Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de Pierre Bergounioux

 | 
Sylviane Coyault
, 
Marie Thérèse Jacquet

Paysages et couleurs

La friche et la forêt dans Miette : un entre-deux en montagne limousine

Éric Langlois et Laurent Rieutort

Résumé

Miette de Bergounioux aide à comprendre les processus – concrets et symboliques – du reboisement en Montagne limousine. Cette mutation à la fois paysagère, sociale, culturelle et économique peut se croiser avec une analyse cartographique et diachronique de l’enrésinement. L’œuvre aide à repenser le concept d’espace d’entre-deux, combinant selon la géographe V. Rey, dissymétrie des pouvoirs endogènes et exogènes, expérience du temps et de la durée, potentiel de créativité. Cet « entre-deux » s’observe à différentes échelles d’espace et de temps, au moment où l’enrésinement témoigne d’une rupture dans le système social du Plateau, rupture largement commandée par des forces exogènes mais accompagnée par des acteurs locaux, « passeurs » d’idées nouvelles.

Texte intégral

  • 1 Dans la suite du texte, nous nous référerons à l’édition parue dans la collection “Folio”, p. 149. (...)

1Cet article est issu d’un regard de géographes qui travaillent sur les transformations des territoires ruraux et de la forêt, à propos du livre Miette de Pierre Bergounioux paru en 1995 aux éditions Gallimard1. Comme géographes, nous interrogerons les formes de « territorialisation » de cette œuvre : que peut reconnaître le géographe dans un texte littéraire, et en quoi l’approche de l’écrivain peut-elle mobiliser un regard, voire des concepts empruntés à la géographie ?

  • 2 Albert Demangeon, La montagne dans le Limousin [Étude de géographie humaine], « Annales de Géograph (...)
  • 3 André Fel, Les Hautes Terres du Massif Central : tradition paysanne et économie agricole, Clermont- (...)
  • 4 Michel Périgord, La notion de paysage de montagne en Limousin, « Norois », 159, 1993, p. 481-496 ; (...)
  • 5 Raphaël Larrère, Éléments sur l’histoire de la mise en valeur du plateau de Millevaches, Theix, INR (...)
  • 6 Julie Le Gall, Lionel Rougé (éds.), Les espaces de l’entre-deux, « Carnets de géographes », Revue e (...)

2En revisitant Miette, nous nous inscrivons dans la lignée du géographe Armand Frémont (1978) qui considère qu’il convient de prendre une « œuvre de création comme objet d’étude, pour ce qu’elle révèle d’irremplaçable sur les lieux et sur les hommes, pour ce qu’elle cerne sur les subtilités de la perception, là où se bloquent les analyses scientifiquement les plus pertinentes ». Plus précisément, nous tenterons de montrer en quoi à travers Miette, P. Bergounioux aide à comprendre les processus – concrets et symboliques – du reboisement en Montagne limousine. Si, ce thème de la conquête forestière contemporaine a suscité des travaux de géographes (cf. Demangeon2; Fel3; Périgord4) ou d’agronomes (Larrère5) permettant de jalonner les étapes d’un mouvement, l’intérêt de l’œuvre de Bergounioux est aussi de renouveler notre approche de l’enrésinement montagnard et de repenser des notions géographiques comme le concept d’espace intermédiaire, d’entre-deux (Le Gall, Rougé6).

De la lande à la forêt : acteurs et processus du reboisement sur le plateau de Millevaches

3Rappelons que l’action de Miette se situe dans la moyenne montagne granitique limousine qui elle-même se subdivise entre des plateaux périphériques établis vers 600-800 m d’altitude (voir carte ci-dessous) et la « vraie » Montagne limousine, perchée au-dessus de 800 m, que le géographe Demangeon avait déjà clairement distinguée dans son article de 1911. Or, mais nous y reviendrons, cette limite entre les plateaux et la Montagne est justement celle qui jalonne les lieux évoqués dans Miette, Meymac et Davignac étant en position de contact entre les deux entités topographiques. Cet espace constitue une région rurale et d’économie fragile ; ce Plateau de Millevaches a perdu les trois-quarts de sa population dans la première moitié du XXème siècle et a connu une forte rétraction de l’espace cultivé, laissant place à la forêt. C’est cette mutation à la fois paysagère, sociale, culturelle et économique que l’on retrouve en filigrane dans le roman de P. Bergounioux.

A. La crise d’un monde

I. La remise en cause du vieux système agropastoral

4Miette permet de resituer les paysages du début du XXème siècle, qu’évoque en ces termes P. Bergounioux :

1. Localisation de la Montagne limousine (en rouge : limite du Parc Naturel Régional de Millavaches en Limousin) Source : E. Langlois.

1. Localisation de la Montagne limousine (en rouge : limite du Parc Naturel Régional de Millavaches en Limousin) Source : E. Langlois.

