Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français contemporain face à l’Histoire

 | 
Gianfranco Rubino
, 
Dominique Viart

Histoires politiques et sociales

De Mai à Tarnac. Montage et mémoire dans les écritures politiques de Jean-Marie Gleize et Nathalie Quintane

Jean-François Hamel

Résumé

Le 11 novembre 2008, une dizaine de militants associés à l’ultra-gauche sont arrêtés dans un village de Corrèze : on les suspecte d’être les auteurs du pamphlet anarchiste L’insurrection qui vient (2007) et d’avoir saboté une ligne de la SNCF. Ces arrestations donnent lieu à l’« affaire Tarnac », qui inspire deux textes littéraires, Tomates (2010) de Nathalie Quintane et Tarnac, un acte préparatoire (2011) de Jean-Marie Gleize. Par le montage et le détournement de matériaux mémoriels, dont plusieurs font référence à la violence politique des « années 68 », ces textes s’efforcent de brouiller le partage entre les objets esthétiques et les pratiques quotidiennes, entre l’expérience intime et les représentations collectives, mais surtout entre le passé historique et l’actualité politique. L’imaginaire de l’histoire qui les soutient refuse de considérer le nouage de la radicalité littéraire et de la radicalité politique comme une « chose du passé ». Faisant écho aux réflexions de Walter Benjamin sur l’image dialectique, ces dispositifs textuels s’emparent de l’affaire Tarnac pour provoquer l’« explosion du passé dans le présent ».

Texte intégral

L’action directe est une notion d’une telle clarté, d’une si évidente limpidité, qu’elle se définit et s’explique par son propre énoncé.
Émile Pouget, L’Action directe

i.

  • 1 Selon la formule qu’a imposée dans le champ historiographique l’ouvrage de Genevière Dreyfus-Armand (...)
  • 2 Dominique Viart, « Les héritages de Mai 68 », Écrire Mai 68, Argol, Paris 2008, p. 26.
  • 3 J’emprunte la notion de grammaire à la sociologie pragmatique, qui désigne ainsi l’ensemble de règl (...)

1Si l’on en croit l’historiographie courante, les années quatre-vingt sonneraient le glas du nouage séculaire de la littérature française et de la contestation politique. Les contemporanéistes ont tour à tour diagnostiqué le déclin de la figure classique de l’intellectuel apparue lors de l’Affaire Dreyfus, la disparition des avant-gardes à la fois littéraires et politiques auxquelles la Grande Guerre et la Révolution d’Octobre avaient donné naissance et que les années soixante avaient vu resurgir, enfin l’épuisement de la théorie et de la pratique de la littérature engagée telle que Sartre l’avait imposée à la Libération. Les écrivains d’aujourd’hui auraient rompu avec le programme d’une critique radicale de la société et se seraient affranchis des prismes idéologiques qui avaient infléchi les conceptions de la littérature tout au long du XXe siècle. Cette topique de la fin, qui rend compte d’une mutation sociale et culturelle indéniable, mais dont l’ampleur est sans doute surestimée, n’a pas peu contribué à légitimer la littérature contemporaine en la singularisant à la fois esthétiquement et politiquement. Elle a aussi eu pour conséquence de laisser dans l’ombre des pratiques littéraires, souvent en rupture avec les genres traditionnels, qui partagent encore aujourd’hui le style de radicalité politique des « années 68 »1. En effet, à la différence des « retours narratifs sur Mai »2, dont Tigre en papier d’Olivier Rolin est emblématique, des témoignages poétiques comme Drapeau rouge de Jean-Claude Pinson et des exercices d’élucidation comme L’Arrogance du présent de Jean-Claude Milner, qui sont autant de tombeaux des événements de Mai et de leurs retombées gauchistes, plusieurs œuvres manifestent l’actualité de la grammaire de la contestation mise en place au cours des années soixante sous l’effet conjugué de la modernisation intellectuelle induite par le développement des sciences humaines et de l’ouverture d’une nouvelle séquence militante, qui se démarquait des luttes antérieures aussi bien par sa conception du pouvoir que par sa définition des subjectivités politiques. Pour identifier ces œuvres, encore faut-il circonscrire la grammaire de la contestation dont elles proposent une transposition littéraire3.

  • 4 Voir entre autres Michel Feher, « Mai 68 dans la pensée », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (...)
  • 5 Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture : prendre la parole » [1968], in Caroline Hoctan (éd (...)
  • 6 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard, coll. « Tel », Paris 2001 (...)
  • 7 Félix Guattari, La Révolution moléculaire, Les Prairies ordinaires, coll. « Essais », Paris 2012 [1 (...)
  • 8 Gilles Deleuze, Foucault, Minuit, coll. « Critique », Paris 1986, p. 123.

2Le cycle de protestation associé aux événements de Mai a marqué une transformation profonde de l’imaginaire de la gauche et de l’extrême gauche, déjà perceptible à la fin des années cinquante au sein de revues comme « Socialisme ou barbarie » ou l’« Internationale situationniste », que l’on peut schématiser comme le passage d’une critique de l’exploitation inhérente aux rapports de production à une critique de l’aliénation engendrée par les sociétés capitalistes4. Malgré la prégnance d’une phraséologie marxiste dans les slogans et publications de l’époque, cette nouvelle grammaire de la contestation dérogeait à l’orthodoxie communiste en subordonnant la transformation de l’ordre économique à la remise en cause de l’ordre symbolique. Au milieu des années soixante, la thèse althussérienne de l’autonomie relative des idéologies et le thème situationniste de la société du spectacle illustrent déjà ce déplacement de la réalité au discours, du monde à sa représentation. La formule de Michel de Certeau selon laquelle, au printemps 1968, « on a pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789 » confirme à son tour la primauté accordée à l’ordre symbolique dans la critique de la société capitaliste5. Parallèlement à cette critique de l’oppression idéologique, qui dessine l’horizon d’une révolution culturelle, s’impose une conception du pouvoir qui n’en attribue plus le monopole à l’État et à ses institutions, mais qui en identifie la dissémination dans toutes les sphères de la vie sociale à travers la normativité des conduites et les mécanismes d’assujettissement. La « microphysique du pouvoir »6, théorisée par Michel Foucault, en plus de reconduire la méfiance antiautoritaire à l’égard des institutions fondées sur la délégation de la parole, a pour effet d’accélérer la désaffection des organisations inspirées du modèle léniniste du parti d’avant-garde et de multiplier les terrains de luttes dans la perspective de revendications minoritaires, décentralisées, transversales. L’exigence d’autonomie qui accompagne ces « révolutions moléculaires »7 conduit enfin à la dénonciation de la société disciplinaire et des appareils de surveillance. En somme, en opérant un déplacement des registres de conflictualité politique de l’exploitation à l’aliénation, la grammaire de la contestation que cristallisent les révoltes de 1968 et que consolident les années rouges met en relief les dispositifs idéologiques de sujétion et de soumission qui soutiennent, jusque dans la vie quotidienne, la reproduction de la domination. C’est pourquoi, comme le soulignait Gilles Deleuze, les « années 68 » nouent « l’émergence de nouvelles formes de luttes à la production d’une nouvelle subjectivité »8.

  • 9 Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ?, in Situations, II [1948], Gallimard, Paris 1998, (...)
  • 10 Olivier Cadiot et Pierre Alferi, La mécanique lyrique, « Revue de littérature générale », no 1, 199 (...)

3Par sa rupture avec la pensée révolutionnaire des décennies précédentes, cette grammaire de la contestation achève de discréditer la doctrine sartrienne de la littérature engagée, dont la « politique de la prose » était déjà mise à mal depuis la fin des années cinquante. Au lieu de la concevoir comme un « appel démocratique à l’ensemble de la communauté »9, on définira la littérature comme un lieu de résistance aux langages idéologiques qui saturent l’espace social. Par conséquent, la portée politique des œuvres se mesurera à leur capacité à contourner et à détourner les réseaux de signes, d’images et de représentations qui inscrivent le pouvoir dans les formes de vie et les processus de subjectivation. Les écrivains, critiques et théoriciens réactiveront les valeurs de radicalité et d’expérimentation qui caractérisaient les avant-gardes du début du siècle et les soumettront à un idéal d’émancipation fondée sur la résistance à l’assujettissement idéologique. S’il est vrai que l’Affaire Dreyfus a provoqué une politisation durable du champ littéraire français dont les effets se sont exercés sur tout le siècle, que la Grande Guerre et la Révolution d’Octobre ont structuré les débats sur les rapports de la politique et de la littérature pendant les années vingt et trente, et que l’Occupation et la Résistance ont imposé le thème de la responsabilité de l’écrivain dont Sartre se fait après-guerre le porte-étendard, il est légitime de croire que les « années 68 » ont inauguré un quatrième moment dans l’histoire des théories de l’engagement littéraire au XXe siècle. Parmi les textes qui témoignent de la persistance de cette grammaire de la contestation, Tomates de Nathalie Quintane et Tarnac, un acte préparatoire de Jean-Marie Gleize, parus en octobre 2010 et en février 2011, sont les plus éloquents. Ces « objets verbaux non identifiés »10 sont exemplaires en ce qu’ils actualisent un ensemble de thèmes et de formes, de représentations et de pratiques, de discours et de postures empruntés aux « années 68 » afin d’intervenir dans l’affaire dite de Tarnac, largement médiatisée au cours de l’automne 2008 et de l’hiver 2009, à l’occasion de laquelle neuf militants associés à l’« ultra-gauche » sont arrêtés dans un village de Corrèze et accusés du sabotage d’une ligne ferroviaire.

ii.

  • 11 Jean Chichizola, L’extrême gauche tentée par la violence, « Le Figaro », 8 juin 2007.
  • 12 Gérard Davet, Les RG s’inquiètent d’une résurgence de la mouvance autonome, « Le Monde », 1 février (...)
  • 13 Michèle Alliot-Marie, Je veux mettre fin à la propagande terroriste, « Le Figaro », 1 février 2008.
  • 14 Sur la question de la violence révolutionnaire et de la construction policière de l’ultra-gauche, o (...)
  • 15 L’ultragauche déraille, « Libération », 12 novembre 2008.
  • 16 Tiqqun. Organe conscient du Parti imaginaire, « Exercices de métaphysique critique », 1999 ; Tiqqun (...)
  • 17 Isabelle Mandraud et Caroline Monnot, Les neuf de Tarnac, « Le Monde », 20 novembre 2008.
  • 18 Comité invisible, L’Insurrection qui vient, La Fabrique, Paris 2009 [2007], p. 70.

4Depuis plus d’un an, la presse française, s’autorisant de sources policières, brandissait le spectre d’un retour aux années de plomb. En juin 2007, « Le Figaro » évoquait des « groupes violents d’extrême gauche », que les autorités disaient composés de « partisans de l’action directe »11. « Les renseignements généraux sont formels », lisait-on dans « Le Monde » en février 2008, « on assiste, en France, à la résurgence d’une mouvance, qualifiée pour l’heure d’»anarcho-autonome », violente, qui prospère sur le terreau des conflits sociaux »12. Toujours en février 2008, la Ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, à l’occasion d’un entretien au « Figaro », confirmait « les risques d’une résurgence violente de l’extrême gauche radicale », dont les modes d’intervention lui rappelaient les « groupuscules terroristes comme Action directe, les Brigades rouges ou la Fraction armée rouge »13. Quarante ans après les événements de Mai, alors que le cycle de protestation des années rouges semble depuis longtemps épuisé, la France se découvre un ennemi intérieur : l’ultra-gauche14. Le 11 novembre 2008, à l’aube, 150 policiers de la Sous-direction antiterroriste et de la Direction centrale du Renseignement investissent Tarnac, village de 350 habitants, sur le plateau de Millevaches, et procèdent à une vingtaine d’arrestations en divers lieux du territoire. Suspectés d’avoir dégradé des caténaires de la SCNF à l’aide de crochets métalliques, neufs jeunes gens sont mis en examen pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte terroriste ». Le 12 novembre, le lendemain des arrestations, les journaux reconduisent le discours policier, à l’instar de « Libération », qui titre « L’ultra-gauche déraille »15. Parmi les pièces versées au dossier d’instruction, retenu comme preuve à charge, figure L’Insurrection qui vient, pamphlet anarchiste d’inspiration situationniste, paru un an plus tôt aux Éditions de La Fabrique sous la signature du « comité invisible ». Les policiers en attribuent la rédaction à Julien Coupat, l’un des inculpés de Tarnac, qui, une décennie plus tôt, a participé à la fondation à la revue « Tiqqun », définie à l’époque comme l’« organe conscient du Parti imaginaire »16. Au cours de l’automne, sans que les charges ne soient abandonnées, les « neuf de Tarnac »17 sont remis en liberté, mais soumis à un strict contrôle judiciaire, à l’exception de Julien Coupat, qui passe six mois en détention provisoire à la prison de la Santé. Quatre ans après les faits incriminés, malgré les irrégularités de l’enquête et la fragilité de la preuve, l’accusation de « préparation d’un acte terroriste » est maintenue contre le groupe de Tarnac. Le fiasco politico-judiciaire conforte l’une des thèses de L’insurrection qui vient : « la démocratie est de notoriété générale soluble dans les plus pures législations d’exception »18.

  • 19 Émile Pouget, L’Action directe, Éditions du Réveil ouvrier, Nancy, s.d. [1910] ; reproduit dans Nio (...)
  • 20 Christophe Hanna, Poésie action directe, Al Dante, Paris 2003 ; Nos Dispositifs poétiques, Marseill (...)
  • 21 Jacques Rancière, « La fiction documentaire : Marker et la fiction de mémoire », La Fable cinématog (...)
  • 22 Nathalie Quintane, « Astronomiques assertions », in Jean-Christophe Bailly, Jean-Marie Gleize, Chri (...)

5En plus des lettres ouvertes et des pétitions dénonçant l’état d’exception institué par les lois antiterroristes, signées par de nombreux intellectuels de gauche, du philosophe Giorgio Agamben au sociologue Luc Boltanski, en passant par l’économiste Frédéric Lordon et l’éditeur Éric Hazan, l’affaire est à l’origine de deux œuvres littéraires difficilement assimilables aux catégories génériques traditionnelles : Tomates de Nathalie Quintane et Tarnac, un acte préparatoire de Jean-Marie Gleize. Significativement, quelques mois avant leur parution, de longs extraits en avaient été publiés dans la revue « Nioques » aux côtés d’une reproduction en fac-similé de l’édition originale de L’Action directe d’Émile Pouget, syndicaliste anarchiste, aussi connu pour son pamphlet contre Les Lois scélérates de 1893-1894, paru aux Éditions de la Revue blanche pendant l’affaire Dreyfus19. Tomates et Tarnac se présentent comme des montages de matériaux hétérogènes, qui ne visent ni à représenter ni à interpréter le déroulement de l’affaire, mais à expérimenter ses implications à la fois littéraires et politiques. Par l’assemblage de fragments de discours prélevés à différentes sources, ces écritures à forte composante autobiographique s’efforcent de brouiller le partage entre les objets esthétiques et les pratiques quotidiennes, entre le langage privé et les représentations collectives, entre le passé historique et l’actualité politique. À la lumière des propositions théoriques de Christophe Hanna, exposées dans Poésie action directe et Nos dispositifs poétiques, on peut sans doute considérer Tomates et Tarnac comme des « dispositifs d’action directe »20. Opposés à une idéologie séparatiste de l’art, qui conçoit la littérature comme une mise à distance de l’expérience historique, ces dispositifs relèvent de l’action directe à un double titre. D’une part, les matériaux empruntés à différents contextes, anciens ou récents, intimes ou publics, y sont agencés dans un souci documentaire, sans que leur hétérogénéité matérielle et sémantique ne soit entièrement neutralisée par un effet esthétique ; le texte apparaît ainsi en prise directe avec les manières de faire et les manières de dire de l’époque. D’autre part, ces dispositifs dénaturalisent leurs éléments en provoquant des rapprochements et des connexions entre des langages et des rationalités qui appartiennent à des sphères d’activités distinctes et qui relèvent d’échelles de grandeur diverses, sinon antagonistes ; le texte privilégie ainsi une esthétique du choc et du conflit, qui n’est pas sans évoquer la tradition des avant-gardes. Par ailleurs, ces écritures politiques, qui mobilisent les pratiques de la poésie (fragmentation des énoncés, spatialisation du texte, variation typographique), se donnent à lire comme des « fictions de mémoire », selon la catégorie forgée par Jacques Rancière à propos du Tombeau d’Alexandre de Chris Marker21. Agençant documents, commentaires et narrations, créant des combinaisons entre des témoignages et des actions, des archives et des événements, Tomates et Tarnac construisent en effet une mémoire polémique, en rupture avec la doxa contemporaine qui définit l’alliance de la radicalité politique et de la radicalité esthétique comme une « chose du passé », ne se survivant qu’en tant que passé. Comme en écho au double travail de montage et de mémoire mis en œuvre par Walter Benjamin dans son Livre des passages, les écritures politiques de Gleize et de Quintane s’emploient à réactiver le passé à travers des images dialectiques, qui font se rencontrer l’autrefois et le maintenant, la tradition des révoltes et l’actualité des luttes, les espérances brisées et la contestation du présent. À travers un usage critique du passé, où la politique prime l’histoire, ils tentent, selon la formule lapidaire de Nathalie Quintane, de « changer les années de plomb en âge d’or »22.

iii.

  • 23 Jean-Marie Gleize, « Simplifications/conversions », Formules, « Forme et informe dans la création m (...)
  • 24 Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, Seuil, coll. « Fiction et Cie », Paris 2011, p. 15 (...)

6Tarnac, un acte préparatoire de Jean-Marie Gleize est le sixième volume d’un cycle autobiographique, publié dans la collection « Fiction et Cie », créée et dirigée longtemps par Denis Roche. L’ensemble est constitué de fictions documentaires, dont la composition est portée, comme l’explique Gleize, par « un mouvement circulaire ou spiralé, avec retour sur les mêmes traces, et ceci sans commencement ni fin, donc une entreprise inachevée en devenir, sans doute une entreprise d’inachèvement »23. Depuis Léman, qui paraît en 1990, jusqu’à Tarnac, deux décennies plus tard, ce sont en effet les mêmes lieux et les mêmes formules qui passent et repassent, à peine transformés, d’un volume à l’autre. S’y rencontrent, comme des images de rêve, les souvenirs superposés de lacs français, suisse, américain, italien et chinois ; des biographèmes de poètes, notamment de Shelley et de Byron ; des images tirées de livres pour enfants ; des slogans maoïstes de la Gauche prolétarienne et des discours de Marat et de Robespierre ; des descriptions de lieux intimes, une maison familiale en Corrèze, diverses chambres d’hôpital ; le souvenir du père, prisonnier de guerre durant cinq ans, revenu muet parmi les siens ; des extraits des épîtres de Paul de Tarse. Tous ces éléments font retour dans Tarnac, un acte préparatoire, mais augmentés de matériaux plus immédiatement politiques, empruntés par exemple à La Société du spectacle, au Manifeste du Parti communiste ou à L’Insurrection qui vient. Dans un tel collage, où littérature et politique tendent à se confondre, une formule de La Fabrique du pré de Francis Ponge (« la constante insurrection de l’herbe nous ressuscite ») peut entrer en résonnance avec la Déclaration des droits de l’homme du 29 mai 1793 (« l’insurrection est le plus saint des devoirs »). Ainsi, comme « un dépôt de matières en suspens », Tarnac se compose de restes mémoriels, de traces mnésiques, de « chutes » selon la définition qu’on trouve à la toute fin du livre : « Chutes : débris de matière (papier, tissus, bois) perdus après une coupe »24

  • 25 Jean-Marie Gleize, « Lacs, écrans, torrents, couloirs », Sorties, Questions théoriques, coll. « For (...)
  • 26 Hakim Bey, TAZ. Zone autonome temporaire, trad. Ch. Tréguier, L’Éclat, Paris 2011 [1991].

7Mais le dispositif de Tarnac ne se résume pas à la juxtaposition aléatoire d’éléments épars : tout montage implique un art de la disposition, qui, comme la dispositio de l’ancienne rhétorique, s’inscrit dans une démarche agonistique. À partir d’un énoncé liminaire (« Tarnac coule en moi comme de la poussière »), le texte adopte un itinéraire régressif, tournant autour de lambeaux de souvenirs à la manière dont Shelley et Byron tournaient autour du lac Léman, c’est-à-dire « dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, à contretemps, vers le point de départ, ou point d’origine »25. Le premier chapitre reproduit, tronquées, de manière parfois agrammaticale, plusieurs phrases d’une pétition mise en circulation au printemps 2009, exigeant l’abrogation des lois antiterroristes. Le deuxième chapitre s’ouvre par le détournement d’un énoncé de L’Insurrection qui vient (« faire de chaque phrase un poste de tir »), qui lui-même appartenait à un commentaire des Instructions pour une prise d’armes d’Auguste Blanqui, et enchaîne avec un récit succinct de l’intervention policière à Tarnac. Le troisième chapitre recule plus loin dans « l’histoire de la poussière » en évoquant la mort en 1964 d’un membre du Tiers ordre franciscain, enterré au cimetière de Tarnac, sans doute le grand-père de l’auteur. L’enchaînement des chapitres marque ainsi un enfoncement dans le passé, une plongée dans le temps. Apparaîtront encore au fil des pages la définition de l’anarchie de Pierre Larousse dans le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, des photographies du Bois-du-chat, lieu-dit à proximité de Tarnac, des extraits des cahiers de méditation du patriarche franciscain, des descriptions de photogrammes issus des Fioretti de Rossellini sur saint François d’Assise. En fin de volume, des « Éléments de chronologie » permettront de rétablir l’ordre des événements. Mais l’affaire de Tarnac ne se sera éloignée qu’en apparence du présent de l’écriture : le montage n’aura cessé de la faire surgir anachroniquement dans les rushes du passé. Par exemple, les lieux et paysages de l’enfance se métamorphosent en « zones d’autonomie provisoires », selon un lexique apparu dans les milieux libertaires à la fin du XXe siècle 26 ; la communauté franciscaine que met en scène le film de Rossellini se change en « silencieuse commune égalitaire », dont la « voie de la pauvreté » préfigure « l’hypothèse communiste » des militants de Tarnac.

  • 27 Jean-Marie Gleize, « Le sourire de Marat », Néon, actes et légendes, Seuil, coll. « Fiction et Cie  (...)
  • 28 Jean-Marie Gleize, « Selon quel rite », Film à venir. Conversions, Seuil, coll. « Fiction et Cie », (...)

8Dans cette réexposition de l’histoire, qui remonte les lieux généalogiques et reconfigure les affiliations politiques, une figure revient comme une hantise. C’est le corps noyé de Gilles Tautin, élève du lycée Mallarmé, mort le 10 juin 1968, alors qu’il était venu à Flins pour photographier l’occupation de l’usine Renault pour La Cause du peuple. Dans Néon, sa noyade dans la Seine faisait l’objet d’un chapitre intitulé « Le sourire de Marat »27 ; dans Film à venir, étaient juxtaposées une édition de « L’Unité ouvrière », journal des ouvriers de Flins, et des passages du Tombeau pour Anatole de Stéphane Mallarmé28. Tarnac consacre à son tour un chapitre à Gilles Tautin, « Enfermé dans l’eau ». Après des extraits d’un discours de Marat sur les émeutes populaires, de propagande maoïste et de notes prises par Mallarmé à l’occasion de la mort de son fils, vient une mise en intrigue énigmatique et lacunaire de la noyade.

  • 29 Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, cit., p. 112.

À Flins l’usine Renault était en grève depuis le milieu de mai. Le conflit se poursuivait malgré les accords signés par les syndicats. Les universités étaient reprises une à une par la police. Tout était terminé, tout continuait. Dans la nuit du cinq au six juin, renversant les grilles de la porte des Mureaux à l’arrière de l’usine avec half-tracks, avec mitrailleuses, 3000 gardes mobiles envahissent l’usine. Devant le transfo central. Ils coupent l’électricité. Ils coupent le téléphone. / Le dix juin un groupe se trouve à la pointe d’une île vers le pont de Meulan. À 16 heures. / Ils plongent. / Celui qui criait met longtemps à couler. Il disparaît. Un autre essaie de le tirer par son vêtement. L’étoffe se déchire. Il est emporté. / Ce ralenti, c’est la guerre. / La surface des écrits est comme le miroir des lacs, des fleuves, des rivières. Il paraît refléter le ciel supérieur, mais ce ciel supérieur n’est en vérité que le reflet de ce ciel enfermé dans l’eau29.

  • 30 Jean-Marie Gleize, « Un ciel enfermé dans l’eau », Sorties, cit., p. 431.
  • 31 Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, cit., p. 83, 99, 162.
  • 32 Jean-Marie Gleize, « Un ciel enfermé dans l’eau », Sorties, cit., p. 434.
  • 33 Giorgio Agamben, La Communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque, trad. M. Raiola, Se (...)
  • 34 Jean-Marie Gleize, « Opacité critique », in Jean-Christophe Bailly, Jean-Marie Gleize, Christophe H (...)
  • 35 Guy Debord, La Société du spectacle, Gallimard, coll. « Folio », Paris 1999, § 164, p. 160; Jean-Ma (...)

9Le retour de Gilles Tautin d’un livre à l’autre, Gleize le décrit volontiers comme une « revenance », dont il précise par ailleurs qu’elle signale une « histoire inachevée »30, à la fois celle d’un lycéen mort à 17 ans et de la séquence militante ouverte par les événements de Mai. À trois reprises, une même notation resurgit, qui transforme la scène de noyade en une figure allégorique, qui condense la politique de la littérature mise en œuvre dans Tarnac : « Communiste est pour moi ce mot enfermé dans l’eau, ce corps enfermé dans l’eau »31. Dans pareille scénographie, le qualificatif « communiste », à l’image du corps de Gilles Tautin, paraît hors d’atteinte, emporté par le courant de l’histoire, englouti par les eaux de l’oubli, privé de tout sauvetage, et en même temps voué à refaire surface, à revenir au jour, à réapparaître, « comme les corps des noyés inéluctablement remontent, reviennent »32, insiste Gleize. À vrai dire, c’est tout le dépôt de souvenirs que constitue ce collage autobiographique qui paraît tendu vers une remontée du passé dans le présent, comme si la poussière de l’histoire, la fragilité des traces et le disparate des chutes esquissait la « communauté qui vient »33, pour reprendre le titre de l’opuscule de Giorgio Agamben dont s’est inspiré le comité invisible pour L’Insurrection qui vient. La temporalité fantomale qui imprègne la poétique collagiste de Tarnac, Gleize la définit dans un texte intitulé « Opacité critique » : « Il ne s’agit pour nous ni d’évoquer le passé (comme le fait la poésie sur le mode élégiaque), ni de chanter l’avenir […] (comme le fait encore la poésie sur le mode engagé), mais de travailler ce qu’on pourrait appeler un présent-antérieur (mémoriel) avec, simultanément, un présent « à venir ». Quelque chose comme un présent stratifié, un présent « en actes », dans l’inquiétude et la préparation de « ce qui vient »34. C’est cette convergence de plusieurs temps en un même présent qui invite à lire le montage de Tarnac comme un « acte préparatoire », conformément au sous-titre de l’ouvrage, qui détourne l’arsenal des lois antiterroristes. Car les souvenirs, notamment ceux des années rouges, s’y disposent de telle sorte qu’apparaisse en eux non ce qui est achevé, mais leur inachèvement ; non ce qui est révolu, mais ce qui est à venir. Le dispositif documentaire a pour visée de démonter et de remonter les traces d’un temps d’avant, d’un présent antérieur, pour rendre visibles à travers elles les signes d’un temps d’après, d’un présent à venir. La citation de La Société du spectacle qui apparaît trois fois dans Tarnac offre en quelque sorte une caution théorique à cette figuration délibérément intempestive : « Le monde possède déjà le rêve d’un temps dont il doit maintenant posséder la conscience pour le vivre réellement »35. Contre la fausse conscience de la société spectaculaire, enfermée dans les cycles consensuels d’un présent sans dehors, Tarnac désigne dans les images du rêve et les chutes du passé la matière informe d’un temps autre, encore à venir.

iv.

  • 36 Lettre ouverte des parents des neuf mis en examen du 11 novembre, « Libération », 25 novembre 2008  (...)
  • 37 Nathalie Quintane, Tomates, P. O.L., Paris 2010, p. 7.
  • 38 Cette poétique trouve l’une de ses expressions les plus nettes dans la première phrase de Grand Ens (...)
  • 39 Nathalie Quintane, Est-ce que peux placer une contradiction secondaire ?, « Nioques », no 7-8, mai (...)
  • 40 Nathalie Quintane, J’étais une petite bourgeoise de gauche électique-révisionniste, « Formes poétiq (...)

