Version classiqueVersion mobile

Construire des politiques alimentaires urbaines

 | 
Caroline Brand
, 
Nicolas Bricas
, 
Damien Conaré
, 
et al.

Chapitre 4 - Approches théoriques utiles pour construire des politiques alimentaires urbaines durables

Caroline Brand, Julie Debru, Vanessa Armendáriz, Stefano Armenia, Alberto Stanislao Atzori, Nevin Cohen et Paul James

Texte intégral

1L’émergence de stratégies ou de politiques alimentaires dans de nombreuses villes du monde (chapitre 3) pousse la recherche à s’interroger sur les processus de construction, l’accompagnement et l’évaluation de celles-ci. À partir du constat des limites du système alimentaire industrialisé, ces stratégies ou politiques sont fondées sur la nécessité d’opérer un changement, une transition vers un système alimentaire plus durable. Il s’agit dans ce chapitre d’explorer les cadres conceptuels que les chercheurs mobilisent pour appréhender la durabilité alimentaire urbaine.

Diversités et complexité

2La grande difficulté à laquelle chercheurs et acteurs publics, privés et associatifs sont confrontés aujourd’hui est la prise en compte de la complexité de la question, tant au niveau des jeux d’acteurs concernés que des domaines d’action, ou encore des échelles de gouvernance et d’action (Brand, 2015). Jusqu’à récemment, la question alimentaire a fait l’objet d’un traitement sectoriel aux échelles internationale, européenne et nationale. Les dimensions de cette question ont été séparées dans des « silos » distincts, réduisant son traitement aux dimensions agricole et commerciale, de sécurité sanitaire normative et plus récemment de santé publique (Brand, 2015). En 2007, Guillaume Dhérissard et Dominique Viel pointent les risques de vulnérabilité et d’effets pervers liés à la segmentation du défi alimentaire (productivité, sécurité sanitaire, écologie, commercialisation, etc.), pouvant aboutir à des situations de rupture. Ils invitent à appréhender l’alimentation comme un phénomène social complexe et à changer complètement d’approche en ce qui concerne l’alimentation durable urbaine et sa gouvernance.

3De même, les experts de l’International Panel of Experts on Sustainable Food Systems (IPES-Food) appellent, dans leur premier rapport, à considérer la complexité de la situation en allant vers une vision holistique du système alimentaire (IPES-Food, 2015). Ils proposent notamment de penser en termes de système alimentaire, compris à la fois comme un réseau d’interactions complexes entre les acteurs et les processus du système, et comme un réseau de politiques et de cadres règlementaires. Le paradigme de la complexité avancé par Edgar Morin pointe qu’un tout n’est pas seulement composé de ses parties. La complexité est ce qui relie les parties au tout et les parties entre elles-mêmes. Ce paradigme sert de cadre à nos réflexions sur l’alimentation urbaine durable. On comprend ainsi, par exemple, que considérer l’agriculture urbaine ne peut se réduire à une approche nourricière mais comprend aussi des enjeux d’éducation, de lien social, d’esthétique, de maintien de la biodiversité, etc. (Duchemin et al., 2010 ; Duchemin, 2013).

4Cela étant dit, le plus dur reste à faire : comment à partir d’une vision holistique du système alimentaire, identifier les leviers pour améliorer sa durabilité ? Comment prendre en compte la complexité, la diversité, l’intégralité de l’alimentation urbaine durable ?

5Pour aborder cette complexité, les scientifiques élaborent des cadres conceptuels et des modèles de représentation permettant d’intégrer autour d’une même vision les divers aspects de l’alimentation urbaine durable. Ces approches d’analyse et de compréhension sont associées à des formes de représentation et à des références conceptuelles disciplinaires ou pluridisciplinaires (géographie, sciences politiques, agronomie, économie, sociologie, etc.). Elles traduisent différentes manières de cerner les problèmes et d’en chercher des solutions. Elles permettent de construire la durabilité alimentaire urbaine ou mobilisent des outils concrets d’analyse et d’évaluation de celle-ci (flux de phosphore ou d’azote, kilomètres alimentaires, cartographie des déserts alimentaires, empreinte alimentaire, empreinte carbone, etc.).

6On distingue ainsi plusieurs entrées possibles pour aborder de manière intégrée la question de l’alimentation durable des villes : le système alimentaire, les secteurs d’activité alimentaires, les pratiques sociales, les instruments politiques ou les domaines d’intervention politique, les enjeux de durabilité, les représentations de l’espace, etc.

7Ces cadres conceptuels ne visent pas toujours explicitement la construction de politiques alimentaires urbaines durables. Ils sont certes utilisés pour comprendre et décrire le système alimentaire urbain, mais aussi dans l’objectif de construire des modèles de simulation ou des démarches visant à tester les impacts d’une politique, d’un projet ou d’une action.

8Cette diversité d’approches montre que les solutions envisagées pour construire des systèmes alimentaires plus durables peuvent être diverses. Ainsi, penser la complexité de la question de l’alimentation urbaine durable n’induit pas la construction d’un cadre général intégrant toutes les approches et applicable dans toutes les situations. Au contraire, la complexité incite à penser en termes de combinaisons d’approches et d’outils. Cette idée d’agencements et de combinaisons se retrouve dans de nombreux domaines disciplinaires abordant la question de la durabilité, que ce soit en nutrition avec les travaux sur la diversité alimentaire individuelle et ses impacts, ou en économie avec l’évaluation des politiques combinées (Esnouf et al., 2011). La diversité est aujourd’hui reconnue comme facteur de résilience et, dans ce cadre, la combinaison d’une diversité d’approches est à considérer pour tendre vers une alimentation urbaine plus durable.

9Ainsi, nous présenterons dans ce chapitre trois types d’approches qui nous paraissent utiles pour construire des politiques alimentaires urbaines durables : les approches systémiques qui tentent d’intégrer les questions de durabilité à l’analyse du système alimentaire ; les approches formulées pour analyser et construire la ville durable et qui se saisissent des enjeux alimentaires ; enfin une approche du développement durable appliquée aux enjeux urbains et à l’alimentation.

Approches par le système alimentaire

Systémique et modélisation

10Les approches systémiques ont été mobilisées pour comprendre et décrire le fonctionnement du système alimentaire (Rastoin et Ghersi, 2010). Mobilisées par les économistes de l’agroalimentaire, ces approches s’appuient sur une vision fonctionnelle de l’alimentation qui décrit une chaîne composée d’opérations et de secteurs d’activités (production, transformation, distribution, consommation, élimination/recyclage, régulation). C’est ainsi que le système alimentaire a été défini comme :

« […] un réseau interdépendant d’acteurs (entreprises, institutions financières, organismes publics et privés), localisé dans un espace géographique donné (région, État, espace plurinational), et participant directement ou indirectement à la création de flux de biens et services orientés vers la satisfaction des besoins alimentaires d’un ou plusieurs groupes de consommateurs localement ou à l’extérieur de la zone considérée. » (Rastoin et Ghersi, 2010 : 19)

11Ici le regard est essentiellement centré sur les modalités d’organisation de l’offre.

12Les schémas de pensée ont évolué vers des visions cycliques avec le développement du concept d’économie circulaire ou encore la prise de conscience de la ressource que constituent les déchets produits par notre système alimentaire. Des outils d’analyse et d’évaluation ont ainsi été développés pour mieux appréhender les cycles dans le fonctionnement du système alimentaire des territoires. Par exemple, à partir des travaux en écologie industrielle, l’écologie territoriale a développé le concept de métabolisme territorial qui permet de dresser une photographie de l’approvisionnement alimentaire d’un territoire : « […] analyse des flux de matières (brutes) et d’énergie, analyse des flux de substances, mesure des empreintes environnementales sont autant de concepts et méthodes contribuant à cette caractérisation [du métabolisme territorial] » (Barles, 2014 : 2).

13Les territoires sont appréhendés comme des organismes vivants à partir d’une réflexion de type « cycle de vie » portant sur les flux entrants, « digérés » et sortants (chapitre 1, encadré 1.1). Comme le soulignent les propos conclusifs de Barles à l’issue de son étude sur le métabolisme de Paris, l’approche globale en termes de flux est aussi intéressante car elle ouvre aux dimensions amont et aval (engrais et gestion des déchets) du fait alimentaire, peu abordées pour l’instant dans les réflexions et actions :

« It reveals the need for new public policies, especially concerning waste management — to reduce construction materials imports — and urban planning — to reduce their consumption. In addition, more research and the development of action plans to link urban and agricultural policies to improve the use of urban fertilizers and to favor local food supply are required. » (Barles, 2009 : 911)

14Les approches systémiques sont centrées sur les relations entre les composantes du système, leurs interactions et leurs interdépendances. À titre d’exemple, le modèle développé par Vanessa Armendáriz et ses collègues montre l’interdépendance entre les différentes composantes du système de l’approvisionnement et de la distribution alimentaires. Ce modèle est une application de la perspective systémique et de la méthodologie de la dynamique des systèmes à la compréhension du système d’offre alimentaire. Bien que développé pour le cas des pays en développement, il est particulièrement intéressant car il propose une représentation qui permet de comprendre le fonctionnement global du système alimentaire en interaction avec d’autres (habitat, déplacement, économie, technologie, etc.). Il montre l’emboîtement et les influences réciproques entre ces systèmes, les liens de cause à effet et d’entraînement entre différentes composantes. Ceci permet notamment d’identifier une cause ou un effet indirect, non envisagé au départ. À ce titre, il est aussi un outil d’expérimentation pour simuler les effets sur l’ensemble du système alimentaire de politiques visant certains leviers.

Exemple d’une approche systémique de l’approvisionnement et de la distribution alimentaires urbains

Vanessa Armendáriz, Stefano Armenia, Alberto Stanislao Atzori

  • 8 Les auteurs souhaitent remercier l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et (...)

15Ce travail8 vise à proposer un cadre pour une meilleure compréhension des systèmes d’approvisionnement et de distribution alimentaires (SADA). Sa construction s’appuie sur les approches de la pensée systémique (system thinking) et de la dynamique des systèmes (system dynamics) afin de montrer comment l’identification des structures de rétroaction des SADA peut guider les politiques pour satisfaire les besoins alimentaires urbains.

16Une perspective systémique suppose l’existence d’éléments interdépendants qui remplissent une fonction ou un objectif sur une certaine durée (Meadows, 2008). Ces éléments peuvent être de nature physique ou informative. En observant les systèmes alimentaires, nous trouvons des interactions entre les différents éléments participant à la mise en œuvre des activités de production, d’approvisionnement, de transformation, de distribution et de consommation alimentaires. Une analyse systémique et dynamique peut aider à la compréhension des processus de rétroaction et d’accumulation au sein des systèmes alimentaires dans les environnements urbains. Ces processus d’accumulation déterminent l’évolution des ressources essentielles ou encore les moteurs de la production ou de la distribution alimentaires et sont indispensables pour en évaluer la durabilité.

Qu’est-ce que la dynamique des systèmes (DS) ?

17La DS est une méthodologie capable de prendre en compte une structure systémique, caractérisée par des rétroactions entre ses différentes parties. Le comportement d’un système dans le temps procède de la structure de rétroaction de ce système, qui peut être qualitativement conceptualisée grâce à des diagrammes de boucles causales (DBC). L’établissement de cartes causales ou de DBC est une technique qui permet de représenter l’existence des rétroactions dans et entre des sous-systèmes en interaction. Il existe deux sortes de boucles qui sont étudiées en fonction de leurs caractéristiques :

  1. renforcement : boucles d’auto-renforcement. Cela suppose qu’elles ont une croissance exponentielle si elles sont dominantes ou seules dans le système ;

  2. équilibrage : boucles d’auto-correction qui contrent les changements.

