Version classiqueVersion mobile

Services écosystémiques et protection des sols

 | 
Carole Hermon

Glossaire général

Texte intégral

1Les définitions à suivre correspondent à celles qui sont le plus largement diffusées dans les publications internationales, qu’il s’agisse de rapports institutionnels ou de travaux de recherche. Elles ne font néanmoins pas toujours l’objet d’un consensus et nous avons alors choisi de faire apparaître certains points en discussion sans résoudre le débat.

Agriculture de conservation des sols (ACS)

  • 1 FAO, 2015. The main principles of conservation agriculture, http://www.fao.org/ag/ (...)

2La Food and Agriculture Organisation1 des Nations unies pose la définition formelle de l’agriculture de conservation autour de trois principes indissociables, à savoir :

  • une rotation culturale allongée et diversifiée ;

  • un couvert organique permanent des sols ;

  • une perturbation minimale du sol.

3L’allongement et la diversification de la rotation culturale sont le premier levier de toute démarche agroécologique. Une rotation complexe et bien gérée permet de prévenir les problèmes de compaction du sol, de maladies et d’adventices pérennes. Elle joue également un rôle important dans le maintien de la fertilité tout en limitant le risque ravageurs. À cette rotation diversifiée, l’agriculture de conservation associe l’implantation de couverts végétaux en interculture ainsi qu’un maintien des résidus de culture in situ. Le sol est ainsi couvert en permanence par une couverture organique vivante ou morte (mulch) qui le protège de la destruction mécanique par la pluie, agit comme une barrière contre le vent et tamponne la température à la surface du sol. Ces couverts sont également au cœur de la gestion de la fertilisation, notamment grâce à l’inclusion d’espèces de Fabacées (qui fixent par voie symbiotique l’azote atmosphérique). Enfin, l’agriculture de conservation repose sur une perturbation minimale du sol. L’enjeu est particulièrement de protéger la zone de surface, entre 0 et 20 cm de profondeur, qui est la plus biologiquement active mais également la plus vulnérable à l’érosion. Beaucoup de fonctions biologiques et de services écosystémiques essentiels sont dépendants de la vie dans cette zone.

4La définition pratique de l’agriculture de conservation est encore sujette à discussion, et aucune définition légale ou réglementaire de l’agriculture de conservation n’existe à ce jour.

Agroécologie

  • 2 Bensin B.M, 1928. Agroecological characteristics description and classification of the loca (...)

5Le terme a été introduit pour la première fois dans une publication scientifique en 1928 par B.M. Bensin2, un agronome russe en poste aux États-Unis. Il s’agissait de qualifier l’utilisation de concepts d’écologie pour la recherche agronomique. Les préoccupations à l’origine de son développement sont alors la lutte contre les problèmes d’érosion et de pollutions diffuses.

  • 3 Wezel A., Bellon S., Doré T. et al., 2009. Agroecology as a science, a movement and (...)

6On distingue communément trois dimensions de l’agroécologie : c’est à la fois une discipline scientifique, un mouvement social et un ensemble de pratiques agricoles3.

7Seule la dernière dimension est intégrée par le droit, c’est-à-dire l’ensemble des pratiques constituant les systèmes de production dits agroécologiques. La définition de l’agroécologie est donnée par l’article 1er de la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 : les « systèmes de production agroécologiques, dont le mode de production biologique […], combinent performance économique, sociale, notamment à travers un haut niveau de protection sociale, environnementale et sanitaire ». Plus concrètement, « ces systèmes privilégient l’autonomie des exploitations agricoles et l’amélioration de leur compétitivité, en maintenant ou en augmentant la rentabilité économique, en améliorant la valeur ajoutée des productions et en réduisant la consommation d’énergie, d’eau, d’engrais, de produits phytopharmaceutiques et de médicaments vétérinaires, en particulier les antibiotiques. Ils sont fondés sur les interactions biologiques et l’utilisation des services écosystémiques et des potentiels offerts par les ressources naturelles, en particulier les ressources en eau, la biodiversité, la photosynthèse, les sols et l’air, en maintenant leur capacité de renouvellement du point de vue qualitatif et quantitatif. Ils contribuent à l’atténuation et à l’adaptation aux effets du changement climatique ».

  • 4 Gliessman S.R., 2006. Agroecology: The Ecology of Sustainable Food Systems, New York, USA, (...)