La figure du pays, lorsqu’il le quitta, en 1980, était à son état initial, en 1904, dans les mêmes rapports qu’un tirage photographique à son négatif. Il l’avait reçu de son père tel que celui-ci le tenait du sien qui, lui-même, l’avait pris, dénudé, clair, sonore des mains de son beau-père et cela se prolongeait et se perdait dans la nuit des temps. On labourait partout où la charrue trouvait à mordre et où la pente le permettait. On livrait le reste aux bêtes ou à la bruyère quand l’herbe ne pouvait prendre. (88-89)

  • 7 En 1917, pour Vazeilles, 68% du plateau était couvert en landes de bruyères et 10% du territoire co (...)

5Dans cette description, on reconnaît le « classique » paysage « agropastoral » associant les terres de labours, céréalières (seigle, sarrasin, avoine), mais à bas rendements, et une vaste auréole de terrains de parcours, de landes à callune destinées à l’élevage ovin extensif (avec ses races locales : Limousine, Moutons de Faux). Ces « brandes » étaient principalement de propriété collective (communale ou surtout sectionnale) et très étendues (occupant jusqu’aux deux-tiers et plus des espaces7) par rapport aux prés de fauche circonscrits aux fonds de vallées mais décisifs pour hiverner le bétail (cf. les références fréquentes dans Miette au « grand pré »). Par contre, les forêts étaient rares : d’après le géographe Blondelle (cité par Larrère, 1974), dans le cadastre de 1914, on compte 2% de boisement à Peyrelevade, 4 % à Millevaches, 7 % à Bugeat…

6Sur la photographie aérienne du village de Chavanac dans les années 1950, on reconnaît encore cette auréole de terres cultivées en petits champs allongés autour du hameau et les très vastes landes à l’ouest, même si les premiers boisements marquent déjà le paysage. Associé à ce paysage, le système social était inégalitaire dans les villages, marqué par l’opposition entre les grands domaines – (d’origine aristocratique puis « bourgeoise » ou liés aux gros « laboureurs ») mis en valeur par des métayers, à l’image du domaine de Miette qui couvre 100 ha avec une main d’œuvre nombreuse (voir l’évocation des « valets de ferme », 40) – et une toute petite paysannerie profitant des terrains « communautaires » et biens collectifs (défrichement temporaire de la lande, pâturage) de façon inégalitaire (au prorata des surfaces privées).

7L’ensemble du système restait toutefois marqué par la faible productivité du travail et les modestes revenus. Il n’en subira que plus durement la crise de l’ouverture des territoires au XIXème siècle avec le développement des moyens de communication, combinée avec la hausse des coûts de main d’œuvre et la baisse des prix des productions locales. Ces hauts plateaux granitiques, pauvres et isolés, ne parviennent que difficilement à adopter la Première Révolution agricole (mécanisation, intensification). Certes, on observe une progression des exploitations moyennes et la question du partage des landes communales est bientôt posée ; temporaires, ces allotissements deviennent parfois définitifs entre 1890 et 1910 sous la pression des petits paysans qui arrondissent ainsi leurs biens ; même s’ils témoignent d’un changement des rapports de force dans la société locale, ces partages ne renouvellent guère la mise en valeur du plateau.

2. L’Example du finage de Chavanac dans les années 1950 (cercle jaune : auréole des labours et prés de fauche autour du villege ;cercle vert :auréole des landes et forêt). Source : IGN, mission 1950.

2. L’Example du finage de Chavanac dans les années 1950 (cercle jaune : auréole des labours et prés de fauche autour du villege ;cercle vert :auréole des landes et forêt). Source : IGN, mission 1950.

II. Le changement de système de production

  • 8 Le pâturage de la lande bloque par ailleurs la conquête des essences forestières de lumière (boulea (...)

8P. Bergounioux le rappelle d’emblée : « Il n’est plus possible, après 1920, de vivre comme a fait Miette et, avant elle, depuis trois millénaires, ceux qui se sont succédé à la place qu’elle occupe » (92). La remise en cause économique est d’abord celle de la céréaliculture pauvre (qui bénéficie toutefois de quelques progrès techniques comme l’introduction des charrues brabant vers 1903-1905 ou le chaulage des terres lorsque l’on est proche d’une gare de livraison) et de l’élevage ovin sur ces pacages extensif à base de bruyère8. La crise du mouton maigre est la plus sévère avec le recul des prix (laine puis viande) et la concurrence interrégionale ; les domaines réduisent leur main d’œuvre et les petits paysans vendent leurs modestes troupeaux… Le recul s’amplifie lors de la Première Guerre mondiale. Selon Blondelle (cité par Larrère, 1974), on passe de 45 000 moutons en 1900 à 23 200 en 1928 avec, comme conséquences, le développement des friches et la diffusion de l’idée que l’on peut reboiser sans entraîner des difficultés pour l’élevage. Certes, quelques exploitants moyens ou gros tentent de passer à l’élevage bovin avec la mise en place du système du « veau gras » de boucherie, élevé « sous la mère » mais dans la Montagne ce système plus « individualiste » n’est pas toujours rémunérateur et suppose surtout de remettre en cause le système collectif d’utilisation de la lande… Là encore, la solution du reboisement finit par s’imposer. De fait, l’action des forestiers, si elle n’a que rarement « provoqué » le déclin de l’élevage, a contribué à modifier les rapports de force locaux, renforçant les catégories de paysans favorables à l’extension des bois et de l’élevage bovin, accentuant les divisions de la société villageoise.

III. De la migration temporaire à l’exode

9Parallèlement à ces transformations économiques, la crise démographique s’installe. Certes, ces plateaux sont caractérisés par une tradition d’émigration temporaire (à l’ouest et au nord du plateau surtout), en hiver, comme scieurs de long, menuisiers ou charpentiers ou bien comme maçons notamment sur les chantiers parisiens (« les hirondelles blanches »). Mais très vite, on passe à l’émigration définitive accentuée par les effets de la Grande Guerre : « quand le monstre, là-bas, a mâché, dévoré la moitié des hommes jeunes qui peuplaient le hameau » (36). Les petits paysans sont les plus touchés par cet exode comme l’a monté R. Larrère (1978) : « Les plus pauvres, ceux qui n’ont que leurs bras, quelques brebis sur le communal et un lopin de terre, doivent partir définitivement pour la ville. Pour la plupart des autres, l’intensification se heurte à l’absence de capitaux et l’extension du noyau cultivé au statut communal des parcours ». En moyenne, la population du plateau diminue de 50% durant la première moitié du XXème siècle, aboutissant à de faibles densités et à un vieillissement : « Le bourg n’est plus très animé. Il compte quelques dizaines d’âmes et un café, l’unique commerce à subsister » (85). Cette déprise humaine croisée à la remise en cause du système agropastoral contribue à l’extension des friches tandis que le manque de main d’œuvre agricole, renforce auprès des acteurs locaux, l’idée que le reboisement peut constituer une réponse à la mutation.

B. Le reboisement comme « recherche d’un nouvel équilibre »

10Ce choix du reboisement massif est issu d’une convergence entre plusieurs acteurs que l’on retrouve distinctement dans l’ouvrage Miette.

I. Le rôle clé de Marius Vazeilles

11La place essentielle de M. Vazeilles (1881-1973) est évoquée dans Miette à travers son ouvrage de 1927 (réédité en 1931) qui jouera un grand rôle dans le projet forestier de Baptiste décrit comme :

[L’] homme d’un seul livre, celui que Vazeilles avait explicitement rédigé pour des lecteurs en très petit nombre, des « aînés » résidant quelque part entre Eymoutiers, Gentioux et Égletons et qui ne seraient pas ménagers de leur peine. (110)

  • 9 Marius Vazeilles, Mise en valeur du plateau de Millevaches, Eyboulet frères, Ussel 1917.

12Fils d’un garde forestier, sorti major de l’École forestière des Barres (Loiret), d’abord instituteur à Saint-Sauves-d’Auvergne, puis garde des eaux et forêts à Mauriac, M. Vazeilles est détaché en 1913 au Service des améliorations agricoles et s’installe comme garde général des forêts à Meymac où le ministère a été convaincu de favoriser le reboisement. En 1915, il est détaché de l’armée sur l’intervention d’Henri Queuille pour mettre en valeur le plateau et en 1917, il publie donc son ouvrage Mise en valeur du plateau de Millevaches, exposant et argumentant un plan cohérent de reboisement9. En 1919, il démissionne des Eaux et Forêts, devient pépiniériste puis expert forestier à Meymac où il plante 38 hectares d’arboretums. M. Vazeilles est aussi un militant convaincu du syndicalisme agricole au sein de la SFIO, puis du Parti communiste après le Congrès de Tours. Conseiller municipal à Meymac, élu en 1936 député du Front populaire pour la circonscription d’Ussel où le vote à gauche est bien implanté en lien avec l’influence contestataire des migrants temporaires, il organise et dirige la Fédération socialiste de la Corrèze et la Fédération nationale des paysans travailleurs. En réalité, son projet de reboisement s’inscrit pleinement dans son dessein politique. En s’adressant aux paysans du plateau qui peuvent planter progressivement, il pense trouver une réponse à leur pauvreté à la fois en tirant progressivement des revenus de la forêt et en utilisant celle-ci comme « caisse d’épargne », permettant de dédommager les cadets lors des successions. C’est donc ce modèle de la « forêt paysanne » que défend M. Vazeilles avec l’idée d’une forêt pionnière, faite de résineux se développant rapidement, notamment le pin sylvestre qui colonise spontanément la lande abandonnée, mais aussi l’épicéa commun, épicéa de Sitka, le mélèze ou le Douglas ; les grumes seront ensuite vendues sur des marchés dynamiques comme bois d’œuvre ou de mine (en jouant sur proximité des bassins houillers d’Auvergne) : « pour arriver à la forêt définitive, très difficile à installer du premier coup dans les landes incultes de nos montagnes, il est nécessaire de créer au préalable une forêt provisoire ». Ce thème de la « forêt paysanne » se combine avec la promotion du pré-bois de type jurassien, associant des bois et des prairies pour l’élevage bovin ; ce faisant M. Vazeilles critique l’élevage ovin de maigre rapport et pense soutenir la petite paysannerie et la production des veaux blancs, cette forme d’intensification s’accommodant des plantations sur les terres marginales.