18La DS découle du réseau complexe d’interactions entre ces deux sortes de boucles (Sterman, 2012). Elle peut être analysée par simulation grâce à la création d’un diagramme de stocks et de flux (DSF), aussi connu sous le nom de modèle quantitatif de DS. La formalisation du modèle consiste à décrire, au moyen d’un DSF qui souligne la présence d’équations différentielles, comment les variables du système sont interdépendantes et comment les processus d’accumulation sont déterminés par l’évolution des flux qui altère l’état des niveaux (ou stocks) du système.

Dynamique des systèmes (DS) appliquée à l’étude des systèmes alimentaires urbains

19La modélisation de la DS est un processus itératif et exige l’identification et la définition d’un problème (Ghaffarzadegan, Lyneis et Richardson, 2011) (figure 4.1). La conceptualisation du système donne lieu à une formalisation du modèle qualitatif ou quantitatif, qui améliore la compréhension initiale du système. Le modèle de simulation permet de vérifier la validité du modèle avec des données empiriques, d’expérimenter d’autres politiques et d’obtenir de nouveaux éclairages qui améliorent l’analyse des politiques.

Figure 4.1. Aperçu du processus de modélisation de la DS (source : Zock, 2004, adapté de Richardson et Pugh, 1981).

Figure 4.1.             Aperçu du processus de modélisation de la DS (source : Zock, 2004,             adapté de Richardson et Pugh, 1981).

20Un exemple de l’application de la méthodologie de la DS à l’étude des systèmes alimentaires urbains est le modèle d’élaboration de cadres pour les SADA (figure 4.2) créé à partir d’une étude détaillée du Methodological and Operational Guide to Understand FSDSs (Aragrande et Argenti, 2001) et de documents complémentaires (Argenti, 1999a et 1999b ; Balbo, Visser et Argenti, 2000 ; FAO, 2000) de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). L’objectif est de permettre une compréhension globale d’un système alimentaire urbain. Ce modèle a été construit à partir des dynamiques des pays en développement et en transition. La modélisation n’a pas inclus les caractéristiques des villes développées. Cette démarche a nécessité de simplifier le premier modèle détaillé de SADA (Armendáriz et al., 2015a) afin de capter, à un niveau agrégé tout en en conservant la validité, les principales interactions du système, y compris les questions qui ne sont pas liées aux systèmes alimentaires.

Figure 4.2. Modèle d’élaboration de cadres pour les SADA.

Figure 4.2.             Modèle d’élaboration de cadres pour les SADA.

21Dans la figure 4.2, les flèches noires désignent un effet causal positif du changement de la variable indépendante sur la variable dépendante. Quand une variable indépendante augmente ou diminue, la variable dépendante change dans la même direction. Les flèches grises en pointillé signifient que l’effet causal chez les variables indépendantes et dépendantes est négatif. Quand une variable indépendante augmente, la variable dépendante diminue. La flèche noire en gras représente la principale question du guide de la FAO : « Comment répondre aux besoins alimentaires urbains d’une population croissante ? ». Les principales structures de rétroaction sont identifiées et nommées selon leur fonction dans le système : B1 Capacité du territoire, B2 Organisation du système alimentaire, B3 Empreinte écologique alimentaire, B4 Déficit alimentaire, B5 Pressions du SADA sur l’espace urbain, B6 Impact de la croissance démographique sur la demande alimentaire et l’espace urbain, B7 Impact de l’urbanisation sur l’économie et la demande alimentaire, B8 Effets de la technologie sur l’efficacité du SADA, B9 Planification urbaine et administration des marchés, B10 Réduction et gestion des déchets, B11 Efficacité du système alimentaire, R1 Croissance urbaine, R2 Impact de la croissance économique sur la population urbaine, R3 Emploi et demande alimentaire, R4 Développement de la technologie, R5 Effet de la demande alimentaire sur la politique de l’emploi.

22La boucle du système croissance urbaine (R1) représente la rétroaction entre population urbaine et espace urbain, qui est une relation d’auto-renforcement. La croissance de la population urbaine augmente la nécessité de nouveaux espaces et d’infrastructures urbaines, et en même temps la croissance urbaine a un effet d’attraction des populations (World Bank, 1999). La boucle de l’impact de la croissance économique sur la population urbaine (R2) explique une autre dynamique d’auto-renforcement observée dans les pays en développement et en transition : la croissance économique des villes augmente le taux de migration des populations rurales qui augmente la main d’œuvre pour les activités économiques (PNUD, 1999 ; Waibel et Schmidt, 2000). Les pays développés connaissent une dynamique urbaine liée au développement économique différente (Kastner et al., 2012).

23L’impact de la croissance urbaine se fait sentir dans la modification de l’utilisation des sols, l’augmentation de la pollution et les changements dans la disponibilité des ressources non renouvelables (Forrester, 1970). Ceci s’explique par la capacité du territoire (B1) du système, qui représente sa limite à continuer de produire ou fournir des matières premières étant donné l’épuisement des ressources (Brenner, 2014).

24La relation entre l’espace urbain destiné aux marchés et la logistique alimentaire forme une boucle d’équilibrage appelée organisation du système alimentaire (B2). Les terres consacrées aux autres activités urbaines (logement, services) diminuent l’espace disponible pour les marchés alimentaires et les routes. En même temps, à long terme, l’accroissement des routes étend les agglomérations urbaines, ce qui augmente le temps de transport des marchandises et donc les coûts des processus de distribution (Aragrande et Argenti, 2001). L’empreinte écologique du SADA (B3) s’explique par les impacts environnementaux des activités de production, transformation, distribution et consommation alimentaires qui utilisent des ressources renouvelables et non renouvelables et génèrent des déchets et de la pollution (Cordell et al., 2009 ; Ericksen, 2008). La boucle pressions du SADA sur l’espace urbain (B5) indique que les activités liées aux systèmes alimentaires ne sont possibles qu’une fois traitées les questions d’utilisation de l’espace urbain et de consommation des ressources. La relation de concurrence entre activités pourrait provoquer une surconsommation des ressources, ce qui représenterait un risque pour le système alimentaire mais aussi pour le système urbain.

25Les revenus des entreprises du système alimentaire assurent une croissance économique, et les opportunités d’emploi découlant de la croissance économique fournissent des revenus aux habitants. Ceci suscite une demande alimentaire au niveau des marchés. Ces relations sont représentées par la boucle emploi et demande alimentaire (R3). La relation entre la demande alimentaire au niveau du marché et les activités de production et distribution alimentaires est décrite par le déficit alimentaire (B4). Les insuffisances de gestion en matière de production et de distribution alimentaires, ou même une pénurie de ressources dans le système, pourraient réduire l’approvisionnement alimentaire urbain et augmenter le déficit alimentaire (Hanjra et Qureshi, 2010 ; Pimentel et Pimentel, 2007).

26L’impact de la croissance démographique sur la demande alimentaire et l’espace urbain (B6) représente la demande alimentaire liée à l’évolution démographique qui stimule les processus de production et distribution alimentaires. Mais la croissance démographique exige aussi l’augmentation de l’espace urbain et des infrastructures associées, ce qui se traduit par une croissance urbaine attirant les populations (Ehrlich et Holdren, 1971 ; Waibel et Schmidt, 2000). Une autre boucle d’équilibrage externe, l’impact de l’urbanisation sur la croissance économique et la demande alimentaire (B7), a été découverte après l’observation de l’impact de la population sur la croissance économique. L’emploi augmente les revenus qui suscitent la demande alimentaire, et la croissance économique accroît la croissance urbaine, ce qui stimulera les processus de production et de distribution alimentaires qui seront en concurrence avec les autres activités industrielles et avec le logement pour l’espace et les infrastructures (Allen, 1978 ; Batty, 2008 ; Pumain et al., 2015).

27Les effets indirects du marché alimentaire sur la croissance économique et l’amélioration de la technologie sont pris en compte dans la boucle développement de la technologie (R4) (Boserup et al., 1983). L’amélioration de l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement dépend de l’organisation et des niveaux de technologie appliqués à la production et à la transformation des aliments. C’est ce qu’explique la boucle effets de la technologie sur l’efficacité du SADA (B8).

La dynamique des systèmes (DS) au service de meilleures politiques alimentaires urbaines

28Les résultats de l’analyse détaillée des recommandations de la FAO envers les décideurs des pays en développement, ont mis en évidence l’objectif « d’améliorer la disponibilité alimentaire au niveau du marché » (Armendáriz et al., 2015a). Les propositions en matière de politiques sont donc directement stimulées par les variations de la demande alimentaire. Toutefois, en déterminant les interdépendances importantes existant entre les éléments urbains et en permettant de visualiser la structure des systèmes alimentaires urbains de manière agrégée, le modèle SADA (figure 4.2) a apporté les enseignements décrits ci-dessous pour l’efficacité des politiques urbaines cherchant à satisfaire les besoins alimentaires.

29La demande alimentaire diffère de la quantité réelle d’aliments requise dans une ville. Ainsi, les conditions socio-économiques déterminent la capacité des gens à utiliser leurs revenus pour satisfaire leurs besoins alimentaires. Par conséquent, une politique alimentaire urbaine avisée devrait avoir pour objectif de réduire les niveaux de pauvreté urbaine. La croissance économique et l’emploi sont nécessaires pour permettre l’accès à la nourriture (Zezza et Tasciotti, 2010 ; Von Braun, 1995). La boucle effet de la demande alimentaire sur la politique de l’emploi (R5) explique comment les revenus sont directement reliés à la consommation alimentaire, en quantité et en qualité. Le statut socio-économique de la population urbaine est aussi fortement lié aux problèmes sanitaires comme la malnutrition ou l’obésité. C’est pourquoi il faudrait envisager les conséquences du développement économique sur l’évolution des régimes alimentaires et la santé lorsqu’on prévoit une intervention (McLaren, 2007 ; Popkin, 2001).

30L’efficacité des systèmes alimentaires (B11) peut être stimulée par l’augmentation du niveau de technologie utilisé dans les activités de production et de transformation des aliments. La consommation des ressources naturelles est étroitement liée à l’efficacité des chaînes d’approvisionnement, au mode de vie des consommateurs et aux processus d’évacuation des déchets. Il faudrait, pour les zones rurales et urbaines, prendre en considération des indicateurs de la durabilité environnementale et du métabolisme urbain dès la conception des politiques alimentaires. Une utilisation excessive des ressources naturelles due à la croissance des activités humaines (à la fois pour la chaîne d’approvisionnement et la consommation) pourrait épuiser les intrants d’un système et mettre sa viabilité en danger (Giampietro et al., 2013).

31Une politique de réduction et de gestion des déchets (B10) peut améliorer l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement et diminuer la pollution. Les structures B10 et B11 représentent des rétroactions d’équilibrage qui visent à augmenter l’approvisionnement alimentaire en remédiant aux inefficacités urbaines et aux impacts négatifs sur l’environnement, et ainsi à réduire le déficit alimentaire des villes (Godfray et al., 2010 ; Parfitt et al., 2010).

32Les politiques alimentaires et les régulations (protocoles administratifs, règlements et lois) influencent la qualité des aliments auxquels les populations ont accès. Diverses recommandations stratégiques devraient être répertoriées pour la transformation, la distribution ou la consommation de différents aliments, en se fondant sur leurs principales propriétés (normes de qualité élevée comme faible, prix, marques, cycles de vie des produits alimentaires, disponibilité des produits de remplacement). Par exemple, les aliments périssables et non périssables ont des caractéristiques très différentes en ce qui concerne leur cycle de vie. Les processus régissant leur transformation, distribution et consommation présentent des contraintes liées aux infrastructures disponibles, à l’organisation de l’espace urbain, à la logistique commerciale, aux préférences des consommateurs et aux risques sanitaires, entre autres (Beske et al., 2014). En ignorant les retards et les effets secondaires dans certaines chaînes alimentaires spéciales, on risque de provoquer l’échec des politiques alimentaires urbaines. Ainsi, un système de refroidissement bien conçu est nécessaire pour les produits laitiers ; une amélioration de la capacité de stockage des produits laitiers ne servira à rien si les processus de distribution sont limités par l’absence de routes ou la congestion urbaine normale et la circulation, qui provoqueront des retards.

