Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les chemins de Pierre Bergounioux

 | 
Sylviane Coyault
, 
Marie Thérèse Jacquet

Avant-propos

Sylviane Coyault

Texte intégral

  • 1 Pierre Bergounioux, Carnet de notes, 1991-2000, Ve 18.4.1997.
  • 2 Pierre Bergounioux, Miette, Gallimard, “Folio”, Paris 1995, p. 51.
  • 3 Avec le dernier volume paru en 2016.
  • 4 Pierre Bergounioux, Miette, cit., p. 115.

1Pierre Bergounioux a le goût des nombres. Est-ce la manie du collectionneur ou la passion de l’exactitude ? Il évalue, mesure. Tout : l’espace, le temps, les choses. Il égrène des dates. Les Carnets additionnent les heures et les jours, consignent toutes sortes d’indications chiffrées ; les kilos de framboises récoltées et le nombre de pots de confitures qui en résulte, la taille des poissons pêchés, les sommes de copies « expédiées », les tâches ménagères vaincues. Pierre prend-il le Thalys, il nous informe qu’il roule à 300 km/h1. Et les mesures sont souvent source d’émerveillement : dans Miette, « la pince à taureaux permettait à un enfant de dix ans d’imposer sa volonté aux dix quintaux d’un animal ombrageux ». Tel autre « se colletait avec des hêtres qui avaient trois fois son tour de taille »2. Car la vie ne se conçoit que sous forme de lutte forcenée : entre l’être et le monde, entre l’homme et les choses. Il s’agit de maîtriser l’adversité, triompher des puissances obscures, franchir le « chevron ». David contre Goliath. Mesurons aussi, et admirons : trente années d’écriture, soixante-seize titres parus chez quelque quinze éditeurs, quatre mille six cent quatre-vingt pages de Carnets3… sans compter les kilos – peut-être même les tonnes – de sculptures, les « ferrailles » que recèlent les greniers de l’auteur. On songe alors à Baptiste qui a durant sa vie fauché des milliers d’hectares, et planté un million d’arbres4. Ainsi, sans relâche, l’écrivain va de l’avant : nulla dies sine linea, pas d’année sans publication.

  • 5 Auxquelles s’ajoutent les vingt-deux études ici présentes. Voir les bibliographies en fin de volume
  • 6 Colloque organisé par le CELIS de l’Université Blaise Pascal, en collaboration avec les géographes (...)
  • 7 Voir l’enregistrement : videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=yh0MtXaw8kUQ [lien non disponible : 12/12 (...)
  • 8 Voir le quatrième volume 4 des Carnets, aux dates suivantes : 22-24 mai 2013 et 22-25 octobre 2014 (...)
  • 9 Voir l’enregistrement : videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=uB4SKDTJje47 [lien non disponible : 12/12 (...)
  • 10 Et que les Carnets de notes laissent entendre.

2Et l’œuvre est là, exigeante, têtue, appelant à son tour l’élucidation, l’accompagnement ou l’hommage. Encore quelques chiffres : on comptait déjà au bas mot soixante-quatorze études universitaires5 et le nombre de thèses ne cesse de s’accroître. Prolongeant ces recherches, deux colloques internationaux ont été organisés, rassemblant quatre écrivains, une vingtaine de chercheurs, et un large public de lecteurs assidus. À Clermont-Ferrand6, en avril 2013, la manifestation s’accompagnait d’une exposition des « ferrailles » et d’une rencontre publique à « La Librairie », où l’écrivain était mis à la question par Dominique Minard7. À Bari, en octobre 2014, Pierre Bergounioux avait accordé à Matteo Majorano un long entretien public reproduit en annexe de ce volume, où on a plaisir à retrouver la langue très soutenue, très « écrite » que l’auteur parle « naturellement ». Quant aux autres écrivains présents, chacun à sa manière, ils avaient manifesté leur amitié, leur admiration, et leur dette à l’égard de l’aîné, ou du « pays » : Marie-Hélène Lafon, Mathieu Riboulet dans un « numéro de duettistes »8 ; Jérôme Meizoz et Michel C. Thomas par une lecture amicale et un peu frondeuse de l’œuvre9. Performance notoire : P. Bergounioux a fait l’honneur aux participants d’assister à toutes les séances de ces deux colloques, malgré l’ennui que suscite chez lui ce genre de rituel10. Il a pourtant écouté patiemment, est à l’occasion intervenu avec bienveillance. Or, deux années plus tard, on peut lire dans les Carnets l’écho immortalisé de ces journées… Les amateurs de mise en abyme apprécieront ce jeu inédit de miroirs.

Une œuvre polymorphe

3Marie Thérèse Jacquet a repris les « grands chemins » de P. Bergounioux, afin de décrire un parcours qui selon ses mots « arriverait au mystère par la clarté ». Elle détermine ainsi les grandes étapes de l’écriture, avec un « premier cercle », qui contient l’enfance, la chaîne des générations. Puis, à partir de La Mue – au titre symbolique –, une « mutation » s’opère ; on aborde alors le « second cercle ». L’univers s’élargit, l’écriture se met à l’épreuve du collectif ; dans le même temps elle « s’éclate, se distribue, se diversifie », mais, nous dit M. T. Jacquet « par bonheur », « l’œuvre porte en elle son irrémédiable inachèvement ». Ce « rare polymorphisme », son « caractère rhizomatique », ont inspiré les premières analyses. Ainsi, Mathilde Barraband étudie plus précisément l’abandon progressif de la « voie romanesque » pour l’autobiographie et la « communication directe de l’idée ». Si les premiers récits fonctionnent selon un « mode allégorique » (calquant « le grand roman de la conscience de Hegel »), peu à peu l’équilibre allégorique/discursif se modifie, la linéarité du récit se défait, et les conventions de la fiction disparaissent. Le récit ne s’efface pas totalement, mais laisse plus souvent place au « ressassement méditatif » qui témoigne de la « difficulté de connaître ».

4Après ces regards panoramiques sur l’œuvre, viennent des études plus spécifiques. Manet van Montfrans observe les « récits de filiation », qui, suivant le modèle identifié par Dominique Viart, prennent la forme de l’enquête. De fait, ces récits sont fortement marqués « par le thème de la lutte avec le père », ou de la « quête du père ». Le vide, l’absence, engendrés par son silence puis sa mort, déterminent la configuration de l’œuvre, en particulier L’Orphelin, auquel s’attache Giusi Alessandra Falco. Dans une perspective diachronique, M. van Montfrans étudie également les différentes « organisations du matériau narratif », selon que l’auteur adopte un ordre chronologique, rétrospectif, ou que le récit dessine une boucle. Enfin, c’est à La Maison rose que s’intéresse Alain Schaffner, plutôt comme « récit d’enfance » que de « filiation », car plus qu’il n’enquête sur la généalogie, il « s’attache à recueillir l’âge d’or des origines ». Plusieurs aspects sont mis en évidence : la sensation privilégiée à partir de la « plongée dans la conscience enfantine », la constitution d’une identité flottante. Quant à la prolifération des fils narratifs, elle « fait du roman un carrefour temporel » et permet de conjuguer dans un même récit « un temps à la fois circulaire, linéaire et discontinu ».

Les voies de la connaissance

5Si l’enquête semble bien définir prioritairement le projet de l’écrivain, la chasse pourrait en être une figure signifiante, comme le propose Aurélie Adler. Elle explore cette hypothèse dans Catherine et Chasseur à la manque. Tout en reflétant une « heuristique tournée vers l’antériorité » la chasse mettrait à jour un « scénario fantasmatique de la scène intérieure » que reconstitue A. Adler. Le second texte « récit de soi rétrospectif » fait l’aveu du « penchant coupable » ; aveu oblique toutefois, puisque « la transgression familiale, ce qui constitue la culpabilité du narrateur, c’est d’avoir étendu la jouissance cruelle de la chasse au domaine symbolique, infini de la connaissance ». C’est pourquoi la chasse « dicte à l’investigation son mode narratif […] mais aussi sa tonalité mélancolique ». La quête du savoir, Stéphane Chaudier l’observe sur le terrain de la philosophie car Bergounioux « est un écrivain à thèse », dont la pensée est alimentée par une triade magique : métaphysique, poétique et politique. Il s’agit donc de mettre à l’épreuve le « matérialisme » de l’auteur à partir de trois textes : Une Chambre en Hollande, Agir écrire et Le Récit absent où on se heurte au « soviétisme littéraire ». Mais la thèse n’est-elle pas aussi une affaire de foi ? Il est donc inévitable […] que l’édifice de la croyance se lézarde et que la perplexité et le sens du complexe reprennent tous leurs droits ».

  • 11 Pierre Bergounioux, Entretien avec Yves Charnet, cit.

6Un autre aspect de l’œuvre, de plus en plus saillant au fil des années, est ce « travail paradigmatique d’inventaire », que signale M. Barraband, en citant P. Bergounioux : « il s’agit de répertorier ce qu’on possède, d’étiqueter ce qu’on embarque du passé vers de nouveaux rivages »11. Quelle meilleure réponse à cette exigence que les Trente mots, présentés ici par Anna Isabella Squarzina ; elle tente d’abord de « définir » le genre de cet ouvrage, cette « poignée de mots » (PB) au « titre si vague » et qui tend également vers le récit : Lexique ? Dictionnaire ? Liste ? Tableau ? Glossaire ?… A. I. Squarzina se propose aussi de « mettre en lumière la structure du recueil, ses constantes et ses multiples renvois internes ».

7Le Style comme expérience, un essai de P. Bergounioux paru en 2013, motive les analyses de Grazia Tamburini et de Laurent Demanze. La première observe plusieurs systèmes métaphoriques, et pointe « l’épaisseur du lexique qui caractérise les incipit » ; elle constate ensuite, d’une part, la « violence liée à l’expérience du style court » et, d’autre part, la « teneur argumentative » de l’écriture longue. Ce travail stylistique « méticuleux et minutieux » est un effort « de cerner l’angoisse découlant de la rencontre – toujours ratée – avec l’objet ». L. Demanze estime pour sa part que l’essai de P. Bergounioux « permet de saisir les contradictions et les apories au travail dans l’œuvre » car « il est le signe d’une reproduction sociale et la marque d’une libération politique, l’espace d’une contrainte et le lieu d’une reconquête ». Après avoir déployé les enjeux – politiques, sociologiques – de l’essai, et notamment la tension dialectique entre distinction et individuation, L. Demanze en observe la manifestation dans l’écriture : comment P. Bergounioux reprend-il « les formes impersonnelles pour en faire les lieux d’une subjectivation » ?

L’histoire et le temps

8« Pierre Bergounioux est lesté de passé », déclare Dominique Viart, qui étudie la façon dont l’auteur appréhende l’histoire. Il remarque d’abord la méthode qui consiste à faire le détour par les temps les plus lointains pour en venir aux faits présents et de la sorte les éclairer, et les instruire « dans la perspective du temps long ». Les lecteurs sont familiers de ces « raccourcis saisissants » par lesquels P. Bergounioux les conduit de la préhistoire à nos jours ; D. Viart souligne alors ce contraste singulier entre, d’un côté, un temps immobile, une « permanence sociologique » et, de l’autre, la « narration accélérée de l’histoire », pour en chercher la « motivation esthétique ». Il voit dans cet « irrépressible élan » une résurgence du modèle épique qui s’expliquerait par la « nostalgie des grands récits ». Jean-Bernard Vray s’intéresse également à cet aspect historien de l’écriture, en l’abordant par le biais de l’archive dans B-17G, Le Récit absent et Le Baiser de la sorcière. Il constate la double démarche – « humaine et historienne » – de l’auteur qui induit deux processus inverses : une « objectivation » à l’œuvre dans Le Baiser de la sorcière, quand un événement est reconstitué à partir de traces (la photographie argentique) ; au contraire pour B-17G, « l’implication de l’auteur par identification » trahit la dimension subjective de l’archive ; celle-ci apparaît alors à J.-B. Vray comme une « photo de famille générationnelle qui participe d’une mémoire intime et commune ». C’est en opposant La Mort de Brune et Les Onze de Pierre Michon que Pierre d’Almeida aborde le rapport de l’écrivain à l’histoire. Pour l’un son avènement, pour l’autre sa fin, puisqu’à Brive, elle semble s’être figée : « le temps ne passe pas ». Le tableau de Scherrer, « présenté comme une scène originaire » inspire fascination et effroi tout comme, dans la même ville de l’enfance, un autre « instant statufié » : les trois poilus montant à l’assaut ; de telles effigies inscrivent la férocité et le négatif durablement dans l’imaginaire mais déterminent aussi les rapports de réversibilité entre l’art et la mort. Les analyses de Pierre d’Almeida rejoignent ainsi les conclusions d’A. Adler, qui parlait de la chasse comme modèle d’un « rapport thanatique au savoir ».

