Version classiqueVersion mobile

Savoirs locaux en situation

 | 
François Verdeaux
, 
Ingrid Hall
, 
Bernard Moizo

Résumés

Texte intégral

Chapitre 1. Le Parc de la pomme de terre, conservation in situ et valorisation des savoirs locaux au Pérou (Ingrid Hall)

1À l’échelle mondiale, mais plus particulièrement au Pérou, la protection des variétés paysannes est désormais une question cruciale. Le développement d’une industrie agrosemencière et d’un système juridique qui accorde une place prépondérante à la reconnaissance des droits de propriété privés sur les semences (Upov à l’international et loi sur les semences à un niveau national) met en péril les systèmes de semence paysans.

2Une réflexion, notamment portée par des institutions internationales ou des ONG, va dans ce sens. L’une des plus médiatiques est celle du Parc de la pomme de terre de Pisac (Cusco, Pérou), soutenue par l’ONG péruvienne ANDES, et qui met en avant le concept de « bioculturalité ». Cette proposition, qui se présente comme une alternative à une conservation purement biologique, met en avant la dimension culturelle des savoirs des paysans.

3Dans ce texte, nous nous intéressons à la façon dont ces derniers sont pris en compte en présentant une ethnographie des pratiques de conservation in situ menées dans le Parc. Nous montrons à quel point le contexte politique et juridique qui entoure la conservation et la protection des droits sur le vivant influence les pratiques de conservation, mais également la façon dont sont documentés et mobilisés les savoirs paysans.

4Biodiversité, Pérou, Andes, pomme de terre, conservation in situ, savoirs

Chapitre 2. Négocier les savoirs et les valeurs des lieux en Nouvelle-Calédonie (Pierre-Yves Le Meur et Catherine Sabinot)

5La Nouvelle-Calédonie, territoire de l’outre-mer français engagé dans un processus original de décolonisation négociée, est travaillée par la montée de la question environnementale dans un contexte marqué par l’empreinte historique et politico-économique de l’activité minière. Dans le Grand Sud de la Nouvelle-Calédonie, la rencontre des questions de développement minier et de conservation environnementale conduit à la fois à la confrontation et à la conjugaison de savoirs parfois très divergents.

6Dans ce texte, nous partons de l’ethnographie de trois événements à dimension environnementale (incendie de grande ampleur, pluies torrentielles ayant généré une action collective locale intense, négociation de dérogation pour la capture de tortues marines protégées) pour analyser les mobilisations tout comme les reconfigurations des savoirs, des normes et des valeurs qu’induisent les jeux d’acteurs constitutifs de ces événements. En d’autres termes, les transformations des savoirs, normes et valeurs portant sur l’environnement, ainsi que les discours, représentations et pratiques des acteurs sont analysés au prisme de l’événement.

7Savoirs, registre cognitif, valeur des lieux, norme, événement, Nouvelle-Calédonie, environnement, territorialisation, politique publique

Chapitre 3. La mise en spectacle des savoirs locaux, levier de l’intégration des « arrière-pays » marocains ? (Thierry Linck)

8Entendu dans une acception large qui inclut le technique et le relationnel, l’idéel et le matériel, le savoir peut être reconnu comme une ressource mobilisée dans la production de richesses comme dans celle de la société et de son rapport à la nature. Cette acception est également contingente : elle place le savoir dans ses liens avec des régimes épistémiques situés, propres à une société donnée et à un moment particulier de son histoire. Elle invite enfin à reconnaître le savoir comme une ressource construite et appropriée collectivement, selon des modalités qui pèsent sur le sens des transformations économiques et sociales comme sur les représentations de la nature.

9La globalisation des échanges marchands, la place de l’immatériel dans nos sociétés « postmodernes » ainsi que les nombreuses atteintes à l’environnement invitent à considérer le savoir local comme un enjeu majeur. C’est le cas pour la conservation de la biodiversité qui exige une connaissance fine des écosystèmes et l’adoption de trames temporelles, spatiales et sociales plus souples et plus ouvertes que celles qu’impose un marché globalisé. Mais c’est désormais également vrai pour les logiques marchandes, dès lors que le savoir local peut être doté d’une valeur d’échange propre, qu’il peut être accaparé et que son instrumentalisation permet de renforcer les démarches dissociatives, les temps courts et les valeurs utilitaristes propres au modèle agroalimentaire dominant.

10La mise en œuvre, dans le Sud marocain, d’indications géographiques calées sur un objectif de mise en spectacle de la « tradition » et de déconstruction des savoirs locaux s’inscrit pleinement dans cette seconde perspective.

