Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoirs locaux en situation

 | 
François Verdeaux
, 
Ingrid Hall
, 
Bernard Moizo

Chapitre 6 - Nouveaux savoirs civils : cas de la « nouvelle agronomie du riz » à Madagascar

Georges Serpantié

Texte intégral

  • 185 La CDB lance une injonction de « respect, de préservation et de maintien des connaissances, innova (...)
  • 186 Merci aux divers interlocuteurs des entretiens sur la genèse du SRI, à l’UMR Gred qui a organisé ce (...)

1En 1992, le Sommet de Rio consacre l’environnement comme dimension du développement, favorise une reconnaissance des savoirs locaux sur la nature185 et témoigne de l’émergence des organisations de la « société civile » comme pouvoir de substitution et producteur de savoirs alternatifs.186

2Dans le secteur agricole, le soutien aux savoirs locaux était déjà à l’œuvre au sein des filières « de terroir » et « biologique », visant à faire reconnaître la pertinence de pratiques et savoir-faire anciens ou locaux. Les écoles fondatrices de l’agroécologie, cherchant des alternatives à l’agronomie de la « révolution verte » aux impacts écologiques et sociaux de plus en plus dénoncés, donnaient aussi les pratiques paysannes locales (dites traditionnelles) en exemple (Altieri, 1989).

3Mais d’autres écoles agroécologiques, indépendantes de ces premiers mouvements alternatifs, sont apparues à l’époque de Rio. En se fondant sur l’innovation, donc la conception de nouveaux systèmes de culture, elles rejettent autant les savoirs institués par l’agronomie de la révolution verte que les savoirs agricoles locaux, pour leur substituer un savoir doublement innovant. Ces nouveaux savoirs alternatifs sont aujourd’hui diffusés mondialement dans le cadre d’un agenda de transition vers une climate smart agriculture à l’échelle mondiale (Withfield, 2016). C’est le cas de l’agriculture de conservation, portée par des institutions de recherche agronomique internationales, et dont nous avons analysé la genèse hybride dans le contexte du Nouveau Monde, au moins autant industrielle que scientifique et encore peu assise sur les savoirs locaux (Serpantié, 2009).

4Cependant, dans d’autres cas que celui du référentiel agroécologique fondé sur l’innovation, la relation aux sciences et aux savoirs locaux est ambiguë. On les mobilise tout en s’y opposant. C’est le cas du SRI (système de riziculture intensive), innovation du secteur associatif de Madagascar, devenue panacée internationale sans passage, au moins au départ, par l’évaluation scientifique. Sa reconnaissance au niveau international est liée notamment au fait qu’il était souvent présenté comme émanant du « local » dans un sens général, à défaut d’émaner de « savoirs ou pratiques locaux » auxquels il s’oppose et cherche à se substituer. Mais tout comme l’agriculture de conservation, le SRI peine encore à convaincre les riziculteurs malgaches (Moser et Barett, 2003 ; Jenn-Treyer et al., 2006), ce qui questionne la pertinence de ces nouveaux savoirs pourtant dédiés à l’édification des masses rurales pauvres et ambitionnant même de refonder l’agronomie (Styger et Uphoff, 2016).

5Notre position est celle d’un scientifique, agronome des pratiques, appartenant à une institution de recherche, l’IRD, partenaire du développement durable, donc engagée dans le processus de construction et d’évaluation des connaissances et références dédiées à cet objectif. Notre questionnement est parti de ce paradoxe du SRI, où un savoir innovant populaire dans le monde politique reste impopulaire dans le monde pratique. Plutôt que d’en chercher seulement la clé dans les caractéristiques du monde pratique qui seraient inadaptées à des innovations conçues pour lui, il nous a semblé prioritaire de questionner l’origine de la popularité politique de ce nouveau savoir, ce qui supposait d’acquérir un minimum d’outils.

6La question examinée dans ce chapitre porte sur l’origine, l’itinéraire et la nature des nouveaux savoirs agricoles qui, comme le SRI, fondent désormais les décisions publiques à une échelle globale, se réclamant ni complètement de la science ni complètement de savoirs locaux.

7L’étude du cas du SRI en tant que pratique agricole, et en tant que savoir circulant du local au global, nécessite deux cadres conceptuels combinés, notre discipline de base, l’agronomie des pratiques et la sociologie des sciences.

8L’agronomie des pratiques (Milleville, 1987) aborde les agricultures in situ, dans leurs différentes dimensions, humaines, techniques et écologiques, donc en interaction avec d’autres disciplines, en s’appuyant sur les concepts (l’exploitation agricole, le système de culture, l’itinéraire technique), théories (l’élaboration du rendement) et outils (le diagnostic régional) de l’agronomie générale (Sebillotte, 1974, 2006).

9La sociologie des sciences s’intéresse aux différents acteurs, registres et forums de savoirs (Verrier, 1999 ; Callon et al., 2001 ; Forsyth, 2004 ; Sumberg et al., 2012). À la base, le savoir est un capital individuel de compétences, d’expériences et d’apprentissages réussis. Mais chaque groupe social partage un « savoir commun », le constitue en héritage et en composante de son identité. Le savoir total dans une société, addition de tous les « savoirs communs », est donc hétérogène : traditionnel, spécialisé, professionnel, religieux, scientifique… Il est aussi traversé d’oppositions : profane/savant ; autodidacte/académique, informel/officiel, local/universel. En effet un acteur social bâtit son savoir en en écartant d’autres : certains sont autorisés et reconnus, d’autres rejetés, interdits ou au moins filtrés (Verrier, 1999).

  • 187 Jobert (1992) distingue les forums scientifiques (espace de débat à enjeux de savoir) des forums de (...)

10La science est un processus de construction d’un savoir à vocation universelle fondé sur des travaux de recherche menés de façon questionnable. Mais elle est elle-même diverse, fracturée entre « sciences humaines et sociales » et « sciences dures », chaque bloc divisé en disciplines et en courants, et soumise comme toute activité aux influences politiques et aux contraintes sociales et économiques. De plus la manière de produire la science évolue : après l’ancien « esprit de curiosité » des élites, la science s’est démocratisée mais est restée confinée dans des laboratoires, puis les chercheurs sont partis sur le terrain se confronter à la complexité et donc à l’incertitude, jusqu’à s’impliquer dans des travaux d’expertise (Callon et al., 2001). Le concept de « communautés épistémiques » (Adler et Haas, 1992) sert à qualifier le fonctionnement collectif de groupes d’experts reliés par une même pensée scientifique. Alliés à d’autres acteurs, ces groupes influencent la création de nouvelles politiques ou régulations, leur diffusion, ou le maintien de certaines idées sur l’agenda politique, à travers de véritables « coalitions de plaidoyer » (Sabatier, 1998). Les experts se sont alors trouvés face à la contestation au sein de certains forums et arènes187 (Jobert, 1992 ; Callon et al., 2001). L’agronomie a suivi la même trajectoire. Des expertises agronomiques datées, réductrices ou porteuses de risques suscitent ainsi la contestation des acteurs inscrits dans les agendas de la biodiversité, de la participation et de l’adaptation aux défis du changement global (Sumberg et al., 2012 ; Withfield, 2016).

  • 188 Callon et al. (2001) désignent ainsi des solutions qui n’auraient probablement jamais émergé sans c (...)

11En réaction à l’absence de réponses adéquates de la science ou des experts, aux tensions entre scientifiques, entre scientifiques et le reste de la société, ou pour d’autres raisons, une nouvelle sorte de forum ouvert, les « forums hybrides », où interagissent chercheurs de différentes disciplines, citoyens et autodidactes, tentent d’examiner faits et solutions de différents points de vue, savants et profanes (Callon et al., 2001). Ce concept remet en cause la primauté de la science et des experts qui restreignait le débat faute de prendre en compte les expériences des citoyens. Ces forums permettent de découvrir ou redécouvrir des « options oubliées »188 et de mener vers de nouveaux types de savoirs (savoirs coconstruits, savoirs hybrides ; Forsyth, 2004).

12Cette double approche du SRI nous permettra de faire apparaître certaines caractéristiques de ces nouveaux savoirs agricoles. Nous montrerons qu’ils sont issus de forums hybrides mais incomplets, qu’ils présentent un caractère complexe de « néosavoir local universalisé », qu’ils deviennent un « savoir commun » des organisations de la société civile, qu’ils tissent des rapports ambigus à la science et qu’ils ont des intérêts mais aussi des limites face aux enjeux du développement durable, comme les autres types de savoirs. Enfin ce cas nous permettra d’identifier des conditions nécessaires aux « forums hybrides » pour atteindre la démocratie technique que décrivent Callon et al. (2001).

13L’analyse reposera sur trois axes : l’examen du contexte à la fois agricole et politique de la genèse du SRI, celui de l’itinéraire du SRI (nature, acteurs, actions) depuis le champ d’essai jusqu’aux arènes internationales et, enfin, l’analyse des controverses qui ont émaillé et éventuellement infléchi son parcours.

14Une courte présentation des rizicultures malgaches, confrontées aux politiques de développement et au contexte économique et politique de l’époque étudiée, permettra dans une première partie de contextualiser le processus de construction et d’institutionnalisation de ce nouveau savoir. Ces connaissances s’appuient notamment sur nos travaux antérieurs inscrits dans l’agronomie des pratiques.

15Dans une seconde partie, nous ferons œuvre d’historien puisqu’il s’agit de reconstituer un contexte et des processus de construction et diffusion d’un nouveau savoir. La période 1983-1995, qui a vu la naissance du SRI et de son discours de justification ainsi que les prémisses d’une internationalisation, a été privilégiée. Nous avons mené pour cela une analyse exhaustive des textes produits par des observateurs et des promoteurs du SRI. Paradoxalement, l’abondante base de données SRI de l’université Cornell189 ne compte que 19 références scientifiques concernant Madagascar, pourtant berceau du SRI, dont seul le texte de Laulanié pour la période clé de 1983-1995 (pour lequel une traduction en anglais est proposée). Une recherche d’archives nous a permis de trouver une quinzaine d’autres textes sur le SRI et ses acteurs. L’analyse de tous ces textes a été complétée par des entretiens ouverts, menés auprès d’une dizaine de témoins directs et d’acteurs de la genèse du SRI avant 1995 ainsi que quelques auteurs ayant participé à son évaluation dans les années 2000, à Madagascar comme en France. Cet historique a déjà été en partie publié (Serpantié, 2013).

16En troisième partie, nous analyserons les controverses qui ont traversé le forum scientifique lors de la diffusion nationale et internationale de ce nouveau savoir, à travers leurs traces écrites.

17La dernière partie vise à synthétiser, discuter et qualifier ce processus de genèse et de circulation d’un nouveau savoir, en s’appuyant sur les outils de sociologie des sciences identifiés plus haut.

Contexte de la genèse

Pratiques et savoirs rizicoles locaux

  • 190 Dufournet et Rabemanantsoa, 1961 ; Le Bourdiec, 1974 ; Blanc-Pamard et Rakoto-Ramiarantsoa, 1993.

18Sur les hautes terres de Madagascar, la riziculture paysanne est réputée pour sa sophistication liée aux héritages asiatiques de cette civilisation insulaire. Chaque paysage local présente un ensemble diversifié mais bien défini de situations rizicoles, de pratiques et de variétés190. Cette diversité s’explique en partie par des adaptations à des situations écologiques (facettes paysagères) et socio-économiques variées, et par des savoirs et préférences localisés (Radanielina et al., 2014).

  • 191 Par exemple, savoir-faire en matière d’aménagement des pentes, de maîtrise des eaux et des conduite (...)
  • 192 Les années 1960 étaient une période d’expansion des rizières aux dépens de marais avec des pratique (...)
  • 193 C’est le cas des inondations cycloniques et de l’étroite fenêtre thermique favorable, en altitude, (...)
  • 194 La méthode d’échantillonnage était aussi en cause. Ces enquêtes administratives étant menées tardiv (...)

19Les études montrent aussi une grande variabilité des rendements qui sont le signe, d’une part, de la coexistence de formes intensives191 et extensives192 de riziculture, d’autre part, d’une inégalité en moyens de production et, enfin, des difficultés de maîtrise du milieu en climat tropical insulaire193. Les rendements mesurés anciennement montraient ainsi une gamme de 0 à 7 t/ha, autour d’une moyenne modique de 2,1 t/ha194 (INSRE, 1965). Le faible rendement moyen n’était donc pas un signe d’extensivité mais de diversité.

  • 195 « En foule » signifie une disposition de pieds de riz sans ordre apparent.