  • 12 « Les artistes sont nos envoyés dans le tourbillon du présent. Il leur appartient de le fixer » (Pi (...)

9Si le rôle de l’artiste est bien, comme le prétend P. Bergounioux, de « fixer le présent »12, c’est à quoi il s’emploie dans La fin du monde en avançant dont Valerio Cordiner propose une lecture éclairante, en se référant à la Phénoménologie hégélienne. Enfin, Jochen Mecke replace la question de l’histoire dans une réflexion plus large sur le sentiment du temps. Il distingue d’abord trois catégories : le temps « conçu » (soit « la construction et déconstruction de l’histoire et du mythe »), le « temps vécu des personnages », et le « temps perçu » par le lecteur pour conclure à « une temporalité pré-moderne ». En effet, « la subversion du temps linéaire de l’histoire » que pratique P. Bergounioux « ne se fait pas dans l’intention d’un dépassement de la tradition, mais relève […] d’une tentative de rétablir une forme du temps d’avant la modernité ».

« La conquête symbolique du réel »13

  • 13 Pierre Bergounioux, in Id., Ma. 9.10.2001, Carnet de notes, 2001-2010, Verdier, Lagrasse 2012, p. 1 (...)
  • 14 Pierre Bergounioux, Jusqu’à Faulkner, Gallimard, “L’un et l’autre”, Paris 2002, p. 69.
  • 15 Pierre Bergounioux, La fin du monde en avançant, Fata Morgana, Saint Clément de Rivière 2011, p. 58 (...)
  • 16 Pierre Bergounioux, Miette, cit., p. 119. Carnet de notes, 2000-2010, cit., p. 933.

