dans ce monde de pixels qui représente une fuite de la réalité : « J’aime ce que je connais et je ne désire rien. Je nécessite. J’obtiens. Je restaure. Je requiers. Je satisfais. Je suis binaire jusqu’en mon sein […] La carte du Tendre est plus aisée une fois munie d’un GPS »44. Ce n’est qu’un monde virtuel45 le lieu où l’auteure peut être en paix avec elle-même, incarnée dans un avatar qui ne connaît ni déficit de régulation émotionnelle, ni dissociation entre discours rationnel et réponses affectives. Seulement par la suite, Delaume reconnaîtra la potentialité de son appartenance au peuple de pyjamas bleus par rapport aux Moi monolithiques, les sujets normaux qui, d’après Lacan, se mettent « dans la position de ne pas prendre au sérieux la plus grande partie de [leur] discours intérieur »46.

L’autofiction : accusations et dangers

  • 47 Dans La règle du je, en effet, ses proches mettent en garde l’auteure non seulement contre le manq (...)
  • 48 Ibid., p. 18.
  • 49 Ibid., p. 51.
  • 50 Ibid., p. 67.

22Parmi les accusations les plus récurrentes qui ont été adressées à l’autofiction on trouve toujours l’exhibition, l’étalage et la morbidité ; on reproche à ce (pseudo)genre l’obscénité des sentiments mis en scène et on estime qu’il est impossible de pratiquer l’autofiction sans narrer des drames47. L’auteure, quant à elle, refuse de « réduire l’autofiction à une démarche thérapeutique, le lectorat pris en otage, encastré derrière le divan »48 ; si « l’autofiction est une négociation de la douleur »49, elle ne peut en aucun cas être, devenir un simple témoignage, une auto-analyse ou une forme de résilience. L’« acte d’impudeur » commis par l’écrivaine est indéniable, mais cette dernière n’a jamais exposé dans ses textes les autres personnes (exceptions faite pour les morts et les ennemis), surtout pas « les proches. Ceux pour qui j’éprouve du respect, de l’amitié, de l’amour »50.

23Tous les sentiments n’ont donc pas place dans les ouvrages de Chloé Delaume, l’autofiction et l’« autofixion » font le tri des émotions et procèdent à la dissection des seules sensations négatives dans le but de préserver les personnes pour lesquelles l’écrivaine éprouve des sentiments positifs. Preuve en est que l’amour, qu’il soit dans le cadre de la famille d’origine ou dans celui du couple, devient objet d’écriture seulement dans ses dérives négatives : son père représente la brutalité (Le cri du sablier), sa mère la vision bourgeoise de la vie et de la littérature (Le deuil des deux syllabes), la famille maternelle la totale incompréhension et indifférence voire l’égoïsme (Dans ma maison sous terre) ; le rapport avec le premier mari est retracé sous le signe de la jalousie et de l’adultère (Les mouflettes d’Atropos), le deuxième mariage est raconté seulement au moment où l’amour devient définitivement une perte d’identité et le Je se libère du Nous fusionnel (Une femme avec personne dedans)... L’amour raconté est donc toujours une forme de violence et de dépossession. Il faut attendre la toute dernière publication de l’auteure, un roman écrit à quatre mains avec son actuel partenaire, pour trouver une autre possibilité : donner voix directement à l’être aimé ; Où le sang nous appelle représente une nouvelle expérimentation inédite, une écriture symétrique, côte à côte, dans le réel, impliquant une véritable confrontation à l’autre.

24L’écrivaine se met le plus souvent en scène en tant qu’être endeuillé, à tout jamais privé de ce qui pourrait le combler et obligé à vivre dans un état de manque. La représentation des sentiments dans l’œuvre de Delaume est volontairement partielle : l’auteure ne cherche nullement à créer un « personnage noir », damné, il s’agit plutôt d’exciter en quelque sorte ses propres sentiments en rouvrant d’anciennes plaies et en provoquant de nouvelles blessures dans le but d’en tirer des formes inédites à transposer à travers le langage. De fait, sa démonstration procède par définitions :

  • 51 Ibid., p. 51.

