Version classiqueVersion mobile

De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité

 | 
Patrick Blandin

Préface

Raphaël Larrère

Texte intégral

  • 1 C’est ainsi que l’on appelait, et que l’on appelle toujours, les jeunes enseignants de l’ (...)

1La première impression que l’on a lorsqu’on parcourt ton curriculum vitae, c’est que tu fus un bon élève. Tu es la seule personne de ma connaissance qui ait les trois baccalauréats « sciences-ex, math-élém. et philo. », le bac de philosophie ayant été passé au cours de la première année de préparation de l’« Agro » (Institut national agronomique). L’année suivante, tu réussis à intégrer l’Agro et l’École normale supérieure (ENS). C’est finalement à la rue d’Ulm que tu choisis d’être élève, de 1963 à 1967. Après l’agrégation de sciences naturelles, tu deviens « caïman »1 de zoologie et tu le demeureras six ans. Puis, tout en restant dans les murs de l’ENS, tu vas prendre un poste de maître assistant, puis de maître de conférences à l’université Paris VI dans le troisième cycle d’écologie. Le directeur n’y est autre que le professeur Maxime Lamotte, alors responsable du laboratoire de zoologie de la rue d’Ulm.

2En 1975, tu deviens responsable de la station biologique de Foljuif, qui dépend de l’École normale supérieure et tu le resteras après avoir quitté l’ENS pour le Muséum d’histoire naturelle. C’est à Foljuif, au sud de Fontainebleau, que tu mets en place et diriges une équipe d’écologie forestière. Tu as d’abord travaillé sur la faune du sol et sur des indicateurs de piétinement en forêt périurbaine. Puis vos thèmes se sont diversifiés dans le cadre d’un observatoire des changements écologiques, économiques et sociaux. Cet observatoire, relatif aux forêts périurbaines, dépendait du programme interdisciplinaire de recherches sur l’environnement (Piren) du CNRS que tu animeras de 1980 à 1983.

3En 1967, tu entames à Orsay une thèse sur la cytogénétique des criquets, mais les contraintes de labo ne te plaisent guère. La paillasse, ce n’est pas ton truc. Aussi, en mai 1968, tu abandonnes. L’année suivante, tu t’engages dans une nouvelle thèse : elle t’a été proposée par Maxime Lamotte et porte sur l’étude des peuplements d’araignées de la savane de Lamto, en Côte d’Ivoire. Il s’agit de comprendre la place des araignées dans un milieu conçu selon l’écosystème odumien classique, c’est-àdire un système où matière et énergie circulent entre des compartiments. L’idée de Lamotte est alors de quantifier tous les compartiments de l’écosystème de la savane, leur biomasse et les flux de matière et d’énergie qui les relient aux autres. Toi, tu hérites d’un tout petit compartiment : ce sont les araignées qui constituent le groupe dominant de la faune de la strate herbacée. Ta thèse sera soutenue en 1981, conjointement avec celle d’une collègue écophysiologiste, Marie-Louise Célérier, qui a établi les bilans énergétiques individuels des araignées, et vous obtiendrez ensemble le prix Embrik Strand de la Société zoologique de France.

4Entre-temps, tu as fait de la systématique traditionnelle sur ces bestioles. La classification de certaines familles d’araignées africaines avait été présentée dans un grand désordre par un systématicien allemand. Tu vas donc être obligé de reformuler tout cela et de construire, en particulier, une systématique complète des Pisaurinae sur l’ensemble de l’Afrique. Cela va donner lieu à deux cents pages de publication avec les jolis dessins que tu m’as montrés et que tu faisais toi-même à la main.

5En 1986, peut-être pour fuir les conflits initiés par la succession de Maxime Lamotte, tu présentes ta candidature à la chaire d’entomologie du Muséum. Alors que tu fais – comme cela se pratiquait à l’époque – la tournée des professeurs, certains te disent : « Non, il vaudrait mieux vous présenter en écologie ». C’est le conseil que tu vas suivre et, là, tu vas te trouver confronté à Zaher Massoud, ancien directeur du Piren. Cela ne sera pas simple et cela va durer deux ans. Au bout de ces deux années de diverses péripéties, tu deviens professeur en 1988 et directeur du laboratoire d’écologie générale de Brunoy. Néanmoins, tu continues à diriger Foljuif jusqu’en 1992 et à y accueillir des doctorants, dont un professeur de lycée, amateur de cétoines, parmi lesquelles le pique-prune qui deviendra fameux en 1997 en bloquant la construction d’une autoroute près du Mans. Vous serez chargés de l’expertise dans cette affaire qui remonte jusqu’à la Commission européenne et dont tu rendras les dernières conclusions en 2002.

  • 2 Union internationale pour la conservation de la nature.

