Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français contemporain face à l’Histoire

 | 
Gianfranco Rubino
, 
Dominique Viart

Histoires politiques et sociales

Paroles ouvrières, entre mémoire et témoignage

Annalisa Bertoni

Résumé

Face à l’accélération du processus de désindustrialisation, plusieurs récits contemporains se chargent de la reconstitution historique du travail en industrie et contribuent à transmettre une mémoire du monde ouvrier. Certains d’entre eux, conçus dans une visée testimoniale, s’appuient sur la rencontre avec les travailleurs et sur la reprise de leur parole. Quelle posture d’auteur entraîne le rôle de témoin délégué ? Et quelle posture de lecture suppose-t-il ? Des récits comme Notre usine est un roman de Sylvain Rossignol (2008) et Métaleurop. Paroles ouvrières de Frédéric H. Fajardie (2003) apportent des réponses singulières à ces questions et permettent d’interroger les enjeux idéologiques et formels de ces démarches littéraires.

Texte intégral

  • 1 Cf. Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engelibert (éds.), Dire le travail. Fiction et témoignage depuis (...)

1Dans le vaste ensemble des récits qui depuis les années 80 se proposent de « dire le travail »1, les textes qui traitent du travail en industrie semblent constituer un ensemble à part pour des raisons qui dépassent le seul critère thématique.

  • 2 Cf. Dominique Viart, Le Roman français au XXe siècle, Hachette, Paris 1999 ; Dominique Viart et Bru (...)
  • 3 Jean-Paul Engelibert, « Tombeaux de la classe ouvrière : Filippetti, Magloire, Sonnet », Stéphane B (...)

2Il s’agit, en effet, d’une « famille » ancienne et très honorable : la parution en 1982 de Sortie d’usine de François Bon et de L’Excès-l’usine de Leslie Kaplan semble marquer l’origine même du « retour au réel »2 de la littérature française. Tout en étant voués à saisir le vif de l’expérience dans le présent, ces récits, à la différence des récits d’entreprise, entretiennent un lien privilégié avec l’histoire et la mémoire collective. La disparition matérielle de nombreux sites de production industrielle aussi bien que de la classe ouvrière elle-même engage certains auteurs à se tourner vers le passé pour interroger et préserver l’histoire de ces lieux et de leurs employés. Comme le souligne Jean-Paul Engelibert, « ces récits témoignent en cela d’une conscience historique : ils gardent la mémoire de métiers et de mondes sociaux disparus et conjurent leur effacement de l’histoire »3.

3Nous en sommes aujourd’hui à la deuxième génération des récits d’usine et nous pouvons nous demander quelles transformations sont survenues, au passage du XXIe siècle, dans les formes et les enjeux de ces écritures du travail.

4Parmi les récits publiés dans les années 2000, plusieurs ont pour point de départ un lieu : le site de travail est saisi au moment où toute activité s’arrête à cause de la fermeture ou de la délocalisation de l’entreprise ou bien au moment où les bâtiments désaffectés de l’usine, bien des années après leur abandon, s’apprêtent à être détruits ou réinvestis et réaménagés en vue d’un changement radical de fonction, souvent dans le cadre d’un projet public et culturel.

  • 4 Cf. Dominique Viart, « Éthique de la restitution. Les fictions critiques dans la littérature contem (...)
  • 5 Paul Ricœur, L’Histoire, la mémoire, l’oubli, Seuil, Paris 2000. Sur l’opposition entre « devoir de (...)
  • 6 Ibid., p. 56-57.

5Les genres, par contre, sont variés. Nous rencontrons des récits autobiographiques qui apportent un témoignage de l’intérieur, où l’histoire collective et sociale constitue la toile de fond de l’expérience de l’auteur à l’usine, comme L’Usine de Vincent De Raeve (Couleur livres, 2006), Dehors les P’tits Lus. Chronique d’une usine sacrifiée, chronique à deux voix signée par Anne Gintzburger, journaliste, et Monique Laborde, infirmière à l’usine LU d’Évry (Flammarion, 2005), les nombreux écrits de Jean-Pierre Levaray, dont Putain d’usine (L’Insomniaque, 2002). Nous trouvons également des récits de filiation relevant d’une éthique de la restitution4 qui rendent hommage à un proche de l’auteur dont la vie est reconstituée et questionnée à partir de son activité professionnelle, comme Ouvrière de Franck Magloire (L’Aube, 2002), Les Derniers jours de la classe ouvrière d’Aurélie Filippetti (Stock, 2003) ou Atelier 62 de Martine Sonnet (Le temps qu’il fait, 2008). Enfin, nous rencontrons des fictions documentées, plus ou moins critiques, dans lesquelles la démarche testimoniale côtoie le « travail de mémoire »5 vis-à-vis d’une histoire en lambeaux qui demande à être mise en récit. C’est le cas, par exemple, de Mémoires de l’Enclave de Jean-Paul Goux (Mazarine, 1986 ; rééd. Actes Sud 2003), Daewoo de François Bon (Fayard, 2004) ou Notre usine est un roman de Sylvain Rossignol (La Découverte, 2008). En nous invitant à réfléchir aux points communs entre la pratique littéraire du témoignage et celle de la restitution, Dominique Viart observait comment toutes deux « […] font effort de reliaison. La restitution relie le présent à son héritage mal transmis ; le témoignage destine le passé vécu aux hommes du présent. Chaque fois un geste d’adresse s’impose, qui déplace singulièrement les enjeux. Car il ne s’agit plus, ou il s’agit moins, de dire une Histoire en soi, ou pour elle-même, mais de reconstituer une Histoire pour autrui »6.