8Le développement de ces systèmes agroécologiques est soutenu par l’agroécologie en tant que discipline scientifique. Elle a pour objet la modernisation de l’agriculture avec un objectif de performance économique, environnementale et sociale, et se doit d’avoir un regard critique envers toutes les agricultures, de la plus intensive à la plus extensive. Au-delà d’une simple « science de l’application des concepts écologiques pour la mise en place de systèmes de production durables »4, l’agroécologie est transdisciplinaire, intégrant l’agronomie, l’écologie, la sociologie et l’économie pour l’étude des interactions entre plantes, animaux, humains et environnement aux différentes échelles des systèmes de production alimentaire, « de la graine à la table ».

9L’agroécologie est également reconnue comme étant un mouvement social, voire politique. Initiée dans les années 1960, suite à la révolution verte et à la prise de conscience grandissante des impacts négatifs de l’agriculture industrielle sur les écosystèmes, cette approche de l’agroécologie englobe une plus large diversité d’acteurs, politiques, industriels, consommateurs… Cette dimension ne sera pas directement traitée dans cet ouvrage.

Biodiversité

10Aux termes de l’arrêté fixant le vocabulaire officiel de l’environnement (JORF du 12 avril 2009, p. 6438), biodiversité et diversité biologique sont synonymes. La biodiversité correspond à la « diversité des organismes vivants, qui s’apprécie en considérant la diversité des espèces, celle des gènes au sein de chaque espèce, ainsi que l’organisation et la répartition des écosystèmes ».

11Du point de vue des écologues, la composante fonctionnelle de la biodiversité, c’est-à-dire la diversité des fonctions écologiques, manque à cette définition. En effet, la diversité des organismes vivants n’est, à elle seule, pas nécessairement gage d’une diversité et surtout d’une résilience des fonctions écologiques ; or ces fonctions sont à la fois indispensables au maintien de l’état de l’écosystème et le support des services écosystémiques que l’homme retire des écosystèmes.

Compensation écologique

12La compensation peut prendre différentes formes mais dans toutes les situations elle véhicule l’idée d’un rééquilibrage ; un avantage vient contrebalancer un désavantage. Cet objectif de neutralité écologique implique d’être en capacité de mesurer lesdits avantages et inconvénients puis de s’assurer que la compensation restaure en quantité et en qualité à hauteur de la détérioration, et de veiller à ce qu’elle dure aussi longtemps que les actions de dégradation. En d’autres termes, les résultats de la compensation doivent être équivalents écologiquement aux pertes induites par les impacts du projet.

Disservice(s)/dysservice(s)

13Ce terme n’existe pas dans la langue française, et certains emploient plutôt le terme de « dommage ». Malgré tout, il est de plus en plus employé en (agro)écologie. Dans cet ouvrage, nous lui préférerons son orthographe francisée, à savoir « dysservice ».

  • 5 Sagoff M., 2011. The quantification and valuation of ecosystem services. Ecological Economi (...)

14Les dysservices correspondent aux divers états ou processus liés au fonctionnement des écosystèmes qui sont, contrairement aux services écosystémiques, considérés comme négatifs pour l’homme. Dans l’exemple donné par Mark Sagoff en 2011, un producteur d’amandiers perçoit la pollinisation comme un service alors que son voisin, producteur de mandariniers autoféconds, la conçoit comme un dysservice. En effet, le second producteur a investi dans des arbres procurant des mandarines sans pépin qui peuvent être vendues plus chères, et la pollinisation favorise le retour de mandariniers produisant des fruits à pépins5.

15Cette définition reste floue, ce qui la rend à la fois controversée et peu opérationnelle. D’abord, un service pour certains peut être un dysservice pour d’autres, comme l’atteste l’exemple ci-dessus. Ensuite, l’avantage pour l’homme est envisagé dans le court ou le moyen terme. Or, un dysservice immédiat peut constituer un service sur le long terme, et inversement, un service immédiat s’avérer constituer un dysservice futur en conséquence d’évolutions globales de l’environnement ou des sociétés humaines. Enfin, un dysservice pour l’humain peut s’avérer être bénéfique au fonctionnement de l’écosystème. Par exemple, un incendie est susceptible de renforcer la résilience d’un écosystème.

Écosystème(s)

16Un écosystème est un complexe dynamique formé de communautés de plantes, d’animaux et de micro-organismes et de leur environnement non vivant qui, par leur interaction, forment une unité fonctionnelle.

17Les limites qui définissent physiquement un écosystème sont souvent arbitraires, l’unité fonctionnelle pouvant être variable selon l’échelle de travail (de très locale à nationale, voire mondiale, selon les organismes/processus étudiés) et le niveau de précision considéré.

