Version classiqueVersion mobile

Alerter la population face aux crues rapides

 | 
Johnny Douvinet

Partie III - Penser l’alerte différemment, voire autrement

Chapitre 9 - On ne pourra jamais alerter tout le monde !

Texte intégral

1L’accessibilité aux moyens d’alerte n’est pas la même partout, ni pour tous, et la perception de l’alerte peut changer en fonction de différentes variables, en particulier son inscription dans un contexte donné. Ainsi, il faut poursuivre nos efforts pour intégrer certains facteurs sociaux, individuels et collectifs, et remailler à l’échelle d’un territoire et non pas simplement dans un espace donné. Le territoire est ici considéré comme un espace vécu, avec des formes spatialisées de la quotidienneté et une certaine appropriation à distance des pouvoirs (Vulbeau, 2015). Nous laisserons donc volontairement de côté les aspects politiques. On entend aussi le territoire comme un espace enrichi par des populations, qui agissent et le construisent continuellement (Di Méo, 1998), et qui caractérise un style d’occupation de l’espace pour ceux qui s’y trouvent (Weiss et Rateau, 2018). Deux questions sont plus spécifiquement posées ici : comment espérer qu’une solution unique, multi-aléas et multicanale soit performante en France, et être certain que la rationalisation de l’offre soit efficace, si on estime que les besoins sont spécifiques aux territoires, voire propres à chaque individu ? Serait-il possible de n’alerter qu’une partie de la population (et si oui, quelle proportion ?), en sachant que cette stratégie n’est guère acceptable pour les autorités, qui ont le devoir d’alerter tout le monde, sans faire la moindre distinction ?

L’individu : une entité sociale dont il faut tenir compte

2Selon la loi de 2004, l’individu est le premier acteur de sa sécurité en cas de danger avéré, et on attend de lui qu’il ait un comportement adapté. Mais justement : à quoi est « adapté » un comportement individuel et quels sont les biais dans la prise de décision en cas d’urgence ? Comprendre ces dimensions, et les replacer dans des temporalités non linéaires de l’événement, doit permettre un meilleur cadrage des messages de prévention et d’alerte, à destination des populations, et surtout d’éviter l’écueil d’une stigmatisation des « mauvais » comportements.

La perception individuelle : une dimension psychosociale négligée

3La perception de l’alerte est un facteur cognitif qui conditionne les attitudes déclarées en cas de crise (Kouabenan, 2006 ; Weiss et Rateau, 2018), mais c’est surtout l’une des conditions retenue parmi les principaux facteurs de vulnérabilité (D’Ercole, 1994 ; Wisner et al., 2012). Toutefois, cette dimension psychosociale est souvent occultée, tant les paramètres sous-jacents sont « multiples et complexes » (…).

4La perception individuelle intervient à plusieurs niveaux, tant dans la prise de décision, des gestionnaires comme des particuliers, que sur l’acceptabilité et l’adhésion aux mesures de protection et de prévention (Weiss et al., 2011 ; Ruin et al., 2013). La richesse de la littérature traitant de ce facteur, en particulier en psychologie, renseigne à la fois sur des facteurs intra-individuels et intergroupes, dont l’importance évolue en fonction des époques et des facteurs socioculturels. Le paradigme de « l’utilité espérée » (Morgenstern et Von Neumann, 1944) ou même la théorie des perspectives (Kahneman et Tversky, 1979), issus de la théorie des jeux, montrent la détermination de l’acceptabilité du risque par l’individu à travers un prisme probabiliste, mais le calcul sous-jacent implique que l’on puisse disposer des informations ad hoc, ce qui est rarement le cas en situation d’alerte. Le paradigme psychométrique (Slovic et al. 1980) avance une autre hypothèse, en mettant à jour des déterminants différents entre des « risques effrayants » ou des « risques inconnus ». Le paradigme cognitif (Cadet et Kouabenan, 2005), en mobilisant des heuristiques de jugement, permet quant à lui de cerner la façon dont les personnes traitent les informations, quelles que soient les situations, sans toutefois s’affranchir des biais de perception qui peuvent conduire à des estimations erronées. Ces biais sont la cause de la variabilité des perceptions (Sjöberg, 2000 ; Cadet, 2006), qu’il s’agisse d’invulnérabilité, d’optimisme irréaliste (Weinstein, 1987) ou du biais de disponibilité. Les émotions (affects) jouent aussi un rôle dans la perception et l’évaluation (Finucane et Holup, 2006) : comme évoqué dans le chapitre 5, en cas d’événement déstabilisant l’individu, l’éveil physiologique lié à la peur empêche un traitement approfondi de l’information (Wilson, 2006).

5Le traitement de l’alerte dépend ensuite des variables individuelles, des interactions sociales et l’inscription des risques dans un contexte culturel (Douglas et Wildavsky, 1982) et social. Il suffit, à titre d’exemple, d’analyser le baromètre sur la perception des risques, publié par l’IRSN, pour voir que les perceptions évoluent dans le temps, et qu’elles sont corrélées avec le contexte sociétal et médiatique (IRSN, 2019). Ainsi la crise sanitaire de 2020, liée au Covid-19, pourrait aussi avoir une répercussion sur l’attention portée aux risques liés à la santé ou au bien-être, remettant au second plan ceux qui n’ont pas disparu, mais qui semblent s’éloigner du quotidien.

Exemple 9.1. Dans le rapport publié par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) en 2017, on remarque que la préoccupation vis-à-vis de la sécurité en France a drastiquement augmenté suite aux attentats du World Trade Center le 11 septembre 2001, que celle concernant le risque nucléaire connaît un pic en 2011, dans le contexte de la catastrophe de Fukushima au Japon, et que le risque terroriste devient le premier sujet de préoccupation des Français en 2015, alors qu’il était le dernier en 2009. Ces éléments montrent à quel point les perceptions doivent être contextualisées pour être mieux comprises, et qu’une grille de lecture envisagée uniquement sous l’angle de la rationalité de l’offre ne peut être suffisante.

6Un autre paramètre dont on mesure mal les effets sur les perceptions est l’infobésité (Sauvajol-Rialland, 2014). La surcharge informationnelle laisse l’individu désarmé pour traiter correctement l’information qui lui arrive, qu’il le veuille ou non. L’excès d’informations tend à gagner l’ensemble des secteurs professionnels. Mais il conduit à des troubles cognitifs, diagnostiqués sous le terme de cognitive overflow symptom (Finucane et Holup, 2006) : une personne ne parvient plus à faire le tri correctement parmi tous les messages qu’elle reçoit. Or il existe un nombre optimal d’informations à obtenir avant de prendre une décision. Une fois ce seuil dépassé, on observe une dégradation de la qualité du processus décisionnel (Sauvajol-Rialland, 2014).

7Ce décalage, entre les capacités attentionnelles du cerveau humain face à l’invasion des informations reçues en permanence, crée une dissonance qui peut se manifester par des troubles neurodéveloppementaux, regroupés sous le terme TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité ; Kuslev et al., 2016).Ces études montrent que les notifications des smartphones contribuent à augmenter l’inattention et les symptômes d’hyperactivité. En réalité, même si une alerte vient subitement s’insérer dans ce flux informationnel quotidien ininterrompu, le défi à relever consiste à faire émerger l’information la plus parlante, qui fasse sens pour l’individu, pour qu’il parvienne à l’identifier et à l’analyser, notamment si le délai d’action est bref.

8D’autres facteurs interviennent aussi dans l’appréhension individuelle de l’alerte ou du risque – comme la représentation, qui permet d’apprivoiser une menace en adoptant des conduites préventives (Perreti-Wattel, 2000) ; les stress environnementaux, qui induisent une réaction (gestion du problème), ou une émotion comme le déni (Colbeau-Justin ; 2002), ou la capacité à faire face à un événement (coping apraisal) ; la croyance en l’efficacité des mesures de protection –, tous interagissant de manière cumulative ou continue dans le temps (Beccerra et al., 2013).

9En définitive, les « profanes », que l’on oppose aux « experts » des risques, ne sont pas des êtres « irrationnels » (Perreti-Wattel, 2000). Les logiques qui président à leurs prises de décision ne renvoient pas aux logiques que leur prêtent les autorités ou les acteurs de secours. La vision du public se révèle plus complexe et qualitative, tandis que celle des experts est moins floue et plus quantitative (Chauvin, 2014). Par opposition, les individus auront tendance à intégrer plus facilement de l’incertitude, du manque de connaissance et des jugements sensibles, tandis que les experts sont plus soumis à des biais de jugement liés à leur travail, qui les enferme dans des cadres préétablis. Une personne utilise tour à tour, de façon variable, un système expérientiel basé sur l’affect et un système analytique basé sur la raison dans le traitement de l’alerte (Finucane et Holup, 2006). De façon schématique, on peut considérer les modèles proposés pour l’appréhension du risque selon deux courants distincts, relevant de l’affect – risk as feeling –, ou relevant de l’analyse – risk as analysis – (Chauvin, 2014 ; Weiss et Rateau, 2018). Et ces deux approches, loin de s’opposer, sont complémentaires.

Un individu peut-il être « autonome » en cas d’alerte ?

10La réponse à cette question doit être étudiée avec précaution. Un individu conscient du danger est censé appliquer les consignes et des comportements adéquats : il n’a pas fallu attendre que l’État s’investisse dans ce domaine pour que les habitants prennent les bonnes décisions. Mais le lien entre la formation et les comportements observés en cas d’alerte est bien plus « complexe » qu’il n’y paraît. Face à l’imprévu de l’attaque terroriste sur les tours du World Trade Center en 2001, la population non formée a eu des comportements adéquats dans l’ensemble (exemple 9.2). À l’opposé, les victimes des crues rapides concernent très souvent des résidents (exemple 9.3), qui sous-estiment la violence des aléas en se fondant sur leurs expériences passées : sur les 206 victimes recensées suite à des crues rapides survenues en zone méditerranéenne (Boissier, 2013), 90 % (soit 186) sont des individus vivant dans les territoires touchés, et 44 % des décès ont été recensés à domicile.

Exemple 9.2. Kuligowski (2011) fait état d’une quasi-absence de « panique » des populations dans le contexte des attentats du 11 septembre 2001 à New York. Il souligne la place prise spontanément par les individus dans l’aide apportée aux victimes et confirme que des personnes ont ressenti différents sentiments négatifs (haine, peur, stress) plusieurs mois après l’événement (notamment ceux qui ont perdu un proche). Sur l’échantillon suivi pendant plusieurs semaines (133), certains (26) ont développé des sentiments positifs (joie, bonheur) et ils sont sortis d’un état dépressionnaire plus rapidement que d’autres.

Exemple 9.3. L’un des comportements observés en cas d’inondation est celui qui consiste à récupérer des biens que l’on redoute de perdre, en dépit des appels à évacuer. Dans son étude, Wilson (2006) évoque des situations diverses et variées : des individus ont refusé d’évacuer lors des inondations survenues en 1997 en Pologne pour ne pas laisser leurs maisons sans surveillance (évoqué par Rosenthal et al., 1998) ; à Dresde (Allemagne), un homme est mort dans sa cave lors des inondations de 2002, car il inspectait, une dernière fois, les lieux avant d’évacuer son domicile. Ces deux exemples renvoient au « biais de la normalité » : des personnes soumises à un stress intense auront tendance – à tort – à interpréter des données totalement inédites sous l’angle de choses connues et régulières (Drabek, 1999). Si la perception de perdre quelque chose est familière, alors cette situation se situe dans le champ de l’expérience. Les conséquences sont aisées à comprendre, donc connues, alors que le risque vital émanant d’une inondation relève, lui, de l’inconnu, voire de l’impossible : « c’est pour les autres ».

11L’inquiétude suscitée par des situations inhabituelles pour l’individu pousse ce dernier à multiplier les sources d’information, afin d’affiner son opinion sur le sujet. Certains biais cognitifs peuvent intervenir dans le jugement qu’il se fait de l’événement à venir. Ils peuvent être liés à l’information elle-même et à la façon dont elle est présentée, mais tout dépend aussi de l’émetteur, son statut, et du récepteur. La plupart de ces biais ne sont d’ailleurs pas spécifiques à la communication sur les risques. On connaît bien les effets de primauté ou ancrage (Lewandowsky et al., 2008), c’est-à-dire le fait que la première impression perçue influence l’impression générale qui suit, et ce d’autant que l’effet de primauté assure une « bonne » mémorisation des premières informations reçues : lorsque la première information minimise le risque, la personne aura du mal à imaginer que la situation va empirer et réciproquement. À ce type de biais vient s’ajouter le rôle joué par l’émetteur, avec l’effet de « halo » ou « effet de notoriété » (Asch, 1946), qui correspond à une tendance à lier des caractéristiques entre elles : deux informations négatives successives seront jugées plus négativement. Toutefois, une information juste mais qui émane d’une personne jugée négativement sera perçue comme peu fiable. En revanche, une information fausse venant d’un relais estimé sera accueillie sans méfiance.

12Du point de vue de l’individu, le biais le plus répandu est le biais de confirmation (Nickerson, 1998), qui consiste à privilégier les informations confirmant ses idées et à négliger celles qui pourraient le faire changer d’avis. À cela s’ajoute le manque de compréhension de ce qu’est une crue rapide, qui altère son jugement lorsque l’information est médiatisée. De nombreux auteurs (Wilson, 2006 ; Castrechini et Pol, 2006 ; Moreau, 2017) ont confirmé le décalage existant entre l’abstraction que représente la catastrophe et ce qu’elle est pour les personnes éloignées de l’épicentre du drame, mais qui ont besoin d’informations pour se préserver elles-mêmes ou pour obtenir des nouvelles de leurs proches. Pourtant, quand les autorités cherchent à communiquer dans ces circonstances, il est difficile de parvenir au bon dosage médiatique, car l’événement est par essence unique et sans référence mémorielle (exemple 9.4). Tant que la communication restera généraliste et négligera les niveaux d’information attendus par les populations, elle manquera d’efficacité. Et les nouveaux outils inscrits dans cette logique n’y changeront rien.