6Dans ces récits testimoniaux et de restitution, l’histoire collective est souvent appréhendée a posteriori à travers l’expérience d’individus singuliers. Les écrivains tentent – par la voie expérimentale, en inventant une langue, en essayant de mettre en forme une écriture qui se cherche au moment même où elle advient et qui donne à voir toutes ses hésitations et ses impuissances – de renouer avec le vécu et le point de vue des travailleurs. Il s’agit souvent de pallier au silence de ceux qui n’ont pas pu ou su parler – comme c’est le cas pour le père de Martine Sonnet dans Atelier 62. D’autres fois, ces récits mettent en place des dispositifs polyphoniques servant de caisse de résonance à une multitude de voix qui, autrement, ne dépasseraient pas le cercle restreint de la communauté d’appartenance. Ils empruntent ainsi un chemin opposé, allant du pluriel à l’individuel ou, plus précisément, faisant émerger la singularité dans la pluralité.

  • 7 Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, La Découverte, Paris 2008.
  • 8 UCLAF est l’acronyme d’Usines Chimiques des Laboratoires Français.
  • 9 En 1998 le Centre de Recherche de Romainville employait encore 2000 salariés des 4000 qui étaient à (...)

7Parmi les récits se construisant autour de la parole des travailleurs et relevant d’une intention testimoniale et de restitution, Notre usine est un roman de Sylvain Rossignol7 se distingue par sa genèse singulière. Ce livre répond à la commande d’un groupe de salariés du laboratoire pharmaceutique Roussel-Uclaf8, fondé à Romainville en 1927 et devenu, au fil des années, le deuxième centre de recherche et de production pharmaceutique de France. En 2006, au moment où Rossignol accepte leur proposition, le site de Romainville vient d’être fermé et l’entreprise qui, au cours des dix dernières années, a changé plusieurs fois de propriété et d’appellation, se nomme désormais Sanofi-Aventis. Le groupe de salariés qui fait appel à Rossignol se constitue d’employés « résistants » à la fermeture du centre de recherche et de production qui, pendant huit ans, se sont battus avec acharnement contre les actionnaires majoritaires, déterminés depuis 1998 à délocaliser la production et la recherche et, par conséquent, à vendre ou à fermer les laboratoires de Romainville9. Ce sont à la fois des ouvriers, des techniciens de laboratoire, des chercheurs, des secrétaires, des comptables et des cadres, la plupart syndicalisés et délégués CGT.

  • 10 Mélanie Guyonvarch, Une sociologie du licenciement dans les entreprises « gagnantes ». Banalisation (...)
  • 11 Les deux projets ont été financés par le comité d’établissement de l’entreprise, sous la propositio (...)

8Leur démarche littéraire survient suite à un travail d’enquête scientifique inauguré en 2005, consistant en une étude sociologique du plan de sauvegarde de l’emploi, confiée à Mélanie Guyonvarch dans le cadre d’une recherche doctorale en sociologie10, et en une enquête psychodynamique du travail, réalisée par Anne Flottes, consultante et spécialiste des conditions de travail, avec Pascale Molinier, psychologue11.

9Si la première vient apporter une confirmation aux nombreux défauts relevés par les salariés dans le plan de sauvegarde, la deuxième atteste et démontre leur souffrance. Ces deux études représentent donc une double reconnaissance et légitimation – scientifique et publique – de l’expérience vécue et des effets psychologiques et physiques qu’elle a pu provoquer. Cette prise de conscience mène à une prise de parole : les travailleurs s’interrogent sur les formes qui permettraient de communiquer les résultats des deux enquêtes au-delà du cercle de la communauté concernée et solidaire. Ils se demandent aussi comment faire connaître les sentiments de souffrance, d’injustice et de marginalisation qui surviennent suite à la suppression de leurs postes de travail, ainsi que l’indignation et le deuil suscités par la disparition, pour des raisons de spéculation financière, d’un site de recherche et de production encore fleurissant. Enfin, ils se sentent investis du devoir d’informer l’opinion publique des dérives et des omissions qu’une telle gestion peut engendrer dans la recherche pharmacologique, en soulignant les risques que cela comporte pour la santé publique. Ainsi, leur volonté de transmission traduit-elle plusieurs exigences : témoignage, dénonciation, demande de reconnaissance publique et mission de prévention sociale.