11Savoir local, appropriation collective, biodiversité, agroécologie, bien commun

Chapitre 4. Le maïs natif au Mexique : partage et circulation de gènes et de connaissances (Thierry Linck et Renzo dAlessandro)

12Cette étude d’économie critique porte sur la place de la circulation dans la mise en œuvre d’une biodiversité cultivée. À Tenejapa, dans les Altos du Chiapas, les connaissances et les gènes circulent en même temps que les semences de maïs. La circulation assure donc simultanément l’entretien des patrimoines biologiques et cognitifs locaux. Elle peut être reconnue comme un dispositif collaboratif de gestion de la diversité biologique également mobilisé pour assurer le renouvellement du lien social et des territorialités qui structurent les communautés.

13À Tenejapa, la circulation se distingue radicalement de l’échange marchand. En premier lieu parce que ce qui circule et s’échange n’a pas vocation à faire l’objet d’une appropriation exclusive. Ensuite, parce que cette circulation s’insère dans des trames ajustées aux temporalités propres aux processus biologiques et aux exigences que posent la construction et la transmission des connaissances. Enfin, parce qu’elle se fonde sur une représentation de la nature qui ne coïncide pas avec les présupposés utilitaristes et la vision dissociative que portent les politiques publiques et l’échange marchand.

14L’hybridation des connaissances peut-elle fournir une réponse au défi de l’érosion de la biodiversité ? Les choix techniques et marchands qui portent la diffusion de l’agriculture conventionnelle, la portée encore limitée du débat international impulsé par le Sommet de la Terre de Rio et les rigidités du droit de la propriété intellectuelle montrent que l’hybridation doit viser moins les connaissances elles-mêmes que les régimes épistémiques et les choix de société qui les sous-tendent.

15Savoir local, appropriation collective, biodiversité, agroécologie, patrimoine immatériel

Chapitre 5. L’exercice du savoir halieutique et ses métamorphoses : Côte d’Ivoire et Mali (François Verdeaux)

16Les deux exemples de savoirs relatifs à l’activité de pêche sont situés, l’un, dans la région lagunaire de Côte d’Ivoire, l’autre, dans le delta intérieur du fleuve Niger au Mali. Ils sont pris dans la durée, des années 1930 aux années 1980. La démarche s’opère en deux temps. Une analyse synchronique et comparative de chacun des deux systèmes à une époque de référence (les années 1930) tout d’abord. La reconstitution, ensuite, des transformations de ce savoir, des pratiques qu’il informe et des contextes dans lesquels ces transformations se déroulent pour le seul cas ivoirien. L’un des principaux apports de l’analyse est de souligner l’intérêt d’établir une distinction entre « savoirs » proprement dits et « connaissances ».

17L’analyse synchronique met au jour un ensemble de savoirs a priori disparates mais se révélant constituer un tout organique. Bien qu’éloignés géographiquement et culturellement, les deux exemples relèvent, à l’analyse, d’un même « savoir halieutique ». Ce dernier combine connaissances empiriques, savoirs mystiques et rituels, et actualisation des identités territoriales et des hiérarchies statutaires. Unanimement partagé à l’instar d’une croyance, il est aussi « exercé » de façon homologue par des unités sociales et territoriales homogènes. C’est lui qui permet de penser pour l’organiser un espace halieutique commun régulant les productions particulières. Le savoir halieutique consiste à englober les connaissances empiriques sur le milieu dans une construction qui les lie organiquement aux relations sociales et à la cosmologie du groupe « pêcheur ».

18Comme le montre ensuite l’analyse des transformations historiques du seul cas ivoirien, ce savoir halieutique vise avant tout la mise en compatibilité, sans cesse renouvelée, entre un groupe culturel lui-même en mouvement et ses environnements, naturel, supranaturel et politique autour de l’activité commune. Les adaptations et reformulations qui interviennent au cours de ces quelque cinquante années sont dictées essentiellement par des circonstances d’ordre social et politique, rarement par des modifications du milieu naturel. Tout semble consommé en fin de période. Le savoir halieutique n’étant plus partagé avec les pêcheurs étrangers, autorisés à travailler dans les lagunes désormais sous statut domanial, les pratiques de pêches se concurrencent et les conflits entre catégories de pêcheurs se multiplient. L’aboutissement du processus de délitement de l’exercice de ce savoir intervient avec la tentative de l’État pour régler ces différends. Pourtant, en élaborant une réglementation des pêches désormais « rationnelle » puisque fondée sur des connaissances « scientifiques », il suscite une révolte « autochtone » récusant la légitimité de ce nouveau savoir d’autorité pour réaffirmer celui, à réinventer, des seuls riverains.

19Les enseignements de ces exemples sont multiples. Les « savoirs locaux » sont englobants, ils se différencient des connaissances naturalistes qu’ils incluent sans s’y limiter. Ils se construisent et s’adaptent en fonction des circonstances. Ils participent du rapport au monde, d’une configuration sociale donnée dans un contexte donné. Leur résonance principale, du point de vue de ceux qui les pratiquent, est au moins aussi cosmologique et sociale que naturaliste à proprement parler.