II. Grands et petits propriétaires face au boisement

13Promu par M. Vazeilles et quelques pionniers, le choix du reboisement est paradoxalement d’abord compris par les grands propriétaires et les migrants enrichis… plus que par les petits paysans démunis ! Ces notables peuvent en effet valoriser leur patrimoine, en mobilisant les essences exotiques, plus coûteuses en pépinière, comme l’épicéa… Du côté des modestes cultivateurs, les boisements sont plus tardifs à partir de pins sylvestres et sous la forme dite en « timbre-poste », en petites parcelles isolées les unes des autres sur la lande, au coup par coup… Tous bénéficieront du soutien de subventions, seulement à partir de 1920, aides en nature (plants) ou en argent. Enfin, la stratégie de plantations s’imposera plus tardivement du côté des propriétaires migrants, devenus résidants citadins et qui profiteront des aides de l’État surtout après la Deuxième Guerre mondiale. R. Larrère (1978) précise :

Certains domaines, enfin, parmi les plus vastes, sont depuis le milieu du XXème siècle entre les mains de notables locaux (qui les font exploiter en fermage) ; une fois libérés d’un bail, ils reboisent d’autant plus volontiers que le statut du fermage limite la progression des rentes et qu’ils éprouvent quelques difficultés à trouver de nouveaux preneurs.

3. Place de la forêt et types de propriété en Montagne limousine au début des années 2000. La carte montre l’importance du boisement du Plateau de Millevaches et le poids majoritaire de la forêt privée. Source : Ministère de l’agriculture ; data.gouv.fr.

3. Place de la forêt et types de propriété en Montagne limousine au début des années 2000. La carte montre l’importance du boisement du Plateau de Millevaches et le poids majoritaire de la forêt privée. Source : Ministère de l’agriculture ; data.gouv.fr.

III. Baptiste et les marchands de vin de Meymac

14Parmi ces migrants, le cas spécifique des marchands de vin issus de quelques communes du sud de la Montagne (Meymac, Ambrugeat, Davignac…) est mis en exergue par l’histoire familiale de Miette :

Baptiste a suivi son père qui s’était essayé, un peu avant la guerre, au courtage en vin (92)
Pourtant, ces incursions dans les Flandres et le Brabant n’étaient pas moins pénibles que celles qui le menaient, à peine rentré, au plus épais des bois ou sur des friches qu’il enrésinait (93).

  • 10 Marc Prival, De la montagne au vignoble. Les Corréziens ambassadeurs des vins de Bordeaux, 1870-199 (...)

15Marc Prival a montré dans sa recherche10 comment vers 1880, les scieurs de long, migrants temporaires, qui allaient dans les Landes et traversaient le Bordelais, se lancèrent dans le commerce des vins… en utilisant le chemin de fer nouveau venu à Meymac… Le système reposait sur la vente de vins en hiver dans les villes et campagnes du Nord et de la Picardie, en Belgique et Pays-Bas… avant un retour au pays pour les foins et moissons, puis descente dans le Bordelais en automne pour acheter des crus de troisième ordre, avant les livraisons… Grâce à un art consommé du négoce, ces négociants corréziens obtiennent d’incontestables succès ; ils s’enrichissent, construisent des « maisons de maître » et parfois achètent de nouvelles terres en Limousin puis en Libournais, tout en conservant leurs métairies en Limousin. Vers 1905, on assiste à une spécialisation des métiers et à une forme de « sédentarisation ». Les négociants participent à la création de banques (Égletons, Meymac), puis s’installent dans les professions libérales tout en choisissant de commencer à planter leurs domaines en pins, épicéas et Douglas.

C. De la lande à la forêt

16À travers ces divers choix d’acteurs, la forêt s’étend donc rapidement sur les landes du Plateau.

I. L’évolution concrète des paysages

17Cette implantation de la forêt s’effectue par tâches, sur les parcelles périphériques des grands domaines, puis sur les petits biens, les communaux allotis, d’abord en pins sylvestres, puis en sapins et épicéas. D’après un recensement datant des années 1970 (Larrère, 1974), on estimait que 2 350 ha avaient été plantés avant 1914, 6 200 entre 1914 et 1923 et 12 000 de 1924 à 1933. On perçoit la progression exponentielle, renforcée après la Deuxième Guerre mondiale (voir figure 4). Mais l’ouvrage de Bergounioux témoigne également des incertitudes de ces plantations, soumises aux tempêtes et aux chablis associés : « La tempête de l’automne 1982 avait couché des milliers d’arbres dans les environs et ce fut un miracle qu’aucun des grands sujets qui cernaient la maison d’habitation et les granges n’ait été déraciné » (107). Il faut aussi compter avec les chutes de neige (hivers 1934-1935, 1957-1958) et avec un entretien régulier.