  • 12 Sur la quatrième de couverture du livre, l’auteur est présenté comme « un jeune écrivain et militan (...)
  • 13 Michel Zumkir, Le contrat (de travail) de Sylvain Rossignol, « Recto/Verso. Revue de jeunes cherche (...)
  • 14 Isabelle Krzywkowski, « Ouvriers vivants : la langue en travail », Stéphane Bikialo et Jean-Paul En (...)
  • 15 Philippe Beck, Jean-Marie Gleize, Josée Lapeyrère, La Rédaction, Vannina Maestri, Katalin Molnár, C (...)
  • 16 « Entretien avec Sylvain Rossignol », par Simon Roguet, Dossier Initiales, « Écrire le travail », c (...)

10Face à ces multiples enjeux, le savoir-faire de l’écrivain semble être un gage d’autorité, de crédibilité et de compétence. Si, après maintes hésitations et hypothèses différentes dont, entre autres, l’idée de réaliser un film, une pièce de théâtre ou une enquête journalistique, les travailleurs décident de s’adresser à un auteur littéraire c’est aussi parce qu’ils sont des lecteurs, notamment de Daewoo de François Bon avec qui ils établissent un dialogue fécond et qui les encourage à poursuivre leur projet. Après des mois de recherche, Sylvain Rossignol accepte leur proposition singulière et signe un contrat de travail d’un an avec l’association RU (Résistance Universelle), créée à cette fin en décembre 200512. Comme l’a souligné Michel Zumkir, « Sylvain Rossignol s’est retrouvé, comme certains écrivains classiques, à écrire pour un tiers, à la demande de celui-ci, à sa commande »13. Si la forme que prendra le récit se dessine graduellement dans l’échange avec Sylvain Rossignol, au cours de nombreuses assemblées réunissant les anciens travailleurs, le livre semble en tout cas représenter, aux yeux des initiateurs du projet, le moyen le plus efficace de diffuser leur histoire au plus grand nombre de personnes et sur la plus longue durée possible. Comme l’a remarqué Isabelle Krzywkowski dans une étude consacrée à l’anthologie Ouvriers vivants (Al Dante, 1999)14, recueil poétique issu de la rencontre entre huit poètes contemporains15 et des ouvriers sans papiers, ce genre de projet littéraire soulève la question du public. À qui s’adressent ces publications ? À un lectorat averti, se reconnaissant dans la démarche souvent expérimentale des auteurs et de la maison d’édition ? À la communauté des ouvriers ? À un public plus vaste qui risque, pourtant, de ne jamais tomber sur ces livres ? Les membres de l’association RU n’ont pas de doutes à cet égard : ils demandent à l’auteur d’écrire un livre « grand public », qui ait du succès. Sylvain Rossignol les suit, convaincu à son tour qu’une telle forme littéraire peut se doubler d’une fonction critique peut-être même plus efficace que d’autres : « L’option historique (ou sociologique) aurait eu l’inconvénient de ne s’adresser qu’à un public averti. Or, le projet du livre est fondamentalement politique pour les salariés et pour moi, au sens premier du terme : faire porter la parole dans l’arène publique. […] C’est pour ça que j’ai proposé la forme fictionnelle, littéraire, qui est le cheval de Troie des questions politiques »16.

  • 17 Rencontres internationales Art et transformation sociale, « Du territoire en crise au territoire de (...)
  • 18 Sur la connaissance par témoignage, cf. Stéphane Chauvier, « Le savoir du témoin est-il transmissib (...)
  • 19 Paul Celan, « Gloire de cendres », Choix de poèmes, Gallimard, Paris 1998, p. 265.
  • 20 Rencontres internationales Art et transformation sociale, « Du territoire en crise au territoire de (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, cit., p. 175.
  • 23 « Entretien avec Sylvain Rossignol », par Simon Roguet, Dossier Initiales, « Écrire le travail », c (...)
  • 24 Cf. le site de l’association RU, dans la section « résumé du roman » : www.notreusineestunroman.com