Exemple 9.4. L’ouragan Katrina survenu en 2005 est à ce titre un cas d’école : le phénomène a mis en lumière le manque crucial d’assurance « inondation » aux États-Unis, entraînant de fait une incapacité des communautés et des territoires affectés à se reconstruire sans l’aide de l’État. Outre les controverses de la gestion de crise, les tensions raciales et les problèmes socio-économiques que la catastrophe a engendrés (...), le flood risk and resilience program (mis en œuvre à partir de 2015, soit 10 ans après l’événement) a suscité une vive polémique locale : le slogan stop calling me resilient, attribué à Tracie L. Jackson du Louisiana Justice Institute a été repris et imprimé dans différents quartiers de la ville, puis s’est propagé dans le milieu artistique et auprès d’un large public. Il traduit toutefois le glissement implicite des autorités vers les populations, en allant des causes vers les conséquences (« soyez résilients »/« on, nous ne voulons pas ! »). À mon avis, si ce slogan était aussi diffusé dans les Petites Antilles françaises, fortement touchées le 7 octobre 2017, la polémique serait également forte, d’autant que beaucoup de personnes n’avaient pas, là aussi, souscrit à une assurance…

13Une autre situation est également paradoxale aujourd’hui : l’être humain se met en situation de risque parce que le bénéfice qu’il en retire au quotidien (tous les jours) lui apparaît supérieur à la perte supposée en cas de catastrophe (qui arrivera un jour, peut-être). Nombreux sont les domaines concernés (Gisclard, 2017) : l’indépendance énergétique (dans le cas du nucléaire) ; le profit économique (dans le cas des OGM) ; la fertilité des terres (installation sur les pentes d’un volcan) ; le bénéfice touristique (installation en zone littorale) ; l’irrigation et l’apport énergétique (dans le cas des barrages) ou le développement du foncier (installation en zone inondable). Toutes ces problématiques mettent en évidence les paradoxes auxquels se trouve confrontée la société dans son ensemble, et il est difficile de pointer les responsabilités de manière univoque, d’autant que l’on passe d’une « société du risque » à une « société des incertitudes » (Reghezza-Zitt, 2015).

Les écueils des initiatives citoyennes

14Les initiatives citoyennes proposent des formes de résistance endogènes, acceptées de tous d’un point de vue culturel, économique ou social, et elles sont perçues de manière positive pour éviter les futures inondations qui pourraient survenir à l’échelle d’un territoire. Indirectement, elles contribuent à modifier les rapports entre les capacités des individus et les autorités en charge de leur protection, de sorte que la confiance entre ces deux échelons a tendance à se reconstruire. Cependant, la plupart des Français restent réticents à l’idée de participer et de s’investir dans leur territoire, aussi préfèrent-ils déléguer la responsabilité de l’alerte à l’État, plutôt que d’en assumer les fondements (Glantz, 2009 ; Garcia et Fearnley, 2012). La plupart des initiatives communautaires dépassent rarement le stade expérimental (Jouve, 2005 ; Bherer, 2011 ; Blondiaux et Fourniau, 2011) et cela rejoint un argument avancé dans la partie II : l’autonomie ne se décrète pas, elle se construit (Brédif et Carré, 2009). Il semble également que les retombées de tels projets soient modestes (Gilbert, 2009), sans véritable intention d’émanciper ou d’impulser des transformations sociales majeures. Les contraintes paraissent in fine multiples.

L’ancrage territorial et l’accompagnement : deux ferments indispensables

15La participation des citoyens à l’alerte et à la gestion des risques est un cheminement long et incertain. Dans la commune de Sauve, la mise en pratique de l’atelier créatif a confirmé que si la question du risque était une préoccupation chez les habitants, ces derniers devaient néanmoins s’approprier le sujet de façon plus constructive avant de s’investir de manière non coercitive. L’ancrage territorial et l’accompagnement dans la durée sont deux ferments indissociables (Gisclard, 2017). Les contextes et les citoyens impliqués sont toujours « singuliers » (Lacquement et Quéva, 2016), et la généralisation des dispositifs devient vite délicate. Cette difficulté pose en fait la question de l’échelle territoriale à laquelle ces initiatives sont les plus opérantes.

16L’implication citoyenne se manifeste rarement en amont, dans la prévention, mais davantage en aval, dans le temps de la réaction post-crise. Elle est portée par des associations de victimes ou de défense d’intérêts collectifs ressentis comme menacés : c’est le cas des associations de sinistrés qui se manifestent après une inondation ou lorsque des terrains situés en zone inondable sont appelés à devenir des zones « inconstructibles ». Qualifiés de « noires » suite au passage de la tempête Xynthia sur la côte ouest de la France, en particulier en Vendée, le 28 février 2010, ces zones sont désormais préservées au nom de la « de solidarité nationale » (Pigeon, 2014). Aborder la question des risques est alors indissociable d’une approche critique et réflexive sur les vulnérabilités sociétales et sur l’origine des choix politiques qui ont favorisé leur émergence. Les grands projets sont également portés par des structures privées qui veulent tirer profit de leurs avancées et des développements technologiques (à l’image de Microsoft qui est derrière le projet CommonSense). C’est un élément qui explique en partie la frilosité des acteurs (individus, politiques, scientifiques, experts, etc.) à se saisir largement et de façon transversale de ce sujet.

17Par ailleurs, une dimension partagée et collective conditionne et construit la mémoire sociale des événements. C’est un cadre dans lequel différents groupes constituent leur mémoire, et l’une des conditions de cette résurgence mémorielle est d’être fixée sur un espace (Halbwachs, 1994). Les lieux ont une fonction identitaire, mais aussi des fonctions affectives et historiques. L’attachement au lieu entraîne une meilleure acceptation du risque, mais aussi une illusion de prédictibilité et de stabilité qui conduit parfois au refus d’évacuer des zones à risque (Weiss et al., 2011). De nombreux liens existent entre l’eau, les populations et le territoire, et les y inondations jouent un rôle central (Langumier, 2008). Parmi les approches qui semblent les plus opérantes, le degré d’implication des acteurs locaux reste d’ailleurs une première clé d’analyse (exemple 9.5), évaluée par la capacité de mobilisation des individus pour la mise en œuvre d’une « solidarité de bassin » réellement effective, et à travers le degré d’ouverture des espaces de concertation, qui crée des espaces d’échanges.

