Version classiqueVersion mobile

Féminin-masculin

 | 
Hélène Guétat-Bernard

Genre et nouveaux modes de consommation

La volonté organisatrice de jeunes mères citadines au foyer, la genèse du Teikei au Japon

Hiroko Amemiya

Texte intégral

1Le système Teikei voit le jour dans les années soixante-dix, à la suite de grands incidents sanitaires et environnementaux qui marquent le contexte général de l’agriculture japonaise de l’après-guerre. C’était l’époque d’une « forte croissance économique » au cours de laquelle le Japon accélérait sa modernisation en s’inspirant du modèle américain. Confrontées à de nombreuses pollutions et intoxications alimentaires graves, des femmes au foyer citadines se réunirent pour organiser l’achat collectif d’aliments sains. Certains de ces arrangements d’achat collectif non formels se sont transformés en ce qui sera reconnu comme un groupe de Teikei.

2Après avoir comparé le processus d’émergence du système Teikei avec celui des Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) en France, ce chapitre le resitue dans l’évolution du rôle et de la place des femmes comme consommatrices au Japon. Il présente ensuite l’histoire d’un groupe de pionnières de la vente directe de produits fermiers biologiques au Japon, à l’origine du Teikei, avant de dégager, pour terminer, quelques éléments de synthèse de cette histoire et de sa mise en perspective.

Constitution du système de Teikei

3Quand il est question de systèmes de vente directe mis en pratique par les initiatives de citoyens, on pense en France aux Amap, aux États-Unis aux CSA (Community Supported Agriculture, littéralement « agriculture soutenue par la communauté »), au Japon il s’agit du système de Teikei. Le Teikei et les Amap relient les producteurs ruraux aux consommateurs citadins par un engagement durable et équitable d’achat qui apporte une aide à de petits producteurs, principalement installés en maraîchage biologique. Dans ce système, les produits issus d’une agriculture saine sont appréciés pour leur valeur intrinsèque et les maraîchers biologiques peuvent écouler leurs produits au prix « juste » sans subir de disqualification par la grande distribution qui traite leurs produits comme une simple marchandise. La viabilité de petits producteurs était un enjeu primordial au démarrage et au maintien de ces systèmes.

4Pour les Amap, la voix de la résistance de petits paysans contre la marchandisation de produits agricoles et contre l’économie de marché a été entendue par des citoyens qui sont aussi des consommateurs sensibles à une certaine qualité sanitaire des produits et aux problèmes socioenvironnementaux. Cela a fait naître en France un système solidaire de vente directe de produits agricoles, inspiré d’une technique observée aux États-Unis (CSA) par le couple Vuillon. Maraîchers à Ollioules, ces agriculteurs, membres de la Confédération paysanne, furent initiateurs du système « Amap » en 2001.

  • 119 La Japan Agricultural Cooperative (JA) est une union nationale des producteurs qui facilite (...)

5Au Japon en revanche, le système de vente directe de type Teikei a été une innovation sociale originale, fruit du développement de diverses initiatives spontanées de citoyens. Les petits exploitants vivaient difficilement dans les années soixante-dix, mais l’agriculture biologique n’était pas encore connue au Japon. Seule existait la méthode dite « naturelle », sans intrants chimiques, pratiquée par la secte religieuse « Sauveur du monde (sekai kyûsei-kyo) ». La plupart des paysans suivaient la direction de la JA119, qui jouait le rôle de diffuseur local de la politique agricole de l’État, dont le premier objectif était la modernisation de l’agriculture à l’instar du modèle américain. La modernisation du milieu agricole se faisait par l’introduction de pesticides et de désherbants chimiques ainsi que par l’emploi de machines. En dépit de nombreuses victimes d’intoxications dues à l’usage intensif des intrants chimiques, la vitesse de la modernisation de l’agriculture ne ralentissait pas.

  • 120 Traduit en japonais en 1964 sous le titre de Sei to shi no myôyaku (« Un bon médicament pou (...)
  • 121 Le roman a été publié dans le journal « Asahi » entre octobre 1974 et juin 1975.

