Version classiqueVersion mobile

Science et territoires de l’ignorance

 | 
Mathias Girel

Préface

Raphaël Larrère

Texte intégral

1C’est dans la classe de terminale S d’un petit lycée de l’Isère que tu as découvert l’existence de ces classes préparatoires que sont les hypokhâgnes et les khâgnes. L’année suivante, tu intègres à Paris l’hypokhâgne d’Henri IV qui va te conduire à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. En 1996, te voici agrégé de philosophie. Tu passes l’année suivante comme lecteur dans une université du Massachusetts. Tu vas alors préparer ta thèse, tout en enseignant à l’UFR de philosophie de l’université Paris I en tant qu’assistant moniteur normalien (AMN), puis comme ATER. Et maintenant te voici maître de conférences à l’École normale supérieure, directeur des études de son département de philosophie et membre titulaire du CNU. Avouons que c’est un assez beau parcours. Mais ce ne fut pas sans galérer quelques années — pas trop, mais un peu tout de même. Quand tu n’as plus pu bénéficier de ton statut d’ATER, ta thèse n’était pas achevée. Tu l’as poursuivie en enseignant dans un lycée de Seine-et-Marne. Au lendemain de la soutenance, tu vas rejoindre l’Institut des hautes études pour la science et la technologie (IHEST) en tant que chargé de mission. Pendant l’année consacrée à cette mission, tu as organisé des conférences et des visites de laboratoires sur des sujets variés, allant de la temporalité au numérique, en passant par les maladies émergentes et les écosystèmes de la connaissance (expression qui a de quoi laisser rêveur toute personne ayant quelque notion d’écologie). Enfin, cela t’a fourni l’occasion de conduire des visites scientifiques dans cette Mecque des technocrates programmateurs de la recherche technoscientifique : la Silicon Valley. Pour un jeune docteur passionné d’épistémologie, ce fut, en fin de compte, une expérience enrichissante dont tu as pu tirer profit par la suite.

2Lors de ton séjour à l’université Brandeis, à quelques kilomètres d’Harvard, tu avais pu suivre les cours d’Hilary Putman et avais obtenu l’autorisation d’utiliser la bibliothèque de cette grande université. C’est alors que tu t’es plongé dans l’abondante littérature des pragmatistes américains, particulièrement des œuvres de Charles Peirce, John Dewey et William James. Peu de ces textes (moins d’un dixième selon toi) avaient été traduits en français. En dépit de sa fécondité, ce pragmatisme est resté longtemps méconnu en France. Ce n’est que depuis une vingtaine d’années qu’un nombre croissant de philosophes et de sociologues s’y intéressent ou s’en réclament. Autant dire que ce pragmatisme n’a pratiquement rien à voir avec ce que, de nos jours, les politiques qualifient de pragmatisme : une attitude qui oscille entre un opportunisme plus ou moins habile et une volonté implicite de ne surtout pas entraver le cours naturel des choses.

3À l’issue de ton séjour dans le Massachusetts, tu as donc consacré ta thèse à Charles Peirce — une thèse intitulée : Croyance et conduite. Facettes de la croyance dans la philosophie de Charles Peirce. Depuis lors, tu as écrit de nombreux articles sur Peirce, Dewey et James — mais aussi sur la conception de l’action qui fut celle du transcendentaliste Emerson. Tu as traduit les Essais d’empirisme radical de John Dewey — mais aussi la Philosophie des salles obscures de Stanley Cavell (qui n’est pas à proprement parler pragmatiste). Enfin tu es un membre actif de Pragmata, l’association d’études pragmatistes (à laquelle contribue aussi Albert Ogien, qui fut l’un de nos conférenciers en 2012).