33Une planification urbaine devrait être envisagée pour optimiser l’organisation des SADA en mettant en place une infrastructure efficace de distribution alimentaire, qui puisse supporter l’augmentation de la population et le déficit alimentaire (Pothukuchi et Kaufman, 1999 ; Pothukuchi, 2004 ; Born et Purcell, 2006). La boucle planification urbaine et administration des marchés (B9) prend en considération des champs d’intervention stratégiques. Ceux-ci sont liés à la gestion des espaces urbains et aux innovations, à la densité et à la congestion urbaines, à la viabilité des routes et à l’allocation planifiée par les villes de marchés formels et informels en fonction de la répartition de la population et de ses caractéristiques socio-économiques. Les boucles B1, B2, R1 et B5 montrent les effets indirects de telles politiques urbaines planifiées.

34Les conclusions préliminaires de la série de travaux sur l’application de la méthodologie de la DS à la compréhension des SADA (Armendáriz et al., 2015a, 2015b et 2015c), indiquent que l’amélioration du fonctionnement des systèmes alimentaires n’est pas suffisante pour faire face à la croissance démographique urbaine, en particulier dans les pays en développement. Toutefois, il s’avère que la croissance de la population urbaine ne constitue pas le principal problème. Ce sont les processus d’urbanisation croissante qui exercent actuellement les pressions les plus importantes sur les structures soutenant les systèmes alimentaires, à cause de leurs conséquences sur l’évolution de l’utilisation des sols, et de leur attraction sur les populations migrantes et des agglomérations.

Perspectives et limites de la DS

35Une perspective systémique permet de cerner des enjeux pertinents autres que ceux liés à l’alimentation et souvent ignorés par les analyses des systèmes alimentaires urbains. La méthodologie de la dynamique des systèmes (DS) permet une meilleure compréhension de l’interdépendance des éléments à partir desquels il est possible d’analyser la structure des systèmes alimentaires. Ceci peut aider les décideurs à définir les problèmes réels et à formuler de meilleures politiques, afin de résoudre ces problèmes plutôt que de simplement s’attaquer aux symptômes. Les exercices de simulation peuvent même permettre de tester différentes politiques dans un environnement virtuel. L’exemple illustré dans ce travail a montré à quel point il est fondamental d’évaluer l’environnement dans lequel s’inscrivent les SADA. En comprenant que la ville est liée à diverses questions de nature physique ou matérielle (ressources, technologie, économie), on peut mieux cerner d’où proviennent les pressions exercées sur le système et définir des points d’intervention possibles pour les politiques de durabilité. Parmi les limites du modèle pour les SADA présenté en figure 4.2, notons : le regard placé sur la structure des SADA des pays en développement et en transition et les dynamiques urbaines, en particulier des mégalopoles ; le fait que l’élaboration du modèle est fondée sur le guide de la FAO visant à comprendre les SADA dans les pays en développement ; le niveau élevé d’abstraction du modèle, le cadre pour les SADA étant encore une approche qualitative d’un système alimentaire urbain. Des politiques plus complètes et vigoureuses seront possibles grâce à l’intégration de diverses méthodologies dans l’analyse des systèmes alimentaires urbains, parmi lesquelles la modélisation à base d’agents (MBA), l’analyse structurelle des réseaux (ASR) et les systèmes d’information géographique (SIG).

Des systèmes déterministes aux systèmes adaptatifs

36Les approches systémiques et les modélisations apportent une connaissance générale sur l’état du système alimentaire et en particulier sur les mécanismes d’organisation et de fonctionnement de l’offre alimentaire. Cependant, comme cela est souligné dans les conclusions précédentes, pour appréhender l’alimentation urbaine durable dans toute sa complexité, une combinaison avec d’autres outils est nécessaire.

37Par exemple, il est difficile d’intégrer aux approches modélisatrices les incertitudes et dynamiques fluctuantes liées aux pratiques des acteurs. Les travaux menés dans le champ de l’écologie territoriale se placent ainsi au croisement des analyses systémiques et modélisatrices et des analyses plus sociales sur les acteurs (Barles, 2010). Ainsi, pour analyser les systèmes alimentaires et énergétiques, et comprendre la mise en place d’une dynamique territoriale soutenable, Debuisson (2014) associe l’approche quantitative par les flux de matières et d’énergie à une approche plus qualitative intégrant les jeux d’acteurs et leurs modes d’interaction dans l’organisation de ces flux. Les approches qui découlent du paradigme de la complexité considèrent les « systèmes adaptatifs », par opposition aux « systèmes déterministes » (états finaux) dont on peut prévoir le comportement (Cloutier, 2013). Dans un système adaptatif, un même stimulus peut produire deux comportements différents car le comportement découle des relations qui s’établissent entre les éléments et non dans la logique des éléments eux-mêmes. Autrement dit, cette approche permet de prendre en compte le fait qu’un même stimulus pourra provoquer des réactions différentes en fonction de multiples facteurs comme le temps, l’envie, l’humeur, l’histoire personnelle, la faim, etc. Cette approche par les systèmes adaptatifs complexes permet, là-aussi, une compréhension plus dynamique du fonctionnement du système.

38Ceci illustre l’utilité de combiner les approches systémiques présentées ici à des approches permettant une compréhension des pratiques et des capacités d’action des acteurs du système (celles-ci étant liées au contexte sociopolitique, humain, historique, culturel) pour une appréhension de la complexité et de la durabilité de l’alimentation urbaine.

Système alimentaire territorialisé

  • 9 Le City Region Food System est défini comme « the complex network of actors, processes an (...)
  • 10 Le système alimentaire territorialisé est défini comme : « un ensemble cohérent de filièr (...)

39Plus récemment, une vision territoriale du système alimentaire s’est développée, notamment avec le concept de City Region Food Systems9 (CRFS) largement diffusé à l’international et celui de système alimentaire territorialisé10 (SAT) développé en France. Ces concepts sont au cœur du croisement entre les concepts de territoire et de filière agroalimentaire (Rastoin, 2015). Ils s’inscrivent dans une littérature où l’on a vu apparaître, depuis les années 2000, les systèmes alimentaires dits « alternatifs », « régionaux », « locaux », visant à mieux répondre aux enjeux de durabilité (Kneafsey, 2010 ; Feenstra, 1997 ; Feagan, 2007 ; Heindrickson et al., 2002).

40Ces nouveaux concepts replacent le système alimentaire dans un contexte politique, culturel, historique, agricole et paysager. Ils défendent le fait que les régions urbaines (une ville associée à un espace supra-local plus ou moins vaste) ont un rôle important à jouer dans la gouvernance et dans l’amélioration de la durabilité du système alimentaire. Ces concepts traduisent l’hypothèse qu’une approche territorialisée permet de résoudre un certain nombre des problèmes exposés dans le chapitre 1. Ils fournissent notamment des solutions au problème de distanciation (géographique, cognitive, économique) entre urbains et ruraux, consommateurs et producteurs.

41À partir de la question de l’approvisionnement alimentaire, les CRFS proposent une meilleure intégration des problématiques urbaines et rurales par un renforcement des relations entre ces deux espaces (Jennings et al., 2015). Sans se contenter de prôner une autonomisation alimentaire ou un localisme comme solution unique, la territorialisation du concept de système alimentaire est avancée comme un moyen de retrouver une maîtrise sur un système qui nous échappe dans sa dimension globale. Il s’agit de construire un modèle alternatif et complémentaire au modèle agro-industriel dominant le système alimentaire (Rastoin, 2015).

42Ces approches visent principalement à encourager les gouvernements urbains, non seulement à prendre en considération l’alimentation dans leurs politiques, mais aussi à considérer les impacts de leurs politiques en dehors du territoire qu’ils administrent. Elles contribuent conceptuellement à mieux appréhender les questions d’échelles en suggérant la prise en compte, localement, des enjeux multi-échelles de l’alimentation.

Approches par la ville durable

43L’approche territoriale du système alimentaire fait le lien avec d’autres d’approches : celles des urbanistes et planificateurs de la ville durable. Depuis le début des années 2000, la question alimentaire revient à l’agenda des aménageurs (Pothukuchi et Kaufman, 2000). Par les questions d’occupation et d’organisation de l’espace, ou en se plaçant à l’échelle de l’individu et de ses pratiques, ces approches posent sur l’alimentation urbaine un regard complémentaire à l’approche systémique.

Planification de la ville durable

44La question du développement durable a très vite été prise en compte par les villes, au point que l’on évoque un « tournant urbanistique » à propos de sa territorialisation (Emelianoff, 2007). Depuis les années 1980, on a vu se développer des concepts, des indicateurs, des modèles de villes durables, ainsi que des outils d’intervention comme les emblématiques Agendas 21.

45Les penseurs de la ville durable reconnaissent le besoin d’un changement, d’une transition vers un système urbain plus durable et résilient. Les problèmes auxquels la ville doit faire face ne sont pas les problèmes spécifiques identifiés dans le chapitre 1 mais se retrouvent dans la notion plus générale de développement durable. Celle-ci est exprimée notamment au travers des objectifs de la lutte contre le changement climatique, l’amélioration de la qualité de l’air, des sols et des eaux, ou la gestion raisonnée des ressources (eau, énergie, sols, biodiversité). À ces enjeux globaux sont associés des enjeux spécifiquement urbains, tels que la croissance urbaine, les enjeux sanitaires, l’approvisionnement en eau et en énergie, les enjeux socio-économiques et socioculturels, la gestion des déchets et la gestion de l’espace. Ainsi, des architectes, urbanistes ou aménageurs urbains développent des modèles de villes durables qui tentent d’intégrer dans une même vision tous les enjeux du développement durable urbain. Ces modèles s’inspirent des concepts issus des sciences de la vie mais aussi des sciences économiques, sociales, politiques, et s’appuient sur les notions de cycles et de résilience. On peut citer les approches de la ville symbiotique (Ranhagen et Groth, 2012) ou biophilique (Beatley, 2010). Ces approches de la ville durable croisent les enjeux du développement durable avec la variété des domaines relevant de l’action urbaine. Par exemple, l’approche de SymbioCity développée par Ulf Ranhagen et Klas Groth (2012) relie les champs suivants : énergie, architecture, alimentation en eau, gestion des déchets, industries et bâtiments, aménagement paysager, transport et trafic urbain, information et communication.

46Dans ces approches, l’alimentation ne fait pas l’objet d’un traitement isolé. Au mieux, elle constitue un élément parmi d’autres dans la conception générale de la ville.

Urban Food Planning

47C’est dans le champ de l’Urban Food Planning que l’alimentation fait l’objet d’une approche dédiée. Depuis les années 2000, on assiste en Amérique du Nord et dans le nord de l’Europe, à la diffusion d’un mouvement regroupant chercheurs et praticiens autour de l’intégration de l’enjeu alimentaire dans les problématiques d’aménagement, en lien avec le processus d’urbanisation. Ce champ de recherche et d’action se structure à partir du constat de l’absence de l’alimentation dans le champ d’intervention des aménageurs. Les termes décrivant ce constat montrent la soudaine prise de conscience relative à une « pièce manquante » dans les réflexions : « a puzzling omission » (APA, 2007), « the dark side of urban dwelling ? » (Viljoen et Wiskerke, 2012), « this intellectual lacuna » (Morgan, 2014).