6La protestation face à la modernisation acharnée est venue de la part de jeunes mères citadines qui étaient sensibles à de nombreux avertissements. Rachel Carson a décrit dans Silent Spring (« Printemps silencieux »)120, l’arrivée du printemps sans chants d’oiseaux dans la nature à cause de l’usage excessif de pesticides et de désherbants. La romancière Sawako Ariyoshia a dénoncé à son tour dans son roman fukugô osen (« La pollution multiple »), parue en feuilleton dans un grand quotidien121, l’usage de conservateurs et de colorants dans la nourriture. Elle a également dénoncé la pollution environnementale due à un usage excessif d’intrants chimiques qui affecterait encore plus la santé par l’accumulation d’éléments toxiques. Ce roman a eu un grand écho au Japon. Angoissées et perdues, les jeunes mères citadines qui avaient des enfants en bas âge ont cherché des pistes pour s’assurer l’accès à des produits sains. La plupart des groupes pionniers ont ainsi été formés à l’initiative de jeunes mères citadines réunies pour défendre leurs enfants contre les intoxications alimentaires et la pollution environnementale.

7C’est cette effervescence sociale qui permettra à Teruo Ichiraku, père fondateur de l’association de l’agriculture biologique du Japon, de conceptualiser le système « Teikei ». Pour comprendre la genèse du Teikei, il faut donc partir des expériences vécues par de jeunes mères citadines et par leurs producteurs partenaires qui ont démarré la vente directe de produits sains.

Formation des mouvements de femmes consommatrices

8Dans les grandes villes, pendant que les hommes passaient de plus en plus de temps dans les entreprises et les administrations, les femmes devaient rester à la maison pour s’occuper seules des enfants et du ménage. La société patriarcale des années soixante-dix ne laissait que peu de place aux femmes et il était considéré comme « normal » que les jeunes employées quittent leur emploi dès le mariage. La répartition des rôles entre femme et homme a été constituée de longue date et l’héritage survit aujourd’hui encore dans le choix des termes japonais pour dire « mon mari »: shujin (le maître) et pour dire « ma femme » : kanaï (celle qui est à l’intérieur de la maison). Une femme douce, maternelle et humble est le personnage habituel des films d’Ozu où elle est idéalisée.

  • 122 L’appellation abrégée de Shuhu rengô-kai, fondée en 1948.
  • 123 L’appellation abrégée de Zenkoku chiiki fujin-dantai renraku kyôgikai, fondée en 1952.

9Les Japonaises de l’époque vivaient dans la contrainte entre l’image traditionnelle de la femme et l’envie de s’épanouir autrement. Néanmoins, les femmes au foyer se sont mobilisées pour lutter contre les aliments douteux. Elles se sont regroupées dans des fédérations comme celle de Shuhuren122 (Fédération des femmes au foyer) ou de Chihuren123 (Fédération nationale interrégionale des groupes de femmes) pour réagir ensemble. Elles dénonçaient les indications mensongères des étiquettes sur les aliments, protestaient contre les abus de certaines industries agroalimentaires tout en boycottant leurs produits.

  • 124 Le comité pour la formation de l’Association nationale des consommateurs a été mis en place (...)

10Dès le milieu des années soixante, le mouvement des consommateurs est devenu plus actif grâce à Seikatsu gakkô (« l’école de la vie quotidienne ») et Fujin gakkyû (« les classes de femmes »), ouvertes aux femmes au foyer. Cela faisait partie de l’éducation sociale assurée par les autorités locales, dont l’objectif était la démocratisation de l’éducation. Il fallait relever le niveau de culture générale des femmes au foyer pour qu’elles puissent contribuer à la modernisation de leurs communautés. Les jeunes mères, responsables de la vie des leurs, devaient se doter de connaissances sur les aliments, l’environnement et le fonctionnement de la société qui les encadrait. Elles ont ainsi bénéficié de formations financées par l’État sur les thèmes de la vie quotidienne. Les cours leur apportaient des informations pratiques pour devenir des « consommatrices instruites »124 et leur offraient le plaisir d’échanger avec d’autres femmes au foyer isolées.

  • 125 Voir Tsuchi to kenkô, N°244, 1992.