L’autofiction, une mythomanie littéraire. Mythomanie : Forme de déséquilibre psychique, caractérisée par une tendance à la fabulation, au mensonge, à la simulation. Étiologie : tout choc émotionnel important. À noter : fuite du sujet dans une nouvelle réalité plus supportable […] Étiologie de l’autofiction. Avouer que l’impulsion s’avère post-traumatique dans la plupart des cas. Si le Je affabule c’est pour construire un Moi que le réel déchiquète. Enfin, je crois51.

  • 52 Ibid., p. 56.
  • 53 Nathalie Freidel, La conquête de l’intime. Public et privé dans la correspondance de Madame de Sév (...)

25L’écrivaine évite les extrêmes, les binômes antithétiques et complémentaires qui composent la réalité, et choisit toujours une troisième voie, une solution inédite. À la question irrésolue qui oppose le réel à la fiction, elle répond : « Je ne suis pas dans le vrai, je ne suis pas dans le faux, j’essaie d’être dans le juste, le juste passe non pas par le discours, mais par la parole, la parole vraie, la parrhesia aussi, peut-être. Le juste ton, la juste note »52. C’est cela pour Delaume l’autofiction et, dans ce sens, on pourrait souscrire la proposition de Nathalie Freidel qui considère la correspondance de Mme de Sévigné comme appartenant à ce genre en tant que création théorique instable qui permettrait de tenir ensemble l’émergence de la sensibilité et la recherche d’une langue apte à l’exprimer53. Pourtant, comme je l’ai déjà dit, Chloé Delaume ne se limite pas à reproduire son histoire et son ressenti, elle le provoque. L’aveu de Clotilde, dans Au commencement était l’adverbe, révèle la dernière frontière qu’il fallait encore franchir ; le double littéraire de Chloé a créé Anaïs, le personnage de fiction avec lequel elle a vécu une histoire d’amour, dans un but précis :

  • 54 Chloé Delaume, Au commencement était l’adverbe, cit., p. 97.

Pour vivre une expérience et vérifier aussi. L’amour c’est deux névroses qui se rencontrent, se complètent et puis interagissent. Moi j’ai construit la tienne à l’image de la seule capable de me faire souffrir. Comme ça tu m’échappais, même si je t’écrivais. La douleur ressentie devait n’être que littéraire, pourtant parfois mon cœur finissait en charpie. J’avais besoin de savoir s’il était possible de tomber amoureuse d’un personnage fictif que j’avais créé moi-même54.

  • 55 Ibid., p. 104.

26L’auteure procède de façon systématique, en élargissant sa fictionnalisation à n’importe quel aspect ; il n’en reste pas moins que les sentiments, le ressenti, s’échappent toujours et imposent leur propre vérité. Clotilde a inventé un personnage et s’en est servie « pour que la jalousie s’évanouisse à jamais de [sa] structure psychique »55, selon toute apparence la même jalousie destructive qui avait inauguré la naissance littéraire de Chloé Delaume dans Les mouflettes d’Atropos. Ce personnage, Anaïs, ne peut pas lutter contre l’angoisse qu’elle éprouve face à sa créatrice qui vise au contrôle absolu, elle force donc cette dernière à écrire son suicide et à éprouver de la peine, un chagrin nouveau qui trouve sa raison dans la faute commise par l’écrivaine.

  • 56 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 8.
  • 57 Ibid., p. 74.
  • 58 Ibid., p. 76.

