Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français contemporain face à l’Histoire

 | 
Gianfranco Rubino
, 
Dominique Viart

Écrire les guerres et la décolonisation

Dialogue : De l’histoire à la littérature

Éric Vuillard et Pierre Schoentjes

Résumé

En répondant aux questions de Pierre Schoentjes, Éric Vuillard précise que le choix de sujets historiques pour ses romans, où il est question de dominants et de dominés, de pauvres et de riches, est lié aussi à notre contexte actuel, où l’on assiste à une aggravation de ces inégalités et à une concentration du pouvoir politique sur un petit nombre d’individus. Il ne vise donc pas un récit de conciliation car il est conscient du fait que l’histoire est un processus conflictuel. Même si la notion d’engagement appartient à une autre saison politique et littéraire, il trouve légitime le point de vue de Sartre selon lequel aucune littérature ne peut se prétendre indépendante des événements. Mais cette conscience des rapports de la littérature à l’histoire et à la politique ne débouche nullement sur une attitude abstraitement idéologique, car elle s’appuie sur une perception aiguë du concret naturel et sur des stratégies de représentation et d’argumentation très efficaces, telles que la digression et l’opposition, fondées sur des principes d’association et de juxtaposition qui produisent du sens. Une pratique du montage permet ainsi de repérer des relations significatives entre les événements, les choses, les êtres, entre le passé et le présent.

Texte intégral

Pour la transcription de ce dialogue nous remercions Chiara Bontempelli.

schoentjes : Je suis très heureux d’accueillir Éric Vuillard. Je ne dois plus vous le présenter, vous l’avez lu. Je rappellerai simplement qu’il est devenu particulièrement visible récemment, en 2012, avec La Bataille d’Occident, et avec Congo, mais ce n’était pas, loin s’en faut, ses premiers livres : il avait publié avant ça Les Conquistadors en 2009 et, antérieurement encore, en 2006, Tohu. Je signale aussi qu’il est cinéaste et qu’on lui doit une adaptation cinématographique de Mateo Falcone. Voici en guise de très brève présentation. Je commencerais d’abord par la question très générale, qui est celle des rapports entre écriture littéraire et Histoire, parce que évidemment s’il y a quelque chose qui est manifeste, au moins à partir des Conquistadors, pour Congo et pour La Bataille d’Occident, c’est le choix de sujets historiques. À des époques différentes, dans différents lieux, ce sont des épisodes fréquemment violents qui sont mis en scène. Alors je voudrais peut-être commencer par là : est-ce que tu pourrais nous expliquer comment est-ce que ces livres, qui se répondent parfois à distance –La Bataille d’Occident évoque le Congo – comment cet intérêt est-il né ?

 

vuillard : Je commencerai de manière plus générale, sur les rapports entre l’histoire et la littérature aujourd’hui, parce que j’ai le sentiment qu’on en parle souvent de manière abstraite, comme d’un phénomène détaché de tout rapport avec notre temps. Or cet intérêt pour l’histoire me semble lié à la conjoncture qui est la nôtre. Ce n’est pas seulement une tocade que je partagerais avec certains, il y a là quelque chose de plus profond. Mais quoi ? On parle de la célèbre « concurrence des mémoires » avec, en arrière-fond, l’idée d’unifier tout ça, certains déplorant qu’on n’arrive pas tous à tenir le même langage, à se réconcilier... Je suis très hostile, en fait, à l’idée d’un récit collectif ou d’une manière, comment dire, de raccommodement. Ça me paraît très louable entre voisins ou entre amis, mais à l’échelle des sociétés, il existe des continuités, des crimes impunis, bien des difficultés qui demandent, pour être résolues, tout autre chose que des bonnes intentions. L’Histoire n’est pas une conférence de paix, on sait d’ailleurs ce que valent ces dernières ; l’Histoire est un processus conflictuel. Et l’idée d’une réconciliation, comme ça, parce que le temps a passé et que la douleur c’est la douleur, ça me paraît aller un peu vite en besogne.