6En 1989-1990, tu es rapporteur d’une commission de professeurs du Muséum, présidée par Jean Dorst. Elle a été réclamée par l’Office national des forêts pour l’aider à résoudre les conflits soulevés par la gestion de la forêt de Fontainebleau. Vous proposez de nouvelles orientations ainsi que la création d’une réserve de biosphère de l’Unesco. En 1992, à peine déchargé de la direction de la station de Foljuif, tu es sollicité pour représenter le Muséum au Comité français de l’UICN2 et tu présideras ce comité jusqu’en 1999.

7Il se trouve qu’à la fin de 1988, François Mitterrand a décidé, dans le cadre des grands travaux, de faire rénover la galerie de zoologie du Muséum. Il faut donc assurer une collaboration entre les scientifiques du Muséum et l’architecte, Paul Chemetov. À peine nommé professeur, tu t’investis dans la conception d’une vitrine sur la relation plante-insecte, puis tu vas diriger une équipe pluridisciplinaire, chargée de réfléchir à la manière dont on peut représenter l’évolution des relations entre l’homme et la nature. Par chance, ou grâce à son savoir-faire, cette équipe va échapper aux turbulences qui marquent la gestation du projet. C’est peut-être pourquoi on te demande, à l’orée de l’année

81994, de devenir directeur de la Grande Galerie de l’évolution. Tu acceptes, tout en restant, quatre ans encore, directeur du laboratoire de Brunoy. Tu vas découvrir un autre métier et te former sur le tas, entouré de bonnes équipes. Toi qui n’avais pas un grand goût pour les musées de science naturelle, tu vas t’y spécialiser et être reconnu comme un expert en la matière. Le directeur du Muséum te demande d’ailleurs de monter un DEA de muséologie. C’est un gros travail d’autant plus que tu t’es engagé dans une recherche interdisciplinaire sur les îlots forestiers, dont tu vas sans doute nous parler. Mais il te faut encore consacrer pas mal de temps à l’expertise sur le pique-prune et préparer le cinquantenaire de l’UICN qui a été fondée en 1948 à Fontainebleau.C’est à cette occasion que la Réserve de biosphère est officiellement créée.

9En 1998, tu es déchargé de la direction du laboratoire de Brunoy, mais la gestion de la Grande Galerie s’alourdit, dans un climat difficile pour le Muséum ; en 1999, accident cardiaque. En 2000, tout en te maintenant à la tête de la Grande Galerie, l’administrateur provisoire du Muséum te charge de la direction par intérim du laboratoire d’entomologie. Cette situation va durer deux ans.

10En 2002, un de tes anciens étudiants de l’ENS, Bernard Chevassus-au-Louis, est nommé président du Muséum. On est alors en pleine réforme de cette vieille maison. B. Chevassus propose de te remplacer à la Grande Galerie en te nommant à la direction du département du Musée de l’Homme. Tu as l’idée bizarre d’accepter. Le contexte est conflictuel. C’est le moment où se conçoit et se met en place le musée des Arts Premiers auquel tient tant Jacques Chirac : une période de grand chambardement. La plupart des membres du Musée de l’Homme sont furieux. Avec un groupe, tu rédiges un texte fondateur sur ce que pourrait devenir le Musée de l’Homme amputé de ses collections d’art. Ce texte se fera dézinguer par le Conseil scientifique du Muséum. Un nouveau directeur est nommé à la direction du Musée de l’Homme et tu te retrouves en 2003 sans affectation. Tu entres alors comme enseignant-chercheur dans le département Hommes-Natures-Sociétés du Muséum, tout en étant responsable d’une collection de papillons d’Amérique du Sud. Ravi de redevenir chercheur de base, tu utilises le temps qui te reste – avant la retraite qui viendra bientôt – en associant l’utile à l’agréable.

11Voici donc une belle carrière, mais aussi une histoire qui a parfois été pleine de bruits et de fureurs. Un étrange parcours entre rupture et permanence. La rupture est théorique. C’est du moins ainsi que j’interprétais tes articles dès 1990, convaincu que tu avais rompu, au cours des années 1980, avec l’écologie odumienne qui vous faisait construire des compartiments et des flèches. Je dois être un peu trop impatient parce que, quand nous en avons discuté, tu m’as dit qu’il t’a fallu lentement, difficilement parfois, non pas rompre avec l’écologie odumienne mais t’en déprendre. Il y avait certes des racines lointaines à cette mise en question du paradigme de l’écologie écosystémique. Elles viennent de ton intérêt pour la philosophie, renforcée au cours des années 1970 sous l’influence de Philippe Roqueplo, que nous avons déjà invité à Sciences en Questions. D’ailleurs, en 1975, tu participes à un colloque de philosophie à Dijon. Tu y présentes une conception très odumienne de la biocénotique, mais tu expliques aussi qu’il y a, en écologie, interaction entre l’observateur et l’observé. Comme tu connais quelques textes de philosophie des sciences, tu fais alors référence au principe d’incertitude. Ceux qui t’ont invité te suggèrent alors de t’inscrire en thèse de philosophie. Tu t’inscris et ta thèse doit porter sur « Le structuralisme en écologie ». Bien sûr, avec déjà des charges administratives et la préparation d’une thèse de sciences, ce projet n’a jamais abouti. Mais la problématique que tu avais élaborée à cette occasion reste présente dans tes réflexions.