Processus et fonctions écologiques

18Les écosystèmes peuvent s’appréhender au travers d’une chaîne d’éléments imbriqués : les entités qui les composent (ex. : les espèces animales, végétales et leurs races et variétés), les processus dans lesquels ces entités interviennent (ex. : la reproduction des végétaux, le butinage par les abeilles) et les fonctions générées par ces processus (ex. : la pollinisation).

19Ces phénomènes sont fondamentaux dans l’équilibre et le fonctionnement des écosystèmes (cycle des nutriments, formation des sols, production primaire, etc.) et se mettent en place indépendamment d’un éventuel bénéficiaire humain.

  • 6 TEEB, 2010. The Economics of Ecosystems Biodiversity. The Economics of Ecosystems and Biodi (...)
  • 7 Projet de caractérisation des fonctions écologiques des milieux en France. Service de l’éco (...)

20La distinction formelle entre processus et fonctions écologiques est encore parfois sujette à débat (voir définitions du Millennium Ecosystem Assessment 2005, du TEEB 20106 ou du Commissariat général au développement durable 20107), néanmoins, ces termes se réfèrent tous deux à une vision écocentrée du fonctionnement des écosystèmes et qualifient des phénomènes propres à l’écosystème et nécessaires au maintien de son état écologique, physique et chimique, contrairement à la notion de service écosystémique, qui, anthropocentrée, fait nécessairement référence à un usage ou un bénéfice pour l’homme.

  • 8 Neyret L., Martin G.-J. (dir.), 2012. Nomenclature des préjudices environnementaux, LGDJ, p (...)

21Il n’y a pas de définition donnée par le droit à la notion de « fonctions écologiques ». À défaut d’énoncés prescriptifs, la doctrine a récemment décrit les fonctions écologiques comme des « interactions entre les éléments et les processus biologiques et physiques qui permettent le maintien et le fonctionnement des écosystèmes ». Dans le même ouvrage, il est précisé que « les fonctions écologiques des sols s’entendent du rôle qu’ils jouent au sein des écosystèmes, tel que, par exemple, servir de vivier à la biodiversité, contribuer au stockage, au filtrage et à la transformation d’éléments nutritifs, de substances et d’eau, à la recharge des nappes souterraines, à la séquestration du carbone ou encore à la régulation du carbone »8.

22Toutefois, il faut d’ores et déjà annoncer que la distinction entre fonction écologique et service écosystémique est malaisée. En effet, la fonction écologique (qui est d’ailleurs la résultante de plusieurs processus) ne prend le statut de service que lorsque l’homme peut en tirer potentiellement un avantage. Certains auteurs critiquent l’usage abusif des termes « service écosystémique » pour qualifier des fonctions dont la finalité n’est pas le bénéfice humain. C’est notamment le cas de certains services de régulation et des services liés au fonctionnement des sols, pour lesquels l’homme doit mettre en œuvre du capital pour que la fonction écologique (ex. : la prédation des pucerons) soit valorisée comme service écosystémique (ex. : la régulation des ravageurs du blé, seulement si le blé est récolté).

Qualité/santé des sols

  • 9 http://dicoagroecologie.fr/.

23La santé des sols peut se définir comme la capacité d’un sol à fonctionner sur le long terme à l’instar d’un système vivant, à la fois dans les limites de cet écosystème et avec son environnement extérieur (Dictionnaire d’agroécologie de l’Inra, 20179).

24Il s’agit notamment de la capacité de l’écosystème sol à assurer la production végétale nécessaire au maintien à long terme des fonctionnalités écologiques de l’écosystème naturel ou cultivé, tout en participant à la préservation qualitative et quantitative des ressources naturelles que sont l’air, l’eau et la biodiversité.

25Une partie de la communauté scientifique distingue cette notion de celle de la qualité des sols, qui se focalise principalement sur les propriétés physico-chimiques des sols, pendant que d’autres considèrent les deux notions comme synonymes.

26Quoi qu’il en soit, la préservation et l’amélioration de la santé des sols, par leurs composantes tant biotiques qu’abiotiques, sont désormais reconnues comme éléments clés de toute conception de systèmes agronomiques durables.

27Pour l’heure, ni la qualité ni la santé des sols ne sont définies par le droit.

Service(s) écosystémique(s)

28La définition de la notion de service écosystémique fait encore aujourd’hui débat. La définition et la catégorisation proposées par le Millennium Ecosystem Assessment (MEA) en 2005 sont aujourd’hui très contestées, bien que de nombreux auteurs y fassent encore référence.

  • 10 Efese : Rapport intermédiaire. Thema Analyses, décembre 2016, Commissariat général au dével (...)