11Ces formations ont servi d’incubateurs pour la formation des groupes qui allaient se lancer dans la vente directe. Shokuseikatsu kenkyukai (Association d’étude sur la vie alimentaire), fondée en 1971 dans la ville de Fujisawa, Kyoto tsukaisutejidai o kangaerukai (Association pour réfléchir sur les déchets non recyclés à Kyoto), fondée en 1973 à Kyoto et Shokuhinkôgai o tsuihôshi anzenna tabemono o motomerukai (Association pour réclamer des aliments sains et éliminer la pollution alimentaire), fondée à Kôbe en 1974 sont des exemples de ces engagements de jeunes mères citadines préoccupées de la sécurité des aliments125.

  • 126 Voir www.seikatsuclub.coop
  • 127 Chiffre donné sur leur site en 2010.

12Parmi les aliments, le lait attirait davantage l’attention des jeunes mères, étant donné qu’il était promu par les Américains comme un aliment favorisant une bonne croissance des enfants. Or il existe peu d’élevage au Japon et les gens ignoraient la différence de qualité entre le lait frais et le lait industriel. Quelques groupes de jeunes mères se sont alors formés en vue de l’achat collectif de lait frais. Le Seikatsu kurabu (Club de la vie quotidienne)126, une coopérative de consommateurs a ainsi démarré en juin 1965 à Tokyo avec environ 200 mères réunies pour acheter ensemble du lait frais. Devenu aujourd’hui Seikatsu kurabu rengô (Union des coopératives de Seikatsu kurabu), elle comporte 310 000 membres dans l’ensemble du pays127 et organise la vente directe inter-coopératives. Anzenna mono o tsukutte taberukai (Association pour produire et consommer des aliments sains), groupe pionnier du mouvement de Teikei dont l’histoire sera abordée plus loin, est née au sein de groupes de jeunes mères qui participaient également à un groupement d’achat de lait frais.

  • 128 La loi relative à l’association à but non lucratif n’existait pas encore (elle date de (...)
  • 129 Anzenna shokuhin o kyôdôkônyûsuru kai (l’Association pour le groupement d’achat des aliment (...)

13La variété des produits à acheter a augmenté au fur et à mesure, nécessitant la recherche de producteurs. La vente directe a ainsi commencé par un accord, en principe direct, entre producteurs et consommateurs, pour un petit nombre de produits dont la qualité semblait convenable. D’un côté, des producteurs s’arrangeaient entre eux pour la production et la livraison et, de l’autre, des consommateurs s’organisaient entre eux pour la répartition des produits, les comptes et la diffusion des informations. La vente directe a commencé d’une façon libre, sans contrat128. L’objectif de l’action n’étant pas la recherche de bénéfices, la gestion du réseau pouvait rester souple. Chaque groupe s’organisait selon un engagement tacite. L’accord moral suffisait puisque cela donnait l’impression de renforcer les liens de confiance. Du côté des consommateurs, le nombre de participants pouvait atteindre parfois plus de mille personnes, mais la taille des groupes ne leur causait pas de problèmes puisqu’il y avait suffisamment de produits à distribuer. Il fallait juste multiplier le nombre de posuto (lieux de dépôt des produits) ou de han (équipe de base de distribution). La réussite et la longévité d’un groupe de ce type dépendait avant tout de la personnalité des leaders. Presque tous les groupes pionniers de Teikei étaient dirigés par des femmes motivées et dévouées. Elles assumaient souvent seules ou avec un petit noyau de personnes la responsabilité de leur fonctionnement, sans ménager leur temps. Certes leur départ a souvent signifié l’arrêt du groupe129.

Histoire d’un groupe de pionnières de la vente directe de produits fermiers biologiques

  • 130 Le nom de l’association était Yûkinôgyô kenkyûkai (Association de recherches sur l’ (...)
  • 131 Texte des objectifs de la fondation de l’Ajrab, rédigé et présenté par Ichiraku en octobre (...)

14Anzenna tabemono o tsukutte taberukai (Association pour produire et consommer des aliments sains) est un bon exemple pour voir au plus près comment un groupe de vente directe s’est constitué et fonctionne. Cette association a été fondée en 1973 dans la banlieue Ouest de Tokyo. Elle a une histoire riche et mouvementée et ses expériences ont été l’une des sources de Teruo Ichiraku pour rédiger, en 1978, les « Dix principes de Teikei ». Ce dernier, qui a longtemps travaillé dans l’Institut de recherche sur les coopératives, a finalement fondé, en octobre 1971, l’Association japonaise de recherches sur l’agriculture biologique (Ajrab)130 regroupant des chercheurs en agronomie, des médecins, des responsables de coopératives agricoles et des consommateurs en vue de « définir l’agriculture telle qu’elle devrait être et s’investir pour son établissement »131. L’Ajrab a servi à relier les consommateurs et les agriculteurs qui pratiquaient une agriculture saine.