10Le 25 novembre 2008, les parents des neuf de Tarnac publient une lettre ouverte dans plusieurs journaux ; ils espèrent « rétablir la vérité et faire taire la vindicte ». À ceux qui ont qualifié leurs enfants de radicaux, ils répliquent : « Radical, dans le dictionnaire, signifie prendre le problème à la racine. À Tarnac, ils plantaient des carottes sans chef ni leader »36. C’est « penchée sur ses plants de tomates, désherbant délicatement tout autour et sectionnant les feuilles basses pour ne garder que la tête » que se présente la narratrice de Tomates, « travaillant ce faisant comme à Tarnac »37. Le premier texte séditieux que Nathalie Quintane intègre à son dispositif documentaire, avant Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte de Marx et L’Éternité par les astres de Blanqui, c’est la recette du purin aux orties, alors interdite de diffusion en France en vertu de la loi d’orientation agricole. Et de L’Action directe d’Émile Pouget, elle retiendra la description de « l’ouvrier-pomme de terre » pour qui la société ne représente qu’« un vaste sac à patates », une coexistence d’individualités passives, un ensemble sériel selon la terminologie sartrienne. Cette mise en scène horticole n’a évidemment rien d’une invitation à cultiver son jardin. L’incipit de Tomates exemplifie la poétique de Quintane, manifeste dans des textes comme Jeanne Darc et Grand Ensemble, qui prend à revers les échelles de grandeur à partir desquelles le sens commun, aussi bien dans le domaine littéraire que dans l’espace public, distingue le singulier et le commun, le noble et le vulgaire, le sérieux et le dérisoire, le significatif et l’insignifiant38. Tomates se clôt d’ailleurs par deux épilogues, qui exacerbent la tension entre des régimes de discours antagonistes : le premier, qui commente la comparaison des tomates et des testicules à laquelle invite l’argot portugais ; le second, nettement plus réflexif, qui imagine un dialogue des frères Auguste et Adolphe Blanqui à propos de l’efficace des écritures politiques. Le titre sous lequel sont publiés des extraits de Tomates dans la revue « Nioques » doit donc s’entendre littéralement, au-delà de l’emprunt ostentatoire à la phraséologie marxiste : « Est-ce que je peux placer une contradiction secondaire ? »39. Le montage tel que le pratique Quintane, « petite bourgeoise de gauche électique-révisionniste »40, au lieu de construire la cohérence des fragments rassemblés et d’unifier les éléments disparates, exacerbe les antagonismes et multiplie les contradictions.

  • 41 Nathalie Quintane, Tomates, cit., p. 16.
  • 42 Ibid., p. 65.
  • 43 Ibid., p. 42.
  • 44 Ibid., p. 41.
  • 45 Ibid., p. 110.
  • 46 Ibid., p. 133.
  • 47 Ibid., p. 42-43.
  • 48 Nathalie Quintane, « Faire de la poésie une science, politique. Tentatives d’expulsion de la littér (...)

11Malgré son apparence digressive, Tomates trouve son unité dans la mise à l’épreuve des relations entre le langage et l’expérience, entre les manières de dire et les manières de faire. Explicitement, la notion d’engagement y fait l’objet d’une redéfinition, qui emprunte au lexique du pragmatisme : s’engager consiste à « coupler plus étroitement une intention en forme de phrase et une intention en forme de vie »41. C’est justement la contradiction entre des « formes de phrase » et des « formes de vie » que la narratrice n’aura de cesse d’identifier dans les écritures politiques qu’elle commente à la lumière des arrestations de Tarnac, qui l’ont convaincue que « les seuls livres vraiment intéressants, c’est ceux qui sont lus par la police »42. L’écriture classique de La Société du spectacle, si fortement marquée de réminiscences littéraires que son style « insurrectionnel » ne parvient jamais à s’extraire du « conservatoire de la langue » ni à se soustraire au « chagrin commémoratif »43, lui suggère l’épuisement d’un certain imaginaire révolutionnaire. Appliquant à Guy Debord sa propre médecine, la narratrice détourne le palindrome qui sert de titre à l’un de ses films (In girum imus nocte et consumimur igni) : « Sans fin nous tournons dans cette nuit sourde de la prose et nous y consumons »44. De même, L’Insurrection qui vient lui paraît paradoxal en tant que « pari sur l’avenir écrit dans une langue qui est un pari sur le patrimoine »45. Ces commentaires esquissent peu à peu la complicité des pamphlets contestataires avec les usages scolaires et hédonistes de la littérature, la critique du spectacle s’y énonçant en « des langues qui se donnent à elles-mêmes comme spectacle »46. Ces notations désignent en outre la contradiction entre des pratiques d’écriture codifiées, assujetties aux normes classiques de la prose d’idées, et des considérations politiques qui se réclament de l’illégalisme révolutionnaire : « Quelle espèce de révolution dite dans la langue de la Révolution peut bien avoir lieu, sinon une révolution de Révolution, en interne, en causerie intime avec Robespierre et Just ? »47. D’où la préférence de Quintane pour Blanqui, dont le style est jugé « pratique et peu lyrique », et surtout pour les détournements d’Isidore Ducasse, dont l’art du montage « transforme notre « patrimoine littéraire » en réservoir disponible, en centrale de pioche »48. Aussi bien dire qu’aucune « intention en forme de phrase » ne correspond mieux que les Poésies à l’« intention en forme de vie » manifestée par les Instructions pour une prise d’armes.

  • 49 Pierre Carles et Georges Minangoy, Ni vieux, ni traîtres, France, 93 minutes, 2006.
  • 50 Nathalie Quintane, Tomates, cit., p. 82-85.
  • 51 Ibid., p. 16.
  • 52 Carlo Ginzburg, « L’estrangement. Préhistoire d’un procédé littéraire », À distance. Neuf essais su (...)
  • 53 Nathalie Quintane, Tomates, cit., p. 38.
  • 54 Ibid., p. 58.