12Tu avais effectué avec Lamotte un effort théorique en élaborant le concept d’» écocomplexe », dans lequel j’avais cru voir un démarquage par rapport à l’écologie classique. Mais, si vous adoptiez incontestablement alors une conception multiscalaire des systèmes écologiques, vous demeuriez, dis-tu, prisonniers de l’écologie écosystémique. Vous n’aviez pas encore vraiment conscience que l’écologie du paysage se développait, ainsi que l’écologie des perturbations et que, entre écocomplexes et paysages, la différence est relativement faible. Bref, tu vas évoluer, plus progressivement que je ne l’aurais pensé, vers une conception dynamique et historique de l’écologie celle que tu vas nous présenter aujourd’hui.

13Cet itinéraire est le résultat de confrontations entre l’écologue très odumien et rigoureux que tu étais, avec des points de vues extérieurs. Ont compté, dis-tu, dans cette évolution : ta participation, dès 1986, au groupe de travail, animé par Marcel Jollivet, qui produira, en 1992 l’ouvrage Entre nature et société, les passeurs de frontière ; le travail de préparation de 1989 à 1992 du thème « L’Homme, facteur d’évolution » pour la Grande Galerie ; le projet sur le devenir des îlots boisés, que tu animes avec Paul Arnoud de 1992 à 1994 ; le colloque où Catherine Larrère et moi-même t’avons un peu forcé à te lancer en 1994 ; sans oublier, enfin, l’encadrement de 1989 à 1995 de la thèse de philosophie de Donato Bergandi sur le thème

14« Holisme et réductionnisme en écologie ». En fait, tu n’auras vraiment pris conscience que tu as cessé de fabriquer des boîtes et des flèches qu’au début des années 1990, au moment où tu acceptes la direction de la Grande Galerie.

15Évoquons maintenant la continuité. Elle est, bien évidemment, dans la rigueur avec laquelle tu as appliqué les problématiques auxquelles tu as adhéré parce qu’elle te semblaient adéquates, mais aussi celles que tu as dû mobiliser en tant que systématicien. Elle est aussi dans cette attirance pour la philosophie qui t’a aidé à réexaminer régulièrement les architectures conceptuelles de l’écologie. Elle est enfin et je vais achever cette présentation là-dessus dans une passion : celle des papillons. Gamin et adolescent, tu allais à la chasse aux papillons dans les environs de Saint-Malo. Tu y allais avec ton grand-père, et tu as entamé une collection que tu as peu à peu enrichie par tes prédations, par les cadeaux qu’on te faisait et par quelques achats quand tu avais un peu d’argent de poche. Rue d’Ulm, tu vas rencontrer Henri Descimon, grand spécialiste des papillons (il a fait une thèse sur les pigments des Piérides) et grand collectionneur lui-même. Il va te convaincre de cesser de collectionner tous azimuths : pour devenir un vrai, un grand collectionneur et pouvoir faire de la systématique, il faut se spécialiser. Tu vas suivre son conseil et te spécialiser sur trois groupes : les Ornithoptères de NouvelleGuinée, qui sont très chers et très rares, les Morphos d’Amérique tropicale, qui le sont quasiment tout autant, puis les Brassolides ou papillons-chouettes, également d’Amérique tropicale, dont tu dis avoir une des plus complètes collections au monde. Le tout sera cédé au Muséum en 1997.

16Depuis quatre ans, tu n’as plus de responsabilités administratives et, tout en réfléchissant à l’évolution des rapports entre écologie, conservation de la biodiversité et éthique, tu es retourné à tes papillons. Tu as obtenu des missions chaque année pour aller les étudier au Pérou après avoir déjà publié deux livres, en 1988 et 1993, sur une révision de la systématique du genre Morpho pour l’Amérique tropicale. Tu reprends ce travail pour un troisième tome et une synthèse, parus en 2007. Ton idée c’est d’aboutir à une biogéographie évolutive du genre Morpho. C’est aussi, constatant la régression des forêts tropicales sur le terrain, de contribuer à leur sauvegarde. Car, si tu as rompu avec la conception odumienne des systèmes écologiques qui conduisait à voir en l’homme le grand perturbateur des équilibres naturels, tu es demeuré un naturaliste classique – collectionneur et protecteur – dans le sens où tu entends protéger l’objet de ton désir.

Notes

1 C’est ainsi que l’on appelait, et que l’on appelle toujours, les jeunes enseignants de l’ENS.

2 Union internationale pour la conservation de la nature.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search