Exemple 9.5. Quatre modes de participation peuvent être distingués : l’information, la consultation, la concertation et la négociation (Scarwell et Laganier, 2004). Les deux premiers s’inscrivent dans le cadre d’un débat public ; ils touchent un assez grand nombre de personnes, mais restent fondés sur un mode de relations unilatérales. Souvent, une institution (l’État) présente ou demande un avis qui ne changera la décision finale que de façon marginale. Les deux autres modes laissent une place plus grande à l’échange des différents points de vue et à la définition collective de projets. Les degrés de partenariat et d’implication sont alors plus élevés.

18Les rapports dialogiques fondés sur l’expertise mettent par ailleurs en lumière une asymétrie intrinsèque en termes de ressources mobilisables, que celles-ci soient scientifiques, temporelles ou sociales (Gisclard, 2017). Dans les faits, l’individu est peu convié à prendre part à la gestion du risque, en dehors d’un registre qui relève d’un mode opératoire plus « informatif » que réellement participatif ou délibératif. Le danger est alors de désintéresser, voire de marginaliser encore plus les citoyens, en renforçant les liens entre le pouvoir et les groupes sociaux dominants. Bien que l’on ne puisse pas généraliser, la perception par le public d’un « simulacre » de démocratie participative est confortée par le fait que les véritables décideurs avec lesquels les échanges s’établissent ne sont pas présents (Gourgues, 2015). Les espoirs qui naissent de cette invitation à participer sont régulièrement déçus et elles entraînent, par « effet boomerang », de nombreuses frustrations. C’est d’ailleurs toujours le cas lors de l’établissement du PPRI : le public n’est pas convié dans les processus d’élaboration du premier document, qui est alors considéré comme imposé « par le haut » (Douvinet et al., 2011b).

19Au final, il faut donc inscrire ces actions dans la durée. Toutefois, le surgissement des inondations, par nature aléatoire, les relègue vite à l’arrière-plan des préoccupations quotidiennes des individus (Gisclard et al., 2017). L’animation et l’entretien d’une action reposent sur du volontariat et du bénévolat et par conséquent, cette action doit s’impulser, s’accompagner, et ne peut résulter d’une injonction institutionnelle. Deux rapports (Bazin et Malet, 2016) soulignent d’ailleurs la tendance actuelle à la « volatilité » (on s’investit moins longtemps et on change plus vite) et le manque perçu de reconnaissance du travail conséquent des bénévoles par les pouvoirs publics, quels que soient les secteurs et les conditions d’exercice.

Une réceptabilité de l’alerte inégale aux échelles locales

20Les moyens d’alerte doivent être appropriés par l’ensemble d’une communauté, et pas seulement par un ou deux individus, au risque sinon de provoquer des doutes ou de l’incompréhension quant à l’utilité du processus d’alerte, voire de la réactance chez l’ensemble d’une population. Ces accommodements, dont les fondements ont été établis dans divers travaux (Beucher, 2007 ; Reghezza-Zitt, 2015 ; Gisclard, 2017), impliquent de faire des compromis entre l’État, l’administration, les élus et la population. Les choix doivent aussi être validés publiquement et collectivement, et être plus transparents et plus clairs.

21Cette proposition rejoint les injonctions régulièrement faites aux citoyens, à qui on demande une grande implication face aux risques (Gisclard, 2017). L’implication du public a été renforcée à travers la convention d’Aarhus (1998), qui impose le recours aux concertations citoyennes dans les actions publiques, à travers la directive européenne inondation (avec ses différentes déclinaisons aux échelles nationales), par exemple. Elle entre en résonance avec le contexte de crise des finances publiques, par lequel l’État justifie allègrement son retrait et le transfert de plus en plus important de ses compétences vers l’échelon local.

22Dans la pratique, l’adhésion à ce discours reste cependant sujette à caution :

  • les fondements de l’implication citoyenne sont très rarement explicités (quel est leur poids dans la décision finale de l’offre ? La réponse est évidente pour moi : aucun !), et la place de l’individu dans la gestion de l’alerte est encore trop souvent minimisée ;

  • on considère les individus comme des victimes, plus que comme des acteurs en puissance, ces derniers étant dans une attitude attentiste vis-à-vis de leurs institutions (Ledoux, 2005) ;

  • la participation publique se réduit souvent à écouter les « plaintes » de certains et mobilise peu de monde, en particulier sur la question du risque inondation ;

  • les institutions ont posé les bases d’une démarche aux apparences de concertation, mais sa vocation est plus dans la monstration que dans son réel accomplissement (Peltier, 2008).

23Cependant, pour montrer les apports à attendre de la réceptabilité, on peut synthétiser différentes enquêtes. Si les contextes varient, et si la représentativité de l’échantillon n’a pas été recherchée, tous les questionnaires ont en commun de demander aux interrogés leur avis concernant différents outils d’alerte. À La Londe-les-Maures (commune touchée par deux crues rapides en 2014), 88 personnes sur 155 (56 %) estiment qu’elles aimeraient recevoir une alerte sur leur smartphone, tandis que ce chiffre est plus faible à Ménerbes (67 réponses sur 224, soit 30 %) ou à Sablet (48 réponses sur 222, soit 21 %), deux communes rurales où aucun événement dramatique n’est survenu au cours des trente dernières années, et où l’âge moyen de la population interrogée est plus élevé (46,5 ans et 48,7 ans, contre 37,8 ans à La Londe-les-Maures). À Mérindol (figure 9.1), commune située le long de la Durance, inondée par des ruissellements le 23 août 1984 et le 26 août 1986 en provenance des versants sud du Lubéron, 167 personnes déclarent posséder un smartphone, mais seulement 14 solliciteraient les RSN en cas d’alerte (exemple 9.6).

24À Goudargues, commune rurale située dans le Gard, fortement impactée par les inondations du Gardon survenues les 8 et 9 septembre 2002, 53 % des enquêtés déclarent qu’ils possèdent un smartphone, mais 54 % indiquent avoir des problèmes de connexion Internet (figure 5.2). En cas d’alerte, 140 personnes sur 227 (soit 62 %) déclarent principalement faire confiance au maire sans qu’aucun outil ne soit prioritaire, confirmant un rapport situationnel singulier avec les élus en contexte rural (Gisclard, 2017). Quand les pluies sont intenses, 36 % des interrogés déclarent consulter le site Internet Vigicrues à Goudargues, contre seulement 10 % à Sauve ou 15 % à Mérindol. À Mérindol et à Sablet, 32 % et 37 % des interrogés déclarent aller chercher de l’information chez leurs voisins en cas d’alerte aux inondations, et 28 % et 31 % ne se sentent pas en sécurité, contre seulement 12,3 % à Goudargues. Ce chiffre est même encore plus faible à La Londe-les-Maures, car 6,7 % des interrogés déclarent qu’ils penseraient aller voir leurs voisins. Si ce constat doit être utilisé avec précaution, il est à relier à d’autres travaux (Bertrand, 2014), qui démontrent que la cohésion sociale est plus forte dans les communes rurales qu’en ville.