11Pour son travail d’enquête préalable à l’écriture, Rossignol décide de ne pas réaliser de recherches documentaires en archives mais de s’en tenir aux paroles des ouvriers qu’il sent « criantes de vérité »17. Pendant six mois, dans des bureaux désaffectés du site de Romainville, il interviewe soixante employés environ, accumulant des centaines d’heures d’enregistrement audio. Il se trouve, ainsi, dans la position du témoin délégué, de celui qui devrait témoigner pour les témoins. Position notamment paradoxale, puisque le savoir du témoin est par définition perceptif – le témoin est celui qui a vu, entendu, perçu les événements – et on ne peut le tenir d’une croyance dans le savoir d’autrui18. « Nul ne témoigne pour le témoin »19, nous rappelle Paul Celan. Peut-être à cause de cette attitude testimoniale paradoxale, la première version du récit, très proche de la parole des employés, s’est-elle avérée insatisfaisante au point d’apparaître aux yeux de son auteur comme « un échec complet »20. Rossignol s’oriente alors vers la construction d’un roman mettant en scène des personnages de fiction, où le récit est mené au présent par un narrateur omniscient très effacé, dont on ignore la situation d’énonciation. Ce modèle romanesque convenu, que Rossignol considère lui-même comme « d’arrière-garde »21 permet d’étirer le récit jusqu’à 1967, année d’embauche de divers salariés de Roussel-Uclaf et de la plupart des personnages du roman, alors âgés de dix-sept ans. Entre euphorie de l’achat de la première voiture, adhésion au mouvement pour le planning familial, accidents du travail, grèves, espoirs et désillusions politiques, le roman suit le parcours d’une dizaine de personnages-type engagés dans « l’édification d’une vie »22.C’est ainsi que voit le jour une fresque romanesque retraçant l’histoire personnelle et sociale d’une génération et, à travers elle, de tout un pays, depuis les prémisses de Mai 68 jusqu’à la crise des années 90, en passant par les Trente glorieuses. Selon l’auteur, la génération du baby boom aurait construit son identité, sa conscience politique et son émancipation sociale sur son lieu de travail, par le travail : « […] Si je voulais montrer l’ampleur de la perte du travail, il fallait que je montre comment on se construit à travers lui »23. Les anciens employés de Roussel-Uclaf partagent son point de vue, comme le montre la présentation du roman publiée sur le site de leur association : « Au-delà des particularités de l’industrie pharmaceutique, les initiateurs de ce livre veulent transmettre l’élan, l’enthousiasme et l’imagination de ceux qui ont milité pendant un demi-siècle pour changer la vie. Aucun ouvrage théorique sur le capitalisme ou la condition sociale ouvrière n’aurait pu le faire aussi bien »24.

  • 25 Il s’y ajoute une annexe concernant la genèse du volume, signée par Annick Lacour, présidente de l’ (...)
  • 26 Cf. Mikhaïl Bakhtine, La Poétique de Dostojevsky, Seuil, Paris 1970.
  • 27 Propos cités par Christine Rousseau, Il était une fois notre usine, « Le Monde des livres », 15 mai (...)
  • 28 Annick Lacour, Annexe. La genèse du livre, Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, cit., p. 41 (...)

12Le roman s’articule en sept chapitres qui correspondent à autant de périodes-clés dans l’histoire de l’entreprise et dans l’existence des personnages25. Dans chaque chapitre, le récit est ensuite découpé en journées de travail à leur tour segmentées en de plus brèves séquences introduites par des sous-titres qui, en guise de didascalies, fournissent des indications spatio-temporelles permettant au lecteur de suivre l’action successive ou simultanée de plusieurs personnages. Ce système d’organisation des différents fragments du récit évoque le montage alterné cinématographique et, de même que celui-ci, vise à suggérer la continuité temporelle de l’action dans des espaces différents. Cette articulation donne à Rossignol l’opportunité de suivre ses personnages sur quarante années de vie et de travail en changeant souvent de focalisation et en faisant place à de nombreuses scènes dialoguées. Si la dimension collective du destin et de l’action des personnages peut faire penser au roman choral, Notre usine est un roman ne présente pas, par contre, le caractère contrapuntique des langages, des idéologies et de consciences qui distingue, selon Bakhtine, le « roman polyphonique »26. En effet, malgré le foisonnement des dialogues et en dépit du projet initial centré sur la parole, les choix formels de l’auteur accentuent la dimension visuelle du roman, dans une perspective qui oppose la neutralité présumée de la monstration au risque de démonstration contenu dans le témoignage : « […] Beaucoup désiraient un livre qui soit une démonstration implacable de l’injustice qui leur avait été faite. […] Je leur ai […] proposé d’écrire non pas un livre qui démontre mais un livre qui montre : l’usine en marche, le travail et l’attachement à ce travail qui fut le moteur même de leur combat. […] Je pensais au début que cela prendrait la forme d’un livre de témoignages car pour moi, il y a une vérité de la parole. Puis, très vite, celle-ci m’est apparue comme un filtre. Je voulais que le lecteur “voie” par-dessus l’épaule des salariés, qu’il observe cette ruche où se côtoyaient, en divers lieux, de multiples métiers »27. Les initiateurs du projet résument bien cette transition lorsqu’ils affirment, dans l’annexe consacrée à la genèse du livre, que Rossignol « a su, par son écriture, filmer la force de [leurs] mots »28.

  • 29 Pour Dominique Viart « le livre de Rossignol s’élabore comme une fiction documentée traditionnelle, (...)
  • 30 Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, cit., p. 343-411.