La lande est réfractaire au semis. La graine ou la racine née d’elle atteint rarement le sol à travers l’ajonc et la mousse. Quand elle y parvient, la bruyère étouffe le plant. Les rongeurs et les oiseaux dévorent la moitié de la semence, en dépit du minium de plomb dont on l’a enduite. Et puis il n’y a que le pin sylvestre et le pin de Banks pour s’accommoder du semis. Les autres résineux, l’épicéa commun, celui de Sitka aux aiguilles dures, blessantes, le Douglas vert, le tsuga de Mertens, le mélèze, le sapin de Vancouver, le pectiné demandent à être plantés. (113)

18Des coupes à blanc sont donc parfois nécessaires y compris pour assurer une bonne gestion sylvicole : « Il décapa la bruyère, nettoya les plus mauvaises pièces de la mauvaise terre des espèces pionnières, des saules, des bouleaux, des grands hêtres mauves qui viennent spontanément avec l’altitude mais ne sont pas de bon rapport » (114).

II. Les imaginaires de la lande et de la forêt : l’ensauvagement

19Cette transformation paysagère suscite des représentations diverses, bien retranscrites dans Miette. Paradoxalement, P. Bergounioux rappelle d’abord les images négatives de la lande :

[D]es croupes sombres sous un ciel en fer-blanc […] Cette image désolée, funèbre, c’est ce que Baptiste avait eu sous les yeux lorsqu’ils s’étaient ouverts. (111)

20Dès lors, le paysage forestier apparaît plus coloré, surtout en automne :

4. Exemples du processus de reboisement sur les terres de Miette (1959-2009). La compa-raison des photos aériennes à un demi-siècle d’intervalle montre le processus d’enrésinement accéléré. Si les bois occupent déjà une place importante dans les années 1950, de vastes espaces de parcours s’étendent encore à l’ouest et les terroirs cultivés autour des villages sont aisément repérables. La conquête des forêts (soulignée par les flèches) qui se généralise dans les années 1960-1970 aboutit à la création de grands massifs sur la bordure orientale, réduisant les ter-roirs cultivés (surtout en prairies) à des clairières. Source : IGN.

4. Exemples du processus de reboisement sur les terres de Miette (1959-2009). La compa-raison des photos aériennes à un demi-siècle d’intervalle montre le processus d’enrésinement accéléré. Si les bois occupent déjà une place importante dans les années 1950, de vastes espaces de parcours s’étendent encore à l’ouest et les terroirs cultivés autour des villages sont aisément repérables. La conquête des forêts (soulignée par les flèches) qui se généralise dans les années 1960-1970 aboutit à la création de grands massifs sur la bordure orientale, réduisant les ter-roirs cultivés (surtout en prairies) à des clairières. Source : IGN.

J’avais parcouru les derniers kilomètres dans l’éblouissement des hêtres et des mélèzes avec tout ce bleu sur la tête. (32)
Le pays ressemble à l’image qui manque à la dernière page du livre de Vazeilles. L’arbre a conquis les vallons, gravi les pentes, coiffé les sommets. Les hauteurs ont perdu leur nuance gris-bleu – le noir épais des vieilles photographies. Elles portent le vaste manteau de forêts, d’un vert sombre, profond, immuable, dehors et dedans, au revers, d’un roux non moins persistant en l’absence, sous le couvert, de vie. (128)

21Mais l’enfermement par les bois est aussi un leitmotiv sur le Plateau :

La nuit, en plein jour, se tient accroupie à la lisière des bois. L’automne a ses quartiers permanents sous la futaie de résineux […] C’est ça que tous avaient dans l’âme, aênés et benjamins, garçons et filles, la terre acide, l’ombre des bois, l’inquiétude du soir. (64-66)

22Et surtout, cette emprise symbolique renvoie à la déprise humaine et à la profonde mutation de la société paysanne locale : « Les hauteurs allaient appareiller pour un très long voyage, abandonnées de l’homme, et c’est à leur tisser un épais, un éternel manteau de forêts qu’il travailla durant sa saison » (114).

Espaces intermédiaires et « entre-deux » dans Miette

23Si le récit de Miette permet de retrouver les grandes étapes et les principaux acteurs du reboisement, il permet également de s’interroger sur des concepts clés en géographie et leur traduction littéraire.

A. L’entre-deux entre géographie et littérature

  • 11 Violette Rey, Europes orientales in Roger Brunet, Violette Rey (éds.), Europes orientales, Russie, (...)
  • 12 Nadine Cattan, Transterritoire – Repenser le lieu par les pratiques spatiales de populations en pos (...)