20Cette riziculture s’inscrit aussi dans une logique spécifique de pensée et d’action. La diversité reste encadrée par un certain nombre de normes, routines et préférences régionales. On en retrouve des exemples au sud des hautes terres dans la typicité des paysages « construits », dans la préférence pour le riz rouge et dans la distribution statistique de certaines pratiques. C’est notamment le cas des paramètres du repiquage, dont la grande diversité est contenue par des limites inférieures. Ainsi les mesures des paramètres du repiquage local (disposition « en foule »195) ne fournissent pas d’exemples où les densités seraient à la fois inférieures à 30 pieds/m² et l’âge des plants inférieur à 30 jours. Ce fait traduit l’existence d’une « norme pratique locale » de repiquage (figure 6.1). Ce point est important car les modalités de repiquage sont une caractéristique essentielle des modèles techniques introduits SRI et MAR-SRA dont nous détaillerons plus loin les caractéristiques. Ces modèles choisissent des paramètres de repiquage précisément opposés aux modèles locaux : plantation « en ligne », densité faible (< 30 pieds/m²) et plants de moins d’un mois (figure 6.1).

  • 196 Par exemple par la généralisation du double labour (un labour après récolte et un labour avant repi (...)
  • 197 Par exemple, nouvelles variétés, engrais minéraux, travail attelé, cultures de contre-saison.
  • 198 Ainsi les rizières de bas-fond à bonne maîtrise d’eau, menées en « pratique locale », produisent au (...)

21Mais cette riziculture locale n’est pas figée : même si de nombreuses composantes techniques sont héritées, les pratiques locales ne cessent d’évoluer, soit par des inventions locales196, soit par des emprunts197, ce qui conduit à faire évoluer aussi les rendements198 (Rollin, 1992 ; Serpantié et Rakotondramanana, 2013 ; Radanielina et al., 2014).

Figure 6.1. Trajectoire des paramètres de repiquage des rizières de bas-fond vers Fianarantsoa selon les différents modèles de riziculture, locaux ou introduits (données : Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

Figure 6.1. Trajectoire des paramètres de repiquage des rizières de bas-fond vers Fianarantsoa selon les différents modèles de riziculture, locaux ou introduits (données : Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

Le modèle introduit improved (MAR-SRA) est la technique recommandée depuis les années 1965 par les services agricoles et le SRI est le modèle introduit le plus récent (un symbole = une parcelle observée).

La riziculture malgache vue par les agents de développement

  • 199 Le paddy est le riz brut obtenu après battage et vannage.
  • 200 Institut international de recherche sur le riz (International Rice Research Institute) rattaché au (...)

22La façon dont les agents travaillant pour le développement rural perçoivent ces pratiques locales est bien différente. Tout d’abord, ils les réduisent au singulier : le « système de riziculture traditionnelle » ou SRT, dit fomba taloha ou « modèle antique ». Celui-ci serait extensif et rendrait en moyenne environ 2 t/ha de paddy199 (Dufournet et Roche, 1967 ; Gillain, 1992 ; Laulanié, 1993 ; Stoop et al., 2002 ; Fofifa-Asareca, 2013). Ensuite, ils lui affectent un rendement type et invariant alors que les rendements sont divers et varient selon les époques. Cette singularisation et cette référence de 2 t/ha traduisent la simplification d’une réalité complexe, diverse et mouvante. Cette perception convenue doit être comprise, d’une part, comme un discours de référence qui met en avant la nécessité d’une augmentation des rendements, critère prioritaire en termes de recherches et de politiques agricoles depuis les années 1960 et, d’autre part, comme un certain dénigrement des pratiques locales. Cet objectif de rendement s’est exacerbé avec la doctrine dite de la révolution verte portée pendant les années 1970-1980 par les organismes internationaux de recherche agronomique, comme l’Irri200-Fofifa, qui promettaient de hauts rendements sur la base d’un changement variétal et d’intrants adaptés. L’intensification constituait ainsi un des principaux chantiers des politiques de développement rizicoles qui se sont traduites par une succession de prescriptions nationales : la méthode améliorée de riziculture (MAR) ; le système de culture intensive (SRI) ; puis le système de riziculture améliorée (SRA).

23La MAR, instituée vers 1965 et renommée SRA vers 1997, introduit le repiquage en ligne impliquant une moindre densité et des plants ne dépassant pas un mois (figure 6.1), un début de mécanisation (sarcleuse mécanique) et des compléments (fertilisation équilibrée, traitement des semences, variétés de la recherche), (Dufournet et Roche, 1967 ; Gillain, 1992 ; Andrianaivo, 1998).

24La méthode SRI (qui fait l’objet de ce chapitre), fondée sur de très faibles densités et très jeunes plants (figure 6.1), a représenté la principale norme de riziculture prescrite dans ce pays depuis 1995 (Vallois, 1996). Qualifiée d’« agroécologique » (Uphoff, 1999 ; Stoop et al., 2002). Elle a été depuis diffusée en Afrique et en Asie. Au-delà d’une méthode opérationnelle de riziculture, les promoteurs du SRI ont essayé d’en dégager des principes pour une nouvelle théorie agronomique applicable à d’autres cultures, notamment en vue d’adapter l’agriculture aux défis du changement global, autour de questions environnementales (Styger et Uphoff, 2016).

25La densité et l’âge des plants sont les critères essentiels permettant à la fois de distinguer ces normes et de comprendre leur trajectoire de plus en plus éloignée des normes locales pour la dernière en date, le SRI.

26La norme institutionnelle SRI se rattache ainsi, en premier lieu, à la préférence des institutions agronomiques et politiques nationales comme de leurs appuis internationaux pour des approches normatives (y compris dans la perception des pratiques locales) à l’accent placé sur le critère intensification (visant ici le rendement) et pour une démarcation vis-à-vis des pratiques locales et introduites antérieurement, dans des critères visibles et reconnaissables.

Circonstances économiques et politiques

27La genèse du SRI correspond à une époque propice aux ruptures dans de nombreux domaines. Le contexte institutionnel malgache 1983-1995 est à la libéralisation et au pluralisme après deux décennies de dirigisme d’État sous parti dominant et diplomatie captive. La période socialiste (1973-1980) fut suivie d’une « stabilisation » (1981-1985) avant un processus de libéralisation à partir de 1986. Après la dévaluation 1986-1988, les plans d’ajustements structurels 1989-1993 mettaient sous tutelle internationale l’État, invité à se désengager de ses pratiques interventionnistes au profit des ONG. La crise insurrectionnelle de 1991 pour la démocratie, déclenchée par les partis d’opposition, a initié la transition démocratique et libérale de 1991-1993 marquée encore par des tensions économiques et par le lancement de plans agricoles et environnementaux soutenus par la Banque mondiale (BM).

28Cette période est donc un tournant, d’abord diplomatique avec de nouveaux partenaires bilatéraux (l’organisation de coopération américaine USAID, notamment) et internationaux (comme la BM) ainsi qu’une influence accrue des ONG internationales (telles que WWF dès 1984). C’est un tournant politique avec le renforcement des partis d’opposition et des Églises (rôle politique du Conseil œcuménique des Églises) et l’apparition de médias pluralistes. Ces facteurs cumulés tendent à restreindre et reconfigurer les compétences de l’État central après l’avoir assaini financièrement. Un espace se crée au profit de l’opinion publique et d’organisations se prévalant de représenter un projet de « société civile » et d’en être les chevilles ouvrières, sous forme d’associations et d’ONG. Ce mouvement de structuration est encouragé par la BM au nom de principes de « bonne gouvernance » (BM, 1989). À Madagascar, les multiples Églises avec leurs appareils éducatifs et médiatiques, principales entités non-gouvernementales tolérées dans les régimes antérieurs, ont joué un rôle-clé dans la création d’ONG laïques locales ou de rang national dès 1985 (Droy, 1993).

29Ces ONG se proposent de prendre en main certaines des fonctions de l’État, en partenariat avec lui. Elles se donnent alors explicitement des objectifs publics, développent des structures et des normes (Pirotte et Poncelet, 2003). Elles bénéficient d’un appui important de la part des agences internationales pour s’implanter dans les arènes locales du développement, conformément à la théorie néolibérale en vogue. Elles s’inscrivent dans un projet de développement plus participatif et centré sur la communauté locale en vue d’un développement du « capital social » (Dasgupta et Serageldin, 2000), en rupture avec le volontarisme étatique et les macroprojets antérieurs.

  • 201 Fofifa : Foibem-pirenena momba ny Fikarohana ampiharina amin'ny Fampandrosoana ny eny Ambanivohitra(...)

30Le contexte économique est lui aussi particulièrement tendu. De multiples facteurs de crise économique et alimentaire s’accumulent : des dévaluations augmentent le prix des intrants importés tels les engrais et des influences environnementalistes appellent à limiter l’expansion agricole. Cette crise suscite une forte demande de réponse politique et fournit un programme aux agronomes : reprendre la recherche de voies d’intensification afin de réduire la pression sur les milieux naturels, tout en minimisant l’usage des intrants importés. Des recherches sont ainsi lancées à l’institut de recherche agronomique malgache, le Fofifa201, avec ses partenaires bilatéraux comme le Cirad ou internationaux comme l’Irri (ensemble que nous appellerons « l’agronomie institutionnelle »), sur le fonctionnement naturel des bas-fonds, l’optimisation de la fumure, les variétés de riz pluvial d’altitude et leurs systèmes de culture, le tout de manière plus proche du paysan qu’antérieurement. Des programmes de farming system research sont ainsi développés par l’Irri en vue de réduire le hiatus ressenti entre l’offre des stations de recherche et la demande paysanne. Cette démarche de recherche-développement plus intégrée et participative popularise la notion de « système » qui sera mobilisée dans le terme SRI. La recherche agronomique se mène aussi dans les cadres non gouvernementaux. Le SRI a justement été inventé et porté par ces institutions issues de la société civile.

Genèse et institutionnalisation du SRI

31La genèse du SRI résulte d’une recherche sur une relativement longue période (1983 à 1993, date de la première publication agronomique), réalisée hors des cadres des stations agronomiques officielles et sans relations avec eux, donc de façon relativement confinée. La transformation de ce nouveau concept technique en « norme », c’est-à-dire en vérité politique et prescription à grande échelle, s’est réalisée en revanche dans un temps très court, entre 1991 et 1994, essentiellement à partir d’un processus de médiatisation, de tests de masse et d’action politique par son promoteur, aucune évaluation comparative dans les règles habituelles n’ayant été publiée à l’appui de ce nouveau modèle. Deux phases peuvent être clairement distinguées : une première correspond à la genèse du SRI et de son discours de justification et une seconde à la transformation de ce nouveau concept en norme. Chaque phase présente une succession de processus ou étapes clés réussies.

Genèse et médiatisation du SRI

Conception

  • 202 Le tallage est la phase de ramification du pied de riz en tiges ou « talles ». Une partie donnera n (...)
  • 203 L’Iredec (Institut de recherches et d'application des méthodes de développement communautaire) créé (...)

32Henri de Laulanié, l’inventeur du SRI, est un prêtre enseignant jésuite, ingénieur agronome de formation. Présent à Madagascar depuis 1961, il enseigne principalement au Centre de formation artisanal, agricole et ménager (Cefaam) de Mahitsy depuis 1972, ainsi qu’en province. Fin 1983, un groupe d’étudiants du Centre de formation rurale Saint-Jean de Manantenasoa (Antsirabe), encadrés par Laulanié, observent par hasard la propriété de jeunes plants de riz de 15 jours, très espacés et repiqués dans peu d’eau, de taller202 généreusement. Laulanié répète l’expérience les années suivantes avec des plants encore plus jeunes (GSRI, 2012). Il conçoit une méthode dite des « plants de 8 jours », qu’une jeune ONG d’Antsirabe, l’Iredec203, adopte dès 1987 dans ses programmes de développement agricole auprès des paysans (Mouroux, 2008). Puis l’inventeur fonde l’ONG ATS (association tefy saina, « forger l’esprit ») en 1990 avec des ex-étudiants et des proches pour diffuser sa méthode à plus grande échelle, sans que la proposition ait reçu encore d’aval formel des institutions du secteur agricole. À ce stade, aucun écrit public n’a encore présenté la méthode ni évalué son intérêt.

Première révélation publique

33En mai et juin 1991, un feuilleton sort dans un hebdomadaire catholique pour présenter « la riziculture scientifique construite sur le schéma de tallage de Katayama » et sa justification théorique (Laulanié, 1991). De son côté, l’Iredec appelle cette même méthode « système de riziculture intensive » ou SRI (Rollin, 1992).

34De la norme « méthode améliorée de riziculture » des années 1960, Laulanié conserve le modèle de repiquage en ligne et le sarclage mécanique. Il prend le contre-pied des pratiques locales sur plusieurs paramètres : de très jeunes plants (8 à 15 jours), obtenus en pépinière sèche, sont repiqués dans une boue collante, un par un, à très faible densité (16 pieds/m²) en lignes croisées. En phase végétative, des phases d’inondation légère alternent avec des assecs hebdomadaires sarclés à la houe mécanique jusqu’à montaison (Laulanié, 1993 ; Vallois, 1996). Tout le reste de l’itinéraire technique est libre.

  • 204 La fumure organique fait partie des pratiques locales, cependant il s’agit d’une ressource rare, i (...)