13Si cette fiction réaliste documentée29 accomplit honnêtement la fonction de restitution du destin individuel et collectif des employés, la transmission de leurs témoignages reste fragile et l’identification générique du livre se montre, par moments, problématique. Une rupture de registre s’impose, par exemple, dans la dernière partie du roman où les personnages principaux racontent à la première personne, chacun de son point de vue, les huit dernières années de lutte et de travail (de 1999 à 2007)30. Le lecteur, depuis longtemps pris au jeu de la fiction, peut être surpris par le style documentaire de cette section du livre, où chaque texte est introduit par le nom du personnage monologuant (Dino, Marianne, Pierre, Gisèle et Nadine, etc.) et suivi de l’indication de la date et du lieu où son témoignage aurait été recueilli. Comme si le projet initial du livre se retrouvait condensé dans ces soixante pages conclusives.

14La part d’ambiguïté de ce projet ne viendrait pas, à notre sens, de la nature hybride du texte, mais au contraire de l’écartement systématique de toute possibilité d’hybridité (des registres, des styles, des langues, des visions, des opinions, des idéologies), fondée sur la conviction que la posture effacée de l’auteur garantirait une plus grande adhésion du récit à la réalité et une plus certaine empathie du lecteur vis-à-vis des protagonistes des histoires rapportées et réélaborées dans la fiction. La figure du sujet qui se charge de recueillir et de mettre en récit la parole d’autrui est ici constamment gommée au profit d’un récit fictionnel auquel se juxtapose un plus court récit pseudo-documentaire. Cette démarche d’effacement nous semble exclure involontairement, peut-être à cause d’un excès de confiance dans des formes littéraires convenues, la possibilité de rendre compte de la rencontre entre différents sujets, de la recherche d’une langue commune et des limites éventuelles de cette expérience de partage. Un tel parti pris nous semble, en effet, écarter aussi bien la critique que la simple interrogation des formes du discours et de l’engagement qui distinguent d’autres récits d’usine fondés sur une intention de restitution et de transmission, incluant aussi la pratique de l’entretien réel ou fictionnel, tels Mémoires de l’Enclave de Jean-Paul Goux ou Daewoo de François Bon.

  • 31 Frédéric H. Fajardie, Metaleurop, paroles ouvrières, Les mille et une nuits, « Témoignages », Paris (...)
  • 32 « Témoignages ».
  • 33 Colères du présent, « Remerciements », F. H. Fajardie, Metaleurop, paroles ouvrières, cit., p. 137. (...)
  • 34 Ibid.

15Bien qu’il repose sur des procédés narratifs résolument différents, voire opposés, le livre de Frédéric H. Fajardie Metaleurop, paroles ouvrières31, nous semble relever de cette même difficulté à intégrer dans le récit un questionnement sur la démarche de transmission engagée. Comme l’indiquent son sous-titre, « Entretiens avec des ouvriers de Metaleurop », et la collection qui l’héberge32, ce volume recueille les témoignages d’une vingtaine de salariés de Metaleurop Nord, filiale de Metaleurop SA située à Noyelles-Godault et Courcelles-lès-Lens dans le Pas-de-Calais. Spécialisée dans la production et la transformation des métaux non ferreux, le plomb et le zinc essentiellement, cette usine avait été fondée comme compagnie minière en 1881 sous le nom de Société minière et métallurgique Penarroya. Elle est mise en liquidation judiciaire en mars 2003, avec 830 ouvriers licenciés et un site gravement pollué laissé à l’abandon et classé Seveso, en l’absence de plan de décontamination. Fajardie, déjà auteur de romans noirs et policiers, avec un passé de militant communiste pro-chinois aux côtés de la Gauche prolétarienne et du Secours rouge a écrit ce livre à la demande des salariés, dans le cadre d’une résidence organisée par Colères du présent, une association ayant pour but de « promouvoir l’écriture et la littérature d’expression populaire et de critique sociale et […] de lutter contre l’exclusion culturelle en donnant la parole à ceux qui ne l’ont pas – ou peu »33. Dans un court texte de remerciements à la fin du livre, Colère du présent affirme avoir pris l’initiative « d’offrir la parole aux salariés de l’usine Metaleurop […] pour éviter qu’en plus de la perte de leur gagne-pain, ne soient effacées l’histoire de ce bastion de la classe ouvrière et la mémoire de cette lutte exemplaire »34. Ce projet d’écriture semble ainsi s’inscrire dans la continuité de la littérature prolétarienne initiée par Henry Poulaille dans les années 30.

  • 35 Frédéric H. Fajardie, Metaleurop, paroles ouvrières, cit., p. 11 et p. 15.
  • 36 Ibid., p. 17.

16De même que Rossignol, Fajardie choisit de ne pas se mettre en scène en tant que sujet écrivant. Dans les seuls textes du livre où il prend la parole à la première personne, une préface et une postface encadrant les témoignages des travailleurs, il n’affiche son rôle d’écrivain et de militant que pour affirmer sa décision de laisser la parole aux ouvriers : « Je me tiens un peu à l’écart. […] Des ouvriers, dont certains connaissaient mes livres, m’ont fait venir sur le site de Metaleurop Nord, m’ont parlé et m’ont choisi pour donner forme écrite à leur mémoire. C’est ma seule légitimité, elle vient d’eux »35. Convaincu qu’il est plus opportun de rester en retrait, il décide de ne pas transcrire les questions ni les relances qu’il adresse aux travailleurs. Pour lui, « seules les réponses comptent »36. Ainsi, ce sont les voix des travailleurs que l’on entend, chacune identifiée en clôture de chaque texte – en guise de signature – par le prénom, l’âge, la situation familiale et le poste occupé par l’ancien employé de Metaleurop ayant pris la parole pour raconter son expérience de travail et de lutte :

  • 37 Ibid., p. 32, p. 67 et p. 111.

pascal, trente-neuf ans, marié, deux enfants, atelier zinc.
mario, cinquante-deux ans, concubinage revendiqué, trois enfants, agent de maîtrise.
marie-jeanne, cinquante-deux ans, divorcée, un enfant, secrétaire technique37.

  • 38 Ibid., p. 109.
  • 39 Ibid., p. 92.
  • 40 Ibid., p. 28.

17Leur parole est aussi mise en valeur dans les titres des textes, pour lesquels Fajardi a sélectionné des extraits de leurs propos. Présentées entre guillemets, ces citations souvent emphatiques ont l’efficacité des titres de presse : « La vraie violence, c’est les patrons ! »38 affirme, par exemple, Christian ; « On était portés par l’idée qu’on était populaires ! »39 s’exclame Bernard, alors que Pascal s’adonne à une réflexion plus amère : « C’est comme une cicatrice pour toujours… »40.

  • 41 Ibid., p. 12. On remarquera que le titre de sa préface, « Adieu la vie, adieu l’amour, adieu toutes (...)
  • 42 Ibid., p. 12.
  • 43 Ibid., p. 15.
  • 44 Ibid., p. 12.
  • 45 Isabelle Pitteloud, « Parler depuis l’usine ou parler de l’usine. Statut social et statut de la par (...)
  • 46 Ibid., p. 13.

18Ces titres sont aussi représentatifs du point de vue des témoins qui, quelle que soit leur profession au sein de l’entreprise, revendiquent tous une appartenance à la classe ouvrière. Cette posture collective s’affiche aussi dans le titre du livre qui présente comme « paroles ouvrières » non seulement les témoignages de plusieurs ouvriers, mais aussi ceux d’ingénieurs, de comptables, d’autres techniciens et même celui du maire de Courcelles-lès-Lens. Leur vocabulaire, souvent polémique, apparaît fortement marqué par une idéologie anti-libérale opposant les valeurs des ouvriers à la violence des « patrons » ou des « cols blancs » intégrés au « système ». Fajardie, qui partage cette conscience de classe, donne le ton de la colère dans sa préface où, faisant l’éloge de la révolte contre la fermeture de l’usine, il inscrit leur lutte dans une continuité historique idéologiquement marquée : « J’ai vu brûler les chariots élévateurs et la fièvre qui prenait chacun lors de ces instants magiques, quand la violence révolutionnaire des métallos rend coup pour coup à la violence patronale »41. Ainsi, prendre en charge les paroles ouvrières à Metaleurop en 2003 relève aussi de la volonté de préserver la mémoire des « centaines de millions d’hommes qui voulaient changer la vie »42 et qui « aux yeux de l’Histoire [sont] tous des vaincus »43. Entre critique sociale et dénonciation politique, le projet littéraire de Fajardie et des travailleurs de Metaleurop prend aussi, par moments, une tournure élégiaque : « Que reste-t-il de tous ceux-là, de tous ceux qui y ont cru, de tous ces camarades inconnus et que pourtant j’imagine tels des frères dont nous n’avons pas su, les défaites succédant aux débâcles depuis trente ans, préserver l’héritage historique ? »44. Si l’enregistrement brut des paroles ouvrières donne à la démarche de Fajardie une visée documentaire, le nombre restreint des témoignages publiés, la suppression des questions posées par l’auteur et le cadre idéologique au sein duquel s’inscrivent son discours et celui des interviewés sont préjudiciables à la réalisation d’une enquête et d’une analyse proprement sociologiques. Pour Isabelle Pitteloud, la posture de Fajardie consistant à « revendique[r] une emprise de la situation pure »45, empêcherait la mise en œuvre d’un travail de représentation sans lequel la littérarité du texte serait elle aussi menacée : « […] si son travail présente une valeur documentaire inestimable, force est de reconnaître qu’il marque, sinon un échec sociologique, du moins une impasse du littéraire – l’auteur se refusant à utiliser sa vie ou celle d’autrui comme matière à représentation »46. D’autre part, la séparation nette entre la parole de l’auteur, reléguée en marge du livre, et celle des ouvriers semble avoir pour effet d’escamoter l’enjeu crucial de toute démarche littéraire fondée sur le témoignage : questionner la possibilité même de la transmission et tenter d’inscrire cette interrogation dans la forme du texte.

