Version classiqueVersion mobile

Gouverner la biodiversité ou comment réussir à échouer

 | 
Vincent Devictor

Préface

Raphaël Larrère

Texte intégral

1Depuis quelques temps nous avions l’intention de poursuivre la réflexion sur les big data que nous avions entamée avec la conférence de Bruno Strasser. Plus précisément, nous voulions examiner en quoi le développement des grands programmes de prise en compte de la biodiversité modifie les pratiques de recherche en écologie. Le Global Biodiversity Information Facility issu du Forum Mégascience et l’International Geosphere-Biosphere Program (IGPB) permettent-ils de prendre la mesure de l’érosion de la biodiversité et de ses conséquences fonctionnelles ? Peuvent-ils aider à contrecarrer cette érosion et dans quelles limites ? Se poser de telles questions nous semblait d’autant plus judicieux que la fusion de l’Inra et de l’Irstea a renforcé la communauté des spécialités relevant de l’écologie dans INRAE.

2Telles sont les raisons pour lesquelles nous t’avons invité, Vincent, à faire une conférence qui sera suivie d’un ouvrage. Tu présentes en effet l’avantage d’associer une compétence manifeste en philosophie des sciences et des techniques, à une compétence plus ancienne et internationalement reconnue en écologie.

3À l’issue d’une classe préparatoire au lycée Henri IV à Paris, tu t’es lancé dans un cursus d’écologie à l’université Paris VI. Cela t’a conduit à soutenir, en 2005, une thèse sous la direction de Denis Couvet et Frédéric Jiguet. Elle portait sur La nature ordinaire face aux perturbations anthropiques. Dès ce travail tu as focalisé ton attention sur l’érosion des effectifs d’oiseaux communs et des populations d’insectes dont ils dépendent.

4Après deux années d’ATER à Paris et une de post-doctorat à Oxford, tu es devenu chargé de recherche au CNRS en 2009, intégrant alors l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier. Grâce à une abondante production d’articles dans des revues internationales et à tes collaborations européennes, tu es devenu éditeur en chef de la revue Biological Conservation. Après avoir soutenu une HDR en 2014, tu accèdes, à 42 ans, au statut de directeur de recherche en 2018. Voici donc une belle carrière en écologie !

5Tu t’étais déjà convaincu que, se préoccuper de la biodiversité suppose de se soucier des espèces communes dont le déclin des effectifs s’accélère depuis quelques décennies. Il fallait donc aller au-delà d’une protection de la nature qui s’était focalisée jusqu’alors sur les parcs, les réserves et les espèces dont les populations sont en voie d’extinction. Cela t’a conduit à te soucier de la nature que les hommes côtoient au quotidien, mettent en valeur et souvent altèrent ou détruisent, que ce soit dans les campagnes intensivement cultivées ou dans les espaces urbains et périurbains. La nature ordinaire qu’oubliait plus ou moins la politique de protection. Or, les travaux que tu as menés dans ce domaine ne te satisfaisaient pas vraiment. Décrivant les symptômes du mal, ils ne permettaient ni d’en comprendre les causes enchevêtrées, ni de savoir ce qu’il conviendrait de faire pour changer de trajectoire. Tu aurais aimé appréhender tous les aspects de l’érosion de la biodiversité, tant au niveau local que global. Et voilà comment trois ans après avoir intégré le CNRS comme écologue, tu entames des études de philosophie. À l’issue de ton master 2, tu rencontres Claude Gautier qui enseigne la philosophie à Montpellier et qui te décide à engager un travail de thèse, sous la direction de Bernadette Bensaude-Vincent, portant sur les technosciences promues par les programmes internationaux qui ont alimenté depuis lors les expertises de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES). Cela te conduira à suivre les activités du Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques (CETCOPRA) de l’université Paris I en faisant des allers-retours entre Montpellier et Paris. Enfin, en 2018 (juste après avoir été promu DR), tu soutiens une thèse de philosophie intitulée : La prise en charge technoscientifique de la biodiversité. C’est à cette occasion que j’ai fait ta connaissance, en tant que membre du jury. Auparavant j’avais lu Nature en crise – penser la biodiversité, ouvrage paru en 2015, et un article intitulé « La quantification de l’anthropocène, une stratégie sans stratège » paru dans l’ouvrage collectif Penser l’anthropocène sous la direction de Rémi Beau et Catherine Larrère.