35Pourtant d’autres « prescriptions cachées » apparaissent à l’analyse. Le SRI ne convient, du fait de la gestion de l’eau « a minima », qu’aux rizières à bonne maîtrise d’eau et celles qui sont faciles à surveiller. Il s’agit souvent de rizières proches de la maison, fumées par le bétail. L’inventeur affiche des préférences pour une fumure organique204 mais sans en faire prescription ni donner de limitations aux engrais minéraux (Laulanié, 1993 ; Vallois, 1996). Les promoteurs ne communiquent que sur des rendements record ce qui amène à croire que la méthode de repiquage et d’entretien décrite suffit à les provoquer. Ils organisent aussi un concours de rendement. Tout encadrant et adoptant du SRI se doit donc d’obtenir un haut rendement vis-à-vis de sa hiérarchie et des « non adoptants ». Cette triple incitation à viser de hauts rendements revient à prescrire implicitement de réserver le meilleur au SRI. Le SRI bénéficie finalement des meilleurs sols ainsi que d’une dose élevée et régulière de fumures, d’un travail du sol soigné et profond, de variétés performantes, ce que constatent ceux qui ont étudié les parcelles de concours (Tsujimoto et al., 2009) et les parcelles des adoptants (Serpantié et Rakotondramanana, 2013). Ces privilèges accordés au SRI rendent difficiles une évaluation sans biais de l’itinéraire technique SRI, in situ, à moins de prendre en compte en détail les sols et les doses de fumure, ce qui est rarement fait.

36Un dernier point important est que le SRI se situe dans le prolongement des changements du design de repiquage impulsés par la norme MAR, comme on l’a vu plus haut (figure 6.1), rendant cette nouvelle proposition d’autant plus éloignée des pratiques locales. Paradoxalement, tout en s’en démarquant clairement, elle se considère toutefois comme associée au contexte local et issue d’une conception participative : « riziculture intensive malgache » (Laulanié, 1993) et « [ce] progrès majeur [est] le fait de simples paysans » (Laulanié, 1993 : 111). Il s’agit finalement d’une invention locale, avec une participation de locaux dans la phase de conception et de diffusion initiale du modèle, mais tournant le dos aux savoirs locaux ordinaires.

Médiatisation

  • 205 Cette formule de Laulanié (1993), qui n’est pas le résultat d’une méthode d’investigation, consiste (...)

37La communication sur le nouveau concept emploie dès le début un argumentaire alléchant. « Les rendements à considérer seront les rendements de 10 t/ha et plus » (Laulanié, 1991) ; « Les rendements sont ainsi passés de 2 tonnes de paddy à l’hectare à 8 voire 12 tonnes avec des variétés locales »205 (Laulanié, 1993 : 110). « Doublement ou quadruplement des rendements ? » (Vallois, 1996 : 21). Ce langage « multiplicatif » est repris sans réserve par la presse et les médias (Ratsimbarison et Williams, 1993). ATS met en place un concours de rendement et communique régulièrement des records ahurissants : 15 t/ha en 1993, 24 t/ha en 2003 (ATS, 2007). Il s’agit d’un argumentaire de type emphatique ne visant pas à démontrer dans les règles scientifiques admises mais plutôt à impressionner un public non spécialiste.

  • 206 Car il n’y a pas de lien général entre le nombre de tiges végétatives par pied et la densité de fru (...)

38Les articles publiés (Laulanié, 1991, 1993, 1995) décrivent la technique, annoncent des records de rendement et proposent une explication théorique très savante faisant aussi référence à une multiplication. Outre la meilleure oxygénation du sol, ils mettent surtout en exergue la capacité de multiplication des talles en mobilisant un modèle de développement du plant de riz, le modèle de Katayama (Laulanié, 1991 ; Vallois, 1996 ; Uphoff, 1999). Le repiquage à un stade prétallage et faible densité permettrait d’atteindre le potentiel de tiges par pied du modèle théorique. C’est donc la prolificité en tiges végétatives de chaque plant qui est visée, bien plus qu’une conduite optimale du peuplement de riz206 ou l’intérêt de l’agriculteur.

39Laulanié (1991) s’appuie aussi largement sur des principes à connotation morale : « respecter » le « bébé-plant », miser sur l’« entraide » entre talles et renoncer à des pratiques de repiquage « barbares » (Laulanié, 2003 : 74). Un matériel iconographique vantant l’effet du SRI à l’échelle du pied de riz est déployé par ATS. Le grain de riz levé au stade « 2 feuilles » y devient une jeune fille féconde, ce qui entre en résonance avec des conceptions locales anthropomorphiques où le riz est féminisé (l’épiaison est l’« accouchement », les épis sont des « enfants »). Basée sur la science de la plante et la précision de la règle, cette nouvelle riziculture plus « morale » et mobilisant certaines conceptions de la culture locale se juge elle-même « scientifique » (Laulanié, 1991) et rigoureuse : « Fini, la riziculture de l’à-peu-près » (Laulanié, 1993 : 113).

40Ainsi la communication de Laulanié s’inscrit dans la même rhétorique que celle développée par le gouvernement depuis 1965 sur l’intensification et le rendement. En même temps, il cherche à rivaliser avec les centres de recherche promoteurs de la révolution verte et leurs « variétés à haut rendement », mais avec des stratégies opposées : « science », « morale » et « culture locale » contre leurs essais empiriques et leurs intrants coûteux, qu’il juge à la fois peu scientifiques et incompatibles avec la conjoncture économique (Laulanié, 1993).

41Un point notable est la façon dont l’inventeur a su présenter sa proposition d’emblée comme scientifique (riziculture scientifique, titre de la première communication écrite ; Laulanié, 1991), sans passer par le cheminement scientifique ordinaire. La justification a posteriori joue à la fois sur une théorie scientifique à l’échelle plante (donc en décalage avec les échelles ordinaires de l’agronomie, la parcelle et l’exploitation), des publications agronomiques à propos d’inventions techniques, et sur des rhétoriques qui ne sont pas conformes à un standard scientifique élémentaire. Il use de métaphores, très proches des conceptions locales, qui ne répondent pas aux formes de la science, jouant, ici encore, sur l’ambiguïté et l’hybridation de différents registres de discours, en lien avec différents types de savoirs, scientifiques et locaux.

Évolution d’un concept technique en norme et en savoir universel

42L’institutionnalisation nationale du SRI commence dès 1992 par un avis favorable du ministère de l’Agriculture, alors que la phase de médiatisation lancée en 1990 bat son plein, accompagnée par une poursuite de la mise au point du discours technique qui ne sera fixé qu’en 1993 par une publication dans une revue agronomique belge.

Jeux d’influence pour changer d’échelle

43Une adoption officielle du SRI aurait donc eu lieu en juin 1992 en vue d’atteindre une autosuffisance du pays en riz en 2000 (Laulanié, 1993 : 111). L’inventeur a donc obtenu très précocement l’autorisation du ministère de l’Agriculture pour une vulgarisation nationale. En effet, après s’être appuyé sur le réseau local catholique des écoles professionnelles et des ONG d’Antsirabe avec Iredec, puis dans d’autres régions avec son ONG ATS, il a recherché des relais institutionnels vers l’État et vers les organisations internationales. Il s’est d’abord fait connaître des institutions centrales en organisant, dès août 1989, un séminaire annuel dans son centre Cefaam de Mahitsy, voisin du centre expérimental de riziculture Fofifa-Irri au nord d’Antananarivo. Il y invite une centaine de cadres d’ONG, de fonctionnaires (ministères, armée, recherche…) mais aussi de personnels internationaux (ambassades, FAO, etc.). Cette rencontre annuelle de 15 jours traite de développement rural et de riziculture. La promotion officielle du SRI passera par les sessions ultérieures de ce séminaire (donc dès mi-1990), que le ministère de l’Agriculture accepte de parrainer et ce jusqu’à la mort de l’inventeur survenue en 1995 (GSRI, 2012). Outre des cours magistraux sur le SRI, on y présente les derniers records de rendement obtenus sur le réseau ATS, mesures réalisées sans implication de scientifiques. Ce séminaire a d’abord permis de régulariser l’initiative de Laulanié auprès de l’État et de structurer un réseau de cadres de l’agriculture dont l’inventeur est devenu le point focal. On trouve dans ces séminaires l’expression d’un « forum de communication de politique publique » en matière agricole où se retrouvent acteurs gouvernementaux, représentants des agences diplomatiques d’aide, experts locaux, ONG, chercheurs, médias.

44Le ciblage de la communication d’ATS vers les médias, des ONG, des institutions agricoles nationales et internationales et l’organisation de séminaires dédiés au SRI dès 1990 se doublent de l’évitement des forums agronomiques scientifiques. Ainsi en décembre 1991, le séminaire d’Antananarivo « Bas-fonds et riziculture » (Raunet, 1993) qui clôt un programme de recherche ne fait pas état du système de Laulanié, pourtant lancé autour d’Antsirabe depuis 1987, présenté au séminaire de Mahitsy un an plus tôt et révélé dans une revue locale six mois plus tôt. Ni Laulanié, ni aucun ressortissant des deux ONG porteuses ne font partie des inscrits et les débats n’évoquent jamais leur proposition. L’inventeur a toutefois profité de l’événement pour communiquer sur le SRI auprès des ONG françaises, mais en marge des débats (Lavigne-Delville, com. pers.), et recueillir des renseignements en écophysiologie du riz (Laulanié, 1993), qu’il exploitera dans son discours de justification le plus élaboré (Laulanié, 1995).

45En plus de cet évitement, des mesures d’anticipation de la critique voire d’intimidation politique sont prises. Début 1992, D. Rollin, agronome Cirad travaillant à Antsirabe pour le projet Petits périmètres irrigués, est invité par la première ONG porteuse du SRI (Iredec) à une visite de parcelles SRI. Ne disposant pas de données, son expertise avait des limites. Il conseille donc un programme d’essais pour mieux cerner le domaine de recommandation (Rollin, 1992). Au lieu de quoi, il est rapidement convoqué avec l’inventeur dans le bureau du ministre, déjà favorable à une diffusion. Le « débat » face au ministre n’est pas un vrai débat contradictoire entre des positions qui seraient exposées complètement et mises en balance, une discussion sur le fond. Ce n’est qu’une expertise de 10 ans contre une autre d’une seule journée. La diffusion du SRI a dès lors moins à voir avec ses performances agronomiques objectives (non évaluées) qu’avec l’entregent et la capacité de son promoteur à mobiliser des acteurs politiques.

46Mais on peut aussi voir cet épisode comme une opportunité d’échanges manquée du fait des agronomes institutionnels. Le Cirad, qui jouait un rôle important et historique comme partenaire de l’agronomie institutionnelle malgache, apparaît ainsi confronté concrètement au concept SRI après les acteurs politiques et sur invitation. Or les chercheurs ciradiens d’Antsirabe avaient eu vent de cette proposition technique depuis la fin des années 1980, du fait de leur proximité géographique et sociale avec Laulanié et l’Iredec, et depuis que le séminaire de Mahitsy en faisait la promotion. Mais ils l’avaient pré-évaluée défavorablement sans efforts d’examen dans les règles de l’art, faute aussi de détails sur la technique proposée. Ils étaient restés en dehors du cercle des expérimentateurs. L’absence de données disponibles en 1992 en était la conséquence.

47À ce stade tardif, Laulanié mène donc le jeu et les autorités agricoles sont désormais posées en arbitres des débats d’experts. Cette convocation en haut lieu était aussi sans doute une manière de dissuader la coopération française d’aller plus loin dans l’évaluation. Ainsi, à peine émergé, le SRI devient déjà un sujet politiquement sensible. Avant même d’être évalué, il est donc devenu un objet politique, voire une vérité d’État supposant que le forum de savoirs est clos.

Institutionnalisation nationale

48Le contexte institutionnel et idéologique malgache de l’époque est très favorable aux ONG. Elles s’appliquent à rechercher un renouvellement des modèles de développement. Ce sont d’abord des ONG liées au réseau catholique qui adoptent et diffusent la proposition SRI, localement dès 1987 (Iredec), en 1990 à destination des hautes terres (ATS), puis à partir de 1993 vers les côtes (Laulanié, 1993).

  • 207 Le système « Formation et visite » de Daniel Benor (expert de la BM) était fondé sur un protocole i (...)
  • 208 La prévulgarisation consiste en tests on-farm, visant à commencer la diffusion d’un thème technique (...)

