Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books Éditions Quæ Nature et société Sociabilités rurales à l’épreuve ...

Sociabilités rurales à l’épreuve de la diversité sociale

 | 
Vincent Banos
, 
Jacqueline Candau

Table des matières

Pierre Alphandéry

Préface

Introduction

La diversité sociale dans les campagnes françaises d’aujourd’hui : enjeux de mixité sociale et de cohabitation des usagers
Au cœur des nouvelles ruralités, des rapports différenciés à l’espace
Diversification des usages légitimes, controverses agri-environnementales
Les expériences d’altérité au prisme des sociabilités rurales de coprésence
Questionner les échanges effectifs entre coprésents

Partie 1 - Situations de coprésence en espace rural patrimonialisé

1 - Situations de sociabilité organisées

Quelques forums pour débattre de questions rurales
Des animations pour faire découvrir le territoire
Visites de fermes : faire connaître l’agriculture
Marchés nouveaux : festifs, avec producteurs et aménités mis en scène
Des marchés publics à la conquête de nouveaux espaces
Marchés à la ferme : des initiatives d’agriculteurs en réseau interindividuel
Fêtes proposées par les organisations agricoles
Hébergements à la ferme : la force des labels
Gîtes de France : une institution touristique
Bienvenue à la ferme : premier label du monde agricole
Accueil paysan : une vision alternative mais minoritaire
Conclusion

2 - Résidents, agriculteurs, visiteurs, Européens du nord

Le Périgord rural, une population vieillissante et modeste
Agriculteurs au niveau social modeste, producteurs de qualité
Clients hébergés à la ferme : des touristes de CSP supérieures et moyennes
Les visiteurs des fermes : des résidents, des estivants employés ou cadres
Conclusion

3 - Construction symbolique et matérielle d’un « paradis »

Le Périgord, d’un monde rural délaissé à l’invention d’un paradis
Le « mauvais pays »
Milieu hostile, contrée miséreuse
De mélancolie en curiosités, la nature revisitée
Avec le naturalisme social, le paysan devient un « autre »
Au pays de l’Homme (1900-1960)
Les îlots sacrés de la préhistoire
Des curiosités architecturales à « l’armoire aux joyaux »
Le paradis inventé (1960-2008)
L’extension patrimoniale au crible du patrimoine rural et de la gastronomie
Quand la « petite fabrique » des territoires orchestre l’extension patrimoniale
Les normes d’aménagement, le cas de l’accueil à la ferme
Une séparation croissante de l’espace d’accueil et la sphère domestique
De l’éloignement à la substitution des espaces de production
L’embellissement des abords de l’exploitation, une norme intériorisée ?
Une substitution, plus ou moins éphémère, des espaces de production
De la réorganisation du travail à la mutation du système de production, lorsque le décor devient silence
Conclusion

Partie 2 - Sociabilités de coprésence, épreuves d’altérité

4 - Expérimenter des normes d’échange lors des premiers contacts

Repérer les agriculteurs pour se socialiser à la vie locale
Ceux d’ici et ceux venus d’ailleurs, le récit d’une origine
Les agriculteurs : des sésames pour entrer dans la vie locale
Avoir des gages prometteurs de civilité. L’hébergement à la ferme
L’impératif relationnel entre des personnes au niveau culturel différent
Des objets (im)média(t)s du service matériel…
... aux signes prometteurs d’échanges : le mode de la civilité
Observer pour construire des repères préliminaires aux discussions. Les visiteurs de fermes
Les prises de parole des visiteurs : de la retenue à la spontanéité
Aborder un sujet controversé : l’initiative des agriculteurs
Lorsque les objets matériels servent de prises à l’échange
L’apprentissage de prises de parole ajustées : construction du cadre de l’échange
Conclusion

5 - Altérité atténuée

Soirs de marchés, soirs de fêtes : mise en scène des aménités rurales
Le marché « fermier » à Cadouin, une fête-marché pour un public consommateur
Le marchés des producteurs de pays, entre exigence de convivialité et discrète communication professionnelle
L’impératif de convivialité en chambre d’hôtes
Gastronomie et dîners à la table familiale, des vecteurs d’échange privilégiés
L’accueil à la ferme : un service entre domesticité et professionnalisme
Lorsqu’il est question du territoire et de l’activité agricole : le moment où l’asymétrie culturelle s’inverse
L’anonymat au cœur des relations de voisinage marquées par l’interconnaissance
De la visibilité aux diverses sociabilités
L’interconnaissance
La présence remarquée des anonymes
Conclusion

6 - Épreuves d’altérité

Expériences d’altérité des agriculteurs, entre échanges interpersonnels et catégorisations institutionnelles
Usages concurrents et foncier convoité
Des discours médiatiques accusateurs
L’agritourisme à la frontière de l’agriculture et du tourisme
Ce n’est pas avec les « urbains » que l’altérité est la plus éprouvante
« Ça se passe bien avec les voisins » : le capital d’autochtonie à l’œuvre, acte 1
« Là, il va falloir jouer serré, parce que ce n’est pas nos idées » : échanges ou évitement ?
Échange d’informations : le capital d’autochtonie à l’œuvre, acte 2
Différer le débat. Les visites de fermes en Périgord vert
La « vache folle » révèle des modes d’élevage peu connus
Les éleveurs du Périgord vert ouvrent un espace de discussion novateur
Prendre la parole pour quelle discussion publique ?
Conclusion

Conclusion

Se construire en « semblables différents », entre proches ou distants socialement
Entre risque d’identification fusionnelle et construction de proximité : effets ambigus du patrimoine
Rôle des controverses agricoles : une diversité sociale construite par les sociabilités et l’espace public médiatique
Yves Jean

Postface

 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search