24Le concept d’espace d’« entre-deux » a été formalisé dans les années 1990 par les géographes et notamment par les travaux pionniers de Violette Rey11 (1996), avant d’être réutilisé dans les années 2000 aux côtés des notions d’intermédiarité, d’interspatialité ou d’interfaces (Le Gall, Rouge, 2014). Cette nouvelle approche renvoie, comme le souligne Nadine Cattan12 « à une conception des territoires en termes d’articulations et d’interdépendances plutôt qu’en termes de zonages et de répartitions ». Pour ces géographes, l’adjectif « intermédiaire » du latin intermedius « interposé, intercalé », renvoie à une « position » d’une part (position entre deux termes ou position centrale sur une échelle donnée) et à une « fonction » d’autre part (fonction de lien et/ou de transition, passage, contact, échange, etc.). Un espace intermédiaire est donc un espace ouvert, non délimité, qui exprime une notion de gradient, de frange et de périphérie par rapport à un espace considéré comme de référence. Il peut avoir une fonction de passage, de relai ou de rupture, d’interface (donc d’échanges et de communication) et d’interférences (de formes, de processus, de mécanismes et de dynamismes différents, ce qui se traduit par la naissance, le développement, l’hybridation ou bien la disparition de ceux-ci), de médiation et d’intermédiation entre deux espaces.

  • 13 Portrait de chercheur, entretien avec Violette Rey, Canal U, 29 mars 2006.

25Relevant de cette « intermédiarité », les espaces d’entre-deux sont caractérisés par trois grandes dimensions selon Violette Rey13. En premier lieu, la « dissymétrie des pouvoirs » – ici, « les forces externes sont plus puissantes que les forces internes ». Ces espaces sont donc définis comme des zones d’« affrontement » et de « risque », poussant à l’« exacerbation des altérités » – ; en deuxième lieu, ces espaces « entre-deux temps » connaissent « l’expérience du temps et de la durée » qui est fait d’adversités récurrentes. La répétition du temps fait qu’il s’y construit « un temps immémorial, mythique ». « Les paysages, fragments de temps piégés, palimpsestes juxtaposant des formes-musées, des formes d’avant-garde, des ébauches inachevées, expriment dans l’espace la particularité du rapport que la société entretient avec le temps » ; en troisième lieu, le « potentiel de créativité », associé à l’expérience du renouvellement du rapport à l’espace et au temps. Ici, l’exacerbation des altérités favorise la création, les idées nouvelles, l’innovation.

26Les zones d’entre-deux sont donc à la fois des lieux de transition, de lutte et d’invention, des aires de « lutte fertile » entre forces contraires, qui laissent s’infiltrer l’imaginaire, et qui sont de ce fait difficilement saisissables. En quoi, cette notion d’entre-deux trouve-t-elle une traduction littéraire dans Miette ? Une lecture à différentes échelles permet de repenser ce concept géographique.

B. À l’échelle micro-locale : de la friche à la forêt

27À grande échelle, l’entre-deux renvoie à la situation « intermédiaire » de la forêt qui n’est que le passage de la lande (ou de la friche) à la forêt, via soit les espèces pionnières, soit une plantation de forêt « provisoire » telle que voulue par M. Vazeilles :

[L]es granges [étaient] assiégées par les essences pionnières, le frêne, l’alisier, le sureau. (13)
Il reprit la faux, le croissant, la houe-plantoir, les coins, gravit les crêtes qu’il couvrit de sapins et de pins, s’enfonça dans les vallons marécageux, infestés de joncs, où l’épicéa de Sitka, seul, consent à vivre et à prospérer. (122)

28On retrouve aussi l’idée de « transition » à travers le changement dans l’utilisation des sols et les processus de conquête pionnière et de reboisement. Ces processus sont largement « externes », avec une diffusion depuis l’extérieur soit par plantation et donc par l’innovation sylvicole qu’elle suppose, soit de façon spontanée via trois formes théoriques : la colonisation frontale à partir des lisières de la parcelle (en écologie ces zones sont qualifiées d’écotones) dans un contexte d’extensification de l’agriculture ; la colonisation par nucléation à partir d’un noyau d’arbres ou d’arbustes isolé dans un milieu ouvert ; la colonisation par dispersion ou dissémination : sans logique connue, elle concerne les arbres pionniers héliophiles. On observe ce mode de colonisation en cas d’arrêt brutal des activités agricoles, avec des espèces comme l’épicéa, le pin sylvestre ou le bouleau.