49En 1990 démarre le projet pilote (PPDA) du programme national de vulgarisation agricole (PNVA, financement BM). Il cherche des thèmes à vulgariser par le service national de la vulgarisation agricole (SNVA) selon la méthode Benor207 alors en vogue (BM, 1990, 1995). Dans un contexte de désengagement de l’État et d’ouverture explicite des bailleurs de fonds aux ONG (BM, 1989), les structures ministérielles ont tout intérêt à rechercher un partenariat avec ces dernières. L’inverse est aussi vrai pour légitimer l’action des ONG à une échelle nationale et leur permettre d’accéder à certains moyens de l’État. Le ministre de l’Agriculture se déplace au séminaire Laulanié en juin 1993 (Ratsimbarison et Williams, 1993). De plus, avec la crise économique, le changement politique et la prise en main des projets agricoles et environnementaux par les bailleurs internationaux, il y a une forte attente d’idées neuves. La norme de riziculture améliorée (MAR) est non seulement impraticable dans les conditions conjoncturelles de coûts élevés des intrants, trop associée aux régimes dirigistes antérieurs, et surtout datée d’une trentaine d’années. Le « repiquage en ligne » ne motive plus le SNVA. Or le SRI est d’abord une nouveauté. Les peuplements de riz SRI, constitués de grosses touffes prolifiques, sont très séduisants. Ils promettent des rendements records sans en appeler explicitement aux engrais ni aux high-yielding varieties de l’Irri. La diffusion peut être mise en œuvre à bas coût, portée par des ONG locales. Il tombe donc à point nommé et s’ajoute logiquement aux thèmes de prévulgarisation208.

  • 209 […] rice yields on some 1,700 demonstration plots in farmers' fields, with good water control, incr (...)
  • 210 Le SRI (maîtrise d’eau et plants de 8 j) gagne de 69 % à 258 % de rendement par rapport au témoin. (...)

50En 1993-1994, les centaines de tests menés par le SNVA avec l’appui de ATS enthousiasment les experts de la BM, ravis de se voir proposer par une ONG une alternative sans autre coût que le travail et aussi efficace (BM, 1995)209. Mais ces tests représentaient plus des actions de promotion que de constitution d’un référentiel agronomique, comme le révèlent les résultats semblables de tous les thèmes testés210. Les agronomes du Fofifa étaient coupés du terrain et ATS, porteuse de l’innovation, s’est même largement substituée au SNVA. Bien que non recevables scientifiquement, la BM a présentés les résultats comme tels, inscrivant à nouveau la légitimité du SRI dans une rhétorique chiffrée d’apparence scientifique.

51Après cette campagne de tests « réussie » et l’appui du bailleur de fonds obtenu, le ministère de l’Agriculture ne pouvait qu’adopter définitivement le SRI comme thème de vulgarisation du PNVA pour les situations à bonne maîtrise d’eau. Il la rebaptise voly vary maro anaka (« culture de riz à nombreuse progéniture ») (Vallois, 1996). L’adoption officielle intervient lors de l’événement « 1995, Année nationale du riz », coorganisée avec ATS.

52La méthode améliorée de riziculture des années 1960, déjà renommée par un sigle « MAR » en 1992 (Gillain, 1992) en réaction probable à l’émergence du « SRI », sera ultérieurement rebaptisée « SRA » (système de riziculture améliorée) pour montrer que les deux normes sont complémentaires et autant soutenues par l’État. Les projets officiels sous l’égide du ministère de l’Agriculture les associent depuis en une norme couplée « SRI-SRA ». Néanmoins le SRA sera cantonné aux rizières sans maîtrise d’eau, ce qui marque une certaine perte d’influence. Le ministère de l’Agriculture réalisait de ce fait le meilleur compromis entre organisations de la société civile et services officiels, entre bailleurs internationaux et surtout américains enthousiastes et ceux de l’aide bilatérale française encore circonspecte en 1996 (Vallois, 1996), mais qui suivra plus tard les bailleurs dominants.

53Après 1992, une nouvelle coalition en termes de gouvernance agricole se met donc en place, ouvrant une large place à des ONG urbaines, souvent issues des Églises, et appuyées par des organisations internationales et américaines. Ceci s’inscrit dans un contexte de libéralisation économique à l’échelle nationale, de changement de paradigme en termes de financement de l’aide internationale et d’idéologie du développement.

54Les partenaires de ces nouveaux pouvoirs ne sont plus seulement les agronomes des organismes de recherche et de développement, nationaux ou internationaux, ou des services du ministère de l’Agriculture (que l’on nomme « agronomes institutionnels ») qui dominaient auparavant dans les arènes du développement rural. L’acquisition de légitimité repose désormais en grande partie sur l’opinion et les mass media, les instances politiques mais aussi certaines instances académiques de haut niveau. Ces instances académiques confèrent un label, procurent une caution, expliquant le recours de Laulanié à l’Académie malgache et à certaines disciplines qu’il considère moins empiriques que l’agronomie, comme la physiologie végétale (Laulanié, 1993).

55Contribuant à l’émergence du SRI, comme modèle de riziculture innovant, mais aussi au maintien de l’ancienne norme MAR à travers la double norme SRI-SRA, l’État en reconfiguration se cantonne au rôle marginal de juge de paix, garant d’équilibre entre la norme du passé et le nouveau standard.

Internationalisation

56À partir de 1994, le relais de l’effort de diffusion du SRI est assuré par les institutions américaines d’appui aux organisations de la société civile, financées par la coopération américaine (USAID). Elles amorcent un processus de promotion du SRI tous azimuts, y compris auprès du secteur scientifique et académique, puis d’exportation de ce « nouveau savoir-faire malgache » et de ses discours de justification.

  • 211 Stony Brook et Cornell sont deux universités new-yorkaises. Le CIIFAD de Cornell appuie les progra (...)
  • 212 Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest.
  • 213 A system of plant, soil, water and nutrient management for irrigated rice developed in Madagascar (...)
  • 214 In 1994 irrigated rice yields around Ranomafana were only about 2 t/ha (…). Within 4 years (…) ric (...)
  • 215 Les deux articles paraissent dans des revues agronomiques ou environnementales « systémiques », l’u (...)
  • 216 Les composantes, c’est-à-dire les différents paramètres du repiquage (densité, nombre de brins, âge (...)

57L’ONG new-yorkaise ICTE de l’université Stony Brook, qui accompagne la création du parc national de Ranomafana par des actions de développement périphérique sous financement USAID, est la première à appeler l’ONG ATS à introduire le SRI dans les communautés riveraines. L’USAID sollicite pour cela l’appui de Norman Uphoff, directeur du Cornell International Institute for Food, Agriculture and Development (CIIFAD)211. Uphoff est un professeur de Cornell, publiant sur les politiques agricoles, les institutions, le capital social (participation, solidarités, réseaux sociaux, gestion sociale de l’eau en contexte de pénurie), collaborant à des projets USAID d’irrigation rizicole en Asie et contribuant à des ouvrages de la Banque mondiale. Cornell est une université privée, à dominante de sciences appliquées. Le directeur du CIIFAD, puis celui de l’Adrao212 reprennent textuellement la rhétorique multiplicative de rendement de l’inventeur et diffusent en anglais dans des revues agronomique et environnementale, c’est-à-dire vers l’international, ce nouveau savoir (Uphoff, 1999213 ; Stoop et al., 2002214). Ces auteurs, bien qu’académiques et nantis de l’autorité dans leur institution, ne citent aucune source à l’appui de l’idée de multiplication de rendement et ne font référence à aucune méthode de mesure, ce qui déroge à nouveau aux critères de la communication scientifique215. Ils ne citent pas les expérimentations du Fofifa (section Controverse nationale), dérogeant encore ici à la pratique scientifique habituelle de s’appuyer sur des travaux antérieurs. Engagés dans un plaidoyer pour le SRI pour des raisons complexes et multiples, ils s’expriment et se justifient selon un registre savant d’une autre nature. Réfutant l’idée de mener des essais expérimentaux, ceteris paribus, qui ne seraient pas assez holistiques (Uphoff, 1999 : 310), ils s’en tiennent comme Laulanié à une théorisation savante introduisant l’idée de nature du SRI plus « biologique » que « mécaniste », justifiant une qualification « agroécologique ». Ils s’approprient aussi le modèle technique et le discours multiplicatif en ajoutant de nouvelles interprétations conceptuelles, telles « la synergie entre composantes »216 et en ajoutant une nouvelle prescription : le SRI suppose l’application de fumure organique. Ils mettent désormais en exergue d’autres avantages au SRI en rapport avec les agendas internationaux : l’économie d’eau et de semences, l’activation de la flore microbienne du sol et l’amélioration de l’enracinement. Publier la rhétorique de Laulanié dans des revues scientifiques « de rang A », considérées comme une science d’excellence à portée universelle, renforce la notoriété scientifique du discours de justification et transforme un dogme local en un postulat universel. C’est ainsi que ces chercheurs introduisent le SRI dans le réseau scientifique international.

  • 217 Les rapports et thèses d’étudiants sur le SRI contiennent invariablement trois parties : l’introduc (...)

58Parallèlement, ils fondent un nouveau cadre de recherche centré sur le SRI à Madagascar, amenant d’autres chercheurs du Fofifa, des enseignants de l’École supérieure des sciences agronomiques de l’université d’Antananarivo (Essa) et leurs étudiants à travailler sur les terrains ATS-CIIFAD217. Les questions de recherche traitées (exemples : Joelibarison, 1998 ; Andrianarivo, 2003) sont essentiellement expérimentales et réductrices, visant à comprendre la physiologie du riz « sous SRI » ou à optimiser l’itinéraire technique SRI en partant de l’itinéraire technique défini par Laulanié. On fait varier les composantes du SRI les unes par rapport aux autres pour optimiser les fameuses « synergies ». Le cadre conceptuel agronomique n’est pas spécialement augmenté et plutôt appauvri par rapport à la farming system research puisqu’il n’y a pas comparaison de systèmes différents et que l’approche reste essentiellement expérimentale, même si elle est parfois réalisée dans les villages d’intervention de ATS. L’agenda de recherche vise l’optimisation des prescriptions techniques en vue de contribuer à la diffusion du SRI par un meilleur réglage des techniques, dans une optique classique. La recherche est un investissement destiné à améliorer encore la technique inventée et à transformer la promesse en réalité. Il s’agit donc de recherches désormais enchâssées dans le cadre SRI et qui admettent le postulat de départ.

59Norman Uphoff, en courtier polyvalent et énergique, est devenu, à partir de son article fondateur, le principal champion international du SRI et le coordinateur du réseau scientifique SRI-rice et, à ce titre, il est situé à un poste de contrôle de l’information. Par ses travaux d’encadrement de recherches, il est parvenu à la tête de la communauté épistémique du SRI. Il est aussi le point focal d’une véritable « coalition de plaidoyer » (défini en introduction de ce chapitre). Il ouvre des bases de données et des sites internet de promotion, monte des sessions dédiées au SRI dans les colloques sur le riz ainsi que des « SRI Summits » où se rencontrent chercheurs du réseau, politiques et bailleurs de fonds.

  • 218 Certains partenaires privés comme Better-U Fondation (fondée par l’acteur Jim Carey) financent le g (...)

60En retour, cette diffusion mondiale a produit des effets pour Madagascar : relancer les efforts de diffusion sur le territoire, en tant que pays inventeur, et élargir le cercle de ses soutiens institutionnels et financiers.218

Controverses

  • 219 Dans son discours de justification technique, Laulanié s’appuie principalement sur deux théories p (...)

61Jusqu’en 1995, année de l’adoption nationale définitive, aucune évaluation agronomique comparative n’a donc été publiée, ni par les promoteurs, ni indépendamment d’eux. Négligeant de citer le rapport Rollin (1992), l’inventeur déplore en 1993 le manque de curiosité des agronomes institutionnels, ce que nous avons aussi relevé. Il parviendra à anticiper d’éventuelles réserves scientifiques et à consacrer son discours par une communication à l’Académie malgache basée sur une nouvelle théorisation écophysiologique encore plus élaborée, toujours à l’échelle de la plante219, mais pas davantage appuyée sur des données expérimentales (Laulanié, 1995).

62En revanche, dès l’adoption nationale, un processus de « changement d’échelle » vers l’international débute, accompagné par une controverse scientifique qui ne s’arrêtera plus, entre deux camps : les « modérateurs du SRI » et les « promoteurs du SRI ».

Controverse nationale

  • 220 Razakamiaramanana (1995) compare le SRI avec une pratique locale (variété locale et repiquage en f (...)

63Pour en savoir plus sur le SRI et aussi dans l’intention d’en optimiser les paramètres (ce qui marquait au moins un intérêt pour cette invention), le Fofifa avait mis en place en 1994 un essai en milieu contrôlé avec l’appui de l’ONG porteuse, l’Iredec. Sur cette base, un article paru fin 1995 dans la revue maison du Fofifa conclut que cette invention n’offre pas d’avantage économique par rapport à la pratique locale, compte tenu de ses coûts élevés et du faible gain de rendement constaté220. Mais il se garde de déconseiller ce système tout juste entériné par l’État (Razakamiaramanana, 1995). De fait, ces conclusions tombent mal à propos après le décès de Laulanié et l’adoption nationale. Face aux critiques, le chercheur préférera abandonner cette expérimentation, alors qu’il aurait fallu la mener sur plusieurs années et plusieurs sites pour mieux comprendre l’intérêt et les limites de ce nouvel itinéraire technique. Sous la pression de ce nouveau paradigme, ses partenaires de l’Irri ont eux-mêmes fini par adopter le postulat d’un doublement de rendement à partir de 2000, comme en témoigne le poster en anglais présenté au séminaire des agronomes américains de Minneapolis (Razakamiaramanana et Gaudreau, 2000) en contradiction avec Razakamiaramanana (1995). La politisation des débats et des politiques de financement pèsent alors de plus en plus fortement sur les scientifiques eux-mêmes. Dans le contexte tendu de l’époque, le SRI devient un nouveau cadre de recherche avec opportunité de financement plutôt qu’un sujet de recherche et un autre agronome Fofifa est affecté à l’optimisation du SRI (Andrianaivo, 2003).