  • 11 La new food equation s’articule autour de l’augmentation brutale du prix des denrées alim (...)

48D’une part, Pothukuchi et Kaufman (1999 et 2000) montrent que l’alimentation est un élément central du fonctionnement des territoires, au même titre que l’habitat ou la mobilité sur lesquels les aménageurs interviennent. D’autre part, l’urbain est identifié comme un important cadre d’expression des failles et des nouvelles pratiques alimentaires (Sonnino, 2009 ; Morgan et Sonnino, 2010 ; Morgan, 2014). Une new food equation11 s’impose aux territoires pris dans le processus d’urbanisation (Morgan, 2009 ; Morgan et Sonnino, 2010) et ceux-ci sont appelés à devoir y répondre à l’avenir.

49Ce champ s’inscrit dans une mouvance et une perspective liées au processus d’urbanisation et au paradigme de la durabilité des territoires. Il s’agit de repenser le rôle des acteurs intervenant sur le système alimentaire et de repenser l’aménagement des espaces urbains et métropolitains à partir du fait alimentaire (figure 4.3).

Figure 4.3. Urban Food Planning : entre durabilité, système alimentaire et système urbain (source : Brand, 2015).

Figure 4.3. Urban Food           Planning : entre durabilité, système alimentaire et système           urbain (source : Brand, 2015).

50D’un côté, à travers la variété de ses champs d’intervention, l’aménagement constitue un outil pour construire des systèmes alimentaires plus durables et équitables. De l’autre côté, il s’agit de repenser la place des systèmes alimentaires dans les mécanismes de production et d’organisation des espaces, notamment urbains. Les configurations territoriales constituent des laboratoires d’expérimentation de réponses aux grands enjeux globaux dans lesquels se trouve la new food equation.

  • 12 Dans la figure 4.4, nous avons gardé les différentes thématiques liées au traitement du f (...)

51Ce champ propose une vision intégrée du système alimentaire dont la gouvernance articule société civile, acteurs privés et acteurs publics (figure 4.4)12.

Figure 4.4. La gouvernance alimentaire décrite et envisagée par l’Urban Food Planning (source : Brand, 2015, d’après Wiskerke, 2009 : 376 et Moragues et al., 2013 : 6).

Figure 4.4. La           gouvernance alimentaire décrite et envisagée par l’Urban Food Planning           (source : Brand, 2015, d’après Wiskerke, 2009 : 376 et Moragues           et al.,           2013 : 6).

52Il s’agit pour les urbanistes, aménageurs et architectes, de prendre en compte la question alimentaire et sa complexité dans la gestion et la planification de la ville durable. On trouve des applications pratiques, comme par exemple les démarches « Food sensitive urban planning and design » (Donovan et al., 2011) à Victoria en Australie, « Food Urbanism Initiative » (Verzone, 2012) à Lausanne en Suisse. On peut également mentionner le concept paysager de Continuous Productive Urban landscape pensé à l’échelle de la densité urbaine (Viljoen, Bohn et Howe, 2005). L’ambition est de connecter le système alimentaire, ou des éléments de celui-ci comme l’agriculture, à celui de l’aménagement urbain.

53L’interaction entre l’espace urbain et la santé des populations par rapport à l’alimentation a fait l’objet d’études qui ont notamment formulé le concept de food scape. Ce concept fait référence au paysage alimentaire, soit la façon dont l’environnement urbain a un impact en matière d’accès à l’alimentation ou sur le développement de maladies liées à l’alimentation. Au croisement de l’aménagement et de la géographie de la santé, les chercheurs investissent en particulier la question de la localisation et de la caractérisation du type des points de distribution alimentaire (Cummis et Macintyre, 2002). On peut citer par exemple les études menées aux États-Unis sur l’impact de l’environnement alimentaire et du bâti urbain sur l’obésité (Raja et al., 2010). Les auteurs montrent que la proximité d’un supermarché ou d’une épicerie par rapport au domicile, peut être reliée à l’indice de masse corporelle des femmes dans la zone étudiée. Ce concept ouvre la voie vers l’identification de nouveaux leviers d’action pour les gouvernements locaux urbains.

54Ainsi, l’organisation de l’espace urbain se révèle comme un déterminant non négligeable des pratiques alimentaires des usagers de la ville (habitants, travailleurs, touristes). La prise de conscience récente et en cours des urbanistes, aménageurs, architectes et dirigeants urbains sur la question alimentaire, les invite à s’intéresser au système alimentaire. Ceci ouvre ainsi un dialogue entre leurs disciplines et des disciplines expertes du système alimentaire (agronomie, gestion, économie, sociologie, nutrition, etc.).

55En complément de ces approches centrées sur l’organisation de l’espace, des approches s’intéressent plus spécifiquement à l’interaction entre le comportement des individus et l’espace. Elles considèrent d’autres composantes du système alimentaire, comme la culture, la connaissance alimentaire ou les comportements individuels des consommateurs. La sociologie de la consommation, centrée sur l’individu et ses choix, mais également d’autres disciplines (comme la psychologie environnementale) développent des approches qui intègrent les facteurs motivant consciemment l’individu ainsi que les facteurs façonnant plus inconsciemment ses pratiques. En effet, les théories comportementales qui ont nourri jusque-là les politiques de sensibilisation, d’information et d’éducation des individus, ont été largement remises en cause (Lahlou, 2005 ; Stø et al., 2008). Parmi ces nouvelles approches, la théorie des pratiques propose un cadre innovant, rompant ainsi avec les approches jugées inefficaces du behaviorisme. Nevin Cohen et Rosita Illieva (2015) proposent d’utiliser cette théorie pour doter les villes de leviers efficaces et favoriser une transition vers un système alimentaire urbain plus durable.

Théorie des pratiques sociales pour une approche multidimensionnelle de l’alimentation et de la ville durables

Nevin Cohen

56Comme tous les grands systèmes sociotechniques, le système alimentaire est si enraciné qu’il ne paraît pas modifiable. Il est pourtant composé et modelé par des pratiques sociales quotidiennes, des actes habituels, journaliers. En cela, il peut donc être modifié par des politiques visant à changer ces pratiques (Shove, Pantzar et Watson, 2012 ; Watson, 2012).

57Par leur caractère répétitif, les pratiques alimentaires quotidiennes ont des conséquences significatives en termes d’environnement et de santé publique : cuisiner, réfrigérer et faire la vaisselle représentent 25 % de la consommation électrique des ménages aux États-Unis (Canning et al., 2010) ; manger au restaurant un jour de plus par semaine peut augmenter le poids d’une personne d’un peu moins de deux kilos par an. Ainsi, ces pratiques peuvent générer un ensemble de maladies liées à l’alimentation comme l’obésité (Todd et al., 2010). Et, inversement, souvent négligées par les aménageurs en raison de leur quotidienneté ou de leur apparente banalité, ces pratiques peuvent se révéler comme des leviers stratégiques pour atteindre des objectifs sociaux et environnementaux plus larges.

Place des pratiques sociales dans les politiques alimentaires

58Les pratiques sociales sont les routines quotidiennes que chacun accomplit tout au long de sa vie. Elles se composent de significations (croyances, normes culturelles et conventions), de matériels (outils, technologies et ressources financières), et de compétences (savoir-faire et capacités) (Shove, Pantzar et Watson, 2012). Elles sont caractérisées comme sociales car elles sont modelées et renforcées par la compréhension commune de ce qui est considéré comme la façon ordinaire et appropriée de faire les choses. Elles sont donc distinctes des comportements, qui sont des actions basées sur les décisions d’individus isolés.

59Les pratiques sont exécutées dans le cadre d’un ensemble interdépendant de pratiques (Schatzki, Cetina et Von Savigny, 2001). Tout changement opéré sur une pratique affecte donc l’ensemble des pratiques.

60Les individus sont porteurs de pratiques (Seyfang et al., 2010). Ils suivent des règles et des normes et, en répétant ces pratiques, ils les reproduisent, les normalisent et engagent d’autres individus dans les pratiques. Selon Anthony Giddens (1984), leur rôle de porteur est contraint par les structures, les normes qui se mettent en place en même temps qu’ils modèlent les pratiques. Mais, les individus peuvent aussi innover et modifier leur façon de faire. Les pratiques sont dynamiques, elles peuvent être reconfigurées et mener à l’émergence de nouvelles pratiques tandis que d’autres peuvent disparaître (Warde, 2005). Par exemple, les pratiques traditionnelles de conservation de la nourriture ont été remplacées par la pratique de la congélation. Cela s’est accompagné d’un changement de la signification et des compétences liés aux pratiques de préparation alimentaire dans les foyers ainsi que dans la façon de faire les courses.

61Malgré l’attention portée aux conditions environnementales et sociales, et à d’autres facteurs en amont qui contribuent à l’obésité (Story et al., 2008 ; Freudenberg et al., 2015), les décideurs politiques se sont principalement focalisés sur des interventions destinées à changer les comportements individuels plutôt que les pratiques sociales (Warde, 2014 ; Delormier et al., 2009). Les interventions comportementales aux États-Unis visent des comportements alimentaires plus sains ou la réduction de l’obésité. Elles passent par l’affichage obligatoire de la teneur en calories des aliments dans les restaurants fast-foods pour décourager une consommation excessive. On peut également mentionner des incitations financières pour ouvrir de nouveaux supermarchés dans des communautés à faibles revenus afin d’encourager la consommation de fruits et de légumes, ou des incitations financières individuelles pour encourager l’achat d’aliments plus sains dans les marchés de producteurs (Cohen, 2014).

62Cette focalisation sur le comportement individuel est fondée sur un cadre qui traite la consommation comme une fonction cumulée de choix comportementaux des individus, et déterminée par les préférences individuelles et les évaluations rationnellement calculées des risques et des avantages (Halkier et Jensen, 2011). Les théories du comportement, comme la théorie du comportement programmé ou le marketing social, persistent aujourd’hui dans les cadres d’action car elles sont instaurées comme des conventions dans le champ de la santé publique, elles sont en accord avec l’idéologie néolibérale et elles sont d’une relative simplicité en comparaison d’approches multisectorielles plus complexes (Baum et Fisher, 2014). Malgré leur popularité, les approches comportementales, que Elisabeth Shove (2010) critique comme étant l’A-B-C (Attitudes, Comportements, Choix) de la théorie du changement, n’ont conduit ni à des changements systémiques de l’alimentation ni à des réductions durables du taux d’obésité (Cohn, 2014).

63En revanche, l’approche par les pratiques sociales considère que les modèles de consommation sont intégrés dans la structure des pratiques. Elle n’ignore pas les effets de politiques comme les régulations, l’information du consommateur ou les incitations économiques pour influencer le comportement, mais analyse des pratiques non saines ou non viables et cherche à les changer. L’attention est portée sur les significations d’une pratique, ses dimensions matérielles et les compétences liées à cette pratique. Se recentrer sur les pratiques, la façon dont les personnes les exécutent et ce qu’elles utilisent pour cela, révèle les technologies et infrastructures, les images et conventions culturelles et sociales, les connaissances qui constituent ces pratiques. Cette approche n’est pas centrée sur la façon dont les individus prennent des décisions alimentaires. Elle s’intéresse à la façon dont leurs pratiques sociales (courses, cuisine, voyage, repas avec des amis, pause au travail) structurent leurs pratiques alimentaires.

