Version classiqueVersion mobile

Sociabilités rurales à l’épreuve de la diversité sociale

 | 
Vincent Banos
, 
Jacqueline Candau

Postface

Yves Jean

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusque dans les années 1960, les sociétés rurales entretenaient une grande proximité avec leur espace proche et étaient pourvues d’une culture propre, de coutumes spécifiques, de relations de voisinage et d’une vie collective très fortement influencés par le monde paysan. Cette homogénéité des comportements variait par microrégion, selon la diversité des systèmes agraires. Être rural reposait sur l’interconnaissance : Bodson (1993) rappelle, au sujet de dix communes de Wallonie, que l’expression « On se connaît » met en avant une forme d’échange, de relation à l’autre sur le mode du défini, où l’individu est en situation particulière. Cette conception est en opposition à la ville où le mode d’échange repose sur l’anonymat, la foule. Cette interconnaissance avait deux conséquences majeures : d’une part, une positive, permettant le développement de relation...

© Éditions Quæ, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search