64Le Fofifa réitérera ultérieurement des réserves avec des travaux de coopérants économistes d’un autre département de Cornell. Sans plus remettre en cause la rhétorique des hauts rendements, devenue en 1995 une vérité politique et en 1999 une vérité scientifique, ils déplorent une faible adoption en raison des coûts en travail pour les riziculteurs (Moser et Barrett, 2003 ; Jenn-Treyer et al., 2006 ; Minten et al., 2006). D’autres socio-économistes déplorent l’inertie et le conformisme des paysans dus au principe de solidarité fihavanana qui soude les communautés (Gannon et Sandron, 2003 ; Bockel, 2005). La recherche des seules causes socio-économiques d’un manque d’adoption est révélatrice de la croyance de cette communauté scientifique en une technique très efficace, efficacité toujours posée en postulat de ses articles, et qui justifie, face à la désadoption, la nécessité d’une analyse à l’échelle des ménages ou de la communauté. Les entretiens menés avec ces différents chercheurs depuis 2003 confirment leur enthousiasme pour cette invention et leur absence de réserves. Pourtant il existait un début de preuves d’une efficacité médiocre avec l’article agronomique de Razakamiaramanana (1995) et les premières critiques internationales (Doberman, 2004), mais que ces chercheurs, appuyés sur la seule publication d’un autre socio-économiste « promoteur » (Uphoff, 1999), soit ignoraient, soit oubliaient de citer.

65La critique est menée désormais par les socio-économistes. Mais en mettant plus l’accent sur une critique des coûts que des gains, ces chercheurs revalident implicitement le SRI comme technique à haut rendement et ne font que renforcer l’engouement des autorités et bailleurs pour ce thème technique. Ces réserves ne modèrent donc pas le succès politique du modèle. Au contraire, la nouvelle phase de diffusion internationale apporte des signaux encourageants : si d’autres pays adoptent le modèle, c’est qu’il a les qualités requises.

66C’est donc sur la base de connaissances contestées, et malgré les constats de désadoption par les paysans, que le réseau « SRI-rice » de l’université Cornell appuie la diffusion internationale du SRI dans les années 2000.

Controverse internationale

67Une controverse éclate en 2004 avec le processus d’internationalisation vers l’Asie, opposant des agronomes, notamment de Cornell et Irri, critiques des exagérations du discours de justification (Dobermann, 2004 ; Sheehy et al., 2004 ; Sinclair et Cassman, 2004), et les promoteurs du SRI (Stoop et Kassam, 2005). Ces derniers admettent que les données malgaches initiales étaient probablement entachées d’exagération, mais qu’on ne peut ignorer la diffusion internationale de ce modèle « développé en collaboration étroite avec des petits exploitants » (ibid. : 2). Ils se défendent d’en être les « promoteurs », mais se voient comme préoccupés par la rareté de savoirs techniques à faible impact environnemental et en partisans d’une recherche intégrée, holiste versus réductionniste (ibid. : 4).

68Cette polémique a eu peu d’impact, ce qui montre les grandes légitimités et audiences acquises par le discours technique justifiant le SRI qui acquiert la dimension d’un « nouveau savoir global » à travers la proposition des promoteurs à refonder l’agronomie pour l’adaptation au changement climatique à partir de cet exemple (Styger et Uphoff, 2016). Le discours des projets d’appui, sans renoncer aux témoignages de rendements extraordinaires et d’adaptation aux pauvres, s’est cependant peu à peu reporté sur des avantages environnementaux (« fertilité biologique », économie d’eau, réduction d’émission de gaz à effets de serre) exigés par les nouveaux agendas internationaux.

Nouvelles évaluations des rendements et de l’adoption à Madagascar

  • 221 Où les mesures de rendement étaient menées sommairement par des projets promoteurs.

69Avant 2009, on ne disposait pas encore à Madagascar d’évaluations agronomiques comparatives indépendantes réalisées dans le cadre des pratiques d’agriculteurs. En Inde, certains constataient que les rendements du SRI augmentaient beaucoup plus dans un contexte de pratique paysanne221 que dans les essais en condition contrôlée (Senthilkumar et al., 2008), mais sans fournir d’explication. Serpantié et Rakotondramanana (2013) ont relevé des biais méthodologiques au niveau des techniques d’échantillonnage on farm (carrés de rendement incompatibles avec le design de repiquage SRI, pas de prise en compte des doses de fumure…) expliquant le gap.

  • 222 Tsujimoto et al. (2009) montrent que les parcelles SRI de concours sont très fertilisées et labouré (...)
  • 223 Référence de « la riziculture traditionnelle » utilisée par les promoteurs de l’intensification (se (...)

70Deux diagnostics agronomiques de terrain aux résultats convergents ont été réalisés dans la région Betsileo où le SRI, introduit précocement par ATS, est parfois adopté près des routes et marchés : Tsujimoto et al. (2009)222 sur des parcelles de concours et Serpantié et Rakotondramanana (2013) dans les situations ordinaires. Dans les rizières paysannes à bonne maîtrise d’eau où le SRI est possible, les pratiques rizicoles locales et améliorées (c’est-à-dire « non SRI ») donnent en moyenne un rendement en paddy sec de 4 t/ha, et non de 2 t/ha223. Le gain de rendement en SRI par rapport aux autres pratiques est en moyenne de + 24 %. Mais comme le SRI est souvent surfertilisé, cela suffit à expliquer une grande part de ce gain apparent (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

  • 224 Et même + 30 % en cas d’absence d’engrais, ce qui nuit au témoin sans engrais sous inondation, ce q (...)
  • 225 Il se produit des records de 8 t/ha en SRI, contre 7 t/ha pour les autres pratiques (Serpantié et R (...)
  • 226 Les (rares) adoptants de SRI se localisent près des routes et marchés, où les paysans sont plus ais (...)

71Le gain de rendement « toutes choses égales » (même sol, même dose de fertilisants) dépend des situations. Dans les situations privilégiées (sols très fertiles, régime de l’eau optimal), il est de + 15 %224, ce qui mène donc logiquement à des records de rendement225 contre un surcroît de travail. Mais comme il y a aussi des cas plus nombreux de baisse de rendement (en cas de sécheresses au départ) ou d’absence de gains (sols non fertiles), le gain de rendement moyen toutes choses égales n’est finalement que de + 5 %. Avec une hausse du travail de 60 %, le SRI a donc une plus faible productivité du travail, en moyenne, toutes choses égales. Ceci explique sa faible adoption, notamment chez les pauvres (leur force de travail étant mobilisée par les plus aisés aux périodes de pointe), ainsi que le caractère très local de cette adoption due aux mesures incitatives mises en œuvre localement ou à l’existence de conditions favorables localisées226 (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

72Outre des paysans aisés, qui disposent d’accès à une main-d’œuvre non limitante, à de la fumure et à des rizières favorables à l’expression d’un accroissement de rendement par SRI, on trouve beaucoup d’adoptants du SRI parmi les néoruraux reliés à des projets d’appui, mais aussi chez les femmes seules. Ces dernières ont, d’une part, de meilleures rémunérations de leur travail de repiquage salarié en SRI et, d’autre part, elles apprécient la pépinière courte facile à conduire seules (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

73Un avantage du SRI pour le rendement, l’agriculteur (trice) ou l’environnement existe donc bien, mais seulement dans certains cas précis. Malgré ces résultats qui questionnent à nouveau la nature normative du SRI, la défense de la norme se poursuit et s’actualise : le SRI est désormais très opportunément candidat au nouveau référentiel technique de la climate smart agriculture (Styger et Uphoff, 2016), un nouveau concept des politiques agricoles internationales cherchant à promouvoir des systèmes facteurs de sécurité alimentaire, résilience et mitigation du changement climatique.

Qualification de ce nouveau savoir

74Nous cherchions à comprendre pourquoi le SRI et son discours de justification, ni évalué scientifiquement, ni adopté significativement par ses destinataires, a pu être institutionnalisé en norme d’État et, aussi, pourquoi il s’est autant pérennisé et diffusé, bien au-delà du contexte local et des circonstances de son émergence.

75La première section fait la synthèse de cet itinéraire d’un savoir technique passé du local au global à travers le prisme d’un cadre conceptuel emprunté à la sociologie des sciences.

76La seconde section examine le rôle des circonstances, le jeu des différents acteurs et le fonctionnement des différents forums. Elle montre une forme « d’entrée en démocratie » des savoirs techniques agricoles, mais encore imparfaite. Elle met en lumière une alliance de nouveaux acteurs issus de la « libéralisation » dans un contexte demandeur d’alternatives, activant des processus de médiatisation et légitimation mais aussi d’exclusion.

77La troisième section se penche sur la nature de ce nouveau « savoir commun », notamment son rapport aux autres types de savoirs, entre hybridation et opposition, et sur les nouvelles formes de transmission à l’œuvre. D’une relation très étroite entre ce nouveau savoir (devenu international) et la société civile part aussi l’idée de l’émergence d’un « savoir civil ».

Synthèse

78La proposition technique « SRI » est née d’un collectif hétérogène et localisé cherchant à dépasser pratiques et savoirs antérieurs à travers un processus de coconception de savoir-faire alternatifs. On peut alors parler de forum hybride local et de savoir coconstruit. Doublement innovant, le SRI constitue bien une « option oubliée » (Callon et al., 2001) par les instances scientifiques et techniques officielles et par les sociétés locales. Mais ce forum s’est avéré incomplet à la différence d’un forum hybride ouvert, à la fois par manque de curiosité des scientifiques, par un souci des inventeurs de réussir leur lancement sans contestation et par la place ambiguë laissée aux paysans ordinaires, objets de mesures incitatives biaisant leur propre jugement.

79Un nouveau savoir a néanmoins été coconstruit, constitué de l’invention (nouveau savoir-faire) et de son discours de justification en vue d’alimenter des politiques de développement.

80Ce savoir a ensuite été injecté directement dans un forum de communication de politique publique, puis adopté lors d’une fenêtre d’opportunité au niveau national par une nouvelle coalition de pouvoirs, y compris des acteurs académiques. Le processus cognitif et le processus politique se sont largement mélangés, fermant la porte à d’autres acteurs du savoir, notamment les agronomes institutionnels occupés par ailleurs à lancer leurs propres innovations. Ces contradicteurs potentiels du forum scientifique ont ainsi été disqualifiés, ce qui écarte encore ce processus de l’idéal de la démocratie technique. On serait alors retombé dans une autre forme de technocratie, non plus liée à l’État mais aux organisations de la société civile et leurs bailleurs.

81Cette solution technique locale non validée, ni par la science, ni par ses destinataires, aurait évolué ensuite jusqu’au niveau mondial dans un contexte porteur au cours d’un itinéraire complexe en plusieurs étapes réussies, chacune fonctionnant de façon similaire à la première étape, et sans tirer profit de la controverse croissante ou des désadoptions. La première des étapes internationales est un placement vis-à-vis du référentiel agroécologique par des scientifiques internationaux engagés auprès de la société civile et partenaires de ces mêmes pouvoirs. Ils ont fondé sur le SRI une communauté épistémique et dirigé une coalition de plaidoyer jusqu’à porter l’innovation au niveau mondial, malgré la controverse.

82On pourrait retrouver un itinéraire comparable, mais en sens inverse, pour d’autres concepts techniques officiels innovants, issus du monde scientifique institutionnel, introduits à Madagascar comme norme sociotechnique « post Rio » mais ayant finalement connu le même échec relatif (cas de l’agriculture de conservation, arrivée du Brésil et introduite à Madagascar par le Fofifa et ses appuis bilatéraux français vers 2000 ; Serpantié, 2009).

83Il nous reste à décortiquer cet itinéraire particulier et qualifier ce nouveau savoir complexe.

Acteurs et forums à chaque étape

84Quatre phases réussies d’adoption du SRI se dégagent de l’analyse historique, faisant jouer différents acteurs et types de forums. La montée par étapes depuis l’échelle locale mène à un véritable « nouveau savoir » à caractère universel (figure 6.2).

Figure 6.2. Acteurs et forums ayant facilité la circulation du SRI depuis sa genèse locale jusqu’à sa constitution en norme du référentiel agroécologique global (Serpantié, 2019).

Figure 6.2. Acteurs et forums ayant facilité la circulation du SRI depuis sa genèse locale jusqu’à sa constitution en norme du référentiel agroécologique global (Serpantié, 2019).

85Dans le contexte des années 1980-1990, le processus de libéralisation donnait la parole et l’initiative à de nouvelles structures sociales (notamment les ONG), chevilles ouvrières de la « société civile », qui cherchaient à se démarquer après des décennies dirigistes appuyées sur le seul appareil technique et scientifique d’État.