64Comprendre la persistance ou la transformation des pratiques alimentaires quotidiennes révèle une opportunité de transition vers des pratiques plus saines par des politiques qui modifient les significations, les dispositifs matériels et les compétences qui en sont le ciment. Considérons, par exemple, la pratique de la préparation du repas à la maison à partir de produits frais au lieu d’une restauration rapide, bien moins saine. Cuisiner doit être une pratique normale et socialement plaisante, pas une corvée qui porte atteinte à la qualité de vie. Les individus doivent avoir le matériel de base pour stocker et cuisiner, ainsi que du temps. Il s’agit également de disposer du savoir-faire pour préparer un repas. Si ces trois éléments — signification, matériel et compétences — ne sont pas réunis, la pratique ne prendra pas et ne se développera pas. Également, les pratiques alimentaires sont à appréhender dans un ensemble interdépendant de pratiques. On peut changer une pratique particulière (se mettre à cuisiner des produits frais), changer des pratiques liées (faire les courses à pied plutôt qu’en voiture) ou bien changer les modalités d’exécution d’une pratique (réduire les endroits où l’on peut manger mais qui ne sont pas véritablement appropriés comme une salle de classe ou une bibliothèque). Ainsi, une politique fondée sur les pratiques sociales doit aussi envisager simultanément un ensemble de pratiques liées à la préparation du repas à la maison (faire les courses, faire la vaisselle, gérer les déchets, etc.).

Vers une gestion stratégique des pratiques sociales

65Les villes bénéficient d’un positionnement idéal pour engager une « gestion stratégique des pratiques » (Cohen et Ilieva, 2015) : stimuler de nouvelles pratiques, en rétablir d’anciennes ou modifier la nature des pratiques existantes. Elles peuvent instaurer des politiques et des programmes qui promeuvent des nouvelles significations aux pratiques, changent les dispositifs matériels et infrastructurels avec lesquels les pratiques sont réalisées et modifient les compétences ou en diffusent de nouvelles. Les villes disposent de nombreux leviers pour transformer les pratiques alimentaires (Cohen et Ilieva, 2015 ; Cohen et Ilieva, à paraître).

66En tant que centres de communication et réseaux sociaux denses, les villes peuvent encourager la diffusion de nouvelles significations. La gestion du système scolaire public offre un point d’entrée stratégique pour modeler les pratiques des plus jeunes. Les services d’urbanisme ou de commerce peuvent agir sur la matérialité des pratiques en agissant sur la localisation des points de vente de produits frais ou en autorisant la culture sur les toits et les fermes urbaines. En instaurant des standards nutritionnels ou en établissant des régulations sur les graisses saturées, les sodas ou le sel, les services de santé publique agissent également sur les dispositifs matériels des pratiques alimentaires. Les villes peuvent également donner de la visibilité et encourager des pratiques non conventionnelles mais saines d’un point de vue alimentaire.

67Les éléments de la pratique eux-mêmes peuvent stimuler ou remettre en cause les systèmes de pratique. Par exemple, servir des fruits difformes dans les cantines publiques permet de les rendre culturellement acceptables et ainsi de modifier les habitudes d’achat et de réduire le gaspillage alimentaire. En relançant les cours de cuisine à l’école, on peut modifier les compétences culinaires, stimuler la pratique de la cuisine et éventuellement augmenter les achats d’aliments frais. Les décideurs doivent donc être attentifs aux pratiques ayant un important impact sur la santé et l’environnement. Mais, ils doivent également être à l’écoute des signaux faibles et des petits changements n’ayant pas la capacité immédiate de transformer les systèmes sociotechniques enracinés. Ceux-ci peuvent, au fil du temps, transformer un ensemble de pratiques, se stabiliser et devenir une norme source de changements plus profonds.

68De plus, les pratiques alimentaires sont liées à d’autres systèmes sociotechniques comme la gestion de l’eau ou de la mobilité. Considérer le système alimentaire urbain comme un système de pratiques sociales permet d’agir sur plusieurs systèmes sociotechniques à la fois (Cohen et Ilieva, 2015). Ainsi, cela crée une opportunité de travailler de manière intersectorielle. L’approche par les pratiques impose des innovations organisationnelles, comme la création d’équipes interservices ou de groupes de travail multi-acteurs pour travailler sur un système alimentaire urbain plus durable. Elle suggère également de repenser les objectifs des plans d’urbanisme. Il ne s’agit pas seulement de raisonner en termes d’usage des terres, d’activité économique ou d’infrastructures. Les pratiques amènent à réfléchir à la reproduction ou à la reconfiguration des pratiques quotidiennes qui influent sur le développement urbain. Cela génère de nouvelles attentes vis-à-vis de l’aménagement urbain : une réorientation vers les éléments qui modèlent les pratiques sociales ; la formulation de politiques pour traiter un ensemble de pratiques, cela permettant de sortir des silos administratifs conventionnels ; l’éloignement des modèles qui pensent pouvoir prédire les changements comportementaux à partir d’interventions ciblées sur la sensibilisation et l’information des individus.

69Les approches s’inscrivant dans la veine de la théorie des pratiques présentée ici ont l’avantage de ne pas limiter l’attention aux déterminants économiques, sociologiques ou démographiques des individus comme le font souvent les enquêtes sur la consommation. Elles étudient aussi l’environnement matériel, économique et social dans lequel s’opèrent les pratiques des individus (Shove et al., 2012 ; Dubuisson-Quellier et Plessz, 2013). Or, porter plus d’attention à l’environnement des pratiques pour comprendre les comportements ouvre de nouvelles perspectives pour les politiques qui visent à agir sur les comportements. Celles-ci sont appelées à jouer un rôle sur le changement de l’environnement plus que sur la sensibilisation du consommateur.

70Ces approches permettent de renouveler les regards sur les outils d’intervention dont disposent les gouvernements locaux urbains pour agir sur l’alimentation et sa durabilité. Les questions de gestion urbaine permettent d’appréhender l’alimentation comme un outil pour atteindre de façon coordonnée des objectifs sectoriels divers portés par les gouvernements locaux urbains en termes de santé, bien-être, écologie, économie, équité sociale, etc. Les approches par les pratiques offrent un nouveau cadre de réflexion pour une meilleure compréhension des déterminants de la durabilité de l’alimentation urbaine et pour l’identification de leviers d’action efficaces pour les décideurs publics. Elles ouvrent ainsi de nouvelles perspectives de dialogue entre chercheurs et décideurs publics.

Le développement durable appliqué aux enjeux urbains et à l’alimentation

71Une dernière approche peut être mentionnée pour appréhender la complexité de l’alimentation et formuler des politiques adéquates, celle du développement durable, appliquée aux enjeux urbains et à l’alimentation. Le développement durable est un moteur pour revisiter les modes de fonctionnement des sociétés. Dans le cadre d’un projet mené entre 2007 et 2014 et financé par l’UN Global Compact Cities Program en partenariat avec Metropolis et d’autres organisations internationales, Paul James et ses collègues ont développé un modèle innovant du développement durable appliqué aux problèmes urbains et plus récemment aux questions alimentaires urbaines. L’approche par les cercles de vie sociale vise à accompagner des villes, quartiers, communautés dans un processus de planification durable. Elle propose une posture d’appréhension globale en combinant des indicateurs qualitatifs et quantitatifs de la durabilité et en s’appuyant sur une variété d’acteurs, porteurs d’expertises complémentaires. Cette méthode a notamment été appliquée à Johannesburg, Melbourne, Delhi, São Paulo et Téhéran.

Vers une compréhension globale des systèmes alimentaires par les cercles de vie sociale

Paul James

  • 13 « If it was meself that was going to Letterfrack, faith, I wouldn’t start from here » (Th (...)

72Une plaisanterie irlandaise donne un point de vue instructif sur la manière dont on peut concevoir un bon point de départ et des orientations durables. L’histoire est celle d’un voyageur désorienté dans la campagne irlandaise qui demande son chemin à un habitant. Celui-ci commence à donner des indications détaillées d’orientation pour s’interrompre à chaque fois en hésitant, concluant finalement que si c’était lui qui devait aller à Letterfrack, il ne commencerait certainement pas par là13. Pour traiter des politiques alimentaires durables en milieu urbain, nous suggérons le même principe, c’est-à-dire de ne pas aborder le sujet par les questions qui nous concernent le plus directement : les aliments, l’urbain, la durabilité ou l’élaboration des politiques. En se fondant sur les sphères d’intérêt immédiat qui sont propres aux spécialistes et professionnels, ceux-ci tendent à conclure que leur domaine particulier est le point de départ le plus important, à l’exclusion de toute autre possibilité.

73Par où commencer le complexe processus de systématisation des thèmes liés aux politiques alimentaires durables en milieu urbain ? Le point de départ habituel consiste à appréhender l’alimentation comme une chaîne d’activité ou de valeur économique. Mais, ce point de départ est restrictif par rapport aux questions de durabilité urbaine, de pouvoir politique ou de signification culturelle.

À la recherche d’une approche globale

74Une approche alternative, celle des cercles de vie sociale, prend comme point de départ la condition humaine, au sein de laquelle l’alimentation s’intègre. Ainsi, comment pouvons-nous commencer à décrire cette condition de façon globale tout en identifiant des domaines et sous-domaines de politiques alimentaires ? Surtout, comment pouvons-nous le faire sans être accaparés par le point de départ habituel qu’est l’économie ?

  • 14 On parle de « Triple bottom line », traduit en français par Triple résultat. Il s’agit (...)

75C’est ce qu’ont commencé à faire des analystes du système alimentaire. Par exemple, le travail de Geoff Tansey et Tony Worsley (1995) utilise un modèle fondé sur trois domaines. Leur approche aborde le domaine biologique, c’est-à-dire les processus du vivant utilisés pour produire des aliments ; puis l’économique et le politique, soit le pouvoir exercé sur le système alimentaire ; et enfin le social et le culturel, soit les relations personnelles, les valeurs communautaires et les traditions culturelles qui influencent la manière dont les gens utilisent les aliments (ibid. : 4). Cette approche généraliste est bien meilleure que celle du Triple résultat14, soit des trois sphères du développement durable, couramment utilisée (figure 4.5).

Figure 4.5. Deux représentations de l’approche du Triple résultat.

Figure 4.5.             Deux représentations de l’approche du Triple résultat.

76L’approche du Triple résultat considère l’économie comme le domaine principal. L’environnement est une externalité dont le coût est chiffré d’un point de vue comptable par rapport au domaine économique. Le domaine social regroupe tous les éléments qui n’entrent pas dans les deux autres catégories : les droits de l’homme, le droit foncier, l’identité culturelle, le genre, etc. Ainsi, l’approche des analystes du système alimentaire rend mieux compte de la complexité sociale. Elle considère l’économie sans en faire le point de départ de toutes les analyses. Toutefois, quand on examine le point de départ du travail de Tansey et Worsley, on se rend compte que la complexité du parcours n’a pas été complétement cernée. Comme pour le chemin à prendre pour Letterfrack, les orientations prises pour développer un modèle positif de durabilité alimentaire peuvent rapidement se compliquer. Si l’un de leurs domaines est le biologique, où positionnent-ils les éléments non vivants et non biologiques cruciaux dans le fonctionnement du système alimentaire (comme les engrais non organiques ou les plans cadastraux) ? Si leur second domaine est l’économique et le politique, cela signifie-t-il que toutes les questions économiques sont seulement ou essentiellement des questions de pouvoir ? Lorsque nous essayons de comprendre ce qu’implique l’ensemencement d’un sol hersé par un paysan des Andes, nous devons séparer, ne fût-ce qu’à des fins politiques et analytiques, les questions de pouvoir — qui contrôle les droits légaux sur la reproduction de ces semences, par exemple, — des questions économiques — quelle forme de production agricole encadre l’ensemencement ? Et si leur troisième domaine est le culturel, où peut-on analyser la culture du capitalisme, le fétichisme de la marchandise et les idéologies de la croissance ? Ce sont aussi des questions culturelles, mais aucune ne commence avec les relations personnelles ni les traditions culturelles. En somme, leurs domaines n’offrent pas un niveau adéquat de généralité et de cohérence analytique.