20Savoir halieutique, connaissance, fait social total, cosmologie, rituels, reproduction sociale

Chapitre 6. Nouveaux savoirs civils : cas de la « nouvelle agronomie du riz » à Madagascar (Georges Serpantié)

21La question examinée dans ce chapitre porte sur l’origine, l’itinéraire et la nature de nouveaux savoirs agroécologiques qui influencent les décisions publiques à une échelle mondiale, se réclamant de la science, de connaissances locales, ou rejetant l’un et l’autre. Ces derniers sont ici dénommés « savoirs civils » en référence à la société civile dont se réclament leurs promoteurs. En prenant l’exemple de la « nouvelle agronomie du riz », qui s’inspire d’une invention née à Madagascar, un modèle d’itinéraire technique appelé Système de riziculture intensive (SRI), l’article explore le cheminement de ce savoir-faire depuis son émergence jusqu’à sa constitution en norme du référentiel rizicole agroécologique et de la climate smart agriculture. Il examine ses rapports avec la science et les savoirs locaux. Dans ce but nous combinons deux cadres conceptuels, l’agronomie des pratiques et la sociologie des sciences.

22Cette chronique du SRI, depuis le champ d’essais initial jusqu’au référentiel international, montre comment cette solution technique doublement innovante est d’abord née d’un forum hybride local incomplet. Sans bénéficier de validation scientifique, elle a été injectée directement dans un forum de communication de politique publique et a été adoptée lors d’une fenêtre d’opportunité au niveau national par une nouvelle coalition de pouvoirs. Le processus cognitif et les processus médiatique et politique se sont mêlés, fermant la porte à d’autres acteurs du savoir, dont les plus concernés, les agronomes des organismes de recherche. Prise ensuite comme référence pour ses propriétés productives et environnementales postulées par des chercheurs internationaux engagés auprès de la société civile, cette technique alternative a servi de fondement à une communauté épistémique prenant le SRI comme cadre de recherche. Cela a porté l’innovation au niveau mondial malgré une controverse.

23L’ensemble de ce processus historique se caractérise par le poids important des agronomes et agents opérant au sein d’organisations non gouvernementales ou d’universités anglo-saxonnes reliées à leurs réseaux internationaux. Ces organisations, dépositaires d’un pouvoir d’action locale et d’une parole publique, partenaires de l’État et de banques de développement, suscitent des convictions partagées fondant une nouvelle forme de « savoirs autorisés », aux propriétés et modes de transmission particuliers que l’on pourrait donc appeler des « savoirs agronomiques civils ». Mais le caractère incomplet des forums des savoirs qui ont engendré et accompagné le SRI n’a pas permis au débat de se dérouler pleinement et d’identifier les véritables potentialités de cette invention, finalement restée, en termes d’adoption ou d’impacts, bien en deçà des promesses initiales.

24Forums hybrides, agronomie, société civile, SRI, riziculture, Madagascar, agroécologie, innovation

Chapitre 7. Générations et savoirs « perdus » en Australie. Qui, pour transmettre et quoi transmettre ? (Bernard Moizo)

25Sur la base de données ethnographiques, dont certaines collectées lors de plusieurs séjours de terrain de longue durée effectués dans le nord-ouest de l’Australie à plus de 20 ans d’écart, ce chapitre se propose de faire un état des lieux de la question de la transmission des savoirs entre générations, de leurs modifications et de leurs adaptations dans un contexte d’abandon puis de résurgence de cycles initiatiques masculins.

26Il est difficile d’aborder les sociétés aborigènes contemporaines sans évoquer les relations difficiles, complexes et souvent violentes entre Aborigènes et non Aborigènes en Australie. Les profondes transformations sociales subies et les traumatismes successifs ont considérablement modifié la vie quotidienne des Aborigènes mais aussi leur vie sociocérémonielle, et notamment les liens avec les territoires ancestraux. Ces liens sont maintenus via des cycles cérémoniels et, plus particulièrement, ceux dédiés à l’initiation masculine et féminine.

27Dans les Kimberley, après le maintien d’une séparation entre savoirs profanes, sacrés, et savoirs naturalistes, y compris durant les sédentarisations forcées ou induites sur les grandes propriétés d’élevage bovin créées par des blancs sur les terres aborigènes, on a assisté, avec l’arrivée des missionnaires puis la sédentarisation dans les villages communautaires construits par l’État, à la disparition progressive de ces savoirs et à l’abandon des cycles cérémoniels.

28Plus tard, dans un contexte de revendications identitaire et foncière, ces cycles et savoirs, transformés, adaptés et édulcorés pour certains, connurent un regain d’intérêt qui mettait surtout en avant le besoin et la nécessité impérieuse de transmettre certaines valeurs et fondements de l’identité aborigène prise entre tradition et modernité, passé douloureux et futur hypothétique.

29Australie, savoirs, rituels, revendications identitaires

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search