12Tomates est traversé par ailleurs par une interrogation sur la mémoire des révoltes et sa transmission. Sous prétexte d’avoir reconnu Julien Coupat dans quelques photogrammes du documentaire de Pierre Carles et Georges Minangoy sur Action directe, Quintane cite longuement une lettre de Jean-Marc Rouillan, filmée et surlignée à la toute fin de Ni vieux, ni traîtres, qui fait état de l’échec de sa génération d’un point de vue politique, « la pire ou la moins douée depuis deux cents ans »49. Depuis les années soixante, constate Rouillan, l’extrême gauche en Europe occidentale n’a inventé aucun modèle de lutte pour contrer l’avancée du capitalisme ; elle n’a su que reproduire les stratégies révolutionnaires des deux derniers siècles, sans augmenter le legs de ses prédécesseurs : « Nous avons tout critiqué, et certaines fois réussi à foutre par terre différents trucs vieillis, mais nous n’avons rien construit ni rien mis à la place d’un point de vue de l’organisation, d’un point de vue de l’utopie, d’un point de vue de la perspective pour les exploités et les opprimés »50. Le constat amer du militant d’extrême gauche, qui occupe trois pages entières dans Tomates, pointe vers une contradiction, qui se dégageait déjà du travail d’inventaire des écritures politiques : la sacralisation de la geste révolutionnaire, malgré les intentions des acteurs de l’histoire, a pour effet de diminuer sa puissance de rupture ; le fétichisme des insurrections passées, célébrées et remémorées, constitue une entrave à la préparation des insurrections à venir. Cette hypothèse, la narratrice la confronte aussitôt aux passages du Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte sur les spectres du passé et la répétition de l’histoire. Résumant le propos de Marx, Quintane donne alors la clé de son propre travail de montage : « Marx parle de liquider non le passé, mais les superstitions à l’égard du passé »51. Le dispositif de Tomates se fonde en effet sur la conviction qu’il n’y a ni pratique contestataire ni action révolutionnaire sans transformation du passé, sans un travail simultané de démontage et de remontage de la tradition, de retournement et de détournement de la mémoire, de déclassement et de reclassement des souvenirs. Recourant au procédé de défamiliarisation des formalistes russes, que l’historien Carlo Ginzburg a défini comme un « instrument de délégitimation »52, Tomates n’hésite pas à superposer un épisode des Cigares du pharaon et le souvenir des dictatures fascistes que ravivent aujourd’hui les régimes autoritaires ; le Père Peinard d’Émile Pouget et les émeutes de 2005 dans les banlieues parisiennes ; une conférence de presse de Michèle Alliot-Marie et la défense de Blanqui au Procès des Quinze ; un texte de Kant, D’un ton grand seigneur adopté naguère en philosophie, et le roman Les Jumelles de Pierre Alferi, qui raconte les mésaventures d’un conspirateur professionnel séquestré dans un fort breton. Par le conflit des temporalités, la contradiction des régimes de discours, le brouillage des échelles de grandeur, le dispositif de Tomates s’oppose aussi vivement au fantasme avant-gardiste de la table rase qu’à la muséification du patrimoine révolutionnaire. Son montage, qui entend transmettre « autant la raison de la révolte que la continuité des révoltes »53, expérimente ainsi le caractère contradictoire des mémoires militantes, qui n’actualisent le passé qu’au prix de le trahir. Mais à la trahison, qui transforme le souvenir en une légende dorée, destinée à être récitée et répétée, Quintane préfère la traîtrise, qui, en arrachant le passé à l’aura de la tradition, en réinscrit les traces dans le présent le plus prosaïque. Son montage bouleverse non seulement les rapports du proche et du lointain, du passé et du présent, mais aussi les frontières de l’intime et du politique, prolongeant ainsi une idée chère aux militants des années rouges : « Le plupart du temps, c’est le passé, mon passé, que j’appréhende comme un rêve, jusqu’à me demander si j’ai réellement vécu tel ou tel événement. Il n’y a pas de passé personnel pur, et il est possible que le seul passé dont je puisse faire l’expérience soit le passé commun – l’Histoire, comme on dit –, sous formes de scènes ou d’images arrêtées »54. Le dispositif autobiographique de Tomates agence ces images communes, figées comme dans une dialectique à l’arrêt, à la fois pour arracher le passé au conformisme et pour figurer les contradictions du présent.

v.

  • 55 Cité par Christian Prigent, « Morale du Cut-up », Une Erreur de la nature, P.O.L., Paris 1996, p. 1 (...)
  • 56 Walter Benjamin, « Le surréalisme. Le dernier instantané de l’intelligentsia européenne » [1929], t (...)
  • 57 Cité et traduit par Françoise Proust dans L’Histoire à contretemps. Le Temps historique chez Walter (...)
  • 58 « Un philosophe disait qu’il fallait faire exploser le passé dans le présent, il avait raison », éc (...)

13Au début des années trente, sous l’influence des avant-gardes historiques, Walter Benjamin inscrivait le montage parmi les pratiques esthétiques qui permettent de rompre avec une « conception fétichiste de l’art, par nature ennemie de la technique »55. Son Livre des passages invitait du reste à considérer le montage comme un art de la mémoire, qui fait se rencontrer l’autrefois et le maintenant en des images dialectiques, chargées de temps au point d’en exploser, rendant lisible l’envers de l’histoire. Cette méthode littéraire préservait selon lui les « énergies révolutionnaires qui se manifestent dans le « suranné »56, qui pouvaient dès lors être mises au service de la transformation du présent. Le montage, en restituant au passé sa puissance de rupture, « allume la mèche de l’explosif qui gît dans ce qui a été »57. Parmi les écrivains français contemporains, c’est sans doute Olivier Cadiot, dans un entretien accordé au Matricule des anges peu après la parution de Retour définitif et durable de l’être aimé, qui a le mieux exposé l’actualité du montage et sa capacité à dynamiter la mémoire pour « faire exploser le passé dans le présent »58.

  • 59 Olivier Cadiot, « Un terrain de foot. Propos recueilli par Xavier Person », Le Matricule des anges, (...)

Cette méthode, c’est Walter Benjamin qui la développe dans Passages parisiens, il dit en substance : vous prenez un morceau de temps, vous coupez en deux l’événement et vous enlevez ce qu’il y a de passé et ce qu’il y a de présent, parce que tout événement contient toujours une face ancienne et une face nouvelle. Vous gardez la face ancienne, vous recoupez encore, vous retaillez à l’intérieur de votre passé, ce qu’il y a encore de présent vous l’enlevez, parce que vous en retrouvez encore une couche, vue d’un autre point de vue. Divisez à l’infini, jusqu’à la plus infime portion. C’est une asymptote. On en arriverait à un moment à se réveiller du passé. Du XIXe siècle pour Benjamin. Du XXe siècle pour nous. S’enfoncer de plus en plus dans le passé, en utilisant le présent comme critère de division, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. C’est plus amusant que de « faire le deuil ». On est presque entièrement en arrière, puisqu’on a tout dévoré le passé, mais on est en même temps complètement dans le présent parce que le présent qu’on a mis au frais occupe tout l’espace59.

  • 60 Jacques Rancière, « La phrase, l’image, l’histoire », Le Destin des images, La Fabrique, Paris 2003 (...)
  • 61 « À un ami », in Auguste Blanqui, Maintenant il faut des armes, éd. Dominique Le Nuz, La Fabrique, (...)
  • 62 Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle. Le Livre des passages, trad. J. Lacoste, Éditions (...)
  • 63 « À un ami », in Auguste Blanqui, Maintenant il faut des armes, cit., p. 26.

14C’est ce travail de découpage, qui s’apparente au cut-up dans la description de Cadiot, que les écritures politiques de Jean-Marie Gleize et de Nathalie Quintane appliquent aux années rouges, avec lesquelles l’affaire dite de Tarnac forme à leurs yeux une constellation qui noue passé et présent. Malgré leur proximité esthétique et idéologique, Tarnac, un acte préparatoire et Tomates offrent deux déclinaisons distinctes de l’art du montage. La manière symbolique de Jean-Marie Gleize consiste à recueillir des fragments textuels disparates, à rassembler des énoncés hétérogènes, à associer des biographèmes décontextualisés pour mettre en évidence leur commune mesure. Le rassemblement des traces du passé, des chutes de la mémoire, des restes de la filiation fait progressivement apparaître une série d’analogies qui les rattachent au présent. Le montage de Tarnac, en ce qu’il suggère l’unité du divers, est une « machine à faire du commun », pour parler comme Jacques Rancière. La manière dialectique de Nathalie Quintane est exactement inverse. La rencontre des incompatibles et le rapprochement des incommensurables produisent une suite discontinue de chocs, qui systématise les contradictions plutôt que de les résoudre. La fréquence des heurts et l’ampleur des intervalles entre le passé et le présent font apparaître la division de la communauté, faute d’une mesure capable de contenir ses écarts, de maîtriser ses conflits, de surmonter ses ruptures. Le montage de Tomates constitue une « machine à opposer des mondes »60. Or ces manières de monter et de remonter les temporalités, l’une qui les rassemble, l’autre qui les sépare, ont en commun d’envisager le passé non de façon historique, mais sous un angle résolument politique, suivant en cela l’impulsion de Benjamin. En préface à Maintenant, il faut des armes, une anthologie de textes de Blanqui parue en 2006, les « agents du Parti imaginaire » expliquaient la nécessité d’une appropriation politique du passé : « Le passé n’est pas une succession de faits, de dates, de modes de vie, ce n’est pas une penderie de costumes, c’est un réservoir de forces, de gestes, une prolifération de possibilités existentielles. Sa connaissance n’est pas nécessaire, elle est vitale. Vitale, pour le présent »61. La profession de foi progressiste de Michelet, « Chaque époque rêve la suivante »62, que citait d’ailleurs Benjamin dans son Livre des passages, le Parti imaginaire en opère le détournement, exactement comme Gleize ou Quintane auraient pu le faire : « Chaque époque rêve les précédentes »63.