  • 15 Pour davantage d’informations sur des projets connexes, consulter aussi : www.Circleso (...)

77Ceci souligne l’importance du choix du cadre méthodologique lorsque l’on se lance dans ce type d’étude. Pour les cercles de vie sociale, les cercles de durabilité et les cercles de l’alimentation, nous avons travaillé avec des douzaines d’experts et de représentants locaux dans le monde entier et mis en place un long processus de dialogue (James et al., 2015)15. Nous avons cherché à identifier les domaines qui pouvaient permettre de comprendre à la fois la vie d’un paysan traditionnel respectant la coutume dans les Andes et celle d’un parisien négociant des contrats agricoles à terme. Quatre domaines ont d’abord été définis : économique, écologique, politique et culturel. Tous ces domaines sont traités comme des domaines sociaux qui ne peuvent être séparés que sur le plan analytique, le social étant toujours englobé par le naturel et se fondant sur celui-ci (figure 4.6).

Figure 4.6. Cercles de vie sociale compris en fonction de quatre domaines.

Figure 4.6.             Cercles de vie sociale compris en fonction de quatre domaines.

Définition des domaines sociaux

78L’écologique est défini comme un domaine social qui privilégie les pratiques, discours et expressions matérielles qui interviennent à l’intersection des sphères sociale et naturelle. Nous reconnaissons la distinction établie entre ces deux sphères dans les conceptions traditionnelles (cosmologiques) et modernes (scientifiques), la sphère naturelle étant le « contexte » de la sphère sociale. Mais, nous enrichissons ces deux sphères de l’engagement humain avec et dans la nature. Cela signifie que le domaine écologique s’intéresse aux questions d’interconnexion entre le social et le naturel, y compris l’impact de l’homme sur l’environnement et sa place au sein de cet environnement. Les aliments proviennent de la nature, mais dès lors qu’ils sont cultivés, récoltés ou consommés, ils ne sont plus seulement naturels.

79L’économique est défini comme un domaine social qui privilégie les pratiques, discours et expressions matérielles liés à la production, à l’utilisation et à la gestion des ressources. Ici le concept de ressources est employé au sens le plus large du terme, y compris dans les situations où les ressources ne sont ni instrumentalisées ni réduites à un moyen de parvenir à d’autres fins. Cela nous permet par exemple de comparer diverses formes de production et de consommation d’aliments. Bien que ce ne soit qu’au début de la période moderne que le domaine de l’économie fut distingué de l’ensemble de la vie sociale, nommé et pratiqué délibérément en tant que domaine séparé, cette définition permet son utilisation dans un vaste éventail de lieux et de périodes.

80Le politique est défini comme un domaine social qui privilégie les pratiques et significations liées aux questions fondamentales du pouvoir social, en ce qui a trait à l’organisation, l’autorisation, la légitimation et la réglementation d’une vie sociale vécue en commun. Ce domaine dépasse ainsi le sens classique attribué au politique pour inclure les relations sociales en général. Il transcende le clivage moderne public/privé. Le concept associé déterminant est « une vie sociale vécue en commun » puisque de nombreuses questions de politique influencent directement la viabilité de la vie sociale en général et de l’alimentation en particulier. La pratique de consommation d’un bien alimentaire relève du politique et donc du pouvoir.

81Le culturel est défini comme un domaine social qui privilégie les pratiques, discours et expressions matérielles qui, sur la durée, expriment les continuités et discontinuités du sens social d’une vie vécue en commun. La culture peut être définie trivialement par la formule suivante : « comment et pourquoi nous faisons les choses ici ». Le « comment » se réfère à notre pratique matérielle ; le « pourquoi » met l’accent sur le sens ; le « nous » évoque la spécificité d’une vie vécue en commun ; et « ici » précise la particularité spatiale, et implicitement temporelle, de la culture. Le concept de la culture trouve son origine dans l’agriculture et la culture des sols, et il s’y ajoute le sens subsidiaire « d’honorer avec vénération » du mot cultura, qui au xvie siècle était lié à la compréhension de la croissance et du développement humain (Williams, 1976). Tout cela a une incidence évidente sur la durabilité de l’alimentation.

82Pour chacun de ces domaines, sept sous-domaines sont définis afin de fournir des outils d’appréciation, de suivi et d’évaluation. L’approche vise donc la durabilité et la résilience en combinant des indicateurs qualitatifs et quantitatifs. Elle fournit un cadre conceptuel pour étudier les problèmes auxquels sont confrontés les collectifs et peut s’appliquer à des contextes différents, de quartiers, de villes ou de régions.

Cercles de l’alimentation en pratique

  • 16 Projet mené par Kathy McConnel et Nick Rose.

83La méthode est actuellement en cours de développement par l’Australian Food Alliance, avec pour objectif de travailler avec des municipalités sur leurs systèmes alimentaires16. Au cours des 18 derniers mois, nous avons œuvré collectivement à développer un processus de définition d’un profil alimentaire.

84La première étape de ce processus a été l’élaboration d’une charte alimentaire fondée sur les quatre domaines. Les principes de cette charte peuvent être consultés sur internet : http://www.circlesoffood.org/​principles.

85En lien avec ces principes, la seconde étape a porté sur l’élaboration d’une série de questions pour chacun des quatre domaines, de leurs sept sous-domaines et de sept aspects pour chacun de ces sous-domaines. Ceci donne un total de 196 questions sur la durabilité alimentaire.

86Si l’on prend l’exemple du domaine de l’écologique, le premier sous-domaine est « matières premières et énergie » (figure 4.6). Voici les questions qui ont été formulées pour les sept aspects de ce sous-domaine du système alimentaire :

    • 17 La « région immédiate » signifie ici la zone en question et son arrière-pays. Les « r (...)

    Disponibilité et abondance : à quel point l’utilisation des ressources employées pour produire des aliments est-elle durable dans la région immédiate ?17

  1. Sol et fertilité : dans quelle mesure les zones de terres arables de la région immédiate sont-elles adaptées à la culture de produits alimentaires variés ?

    • 18 La « région étendue » signifie à moins de trois heures de route.

    Minéraux et métaux : à quel point l’utilisation de métaux ouvrés, comme l’acier et l’aluminium, est-elle durable dans le système alimentaire de la région étendue ?18

    • 19 À moins qu’il ne soit qualifié par l’adjectif « local », le concept de « système alim (...)

    Électricité et gaz : l’électricité utilisée dans les divers stades du système alimentaire est-elle produite par des moyens acceptables sur le plan écologique et/ou renouvelables ?19

  2. Pétrole et biocarburants : le système alimentaire local est-il très dépendant des combustibles fossiles ?

  3. Énergies renouvelables et matières recyclables : le système alimentaire local utilise-t-il des matériaux recyclables ?

  4. Suivi et réflexion : le suivi local de l’utilisation des ressources se traduit-il par la mise en œuvre de stratégies positives pertinentes pour le système alimentaire local ?

87Le questionnaire est centré sur le présent et les limites de prévision sont les 30 prochaines années, soit une génération, selon la définition du développement durable des Nations unies. Il s’agit donc d’envisager un développement qui réponde aux besoins actuels sans compromettre ceux de la prochaine génération.

88Les séries de questions sont reliées à des indicateurs et une échelle de qualité de neuf échelons a été définie. Critique se situe à l’extrémité négative du spectre et reflète un aspect du système alimentaire nécessitant un changement critique ou urgent maintenant pour garantir le maintien d’une viabilité de base sur les 30 prochaines années. Prospère se situe à l’extrémité positive du spectre et reflète un aspect du système alimentaire qui œuvre actuellement à reproduire des conditions sociales et environnementales prospères permettant un épanouissement positif et à long terme de la prochaine génération et au-delà. Basique, situé au milieu de l’échelle, renvoie à une qualité qui, à un niveau de pression égal sur tous les autres plans, permet un équilibre de base répondant aux besoins de la prochaine génération pour la période à venir.

89Nous suggérons que, idéalement, chaque évaluation devrait comprendre trois à dix personnes de la zone urbaine concernée, spécialistes de domaines différents et complémentaires. En 2015, nous avons effectué trois profils alimentaires de municipalités : Yarra Ranges avec plus de 100 personnes impliquées, y compris des membres de la société civile, Whittlesea avec dix experts et Ararat avec environ 25 personnes représentant des organisations régionales. Dans chaque cas, en examinant les quatre domaines sociaux, nous avons amorcé le processus d’évaluation du profil par des séances de discussion sur les problèmes cruciaux auxquels la municipalité est confrontée. Nous avons demandé que chaque groupe note les raisons pour lesquelles il donnait certains scores par rapport à ces problèmes cruciaux.

90Des politiques alimentaires sont actuellement en cours d’élaboration à partir de ces travaux, dans chacune de ces municipalités. L’avenir de ce projet dépendra de la manière dont la méthode fonctionne en pratique et contribue à mettre en place un système alimentaire prospère, à la fois dans les lieux où elle est appliquée et au-delà.

Conclusion

91Cette présentation de diverses approches cherchant à appréhender la complexité de la question alimentaire urbaine durable, souligne l’enjeu d’une approche intégrée. La complexité du sujet impose de penser et pratiquer une combinaison d’approches. Une vision systémique et cyclique de l’alimentation permet de considérer à la fois les activités, les flux et les jeux d’acteurs, et donc de comprendre le système et d’appréhender les dynamiques qui l’animent. Ainsi, la notion de système alimentaire, acceptée et utilisée par les communautés scientifiques et les acteurs du système alimentaire lui-même, aide à construire une vision partagée de la complexité de la durabilité alimentaire urbaine.

92L’approche territoriale à l’échelle d’une région urbaine présente l’avantage de constituer un cadre d’analyse et de pratique. Elle constitue une occasion de faciliter les échanges entre science et politique, et dégage donc de nouvelles perspectives dans le dialogue chercheurs-décideurs. Elle permet également d’articuler les approches de la durabilité alimentaire et celles de la durabilité urbaine, et donc de maximiser l’attention à une variété de déterminants et de leviers.

93Certaines des approches théoriques présentées dans ce chapitre ont déjà trouvé des applications pratiques par le développement d’outils d’accompagnement des acteurs locaux ou d’outils de mesure et de diagnostic. Dans la littérature grise, de nombreux plans d’action ou documents de stratégies alimentaires sont structurés selon le cadre des systèmes alimentaires représenté par la chaîne d’activités (production, transformation, distribution, consommation, gestion des déchets). Ils intègrent parfois en plus des secteurs comme la santé ou la culture. Pour accompagner l’émergence d’une politique alimentaire urbaine, l’application pratique commence par un diagnostic de la situation, généralement à partir de l’analyse des activités économiques et sociales (Carey, 2011 ; Conley et al., 2011). Des combinaisons d’outils d’analyse différents sont mobilisées selon les visions des parties prenantes et le contexte local (diagnostic territorial à partir de l’analyse de flux ou de cycle de vie ou encore par des méthodes qualitatives, cartographie des déserts alimentaires, calcul des food miles ou de l’empreinte écologique, etc.).