6Pour interpréter la prise en charge technoscientifique d’une biodiversité en crise, tu as transposé de façon convaincante les thèses de Michel Foucault sur la biopolitique. Tu y décortiques de façon précise les dispositifs scientifiques et politiques qui entendent comptabiliser l’érosion de la biodiversité, la traduire en intérêts, mettre enfin en balance ses pertes et ses gains. On saisit ainsi, dans la présentation de la prise en compte de la biodiversité, que l’inventaire global sous forme de big data, en concevant la diversité biologique comme un stock d’espèces, néglige les interactions qu’elles entretiennent dans les milieux qu’elles fréquentent, imposant une logique comptable sans rapport avec les dynamiques naturelles. Ces big data sont sans doute de nature à alerter les pouvoirs publics de tous les pays sur la gravité de la situation et sont de ce fait censés fournir des indicateurs chiffrés au niveau mondial comme aide à la décision. Or, le niveau mondial est celui où n’existe justement aucune instance politique capable d’élaborer démocratiquement des décisions et d’imposer qu’elles soient suivies d’effets. Tout se passe comme si les scientifiques étaient conduits à construire des outils d’aide à la décision, non seulement sans grande pertinence écologique, mais qui s’adressent en outre au niveau où rien ne peut vraiment être décidé. L’impression que la « grande stratégie sans stratège » qui prétend rendre la biodiversité gouvernable n’aboutit qu’à préserver le business as usual, est confortée par l’analyse que tu fais de la façon dont les programmes ultérieurs poursuivent la logique comptable de la description de la biodiversité jusqu’à adopter une logique économique. D’une part, il s’agit de traduire la biodiversité en intérêts par le biais des services écosystémiques qu’elle rend possibles, services dont on s’efforce d’évaluer la valeur économique alors qu’ils sont fournis gratuitement aux sociétés. D’autre part, des méthodes invitant à compenser les destructions locales de biodiversité par des opérations de réparation écologique — au prix de bidouillages prétendant permettre d’autoriser des destructions ici si elles sont compensées par des améliorations ailleurs de sorte qu’il n’y ait pas de perte globale de biodiversité, ce qui n’a pas de sens écologique.

7Pour réconforter le lecteur, tu as achevé ta thèse en expliquant pourquoi et comment la nature est récalcitrante : ses dynamiques ne peuvent être appréhendées par les big data ; ce n’est pas pour nous rendre service que les abeilles pollinisent les fleurs et que les forêts limitent l’érosion, et, contrairement à ce que pourrait faire croire le dispositif de compensation, il ne saurait y avoir d’équivalence entre les pertes et les gains de biodiversité. C’est pourquoi les scientifiques qui étudient la biodiversité in situ et les militants qui la protègent peuvent en dépit des dispositifs de pouvoir mis en œuvre, conserver des marges de liberté et de créativité. C’est au niveau local que ça résiste, et au niveau global que l’on est impuissant.

8Depuis cette thèse tu t’es engagé à mener de front une contribution aux recherches en écologie et une réflexion philosophique sur tes travaux et ceux de tes collègues. D’ailleurs sur les quatre thèses que tu diriges, deux le sont en collaboration avec Virginie Maris.

9C’est pour avoir trouvé ta thèse remarquable que j’ai suggéré à mes collègues de Sciences en questions de t’inviter à faire une conférence sur l’impossibilité d’une gestion globale de la biodiversité. Avec le livre qui s’ensuit, tu es en compagnie de Bernadette Bensaude-Vincent et de Virginie Maris dont nous avons déjà publié un ouvrage.

10En déplorant qu’un malin virus nous ait obligé de tenir cette conférence en visioconférence, ce qui est toujours frustrant pour les orateurs comme pour leurs auditeurs, je te laisse la parole.

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search