29Dans cet ouvrage, nous nous reposerons sur le cadre conceptuel présenté et discuté par le Commissariat général au développement durable dans le cadre de l’Évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (Efese). Dans son rapport intermédiaire10, « l’Efese définit les biens et services écosystémiques comme des avantages socio-économiques retirés par l’homme de son utilisation durable des fonctions écologiques des écosystèmes ». Ce document précise également qu’un service « n’est écosystémique que du fait de sa dépendance étroite au fonctionnement de l’écosystème » et que « la caractérisation d’un avantage est au cœur de la notion de service. […] Un service écosystémique peut donc être décrit par un avantage ou par une fonction écologique. Ce n’est cependant ni l’avantage ni la fonction écologique qui caractérise à lui seul le service mais bien la mise en relation entre ces deux éléments ».

30Par ailleurs, nous adopterons autant que possible la classification internationale commune des services écosystémiques (Common International Classification of Ecosystem Services. CICES) établie par l’Agence européenne de l’environnement et qui subdivise les services écosystémiques en trois catégories :

  • les services d’approvisionnement — parfois dits « de prélèvement » —, qui sont l’ensemble des services à l’origine de biens appropriables qui peuvent être mis en marché comme l’eau propre, le bois, les céréales, les fruits et légumes, etc. ;

  • les services de régulation et de maintenance, qui sont des bénéfices indirects du fonctionnement des écosystèmes comme la pollinisation des cultures, le contrôle des ravageurs, la stabilisation du climat ou la protection contre les catastrophes naturelles. Il s’agit en général de services d’intérêt public qui ne génèrent pas de biens appropriables, même si ce propos doit être nuancé par l’apparition des biens meubles incorporels tels que les quotas de gaz à effet de serre ;

  • les services culturels et d’innovation, qui sont les bienfaits récréatifs, esthétiques, éducatifs, scientifiques et spirituels tirés du fonctionnement des écosystèmes.

31Notons tout de même qu’il sera parfois fait référence à d’autres catégories, notamment les « services de support », tels que définis par le MEA (2005), qui correspondent à une catégorie de services nécessaires à la production des autres services écosystémiques et qui ne sont donc pas directement utilisés par l’homme. Cette catégorie n’est plus reconnue aujourd’hui par la communauté scientifique dominante comme appartenant aux services du fait qu’ils ne peuvent être directement liés à un avantage, « les services de support […] sont [donc] considérés comme des fonctions écologiques dans l’Efese, et non comme des services écosystémiques ».

  • 11 Le Roux X., Barbault R., Baudry J., Burel F., Doussan I., Garnier E., Herzog F., La (...)

32De plus, dans le cas des agroécosystèmes, l’expertise scientifique collective « Agriculture et biodiversité » de l’Inra11 soutient une autre classification plus opérationnelle de ces mêmes services, encore très utilisée par les agroécologues et qui distingue trois catégories de services écosystémiques : « (1) Les services intrants, qui contribuent à la fourniture de ressources et au maintien des supports physico-chimiques de la production agricole […] et les services qui assurent la régulation des interactions biotiques positives ou négatives […] ; (2) les services de production contribuant au revenu agricole : il s’agit bien sûr essentiellement de la production végétale, en considérant le niveau mais aussi la stabilité temporelle et la qualité des produits, de la production animale incluant là aussi la qualité des produits ; (3) les services produits hors revenu agricole direct, qui incluent le contrôle de la qualité des eaux, la séquestration du carbone ou la valeur esthétique des paysages notamment. »

  • 12 Lamarque P., Quétier F., Lavorel S., 2011. The diversity of the ecosystem services (...)

33Comme l’ont fait remarquer différents auteurs12, trois termes sont fréquemment utilisés tantôt comme synonymes, tantôt avec des distinctions précises, à savoir les notions de services écosystémiques, de services écologiques et de services environnementaux. Dans cet ouvrage, nous suivrons l’usage le plus commun et services écosystémiques et services écologiques seront considérés comme synonymes. En revanche, la notion de service environnemental prêtant à débat selon les disciplines et ayant notamment fait l’objet de discussions juridiques pour la distinguer de la notion de services écosystémiques, nous considérerons ces deux notions comme distinctes.

Service(s) environnemental(aux)

  • 13 FAO, 2007. La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture : payer les agricult (...)