29C’est bien cette « colonisation » externe, qui marque l’espace d’entre-deux, un espace où les effets externes l’emportent sur les effets internes pour sa structuration. Mais ce renouvellement de l’espace est aussi un changement de longue durée qui semble irréversible :

Parce que c’est fini, même si personne ne le sait ou ne peut ou ne veut se l’avouer. Jamais plus cet endroit de la terre ne dictera leur vouloir aux âmes dont il aura été l’exclusif séjour, l’horizon despotique, l’espérance en tout. Non qu’il n’y prétende pas mais ses âmes vont le quitter. Déjà les terres cultivables, les bâtiments, l’ancienne maison ont été loués à ferme. Baptiste n’a gardé que le grand jardin attenant à la nouvelle. Il enrésine sauvagement les mauvaises terres, les pentes, les crêtes livrées jadis à la brande et aux bouleaux. Il les a défrichées à la cognée, à la houe et ça fait cent hectares. (75-76)

C. À l’échelle du territoire : une mutation socio-spatiale des campagnes du Millevaches

30À moyenne et petite échelle, il importe de rappeler que les lieux où se situe l’action de Miette, sont des territoires de marge, de « marche ». En premier lieu, les finages cités se localisent au contact des plateaux périphériques et de la Montagne limousine. On est donc dans une position de passage entre deux espaces, de gradient altitudinal et paysager.

Le dernier gradin accuse un dénivelé de près de cent mètres. Il a été entaillé, à l’ouest du hameau, assez loin, pour permettre le passage. On sort des bois et c’est comme de rajeunir d’un jour, d’une saison, d’un siècle [… ] On monte dans la lumière. Lorsque la chaussée retombe, c’est en plein dans la brande, dans le temps d’avant. (89)

On regardait sans indulgence les gens du bas, de la sous-préfecture à qui l’absence d’altitude, la pierre tendre, les creux fertiles, la douceur des jours ont donné un ton facile et abondant, des accents vantards, cette propension à se laisser vivre […] Ce qu’Octavie découvre lorsqu’elle descend du tortillard qui l’a conduite à Brive pour prendre l’express du Paris-Orléans à destination de Toulouse, ce sont les esplanades éblouies des Causses, les fermes aux toits de tuiles romaines ceintes de vignes et de vergers, le maïs, le tabac, l’exubérance des figuiers. (66)

31Cet espace est, en second lieu, « dominé », caractérisé par cette dissymétrie des pouvoirs qui définit les « entre-deux ». Les forces extérieures, y compris urbaines, commandent le système socio-économique local, que ce soit à travers les flux d’émigration temporaire ou permanente, ou via les subventions de l’État pour le boisement.

Il était le dernier. Il fut l’homme du devenir, l’agent des métamorphoses. Il s’efforça d’épouser le grand mouvement afin de perpétuer ce que l’éternité qui avait précédée l’éveil du temps, sur les hauteurs, lui avait confié avec l’injonction de maintenir. Il partit pour rester. Il prit les usages de la ville pour revenir à la terre. (102)

32Cette autre dimension de l’entre-deux territorial, celui du temps long, immémorial et des ruptures, est également omniprésente dans Miette :

Elle s’éloignait du vieux temps ou, simplement, du lieu qui avait imprimé à la fuite du temps son cours cyclique, immémorial, elle était restée fidèle à elle-même. (68)
C’est peut-être en 1904, à la naissance de Baptiste, que le grand mouvement effleure sans que nul, encore, ne s’en aperçoive, la vie des hauteurs. (49)
Dès lors qu’on s’établissait à demeure au-dessus du grand pré, face à la chaîne des puys, à sept cents mètres d’altitude, avec le granit sous les pieds, la brande et les bois autour et le silence posé là-dessus comme une chape, on avait tout le reste, l’inflexible volonté qu’ils dictaient aux hommes. (64)
Ce que je veux dire, c’est que dans le même temps qu’elle se faisait l’interprète du temps d’avant, des choses éternelles, elle devinait la suite, c’est-à-dire la fin des temps, si le temps n’existe pas en soi mais toujours en un lieu qu’il baigne, et que ce lieu allait sortir du temps ou le temps – c’est tout un – le déserter. (79)

33Ce sentiment de déclin, de déclassement du territoire et de rupture dans la société rurale se combine toutefois avec la capacité des acteurs locaux à innover, à rechercher de nouveaux usages pour l’espace : « Il modifia la face du monde qu’on lui avait confié. Il en sortit à demi, prit ce qu’il fallait de recul afin de le rendre tel que le monde, le vaste qui s’étendait tout autour, l’exigeait maintenant ».

 

34Ainsi Miette est une œuvre qui permet au géographe de mieux comprendre les processus du reboisement en Montagne limousine, même si les processus se sont accentués après la Seconde Guerre mondiale, et de revisiter des notions géographiques comme celles d’espace intermédiaire, d’entre-deux. Dans Miette, l’entre-deux s’observe à différentes échelles d’espace et de temps, au moment où l’enrésinement témoigne d’une rupture dans le système social du Plateau, rupture largement commandée par des forces exogènes mais accompagnée par des acteurs locaux qui sont des « passeurs » d’idées nouvelles et d’innovations. Dans un article récent, Le Gall et Rouge (2014) concluent que les espaces d’entre-deux, « appellent, pour capter les constructions territoriales qu’ils provoquent, l’observation et/ou l’expérience vécue d’un lâcher-prise de soi dans l’être-dans-l’espace, dans l’être-avec-l’espace ». Il nous semble que le livre de P. Bergounioux permet cette double lecture concrète et idéelle.