Première rencontre entre jeunes mères citadines et paysans du village de Miyoshi

15Tout a commencé le 3 octobre 1973, un beau jour d’automne après la récolte du riz. Vingt-cinq jeunes mères d’une trentaine d’années habitant dans la banlieue Ouest de Tokyo sont parties vers un petit village agricole situé tout au sud de la presqu’île de Bôsô qu’elles ont atteint après quatre heures de voyage. C’était un groupe de jeunes mères soucieuses de la santé de leur famille face à la pollution et aux nombreux accidents sanitaires. Elles ne savaient plus que choisir comme aliments, surtout pour leurs enfants. Elles s’étaient connues préalablement en achetant collectivement du lait de la région de Hokkaidô qui leur était livré directement. La vente directe du lait était organisée par Yoneo Okada, ex-professeur de lycée qui s’était lancé dans l’élevage. Il avait une vision grandiose de la transformation de la société par l’organisation d’un réseau national des jiei nôjô (fermes d’autosuffisance), géré par les consommateurs. Okada tenait alors une série de réunions d’étude sur la qualité des aliments organisées par le Centre des consommateurs de la ville de Tokyo en rassemblant les jeunes mères conscientes des problèmes. C’est Okada qui a préparé le voyage de ces jeunes mères au village de Miyoshi, afin de solliciter les paysans pour obtenir des aliments sains. Iyo Toya qui a participé à cette expédition, se rappelle combien elles étaient motivées et studieuses. Une fois arrivées à la salle de réunion du village où se trouvait une cinquantaine de paysans, elles expliquèrent de leur mieux leurs souhaits : « Nous cherchons de vrais aliments pour défendre notre vie. Nous vous prions de pratiquer le maraîchage sans intrants chimiques. En ville, nous vivons au beau milieu de la pollution. Nous voulons des aliments sains, quelle que soit leur apparence. Nous vous compenserons en cas de pertes imputables à la culture sans intrants chimiques. Nous vous prions d’élever les poules dans les basse-cours comme dans le passé pour qu’elles pondent des œufs fécondés. » Les jeunes mères développaient inlassablement leurs arguments pour une agriculture saine sans avoir eu la moindre réflexion sur la vie quotidienne des paysans de Miyoshi. La plupart des paysans, bousculés tout d’un coup par de jeunes mères citadines, réagirent négativement et avec stupeur ; ils ne croyaient pas du tout à une agriculture sans aucun recours à des intrants chimiques prêchée par ces citadines (Anzenna tabemono o tukutte taberukai, 2005). Cependant, quelques-uns, se mirent en mouvement.

Derrière la scène de la rencontre : une préparation à la japonaise

16En fait, cette première réunion avait été préméditée et préparée par Okada depuis longtemps. Au Japon, lorsqu’arrive le jour d’une réunion, c’est en fait l’occasion de confirmer une décision qui a été discutée et préparée longtemps à l’avance. Okada avait choisi le village de Miyoshi parce qu’il y connaissait Wada, producteur d’agrumes qui utilisait des engrais préparés à partir de déchets et sans produits chimiques. Grâce à Wada, il avait pu rencontrer des paysans pour expliquer le projet de la vente directe. Okada avait ainsi réussi à avoir le préaccord de quatre paysans de Miyoshi avant la première réunion.

17Suzuki, un des quatre paysans initiateurs a expliqué la raison de sa participation : « Il était difficile de vivre de l’agriculture avec une parcelle d’à peine un hectare comme chez nous. J’aurais voulu que mon fils me succède dans ce métier et puisse en vivre, mais la plupart des fermiers de Miyoshi étaient obligés d’avoir un travail supplémentaire pour compléter leur revenu. La proposition des consommateurs de Tokyo m’a donné un petit espoir de pouvoir vivre uniquement de l’agriculture. » Les quatre paysans prenant l’initiative de s’engager ont formé une association Miyoshimura anzenshokuryô seisan gurûpu no kai (Association de producteurs du village de Miyoshi pour les aliments sains) avec 17 producteurs le 20 octobre 1973.