86Pendant la première phase – conception – (1983-1991), l’élaboration du nouveau savoir est locale et confinée à Antsirabe. On ne connaît pas cette phase par entretiens directs, mais beaucoup d’éléments indirects suggèrent des interactions dans un forum hybride local impliquant de multiples acteurs porteurs de savoirs différents : l’inventeur, ses étudiants dont certains issus du monde rural, ses collègues des autres centres de formation catholique, des agriculteurs voisins, les techniciens de l’Iredec et leurs communautés rurales partenaires. Les experts sont Laulanié, ingénieur agronome et enseignant, qui conteste l’option MAR jugée obsolète, et son réseau de collègues. Ses étudiants séminaristes apportent les ressources de leur travail expérimental et de leur créativité. Les paysans voisins et partenaires de l’Iredec contribuent avec des savoirs locaux, telles les classifications locales des stades de développement du riz. L’inventeur fait aussi appel aux ressources bibliographiques disponibles, dont un ouvrage d’agronomie du Gret sur l’élaboration du rendement du riz, où il découvre le modèle de tallage de Katayama.

87Mais ce forum hybride est incomplet et la controverse sociotechnique s’y développe peu. On a vu l’absence d’agronomes des institutions techniques ou de recherche officielles (ministère de l’Agriculture, Fofifa, Cirad, Irri), soit par manque de temps, soit par condescendance, soit par frilosité à collaborer à un projet non laïque (prêtre, séminaire, ONG d’obédience catholique). De plus Laulanié reste l’acteur dominant, en tant que détenteur de compétences (ingénieur agronome) et fondé d’autorité : professeur, prêtre missionnaire, directeur d’un centre de formation et fondateur d’ONG.

88Le caractère innovant du SRI, ses propriétés spectaculaires (gros plants, records de rendement) et l’absence de contestation interne et externe mènent néanmoins au succès de cette étape.

  • 227 Journalistes, avocats-courtiers d’autres ONG tels que P. Vallois qui a signé le premier ouvrage de (...)

89Pendant la seconde phase – « médiatisation » – (1991-1993), le succès du SRI ne peut être compris que comme résultant de l’interaction entre un contexte concomitant de demande de renouvellement sociopolitique et de nouveaux savoir-faire (notamment par le SNVA et la BM), face à une faible offre disponible dans les milieux de la recherche institutionnelle. Cette demande du forum des savoirs agricoles mobilise des acteurs de la sphère des savoirs jusqu’ici marginaux, tels ceux des organisations non gouvernementales. Un forum de communication de politique publique se monte, dont l’expression concrète est constituée par les rencontres annuelles de Mahitsy et par l’activité de médiateurs227. Confrontée à une rhétorique emphatique largement relayée dans les journaux et télévisions, l’opinion publique elle-même participe à ce forum de communication. Par cet appui politique et médiatique, les porteurs du SRI deviennent « les modernes » et se positionnent en opposition aux « classiques » (paysans « traditionnels », agronomes officiels « dépassés »).

  • 228 Il est possible que cette combinaison technique ait été testée à Madagascar ou ailleurs dans des pé (...)

90Le SRI en tant que découverte prometteuse, « option oubliée » révélée par le forum hybride initial228, est alors reçu comme un nouveau savoir moderne, porteur d’applications immédiates dans les politiques agricoles et donc adopté par les autorités. Les agronomes officiels, acteurs du savoir les plus actifs de la période antérieure, sont marginalisés par les pouvoirs demandeurs qui ont pris parti pour les nouveaux arrivants. Ces scientifiques sont pris de court et déconcertés par la politisation et la médiatisation précoces, ils peinent donc à se positionner. D’autant qu’une évaluation agronomique dans les règles était délicate, la méthode SRI n’étant décrite clairement qu’en 1993 et sa diffusion s’accompagnant de prescriptions cachées. Leurs outils expérimentaux rigoureux ont aussi été traduits par les promoteurs en « tests de masse » de nature plus démonstrative que scientifique, et donc utilisés contre eux. Ils étaient eux-mêmes peu disponibles, mobilisés par une recherche de solutions « post Rio » avec des moyens décroissants. Le discours de justification du SRI s’est donc plutôt construit dans cette phase par interaction avec l’arène politique et médiatique qui renforçait, en retour, les convictions de l’inventeur. La rencontre annuelle de Mahitsy, organisée pour faire rencontrer promoteurs et institutions nationales et internationales, véritable « sommet national du SRI », est la concrétisation d’un forum de communication de politique publique qui a compté dans cette interaction et a permis à Laulanié d’éviter le forum scientifique.

91La troisième phase de validation nationale (1994-1995), permet au discours de justification du SRI, entériné à la fois par les plus hautes instances scientifiques et politiques de Madagascar et par ses partenaires internationaux dominants du moment, d’être suffisamment légitimé pour qu’il atteigne un statut de vérité au sein de cette alliance d’acteurs. Cette phase s’appuie notamment sur l’Académie de Madagascar et une nouvelle classe d’acteurs puissante apparue depuis peu dans le pays, les experts économistes de la BM qui assignent à la recherche agronomique une place marginale et se fient explicitement aux ONG pour moderniser les thèmes du développement (BM, 1989). Le SRI est ainsi parvenu au rang de savoir « autorisé », en concurrence voire en remplacement de l’agronomie de la MAR. Pendant cette phase, le forum hybride initial se complète d’un petit réseau d’agriculteurs adeptes, souvent néoruraux, qui accueillent les premiers projets d’appui.

  • 229 Par exemple la base de données Cornell sur le SRI ne fait pas état des résultats expérimentaux Fof (...)

92Pendant la dernière phase (après 1995), cette vérité nationale convainc à son tour des courtiers du forum scientifique international reconfiguré par les agendas internationaux. Ils transforment un dogme local en postulat fondateur d’un nouveau cadre de recherche pour un nouveau réseau scientifique. La rhétorique de justification de l’inventeur a permis de compléter le forum hybride initial par des scientifiques de disciplines choisies (agroécologie, physiologie, et socio-économie) et de se mondialiser. Ceux qui restent exclus de ce forum hybride SRI sont les agronomes des instituts officiels, dans un premier temps seulement puisqu’ils le rejoignent après 2000 à travers le projet d’optimisation du SRI229, ainsi que la majorité paysanne qui n’adopte pas le SRI et est donc aussi exclue des mécanismes incitatifs qui lui sont localement dédiés.

93La recherche participative qui a engendré le SRI illustre la nature hybride des forums où des projets techniques, faisant face à des incertitudes scientifiques et sociales, sont débattus par un ensemble d’acteurs variés, donnant accès à des « solutions oubliées ». L’invention fait bien partie de ces « options oubliées », élargissant le champ des possibles. On doit aussi au PNVA (le programme agricole national) et à ATS (l’ONG de promotion) d’avoir su proposer son expérimentation directement à un grand nombre de riziculteurs malgaches, en un nouvel immense « forum d’expérimentation », même si les conditions de discussion de leurs résultats étaient biaisées par les mesures incitatives, les modalités d’échantillonnage peu rigoureuses, ou les stratégies de promotion. De même, le choix d’utiliser les organes médiatiques populaires est aussi une manière de prendre l’opinion publique à témoin, de l’impliquer dans le forum.

94En revanche les séminaires de Mahitsy étaient plus l’expression d’un forum de communication politique que d’un forum de savoirs : ils servaient d’abord d’outil médiatique, de chaire magistrale et de recrutement politique, préludes à la négociation, au lieu d’être consacrés au débat de savoirs.

95En s’excluant des forums scientifiques et en décourageant, par sa mise en politique précoce, toute velléité d’évaluation du SRI de la part des chercheurs et agronomes des services officiels, le forum hybride restait incomplet, exclusif, d’où un décalage avec l’idéal d’une « démocratie technique » qui supposerait des conditions équitables. L’entrée des sciences en démocratie (Callon et al., 2001) s’est accompagnée ici d’un raté de taille : l’exclusion de la science elle-même. Une meilleure inclusion précoce de tous les registres de savoirs aurait pourtant favorisé l’exploration d’un « domaine de recommandation » de cette invention aux dimensions multiples (production, travail, environnement, genre…) au bénéfice de l’efficience des actions de diffusion.

96Mais cette efficience que nous défendons par métier n’était peut-être pas celle qui prévalait alors. On ne peut exclure des rationalités politiques de divers ordres.

97Inclure d’autres agronomes aurait fait perdre du « sens » puisque les promesses merveilleuses du SRI répondaient pour les élites urbaines de l’opposition démocratique (certaines très liées aux Églises) à une certaine quête d’espérance, de sens, porteurs de lien social (bref du capital social). Ces nouvelles élites sortant d’une série de régimes dirigistes cherchaient à asseoir leur pouvoir dans un pays en crise économique et politique. Cette quête d’une croyance partagée justifiait la mise en veille d’une pensée trop rationnelle, et donc l’exclusion des représentants de celle-ci.

98Il s’agissait aussi, dans le contexte du moment, de stratégies de diversification diplomatique, pour diluer l’influence des ex-puissances tutélaires, la France, puis le monde communiste, et de mieux s’en affranchir. Les nouveaux mécènes américains, plus généreux que les appuis antérieurs et plus portés sur l’environnement et l’initiative privée (donc les ONG), ont d’abord vu dans le SRI une application originale, une innovation sans maître en quelque sorte, et des potentialités facilitant l’introduction des institutions anglo-saxonnes dans les arènes locales du développement rural malgache en bordures d’aires protégées. Ils n’ont eu ensuite qu’à accorder le discours de justification aux besoins des agendas internationaux.

Nature de ce nouveau savoir « civil »

  • 230 La qualification initiale du SRI varie entre riziculture scientifique (Laulanié, 1991) et rizicult (...)

99Pour comprendre la nature de ce nouveau savoir complexe, il faut le situer par rapport aux autres types de savoirs (locaux, scientifiques) et examiner les formes prises par les processus de transmission. Le SRI est d’abord un savoir-faire, en tant qu’objet technique innovant né d’un forum hybride. Il s’accompagne aussi d’un discours de justification, dont la nature n’est ni scientifique, ni locale, mais qui emprunte aux deux, se réclame des deux230 et s’oppose aux deux, en une forme de synthèse dialectique.

Rapport aux savoirs locaux et adoptions locales

100Le SRI est une invention technique locale, à la promotion appuyée sur des « savoirs locaux » mais visant à se substituer aux pratiques locales. Sa reconnaissance au niveau international est liée au fait qu’il était souvent présenté comme émanant du « local » dans un sens général. Ce serait donc un « néosavoir local universalisé ».

  • 231 La qualification « intensive » est justifiée puisque le travail augmente (+ 60 % dans la région Bet (...)
  • 232 Une faible densité appelle des plants bien tallés, donc de très jeunes plants, et par conséquent un (...)

101La genèse très localisée et très empirique du SRI (même si l’inventeur revendique une approche théorique scientifique, en fait conçue a posteriori) rejoint certains aspects des savoirs locaux qui se sont en partie construits sur l’inventivité et l’expérience immédiate des paysans dans des contextes locaux, sans possibilités de généralisation. En tout cas le statut d’invention du SRI est incontestable : Laulanié et ses étudiants (dont certains issus du monde rural) ont bien conçu et lancé une proposition originale d’itinéraire technique « faisant système », en décalage avec les normes en vigueur, locales ou introduites antérieurement, et pouvant rendre des services. Cette technique très intensive en travail élargit le champ des techniques rizicoles reconnues à Madagascar et celles connues par les paysans231. L’inventeur s’est démarqué en exploitant le domaine des variables techniques encore disponibles et en poursuivant la trajectoire de changement impulsée par la « riziculture améliorée » vers des peuplements moins denses. Il a aussi raisonné de façon systémique, au moins partiellement232. Cet itinéraire technique conduit à des peuplements de riz reconnaissables, sous la forme d’un réseau géométrique de gros pieds espacés. Cette technique confère ainsi une signature, tout comme le semis en ligne avant le SRI : elle sert d’abord à signifier que l’agriculteur est engagé dans la réforme SRI et le rend éligible à certains avantages (concours, accès à financement…). Elle forge une identité de groupe, et initie un réseau d’acteurs, produisant du capital social et constituant la clientèle d’une nouvelle filière de développement d’ONG agroécologiques.

102Le SRI est désormais adopté non seulement par tous les projets mais aussi par des riziculteurs en maints endroits, certes marginalement. Aussi l’innovation, en tant qu’invention adoptée, est incontestable.