  • 47 Olivia Rosenthal, Viande froide, Paris, Centquatre/Nouvelles Éditions Lignes, 2008, p. 49.

19Malgré la diversité formelle des écrits de Rossignol et de Fajardi, l’un se confrontant au témoignage par le biais de la fiction, l’autre l’abordant par une approche documentaire, la véritable question soulevée par la genèse singulière des deux textes nous semble concerner la place du sujet écrivant dans l’ensemble du projet et le rôle qu’il joue au sein de la narration. La dimension critique de ces démarches d’écriture ne peut, nous semble-t-il, se limiter à leur seul objet, l’expérience du travail en industrie, la perte d’emploi et la lutte pour l’éviter ; le « travail de mémoire » et la fonction de restitution qu’elles visent nécessitent une extension de la critique aux formes du discours, une interrogation concernant la zone de turbulence où la parole des témoins rencontre celle de l’auteur censé œuvrer à la transmission. Comme le rappelle Olivia Rosenthal dans Viande froide, « la transmission c’est une histoire de manque, c’est le manque qu’on veut combler »47.

Notes

1 Cf. Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engelibert (éds.), Dire le travail. Fiction et témoignage depuis 1980, Presses Universitaires de Rennes, Rennes 2012.

2 Cf. Dominique Viart, Le Roman français au XXe siècle, Hachette, Paris 1999 ; Dominique Viart et Bruno Vercier, La Littérature française au présent, Bordas, Paris 2005 et 2008.

3 Jean-Paul Engelibert, « Tombeaux de la classe ouvrière : Filippetti, Magloire, Sonnet », Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engelibert (éds.), Dire le travail. Fiction et témoignage depuis 1980, cit., p. 148. Outre le volume dirigé par Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engelibert, d’autres ouvrages collectifs ont recensé et analysé les différentes formes que prend l’écriture du travail, notamment Sylvie Servoise (éd.), Raison publique, n° 15, « Le Travail sans fin », Presses Universitaires Paris-Sorbonne, novembre 2011, dont la version en ligne présente des contributions supplémentaires http://www.raison-publique.fr/article476.html ; Dossier Initiales, n° 25, « Écrire le travail », 2011, [en ligne] http://www.initiales.org/Dossier-thematique-no-25-Ecrire-le.html.

4 Cf. Dominique Viart, « Éthique de la restitution. Les fictions critiques dans la littérature contemporaine et l’Histoire », in Mélanges offerts à Bernard Alluin, Université de Lille 3, Lille 2005.

5 Paul Ricœur, L’Histoire, la mémoire, l’oubli, Seuil, Paris 2000. Sur l’opposition entre « devoir de mémoire » et « travail de mémoire » dans la littérature contemporaine, cf. Dominique Viart, « Témoignage et restitution. Le traitement de l’Histoire dans la Littérature contemporaine », Gianfranco Rubino (éd.), Présences du passé dans le roman français contemporain, Bulzoni, Roma 2007.

6 Ibid., p. 56-57.

7 Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, La Découverte, Paris 2008.

8 UCLAF est l’acronyme d’Usines Chimiques des Laboratoires Français.

9 En 1998 le Centre de Recherche de Romainville employait encore 2000 salariés des 4000 qui étaient à peu près présents en 1967.

10 Mélanie Guyonvarch, Une sociologie du licenciement dans les entreprises « gagnantes ». Banalisation de la gestion du licenciement et déstabilisation du rapport au travail des cadres, managers et techniciens, Thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Danièle Linhart (GTM, Université Paris Ouest) et Jean-Pierre Durand (CPN, Université d’Évry Val d’Essonne), soutenue le 18 novembre 2008 à l’Université d’Évry-Val-d’Essonne.

11 Les deux projets ont été financés par le comité d’établissement de l’entreprise, sous la proposition des salariés.

12 Sur la quatrième de couverture du livre, l’auteur est présenté comme « un jeune écrivain et militant qui a déjà remporté plusieurs prix récompensant ses nouvelles ». Chimiste de formation, Sylvain Rossignol est aussi spécialiste de questions de santé au travail. Après Notre usine est un roman, il a publié Carte de fidélité, La Découverte, Paris 2010.

13 Michel Zumkir, Le contrat (de travail) de Sylvain Rossignol, « Recto/Verso. Revue de jeunes chercheurs en critique génétique », 26 juin 2008, [en ligne], http://www.revuerectoverso.com/spip.php?breve20-nb1 [lien non disponible. Consulté le : 03/05/2017]..

14 Isabelle Krzywkowski, « Ouvriers vivants : la langue en travail », Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engelibert (éds.), Dire le travail. Fiction et témoignage depuis 1980, cit., p. 198, note 15.