18Les statuts rédigés par les producteurs affichent qu’ils pratiquent une agriculture saine sans intrants chimiques et la vente directe de leurs produits aux consommateurs. Bien qu’inquiets, les producteurs participants ont mis dans ce projet leur espoir de survie en tant qu’agriculteurs. La vente directe collective a été perçue par les producteurs pionniers comme une aventure risquée mais tentante (Anzenna tabemono o tukutte taberukai, op. cit.) parce qu’elle semblait plus avantageuse que la vente sur le marché, où les prix appliqués menaçaient la survie de petits producteurs. Leurs attentes étaient plus grandes que l’inquiétude provoquée par la perspective d’une conversion à l’agriculture biologique.

Mise en place du réseau de distribution

19Dès leur retour de Miyoshi, les consommatrices citadines ont préparé un appel pour recruter des membres consommateurs pour former l’Anzenna tabemono o tsukutte taberukai (Association pour produire et consommer des aliments sains). L’appel signale le partenariat avec des producteurs qui se lancent dans la méthode naturelle et affirme les soutiens moral et financier aux producteurs engagés en cas d’aléa. Avec 111 participants, l’association a vu le jour le 20 février 1974. Entre les producteurs de Miyoshi et les consommateurs de la région de Tokyo ont été décidés trois principes : (i) le prix serait fixé par les producteurs, (ii) les consommateurs acceptaient la totalité des produits récoltés, (iii) en cas d’aléa, les pertes seraient compensées par les consommateurs.

20Ces principes, qui semblaient très favorables aux producteurs, étaient nécessaires pour les encourager à s’engager dans ce projet. La vente directe du groupe de Miyoshi commença ainsi en tâtonnant avec de jeunes mères citadines qui ne connaissaient pas la vie des paysans et des petits producteurs qui ne connaissaient pas l’agriculture sans intrants chimiques. Malgré l’aide de Tuyuki, formateur en agriculture naturelle et membre fondateur de l’Ajrab (voir plus haut), ils confondaient agriculture naturelle et agriculture sauvage, dans laquelle on n’intervenait pas. La plupart des producteurs du groupe n’ont pas réussi à avoir des résultats satisfaisants pendant des mois. Il a fallu trois ans pour pouvoir fournir soixante variétés de produits (Anzenna tabemono o tukutte taberukai, op. cit., p. 93).

21Les consommateurs s’organisaient entre eux pour faciliter la distribution des produits. Suivant leur localité de résidence, les membres se sont répartis en plusieurs groupes qui représentaient chacun un posuto (lieu de dépôt) et une fois les produits arrivés, c’était aux membres de chaque posuto d’assurer la répartition entre eux. La livraison jusqu’aux dépôts était à la charge des producteurs qui formaient des groupes de deux personnes pour faire la tournée. Les paysans de Miyoshi qui vivaient à la campagne n’avaient pas eu jusqu’alors l’occasion de prendre l’autoroute avec leur camionnette jusqu’à Tokyo ni de rouler dans les ruelles du centre-ville. Ils se sont entraînés dans les sentiers entre les champs, mais, le jour de la livraison, quelques-uns ont eu du mal à entrer sur l’autoroute. Au début, il y a eu quelques accidents. La tournée durait plus de douze heures et il fallait traverser la capitale pour atteindre la zone où habitaient les membres consommateurs située à l’ouest. Malgré beaucoup d’angoisse et de frayeur, ils n’ont pas abandonné le volant, car ils éprouvaient de la joie grâce à leur action : le plaisir d’échanges directs avec des consommatrices qui les attendaient à chaque lieu de dépôt avec un thé et un sourire (Anzenna tabemono o tukutte taberukai, op. cit., p. 116).

Gestion de l’association des consommateurs

  • 132 C’est le diminutif que les membres de l’Anzenna tabemono o tukutte taberukai (Association (...)
  • 133 L’acceptation de la totalité de produits ne se fait plus depuis quelques années, le nombr (...)

