Version classiqueVersion mobile

La permaculture ou l’art de réhabiter

 | 
Laura Centemeri

Préface

Raphaël Larrère

Texte intégral

1Parmi d’autres thèmes à mettre en débat lors de conférences, le groupe Sciences en questions avait convenu d’en concevoir une (ou deux) sur le care. Compte tenu des activités de l’Inra, nous envisagions d’inviter un auteur à traiter soit du care en élevage, soit du care environnemental. Il se trouve que j’avais assisté aux séminaires organisés par Sandra Laugier et Layla Raïd dans le cadre du RTP (Réseau thématique pluridisciplinaire) Care et environnement. Parmi les exposés les plus intéressants que j’avais entendus à cette occasion, j’avais remarqué celui de Laura Centemeri. Plusieurs d’entre nous ayant apprécié son article « Retour à Seveso » paru en 2011 dans les Annales, nous avons décidé de l’inviter à concevoir une conférence.

2Lors du premier contact que nous avons eu avec toi, Laura, tu nous as dit que dans la continuité de tes réflexions sur la façon dont, en dépit d’un dommage environnemental, on peut ré-habiter le territoire qui l’a subi, tu en étais venue à l’idée d’étudier la permaculture, dans la mesure où son ambition est de prendre soin des relations que l’on entretient avec tous ceux, humains et non-humains, avec lesquels on partage le même milieu de vie. Bref, tu t’étais engagée à étudier le mouvement de la permaculture dans sa diversité, comme figure pratique du care environnemental. Il s’agit là de thèmes qui concernent directement l’Inra, et dans lesquels certains de ses chercheurs se sont investis — je pense aux travaux d’Éric Doidy (UMR Cesaer) à Dijon sur le care ou à ceux de François Léger (UMR Sadapt) sur la permaculture.

3Voilà pourquoi nous avons convenu de l’exposé que tu vas faire et pour lequel nous avons longuement, et à diverses reprises, discuté avec toi.

4Mais l’intérêt que tu portes à la permaculture a une histoire que je vais retracer brièvement avant de te laisser la parole.

5Tu aurais pu devenir économiste. À l’issue d’études à la faculté d’économie de l’université Luigi Bocconi — une sorte d’HEC milanaise —, te voici munie en 1997 d’une maîtrise de « disciplines économiques et sociales ». C’est alors que tu as travaillé dans un cabinet de consultants sur des modèles économiques d’aménagement du territoire. Lasse des modèles et désireuse de revenir à des travaux plus universitaires, tu as délaissé l’économie, participé à des enquêtes sociologiques sur la territorialisation des services socio-sanitaires, puis profité d’une bourse pour t’inscrire en thèse de sociologie à l’université de Brescia. Il s’agissait d’une bourse sandwich, comprenant un an de stage dans une unité de recherche en France. C’est ainsi que tu as séjourné au CSI de l’École des mines dont tu as pu suivre les séminaires, ainsi que ceux de Luc Boltanski et Laurent Thévenot au Groupe de sociologie politique et morale de l’EHESS. C’est à cette occasion que tu as perfectionné ton français.

6Tu soutiens en 2005, à l’université de Brescia, une thèse intitulée Du dommage au changement social : les réponses collectives au désastre de Seveso. Tu y montres à quel point les habitants de Seveso aspiraient que soit reconnu, au-delà des dommages dont ils avaient souffert, celui que leur territoire avait subi. Cette demande a été ignorée, aussi bien par les représentants de l’administration en charge du traitement de l’accident que par les militants du comité constitué pour obtenir la réparation du dommage. Or les habitants n’avaient pas été atteints seulement dans leur santé, mais aussi dans leur milieu de vie : ils auraient ainsi souffert, as-tu écrit, d’une « soustraction de nature » que seule une nouvelle génération de militants, et majoritairement de militantes, est parvenue à saisir.

7La thèse achevée, tu vas bénéficier d’une bourse postdoctorale qui te permet de travailler avec Laurent Thévenot à l’EHESS. De là, une autre bourse postdoctorale à l’université de Milan te reconduit pendant deux ans à examiner les limites de l’internalisation des externalités pour définir ce que pourrait être une responsabilité sociale des entreprises en matière environnementale. Ayant définitivement pris congé de l’économie (s’agirait-il de socio-économie) à l’issue de cette expérience, tu te rends compte que les universités italiennes ne s’intéressent guère à la sociologie de l’environnement. C’est pourquoi tu postules à un poste de chercheur contractuel dans le Centre d’études sociales de l’université de Coimbra. Te voici donc au Portugal, dans un pays dont tu ne connais pas encore la langue, membre d’un observatoire pluridisciplinaire sur les risques où, par chance, plusieurs collègues sont dans ton cas et où vous pouvez communiquer en anglais. Tu y participes à un projet de recherche sur la gestion des forêts (étude qui a sans doute trouvé un regain d’actualité avec les grands incendies de cette année) et une analyse comparée des conflits autour de grandes infrastructures (en ce qui te concerne l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa).

8Tu serais volontiers restée à Coimbra jusqu’à la fin de ton mandat, si le CNRS n’avait pas fléché un poste de sociologie de l’environnement en 2011. Et te voici alors CR2 au laboratoire Lames de la Maison des sciences de l’homme d’Aix-en-Provence où tu obtiens un petit financement du CNRS pour un projet exploratoire (le programme Peps). Ton idée était alors de travailler sur les questions de justice environnementale au quotidien (c’était en quelque sorte dans le prolongement de ton travail sur Seveso), mais aussi sur l’adaptation au changement climatique comme nouvel enjeu des politiques urbaines. C’est à cette occasion que, grâce au travail d’artistes qui entendent explorer de nouvelles formes d’action et de sensibilisation sur les enjeux environnementaux en milieu urbain, tu découvres le mouvement des villes en transition et la permaculture, comme autant de façons, dans l’ordinaire du quotidien, de réparer un milieu de vie. C’est ce qui t’a conduite à participer au RTP Care et environnement, puis, après avoir été intégrée au Centre d’étude des mouvements sociaux de l’EHESS de Paris, à t’engager dans un projet ANR intitulé Symbios sur « les mouvements de transition vers une société frugale ».

9Depuis lors, tu as fait des enquêtes sur la permaculture en Italie, mais aussi, si j’ai bien compris, quelques coups de sonde en France et au Portugal, en Espagne et en Suisse. Tu as assisté à des forums, aux travaux de l’Académie italienne de permaculture et, dans une volonté d’observation participative, tu as suivi cet été un cycle de formation en Sicile.

10Tu vas donc nous parler de la variété des formes d’économie « péri-capitalistes » impulsées par ce mouvement multiforme et international (il paraît qu’il y a même de nombreuses expériences en Chine) ; initiatives qui se sont hybridées avec d’autres mouvements sociaux, de la décroissance aux jardins partagés en passant par les villes en transition ou l’économie solidaire. Une démarche que tu définis comme un art de réhabiter, associant la réinscription de l’individu dans son milieu de vie, en prenant soin des relations entretenues avec la nature et dans un objectif de justice sociale et d’émancipation.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search