  • 64 Christophe Hanna, « Actions politiques/actions littéraires », in « Toi aussi, tu as des armes », ci (...)
  • 65 Julien Coupat, La prolongation de ma détention est une petite vengeance, « Le Monde », 5 mai 2009 ; (...)

15C’est à travers la technique du montage que Tomates et Tarnac parviennent à construire une mémoire critique de la grammaire de la contestation issue des « années 68 », qui échappe à la réification patrimoniale et à la neutralisation politique du passé. Parce qu’elles arrachent des fragments de réalité à leur contexte et les combinent sans effacer leur hétérogénéité, ces écritures politiques brisent l’apparence de totalité et de clôture du texte. En faisant éclater la continuité engendrée par la narration, elles accentuent le tranchant du souvenir et le choc de la perception, associant en une même constellation les espérances brisées du passé et la violence bavarde du présent. Quintane et Gleize ne se contentent pas d’afficher leur solidarité avec les militants de l’« ultra-gauche » arrêtés par la justice française et soupçonnés d’avoir rédigé L’insurrection qui vient. À l’instar de Christophe Hanna, ils s’approprient l’affaire de Tarnac comme une « leçon de poétique et de pragmatique littéraire »64, qui exige de réinventer, dans la continuité des politiques de la littérature des années rouges, l’articulation entre les pratiques discursives et les processus de subjectivation, les dispositifs textuels et les formes de vie, entre les écritures de soi et les langages idéologiques. Dans un entretien accordé au « Monde » en mai 2009 et reproduit dans la revue « Nioques » quelques mois plus tard, Julien Coupat, après avoir souligné « l’aspect le plus formidable de cette procédure : un livre versé intégralement au dossier d’instruction », identifiait avec pénétration l’une des causes de la fascination exercée par cette affaire sur les écrivains : « De mémoire française, il ne s’était pas vu depuis bien longtemps que le pouvoir prenne peur à cause d’un livre. On avait plutôt coutume de considérer que, tant que les gauchistes étaient occupés à écrire, au moins ils ne faisaient pas la révolution. Les temps changent, assurément. Le sérieux historique revient »65.

Notes

1 Selon la formule qu’a imposée dans le champ historiographique l’ouvrage de Genevière Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-François Lévy et Michelle Zancarini-Fournel, Les Années 68. Le Temps de la contestation, Éditions Complexe, coll. « Histoire du temps présent », Bruxelles 2000.

2 Dominique Viart, « Les héritages de Mai 68 », Écrire Mai 68, Argol, Paris 2008, p. 26.

3 J’emprunte la notion de grammaire à la sociologie pragmatique, qui désigne ainsi l’ensemble de règles à partir desquelles se constitue la cohérence des représentations et des pratiques des acteurs sociaux. Voir notamment : Luc Boltanski et Laurent Thévenot, De la justification. Les Économies de la grandeur, Gallimard, coll., « NRF Essais », Paris 1991. Quant à l’importance du terme de contestation en 1968, je renvoie à Bernard Brillant, Les Clercs de 68, Presses universitaires de France, coll. « Le Nœud gordien », Paris 2003.

4 Voir entre autres Michel Feher, « Mai 68 dans la pensée », in Jean-Jacques Becker et Gilles Candar (dir.), Histoire des gauches en France. 2. XXe siècle : à l’épreuve de l’histoire, La Découverte, Paris 2004, p. 599-623 ; et Denis Hollier, « 1968, May : Actions, No ! Words, Yes ! », A New History of French Literature, Harvard University Press, Cambridge 2001 [1989], p. 1034-1040.

5 Michel de Certeau, « Pour une nouvelle culture : prendre la parole » [1968], in Caroline Hoctan (éd.), Mai 68 en revues, Imec, coll. « Pièces d’archives », Paris 2008, p. 103.

6 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard, coll. « Tel », Paris 2001 [1975], p. 34.

7 Félix Guattari, La Révolution moléculaire, Les Prairies ordinaires, coll. « Essais », Paris 2012 [1977].

8 Gilles Deleuze, Foucault, Minuit, coll. « Critique », Paris 1986, p. 123.

9 Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ?, in Situations, II [1948], Gallimard, Paris 1998, p. 248.

10 Olivier Cadiot et Pierre Alferi, La mécanique lyrique, « Revue de littérature générale », no 1, 1995, p. 3-22.

11 Jean Chichizola, L’extrême gauche tentée par la violence, « Le Figaro », 8 juin 2007.

12 Gérard Davet, Les RG s’inquiètent d’une résurgence de la mouvance autonome, « Le Monde », 1 février 2008.

13 Michèle Alliot-Marie, Je veux mettre fin à la propagande terroriste, « Le Figaro », 1 février 2008.

14 Sur la question de la violence révolutionnaire et de la construction policière de l’ultra-gauche, on consultera les travaux d’Isabelle Sommier, La Violence révolutionnaire, Presses de Sciences Po, coll. « Contester », Paris 2008 ; et « Réflexions autour de la « menace » ultra-gauche en France », in Xavier Crettiez et Laurent Mucchielli, Les Violences politiques en Europe. Un État des lieux, La Découverte, coll. « Recherches », Paris 2010, p. 45-65.

15 L’ultragauche déraille, « Libération », 12 novembre 2008.

16 Tiqqun. Organe conscient du Parti imaginaire, « Exercices de métaphysique critique », 1999 ; Tiqqun. Organe de liaison au sein du Parti imaginaire, « Zone d’opacité offensive », 2001. Sur la filiation situationniste des écrits du « Parti imaginaire » et du « Comité invisible » : Patrick Marcolini, Héritiers situationnistes. De l’Internationale situationniste à L’Insurrection qui vient, « Le Tigre », no 30, mars-avril 2009, p. 30-33.

17 Isabelle Mandraud et Caroline Monnot, Les neuf de Tarnac, « Le Monde », 20 novembre 2008.

18 Comité invisible, L’Insurrection qui vient, La Fabrique, Paris 2009 [2007], p. 70.

19 Émile Pouget, L’Action directe, Éditions du Réveil ouvrier, Nancy, s.d. [1910] ; reproduit dans Nioques, no 7-8, mai 2010 ; Francis de Pressensé et Émile Pouget, Les Lois scélérates de 1893-1894, Éditions de la Revue blanche, Paris 1899.

20 Christophe Hanna, Poésie action directe, Al Dante, Paris 2003 ; Nos Dispositifs poétiques, Marseille, Questions théoriques, coll. « Forbidden Beach », 2009 ; « Nouvelles écritures politiques », Art 21, no 30, printemps, 2011, p. 62-65. Voir aussi Yves Citton, Ufologies littéraires et ovnis politiques, « La Revue des livres », no 6, juillet-août 2012, p. 50-59.