27Les règles de l’autofiction que Chloé Delaume a dictées n’influencent pas seulement ses actions comme dans J’habite dans la télévision, elles ne si limitent pas à exciter des sentiments comme dans Dans ma maison sous terre, elles créent des douleurs nouvelles. C’est la notion de la responsabilité de l’auteur qui est introduite dans les pages de Delaume au moment où elle provoque des sentiments chez ses personnages (c’est le cas d’Anaïs dans Au commencement était l’adverbe) ou chez ses lecteurs, comme dans Une femme avec personne dedans. Dans ce roman, Isabelle Bordelin cherche à devenir écrivaine après avoir lu les romans de Chloé Delaume, mais « sa douleur n’avançait qu’en pantomime masquée par mes tics et grimaces, non plus un geste ici mais gesticulations »56. Malheureusement, la souffrance d’Isabelle cherche une reconnaissance de la part de son modèle, une légitimation, alors que la conception même de littérature de Delaume cause le « suicide de son Je » qui a été rejeté de la fiction de l’auteure. Cette dernière affirme « Je n’écris pas pour guérir de la tanathopathie, non, vraiment pas du tout. Modifier le réel, pour unique objectif et seule motivation. Écrire pour ne pas mourir, ça ne peut avoir de sens. J’écris pour déconstruire : modifier le réel, la fiction et la langue sont des outils guerriers »57. Pourtant elle a créé un personnage, Adèle Trousseau (protagoniste d’Éden matin midi et soir), qui cède à la pulsion de mort comme le fera sa lectrice. Si on sait depuis longtemps qu’on ne badine pas avec l’amour, Delaume apprend qu’on ne fictionnalise pas les sentiments au risque d’ajouter un nouveau chagrin à sa propre douleur, une plaie qui a « la forme d’un ange réfractaire cicatrice »58.

  • 59 Il est intéressant de souligner qu’on a proposé de considérer la jalousie et l’amour parental comm (...)
  • 60 En parlant de la famille de sa mère, avec laquelle elle a vécu son adolescence, l’auteure affirme (...)
  • 61 Ibid., p. 288.
  • 62 Ibid., p. 302.

28En guise de conclusion, on pourrait affirmer que l’écrivaine transpose de préférence sur le papier les émotions primaires, notamment la colère et le dégoût ; les sentiments complexes, en particulier les sentiments positifs tel l’amour, sont suggérés plus qu’analysés : ils ne constituent pas le moteur de l’action, mais, tout au plus, sa toile de fond. Une place à part méritent la jalousie et l’amour familial59. Ces deux passions, à la base d’une grande partie de la production de Chloé Delaume, se relient enfin explicitement dans son tout dernier roman, écrit avec le journaliste-écrivain Daniel Schneidermann. La jalousie que l’auteure ressent ne concerne pas une autre femme, mais plutôt les enfants de son nouveau partenaire : ils incarnent l’amour exclusif qu’elle n’a jamais connu. Son rapport difficile avec l’institution de la famille oppose sans cesse l’envie et le refus60 : d’une part, une forme de jalousie qui plonge ses racines dans le manque caractérisant sa vie d’orpheline, d’autre part, un choix lucide qui affirme la prééminence de l’individu face au collectif. Si les rapports avec sa famille maternelle sont caractérisés par la haine et le mépris, la rencontre avec la famille paternelle démarre avec la peur du contact tactile et se développe avec la conscience que la dimension familiale se fonde partout sur des mensonges et sur la suppression de la liberté individuelle. L’amour est, en tout cas, exclu : « Ils affirment m’aimer, de cet amour de sang, un amour de principe, inscrit génétiquement, comme si les sentiments étaient a priori »61. Chloé, quant à elle, oppose un refus qui compare une fois de plus l’instinct à la recherche d’une auto-détermination résultant d’un parcours singulier qui l’a amenée à la déconstruction et à la reconstruction de son Moi : « Je voudrais les aimer, mais aimer ça s’apprend »62.

Notes

1 Définitions tirées de Le Nouveau Petit Robert de la langue française, version électronique, 2009.

2 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, Seuil, Paris 2012, p. 114.

