Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La giostra dei sentimenti

 | 
Matteo Majorano

Stickers

Fred Le Chevalier

Résumé

Témoignage d’un parcours artistique, ces pages contribuent à tremper d’émotions et de sentiments les « dessins voyageurs » de la street art.

Texte intégral

1Le dessin est, pour moi, l’espace précieux par lequel s’échapper, s’extraire du questionnement, pour respirer.

2Dessinateur intervenant également dans l’espace public sous forme de collages de mes dessins, je suis, par ailleurs, plus souvent sollicité à ce titre pour participer à des événements rattachés au phénomène « street art » et pour lesquels la question du sens est oubliée au profit d’un engouement émotif ou commercial pour la forme.

3Si j’ai répondu favorablement et avec grand plaisir à cette invitation, c’est bien qu’elle me donnait l’occasion de rencontrer des personnes issues de sphères qui me sont étrangères et parce que le thème des sentiments est central dans mon approche du dessin puis du collage.

4Je me retrouve dans la définition qu’Alexis Jenni a pu ici donner de la littérature comme un « bricolage amusant ». Ce bricolage-là, je l’ai trempé d’émotions, de sentiments, c’est un mot qui résume au mieux mon parcours vers et par le dessin. C’est ce parcours vers et par le dessin que je présente ici plutôt que de proposer une analyse de mon travail à proprement parler.

5J’ai dessiné comme chaque enfant a pu dessiner, écrire, peindre, coller, chanter sans y voir une démarche artistique, simplement un terrain de jeu, d’exploration. Comme n’importe quel enfant et peut-être un peu plus. Comme la plupart des adolescents j’y ai renoncé subitement. La plupart des adolescents cessent de s’y adonner par souci d’être performants, on ne dessine plus par constat de ne pas dessiner « bien » ou pour aller vers des activités jugées plus « sérieuses ».

6Pour ma part, mes petites qualités de dessins attirant des difficultés dans le cadre scolaire, j’ai choisi d’y renoncer pour avoir la paix. Avec le temps je m’interdisais le retour au dessin par un constat aussi pessimiste que stérile, considérant que le temps perdu ne se rattraperait pas et que je ne « serais pas celui que j’aurais dû être ».

7Des années plus tard, dans une période lourde et assez grise, j’ai eu besoin de trouver un champ d’expression, un nouvel élan à insuffler. Ayant rencontré une artiste, la tourangelle Béatrice Myself, pratiquant un art naïf, poétique, qui me touchait beaucoup et sobrement, j’ai choisi de lever l’interdit fixé et de revenir à trente ans passés vers une passion d’enfance.

8Je ne souhaitais en aucun cas apprendre à dessiner, étudier mais à m’exprimer, trouver des formes, les libérer et alléger la cocotte-minute que nous pouvons tous si facilement incarner ceci sans formation artistique mais avec une enfance bercée par des contes, des images, l’illustration de romans d’aventure par des gravures, des bandes dessinées.

9Il s’en est suivi quelques mois de tâtonnement avec la technique de mes onze ans avant d’aboutir à un personnage de noir et blanc, porteur d’un cœur, à l’époque inversé. Ce personnage allait, courant, toujours de profil, allant de la droite vers la gauche, comme un voyage intérieur au pas de course. Je le plaçai en situation, accompagné de devises, de mots, d’encouragements dans un monologue. J’ai fini par montrer mes dessins avant de m’inscrire sur une plateforme communautaire en vogue à l’époque sur les conseils d’un ami illustrateur.

10Cette confrontation aux autres a été un élan dans mon cheminement vers le dessin. Il en a accéléré le rythme. Surpris que d’autres adhèrent, soient touchés, j’envoyais alors mes dessins aux personnes qui les appréciaient, à des inconnus vivant parfois dans d’autres pays que le mien. Certains eurent l’idée d’un échange en m’adressant des photos de mes dessins dans leur appartement, dans un contexte géographique ou tout simplement dans leurs bras. Je nommais cette collection de photos mes « dessins voyageurs ».

11Le dessin était bien un voyage, un voyage intérieur permettant de jouer de ses émotions, ses peurs, ses joies, les rassembler et les poser calmement sous une forme libre et devenue partageable. Donner un dessin restait toutefois limité, je donnais un dessin une fois sans pouvoir les multiplier. J’eus au bout de quelques années de dessin l’impulsion d’en faire des reproductions et de les coller dans la rue pour dépasser cette limite et les faire voyager davantage.

12Le collage me permettait de rester dans une démarche spontanée, sans comptes à rendre, sans passer par le biais de réseaux artistiques ou commerciaux et de rester dans la spontanéité d’une culture punk qui avait bercé ma jeunesse au nom de l’idée simple qu’on pouvait écrire, parler, s’exprimer, jouer sans être muni de compétences techniques ou musicales, sans relations hiérarchiques entre des artistes et un public.

13Je commençais donc à coller, un peu puis beaucoup et enfin énormément. Des personnages au départ pas plus grands qu’une feuille de cahier, sans signature puis un an après signés et enfin devenant de taille humaine voire surdimensionnés, cessant parfois de courir pour fixer le regard des passants.

14Ces personnages, toujours de noir et blanc, entre l’enfance et l’âge adulte, mi-féminin mi-masculin, portent une mélancolie guérie d’optimisme comme mes encouragements, mes porte-bonheurs, mon élan. Mes thématiques sont simples, sans message impératif : désir de vivre, d’aller au-dessus, par-delà les obstacles, amour, mort. Je les place toujours sur des murs sales, usés, là où les gens vivent et où je peux avoir l’impression qu’ils n’altèrent pas le décor ambiant. Je souhaitais les placer comme une invitation à ralentir dans une ville assez anxiogène où tous courent, se piétinent, environnés de slogans, messages publicitaires ou politiques d’injonctions. Mes personnages, eux, ne dictent pas une conduite, si l’on s’y intéresse, ils offrent matière à créer sa propre interprétation.

15À mon grand étonnement, c’est ainsi que je me mis à recevoir des mots d’encouragements par courriers électroniques de personnes me confiant en échos leur perception de mes dessins, leurs histoires personnelles qu’ils reliaient à ceux-ci. Un couple me confiait s’être embrassé pour la première fois devant mes dessins, un amoureux avoir osé déclamer sa flamme sous l’effet de mes mots et dessins, une autre m’adressant une photo de son grand-père qu’elle reconnaissait à travers l’un de mes personnages de papier.

16Mes émotions devenaient partageables, appropriées par d’autres qui y greffaient leur imaginaire, leurs thématiques, ce qui me paraissait bien plus excitant et porteur que de délivrer une histoire achevée. Ces retours ont été autant d’incitation à dessiner que perturbant puisqu’on m’interpellait autour de cette question du sens, m’amenait à raconter encore et encore mon histoire, mon cheminement quand l’ambition était de faire taire les mots, les regrets.

17Les expositions, mes premiers voyages de sédentaires, les quelques illustrations de films, revues, livres publiés depuis, sont donc le prolongement d’un acte d’émotion et d’émotions partagées. Le souci à chaque page blanche visitée reste d’y placer une émotion, une atmosphère avec toujours les mêmes ingrédients : joie, douleur, amour et douceur. Je m’y plonge, je m’y relie davantage que je ne les imagine. Une de mes phrases d’accompagnement résume sans doute fidèlement la démarche : « J’ai vu le monde alors j’ai créé le mien ». Voir, ressentir, s’en nourrir et extraire, il n’y a sans doute pas de plus belle banalité.

© Quodlibet, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr