Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de Pierre Bergounioux

 | 
Sylviane Coyault
, 
Marie Thérèse Jacquet

Les voices de la connaissance

Les « formes impersonnelles » du style selon Bergounioux

Laurent Demanze

Résumé

Bergounioux n’est pas seulement un styliste hors-pair, c’est aussi un penseur du style. Dans une perspective sociologique pourtant, il saisit le style comme un marqueur social et un désir de distinction : le style est moins la marque d’un individu, le poinçon d’une singularité, mais le signe revendiqué d’appartenance à une classe. C’est cette tension entre affirmation de singularité et intégration à une collectivité que l’article déplie pour saisir comment l’écrivain délaisse le désir éclatant de style pour revendiquer davantage un style de vie, fait d’effacement et de retrait.

Texte intégral

  • 1 Les références entre parenthèses renvoient à cet essai : Pierre Bergounioux, Le Style comme expérie (...)
  • 2 Philippe Jousset, Anthropologie du style. Propositions, PU de Bordeaux, Bordeaux 2008.
  • 3 Marielle Macé, Penser le style avec Pierre Bourdieu, in Jean-Pierre Martin (éd.), Bourdieu et la li (...)
  • 4 Éric Bordas, « Style » : un mot et des discours, Éditions Kimé, Paris 2008 ; Marielle Macé, Façons (...)

1L’essai de Pierre Bergounioux, Le Style comme expérience, s’inscrit d’évidence dans une attention renouvelée aux enjeux existentiels du style1. Manières d’être, façons d’exister, styles de vie : la réflexion contemporaine a pu récemment ressaisir le style comme un lieu spécifique d’individuation, voire de subjectivation. Le style n’est plus dès lors une notion sollicitée par les seules études littéraires ou artistiques mais essaime plus largement dans le champ des sciences humaines, et jusque dans les discours sociaux, où il se fait prescription ou injonction à se forger un style à soi. S’élabore désormais une anthropologie du style pour emprunter le titre de Philippe Jousset qui prend en charge la teneur existentielle et la vocation phénoménologique des styles de vie2. Le style est désormais saisi comme « une catégorie anthropologique transversale », selon l’expression de Marielle Macé, qui permet d’analyser aussi bien les œuvres que les manières de percevoir et les pratiques quotidiennes3. Les essais de Marielle Macé, Éric Bordas ou encore Laurent Jenny en sont la meilleure illustration4, qui savent trouver dans le style tout ensemble un lieu d’aliénation où s’énonce la force prescriptive d’un discours social et une puissance de libération quand s’y invente un individu.

2L’essai de P. Bergounioux manifeste ce souci de penser le style hors du seul champ de la stylistique. Il convoque pour cela une réflexion à la croisée de la phénoménologie et de l’histoire, de la sociologie et de l’anthropologie. S’il sollicite tant de savoirs, c’est pour combler les impensés de la stylistique, et redonner au style son épaisseur historique comme sa teneur subjective. Surtout, cet essai permet de saisir les contradictions et les apories au travail dans l’œuvre de P. Bergounioux : le style est en effet dans son œuvre tout ensemble le signe d’une reproduction sociale et la marque d’une libération politique, l’espace d’une contrainte et le lieu d’une reconquête. C’est que l’écrivain emboîte volontiers le pas aux réflexions stylistiques de Pierre Bourdieu : le style oscille en permanence entre la marque d’une appartenance à la collectivité et la recherche d’une singularité, entre des « formes impersonnelles » (15) et des forces de singularisation.

Les impensés de la stylistique

3C’est dans l’élargissement de la pensée du style vers une stylistique de l’existence qu’il faut réinscrire l’essai de P. Bergounioux. Comme il l’énonce d’emblée, cet essai a pour ambition d’arracher le style à ses usages strictement stylistiques. Pour preuve, les stylisticiens sont peu présents dans les pages de l’essai, alors que les anthropologues et les historiens sont des interlocuteurs de prédilection. Et quand un stylisticien, Charles Bally, est cité, c’est pour s’en distinguer radicalement. De fait, la stylistique que convoque P. Bergounioux dans cet essai date d’un siècle, c’est celle du début du XXème siècle : elle s’inscrit dans la pensée structurale des faits de langage tels que Ferdinand de Saussure les analysait. Si P. Bergounioux semble tenir à ce point la stylistique à distance, c’est pour mieux en combler les deux impensés. En effet, il affirme que la pensée stylistique est fondée sur une double tache aveugle : elle privilégie l’étude en synchronie des discours et ne peut donc prendre en charge ni la dimension historique, ni la teneur subjective du style. Les successeurs de Ch. Bally « persisteront à rapporter le style à la langue comme entité autonome, c’est-à-dire à refuser l’approche historique. C’est pourquoi leurs travaux sont décevants. Ils se ramènent à des grammaires. Ils en ont la sécheresse, la grisaille. Ils laissent intacte l’expérience vécue du style, son retentissement subjectif, ses bonheurs et le bonheur qu’on y trouve » (8).

  • 5 Pierre Bergounioux, Le Style, c’est l’homme ?, Université permanente de Nantes, 15 mai 2012, webtv. (...)

4Dans une conférence contemporaine de l’écriture de l’essai, P. Bergounioux ne dit pas autrement que la stylistique s’invente et se fabrique comme une science anhistorique, en se fondant sur une théorie du système autonome des signes5. Dès lors, elle manque ce que chacun éprouve lorsqu’il est confronté à un fait de style, au point que la teneur subjective est radicalement absente. Cette stylistique ne serait donc pas susceptible de prendre en charge l’ébranlement que suscite chez le lecteur la rencontre des grandes œuvres et le changement intérieur qu’elles provoquent. Cette puissance de métamorphose ou d’avènement à soi-même à travers les éclats d’un style, la stylistique issue de Ch. Bally est incapable d’en tenir compte.

  • 6 Laurent Jenny, Une difficulté dans la pensée du style, « Critique », 752-753, 2010, p. 37.

5Si la réflexion de P. Bergounioux convoque une pensée du style qui date d’un siècle, c’est que le geste inaugural de Ch. Bally reste d’actualité et continue de marquer la discipline stylistique. Dans un article récent, Une difficulté dans la pensée du style, L. Jenny soulignait en effet que le geste de Ch. Bally dans son Traité de stylistique française (1909) n’a pas cessé d’être reconduit : la théorie du style reste pour l’essentiel fondée sur un système collectif de variantes, sans expression d’une singularité ni d’une manière individuelle. En somme, Ch. Bally ne peut considérer le style comme un phénomène dynamique et intentionnel. C’est pourquoi, note L. Jenny, « il récuse significativement qu’il puisse y avoir une stylistique historique. Le style de Bally demeure un système synchronique et figé qui manque le mouvement même de l’individuation »6.

6L’essai de P. Bergounioux s’attache donc à saisir cette double dimension du style, longtemps négligée : sa teneur historique et sa puissance individuante. Et pourtant, à la lecture des quelques pages de cet essai, qui vont l’amble et parcourent les siècles à grandes enjambées comme dans Jusqu’à Faulkner ou Une Chambre en Hollande, c’est la dimension historique qui est privilégiée, comme si la puissance individuante du style se manifestait avec éclat dans d’autres textes, comme on le verra.

Préhistoire et histoire du style

7P. Bergounioux réinscrit au fil de l’essai le style dans son devenir historique, en multipliant les saisies : entre parcours étymologique, dimension anthropologique et veine archéologique, l’écrivain saisit le style depuis ses origines, ou plutôt il fait de l’invention même de l’écriture le point d’émergence de la notion de style. Ce qui a deux conséquences. D’abord, l’essai associe étroitement style et écriture, congédiant styles artistiques ou manières existentielles : le style est essentiellement une maîtrise de l’outil graphique, une domination des usages symboliques et herméneutiques de l’écriture. Ensuite, l’essai délaisse rapidement une analyse minutieuse du style pour proposer à la suite des anthropologues une vive récapitulation de l’invention de « l’écriture », puis le devenir des usages du « récit ». Comme souvent, P. Bergounioux parcourt le temps à bride abattue, menant son lecteur des ruines de Sumer au Mississipi de Faulkner. On retrouve là la trame que proposaient par exemple La Cécité d’Homère et Jusqu’à Faulkner : suivre les devenirs du récit, tiraillé entre représentation distanciée – Homère – et implication participante – Faulkner.

  • 7 Je me permets de renvoyer aux analyses de Simon Stawski auxquelles ce paragraphe doit beaucoup : Si (...)

8L’écrivain propose là une phénoménologie minuscule du style et de l’écriture qui ont partie liée avec une action perçante et pénétrante : il s’agit de poser une marque, d’apposer un poinçon sur une matière sensible, mais aussi de creuser, de fouiller ou de s’enfoncer dans des profondeurs dissimulées. Il y a quelque chose d’un geste emblématique du mouvement de la connaissance, attaché à dévoiler des vérités cachées, à congédier les apparences superficielles pour leur préférer des réalités profondes. Geste matériel et mouvement heuristique vont ainsi pour lui de pair7.

9P. Bergounioux se montre particulièrement attentif aux conditions matérielles de l’écriture, rappelant après Jack Goody combien l’invention graphique ouvre de possibilités esthétiques et épistémiques. Tantôt, l’écriture permet d’élaborer des arts de mémoire, pour comptabiliser et tenir registre des richesses et des moissons, et libérer ce faisant une plasticité mentale où s’inaugure, pour reprendre la traduction du titre de J. Goody, une « raison graphique ». Tantôt, supports et matériaux autorisent des dispositifs esthétiques inédits et renouvellent les manières d’écrire. C’est ainsi qu’il analyse sans pour autant l’y réduire l’œuvre de Marcel Proust à partir de ses fondements graphiques :

Indépendamment de sa richesse inépuisable, de la civilisation raffinée, opulente, hautement consciente qui l’a nourrie, l’œuvre de Proust est inconcevable sans l’écriture. C’est le papier qui fournit à ses phrases ramifiées, sinueuses, enveloppantes, le support sans lequel elles tomberaient dans la confusion ou tourneraient court. Et les « paperoles » débordant partout des gros cahiers révèlent la poussée impérieuse, la fécondité inépuisable d’une pensée armée de la plume, appuyée sur la page. (19)

10Les conditions matérielles sont tout ensemble pour Marcel Proust une arme et un appui : P. Bergounioux ne réduit pas le roman proustien aux matériaux sensibles qui l’accompagnent, mais il souligne combien ces matériaux développent, intensifient et révèlent une sensibilité littéraire. Ils ouvrent un espace de possibilités stylistiques que l’œuvre de M. Proust va développer.

Le style comme distinction

11Telle n’est pas l’idée centrale que l’écrivain déploie tout au long de son essai. Le style y est en effet essentiellement défini par P. Bergounioux comme le vecteur d’une inégalité sociale et symbolique : il est saisi comme l’espace d’une distinction ou d’une différenciation sociale, où se lisent les marques d’une domination tout ensemble symbolique et économique. L’essai croise ainsi anthropologie et sociologie, en conjuguant la pensée de Claude Lévi-Strauss et celle de Pierre Bourdieu : le premier montrait que l’écriture n’est pas un outil démocratique de partage, mais le creusement d’une inégalité qui est le moteur paradoxal de l’histoire ; le second rend sensible aux manières et habitudes par où l’individu se différencie et s’affilie, s’identifie avec un statut, sinon une classe.

12Ce faisant, P. Bergounioux semble faire du style un marqueur d’appartenance collective, plus qu’une expression personnelle ou idiosyncrasique : avoir du style, c’est donc posséder les qualités distinctives qui signifient un positionnement social et mettent en évidence une distinction. Le style, ce sont « des façons distinctives d’être ou d’agir » (9). Il propose dès lors une vision profondément politique du style, où se jouent inégalités et exploitations, dominations et luttes : « Tout incite donc à rapatrier la question du style sur le terrain qui est le sien, celui de l’histoire, des luttes qui opposent les hommes entre eux dès la formation des premières sociétés » (8).

  • 8 Laurent Jenny, Une difficulté dans la pensée du style, cit., p. 37.
  • 9 « Notons, au passage, que la douleur consubstantielle au plaisir esthétique semble universelle […] (...)

13Si l’écrivain note ainsi le plaisir sensible et le sentiment d’accroissement existentiel que procure la rencontre d’un style, il note néanmoins combien cette expérience est ambivalente : tout ensemble plaisir et déplaisir, joie d’une maîtrise et conscience d’une domination. Car « une goutte de poison corrompt la saveur du style » (69), c’est « l’ombre portée, sentie, à tout instant, sur toutes choses, de l’inégalité » (69). Dès lors, le style selon P. Bergounioux « vaut en tant que symptôme d’appartenance et non en tant que processus de sens »8 pour emprunter la formulation de Laurent Jenny. Et si l’écrivain conclut pour ainsi dire son essai en citant Saint-Simon qui évoque tour à tour l’éloquence et l’esprit, le charme naturel de la causerie du Roi, de Madame de Montespan ou du Prince de Conti, c’est pour dire avec éclat le style comme un marqueur de position sociale et un outil de domination. Avoir un style, c’est susciter une admiration en imposant à autrui son statut comme sa supériorité : il y a là une violence dans le plaisir esthétique ressenti devant un beau style, et l’admiration ou la stupéfaction suscitées ont partie liée avec une domination esthétique9.

  • 10 Marielle Macé, Penser le style avec Bourdieu , cit., p. 66.

14Il se range là aux célèbres analyses de P. Bourdieu dans La Distinction, qui fait des manières de parler le lieu même d’un positionnement social. Avoir un style, selon Pierre Bourdieu et Pierre Bergounioux, c’est s’inscrire dans une topologie sociale en affichant les mots de passe et les signes de reconnaissance d’un milieu : « c’est, note Marielle Macé, communiquer à autrui des marques de distinction, déclarer par ses goûts et ses dégoûts des appartenances et des refus, prendre activement place dans un système d’écarts, classer les autres en se classant soi-même »10. L. Jenny, dans Du Style comme pratique, rappelle combien P. Bourdieu pense les pratiques stylistiques de chacun comme des soucis d’affiliation et des reconductions de position plus que comme l’espace d’une individuation ou d’une invention de soi :

  • 11 Laurent Jenny, Du style comme pratique, « Littérature », 118, juin 2000, repris sur Fabula : www.fa (...)

Se « distinguer », ce n’est plus mettre l’accent sur son ipséité, c’est au contraire « prendre position », par un ensemble d’habitudes de consommations, de choix de modes, ou les préférences esthétiques. Ces choix ont d’emblée une portée significative. Ils sont « autant d’occasions d’éprouver ou d’affirmer la position occupée dans l’espace social comme rang à tenir ou distance à maintenir ». Se « distinguer », c’est donc se rattacher à des groupes sociaux et s’opposer à d’autres. C’est afficher des connivences et des refus11.

  • 12 Pierre Bergounioux a dit plus d’une fois sa dette envers la pensée de Pierre Bourdieu. Si cette det (...)

15Telle est sans doute la contradiction qu’il y a dans le métier d’écrivain de P. Bergounioux : il est tout entier tiraillé entre d’une part une exigence de style, où se manifeste à son corps défendant la puissance d’une domination et d’autre part la relance de cette dynamique stylistique hors de l’espace social des dominants pour saisir l’existence ténue d’êtres minuscules, notamment dans Miette et Ce Pas et le suivant. Pour reprendre un lexique sociologique qui traverse son œuvre, l’écrivain reprend et détourne l’outil distinctif des dominants contre les dominants12.

Distinction et individuation

  • 13 Laurent Jenny, Du style comme pratique, cit.

16Dans cette reprise et ce détournement, P. Bergounioux renverse la valeur et les usages du style. Pour le montrer, je voudrais emprunter l’opposition que propose L. Jenny dans les pratiques du style entre distinction et individuation. Car s’il s’agit, dans un cas comme dans l’autre, de penser le style comme des pratiques de l’individuel où l’on s’invente dans une recherche de différence, la distinction est avant tout une recherche d’adhésion à des « formes impersonnelles », c’est-à-dire l’appropriation des tours et des manières qui sont ceux d’un groupe ou d’une collectivité. Le style est alors moins l’expression d’une unicité que la manifestation d’une exemplarité. En revanche, dans l’individuation, l’on revendique « une forme d’ipséité vide par des gestes aussi communs qu’allumer une cigarette, fermer une porte pour s’isoler ou décider d’appeler quelqu’un sur son téléphone portable. Par ces gestes, je (me) rappelle que je ne me confonds pas avec une collectivité qui régirait mon existence, que la gratuité de mes choix m’appartient et que je possède un espace propre qui m’est dû en tant que je suis un individu et non pas une chose ou un animal. Ce territoire n’a pas à justifier sa valeur aux yeux d’autrui, ni son originalité. Il suffit qu’il soit posé comme mien »13.

  • 14 Pierre Bergounioux, Trente mots, Fata Morgana, Saint Clément de Rivière 2012, p. 129.
  • 15 Ibid., p. 123-124.
  • 16 Ibid., p. 125.
  • 17 Jean-Paul Goux, Le style de vie de Bergounioux, « Le Nouveau recueil », 80, sept.-nov., Champ Vallo (...)

17Le vocabulaire spatial employé par L. Jenny n’est pas anodin : revendiquer un espace, posséder un territoire, marquer une distance, s’isoler d’une collectivité, il y a une spatialité dans la recherche de style. P. Bergounioux remotive cette spatialité en termes de retranchement et d’isolement, notamment dans un très beau texte de Trente mots, intitulé « Style de vie ». Dans ce texte où il évoque les habitudes de l’internat, qui oscille entre milieu carcéral et manière militaire, P. Bergounioux note en effet l’ « existence curieuse »14 qu’il a menée depuis lors : une « vie concentrée, recluse, une, séparée que nous prescrit la reconsidération de toutes choses »15, une vie où il s’agit de « rester claquemuré toute la journée »16. Il y a là une règle de vie que s’impose P. Bergounioux et que ses Carnets de notes modulent quotidiennement. Jean-Paul Goux l’a analysé avec finesse17 : s’affirme ici un emploi du temps pour ainsi dire monastique, qui partitionne la durée, évacue les impératifs concrets pour mieux s’abandonner à l’étude et à la vie lettrée. Découper le temps, le diviser selon des postures et des pratiques, le remplir d’activités différenciées selon l’heure du jour ou le mois de l’année, c’est ce que les Carnets de notes donnent à lire. Et si l’écrivain cherche le cloisonnement des espaces et des pratiques, tente d’affirmer des frontières étanches entre des activités et des identités incompatibles, c’est qu’il s’agit de conquérir un espace à soi qui va ainsi de pair avec un temps préservé des astreintes quotidiennes : un lieu abstrait et pour ainsi dire hors du monde.

  • 18 Pierre Bergounioux, Trente mots, cit., p. 125 (C’est moi qui souligne).

18Cette manière de vivre que les Carnets de notes égrènent jour après jour est pourtant présentée comme le prolongement de l’habitude collective de l’internat : tout se passe comme si le style de vie que P. Bergounioux avait fait sien était le déplacement géographique et temporel d’un habitus ordinairement circonscrit. Si j’emprunte le concept de P. Bourdieu, c’est pour dire cette incorporation des règles de vie, cette sédimentation dans les pratiques du corps des rapports de force traversés. C’est donc cette reprise à contretemps et à contre-lieu qui en fait la singularité : « Je rapatriais, avec les livres, les habitudes du pensionnat, passais les vacances d’été dans ma chambre, comme le reste de l’année dans la salle d’étude ou la turne de l’internat »18. Il y a là un renversement sans doute puisque les manières collectives sont revendiquées comme une façon d’être singulière, « curieuse » pour reprendre son expression, mais aussi parce que cette vie empêchée et pour ainsi dire aliénée est reconquise comme une libération : double libération, puisqu’elle permet d’abord de se retrancher des exigences de la collectivité dans le monde reclus de la bibliothèque et puisqu’elle engage ensuite un gain de savoir qui permet à l’individu de se libérer des répétitions subies de l’ascendance ou de s’émanciper des déterminismes de l’époque. Comme on le voit, P. Bergounioux reprend pour son compte une habitude subie pour en faire une disposition reconquise plus librement : la vie recluse qui est la manière d’être « distincte » du jeune étudiant devient style de vie, la distinction devient individuation. Il y a ainsi à l’œuvre dans ce style de vie une dialectique de la contrainte et de l’émancipation, de l’enfermement et de la libération. C’est cette dialectique que permet de penser le concept même d’habitus, comme l’a bien noté M. Macé :

  • 19 Marielle Macé, Penser le style avec Bourdieu, cit., p. 69-70.

La notion d’habitus intègre ainsi la question du style à une dynamique temporelle […] Elle permet de s’interroger sur la genèse d’un style, toujours en partie hérité ; mais aussi sur le caractère processuel, infini, de la construction d’une manière toujours relancée et remise sur le métier. Incorporation perpétuelle d’habitudes et d’habiletés, l’habitus oriente une action qui n’est ni un automatisme, ni un choix conscient […] mais un processus « dialectique » d’invention limitée par les données objectives d’une situation19

  • 20 Pierre Bergounioux, Une Chambre en Hollande, Verdier, Lagrasse 2009. Je me permets de renvoyer à l’ (...)
  • 21 William Marx, Vie du lettré, Minuit, “Paradoxe”, Paris 2009, p. 54.

19L’habitus contraint d’autrefois devient, par déplacement et relance, reprise et réinterprétion, le lieu d’une revendication paradoxale de singularisation. La chambre à soi, qui définit une autonomie de l’identité et une conquête de la pensée, est avant tout une chambre collective, sinon une chambre d’échos. Telle était déjà la retraite de Descartes que P. Bergounioux saisissait dans Une Chambre en Hollande20 : mais que ce soit le bureau lettré de P. Bergounioux ou la chambre méditative de Descartes, cet espace singularisant n’est pourtant pas un lieu de l’identité enclose sur elle-même. Car cet espace est traversé et ouvert sur une altérité essentielle, l’incorporation de contraintes du monde collectif ici ou les ouvertures que les livres suscitent à travers les siècles et les pays. William Marx l’avait d’ailleurs rappelé avec force, dans Vie du lettré, « [m]ême entièrement clos, il ouvre sur d’autres temps, d’autres lieux, avec lesquels il communique en secret. Le lettré n’est pas là où on le croit être : vous voyez son corps, mais le texte qu’il lit l’a transporté en esprit, ne laissant à sa place qu’un simulacre vide. L’altérité fondamentale qui habite les mots déplace et défait tout ce qu’elle touche »21.

20*

  • 22 Pierre Pachet, Un à un. De l’individualisme en littérature (Michaux, Naipaul, Rushdie), Seuil, Pari (...)

21Tel est bien le paradoxe dans les pratiques et les pensées du style chez P. Bergounioux. L’écrivain ne cesse de noter dans un premier temps la teneur collective et impersonnelle du style et des manières d’être : domination par une différence, sécession sociale, retrait de l’otium. Mais tout le propos de son œuvre consiste à reprendre ces « formes impersonnelles » pour en faire les lieux d’une subjectivation. C’est d’ailleurs ce que souligne avec force Pierre Pachet : « L’individu est moins un contenu, un donné, une essence, qu’une certaine façon de s’approprier un contenu ou de le modifier. En un sens, l’individu est un style. Il est moins un soi […] qu’un rapport à soi »22. Manière de dire que le sujet n’est que le mouvement d’une appropriation, la dynamique d’un usage singulier, la dialectique d’un détournement : l’individu n’a sans doute rien en propre selon P. Bergounioux, qui dissout fréquemment les traits individuels dans le grand mouvement de la parentèle ou les trajectoires d’une génération ; mais les manières de s’approprier sont à n’en pas douter singulières. C’est ce battement entre l’impersonnel et l’individuel, le collectif et le singulier que manifeste la pensée du style chez P. Bergounioux. Car au lieu de chercher à en résorber la tension, il ne cesse de dire comment une forme subie devient force stylistique, et comment l’impersonnel en soi peut être puissance de singularisation.

Notes

1 Les références entre parenthèses renvoient à cet essai : Pierre Bergounioux, Le Style comme expérience, Éditions l’Olivier, “Penser/rêver”, Paris 2013. Dorénavant, les indications des pages seront insérées directement dans le texte entre parenthèses.

2 Philippe Jousset, Anthropologie du style. Propositions, PU de Bordeaux, Bordeaux 2008.

3 Marielle Macé, Penser le style avec Pierre Bourdieu, in Jean-Pierre Martin (éd.), Bourdieu et la littérature, Éditions Cécile Defaut, Nantes 2010, p. 65.

4 Éric Bordas, « Style » : un mot et des discours, Éditions Kimé, Paris 2008 ; Marielle Macé, Façons de lire, manières d’être, Gallimard, “nrf essais”, Paris 2011 ; Laurent Jenny, La Vie esthétique : stases et flux, Verdier, Lagrasse 2013. Pour une synthèse de ces perspectives, on peut consulter Laurent Jenny (éd.), Le Style en acte. Vers une pragmatique du style, Métis Presses, “Voltiges”, Genève 2011.

5 Pierre Bergounioux, Le Style, c’est l’homme ?, Université permanente de Nantes, 15 mai 2012, webtv.univ-nantes.fr/fiche.php?id=2048 (consulté le 5 juin 2015).

6 Laurent Jenny, Une difficulté dans la pensée du style, « Critique », 752-753, 2010, p. 37.

7 Je me permets de renvoyer aux analyses de Simon Stawski auxquelles ce paragraphe doit beaucoup : Simon Stawski, Le « Geste inaugural », l’écriture comme outil chez Pierre Bergounioux, Mémoire de Master II, ENS de Lyon, 2014.

8 Laurent Jenny, Une difficulté dans la pensée du style, cit., p. 37.

9 « Notons, au passage, que la douleur consubstantielle au plaisir esthétique semble universelle […] L’admiration est ressentie comme une offense et appelle réparation » (ibid., p. 70).

10 Marielle Macé, Penser le style avec Bourdieu , cit., p. 66.

11 Laurent Jenny, Du style comme pratique, « Littérature », 118, juin 2000, repris sur Fabula : www.fabula.org/atelier.php?Du_style_comme_pratique (consulté en juin 2015).

12 Pierre Bergounioux a dit plus d’une fois sa dette envers la pensée de Pierre Bourdieu. Si cette dette est partout palpable dans l’œuvre romanesque et essayistique, on la trouve plus nettement revendiquée dans quelques articles, notamment dans Pierre Bergounioux, Un savant lettré, in Jean-Pierre Martin (éd.), Bourdieu et la littérature, cit., p. 237-243.

13 Laurent Jenny, Du style comme pratique, cit.

14 Pierre Bergounioux, Trente mots, Fata Morgana, Saint Clément de Rivière 2012, p. 129.

15 Ibid., p. 123-124.

16 Ibid., p. 125.

17 Jean-Paul Goux, Le style de vie de Bergounioux, « Le Nouveau recueil », 80, sept.-nov., Champ Vallon, Seyssel 2006, p. 151-176.

18 Pierre Bergounioux, Trente mots, cit., p. 125 (C’est moi qui souligne).

19 Marielle Macé, Penser le style avec Bourdieu, cit., p. 69-70.

20 Pierre Bergounioux, Une Chambre en Hollande, Verdier, Lagrasse 2009. Je me permets de renvoyer à l’article que j’ai consacré à cette fiction critique : Laurent Demanze, Pierre Bergounioux : la chambre du lettré, « Littérature », 60, 2009, p. 123-134.

21 William Marx, Vie du lettré, Minuit, “Paradoxe”, Paris 2009, p. 54.

22 Pierre Pachet, Un à un. De l’individualisme en littérature (Michaux, Naipaul, Rushdie), Seuil, Paris 1993, p. 113.

© Quodlibet, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540