94Cependant, les processus de construction de politique alimentaire urbaine s’inscrivent dans des pas de temps plus ou moins longs et peuvent prendre des formes diverses. L’histoire locale et les calendriers politiques sont des éléments essentiels qui en conditionnent l’émergence (chapitres 2 et 3). Certaines politiques sont affichées et identifiées à l’échelle internationale tandis que d’autres sont plus discrètes. En effet, les villes agissent déjà sur le système alimentaire au travers des instruments qu’elles mobilisent pour gérer le foncier, la restauration scolaire, le secteur social, les activités économiques, la collecte et l’élimination des déchets, etc. Parfois elles ont une action ciblée, comme sur les populations précaires, qui les amène ensuite à s’interroger sur une question alimentaire plus large. D’autres fois, les villes organisent un axe transversal pour coordonner les actions sectorielles touchant à des problématiques alimentaires.

95Cette diversité de processus interroge sur les cadres conceptuels permettant d’analyser et d’aider à la construction des politiques alimentaires urbaines dans toutes leurs formes et temporalités. Les approches présentées dans ce chapitre nous informent sur deux niveaux de compréhension de cette question : celle du système alimentaire et de sa durabilité, et celle de l’action publique urbaine. Ces deux niveaux s’inscrivant dans des cadres plus larges de compréhension du développement durable. La combinaison de ces approches peut engager la formulation d’un cadre d’observation et d’action, à la croisée des enjeux de durabilité des systèmes alimentaires urbains et des leviers mobilisables par les gouvernements locaux urbains (chapitre 5).

Bibliographie

Références

Allen P.M., Sanglier M., 1978. Dynamic models of urban growth. Journal of Social and Biological Structures, 1(3) : 265-280.

APA, 2007. Policy guide on community and regional food planning. American Planning Association.

Aragrande M., Argenti O., 2001. Studying Food Supply and Distribution Systems to Cities in Developing Countries and Countries in Transition. Methodological and Operational Guide. Food into Cities Collection, DT/36-01E, Rome, FAO.

Argenti O., 1999a. Urban Food Security and Food Marketing. A Challenge to Cities and Local Authorities. Food into Cities Collection, DT/40-99E, Rome, FAO.

Argenti O. (Éd.), 1999b. Food into Cities: Selected Papers. FAO Agricultural Services Bulletin, 132, Rome, FAO.

Armendáriz V., Armenia S., Atzori A., 2015a. SD Updates of FAO Methodological Guide to manage Food Supply and Distribution Systems (FSDS). Proceedings of the 33rd International System Dynamics Conference, Cambridge, Massachusetts, USA.

Armendáriz V., Armenia S., Atzori A., Romano A., 2015b. Analyzing Food Supply and Distribution Systems using complex systems methodologies. Proceedings 9th Igls-Forum on System Dynamics and In novation in Food Networks, Innsbruck, Austria.

Armendáriz V., Armenia S., Atzori A., 2015c. Understanding Food Supply and Distribution Systems (FSDS). First Mediterranean Conference on Food Supply and Distribution Systems, Rome, Italy.

Balbo M., Visser C., Argenti O., 2000. Food Supply and Distribution to Cities in Developing Countries. A Guide for Urban Planners and Managers. Food into Cities Collection, DT/44-00E, Rome, FAO.

Barles S., 2009. Urban metabolism of Paris and its region. Journal of Industrial Ecology, 13(6) : 898-913.

Barles S., 2010. Society, energy and materials: the contribution of urban metabolism studies to sustainable urban development issues. Journal of Environmental Planning and Management, 53(4) : 439-455.

Barles S., 2014. L’écologie territoriale et les enjeux de la dématérialisation des sociétés : l’apport de l’analyse des flux de matières. Développement durable et territoires, 5(1) : 1-19.

Batty M., 2008. Cities as complex systems: scaling, interactions, networks, dynamics and urban morphologies.

Baum F., Fisher M., 2014. Why behavioural health promotion endures despite its failure to reduce health inequities. Sociology of Health and Illness, 36(2) : 213-225.

Beatley T., 2010. Biophilic cities: Integrating nature into urban design and planning. Island Press, 208 p.

Beske P., Land A., Seuring S., 2014. Sustainable supply chain management practices and dynamic capabilities in the food industry: A critical analysis of the literature. International Journal of Production Economics, 152 : 131-143.

Born B., Purcell M., 2006. Avoiding the local trap scale and food systems in planning research. Journal of Planning Education and Research, 26(2) : 195-207.

Boserup E., Makhoul N., Munn R.E., Srinivasan T.N., Robinson J.A., Rocha C., 1983. Population and technological change: A study of long-term trends. International Journal of Health Services, 13(1) : 15-31.

Brand C., 2015. Alimentation et métropolisation : problématique vitale oubliée. Thèse de doctorat, spécialité de géographie, Université Grenoble Alpes, 656 p.

Brenner N., 2014. Urban governance – at what scale? LSE Cities, London School of Economics, UK.

Canning P., Charles A., Huang S., Polenske K.R., Waters A., 2010. Energy Use in the U.S. Food System. ERR-94, U.S. Dept. of Agri., Econ. Res. Serv., March 2010.

Carey J., 2011. Who feeds Bristol ? Toward a resilient food plan.

Cloutier J.F., 2013. Systèmes adaptatifs complexes – Historiques, propriétés et méthodes d’influences. In : Tuteur intelligent pour systèmes adaptatifs complexes. Mémoire non publié.

Cohen N., 2014. Urban Food Systems Strategies. In : The Elgar Companion to Sustainable Cities: Strategies, Methods and Outlook. Blanco H., Mazmanian D. (Eds.), Edward Elgar Publishers.

Cohen N., Ilieva R.T., 2015. Transitioning the food system: A strategic practice management approach for cities. Environmental Innovation and Societal Transitions : 1-19.

Cohen N., Ilieva R., à paraître. Fooding the City: Everyday Food Practices and the Transition to Sustainability. In : Finding Space for Productive Cities: Proceedings of the Sixth AESOP Conference on Sustainable Food Planning. Cambridge, Cambridge Scholars Publishing.

Cohn S., 2014. From health behaviours to health practices: An introduction. Sociology of Health and Illness, 36(2) : 157-162.

Conley B., Falk J., Hawes T., Jung Y.H., Kim G.H., Maggiotto Jr.T., Takahashi N., Wright T., 2011. Room at the table, Food system assessment of the Erie County. University of Buffalo Department of Urban and Regional Planning, Buffalo, NY. Prepared for the Erie County Department of Environment and Planning and the American Farmland Trust, 172 p.

Cordell D., Drangert J. O., White S., 2009. The story of phosphorus: global food security and food for thought. Global environmental change, 19(2) : 292-305.

Cummis S., Macintyre S., 2002. A systematic study of an urban foodscape: the price and availability of food in Greater Glasgow, Urban Studies, 39(11) : 1704s-1709s.

Debuisson M., 2014. Les modes d’interaction pour une dynamique territoriale soutenable : un apport à l’écologie territoriale. Cas des systèmes d’approvisionnement alimentaire et énergétique. Thèse de doctorat, université de Technologie de Troyes, spécialité Développement durable, 497 p.

Delormier T., Frohlich K.L., Potvin L., 2009. Food and eating as social practice – Understanding eating patterns as social phenomena and implications for public health. Sociology of Health and Illness, 31(2) : 215-228.

Dhérissard G., Viel D., 2007. À problème complexe, solutions complexes. Économie et Humanisme, (380) : 9-12.

Donovan J., Larsen K., McWhinnie J., 2011. Food-sensitive planning and urban design: A conceptual framework for achieving a sustainable and healthy food system. Melbourne, Report commissioned by the National Heart Foundation of Australia (Victorian Division).

Dubuisson-Quellier S., Plessz M., 2013. La théorie des pratiques. Quels apports pour l’étude sociologique de la consommation ? Sociologie, 2013/14(4) : 451-469.

Duchemin É. (Éd.), 2013. Agriculture urbaine : aménager et nourrir la ville. Montréal, VertigO, 394 p.

Duchemin É., Wegmuller F., Legault A.M., 2010. Agriculture urbaine : un outil multidimensionnel pour le développement des quartiers. VertigO, 10(2).

Ehrlich P.R., Holdren J.P., 1971. Impact of population growth.

Emelianoff C., 2007. La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe. L’Information géographique, 3(71) : 48-65.

Ericksen P.J., 2008. Conceptualizing food systems for global environmental change research. Global Environmental Change, 18(1) : 234-245.

Esnouf C., Russel M., Bricas N., 2011. Pour une alimentation durable, Réflexion stratégique duALIne. Quæ, 286 p.

FAO, 2000a. Food for the Cities, Food supply and distribution policies to reduce Food insecurity: A briefing guide for Mayors, City Executives and Urban Planners in Developing Countries and Countries in Transition. Food into Cities Collection, DT/43-00E, Rome, FAO.

Feagan R., 2007. The place of food: Mapping out the « local » in local food systems. Progress in Human Geography, 31(1) : 23-42.

Feenstra G., 1997. Local food systems and sustainable development. American Journal of Alternative Agriculture, 12(1) : 28-37.

Forrester J.W., 1970. Urban dynamics. IMR: Industrial Management Review (pre-1986), 11(3) : 67.

Freudenberg N., Franzosa E., Chisholm J., Libman K., 2015. New Approaches for Moving Upstream: How State and Local Health Departments Can Transform Practice to Reduce Health Inequalities. Health Education & Behavior, 42(1 Suppl.) : 46S-56S.

Ghaffarzadegan N., Lyneis J., Richardson G.P., 2011. How small system dynamics models can help the public policy process. System Dynamics Review, 27(1) : 22-44.

Giampietro M., Mayumi K., Sorman A.H., 2013. Energy analysis for a sustainable future: multi-scale integrated analysis of societal and ecosystem metabolism. Routledge.

Giddens A., 1984 The Constitution of Society: Outline of the Theory of Structuration. Oxford, Polity Press.

Godfray H.C.J., Beddington J.R., Crute I.R., Haddad L., Lawrence D., Muir J.F., Pretty J., Robinson S., Thomas S.M., Toulmin C., 2010. Food security: the challenge of feeding 9 billion people. Science, 327(5967) : 812-818.

Halkier B., Jensen I., 2011. Methodological challenges in using practice theory in consumption research. Examples from a study on handling nutritional contestations of food consumption. Journal of Consumer Culture, 11(1) : 101-23.

Hanjra M.A., Qureshi M.E., 2010. Global water crisis and future food security in an era of climate change. Food Policy, 35(5) : 365-377.

Hendrickson M.K., Heffernan W.D., 2002. Opening spaces through relocalization: Locating potential resistance in the weaknesses of the global food system. Sociologia Ruralis, 42(4) : 347-369.

James P., Magee L., Scerri A., Steger M., 2015. Urban Sustainability in Theory and Practice: Circles of Sustainability. Routledge, London.

Jennings S., Cottee J., Curtis T., Miller S., 2015. Food in an urbanised world, The Role of City Region Food Systems in Resilience and Sustainable Development. 92 p.

IPES-Food, 2015. The new science of sustainable food systems. Report 01.

Kastner T., Rivas M.J.I., Koch W., Nonhebel S., 2012. Global changes in diets and the consequences for land requirements for food. Proceedings of the National Academy of Sciences, 109(18) : 6868-6872.

Kneafsey M., 2010. The region in food-important or irrelevant? Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, 3(2) : 177-190.

Lahlou S., 2005. Peut-on changer les comportements alimentaires ? Cahiers de nutrition et de diététique, 40(2) : 91-96.

McLaren L., 2007. Socioeconomic status and obesity. Epidemiologic reviews, 29(1) : 29-48.

Meadows D.H., 2008. Thinking in systems: A primer. Chelsea Green Publishing.

Moragues A., Morgan K., Moschitz H., Neimane I., Nilsson H., Pinto M., Rohracher H., Ruiz R., Thuswald M., Tisenkopfs T., Halliday J., 2013. Urban Food Strategies: the rough guide to sustainable food systems. Document developed in the framework of the FP7 project Foodlinks (GA No. 265287), 26 p.