4Ce n’est cependant pas pour que tu nous fasses un exposé sur le pragmatisme, dont beaucoup d’entre nous n’avons que des notions approximatives, que nous t’avons invité, mais pour un autre volet de tes recherches. Un volet qui a pris de l’ampleur ces dernières années et qui porte sur les « facettes » de l’ignorance. En tant que philosophe, tu as été intrigué et, plus encore irrité, par la mobilisation du scepticisme et d’arguments épistémologiques à des fins stratégiques sans rapport avec l’amélioration des connaissances. Il s’agit, en l’occurrence, de rendre douteux des savoirs admis et stabilisés, d’injecter des incertitudes dans un objectif économique, politique ou social. Loin de rechercher une stabilisation des savoirs par la clôture des controverses, ou de proposer des interprétations susceptibles de mieux saisir le réel que ne le font les approches ordinaires, les fabricants de doute s’ingénient à ouvrir des controverses dans l’objectif purement polémique d’affaiblir un résultat scientifique qui dérange. Tu t’es donc intéressé à l’agnotologie — mot introduit par Robert Proctor dont tu as préfacé l’ouvrage traduit sous le titre Golden Holocaust. La conspiration des industriels du tabac. C’est d’ailleurs pour avoir assisté au colloque intitulé « L’agnotologie, ou la production culturelle de l’ignorance » que tu as organisé à l’École normale supérieure en 2013, ou pour avoir lu le dossier critique que tu as coordonné sur « Les fauteurs de doute », que nous avons songé à t’inviter pour une conférence de Sciences en questions. Les chercheurs de l’Inra sont d’ailleurs confrontés à ces productions stratégiques du doute et de l’ignorance, qu’il s’agisse du déclin des abeilles (et autres pollinisateurs), des marées d’algues vertes sur les côtes bretonnes ou des conséquences sanitaires de l’emploi des pesticides. Et nous imaginons aisément que les climato-sceptiques sont moins sceptiques que désireux de poursuivre le business as usual.

5Mais, entre de telles ignorances produites à des fins stratégiques et l’ignorance qui stimule la recherche (le désir de savoir ce que l’on ignore encore et de réduire l’incertain) ou celle qui résulte de ses avancées (« plus je sais plus je sais que j’ignore, plus je découvre ce qu’il faudrait savoir »), tu t’es intéressé aussi à cette « zone grise » où se rassemblent des productions d’ignorance qui tiennent aux conditions concrètes dans lesquelles se déroulent les recherches scientifiques. On peut songer à ces travaux financés par des entreprises soucieuses d’éviter les résultats qui nuiraient à leurs affaires. De même peut-on songer aux revues qui refusent d’accepter la publication de résultats négatifs (et aux chercheurs qui se gardent bien de diffuser que telle ou telle expérience s’est soldée par un échec). Plus largement, on peut remarquer que des pistes de recherche ont été, sont, et seront encore laissées en friche dans un système de financement des recherches sur programmes mobilisateurs, dont l’objectif explicite est d’orienter la science dans des directions susceptibles de déboucher sur des innovations pouvant accorder quelques avantages à la compétitivité des entreprises françaises (ou européennes).

6Mais il est des formes plus subtiles susceptibles de focaliser les travaux sur certaines démarches et de laisser des pans entiers de la réalité dans l’ignorance. Je songe bien sûr à la « dépendance de sentier ». Quand une équipe de recherche a investi dans l’acquisition d’un matériel spécifique et indispensable à la démarche dans laquelle elle s’est engagée ; quand elle a consenti des efforts pour parvenir à des résultats robustes, il est plus facile et moins couteux pour elle de poursuivre dans cette voie que de prospecter d’autres orientations possibles qui pourraient être fécondes, mais qui ne seront pas prospectées. Je songe aussi, comme l’ont remarqué des philosophes des sciences aux conceptions par ailleurs fort éloignées (Alexandre Koyré, Thomas Kuhn, Karl Popper, Jean-Pierre Dupuy, entre autres), aux métaphysiques implicites qui ancrent nécessairement les démarches scientifiques dans une conception du monde et font que, sans même qu’il y ait d’incitation extérieure, les scientifiques discriminent les questions qui leur paraissent pertinentes de celles qui sont à leurs yeux, hors champ et sans avenir.

7C’est de toutes ces variétés d’ignorance, des plus stratégiques aux plus routinières, dont tu vas nous parler, et peut-être — mais je m’avance un peu — le feras-tu en pragmatiste, considérant, pour paraphraser (et détourner) Charles Peirce (La logique des sciences, 1879) que, pour acquérir une meilleure connaissance des variétés de l’ignorance, il faut « considérer quels sont les effets que nous pensons être produits par elles ».

8Et maintenant, cher Mathias, je te laisse la parole.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search