Exemple 9.6. Suite à l’enquête menée en 2016-2017 dans plusieurs communes du Vaucluse, les résultats ont été cartographiés en créant une maille de 100 m de côté (pour protéger l’anonymat des répondants) et les résultats apportent plusieurs informations. Sur la commune de Mérindol (figure 9.1), les personnes déclarant posséder un smartphone sont réparties de façon relativement homogène dans l’espace, mais elles seraient peu enclines à se connecter en cas d’alerte sur leur RSN (6,2 %) ou à lancer une application smartphone dédiée (12,3 %). On voit surtout que des différences existent localement, notamment dans le centre ancien du village (cercles figurés en blanc) : avoir un smartphone et l’utiliser au quotidien n’est pas gage d’une utilisation potentielle en cas d’alerte, et ces premiers résultats, qui sont erronés si on se limite à leur représentativité, nous confortent néanmoins dans l’idée que le potentiel de ces outils est surestimé (chapitre 6).

Figure 9.1. Cartographie des réponses obtenues à Mérindol (adapté de Coulomb, 2017)

Figure 9.1. Cartographie           des réponses obtenues à Mérindol (adapté de Coulomb, 2017)

25Il n’est pas nécessaire de poursuivre la comparaison avec d’autres communes : les demandes fluctuent selon l’échantillon collecté, le vécu des individus, leur histoire de vie, leur réception de l’alerte, leur connaissance des inondations sur leur territoire, mais aussi selon les outils de communication ou de vulgarisation mis en œuvre par la commune en lien ou non avec les services de l’État. En revanche, ces résultats, qui sont similaires en dehors de la France (exemples 9.7 et 9.8), confortent l’idée qu’il est vain de déployer des moyens techniques sans prendre le temps de savoir si leur utilité sera réelle (ou non). Si elle ne répond nullement aux besoins des futurs utilisateurs, une solution idéale conduira dans tous les cas, à un « flop », et il faut donc éviter de reproduire les mêmes erreurs.

Exemple 9.7. Dans son étude menée en Italie du Nord auprès de 648 personnes, Garcia (2012) montre que la population interrogée pense que le système d’alerte les avertira suffisamment en avance pour qu’elle puisse échapper aux dommages, sans tenir compte de la dimension ou des caractéristiques d’un événement à venir. Cela correspond bien à la délégation de responsabilité aux autorités qui sont censées gérer la situation d’urgence sans l’implication de la population. Cependant, les personnes interrogées sont conscientes de leur manque de préparation, et font preuve d’un intérêt pour améliorer leur connaissance et pour participer plus activement aux efforts de réduction de risques en cas de catastrophe. Des résultats similaires ont aussi été obtenus dans l’étude de De Marchi et al. (2007), mené dans la région du Trentin-Haut-Adige dans le nord de l’Italie. Le Trentin est une région à l’histoire significative par rapport aux inondations, où, malgré les systèmes d’alertes officiels, seule une proportion mineure de la population sait comment réagir lorsqu’une alerte est reçue.

Exemple 9.8. Dans son autre étude cherchant à comparer les sources utilisées par les habitants de Denver, dans l’État du Colorado, et à Austin, au Texas (Hayden et al., 2007), en cas de crues rapides, les résultats montrent que les habitants de Denver préfèrent les sirènes, alors que les habitants d’Austin préfèrent les sirènes, la radio et les télévisions locales. À Boulder, en Californie, la disponibilité de l’offre a aussi été quantifiée : dans cette ville, les habitants considèrent que la télévision (85 %), puis les sirènes (77 %), la radio (58 %) et Internet (54 %), sont les vecteurs d’alerte les plus à même de les alerter.

Des pistes de recherche à empiriciser à long terme

26Si l’on tient compte des inégalités dans la réceptabilité de l’alerte et de la fragilité des initiatives citoyennes, il convient d’assumer l’idée suivante : il sera toujours illusoire de vouloir alerter tout le monde ! Ce constat, inacceptable pour les autorités compétentes à cause de leur devoir d’alerte, qui doit s’appliquer sans distinction et de manière équivalente à tous les individus, me paraît néanmoins justifié :

  • les demandes des individus sont disparates selon leur appropriation du territoire et selon la temporalité du risque (en dehors de la crise, pendant l’alerte ou après des dommages) ;

  • chaque personne, chaque groupe, chaque organisation développe des formes de vigilance et d’alerte liée à ses activités (Chateauraynaud et Torny, 1999) ;

  • les priorités quotidiennes des individus ne sont pas celles des risques (et heureusement). C’est d’ailleurs dans cette direction que je souhaite poursuivre mes travaux.

À la recherche d’un « seuil minimum de personnes à alerter »

27Une première piste exploratoire proposée est la suivante : est-il possible d’identifier un « seuil minimum de personnes » à alerter, pour en maximiser les effets à l’échelle des territoires ? Si oui, sur quels critères peut-on « identifier » ou « sélectionner » ces individus à alerter ? En cas d’inondation, on peut rapidement compter sur les effets de contingences locales et de mimétismes entre les habitants, qui connaissent leur territoire (Wilson, 2006 ; Gisclard, 2017 ; Ryan, 2018) et qui ont des liens sociaux avec d’autres individus pour de multiples raisons : l’école, la vie associative et les activités sportives par exemple. Plusieurs études (Parker et al., 1995 ; Lindell et Perry, 2012) ont aussi démontré que les individus qui ne comprennent pas un danger en cours ont tendance à dupliquer « ce que font les autres », sans forcément en chercher les fondements. Au début des années 1990, Mileti et O’Brien (1992) ont d’ailleurs formalisé le processus comportemental individuel (qui prévaut en cas de catastrophes naturelles) en six étapes :

  1. réception d’une alerte ;

  2. attribution d’un degré de confiance au signal compris ;

  3. personnalisation du signal ;

  4. définition de l’action de protection individuelle nécessaire ;

  5. étude de faisabilité (est-ce que cette action est réalisable ?) ;

  6. décision d’agir (action réelle).

28La confiance accordée aux voisins intervient à la deuxième étape du processus : une fois qu’un individu entend l’alerte, il va comparer la situation par rapport à des événements qu’il a vécus, sur le territoire où il est exposé, s’il y passe quelques jours (pendant ses vacances) ou s’il y vit depuis plusieurs années. Puis il va en discuter avec son entourage, d’autant plus si le danger dépasse sa compréhension (Kuligowski, 2011 ; Ryan, 2018).