3 Une enquête historique sur les problèmes terminologiques et méthodologiques du discours de l’affect se trouve dans Philip Stewart, L’invention du sentiment : roman et économie affective au xviiie siècle, Voltaire foundation, Oxford 2010, p. 1-44. Les termes sont polysémiques et les théories nombreuses, les scientifiques eux-mêmes – physiologistes, psycho-sociologues, psycho-comportementalistes, neuroanatomistes… – ne s’accordent pas, au point qu’on a dénombré onze catégories de définitions pour l’émotion. En simplifiant, d’une part, on affirme qu’émotion et sentiment se confondent, de l’autre, on les distingue : l’émotion serait un processus dynamique causé par des événements précis, un phénomène mental traduit par une expression somatique ; le sentiment aurait des causes complexes, une durée plus longue et une intensité plus basse. Quant à la passion, qui, dans la théorie de Descartes, correspond grosso modo à l’actuelle émotion de base, elle identifierait « une mise en tension rapide, un investissement privilégié voire exclusif et une idéalisation de l’objet » (Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, Retz, Paris 19941, http://www.icar.cnrs.fr/pageperso/jcosnier/articles/Emotions_et_sentiments.pdf, 2006, la citation se trouve à la p. 37).

4 « [M]oi qui suis malheureuse au-delà de l’entendement je me sais peine perdue tant la mienne est immense. C’est ça que je ne peux pas supporter » (Chloé Delaume, Les juins ont tous la même peau. Rapport sur Boris Vian, La Chasse au Snark, Jaignes 20051, Points, Paris 2009, p. 25). C’est sous le signe de la peine que l’auteure retrace l’histoire traumatique de son Moi : « La violence et le sang : des anecdotes gonflées de particularisme, où la peine introduit des portées discordantes » (Chloé Delaume, La règle du je. Autofiction : un essai, PUF, Paris 2010, p. 11). La distinction entre les synonymes touchant à la souffrance revient avec d’autres termes aussi : « [J]e ne suis pas triste […] j’ai du chagrin » (Chloé Delaume, Dans ma maison sous terre, Seuil, Paris 2009, p. 106).

5 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 96-97.

6 « Libération Livres » (26 octobre 2000). L’auteure elle-même se définit comme « une boule de haine » et affirme trouver dans ce sentiment, uni aux faits de sa vie, « une bonne matière romanesque » (Chloé Delaume, Dans ma maison sous terre, cit., p. 42, 117).

7 Michel Bertrand y voit le « thème structurant » du roman (Autobiographie, autofiction et jalousie hystérique : Annie Ernaux et Chloé Delaume, in Marie-Christine Jullion, Clara Bulfoni et Virginia Sica (éds.), Al di là del cliché. Rappresentazioni multiculturari e transgeografiche del femminile, Franco Angeli, Milano 2012, p. 17-29, 24).

8 Chloé Delaume, Les mouflettes d’Atropos, Ferrago, Tours 20001, Gallimard, “Folio”, Paris 2003, p. 10.

9 Ibid., p. 20.

10 Ibid., p. 43.

11 Michel Bertrand insiste sur « l’échec des mathématiques et de l’ensemble des sciences qui recourent à ses méthodes – médecine, psychologie, psychiatrie… » ; le roman de la jalousie, selon le critique, peut s’écrire seulement dans l’écart offert par toute écriture littéraire (cit., p. 26).

12 Chloé Delaume, S’écrire mode d’emploi, in Claude Burgelin, Isabelle Grell et Roger-Yves Roche (éds.), Autofiction(s), Presses Universitaires de Lyon, Lyon 2010, p. 109-126, 112.

13 Ibid., p. 110.

14 Ce cas fut redécouvert plus d’un siècle plus tard et publié par Antonio R. Damasio dans un texte dont le titre est significatif : Descartes’ error : Emotion, Reason and the Human Brain (Putnam Books, Grosset 1994).

15 Ce paragraphe s’inspire de Françoise Lotstra, Le cerveau émotionnel ou la neuroanatomie des émotions, « Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux », 29, 2 (2002), p. 73-86, dont j’emprunte certaines expressions. Plusieurs détails sont tirés de Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, cit.

16 Aujourd’hui, on reconnaît en général l’absence de centres uniques des émotions et on préfère la théorie des systèmes composés, un ensemble de plusieurs unités cérébrales reliées entre elles.

17 Structure du cerveau impliquée dans le contrôle moteur et dans certaines fonctions cognitives, comme l’attention, le langage et la régulation des réactions de peur et de plaisir.