103Les pratiques locales, celles qui ne se prévalent ni du SRI ni du SRA contiennent une grande proportion de caractères hérités (par exemple : variétés des ancêtres, plantation en foule) mais aussi des emprunts à la modernité (par exemple : labour attelé, variétés de la recherche, fumure minérale) et des innovations locales récentes, basées sur la propre capacité de recherche des paysans confrontés à un changement de contexte (par exemple : double labour, accroissement de densité) (Serpantié et Rakotondramanana, 2013). La conjonction des trois sources du savoir agricole dans ces pratiques locales, à savoir l’héritage, l’expérience et l’apprentissage, montre le caractère ouvert et dynamique des savoirs locaux mais en même temps une part de fidélité à leur héritage. Ils évoluent ainsi par l’absorption de nouvelles connaissances locales et introduites sur un socle ancien. La légitimité des inventions et des emprunts tient d’abord à leur efficacité, c’est-à-dire leur aptitude à pourvoir aux besoins et à s’intégrer aux moyens économiques et cadres sociaux locaux. Ainsi le SRI lui-même n’a pas été refusé a priori par les paysans approchés par la vulgarisation, comme le montre le taux élevé d’apprentissage (Moser et Barrett, 2003), mais seulement abandonné après évaluation en l’absence d’incitations. Le SRI a finalement été adopté marginalement, parfois pour les mesures incitatives (conditionnalités), parfois pour des motifs de distinction et de promotion sociale. Quelques paysans, moins nombreux, se trouvent dans les situations très favorables (maîtrise d’eau et fertilité) où le SRI confère un avantage palpable de rendement et où le ménage peut parer à ses coûts élevés. Certaines femmes seules avec de très petites surfaces l’ont aussi adopté. Elles voient un intérêt au repiquage SRI (moins de semence, pépinière courte facile à conduire, moins de plants à repiquer, meilleurs salaires de repiquage).

104D’autres changements contextuels (comme la diminution des disponibilités en eau, le montage de filières bio aux prix plus avantageux ou la mécanisation du repiquage accessible) pourront aussi bénéficier à la diffusion du SRI (Serpantié et Rakotondramanana, 2013). Le SRI reste donc une option technique qui peut trouver des opportunités d’adoption dans une population de riziculteurs hétérogène, très ouverte à l’innovation, et dans un marché du riz en évolution et une société en mutation. C’est pourquoi l’invention SRI, si on la considère comme une alternative comme une autre, utile dans certaines conditions, et non comme « la » norme à suivre, reste une des multiples options disponibles pour l’adaptation d’une riziculture confrontée aux changements et enjeux globaux.

105En somme, les paysans ont finalement peu contribué à la mise au point du SRI et l’ont peu adopté, le local s’exprime surtout dans l’argumentaire de promotion (« système intensif malgache », « développé avec de petits paysans ») et dans son usage de références symboliques locales. C’est ce qui a facilité la reconnaissance internationale du SRI. En réalité, il « tourne le dos » aux savoirs locaux.

106Car le SRI est d’abord une critique des savoirs et pratiques rizicoles locaux. Une telle critique existait déjà dans les approches agronomiques institutionnelles. Les pratiques locales étaient souvent renvoyées à leur caractère « traditionnel » sous-entendant que celles-ci sont figées et obsolètes, dans une rhétorique simplificatrice. Mais les agronomes promoteurs de la « riziculture améliorée » avaient quand même réalisé des descriptions approfondies des pratiques paysannes, de leur diversité et de leur dynamique, dans une recherche de compréhension préalable (Dufournet et Rabemanantsoa, 1961). L’amélioration consistait surtout à apporter des compléments technologiques issus de l’industrie et des biotechnologies à des bases techniques locales, ce qui nécessiterait le repiquage en ligne, mais sans remise en cause de la base technique locale.

  • 233 « Fini la riziculture de l’à-peu-près » (Laulanié, 1993 : 113).

107De leur côté, les promoteurs du SRI ont adopté une critique beaucoup plus frontale des savoirs antérieurs. Ils n’hésitaient pas à dénigrer les pratiques et savoirs locaux, perçus comme approximatifs233, voire barbares (Laulanié, 2003 : 74), au point de préconiser tout le contraire en vue de dépasser le progrès apporté par la norme MAR, jugée obsolète. Pour innover par rapport à la MAR sans prendre position sur les « intrants », il fallait forcément toucher à la base technique locale que conservait la MAR (notamment la gestion de l’eau, la pépinière inondée, les paramètres locaux de repiquage).

108Ce discours de progrès est le premier entendu lorsqu’on se rend sur la rizière d’un adoptant prosélyte du SRI (souvent un néorural) ou auprès d’une organisation promotrice. Cette pratique les distingue des paysans ordinaires et préfigure la future riziculture. La nouvelle conjoncture favorable aux savoirs locaux des années 1990 n’a donc pas fait évoluer les choses en matière de reconnaissance des savoirs locaux rizicoles, on a même plutôt assisté à une forme de régression avec la norme SRI.

Place de la science dans l’élaboration du discours de justification et la diffusion

109Avant adoption politique, il s’agit d’une phase d’exclusion et d’instrumentation de la science ; après adoption, on assiste à une phase d’absorption de la science, puis avec la diffusion internationale, de récupération par la science d’un nouveau sujet et de ses financements dédiés.

  • 234 Dans un premier temps, les inventeurs du SRI ont sélectionné des résultats scientifiques de physiol (...)

110La phase de conception du SRI dans la décennie 1980 est essentiellement empirique. La mobilisation de la physiologie végétale apparaît dans le premier texte qui permet à l’inventeur de présenter une nouvelle « riziculture scientifique » (1991). Mais au moment de la première présentation dans une revue agronomique (1993), le rapport aux chercheurs devient critique. Il s’agit de prendre ses distances avec une agronomie d’État jugée incapable de se renouveler et jugée trop empirique (Laulanié, 1993). Chaque article de présentation du SRI cumule en fait théorisation savante à l’échelle du pied 234 et discours sans fondement rationnel sur les effets sur le rendement. L’évitement initial des forums scientifiques traitant de riziculture, le débat agronomique toléré seulement en présence du pouvoir politique, l’absence de méthodologies ou références associées aux résultats annoncés, l’absence de résultats comparatifs sur une base représentative sont autant de constats que le discours de justification du SRI restait éloigné des critères scientifiques. Dans les articles publiés dans des revues agronomiques, la partie « méthode » correspond à un ensemble de prescriptions techniques mais non à une méthodologie de recherche. Le reste, fondé sur une énumération des avantages du SRI, est plus un plaidoyer qu’une analyse. Au sein d’une ONG « de recherche » comme Iredec, la rigueur scientifique n’était pas non plus la valeur première : « La science n’est pas notre métier », nous fait comprendre un ancien technicien. Non seulement elle impliquerait un coût et des compétences spécifiques, mais d’autres valeurs sont privilégiées, à savoir celles qui ont cours dans les entreprises. L’exactitude du raisonnement compte moins que des critères plus stratégiques : la relation de confiance à l’inventeur, la nouveauté, la beauté ou « le sens » de son idée, son caractère prometteur et l’adhésion du public (bien que celle-ci puisse être biaisée). Ceci conduit à une forme d’impressionnisme. L’action collective exige d’abord confiance, solidarité, identité de groupe (ici le qualificatif « agroécologique »), bref une croyance partagée. Son appui politique (financement notamment) exige en plus de l’attractivité, donc visibilité et démarcation, une conformité aux courants internationaux, c’est-à-dire une innovation, et une rhétorique adaptée pour relier l’innovation à ces courants.

111Dans la phase de médiatisation, les concours de rendement ATS et les tests de prévulgarisation SNVA généraient une inflation de données sans intérêt scientifique mais à forte empreinte sur l’opinion des non spécialistes du riz, à commencer par les experts de la Banque mondiale, les socio-économistes et les classes urbaines prises à témoin par les médias. Cet empirisme sans contrôle et cet emballement vers une surproduction de résultats emphatiques ont produit surtout de la confusion, au point que ces excès sont reconnus par les ONG elles-mêmes, mais justifiés en tant que « pieux mensonges » (Vallois, 1996).

  • 235 Ce gap de rendement était le constat que des techniques, évaluées en station expérimentale comme av (...)
  • 236 Les publications critiques sont versées dans les bases de données de Cornell dans la catégorie cont (...)

112Dans un troisième temps, une fois l’adoption politique acquise, la communauté scientifique, y compris agronomique, est activement sollicitée en vue de travaux de légitimation, d’optimisation ou d’explication de l’effet SRI postulé puisque le débat sur son utilité est politiquement clos. Une fois adopté par Madagascar, donc légitimé politiquement, le SRI n’a plus manqué de partenaires scientifiques. Le nouveau cadre de recherche SRI, appuyé sur le postulat fondateur – le SRI multiplie le rendement sans intrants supplémentaires et avec moins d’eau, il est donc plus écologique –, a conduit à l’inflation des publications scientifiques inscrites dans son cadre. La légitimation scientifique a profité du nouveau paysage scientifique des arènes du développement de l’après Rio, où dominaient désormais écologie (pour l’agenda de la biodiversité), socio-économie (pour l’agenda de la participation) et sciences de la terre (pour l’agenda du climat). Tous ces chercheurs ne se sont pas forcément prononcés sur le postulat fondateur, l’acceptant néanmoins comme cadre. La plupart y ont adhéré, ayant été séduits par l’apparence du riz (grosses touffes prolifiques), par les biais dus aux « prescriptions cachées », par certaines propriétés du SRI qui font illusion, telle l’existence de records, ou par les résultats bruts de sondages de rendement réalisés sans précautions méthodologiques. Pour les agronomes des organismes officiels aussi, le SRI devient alors un cadre de recherche. Il n’est plus question de l’évaluer ou, si on l’évalue chez le paysan, c’est encore avec des méthodes peu rigoureuses. Le SRI est ainsi devenu « la technique qui fonctionne dans la pratique mais pas dans la station expérimentale », inversant le « gap de rendement »235 classique entre agronomie expérimentale et on-farm research (Senthilkumar et al., 2008). Ce cadre de recherche a créé des inclus et des exclus. Une marginalisation des publications de chercheurs externes à ce cadre est notable dans les bases de données de Cornell sur le SRI236.

Nouvelles formes de transmission et d’argumentation

113Avec le SRI, on observe la mobilisation de nouvelles formes d’échanges et de diffusion du savoir agricole. Il y a d’abord des passeurs médiatiques institutionnels, journaux catholiques avant 1992 et quotidiens nationaux ensuite, intéressés par le caractère sensationnel du SRI et les avocats qui écrivent des ouvrages de plaidoyer (Vallois, 1996). Les télévisions publiques et privées ne sont pas en reste, avec la présentation de la technique et de ses potentialités suivie du comptage de tiges d’un gros pied de riz SRI, face caméra.

  • 237 Il a eu la curiosité d’essayer le SRI en 1993 à partir de descriptions dans un journal. Ayant quel (...)

114Les premiers passeurs locaux ont été des néoruraux, tel l’actuel président de la coopérative d’Ambatovaky (en bordure du parc national de Ranomafana) qui était en 1993 un jeune infirmier diplômé237. Les passeurs régionaux, après les ONG dédiées au SRI, ont souvent été des projets américains (CIIFAD, LDI, ERI), puis français (projets des ONG Agrisud et AFDI).

115Le rôle de l’université dans la reconnaissance et la transmission de connaissances « autorisées » est essentiel. Mais il s’agit d’abord d’universités anglophones. À Antananarivo Laulanié Green University associée à un centre de formation à la langue anglaise forme aux pratiques « agrobiologiques » comme le SRI et l’agrotourisme. L’université new-yorkaise Cornell, avec Norman Uphoff, est celle qui a le plus œuvré à la reconnaissance internationale et à la formation d’une « école SRI » à l’Université d’Antananarivo (Joelibarison, 1998) et au Fofifa (Andrianaivo, 2003). Cette personnalité universitaire est aussi largement à la source du développement international du SRI et des recherches liées à son réseau SRI-rice.

  • 238 Par exemple on peut lire : « Les lobbies de l’agriculture biochimique, voire des OGM, ne s’y retrou (...)

116Un autre vecteur international est représenté par les ouvrages touristiques prônant un écotourisme solidaire. Ils prennent le relais vers le public touristique du Nord. Reprenant la rhétorique SRI à leur compte, ils dénoncent les « pourfendeurs du SRI »238.

117Certaines revues scientifiques ne sont pas en reste : l’acceptation des articles de plaidoyer pour le SRI dans des revues agronomiques européennes dès 1993 révèle l’évolution de l’agronomie elle-même, vers la reconnaissance de contributions non académiques et une certaine tolérance en matière méthodologique. Cette dernière exprime le souci des revues de se conformer à la nouvelle demande sociale pour des alternatives au prix de renoncements à la garantie de qualité scientifique du discours. Il existe aussi des revues théoriques éditant des approches agroécologiques issues des « sciences dures » moins regardantes sur les méthodes expérimentales que sur les justifications empruntées aux « sciences dures » (écophysiologie par exemple).

  • 239 Par exemple on peut lire : « le SRI peut produire 20 t quand les pratiques traditionnelles malgache (...)