29Lors d’un travail de simulation précédent (Salze et al., 2014), nous avons d’ailleurs cherché à simuler ces effets de contingence et de mimétisme entre les individus en utilisant des outils de géosimulation. L’idée de ce travail exploratoire, mené dans le cadre de l’école thématique CNRS Maps en 2010, était de savoir si on pouvait déterminer un seuil minimum pour que des personnes informées puissent influencer des « non informés ». Pour cela, un système multi-agents, dénommé ToxiCity©, a été conçu et testé en jouant sur divers paramétrages. Le seuil de 30 % d’informés apparaît comme un seuil décisif sur les chances de survie simulées, en lien avec la configuration du maillage. En passant par les mêmes outils de simulation, d’autres ont montré que :

  • en cas d’incendie, le temps d’évacuation dans un bâtiment est très corrélé au nombre de sorties de secours et que la vitesse de propagation spatiale de cet incendie est un facteur déterminant sur le nombre de décès (Kasereka et al., 2018) ;

  • en cas d’alerte « tsunami », les premières victimes dans l’est du Japon apparaissaient à partir de 55 minutes et lorsque le niveau d’eau est supérieur à 0,85 m. (Mas et al., 2012) ;

  • le respect du confinement (voir la platefome covprehension.org) avait un effet important sur la propagation spatiale du Covid-19, tout comme la distance barrière d’un mètre.

30D’autres retours d’expérience ont confirmé qu’une seule personne pouvait, à elle seule et même en cas d’alerte brève, sauver un maximum de personnes (exemple 9.10).

Exemple 9.9. L’objectif du modèle ToxiCity© était de déterminer si un nombre minimum d’agents informés (qui suivent les consignes de sécurité) pouvaient sauver un maximum d’agents (non informés et influençables). Les simulations ont mis en évidence le fait que le nombre initial d’agents et la configuration de la grille influencent grandement les taux de survie simulés. Un effet non-linéaire est même apparu : le taux de survie a tendance à augmenter lorsque la proportion d’agents bien informés est faible (en dessous de 30 %), alors qu’un pourcentage croissant d’agents informés (au-dessus de 70 %) améliore peu les chances de survie. La configuration spatiale joue aussi un rôle sur les taux de survie : un environnement choisi aléatoirement a tendance à sauver un peu plus les agents influençables et non informés, tandis qu’une structure régulière est favorable aux agents qui continuent leur activité et qui ne prennent pas conscience de la diffusion spatiale du nuage.

Exemple 9.10. Dans leur article, Clinton et al. (2005) montrent qu’une touriste de 14 ans, hébergée à Phuket, en Thaïlande, a reconnu le tsunami qui allait arriver, en identifiant le retrait de la mer et le bruit entendu au loin. Elle a alerté ses parents, puis d’autres personnes présentes le long du littoral, et elle a probablement sauvé d’une « mort certaine » plus de 100 personnes. Elle déclare avoir identifié les caractéristiques du tsunami grâce aux cours qu’elle venait d’avoir en classe, ce qui conforte la nécessité de l’éducation et de la formation.

31Il faudrait donc réinvestir ce domaine de la géosimulation, en adaptant les plateformes créées (ToxiCity ou Flood-Up) et en choisissant des situations peut-être un peu plus réalistes. L’avantage des outils de modélisation est qu’ils sont faciles à comprendre et à implémenter et on peut tester différentes hypothèses, voire jouer avec différentes conditions initiales, sans dépendre de protocoles lourds à mettre en place. En poursuivant dans cette voie, on pourrait utiliser de nouvelles solutions techniques (comme les caméras 3D ou les drones) pour observer les comportements en cas de crise ou lors des exercices d’entraînement (dans la rue ou dans un espace confiné par exemple), faire du tracking des individus, pour essayer in fine de mieux quantifier ce « seuil minimum ».

Des « citoyens-capteurs » aux « citoyens-connectés » : les SmartCitizens

32Dans le contexte actuel de crise des finances publiques, sur lequel l’État justifie allègrement son retrait et le transfert de plus en plus important de ses compétences vers l’échelon local, l’auto-organisation des communautés est un processus émergeant aux échelles locales, qui intéresse de plus en plus les chercheurs et qui questionne le concept d’« innovation sociale » (Gisclard, 2017). Celle-ci est souvent mise en place pour des questions de solidarité et elle mobilise les acteurs d’une nouvelle façon, tout en assurant des services pour accroître la qualité de vie des collectivités ou des citoyens (Klein et Harrisson, 2010). Cette terminologie peut recouvrir des réalités diverses quant à leur nature, aux changements visés ou aux processus (Cloutier, 2003 ; Richez-Battesti et al., 2012). Le territoire, en tant que contexte géographique, est aussi perçu comme milieu innovateur (Lacquement et Quéva, 2016), car il influence les formes de mise en réseaux des acteurs locaux (Laville, 2014).

33L’arrivée du numérique autorise de nouvelles formes d’intégration du public et des expertises citoyennes, qui sont en pleine émergence depuis une dizaine d’années. Les chapitres 4 et 5 ont été l’occasion d’en présenter quelques-unes, et d’autres exemples ont été recensés lors de l’état des lieux sur les outils d’alerte existant ailleurs, à l’image des initiatives lancées à Boston (Adopt-an-hydrant) ou à Honolulu (Adopt-a-siren). Ces « services publics d’urgence augmentée » (pour reprendre une expression de D. Maillefaut) et cette tendance à impliquer les citoyens comme capteurs émerge à grande vitesse (Smith et al., 2015b) et dans différents domaines : la pollution atmosphérique (Bigot et al., 2017), à l’image du projet Air Citizen développé en France depuis 2015 ; la contamination par divers polluants (avec le projet CommonSense ou Maqumon) ; la qualité des sols ; la propagation de maladie du type pandémie grippale…

34Des associations sollicitent également les citoyens pour qu’ils nettoient les bouches d’évacuation des eaux pluviales, afin que les déchets et les feuilles mortes n’altèrent pas leur fonctionnement en cas de fortes pluies (Adopt-a-drain). Des applications smartphones sont par ailleurs apparues pour que les citoyens formés puissent apporter leur aide en situation d’arrêt cardiaque (Stayin’Alive©, ou Sauvlife©), voire qu’ils fournissent des images aux secouristes avant leurs premières interventions (PermisdeSauver©).

35Dans le domaine des inondations, les citoyens sont incités, de manière spécifique, à contribuer aux connaissances sur les pluies, la grêle ou la hauteur de la neige, comme dans le projet CoCoRaHS, aux États-Unis (http://www.cocorahs.org/), dans la plateforme mutualisée entre les pays membres du Commonwealth (http://wow.metoffice.gov.uk) ou à l’échelle mondiale avec le programme Echo Daily Flash, issu de la Commission européenne (http://erccportal.jrd.ec.europa.eu/​ECHO-Flash). Les citoyens sont aussi invités à envoyer différentes informations in situ pour calibrer et valider certains modèles de prévisions (Pocock et al., 2014 ; Follett et Strezov, 2015). Mais, en dehors de ces initiatives, rares sont celles qui portent sur l’alerte aux crues rapides : l’implication des citoyens dans ce domaine est limitée, car cette compétence est à leur yeux une prérogative des autorités (Wehn et al., 2015) ; on ne les sollicite qu’à la suite d’une inondation remarquable (exemple 9.11). En outre, certains scientifiques sont réticents à l’idée d’utiliser des données venant de « profanes ». Aucune application smartphone n’existe d’ailleurs à l’échelle d’un bassin versant.