18 Chloé Delaume, J’habite dans la télévision, Gallimard, Paris 20061, J’ai lu, Paris 2008, p. 30.

19 L’opposition entre tête et cœur, par contre, est proposée dans Certainement pas, texte qui met en scène une partie de Cluedo dans un hôpital psychiatrique. La voix du Docteur Lenoir somme les six personnages, qu’on dit aliénés, à jouer, à chercher la raison de son meurtre en mettant de côté leurs pathologies : « [C]e n’est pas votre tête qui est malade. C’est votre ventricule […] Ce soir, vous êtes six personnages en quête de cœur » (Chloé Delaume, Certainement pas, Verticales, Paris 2004,p. 17).

20 Chloé Delaume, J’habite dans la télévision, cit., p. 34-35.

21 Dans ses ouvrages, Clotilde, exactement comme Chloé, ne met pas en scène des personnages dans lesquels elle transfère ses fantasmes et ses névroses, mais plutôt elle-même : « Ce que je crée de toutes pièces c’est la situation dans laquelle j’évolue », un « moi fictionnalisé » (Chloé Delaume, Au commencement était l’adverbe, Joca Seria, Nantes 2010, p. 86).

22 Ibid., p. 98.

23 Ibid., p. 81.

24 Ibid., p. 94.

25 Ibid., p. 95.

26 Chloé Delaume, La Vanité des Somnambules, Ferrago/Éditions Léo Scheer, Tours 2002, p. 58.

27 Ibid., p. 62. Dans ce même roman, un passage plus bref fait alterner des groupes nominaux en caractère gras, proposant une dissection anatomique du cerveau, avec des parties racontant le souvenir fictif substitutif du crime qui a rendu la protagoniste orpheline à dix ans. Pour l’analyse de ce paragraphe, voir Marika Piva, Nimphæa in fabula. Le bouquet d’histoires de Chloé Delaume, Aguaplano, Passignano 2012, p. 121-124 ; on y retrouve des noms et des termes évoqués dans le digest de la naissance de la neuroanatomie des émotions, notamment l’hypothalamus sur lequel la remémoration fictive de la mort des parents de l’auteure s’arrête brusquement.

28 Chloé Delaume, La règle du jeu, cit., p. 5.

29 Les émotions ont été classées en simples et complexes. Les émotions primaires seraient huit selon la théorie psycho-évolutionniste de Robert Plutchik, qui les divise en couples binaires, et une dizaine pour Carroll Izard ; elles ont été réduites à six par Paul Ekman, qui a une approche neurocognitive : joie, tristesse, peur, colère, surprise et dégoût. Descartes, en 1649, dénombra à son tour six passions primitives : admiration, amour, haine, désir, joie et tristesse.

30 Philip Stewart, L’invention du sentiment : roman et économie affective au XVIIIe siècle,cit.

31 Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, cit., p. 5.

32 Chloé Delaume, Dans ma maison sous terre, cit., p. 159. Théophile voudrait pousser Chloé à la fiction extérieure, à savoir au réalisme social afin qu’elle obtienne « un vrai roman français » (ibid., p. 121). Curieusement, cette même année Frédéric Beigbeder publie Un roman français, mêlant la narration d’épisodes biographiques actuels à l’évocation de sa propre enfance, pour conclure « Telle est la vie que j’ai vécue : un roman français » (Grasset, Paris 2009, p. 257).

33 Cf., à titre d’exemple, ses affirmations dans S’écrire mode d’emploi : « Ce sera un témoignage. Je ne théorise pas. Je ne généralise rien, je suis les mains gantées dans mon laboratoire ; je manipule le ressenti, les souvenirs, la fiction » (cit., p. 109-110).

34 Trouble de l’humeur qui amène les personnes qui en souffrent à ressentir des émotions intenses et prolongées avec des sauts d’humeur extrêmes.

35 Sur la mise en scène du traumatisme dans les textes de Delaume, cf. Marika Piva, Cantieri tanatologici. Trauma vs scrittura in Chloé Delaume, « LEA – Lingue e Letterature d’Oriente e d’Occidente », n. 1 (2012), p. 349-360.

36 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 62.