Notes

1 Dans la suite du texte, nous nous référerons à l’édition parue dans la collection “Folio”, p. 149. Les indications des pages seront insérées directement dans le texte entre parenthèses.

2 Albert Demangeon, La montagne dans le Limousin [Étude de géographie humaine], « Annales de Géographie », t. 20, 112, 1911, p. 316-337.

3 André Fel, Les Hautes Terres du Massif Central : tradition paysanne et économie agricole, Clermont-Ferrand, Association des Publications de la Faculté des Lettres, 1962.

4 Michel Périgord, La notion de paysage de montagne en Limousin, « Norois », 159, 1993, p. 481-496 ; Michel Périgord, Friches et landes en Limousin, « Norois », 164, 1994, p. 611-626.

5 Raphaël Larrère, Éléments sur l’histoire de la mise en valeur du plateau de Millevaches, Theix, INRA, laboratoire d’économie de l’élevage, multigr. 1974 ; Raphaël Larrère, Désertification ou annexion de l’espace rural ?, « Études rurales », 71-72, 1978, p. 9-48 ; Raphaël Larrère, André Brun, Bernard Kalaora, Olivier Nougarède, Denis Poupardin, 1980, Reboisement des montagnes et systèmes agraires, « Revue Forestière Française, Société et forêts », n. spécial, p. 20-36.

6 Julie Le Gall, Lionel Rougé (éds.), Les espaces de l’entre-deux, « Carnets de géographes », Revue en ligne, 7, 2014 ; Julie Le Gall, Lionel Rougé, Éditorial. Osez les entre-deux, « Carnets de géographes », 7, 2014, p. 1-22.

7 En 1917, pour Vazeilles, 68% du plateau était couvert en landes de bruyères et 10% du territoire comportait des fonds de vallée marécageux.

8 Le pâturage de la lande bloque par ailleurs la conquête des essences forestières de lumière (bouleaux, sorbiers, alisiers, etc.).

9 Marius Vazeilles, Mise en valeur du plateau de Millevaches, Eyboulet frères, Ussel 1917.

10 Marc Prival, De la montagne au vignoble. Les Corréziens ambassadeurs des vins de Bordeaux, 1870-1995, PU Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 1999.

11 Violette Rey, Europes orientales in Roger Brunet, Violette Rey (éds.), Europes orientales, Russie, Asie centrale, « Géographie universelle, t. 10 », Belin-RECLUS, 1996.

12 Nadine Cattan, Transterritoire – Repenser le lieu par les pratiques spatiales de populations en position de minorités, « L’information Géographique », 2, 2012, p. 57-71.

13 Portrait de chercheur, entretien avec Violette Rey, Canal U, 29 mars 2006.

Table des illustrations

Titre 1. Localisation de la Montagne limousine (en rouge : limite du Parc Naturel Régional de Millavaches en Limousin) Source : E. Langlois.
URL http://books.openedition.org/quodlibet/docannexe/image/1211/img-1.jpg
Fichier image/, 2,7M
Titre 2. L’Example du finage de Chavanac dans les années 1950 (cercle jaune : auréole des labours et prés de fauche autour du villege ;cercle vert :auréole des landes et forêt). Source : IGN, mission 1950.
URL http://books.openedition.org/quodlibet/docannexe/image/1211/img-2.jpg
Fichier image/, 816k
Titre 3. Place de la forêt et types de propriété en Montagne limousine au début des années 2000. La carte montre l’importance du boisement du Plateau de Millevaches et le poids majoritaire de la forêt privée. Source : Ministère de l’agriculture ; data.gouv.fr.
URL http://books.openedition.org/quodlibet/docannexe/image/1211/img-3.jpg
Fichier image/, 2,1M
Titre 4. Exemples du processus de reboisement sur les terres de Miette (1959-2009). La compa-raison des photos aériennes à un demi-siècle d’intervalle montre le processus d’enrésinement accéléré. Si les bois occupent déjà une place importante dans les années 1950, de vastes espaces de parcours s’étendent encore à l’ouest et les terroirs cultivés autour des villages sont aisément repérables. La conquête des forêts (soulignée par les flèches) qui se généralise dans les années 1960-1970 aboutit à la création de grands massifs sur la bordure orientale, réduisant les ter-roirs cultivés (surtout en prairies) à des clairières. Source : IGN.
URL http://books.openedition.org/quodlibet/docannexe/image/1211/img-4.jpg
Fichier image/, 1,4M

© Quodlibet, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Quodlibetamazon.fr