Exemple 9.11. À Duncaster, ville de 320 000 habitants localisée dans le sud du comté de Yorkshire (Angleterre), les citoyens sont considérés par la municipalité (DBMC-Duncaster metropolitan borough council) comme « leurs yeux et leurs oreilles sur le terrain ». Dans ce pays, les autorités restent compétentes dans le domaine de l’alerte, encadrée par le Civil Contingencies Act (2004) et le Local Government Act (2000), mais suite aux inondations du 26 juin 2007, la ville a décidé d’impliquer les citoyens en amont des décisions, en interagissant proactivement avec les conseils de paroisse et en créant un réseau de « voisins vigilants » (floods wardens), une communauté volontaire qui leur indique les perturbations éventuelles en cas de futures inondations (Wehn et al., 2015).

36Toutes ces approches numériques « hors-cadre » sont intéressantes :

  • elles émergent pour tenir compte de l’imprévisibilité des situations ;

  • elles dérogent aux approches routinières, tout en venant compenser, si besoin, l’effondrement des cadres ou des structures prévus (Lagadec, 2015) ;

  • elles répondent à l’envie d’agir concrètement qui s’exprime à partir du moment où l’individu peut rattacher un savoir profane (risque inondation) et des préoccupations locales – son lieu de vie – (Sen, 1992). À cet égard, certains proposent de partir d’un socle tout à fait modeste de « mini-publics » et de tirer profit des réseaux d’acteurs en local pour une plus grande efficacité pratique.

37Peu à peu, la figure emblématique du « citoyen-capteur » (Goodchild, 2007), évolue vers un « citoyen connecté » : considéré comme un récepteur actif, « expert » voire « sachant », celui-ci devient encore plus actif sur les réseaux numériques, car considéré comme un « expert en usage » et pouvant agir « à distance ». Les apports se situent à deux niveaux (Gisclard, 2017). Le premier est une meilleure acceptation de l’alerte, l’engagement des contributeurs dans le projet étant un ressort psychologique efficace et valide (Joule et Beauvois, 1998). Le second est la valorisation des capacités d’action par une approche habilitante (Manzini, 2015) et une conscientisation de la responsabilité personnelle et collective (Mazin et Madet, 2006).

38Bien qu’il soit plus rassurant de s’appuyer sur des modèles techniques pour tenter d’alerter la population, plutôt que de se confronter à la pesanteur du social et de faire confiance à l’individu par essence insaisissable, il semble pertinent de le prendre en compte le potentiel que représentent les habitants « connecté » (Gisclard, 2017) – jusqu’à présent sous-exploités (ou minimisé). Et ce, en particulier pour consolider leur implication et pour renforcer les liens qu’ils peuvent avoir avec les services de secours ou les autorités.

Trouver des façons différentes de communiquer l’alerte

39Même sur les RSN, il est compliqué de trouver les vecteurs les plus performants et de sensibiliser les individus connectés avec le bon message. On peut diffuser une alerte, ou publier une information importante pour nous, chercheurs, mais elle est « inutile » pour les citoyens, à l’image de la cartographie du ruissellement qui est accessible sur un site Internet, et qui couvre l’ensemble de la Suisse depuis le 20 août 2018 (quels sont les riverains conscients de l’existence d’une telle donnée ?). Cette information a été relayée et diffusée sur Twitter©, mais ces données restent sans doute peu connues. Aussi, comment construire un public followers et diffuser une alerte en one shot ?

40Dans ce contexte, un concept nouveau est d’ailleurs apparu : la nudge theory. Issu des sciences du comportement, de la théorie politique et de l’économie, ce concept sous-entend que des suggestions indirectes peuvent, sans contrainte, influencer les motivations et inciter à la prise de décision des groupes et des individus. Et ce, au moins de façon aussi efficace que l’instruction directe, la législation, ou l’exécution, auxquelles on pourrait logiquement associer l’injonction réglementaire. Quelques travaux le montrent, comme dans les recherches de Terpstra et al., 2006. Il faut alors faire avancer les protocoles méthodologiques et les fondements de ce champ, qui pourrait amener un regard différent sur les messages d’alerte (aussi bien dans leurs caractéristiques de fond et de forme, que du point de vue cognitif et comportemental), et reconnaître l’importance des savoirs émanant des dires d’expert et des « sachants », avec un transfert de l’information qui doit aller du bas vers le haut (dans une logique ascendante). Les méthodes et les outils développés permettraient aussi d’étudier les conditions d’émergence de réseaux de « voisins vigilants », du type sentinelles.

Accompagner un changement de paradigme dans la gestion de crise

41Les systèmes d’alerte automatisés ne prennent pas en compte les scénarios inconnus ou imprévisibles, ni la polymorphie des aléas, ni les effets dominos entre les risques. À cet égard, la catastrophe de Fukushima (en 2011) a relancé un certain nombre d’études en France, en particulier sur la survenue possible d’un tel scénario sur les centrales nucléaires, dont plus des trois quarts sont en partie en zone inondable, et qui n’ont pas toutes intégré les risques liés à des ruptures de barrages ou à l’obturation des filtres des canalisations qui servent à refroidir les circuits hydrauliques par exemple. Ces systèmes d’alerte ne doivent pas être trop technicistes (comme déjà vus à plusieurs reprises). Or, pour le moment, la diversité des publics, la communication avec toutes les parties prenantes dès le début de la crise, ou la perception sont des facteurs laissés aux « oubliettes ». L’ensemble des données connues à un instant t peuvent aussi être rapidement dépassées, ou insuffisantes, voire être en décalage avec une situation nouvelle quelques instants plus tard, ce qui impose des mises à jour régulières, continues, donc chronophages.

42La gestion d’une crise en cours peut être mise à mal par la complexité inconnue de la situation, comme celle générée par une tornade jamais survenue jusqu’alors (exemple 9.12). Or, toutes les crises ne sont pas analogues, même au sein d’un même territoire. Les réseaux sociaux ne peuvent pas non plus être réduits à des algorithmes pour s’entraîner à la gestion de crise. En se fondant sur des logiciels qui simplifient la réalité, le gestionnaire peut aussi manquer de créativité et ne pas mesurer les effets des changements qui s’opèrent dans la société. On rejoint ici les idées défendues par Lagadec (2015), qui prône la nécessité de sortir du « prêt à penser », et qui développe l’idée qu’une situation de crise devrait être gérée à partir d’une page blanche. On peut aussi faire un lien avec les idées avancées par Morin (2005), qui indique que l’incertitude est le propre de la crise. Aussi, l’innovation doit à la fois être technologique (elle l’est) et structurelle (elle tend à le devenir), mais également organisationnelle (on en est loin) et sociale (aie !). Il faut alors accompagner ce changement de paradigme, qui propose de s’informer tout en communiquant, d’analyser tout en décidant, d’évaluer pendant l’action…