37 « Lacan, une fois, a dit : Le réel, c’est quand on se cogne. Mon écriture emploie une encre d’ecchymoses, seul un Je plein de bleus peut y être décliné » (Chloé Delaume, S’écrire mode d’emploi, cit., p. 113) et encore, sa psychanalyste parle de son œuvre comme d’un « travail qui relève d’une reconstruction et d’un effort de guérison par un maniement de la langue » (Chloé Delaume, La règle du jeu, cit., p. 34).

38 Marcel Gauchet, De Pinel à Freud, in Gladys Swain, Le sujet de la folie. Naissance de la psychiatrie, Calmann-Lévy, Paris 1997, p. 7-57, 25.

39 Chloé Delaume, S’écrire mode d’emploi, cit., p. 116.

40 Chloé Delaume, La règle du je, cit., p. 50-51.

41 Chloé Delaume, La dernière fille avant la guerre, Naïve, Paris 2007, p. 10.

42 Le rapport étroit entre les émotions et la mémoire revient souvent chez Delaume qui y consacre la première partie de Certainement pas. Cette relation a été prouvée par plusieurs études comportementales : d’une part, on souligne l’amélioration de la performance mémorielle lors de la présence de stimuli émotionnels, de l’autre, on enregistre erreurs et distorsions dans les souvenirs de certaines situations liées à de fortes émotions.

43 Chloé Delaume, Corpus Simsi, Léo Scheer, Paris 2003, p. 41.

44 Ibid., p. 45.

45 L’univers virtuel proposé par un autre jeu en ligne, Second Life, est par contre accusé de reproduire le monde réel sans alternative et sans utopie : « Le comportement social et humain reste le même, le Surmoi fréquemment en moins et le Ça démultiplié » (Chloé Delaume et Daniel Schneidermann, Où le sang nous appelle, Seuil, Paris 2013, p. 25). C’est la victoire des pulsions sur la raison.

46 Cité dans Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 60.

47 Dans La règle du je, en effet, ses proches mettent en garde l’auteure non seulement contre le manque du recul qu’elle risque une fois le passé exploré, mais aussi contre sa chance actuelle dans la vie privée puisque « l’autofiction ne repose que sur la meurtrissure » (cit., p. 28). Le bonheur rendrait impossible la création littéraire telle qu’elle la pratique.

48 Ibid., p. 18.

49 Ibid., p. 51.

50 Ibid., p. 67.

51 Ibid., p. 51.

52 Ibid., p. 56.

53 Nathalie Freidel, La conquête de l’intime. Public et privé dans la correspondance de Madame de Sévigné, Champion, Paris 2009. Sur le lien entre la valorisation du sentiment et le développement de la conscience individuelle et sur la superposition entre la narration du sentiment et le récit du sujet qui se constitue en langage cf. aussi Philip Stewart, cit.

54 Chloé Delaume, Au commencement était l’adverbe, cit., p. 97.

55 Ibid., p. 104.

56 Chloé Delaume, Une femme avec personne dedans, cit., p. 8.

57 Ibid., p. 74.

58 Ibid., p. 76.

59 Il est intéressant de souligner qu’on a proposé de considérer la jalousie et l’amour parental comme deux émotions biologiques, apportées par l’évolution, au même niveau que les six émotions fondamentales d’Ekman (cf. John Sabini, Maury Silver, Ekman’s basic emotions : Why not love and jealousy ?, « Cognition and Emotion », 19/5 (2005), p. 693-712).

60 En parlant de la famille de sa mère, avec laquelle elle a vécu son adolescence, l’auteure affirme « Ce qui les lie l’effraie, mais plus encore l’ambivalence de ce qu’elle ressent lorsqu’elle se sonde. Elle n’aime pas ce qu’elle éprouve, ses pulsions deviennent acides, ça lui grignote le cœur à le lui soulever. Ils la dégoûtent, tous, là, ici. Profondément, ils la dégoûtent. Pourtant, au fond, elle les envie » (Chloé Delaume et Daniel Schneidermann, Où le sang nous appelle, cit., p. 112).

61 Ibid., p. 288.

62 Ibid., p. 302.

Auteur

© Quodlibet, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr