Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de Pierre Bergounioux

 | 
Sylviane Coyault
, 
Marie Thérèse Jacquet

Une œuvre, des approches critiques : une rencontre

Marie Thérèse Jacquet

Texte intégral

1Arrivé à la fin d’un parcours critique, qui, en littérature, reste singulier même s’il se présente collectivement, chacun sait qu’il se sent alors, en général, partagé entre un minimum de satisfaction et un maximum de doutes, regrets, perplexités, curieux de constater ce qui a pu émerger : quelle œuvre, quel écrivain, quelle critique ? Nul n’ignore qu’il y aura en fait un auteur pour chaque époque, pour chaque lecteur, pour chaque critique : l’œuvre sera là généreuse d’elle-même autant qu’énigmatique, offerte et muette à la fois, en attente d’un lecteur, d’un traducteur, d’un critique, ou autre passeur.

2Et, pour avoir lu Flaubert, sans doute ne devrais-je pas consentir à ces lignes de voir le jour. Nous autres universitaires, purs produits encore de la seule culture occidentale, nous ressentons le besoin d’une sorte de pause qui revêt probablement surtout une valeur transitoire, une sorte de médiation entre la phase active avec des allures de propriétaire et le moment de l’abandon des textes que l’on sent prêts à devenir autre, objet, livre, destin autonome. De fait, pourra, devra ainsi se parachever ce qui constitue indéniablement, de par son assemblage et son ordonnancement, un parcours, un itinéraire. Certes nous sommes les premiers à mesurer l’incomplétude d’une traversée qui a ouvert plus de pistes qu’elle n’a su en clore. Car c’est bien le propre de l’œuvre littéraire que de s’offrir comme un éternel recommencement à chaque lecture et c’est bien le propre de chaque confrontation critique que de décupler les vibrations inquiètes qui hantent les auteurs des différentes interventions et ne manquent pas de déployer, au-delà même des articles, un véritable champ de forces autour de l’objet artistique pour une mutuelle reconnaissance des qualités de chacun. D’une part, une œuvre-joyau qui se donne dans son intégralité, en général une fois pour toutes, des lectures qui proposent autant de dévoilements partiels et parfois même innocemment partiaux, développements successifs et infinis, qui constituent comme un horizon à repousser, un défi à relever dans le plaisir de mieux jouir de la perfection de l’objet artistique. Il ne revient pas seulement aux sciences dures de faire avancer la connaissance par les enchaînements successifs de leurs recherches.

3Peu à peu, encore que trop peu souvent, la critique littéraire est vue et lue comme un ensemble compact au sein duquel le temps n’aurait pas d’emprise, en un mimétisme invraisemblable avec l’œuvre elle-même. La juxtaposition ou la simple superposition ne sauraient simplement être de mise.

4Pour ce volume, bien des critiques se sont retrouvés ainsi qu’un écrivain, accompagnés par celui qui était au centre de notre attention. La présence de ce dernier s’est voulue une présence silencieuse, toute entière tendue dans une écoute qui paraissait accepter le caractère énigmatique de sa propre production, respectueux, doit-on croire, du rôle qui revenait à chacun en ce moment précis. L’écrivain semblait ainsi reconnaître l’alchimie mystérieuse que lui-même avait mise en place. D’une part, l’élaboration de l’œuvre, la genèse, l’étape créatrice par excellence qui reste confinée en des lieux et temps strictement bergouniens. Il est, à ce propos, indicatif de remarquer que les Carnets sont vraiment peu loquaces sur ce sujet : ces gestes semblent bien réservés à la table de travail ou en amont de la construction réflexive, une réflexion mentale toute intérieure qui reste du domaine du non-dit. De l’autre, l’ouverture à l’approche critique sur laquelle il ne se reconnaît sans doute pas le droit d’intervenir. Bergounioux ne se fait pas critique de Bergounioux. Là encore on mesure la part de choix que reflète ce positionnement, de la part autant de celui qui fut si longtemps professeur que de celui qui, volontiers, à l’occasion, fait œuvre de brillant critique. Pierre Bergounioux choisit que l’œuvre ne lui appartienne plus. Mais il a bien voulu se livrer sans arrière-pensée dans un dialogue dense et généreux et dans des pages inédites sur ce socle incontournable pour lui qu’est sa ville natale.

5Nous autres critiques, nous avons fait le pari de nous confronter à une œuvre toute proche de nous, dont nous connaissons l’auteur. Nous n’ignorons pas qu’étudier une œuvre crée un lien étroit avec celle-ci, qu’une longue et intense fréquentation rend quasiment affectif – qu’il se fasse affectueux ou son contraire –, et ce d’autant plus aisément que l’écrivain est notre contemporain, que l’on peut le rencontrer, lui parler. C’était là un élément dont il fallait tenir compte dans le positionnement à adopter dans l’évaluation de l’œuvre. Chacun de nos mots rejoint un texte qui, bien que détaché de son auteur de par sa publication, demeure plus que jamais fait de pierres vives, encore en voie de consolidation, tout comme notre lecture.

6L’œuvre bergounienne est par ailleurs en cours d’élaboration, ce qui rend encore plus nette l’historicité de nos interventions et plus lourds de responsabilité nos travaux. En effet, on ne saurait négliger l’effet d’éclairage rétroactif qui ne manquera pas de se produire au fil des publications à venir. Or l’écrivain poursuit, avec une constance méticuleuse, la rédaction des Carnets, il publie des textes sur commande autant que des textes hors contrainte et, en tant que fidèle lecteur de sa chronique personnelle, nous ne pouvons ignorer que les événements de sa vie privée aussi ont pu profondément conditionner ses textes. Nous savons que la disparition d’êtres chers a pu, dans le passé, libérer une parole qui se veut avant tout respectueuse de ces mêmes personnes et que l’affectivité avait reconquis une place importante dernièrement. Les prochaines lignes de P. Bergounioux ne pourraient-elles pas nous réserver d’autres récits où nous retrouver ? Car son œuvre est une œuvre ancrage qui, en ayant l’élégance discrète de faire semblant de ne parler que de P. Bergounioux, nous parle de nous. On pourrait, par ailleurs, presque dire qu’il s’agit d’une œuvre sereinement à contre-courant tant, en ces temps de présentation de « je » menacés de dissolution, rebelles à toute transmission culturelle, désireux de surexposition par les moyens d’expression les plus outrés, oublieux de la langue et lanceurs de certitudes pour un jour, l’écrivain s’avance, imperturbable et discret. Il a foi en l’homme, en une langue pure qui élucide la nécessité d’un ancrage dans le réel pour un individu, il mise sur un homme qui sait que ce « peu » qui parvient à se frayer un chemin en nous est bien plus que ce que nous croyons. Certes, il n’est pas l’homme des projections, il nous invite à déchiffrer patiemment le présent et à inventer, avec entêtement, nos propres coordonnées dans celles universelles.

7Nous avons tenté avec lui de nous rapprocher de l’énigme que chacun de nous constitue et que chaque objet artistique s’efforce de restituer d’une manière qui lui est propre. Il ne s’agit jamais que de s’en approcher. Par bonheur. Et si les textes ici réunis ont non seulement réussi à lever un petit coin du voile que cette œuvre s’efforce d’écarter, ce sera bien, et si les différentes approches critiques proposées sont parvenues à faire naître l’envie de reprendre les textes de P. Bergounioux, ce sera encore mieux et alors P. Bergounioux aura été lu au mieux.

© Quodlibet, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540