34Selon les auteurs et les disciplines, la terminologie « service environnemental » revêt une signification variable. En agronomie, cette terminologie est régulièrement utilisée comme synonyme de « services produits hors revenu agricole direct » (comme la création d’un paysage esthétique ou l’écrêtage des crues dans des prairies inondables en amont d’une ville) tels que présentés par l’ESCo 2008 de l’Inra, et sont donc une sous-catégorie de services écosystémiques. Pour les économistes en revanche, ces services correspondent à des externalités positives découlant des actions d’un acteur. C’est par ailleurs cette vision économique des services environnementaux via les externalités qui est reprise par la FAO dans sa définition13.

35L’Efese définit les services environnementaux comme « des services que des acteurs se rendent entre eux ou rendent à la société dans son ensemble (il est question le plus souvent d’échanges de services entre fournisseurs et bénéficiaires), et qui visent à réduire la pression exercée sur les écosystèmes ou qui améliorent leur fonctionnement ».

  • 14 Cf. Fèvre M., 2016. Les services écologiques et le droit. Une approche juridique des systèm (...)

36Aucune norme juridique ne propose de définition des services environnementaux. Une partie de la doctrine les envisage comme les avantages que l’homme tire du fonctionnement des écosystèmes suite à une intervention humaine14. Cette conception du service environnemental explique aussi que, quand l’homme participe au fonctionnement de l’écosystème, il peut être rémunéré par des paiements pour services environnementaux (PSE).

Sol

37Le sol constitue la couche la plus externe de la croûte terrestre, soumise à l’altération et au remaniement par l’action combinée de l’eau, de l’air, de la température et des organismes vivants. Il représente ainsi la principale interface entre les mondes minéral et organique et constitue par ailleurs le plus important habitat de la biosphère. C’est une ressource naturelle majoritaire, au même titre que l’eau et l’air, et qui plus est non renouvelable du fait de sa dynamique de formation et de régénération extrêmement lente.

38Il revêt une importance tant socio-économique qu’environnementale par ses fonctions de ressource (alimentaire, biomasse, matières premières), de support (activités humaines, unité de paysage, patrimoine culturel) ainsi que de stockage, filtration et transformation de nombreuses substances (eau, carbone dont il est le principal compartiment de stockage du monde). Le sol est soumis à diverses menaces de dégradation telles que l’érosion, la perte de matières organiques, la contamination, l’imperméabilisation, le tassement, la perte de biodiversité, la salinisation, les inondations et les glissements de terrain.

39Pourtant, le sol ne bénéficie pas d’une protection complète et cohérente en droit.

Notes

1 FAO, 2015. The main principles of conservation agriculture, http://www.fao.org/ag/ca/.

2 Bensin B.M, 1928. Agroecological characteristics description and classification of the local corn varieties chorotypes, Éditeur inconnu.

3 Wezel A., Bellon S., Doré T. et al., 2009. Agroecology as a science, a movement and a practice. A review. Agronomy for Sustainaible Development, 29, 503-515.

4 Gliessman S.R., 2006. Agroecology: The Ecology of Sustainable Food Systems, New York, USA, CRC Press Taylor & Francis.

5 Sagoff M., 2011. The quantification and valuation of ecosystem services. Ecological Economics, 70 (3), 497-502.

6 TEEB, 2010. The Economics of Ecosystems Biodiversity. The Economics of Ecosystems and Biodiversity: Mainstreaming the Economics of Nature: A Synthesis of the Approach Conclusions and Recommendations of TEEB, Progress Press, Malta.

7 Projet de caractérisation des fonctions écologiques des milieux en France. Service de l’économie, de l’évaluation et de l’intégration du développement durable, Études et Documents.

8 Neyret L., Martin G.-J. (dir.), 2012. Nomenclature des préjudices environnementaux, LGDJ, p. 16.

9 http://dicoagroecologie.fr/.

10 Efese : Rapport intermédiaire. Thema Analyses, décembre 2016, Commissariat général au développement durable, Service de l’économie, de l’évaluation et de l’intégration du développement durable.

11 Le Roux X., Barbault R., Baudry J., Burel F., Doussan I., Garnier E., Herzog F., Lavorel S., Lifran R., Roger Estrade J., Sarthou J.-P., Trommetter M., 2008. Agriculture et biodiversité. Valoriser les synergies. Expertise scientifique collective, rapport, Inra.

12 Lamarque P., Quétier F., Lavorel S., 2011. The diversity of the ecosystem services concept and its implication for their assessment and management. Comptes rendus Biologies, 334 (5-6), 441-449.

13 FAO, 2007. La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture : payer les agriculteurs pour les services environnementaux, Rome, FAO.

14 Cf. Fèvre M., 2016. Les services écologiques et le droit. Une approche juridique des systèmes complexes. Thèse université Côte d’Azur, p. 27.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search