22Un des points forts de « taberukai »132 est sa forme d’organisation démocratique. Les membres, principalement des femmes au foyer, ont dû définir toutes les bases de fonctionnement en constituant une organisation démocratique dirigée par un conseil d’administration qui comportait de nombreuses commissions et des services qui se chargeaient chacun d’un point précis. Les paysans de Miyoshi se sont engagés dans l’agriculture sans intrants chimiques à laquelle ils ne croyaient pas vraiment. Les jeunes mères citadines se sont lancées dans une expérience aventureuse, poussées par la volonté de défendre la santé de leurs enfants. Elles ne s’attendaient pas à crouler sous des bottes de komatsuna (sorte d’épinard) livrées à raison d’une quinzaine de bottes par personne par semaine pendant presque deux mois, ni à se retrouver plusieurs semaines sans aucune livraison. Mais elles étaient persévérantes. Malgré de nombreux obstacles, elles n’ont jamais voulu lâcher ces liens directs avec les producteurs ni renoncer à leur engagement d’accepter la totalité de la production133.

23Chaque fois que le groupe rencontrait une difficulté, elles tentaient de la surmonter. Ces mères ont ainsi élaboré les éléments fondamentaux du système en fonction des expériences et de la pratique. Par exemple, face à la surabondance périodique des mêmes produits, elles ont organisé une réunion d’étude pour apprendre à mieux conserver des légumes. En même temps, elles ont demandé aux producteurs d’essayer de gérer, de planifier ensemble leur production, en leur indiquant quelle était, pour elles, la quantité maximale acceptable d’un même légume par semaine. C’était une manière conviviale de trouver un arrangement avec eux et d’encourager les producteurs à cultiver des légumes variés et rares. Le système a été conçu en vue d’établir une structure participative qui incite tout le monde à intervenir et à contribuer.

24À la fin 1975, à la suite de la parution du roman feuilleton, Fukugô osen (« La pollution multiple ») de Sawako Ariyoshi, le nombre des consommateurs participants a atteint 1 200 et celui des producteurs, 41. Le groupe a pris rapidement une dimension importante. L’ordinateur personnel n’était pas encore entré en usage et les nouvelles des producteurs ou les informations à transmettre étaient écrites à la main, puis polycopiées. Le groupe a gardé une ambiance de grande famille et la gestion du système est restée artisanale, tout en dépendant du bénévolat des participants. Les membres du comité d’administration allaient rencontrer les producteurs partenaires une fois par mois au village de Miyoshi pour échanger avec eux. Et, en 1975, grâce à la participation aux frais de la part de tous les membres, une minna no ie (maison pour tous), une maison préfabriquée permettant d’accueillir jusqu’à 30 personnes, a été construite à Miyoshi pour que des consommateurs puissent y séjourner lors de la haute saison agricole et donner un coup de main aux producteurs.

Situation actuelle du groupe (enquête de février 2010)

25Aujourd’hui, le système de livraison n’a pas beaucoup changé. Ce groupe pionnier fonctionne toujours avec le même esprit de Teikei entre des producteurs du village de Miyoshi et des consommateurs citadins dans la région Ouest de Tokyo. Wada, un des producteurs présents depuis l’origine fait toujours partie du groupe avec son numéro « 1 ». Les producteurs sont en effet numérotés de 1 à 59 à partir des plus anciens. Pour quelques producteurs, le relais d’une génération à l’autre a déjà été fait. Côté consommateurs, le nombre de participants tourne autour de 800 depuis quelques années alors qu’il a atteint à son plus haut niveau le chiffre de 1 372 personnes en 1985 (Anzenna tabemono o tukutte taberukai, op. cit., p. 177). Toya ainsi que de nombreuses femmes pionnières continuent d’être abonnées et attendent l’arrivée de la camionnette toutes les semaines dans le même lieu de dépôt. Pour la plupart d’entre elles, les enfants sont partis de la maison depuis longtemps et elles vivent avec leur mari retraité ou seules. Le paysage du quartier s’est transformé depuis l’époque où elles ont commencé la vente directe. En outre, l’agriculture saine et les produits issus de l’agriculture biologique ont désormais une place reconnue dans la société, ce qui n’était pas du tout le cas lorsqu’elles ont fondé l’association. L’arrivée de la camionnette anime le lieu de dépôt où se réunissent en papotant les consommatrices membres de longue date. Parmi les cartons usagés, les caisses noircies et les têtes des membres habituées, se dégage une ambiance cosy et chaleureuse. Les producteurs échangent quelques mots gentils en prenant le thé. Une fois vérifié le nombre de cartons déchargés, ils reprennent la route pour les dépôts suivants. La fierté de ces pionnières est de maintenir le système tel qu’il est. Leurs actifs ne sont ni des fonds en capital ni des valeurs immobilières, mais les membres participants eux-mêmes.