Ainsi, dans mes livres, il n’est pas seulement question de colonisés et de colonisateurs ; plus largement, il s’agit de dominants et de dominés, de pauvres et de riches ; or le contexte dans lequel nous sommes aujourd’hui, on le sait tous, est celui d’une aggravation de ces inégalités, d’une concentration du pouvoir économique et du pouvoir politique sur un petit nombre d’individus. On pourrait dire que notre monde vire à l’Ancien régime. Et je pense que notre intérêt pour l’Histoire, aux uns et aux autres, vient en partie de là. Pourtant, nous n’avons pas tous les mêmes opinions sur ces choses, même si on en parle souvent de manière très consensuelle, comme si tous les écrivains et tous les historiens étaient d’accord, ou que nos opinions étaient mises entre parenthèses et que seul comptait une sorte de “goût” pour l’Histoire. Alors qu’à mon sens, nous ne cessons de régler des comptes de façon souterraine ; que ce soit entre écrivains, entre historiens ou entre historiens et écrivains, il se règle des comptes. Ce sont des mouvements violents qui nous séparent les uns des autres, et nous regroupent selon des appartenances politiques et des affinités sensibles.

Au départ d’un livre, il peut y avoir une décision ; on décide d’écrire sur telle ou telle chose, on voudrait s’y tenir absolument, mais ça ne se passe jamais comme on voudrait. Des évènements, des épisodes que l’on envisageait d’écrire ne tiennent pas, et d’autres tout à coup surgissent et prennent forme, c’est là le processus même de l’écriture. Il y a dans chaque livre, sans doute, une sorte de livre secret ou de détermination secrète. Le problème pour répondre à cette question de comment est né mon intérêt pour la guerre de 14 ou pour la colonisation du Congo, c’est qu’en somme je crois qu’on construit tous sa réponse rétrospectivement. Chaque auteur se dit « J’ai écrit ce livre pour telle raison », mais en somme le nombre de brouillons, l’épaisseur du temps, l’élan, l’impuissance, enfin toutes ces choses sont mêlées et quant à la détermination première, si jamais elle a existé, elle se trouve prise dans le ciment.

J’en resterais donc à des déterminants un peu généraux, loin de ce qui intimement m’a amené à parler du Congo ou de la Première Guerre, mais au fond ce sont peut-être ces déterminants-là qui importent le plus. Pour la Grande Guerre, ce qui a retenu mon attention c’est que nous sommes aujourd’hui dans une période troublée. Et nous ne pouvons pas du tout savoir de quoi l’avenir sera fait. La Deuxième Guerre mondiale s’est annoncée, on voyait très bien la montée des fascismes, la complaisance des élites, etc. Cela clivait les sociétés. Aujourd’hui, on sait à peu près qui est l’adversaire, mais la façon dont nos sociétés vont réagir, et ce qui risque de se produire, est encore indistinct. Voilà une des raisons pour lesquelles, sans doute, je me suis tout d’abord intéressé aux avant-guerres, et pourquoi j’ai écrit sur la guerre de 14. C’est une explosion subite, on n’a rien vu venir. Bien sûr, je ne veux pas dire que nous allons vers la guerre, mais nous sommes, nous aussi, et d’une toute autre manière, dans l’incertain.

 

schoentjes : Merci, tu a commencé tout de suite par la problématique sur laquelle je comptais terminer. Mais il se trouve que c’est précisément cette manière que tu as dans tes livres de lier ces questions historiques à des enjeux de sociétés aujourd’hui qui retient mon attention. Parmi l’ensemble des problématiques, j’en retiens deux : d’abord une présence – sensible dès Les Conquistadors et très forte à la fin de La Bataille d’Occident et dans Congo, c’est la position de l’argent et des finances. J’imagine que quand tu dis « on sait qui est l’ennemi », c’est entre autres à cet ennemi-là que tu pensais. Le poids du capitalisme, des lois du marché, c’est une donnée qui revient systématiquement dans tes livres. Même quand tu t’efforces de t’éloigner de ces questions, elles semblent s’imposer à nouveau. Sans doute convient-il de lier cela à un souci social, à une forme d’« engagement », si je puis me permettre ce terme, qui est peut-être obsolète, ou du moins sujet à caution dans la mesure où il renvoie à des compromissions inacceptables dans les années 60 et 70. De nombreux écrivains contemporains refusent le terme, Didier Daeninckx le fait de manière très explicite, alors que s’il y a un écrivain tourné vers les enjeux d’injustice sociale, c’est bien lui. Comment est-ce que cette double question – la présence thématique de l’argent dans tes livres et ta position d’écrivain « engagé », le terme pourrait te convenir malgré tout, puisque tu as fait référence à un héritage marxiste – s’articule ?

 

vuillard : Tout le monde sait effectivement que l’engagement c’est devenu, comment dire...

 

schoentjes : Un gros mot !

 

vuillard : Oui, il paraît que l’engagement serait l’antithèse de ce que la littérature peut avoir de souverain et de léger ; on a le sentiment que c’est à la fois une bêtise du point de vue des lettres et une grossièreté du point de vue politique. Or, je crois que ce mépris de principe pour l’engagement s’apparente à de l’intimidation. Cela s’est mis en place progressivement. Il est de bon ton de dire que Sartre est un auteur mineur, un philosophe mineur, et que, politiquement, il s’est toujours planté. Je prévois pour ma part un retour à Sartre. Il faut regarder l’œuvre et la vie de plus près. Les mots, c’est un très grand livre. Son Flaubert, c’est un très grand livre aussi, et une méthode. Sa pensée politique est à la fois souple et puissante. Non, décidément, ce n’est pas le monstre qu’on nous caricature.

Et puis je crois que l’idée d’une littérature autonome, c’est une conception très libérale de la littérature, une conception très “pure”. De ce point de vue, l’engagement est présenté comme étant le péché par excellence contre l’esprit. On devrait être plus méfiant. L’engagement, chez Sartre, consiste à dire que nous sommes tous pris dans notre temps, qu’aucune littérature ne peut se prétendre indépendante des évènements, et qu’une littérature consciente de ça mérite d’exister. Je trouve cette conception plutôt excitante, cela renforce le rôle de la littérature, cela ouvre la littérature à toutes les incandescences ; et je vois bien, par ailleurs, en quoi cette idée peut être choquante, elle heurte de front la conception scolaire de la littérature.

À l’époque où on parlait d’engagement, bien des écrivains participaient aux évènements politiques ; ça concerne Malraux, ça concerne Aragon ; c’est une littérature qui avait affaire avec la politique, qui a su établir un rapport direct, très fort, qui aujourd’hui nous manque. Mais je crois que ce rapport est en train de se reformer d’une autre manière, que notre souci pour l’Histoire augure de son retour. La haine de Sartre aujourd’hui n’est plus la même qu’hier, elle est une sorte de talisman, on se protège car l’orage arrive.

Je ne crois donc pas qu’on puisse balayer l’engagement d’un revers de main comme une chose ridicule ou inconsistante. La littérature, c’est un tissage entre l’effusion subjective, la réflexion, et puis sans doute une forme d’action. Si on dit : « J’écris des livres d’un côté et puis j’ai une vie politique de l’autre », alors on sépare tout à fait les choses, c’est une conception idéaliste. Et puis cela suppose que la littérature n’a aucun devoir et que, par conséquent, elle n’a aucun pouvoir sur le monde ; elle ne servirait donc qu’à divertir. Je suis en désaccord avec ça. Je pense que la littérature n’est pas seulement une manière d’indexer une pensée à une forme mais qu’elle est aussi un mouvement, une fonction.

 

schoentjes : Et puis précisément au sujet de cette question de l’argent : j’ai peut-être lié cela à l’actualité politique du moment, mais j’ai quand même l’impression que c’est quelque chose de récurrent : il y a l’or dans Les Conquistadors, l’importance de la liberté de commercer dans Congo, et cela revient avec la spéculation dans La Bataille d’Occident. La référence est tenace.

 

vuillard : Oui. Il me semble évident que l’accumulation des richesses est un des moteurs de l’Histoire. Ça, c’est une première chose. Mais il y a quelque temps, lors de notre première rencontre, tu avais évoqué le rapport entre l’Histoire, dont parlent mes livres, et la période qui est la nôtre, le monde contemporain, celui dans lequel nous vivons. Lorsque j’ai écrit le récit de la conférence de Berlin, j’ai fait descendre la généalogie de certains de ses protagonistes jusqu’à nous, et j’ai ainsi souligné qu’il existe des relations réelles, vivantes, entre notre monde et celui de la conférence. Le lignage des Chodron de Courcel, par exemple, est encore très actif aujourd’hui, en politique comme dans les affaires. Cette façon de raconter l’histoire, par de brefs allers-retours entre le passé et le présent, permet d’établir des concordances. Le récit se déroule sur plusieurs fronts, la narration n’est pas seulement linéaire, elle poursuit d’autres finalités qu’elle-même. C’est aussi un abandon à l’écriture, où quelque chose se dénoue, que j’ignorais encore.

En son temps, la Conférence de Berlin a été prise pour un évènement tout à fait légitime, tout à fait normal, une réunion entre diplomates. On peut la comparer à un phénomène qui se passe sous nos yeux sans cesse : les G20, les G8, toutes ces réunions qu’on nous annonce régulièrement, à géométrie variable, où quelques personnes décident pour toute la planète de quelques grandes orientations. Il y a là une sorte de chambre d’écho. Notre temps peut venir résonner avec celui de la conférence de Berlin et rendre brusquement les raouts de nos chefs d’État à leur inquiétante étrangeté.

Au début de La Bataille d’Occident, je raconte comment tout un dispositif diplomatique – des alliances nombreuses et âprement négociées entre les pays d’Europe – semble à l’époque imparable. Or, aujourd’hui nous vivons dans un monde où il y a toute une architecture aussi, que l’on nous sert à longueur de temps : les institutions internationales et européennes. Elles nous inquiètent bien un peu, mais au final, comme on nous en parle à longueur d’année, ça semble être du solide. Ce qui est intéressant avec la guerre de 14, c’est de voir qu’un dispositif savant, la diplomatie du début du XXe siècle – composé de gens extrêmement cultivés, entretenant des rapports étroits – a cédé en une seconde et demie.

 

schoentjes : En effet, en même temps ceux qui n’ont pas encore lu tes livres ne devraient pas imaginer des livres abstraits, où trainent des théories ; c’est au contraire une écriture qui est tournée vers le concret, un concret de l’ailleurs certainement, , mais aussi un concret naturel dont le but est de nous faire voir et de nous faire sentir, sans jamais faire de l’exotisme facile. Je voudrais savoir comment est-ce que c’est venu. Il s’agit à mon avis d’une constante dans l’œuvre, qui se retrouve dans Mateo Falcone quasiment avec un parti pris esthétisant. Tu parviens toujours à poser tes personnages dans un lieu, ces lieux sont très bien caractérisés ; l’on pourrait citer plusieurs pages qui évoquent des mouvements dans le paysage, l’éclosion de la nature, le passage des saisons...

 

vuillard : Pendant mon adolescence, j’ai vécu à la montagne, dans un coin très perdu des Alpes, et je porte depuis une attention particulière aux couleurs, aux formes, aux mouvements, à la lumière, c’est ce qui fait sans doute que j’ai pris plaisir à faire du cinéma. Je pense aussi que tu fais allusion au fait que l’histoire bute sans cesse sur la mort – des cadavres, des corps, que les hommes ont affaire à la fatigue, à la peur, enfin, à des choses qui, pour une part, semblent échapper à l’Histoire. C’est que je vois les choses, en les écrivant. Mais ce ne sont pas des images que je vois, ce sont les mots. Il y a là une jouissance propre, pas seulement au récit, mais à quelque chose qui est lié au poème, je pense, et qui consiste à la fois à s’abandonner aux mots et à se livrer au monde qui nous entoure.

Mais le réel, c’est aussi le moment où l’addition se fait, je pense à la fin de La Bataille d’Occident, où il est question de ces tombes toutes pareilles, où j’évoque les cimetières de la Grande Guerre. Bien sûr, le geste d’écrire, l’abandon, le tremblement de l’écriture, c’est essentiel. La vérité d’un livre se joue là. Et pourtant, je voulais aussi dire quelque chose : je voulais montrer ces tombes qui sont toutes les mêmes !

C’est en fait l’intrication de plusieurs désirs, l’écriture. Je voudrais qu’elle joue en même temps toutes les musiques, qu’elle possède tous les tons, toutes les formes de sentiments dans une phrase, lier la satire à une sorte de lyrisme, puis faire sentir, au contraire, quelque chose de plus heurté. Je voudrais que tout tienne !

 

schoentjes : Puisque tu as abordé plusieurs fois la question de l’écriture je propose qu’on s’y arrête encore un instant pour aborder la question de la documentation, toujours importante. Tout le monde constate que tu prends manifestement plaisir à travailler sur des sources multiples, que tu cherches à combiner différentes perspectives.

 

vuillard : C’est une question qui revient souvent à propos de mes livres, la question de la documentation. Or, je n’ai pas tellement le sentiment de parcourir des documents, même si je me renseigne... Avec cette idée que l’on se documente, c’est un peu comme s’il y avait deux lectures. D’un côté, on lirait L’Éducation sentimentale, avec passion, et puis on lirait les documents chiants, les lettres des poilus, les minutes de la Conférence de Berlin, les correspondances de Daladier. D’une certaine façon, pour pousser un peu loin et me faire comprendre, je dirais que je lis tout de la même manière, c’est-à-dire que je lis dans une ivresse douce, un peu étourdi, comme on l’est tous, je pense, lorsqu’on lit, un peu inattentif, avec des digressions incessantes, prenant des notes qui à la fois concernent ce que je lis et tout autre chose. Et je crois que lire c’est ça. Donc, le mot “document” m’est un peu étranger, je peux aller chercher des informations, comme tout le monde, mais les textes que j’ai pu lire, que ce soient des textes de littérature ou des correspondances, j’y ai pioché avec la même main, heureuse ou malheureuse.

 

schoentjes : Est-ce que c’est cette attitude-là qui explique une caractéristique saillante de ton écriture qui est le glissement continu ? Tu pars d’une idée ou d’une image et tu mets ensuite en place un série d’associations : cela peut être le menu de Joffre, des listes de médailles et de champignons, ou des descriptions anatomiques. À chaque fois il y a un glissement progressif et on lit des paragraphes entiers qui se construisent de cette manière-là.

 

vuillard : Il existe, dans la littérature contemporaine, une tradition digressive : je pense à Sebald ou à Magris, dont les livres sont faits de digressions incessantes. Une chose m’embarrasse avec ça, c’est que le moment de conclure n’arrive en somme jamais, comme si l’histoire n’était qu’un processus d’érosion, sans rapport avec la liberté humaine, une sorte d’histoire naturelle. Or, ce qui m’intéresse avec la digression, c’est au contraire son pouvoir associatif, elle rapproche des images, des événements, des formes, et elle permet ainsi à chacun de rendre son verdict. Et c’est bien ce que nous faisons d’ailleurs lorsque nous digressons, lorsque lisant un livre nous nous laissons emporter, pensant à autre chose, mais pas à n’importe quoi.

Donc, oui, la digression m’intéresse. Bien sûr, c’est parfois une sorte d’abandon, de fuite. Mais c’est aussi une manière de rompre la trame du temps, la trame des significations imposées en y introduisant notre pensée, nos images – une subjectivité.

C’est d’ailleurs ce que nous faisons, ici même, nous ne cessons sans doute de digresser, c’est comme ça que l’on pense, on ne peut pas penser autrement. J’essaie dans mes livres de faire avec ça, de laisser venir à moi quelque chose, afin de découvrir mon point de décision.

Une digression n’est jamais gratuite, elle s’impose à nous. Tu parlais par exemple de Joffre, du passage de La Bataille où je dresse sa table, et où je sers son repas. Là, on pourrait dire que j’y vais vraiment avec le petit bout de la lorgnette, mais ça permet un instant de mettre en rapport plusieurs choses : le formidable sang-froid de Joffre, ce qui le rend même assez sympathique, et le fait banal, et cependant inquiétant, que certains sont à table pendant que d’autres se font flinguer.

 

schoentjes : Oui, mais justement, et l’exemple que tu retiens le montre bien, une autre caractéristique de ton écriture, c’est que tu construis très volontiers – aussi bien dans l’ensemble d’un livre qu’à l’intérieur d’un paragraphe – des oppositions très fortes. À côté des glissements par association, tu construis des oppositions fortes et même violentes. Il peut s’agir de caoutchouc et de pneus, de revirements pendant une guerre… Pourrais-tu nous parler du rôle des ruptures à côté de celui des glissements ?

 

vuillard : Écrire, ce n’est pas seulement un continuum, une succession de touches, c’est un montage, quoi que l’on fasse, un paragraphe c’est un montage, deux phrases c’est un montage : ce que le cinéma nous a appris c’est que nous faisons du montage. Ces juxtapositions dont tu parles, elles sont de cet ordre, elles produisent du sens. Le lecteur doit l’interpréter. Il a une latitude, il y a une zone de fluctuation, mais c’est l’écrivain qui est responsable. Je ne fabrique pas une espèce de machine à produire du sens comme ça, arbitrairement.

Le passage auquel tu fais référence, le petit appendice de mots sur les pneus, en fin de chapitre, arrive après que j’ai parcouru le cauchemar de la colonisation léopoldienne. Il fait contraste, c’est vrai. Sur un ton presque neutre, il vient poser la question la plus évidente : « Mais tout ce caoutchouc, au fait, à quoi ça sert ? ». Cette question ramène à « la toute puissante pièce de cent sous ». Et la réponse arrive aussitôt : on récolte du caoutchouc pour fabriquer des préservatifs et des pneus. Alors, brutalement, le climat de terreur de l’État indépendant du Congo, que je viens de décrire, doit être mis en relation avec ça : les pneus. C’est sa vérité nue. Et après ce qui vient d’être raconté, après tant de violence, ce petit bout de prose est un peu dur à avaler.

 

schoentjes : Le passage dit : « Mais tout ce caoutchouc en fait à quoi ça sert ? On en fait des semelles, des chaussures, des lacets, des préservatifs et ces drôles de trucs en forme de donuts qu’on appelle “un pneu”... » c’est assez caractéristique comme rupture…

 

vuillard : ...le désir de mettre un petit coup de ciseau, de pointe sèche... je pense à ce que Flaubert disait de ces « têtes accentuées », je pense aussi aux messieurs à gros cigare dans Chaplin, ou aux têtes de Daumier, qui sont vraies. Elles possèdent des vertus qui me semblent très importantes pour la littérature et l’art en général : elles réincarnent les notaires. Dans quel film ou dans quel livre a-t-on vu des notaires plus vivants ? Je pense que les notaires devraient être ravis des caricatures de Daumier. Je le dis sérieusement, ils sont tout à fait incarnés, ils ont une âme, une âme grotesque.

Et par ailleurs, ça fait tomber toutes les litotes, les bienséances, bien sûr ça rend parfois le monde un peu désagréable, mais que voulez-vous ! Ce sont des exagérations qui luttent contre un mouvement constant d’atténuation de la réalité. Si on accentue, ça vient rompre l’immense euphémisme de la langue commune, conservatrice. C’est-à-dire que l’on voit enfin quelque chose. On voit enfin un notaire, un avocat, un procureur. Jusque-là on ne les avait pas bien vus. Et on y trouve tout ce qu’aujourd’hui nous savons du notable de province, d’une certaine bourgeoisie, etc. Oui, il faut souligner ; c’est ce que Flaubert veut dire avec ses « têtes accentuées ». La littérature peut donc deux choses : elle réincarne les hommes, les évènements, les douleurs, et puis en même temps elle les déseuphémise ; car il y a tout de même un moment où les choses doivent être dites.

 

schoentjes : Il y a la question du montage et parallèlement, il y a la question du cadrage qui est très importante aussi, cela se voit très bien dans la construction des livres aussi et certainement des deux derniers. Tu choisis très délibérément un certain nombre de sujets et, si je puis dire, quand il y a « des têtes qui ne te reviennent pas », tu les affrontes sans états d’âme. On doit signaler certaines figures exécrables du colonialisme belge, mais il y en a d’autres. Je pense qu’à ces moments-là l’on voit bien aussi de quelle manière tu mets le grotesque au service d’un “engagement”.

 

vuillard : Oui, je pense que la satire a des effets de vérité, mais ce que j’aime par-dessus tout, en littérature, c’est quand elle est mêlée à autre chose. J’aime les satiristes purs, mais ce que j’aime vraiment c’est par exemple cette scène dans Les cloches de Bâle : un enfant de la bourgeoisie se promène sur un trottoir ; un jeune ouvrier arrive en face, il tient un panier ou je ne sais plus quoi, qui est vide mais quand même encombrant ; le jeune bourgeois ne se pousse pas ; l’ouvrier manque tomber, il se retourne et fout au bourgeois un coup de pied au cul. Alors Aragon termine cette petite scéne par cette remarque : « Il venait de faire connaissance avec le prolétariat »... avec une pointe d’ironie qui me plaît beaucoup, ce n’est pas seulement de l’ironie, c’est lié au monde, à la réalité du monde, à ce qu’Aragon appelle « la décision réaliste », comment dire... ce n’est pas un ballon qui s’envole...

 

schoentjes : En effet, et cela est d’ailleurs caractéristique de ta manière de travailler : tu t’efforces de contextualiser en rattachant les événements à l’Histoire mais en même temps ton écriture va décontextualiser. Elle va nous conduire vers un univers littéraire foisonnant, un monde dans lequel la réalité historique n’est qu’un prétexte et jamais une finalité en soi.

© Quodlibet, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540