10En 1977, dans sa leçon inaugurale au collège de France, Roland Barthes déclarait : « Depuis les temps anciens jusqu’aux tentatives de l’avant-garde, la littérature s’affaire à représenter quelque chose. Quoi ? Je dirai brutalement : le réel. Le réel n’est pas représentable et c’est parce que les hommes veulent sans cesse se le représenter par des mots qu’il y a une histoire de la littérature ». Cette histoire, Bergounioux la retrace sans fin, d’Homère à Descartes, de Descartes à Flaubert, puis Faulkner, en observant l’évolution des rapports entre « situation » et « représentation ». Paolo Tamassia reprend ce parcours et rappelle que pour l’écrivain, « L’expérience peut n’accéder jamais à l’expression mais il n’est d’expression que d’une expérience. La littérature ne descend pas du ciel. Elle sourd du sol de la vie14 ». P. Tamassia souligne encore la vive inquiétude de l’écrivain « non seulement sur l’enseignement de la langue et de la littérature, mais sur leur existence future15 » et prétend qu’elle explique la nécessité de « reconstituer le socle de l’expérience », en tenant des « carnets de note ». Ce « travail expérimental » a assurément une valeur ontologique. M. T. Jacquet le formule avec émotion : « L’auteur des Carnets […] aborde nombre de points de la réalité d’où les autres s’échappent, s’absentent, se limitant à effleurer du regard toute une part du monde dans lequel nous évoluons. Lui s’attarde et cet acharnement d’abord nous gêne, puis nous interroge et à la fin s’impose, obsédant, et nous oblige à nous courber sur cette poussière qui fait nos vies. Ce que ces pages nous montrent, à travers cette insistance, c’est ce que nous sommes […] Il fallait le dire. P. Bergounioux l’a fait. Il en a pris le risque. Il a pris le risque de nous imposer la lecture de ce que nous fuyons ». Journal « extime » ou « intime », les « trois mille trois cent quatre-vingt-seize pages » des trois premiers Carnets, permettent à Christine Jérusalem de décrire la « vie du lettré » Bergounioux, en regard de l’étude faite par William Marx : les traits saillants en sont la discipline austère permettant de concilier vie brève et appétit de connaître, ou la mélancolie compensée par la passion du collectionneur. En effet, loin d’être un « passe-temps mélancolique », la collection obéit chez l’écrivain à un « besoin d’ordonner le monde ». Surtout, elle permet d’établir « une passerelle entre le monde adulte et celui de l’enfance », permettant « un usage heureux de la mémoire ». Accompagnant le « lettré » tout au long de ces trois décennies et de ces milliers de pages, il y a encore la figure de Cathy, la « princesse mandchoue » : par le miracle sans cesse renouvelé de son apparition, son affairement sans répit, ses vertus nourricières, Cathy incarne aussi « la femme de trois mille ans », de ceux qui « mouraient et renaissaient depuis le fond des âges, identiques à eux-mêmes, inchangés, tels que la terre, les choses, sans interruption les avaient requis »16. De fait, ce portrait de Cathy renseigne également sur les rapports que l’œuvre entretient avec le réel.

Paysages et couleurs

  • 17 Référence au titre d’Eduard Suess, Das Antlitz der Erde, paru de 1883 à 1901.

11L’enquête que mène P. Bergounioux depuis plus de trente ans s’appuie sur un savoir ethnologique, historique, géographique, comme le souligne D. Viart. La présence de géographes lors de ces journées d’étude confirmerait, s’il était nécessaire, le champ encyclopédique embrassé par l’œuvre, qui s’intéresse aussi bien à l’espace qu’au temps. Conjointement aux fresques historiques, elle peint le « visage de la terre », Das Antlitz der Erde17. Laurent Rieutort et Éric Langlois, en explorant « la forêt et la friche dans Miette », montrent comment le récit « aide à comprendre les processus – concrets et symboliques – du reboisement en Montagne limousine ». Réciproquement, les deux chercheurs expliquent les causes et le contexte des faits racontés : « le changement de système de production », « la mutation socio-spatiale liée à l’enrésinement de la région ». Selon Liana Nissim, les textes de P. Bergounioux pourraient « faire la joie de la géographie humaine ou de la perception » comme celle d’Armand Frémont, dont se réclament aussi les études précédentes : en effet, l’écrivain explore constamment le lien entre les lieux et les êtres, dans une théorie qui rappelle celle des climats chez Montesquieu. Mais il arrive que la « perception chavire dans le merveilleux », et suscite une « géographie fabuleuse » : les forêts, les choses semblent alors « dotés d’une vie humaine ou animale ». Paysages inquiétants, mélancoliques, ils peuvent ramener les images heureuses de l’enfance ou encore « forcer les portes qui ouvriraient l’autre côté », « consentir la rencontre avec les ombres des disparus ». C’est ainsi, selon L. Nissim, toute une sagesse que l’auteur puise dans les « fastes du dehors ».

  • 18 Pierre Bergounioux, Couleurs, Fata Morgana, Saint Clément de Rivière 2009.