26En effet, ce sont elles qui ont réellement forgé le système Teikei selon la pensée de Teruo Ichiraku, tout en en élaborant le fonctionnement. Ces jeunes mères des années soixante-dix, volontaires et studieuses, avaient la persévérance des mères couveuses et protectrices. Elles ont créé un système d’échange qui relie la ville à la campagne. Elles vont encore de temps en temps au village pour aider les paysans partenaires pour le désherbage et pour fêter la moisson avec eux. Grâce au partage des valeurs communes de l’esprit de Teikei, elles ont tissé avec affection un lien de partenariat qui a une valeur inestimable.

Conclusion

  • 134 Le territoire de Miyoshi était, selon la JA, de mauvaise qualité pour la culture maraîchère (...)

27Dans le Japon des années soixante-dix, l’industrialisation et la mécanisation ont été engagées par les hommes alors que les femmes s’occupaient du ménage et des enfants. La société de haute croissance ne tenait compte que des valeurs monnayables et laissait de côté l’environnement et la tradition. Les intoxications et les accidents sanitaires étaient nombreux. Sans attendre l’identification des causes par les experts, les jeunes mères se doutaient de ce qui en était la cause. L’alerte avait été donnée depuis longtemps par les médias. Les jeunes mères, exclues ou mises à l’abri de la compétition sociale, ont instinctivement capté ce qu’était la face cachée de la modernisation et elles ont réagi pour manifester leur crainte. Elles se sont mobilisées pour aller secourir les paysans, qui sont les intermédiaires entre l’homme et la nature à la condition qu’ils ne la polluent pas par des produits chimiques. Les jeunes mères citadines ont ainsi sauvé des petits producteurs du village de Miyoshi qui craignaient de ne pouvoir continuer à vivre de l’agriculture134.

28Dans les années quatre-vingts, le nombre des femmes qui ont continué à travailler après leur mariage a augmenté de façon considérable, de telle sorte qu’elles ne participèrent plus au groupe de vente directe car elles n’étaient plus disponibles dans la journée. En parallèle, les nouveaux services de distribution à domicile de cartons de légumes biologiques commencèrent à se développer. La commande par internet en fonction des besoins correspond mieux aux attentes de la nouvelle génération citadine. Cependant, les pionnières ont continué leur système à taille humaine avec des échanges directs entre producteurs et consommateurs. Leur groupe nous paraît être un précieux héritage qu’elles ont façonné ensemble. Cet « enfant », comme symbole de ce qu’elles ont fait ensemble, repose sur des valeurs différentes de celles portées par la société de consommation. Les abonnées y apportent tout leur soin. Il semble peu probable que le réseau se développe. Le cercle est clos et en paix. Il y a une cohésion interne et une stabilité des liens entre producteurs et consommateurs. Aucune vague ne semble devoir provoquer une transformation pour le moment. C’est une belle expérience présentée et vécue par les protagonistes comme la manifestation d’une « force maternelle protectrice » qui résiste à sa manière face à l’économie de marché fondée et défendue par les hommes. Les femmes qui se présentent comme des mères « couveuses » défendent leurs valeurs à l’aide de ceux qu’elles considèrent comme de « bons » paysans, protecteurs de la nature selon une répartition des rôles sociaux fondés sur des stéréotypes de genre qui prévalent encore dans la société japonaise.. Le potentiel des mouvements politiques pour le développement d’une agriculture saine n’a pas tellement de place dans ce réseau. Elles chercheront à résoudre tous les problèmes internes par leurs efforts mais il n’est pas dans leur manière de revendiquer et d’aller au front.