Morgan K., 2009. Feeding the City: The Challenge of Urban Food Planning. International Planning Studies, 14(4) : 341-348.

Morgan K., 2014. Nourishing the city: The rise of the urban food question in the Global North. Urban Studies : 1-16.

Morgan K., Sonnino R., 2010. The urban foodscape: world cities and the new food equation. Cambridge Journal of Regions Economy and Society, 3 : 209-225.

Parfitt J., Barthel M., Macnaughton S., 2010. Food waste within food supply chains: quantification and potential for change to 2050. Philosophical Transactions of the Royal Society of London B, Biological Sciences, 365(1554) : 3065-3081.

Pimentel D., Pimentel M.H. (Éds.), 2007. Food, energy, and society. CRC press.

Popkin B.M., 2001. The nutrition transition and obesity in the developing world. The Journal of nutrition, 131(3) : 871S-873S.

Pothukuchi K., 2004. Community food assessment a first step in planning for community food security. Journal of Planning Education and Research, 23(4) : 356-377.

Pothukuchi K., Kaufman J.L., 1999. Placing the food system on the urban agenda : The role of municipal institutions in food systems planning. Agriculture and Human Values, 16(2) : 213-224.

Pothukuchi K., Kaufman J.L., 2000. The food system : A stranger to the planning field. Journal of the American Planning Association, 66(2) : 113-124.

Pumain D., Swerts E., Cottineau C., Vacchiani-Marcuzzo C., Ignazzi A., Bretagnolle A., Baffi S., 2015. Multilevel comparison of large urban systems.

Raja S., Yin L., Roemmich J., Ma C., Epstein L., Yadav P., Ticoalu A.B., 2010. Food Environment, Built Environment and Women’s BMI: Evidence from Erie County, New York. Journal of Planning Education and Research, 29(4) : 444-460.

Ranhagen U., Groth K., 2012. The SymbioCity Approach, A Conceptual framework for sustainable urban development. 156 p.

Rastoin J.L., 2015. Systèmes alimentaires territorialisés en France. Journal Resolis, 4.

Rastoin J.L., Ghersi, G., 2010. Le système alimentaire mondial. Concepts et méthodes, analyses et dynamiques. Versailles, Quæ, 584 p.

Seyfang G., Haxeltine A., Hargreaves T., Longhurst N., 2010. Energy and communities in transition – towards a new research agenda on agency and civil society in sustainability transitions. University of East Anglia, Centre for Social and Economic Research on the Global Environment (CSERGE), Working Paper EDM F, 10, 13.

Shove E., 2010. Beyond the ABC: climate change policy and theories of social change. Environment and Planning A, 42(6) : 1273-1285.

Shove E., Pantzar M., Watson M., 2012. The dynamics of social practice: Everyday life and how it changes. London, Sage.

Sonnino R., 2009. Feeding the City: Towards a New Research and Planning Agenda. International planning studies, 14(4): 425-435.

Sterman J., 2012. Sustaining Sustainability: Creating a Systems Science in a Fragmented Academy and Polarized World. In : Sustainability Science: The Emerging Paradigm and the Urban Environment. Weinstein M., Turner R.E. (Éds), Springer : 21-58.

Stø E., Throne-Holst H., Strandbakken P. et al., 2008. Review : a multi-dimensional approach to the study of consumption in modern societies and the potential for radical sustainable changes. In : System Innovation for Sustainability 1 : Perspectives on Radical Changes to Sustainable Consumption and Production. Tukker A., Charter M., Vezzoli C., Stø E., Munch Andersen M. (Éds), Greenleaf Publishing in association with GSE Research : 233-254.

Story M., Kaphingst K.M., Robinson-O’Brien R., Glanz K., 2008. Creating healthy food and eating environments: policy and environmental approaches. Annual Review of Public Health, 29 : 253-272.

Tansey G., Worsley T., 1995. The Food System: A Guide. Earthscan, Abingdon.

The Hibbert Journal, 1924. A Quarterly Review of Religion, Theology, and Philosophy. 22.

Todd J.E., Mancino L., Biing-Hwan Lin, 2010. The Impact of Food Away From Home on Adult Diet Quality, ERR-90, U.S. Department of Agriculture, Economic Research Service.

UNDP, 1999. Human Development Report. Oxford University Press.

Verzone C., 2012. The food urbanism Initiative. In : Sustainable food planning. Evolving theory and practice. Viljoen A., Wiskerke J.S.C. (Éds.), Wageningen : Wageningen Academic Publishers, 598 p. : 517-531.

Viljoen A., Bohn K., Howe J. (Éds), 2005. Continuous productive urban landscapes. Designing Urban Agriculture for Sustainable Cities. Architectural Press, 304 p.

Viljoen A., Wiskerke J.S., 2012. Sustainable food planning : evolving theory and practice. Wageningen Academic Publishers, Wageningen, NLD, 608 p.

Von Braun J. (Éd.), 1995. Employment for poverty reduction and food security. International Food Policy Research Institute.

Waibel H., Schmidt E., 2000. Feeding Asian cities: food production and processing issues. FAO regional seminar Feeding Asian Cities, Bangkok.

Warde A., 2005. Consumption and Theories of Practice. Journal of Consumer Culture, 5(2) : 131-153.

Warde A., 2014. After taste: Culture, consumption and theories of practice. Journal of Consumer Culture, 14(3) : 279-303.

Watson M., 2012. How theories of practice can inform transition to a decarbonised transport system. Journal of Transport Geography, 488-496. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0966692312000889.

Williams R., 1976. Keywords: A Vocabulary of Culture and Society. Fontana and Croom Helm, Glasgow.

Wiskerke J.S.C., 2009. On places lost and places regained: reflections on the alternative food geography and sustainable regional development. International Planning Studies, 14(4) : 369-387.

World Bank, 1999. Entering the 21st Century. World Development Report. Oxford University, Press, 300 p.

Zezza A., Tasciotti L., 2010. Urban agriculture, poverty, and food security: Empirical evidence from a sample of developing countries. Food policy, 35(4) : 265-273.

Zock A., 2004. A critical review of the use of systems dynamics for organizational consultation projects. Deustche Lufthansa AG, Future European operations.

Notes

8 Les auteurs souhaitent remercier l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO/AGS — Rome, Italie) pour les précieuses informations fournies, les connaissances préalables sur le cadre d’analyse des systèmes d’approvisionnement et de distribution alimentaires (SADA) de la FAO, et l’aide appréciable apportée à l’élaboration du cadre révisé de la dynamique des systèmes (DS).

9 Le City Region Food System est défini comme « the complex network of actors, processes and relationships to do with food production, processing, marketing and consumption that exist in a given geographical region that includes a more or less concentrated urban centre and its surrounding peri urban and rural hinterland ; a regional landscape across which flows of people, goods and ecosystem services are managed » (Jennings et al., 2015).

10 Le système alimentaire territorialisé est défini comme : « un ensemble cohérent de filières agroalimentaires localisées dans un espace géographique de dimension régionale. Cette notion met l’accent sur une maximisation de l’intégration locale des filières, par opposition aux filières longues de la mondialisation agroalimentaire » (Rastoin, 2015). En relais de l’Organisation internationale représentant les Régions (ORU), l’Association des Régions de France publie à Rennes, dans le cadre de l’Année internationale de l’agriculture familiale, le 4 juillet 2014, une Déclaration sur les systèmes alimentaires territorialisés (SAT). Intitulée « Vers des systèmes alimentaires territorialisés », cette déclaration est le support d’un positionnement de l’association en faveur d’une mise en valeur des initiatives d’ancrage du système agricole et alimentaire et de leur défense auprès des politiques publiques locales, nationales et internationales.

11 La new food equation s’articule autour de l’augmentation brutale du prix des denrées alimentaires en 2007-2008 qui a fait émerger à nouveau les questions de la sécurité alimentaire dans sa composante quantitative, du changement climatique, du conflit autour des terres nourricières qui s’engage à l’échelle mondiale et enfin du processus d’urbanisation (Morgan, 2009 ; Morgan et Sonnino, 2010).

12 Dans la figure 4.4, nous avons gardé les différentes thématiques liées au traitement du fait alimentaire telles que présentées dans le schéma de Johannes S.C. Wiskerke (2009), car elles semblent plus claires que dans le rapport du programme de recherche FoodLinks de Ana Moragues et al. (2013). Nous avons gardé la catégorisation des acteurs effectuée dans ce rapport car elle nous paraît plus précise que celle de Wiskerke (2009). Nous n’avons pas retenu la catégorisation et la caractérisation des relations entre ces acteurs effectuées par Wiskerke car celles-ci nous semblent trop restrictives des types de relations qui s’instaurent et qui peuvent s’instaurer entre ces acteurs autour du fait alimentaire (limité dans l’article à l’approvisionnement en restauration collective, aux circuits alimentaires alternatifs et aux stratégies alimentaires urbaines). D’autre part, dans la catégorie de relations « stratégies alimentaires urbaines », son schéma indique une relation entre l’autorité publique et la société civile. Hors, nous considérons que ces stratégies incluent également des acteurs économiques appartenant à sa sphère d’acteurs « market ».

13 « If it was meself that was going to Letterfrack, faith, I wouldn’t start from here » (The Hibbert Journal, 1924 : 417).

14 On parle de « Triple bottom line », traduit en français par Triple résultat. Il s’agit de la transposition du concept de développement durable au secteur des entreprises.

15 Pour davantage d’informations sur des projets connexes, consulter aussi : www.CirclesofSustainability.org et www.CirclesofFood.org.

16 Projet mené par Kathy McConnel et Nick Rose.

17 La « région immédiate » signifie ici la zone en question et son arrière-pays. Les « ressources matérielles » incluent toutes les ressources, de l’eau, la nourriture et l’énergie, au béton et à l’acier.

18 La « région étendue » signifie à moins de trois heures de route.

19 À moins qu’il ne soit qualifié par l’adjectif « local », le concept de « système alimentaire » se réfère à l’ensemble du système dont dépend la zone locale, du local au mondial.

Table des illustrations

Titre Figure 4.1. Aperçu du processus de modélisation de la DS (source : Zock, 2004, adapté de Richardson et Pugh, 1981).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/30592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Figure 4.2. Modèle d’élaboration de cadres pour les SADA.
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/30592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 4.3. Urban Food Planning : entre durabilité, système alimentaire et système urbain (source : Brand, 2015).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/30592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 4.4. La gouvernance alimentaire décrite et envisagée par l’Urban Food Planning (source : Brand, 2015, d’après Wiskerke, 2009 : 376 et Moragues et al., 2013 : 6).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/30592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Figure 4.5. Deux représentations de l’approche du Triple résultat.
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/30592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 4.6. Cercles de vie sociale compris en fonction de quatre domaines.
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/30592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteurs

Montpellier SupAgro, chaire Unesco Alimentations du monde, Montpellier.

Julie Debru est ingénieur agronome, chargée de mission au sein de la chaire Unesco Alimentations du monde. Elle a coordonné le programme Surfood.

Sapienza Università di Roma, Dipartimento di Ingegneria Informatica, Automatica e Gestionale « Antonio Ruberti », Roma, Italia, and SYstem Dynamics Italian Chapter.

Sapienza Università di Roma, Dipartimento di Ingegneria Informatica, Automatica e Gestionale « Antonio Ruberti », Roma, Italia, and SYstem Dynamics Italian Chapter.

Università degli Studi di Sassari, Department of Agriculture, Sassari, Italia, and SYstem Dynamics Italian Chapter.

City University of New York, School of Public Health and Urban Food Policy Institute, New York City, USA.

Western Sydney University, Institute for Culture and Society, Sydney, Australia.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search