Exemple 9.12. Les exemples d’épisodes non prévus, non anticipables et inconnus jusqu’alors, ne manquent pas. La tornade survenue à 22 h 30 dans l’Avesnois le 3 août 2008 (et qui a duré trois minutes) l’illustre parfaitement. Cet événement, qui a fait quatre victimes (trois décès directs et un suicide devant l’ampleur des sinistres), est la tornade la plus dévastatrice survenue en France métropolitaine depuis 1982, tant sur le plan matériel qu’humain. La tornade a parcouru une distance de 18 km, avec une intensité fluctuante dans l’espace et dans le temps. Selon Keraunos, l’intensité maximale a été atteinte à Boussières-sur-Sambre et Hautmont, avec une classification au niveau EF4 sur l’échelle améliorée de Fujita. Elle s’est formée au sein d’une supercellule à tendance linéaire. Cette date a trouvé un important écho dans la presse régionale et locale, et pourtant elle ne fait pas partie des exercices de gestion de crise du département, et elle n’est que partiellement évoquée dans le PCS de la commune d’Hautmont.

43Au final, il ne s’agit pas pour les autorités de répondre aux attentes des individus, ni de « faire du mieux possible ». Il faut agir et communiquer « sans fard », de façon à ce que des habitants concernés et exposés à un danger n’aient pas le temps de se poser de questions (d’autant que ces interrogations traduisent une inquiétude de leur part à cause du manque d’information). Il faut également éviter d’accroître les écarts entre un haut niveau de technicité (dans la modélisation des événements, dans l’estimation des biens exposés, dans le calcul des impacts potentiels), et la faiblesse des exercices ou des actions concrètes impliquant la population, qui doit se sentir écouter pour s’engager (Ledoux, 2017).

Quels grands principes retenir à l’avenir ?

Un système inégalitaire à assumer

44Il faut admettre qu’il sera toujours impossible d’alerter l’ensemble d’une population dans sa globalité, en dépit du devoir et du rôle qu’ont les autorités sur ce point. Ce principe reste inaudible en l’état, car cela remet en cause un principe régalien très ancré en France. Mais la distribution des sirènes, l’accès aux moyens d’alerte ou la compréhension des phénomènes en jeu, génère de toute façon des inégalités, qui sont spatiales et sociales. Alors que le directeur des opérations de secours (DOS) a une obligation de résultat, et que les autres services répondent à une obligation de moyens, il est aussi faux de dire que si les individus ne comprennent pas les messages officiels envoyés, c’est de leur faute, car l’offre n’est, dans les faits, pas distribuée partout ni pour tous !

Un seuil minimum de population alertée à chercher

45Il faut se mettre d’accord sur le seuil minimum d’individus à alerter et les préparer à tout type de crise en priorité, pour compter ensuite sur les effets de mimétisme et de contingences locales : des comportements avérés en cas de catastrophe naturelle. Ce constat permet cette fois, de manière très paradoxale, de dédouaner les autorités : l’offre ne peut pas être déployée partout (rappel : il faudrait 2 117 sirènes pour couvrir les 593 048 habitants du Vaucluse avec une porte sonore théorique d’un kilomètre…). Il faut donc assumer un choix et un parti pris, plutôt que vouloir plaire à tout le monde, au risque d’émettre une alerte « aseptisée ».

Une alerte authentifiable et comprise

46Un individu doit être capable d’authentifier les sources et faire confiance aux signaux envoyés, pour accroître sa mobilisation en cas de crise, mais aussi pour éviter les conséquences d’une mauvaise activation d’un outil (comme l’envoi d’un SMS indiquant une menace aérienne à Hawaï le 12 janvier 2018) ou pour accepter un nombre élevé de « fausses alertes ». Si une personne accorde son crédit aux élus, aux médias ou aux RSN, il faut interagir avec elle en priorisant ce canal de communication, puis redonder les messages sur les autres vecteurs d’information, quitte à être répétitif. Une offre multicanale est donc fortement plébiscitée. Il faut également privilégier les contenus, qui doivent prévaloir sur les contenants. Or, pour produire des contenus utiles et variés, il est évident que les attentes des publics doivent être considérées en amont du processus de diffusion.

Éduquer et sensibiliser les populations

47Croire que les aléas ne peuvent arriver qu’aux autres et que le gouvernement est capable de nous alerter face à l’ensemble des dangers probables revient à négliger la complexité des aléas et les difficultés inhérentes à leur prévision, à leur prédiction ou à leur anticipation. Cela suscite de l’indifférence vis-à-vis des outils existants (constat avéré dans la partie II), voire une totale réactance face aux consignes de sécurité, non- appliquées, car perçues comme inutiles. Aussi, est-il essentiel de continuer à sensibiliser sans trêve, en faisant varier les publics et les territoires, et d’impulser les prises de conscience pour que les comportements soient responsables.

Définir une stratégie globale et avoir une vision à long terme

48Le centre de décision unique (chapitre 7) n’a pas une tâche facile : il doit garder le cap qu’il s’est fixé, tout en s’adaptant en permanence aux évolutions et aux différentes incertitudes (chapitre 2). Garant de la cohérence des messages d’alerte, ce centre doit apprendre à lâcher prise à certains moments et faire confiance aux individus qui, en cas de danger, se retrouveront peut-être tout seuls. Par conséquent, ce centre doit être réactif, de qualité, adaptable et souple. Tout un programme donc, sur lequel les autorités et les différents services impliqués doivent mener une réflexion ensemble…

Synthèse

49Complémentaire du précédent, ce chapitre permet de tempérer l’utilité d’une offre réduite à un angle techniciste, voire spatial. En effet, sans tenir compte du potentiel de réceptabilité des individus et des difficultés de perception et de compréhension, qui sont différents d’un territoire à un autre et qui peuvent évoluer selon le contexte social, économique ou technologique, il est illusoire de proposer une refonte opérante du système actuel. Même si les individus sont des acteurs qui sont relégués en arrière-plan des exercices d’entraînement et qui semblent trop labiles pour les institutions, il faut faire évoluer ces postures, car le fossé se creuse de plus en plus, et à grande vitesse, et les acteurs ne semblent plus se comprendre.

50Ce constat m’amène à me demander si les objectifs du processus d’alerte ne doivent pas être rediscutés de façon collective : est-ce que le signal, doté d’une connotation négative, est vraiment une solution attendue par les individus ? Faut-il faire le choix de les laisser autonomes et de les responsabiliser sans une intervention de l’État ? La voie du compromis est la plus sage. Et pourtant, les décisions prises dans d’autres pays montrent des changements plus clairs (parfois plus radicaux) et les populations savent désormais ce qui est fait (ou non) pour eux.

Table des illustrations

Titre Figure 9.1. Cartographie des réponses obtenues à Mérindol (adapté de Coulomb, 2017)
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/40495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search