29Après plus de trente ans d’agriculture biologique, la terre du village de Miyoshi produit des légumes sains, de bonne qualité gustative et nutritionnelle. Mais le nombre des abonnés n’a pas augmenté. Les surplus sont maintenant vendus ailleurs. Les membres consommatrices accueillent la camionnette qui transporte les produits une fois par semaine comme il y a plus de trente ans. Elles sont là avec de vieilles caisses pour répartir les légumes de chacun. Elles maintiennent la gestion familiale comme dans le temps en prenant un cahier et un crayon pour noter la commande. Elles ne cherchent pas à moderniser le système parce que cela fait partie de leur rythme de vie. Le cercle d’échange tourne tout en étant fermé. Les jeunes mères de l’époque sont devenues des grand-mères qui n’ont avec elles ni enfants ni petits-enfants. L’association taberukai n’a plus la vitalité qui était encore la sienne il y a vingt ans et de ce fait on dit : « Le Teikei est en déclin ».

30Mais la persévérance de ces femmes qui maintiennent leur engagement depuis quarante ans transcende toute critique. L’association tourne encore avec 800 abonnés et le village de Miyoshi est connu pour la qualité de son agriculture biologique. Et surtout, au cours de ces trente-cinq années, les jeunes mères ont tissé des liens entre la ville et la campagne en allant au village pour désherber, pour échanger. Elles ont vécu une aventure humaine en nous laissant un exemple de Teikei qui perdure. Ces femmes s’appuient sur des valeurs associées à la maternité, comme la patience. Comme une mère qui attend que naisse et que se développe ce qui lui est le plus cher, ce mouvement doit être analysé tout le long de son existence.

31Face à la société de consommation qui nous offre des libertés de choix et une vie facile, qui peut nier le poids de la résistance de ces mères pionnières ?

Notes

119 La Japan Agricultural Cooperative (JA) est une union nationale des producteurs qui facilite la mise en place de la politique agricole ; elle est liée au ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche.

120 Traduit en japonais en 1964 sous le titre de Sei to shi no myôyaku (« Un bon médicament pour la vie et la mort »), puis en 1974 avec le titre de Chinmoku no haru (« Printemps silencieux »). Cette version a été beaucoup plus lue que la précédente.

121 Le roman a été publié dans le journal « Asahi » entre octobre 1974 et juin 1975.

122 L’appellation abrégée de Shuhu rengô-kai, fondée en 1948.

123 L’appellation abrégée de Zenkoku chiiki fujin-dantai renraku kyôgikai, fondée en 1952.

124 Le comité pour la formation de l’Association nationale des consommateurs a été mis en place en 1969 et l’association a été officiellement formée en 1974.

125 Voir Tsuchi to kenkô, N°244, 1992.

126 Voir www.seikatsuclub.coop

127 Chiffre donné sur leur site en 2010.

128 La loi relative à l’association à but non lucratif n’existait pas encore (elle date de 1998).

129 Anzenna shokuhin o kyôdôkônyûsuru kai (l’Association pour le groupement d’achat des aliments sains), fondée en 1976, a cessé ses activités en 1992, lorsque son leader, Tomoko Sugimoto, l’a quittée, en raison de sa maladie (Fujita, 2007).

130 Le nom de l’association était Yûkinôgyô kenkyûkai (Association de recherches sur l’agriculture biologique) lors de la fondation en 1971 et il a été transformé en Nihon yûkinôgyô kenkyûkai (Association japonaise de recherches sur l’agriculture biologique) en 1976. L’association se donne en anglais le nom de Japan Organic Agriculture Association (JOAA).

131 Texte des objectifs de la fondation de l’Ajrab, rédigé et présenté par Ichiraku en octobre 1971, lors de leur assemblée constitutive à Tokyo.

132 C’est le diminutif que les membres de l’Anzenna tabemono o tukutte taberukai (Association pour produire et consommer des aliments sains) utilisent eux-mêmes.

133 L’acceptation de la totalité de produits ne se fait plus depuis quelques années, le nombre des consommateurs ayant diminué alors que celui des producteurs a augmenté et les producteurs ayant eux-mêmes trouvé d’autres débouchés.

134 Le territoire de Miyoshi était, selon la JA, de mauvaise qualité pour la culture maraîchère. Elle avait conseillé aux producteurs de se lancer dans les agrumes, avec usage d’intrants et de traitements chimiques.

Auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search