15 Philippe Beck, Jean-Marie Gleize, Josée Lapeyrère, La Rédaction, Vannina Maestri, Katalin Molnár, Charles Pennequin, Christophe Tarkos.

16 « Entretien avec Sylvain Rossignol », par Simon Roguet, Dossier Initiales, « Écrire le travail », cit., p. 12

17 Rencontres internationales Art et transformation sociale, « Du territoire en crise au territoire de l’art », co-organisées par Vies à vies, Territoire d’image et ARTfactories/Autre(s)pARTs, 9 et 10 décembre 2010, Arras, [en ligne], http://vimeo.com/19932542.

18 Sur la connaissance par témoignage, cf. Stéphane Chauvier, « Le savoir du témoin est-il transmissible ? », Philosophie, « Le témoignage. Perspectives analytiques, bibliques et ontologiques », n° 88, hiver 2005, p. 28-46. Sur les problèmes soulevés par la littérature testimoniale comme genre, cf. Catherine Coquio, L’émergence d’une “littérature” de non-écrivains : les témoignages de catastrophes historiques, « Revue d’histoire littéraire de France », n° 2, mai 2003, p. 343-363 ; Charlotte Lacoste, Le Témoignage comme genre littéraire en France de 1914 à nos jours, Thèse de doctorat en sciences du langage, sous la direction de Tiphaine Samoyault et François Rastier (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense). Sur les récits testimoniaux qui abordent la question du travail et sur la question épineuse de leur « littérarité », cf. Corinne Grenouillet, « Petit boulot et sale boulot : le travail précaire entre témoignage et fiction littéraire », Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engelibert (éds.), Dire le travail. Fiction et témoignage depuis 1980, cit., p. 73-88.

19 Paul Celan, « Gloire de cendres », Choix de poèmes, Gallimard, Paris 1998, p. 265.

20 Rencontres internationales Art et transformation sociale, « Du territoire en crise au territoire de l’art », cit.

21 Ibid.

22 Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, cit., p. 175.

23 « Entretien avec Sylvain Rossignol », par Simon Roguet, Dossier Initiales, « Écrire le travail », cit., p. 12.

24 Cf. le site de l’association RU, dans la section « résumé du roman » : www.notreusineestunroman.com.

25 Il s’y ajoute une annexe concernant la genèse du volume, signée par Annick Lacour, présidente de l’association RU.

26 Cf. Mikhaïl Bakhtine, La Poétique de Dostojevsky, Seuil, Paris 1970.

27 Propos cités par Christine Rousseau, Il était une fois notre usine, « Le Monde des livres », 15 mai 2008, [en ligne], http://www.lemonde.fr/livres/article/2008/05/15/il-etait-une-fois-notre-usine_1045170_3260.html.

28 Annick Lacour, Annexe. La genèse du livre, Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, cit., p. 415.

29 Pour Dominique Viart « le livre de Rossignol s’élabore comme une fiction documentée traditionnelle, construite à la manière des sagas du premier XXe siècle, autour de personnages exemplaires », « Écrire le travail : vers une sociologisation du roman contemporain ? », Dominique Viart et Gianfranco Rubino (éds.), Écrire le présent, Armand Colin, Paris 2012, p. 147.

30 Sylvain Rossignol, Notre usine est un roman, cit., p. 343-411.

31 Frédéric H. Fajardie, Metaleurop, paroles ouvrières, Les mille et une nuits, « Témoignages », Paris 2003.

32 « Témoignages ».

33 Colères du présent, « Remerciements », F. H. Fajardie, Metaleurop, paroles ouvrières, cit., p. 137. On remarquera aussi que le projet collectif s’étend aux droits d’auteur de l’ouvrage, entièrement versés à l’association « Chœurs des fondeurs » qui regroupe les anciens salariés de Metaleurop Nord.

34 Ibid.

35 Frédéric H. Fajardie, Metaleurop, paroles ouvrières, cit., p. 11 et p. 15.

36 Ibid., p. 17.

37 Ibid., p. 32, p. 67 et p. 111.

38 Ibid., p. 109.

39 Ibid., p. 92.

40 Ibid., p. 28.

41 Ibid., p. 12. On remarquera que le titre de sa préface, « Adieu la vie, adieu l’amour, adieu toutes les femmes… », est tiré de La Chanson de Craonne, chanson contestataire des soldats français durant la Première Guerre mondiale.

42 Ibid., p. 12.

43 Ibid., p. 15.

44 Ibid., p. 12.

45 Isabelle Pitteloud, « Parler depuis l’usine ou parler de l’usine. Statut social et statut de la parole chez François Bon », Contemporanea, 2006, vol. 4, n° 6, p. 12.

46 Ibid., p. 13.

47 Olivia Rosenthal, Viande froide, Paris, Centquatre/Nouvelles Éditions Lignes, 2008, p. 49.

Auteur

ESBA, Nîmes

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540