21 Jacques Rancière, « La fiction documentaire : Marker et la fiction de mémoire », La Fable cinématographique, Seuil, coll. « La librairie du xxie siècle », Paris 2001, p. 201-216.

22 Nathalie Quintane, « Astronomiques assertions », in Jean-Christophe Bailly, Jean-Marie Gleize, Christophe Hanna, Hugues Jallon, Manuel Joseph, Véronique Pittolo et Nathalie Quintane, « Toi aussi, tu as des armes ». Poésie et politique, La Fabrique, Paris 2011, p. 181.

23 Jean-Marie Gleize, « Simplifications/conversions », Formules, « Forme et informe dans la création moderne et contemporaine », no 13, 2009, p. 253.

24 Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, Seuil, coll. « Fiction et Cie », Paris 2011, p. 159.

25 Jean-Marie Gleize, « Lacs, écrans, torrents, couloirs », Sorties, Questions théoriques, coll. « Forbidden Beach », Marseille 2009, p. 356.

26 Hakim Bey, TAZ. Zone autonome temporaire, trad. Ch. Tréguier, L’Éclat, Paris 2011 [1991].

27 Jean-Marie Gleize, « Le sourire de Marat », Néon, actes et légendes, Seuil, coll. « Fiction et Cie », Paris 2004, p. 115-122.

28 Jean-Marie Gleize, « Selon quel rite », Film à venir. Conversions, Seuil, coll. « Fiction et Cie », Paris 2007, p. 77-86.

29 Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, cit., p. 112.

30 Jean-Marie Gleize, « Un ciel enfermé dans l’eau », Sorties, cit., p. 431.

31 Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, cit., p. 83, 99, 162.

32 Jean-Marie Gleize, « Un ciel enfermé dans l’eau », Sorties, cit., p. 434.

33 Giorgio Agamben, La Communauté qui vient. Théorie de la singularité quelconque, trad. M. Raiola, Seuil, coll. « Librairie du xxe siècle », Paris 1990.

34 Jean-Marie Gleize, « Opacité critique », in Jean-Christophe Bailly, Jean-Marie Gleize, Christophe Hanna, Hugues Jallon, Manuel Joseph, Véronique Pittolo et Nathalie Quintane, « Toi aussi, tu as des armes », cit., p. 42.

35 Guy Debord, La Société du spectacle, Gallimard, coll. « Folio », Paris 1999, § 164, p. 160; Jean-Marie Gleize, Tarnac, un acte préparatoire, cit., p. 82, 87, 94.

36 Lettre ouverte des parents des neuf mis en examen du 11 novembre, « Libération », 25 novembre 2008 ; SNCF : les parents des neufs autonomes demandent la libération de leurs enfants, « Le Monde », 25 novembre 2008.

37 Nathalie Quintane, Tomates, P. O.L., Paris 2010, p. 7.

38 Cette poétique trouve l’une de ses expressions les plus nettes dans la première phrase de Grand Ensemble, qui traite de la colonisation en Afrique du Nord à partir d’une affection cutanée : « À la suite d’un herpès occurré à la lèvre supérieure en février deux mille trois et particulièrement défigurant, je décidais d’écrire un texte intitulé L’Année de l’Algérie. » Nathalie Quintane, Grand Ensemble (concernant une ancienne colonie), P.O.L., Paris 2008, p. 9.

39 Nathalie Quintane, Est-ce que peux placer une contradiction secondaire ?, « Nioques », no 7-8, mai 2010, p. 175-183.

40 Nathalie Quintane, J’étais une petite bourgeoise de gauche électique-révisionniste, « Formes poétiques contemporaines », no 7, 2010, p. 85-97.

41 Nathalie Quintane, Tomates, cit., p. 16.

42 Ibid., p. 65.

43 Ibid., p. 42.

44 Ibid., p. 41.

45 Ibid., p. 110.

46 Ibid., p. 133.

47 Ibid., p. 42-43.

48 Nathalie Quintane, « Faire de la poésie une science, politique. Tentatives d’expulsion de la littérature, du “montage” ducassien aux cut-up contemporains », in Sylvie Coëllier (éd.), Le Montage dans les arts aux xxe et xxie siècles, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence 2008, p. 132-133.

49 Pierre Carles et Georges Minangoy, Ni vieux, ni traîtres, France, 93 minutes, 2006.

50 Nathalie Quintane, Tomates, cit., p. 82-85.

51 Ibid., p. 16.

52 Carlo Ginzburg, « L’estrangement. Préhistoire d’un procédé littéraire », À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, trad. P.-A. Fabre, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », Paris 2001, p. 29.

53 Nathalie Quintane, Tomates, cit., p. 38.

54 Ibid., p. 58.

55 Cité par Christian Prigent, « Morale du Cut-up », Une Erreur de la nature, P.O.L., Paris 1996, p. 175.

56 Walter Benjamin, « Le surréalisme. Le dernier instantané de l’intelligentsia européenne » [1929], trad. M. de Gandillac, Œuvres, II, Gallimard, coll. « Folio », Paris 2000, p. 119.

57 Cité et traduit par Françoise Proust dans L’Histoire à contretemps. Le Temps historique chez Walter Benjamin, LGF, coll. « Le livre de poche », Paris 1999 [1994], p. 45. À propos du montage chez Benjamin : Muriel Pic, « Littérature et connaissance par le montage », in Laurent Zimmermann (éd.), Penser par les images, Cécile Defaut, Nantes 2006, p. 147-177; Georges Didi-Huberman, Quand les images prennent position. L’Œil de l’histoire, 1, Minuit, coll. « Paradoxe », Paris 2009.

58 « Un philosophe disait qu’il fallait faire exploser le passé dans le présent, il avait raison », écrit Olivier Cadiot dans Retour définitif et durable de l’être aimé, P.O.L., Paris 2002, p. 11.

59 Olivier Cadiot, « Un terrain de foot. Propos recueilli par Xavier Person », Le Matricule des anges, no 41, novembre-décembre 2002, p.  21. Je dois la connaissance de cet entretien au bel essai d’Alain Farah, dont la lecture m’a été précieuse dans la rédaction de cet article : Alain Farah, Le Gala des incomparables. Invention et résistance chez Olivier Cadiot et Nathalie Quintane, Classiques Garnier, coll. « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », Paris 2013.

60 Jacques Rancière, « La phrase, l’image, l’histoire », Le Destin des images, La Fabrique, Paris 2003, p. 68. Je m’approprie librement la distinction établie par Rancière, à l’occasion d’un commentaire des Histoire(s) du cinéma de Jean-Luc Godard, entre montage « symboliste » (que je renomme « symbolique ») et montage « dialectique ».

61 « À un ami », in Auguste Blanqui, Maintenant il faut des armes, éd. Dominique Le Nuz, La Fabrique, Paris 2006, p. 26.

62 Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle. Le Livre des passages, trad. J. Lacoste, Éditions du Cerf, coll. « Passages », Paris 2002, p. 36.

63 « À un ami », in Auguste Blanqui, Maintenant il faut des armes, cit., p. 26.

64 Christophe Hanna, « Actions politiques/actions littéraires », in « Toi aussi, tu as des armes », cit., p. 66.

65 Julien Coupat, La prolongation de ma détention est une petite vengeance, « Le Monde », 5 mai 2009 ; reproduit sous le titre La situation est excellente, dans « Nioques », no 6, octobre 2009, p. 27-37.

Auteur

Université du Québec, Montréal

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540