12De ces fastes, ce sont plutôt les couleurs que retient Marinella Termite, en s’appuyant sur l’essai éponyme18 de P. Bergounioux. Elle remarque d’abord l’importance de la lumière, liée au changement des saisons. Puis elle décline le gris, le blanc et le noir, couleurs météorologiques, qui sont « baromètres de l’âme » (C. Jérusalem). Quant au bleu, au vert, au jaune et au rouge ils composeraient, selon M. Termite, « le regard critique que P. Bergounioux porte sur le monde ». Ce goût pour les couleurs trahit à l’évidence un regard de peintre. C’est aussi à la peinture que songe Guy Larroux lorsqu’il parle d’un « Bergounioux ténébriste » et, quand plutôt qu’à la lumière, il s’intéresse à « l’approche de l’ombre » dans l’œuvre. Partout les ténèbres progressent, « empiètent », gagnent « au cœur du vivant » et « ensuite, il n’est pas possible de se défaire du vieux séjour des morts ». Reprenant les scènes perturbantes de La Mort de Brune, identifiées par P. d’Almeida comme fondatrices, G. Larroux définit « les scénographies de l’ombre » et le système d’« écrans » qui déterminent le rapport au monde. Or, s’il est des trouées de lumière, le « partage jour-nuit n’est pas équitable », et le sujet se tient plutôt dans l’intervalle « où les deux régimes s’ajointent ». Deux ressources cependant : l’aurore somptueuse du Matin des origines, dans le « Quercy éblouissant », et « la clarté d’une lampe », dans la chambre où se déchiffrent les livres qui « déchirent les ténèbres ».

Notes

1 Pierre Bergounioux, Carnet de notes, 1991-2000, Ve 18.4.1997.

2 Pierre Bergounioux, Miette, Gallimard, “Folio”, Paris 1995, p. 51.

3 Avec le dernier volume paru en 2016.

4 Pierre Bergounioux, Miette, cit., p. 115.

5 Auxquelles s’ajoutent les vingt-deux études ici présentes. Voir les bibliographies en fin de volume.

6 Colloque organisé par le CELIS de l’Université Blaise Pascal, en collaboration avec les géographes du CERAMAC (UBP), le CIEREC de Saint-Étienne, le GREC de l’Université de Bari.

7 Voir l’enregistrement : videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=yh0MtXaw8kUQ [lien non disponible : 12/12/2018].

8 Voir le quatrième volume 4 des Carnets, aux dates suivantes : 22-24 mai 2013 et 22-25 octobre 2014 ainsi que l’enregistrement de ce moment : videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=WeNprS5JkK3V [lien non disponible : 12/12/2018].

9 Voir l’enregistrement : videocampus.univ-bpclermont.fr/?v=uB4SKDTJje47 [lien non disponible : 12/12/2018]; et ci-dessous, l’essai de Michel C. Thomas, De la vitesse et des chiens.

10 Et que les Carnets de notes laissent entendre.

11 Pierre Bergounioux, Entretien avec Yves Charnet, cit.

12 « Les artistes sont nos envoyés dans le tourbillon du présent. Il leur appartient de le fixer » (Pierre Bergounioux, Peindre aujourd’hui, Galilée, Paris 2012, p. 13). Pierre d’Almeida clôt son analyse par cette citation.

13 Pierre Bergounioux, in Id., Ma. 9.10.2001, Carnet de notes, 2001-2010, Verdier, Lagrasse 2012, p. 135.

14 Pierre Bergounioux, Jusqu’à Faulkner, Gallimard, “L’un et l’autre”, Paris 2002, p. 69.

15 Pierre Bergounioux, La fin du monde en avançant, Fata Morgana, Saint Clément de Rivière 2011, p. 58-59.

16 Pierre Bergounioux, Miette, cit., p. 119. Carnet de notes, 2000-2010, cit., p. 933.

17 Référence au titre d’Eduard Suess, Das Antlitz der Erde, paru de 1883 à 1901.

18 Pierre Bergounioux, Couleurs, Fata Morgana, Saint Clément de Rivière 2009.

© Quodlibet, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Quodlibetamazon.fr