118Quant aux procédés de transmission et diffusion de ce savoir, ils relèvent essentiellement d’un discours dogmatique qui donne peu prise à la contradiction. La promotion a recours depuis le début à des rhétoriques consistant à comparer de l’incomparable239. Ces entorses à la rigueur, combinées à une théorie savante séduisent un nouveau public urbain non scientifique et peu critique, tout en éloignant le scientifique. La personnification (« écoutez le riz ») puise dans des représentations malgaches et joue aussi sur un registre culturel et affectif : le riz des ancêtres dans une société marquée par l’ancestralité (Blanc-Pamard et Rakoto-Ramiarantsoa, 1993). Les réponses aux articles critiques prennent une forme philosophique et polémique permettant d’éviter de répondre point à point. La personnalisation autour de figures emblématiques du réseau et respectées, l’appui sur la dimension morale ou les professions de foi, l’usage d’une iconographie emphatique sont aussi d’autres procédés rhétoriques auxquels les médias ou un public urbain ou néorural peuvent être très réceptifs, mais qui permettent surtout d’esquiver la contradiction.

Un savoir civil

119Ce qui caractérise l’ensemble de ce processus de construction initial d’un savoir autour du SRI (savoir-faire et discours théorique) est le poids important des agronomes, étudiants et agents techniques d’agriculture opérant au sein d’organisations non gouvernementales ou privées (Centres de formation catholiques, ATS, Iredec, ICTE, CIIFAD et désormais les ONG de promotion de l’agroécologie comme Agrisud ou AFDI). Ils ont contribué à donner un vernis scientifique aux essais menés au sein de ces différentes institutions. Leurs compétences sont mises au service de l’action plus que de la connaissance universelle puisqu’ils se sont passé des méthodes les plus reconnues et qu’ils se sont coupé des forums scientifiques, au moins au départ. Le SRI constitue leur thème technique emblématique en matière rizicole, comme la MAR était emblématique de la recherche agronomique institutionnelle et le cadre incontournable de ses recherches. Au sommet de Rio en 1992, les ONG avaient revendiqué et obtenu de prendre part aux débats. Cette tendance a favorisé la genèse du SRI en tant qu'innovation portée par des organisations de la société civile.

120Un autre caractère de cette genèse est le rôle central joué par des autorités (prêtres, responsables d’ONG, responsables d’associations internationales de recherche, ministres, diplomates, experts BM) représentant les pouvoirs naissants des années 1990. Les institutions internationales (FAO, Irri, Adrao…) sont démarchées toujours au plus haut niveau par les promoteurs. Les convictions de ces nouveaux pouvoirs sont alors plus facilement qualifiées en « savoirs » grâce à des partenariats scientifiques, académiques et universitaires ciblés.

121De ces convictions partagées au sein d’un réseau international d’autorités et de groupes associatifs dépositaires d’un pouvoir d’action locale, d’une parole publique et d’une influence sur l’État naît donc une nouvelle forme de « savoirs autorisés ». Le nouveau savoir, autorisé au plan national, puis universalisé mais néanmoins confronté à la controverse dans le monde scientifique, serait à classer dans les « savoirs communs » de la société civile, que l’on pourrait appeler des « savoirs civils » en référence à la société civile dont se réclament leurs promoteurs. Ce savoir aurait des caractéristiques spécifiques : caractère hybride, modes de transmission privilégiés, recours au dogmatisme.

Conclusion

122Le discours de justification de l’innovation SRI se présente comme un « savoir complexe » à la croisée de la science et de la production locale d’un nouveau savoir-faire par voie empirique. Il acquiert par son internationalisation le caractère hybride de « néosavoir local à portée universelle ». Mais si la science est mobilisée surtout dans le discours de justification, cette innovation se pose en opposition aux savoirs techniques disponibles, tant issus des centres de recherche agronomiques que des savoirs locaux. Il est donc difficile d’en faire un « savoir hybride » classique qui comprendrait des éléments scientifiques et des éléments empruntés à des savoirs locaux combinés de façon à produire une certaine cohérence. Il s’agit d’un « savoir civil », de nature complexe, parallèle à d’autres types de savoir, locaux ou scientifiques, et né dans un contexte favorable à toute innovation venue « d’en bas ».

123La nouvelle agronomie du riz, qui se construit à partir de l’invention de Laulanié, est un cas d’école des changements dans les forums du savoir agricole au tournant de 1990. Elle est une marque de l’entrée mouvementée de l’agronomie en démocratie. Elle signe l’avènement d’une gouvernance du savoir agricole où s’installent les organisations non gouvernementales et internationales en recherche de démarcation idéologique (opposition à la révolution verte notamment) et d’innovations afin d’alimenter les référentiels inscrits dans les agendas internationaux de la participation, de l’environnement, de l’adaptation et de la sécurité alimentaire. On peut ainsi reconnaître la norme SRI comme une des premières tentatives, encore maladroites, pour lancer une « riziculture durable ».

  • 240 Par exemple la visée de très hauts rendements, la surfertilisation, les labours profonds, les sarcl (...)

124Mais la nouvelle gouvernance en matière de développement agricole, induite par Rio et appuyée par la BM qui ouvre une voie royale à de nouveaux acteurs associatifs et qui s’appuie désormais sur un pluralisme de points de vue vers une « démocratie de savoirs », est aussi restée porteuse d’exclusions. Elle n’a finalement pas changé le principe antérieur d’imposer à des populations croissantes de paysans, jusqu’à une échelle mondiale, des normes techniques appuyées sur un discours dogmatique. Ainsi dans cette genèse, de multiples acteurs nationaux nés de la libéralisation et nantis de pouvoir prennent parti pour inscrire en politique, et donc prescrire aux paysans, une alternative technique coûteuse en travail spécialisé, non encore évaluée dans ses résultats de production ou environnementaux, et sans domaine de recommandation plus précis que les « rizières à bonne maîtrise d’eau ». Ils la considèrent cependant comme très prometteuse sur d’autres plans : nouveauté, procédures de test on-farm et communications à l’Académie accomplies, promesses de réponse aux nouveaux enjeux sociaux ou écologiques. Mais ce sont des promesses souvent difficiles à tenir240.

125Associer les paysans et des scientifiques dès le début à des expérimentations équitables aurait été la première condition d’information mutuelle. La place laissée aux paysans dans ce « forum hybride » est restée par la suite très marginale, puisque personne n’a tiré de leçons de leurs « désadoption » massive après apprentissage, qui était une manière d’exprimer leur désintérêt. Une fois de plus, on a préféré rechercher des « inadaptations paysannes » à l’innovation, renforcer les mesures incitatives, plutôt qu’examiner la qualité du discours technique des promoteurs, les fondements du postulat à la base du cadre de recherche SRI, ou l’intérêt des suiveurs financiers ou politiques. Bien que toujours contesté par une partie de l’institution agronomique internationale mais aussi malgache et par la grande majorité du monde paysan, qui l’a essayé mais ne l’a pas adopté, ce savoir civil est devenu le seul autorisé dans les organisations et projets se prévalant d’agroécologie en matière de riziculture à Madagascar.

  • 241 Elle était inconsciente puisque le SRI était d’abord une conviction partagée par un réseau d’acteur (...)

126Il en est allé de même des méthodes pour actionner ce savoir alternatif. La légitimation et l’adoption politique ont été le fruit de méthodes de mobilisation institutionnelle et médiatique plus que d’appui sur un débat ouvert incluant les scientifiques institutionnels. Les bases cognitives sont restées déséquilibrées et la confusion érigée en principe. La stratégie des promoteurs241 incluait une démarche dogmatique basée sur l’autorité de certains acteurs institutionnels (recherche encadrée par le réseau SRI-rice, adoption politique précoce avant toute évaluation) et sur l’identité (la qualification « agroécologique ») pour créer un réseau. Ce processus complexe a permis à ce « savoir civil » de s’imposer à Madagascar, de s’exporter et de se mondialiser. Cette gouvernance s’est donc révélée plus démocratique qu’autrefois avec l’inclusion des ONG et de leurs « savoirs civils », mais toujours incomplète, avec la marginalisation des plus concernés, les agronomes institutionnels et les paysans. Cette démocratie de savoirs est donc encore très perfectible, dans le cas de la gouvernance des savoirs agricoles à Madagascar.

127Quant aux savoirs et pratiques locaux, ils résistent ou évoluent d’une autre façon, par la vitalité de la transmission intergénérationnelle et de voisinage, et par la recherche permanente d’adaptation aux changements du contexte local ou aux nouvelles aspirations des ménages. Ce qui, dans certains cas encore rares, passe aussi et non exclusivement par l’adoption du SRI.

Notes

185 La CDB lance une injonction de « respect, de préservation et de maintien des connaissances, innovations et pratiques des communautés autochtones et locales qui incarnent un mode de vie traditionnel » (Bérard et al, 2005). Lors de la réunion de Buenos Aires de 1996, l'accent est mis sur les savoirs locaux.

186 Merci aux divers interlocuteurs des entretiens sur la genèse du SRI, à l’UMR Gred qui a organisé ce séminaire et ce projet éditorial, et aux divers relecteurs de ce manuscrit, qui n’ont pas ménagé leur peine.

187 Jobert (1992) distingue les forums scientifiques (espace de débat à enjeux de savoir) des forums de la communication politique (enjeux de pouvoir). Les arènes sont les espaces de négociation.

188 Callon et al. (2001) désignent ainsi des solutions qui n’auraient probablement jamais émergé sans ces forums hybrides.

189 La base de données de Cornell University sur le SRI http://sri.ciifad.cornell.edu/research/JournalArticles.html (consulté le 14 septembre 2019) contient à cette date un total de 1 300 références, montrant l’engouement scientifique déclenché par cette alternative, essentiellement en Chine et en Inde.

190 Dufournet et Rabemanantsoa, 1961 ; Le Bourdiec, 1974 ; Blanc-Pamard et Rakoto-Ramiarantsoa, 1993.

191 Par exemple, savoir-faire en matière d’aménagement des pentes, de maîtrise des eaux et des conduites techniques, qualité du matériel végétal, avec les atouts des systèmes fonciers, d’élevage (travail et fumure organique) et de mobilisation du travail.

192 Les années 1960 étaient une période d’expansion des rizières aux dépens de marais avec des pratiques extensives sur les nouvelles rizières tourbeuses (Serpantié et Toillier, 2007).

193 C’est le cas des inondations cycloniques et de l’étroite fenêtre thermique favorable, en altitude, condamnant les plantations tardives à de faibles rendements

194 La méthode d’échantillonnage était aussi en cause. Ces enquêtes administratives étant menées tardivement par rapport à la pleine saison de récolte, elles augmentaient la représentation des faibles rendements qui caractérisent les plantations tardives confrontées au retour précoce du froid en altitude.

195 « En foule » signifie une disposition de pieds de riz sans ordre apparent.

196 Par exemple par la généralisation du double labour (un labour après récolte et un labour avant repiquage) ou encore par l’accroissement de densité de repiquage (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

197 Par exemple, nouvelles variétés, engrais minéraux, travail attelé, cultures de contre-saison.

198 Ainsi les rizières de bas-fond à bonne maîtrise d’eau, menées en « pratique locale », produisent aujourd’hui en moyenne 4 t/ha en pays Betsileo vers Fianarantsoa (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

199 Le paddy est le riz brut obtenu après battage et vannage.

200 Institut international de recherche sur le riz (International Rice Research Institute) rattaché au groupe consultatif de recherche agricole internationale (CGIAR).

201 Fofifa : Foibem-pirenena momba ny Fikarohana ampiharina amin'ny Fampandrosoana ny eny Ambanivohitra ou Centre national de la recherche appliquée au développement rural, (Cenraderu). À l’époque, cet institut dépendait seulement du ministère de la Recherche et collaborait en matière de recherches rizicoles notamment avec le Cirad (Centre de recherche français) et l’Irri, un organisme de recherche international sur le riz du réseau CGIAR.

202 Le tallage est la phase de ramification du pied de riz en tiges ou « talles ». Une partie donnera naissance à des fructifications (talles fertiles).

203 L’Iredec (Institut de recherches et d'application des méthodes de développement communautaire) créé en 1985 est une ONG laïque, créée sous l’influence de l’Église, qui appuyait au départ les communautés ecclésiales villageoises ayant un projet de développement (Droy, 1993 : 56 ; Mouroux, 2008).

204 La fumure organique fait partie des pratiques locales, cependant il s’agit d’une ressource rare, insuffisante et très inégalitaire, puisque liée au cheptel et aux capacités de transport (charrettes).

205 Cette formule de Laulanié (1993), qui n’est pas le résultat d’une méthode d’investigation, consiste à comparer la moyenne publiée du rendement rizicole des années 1960 à des records observés par les promoteurs sur des champs de démonstration SRI des années 1990. Comparer de l’incomparable (moyenne et maximum, rizières à bonne maîtrise d’eau et toutes les rizières, années 1960 et années 1990, parcelles ordinaires et parcelles de démonstration, mesures scientifiques questionnables et mesures de promoteurs non questionnables) est évidemment une démarche en décalage avec les exigences de la méthode scientifique. Mais cette formule sera reprise telle qu’elle par tous les successeurs de Laulanié, à commencer par Uphoff (1999), Stoop et al. (2002) et des évaluateurs socio-économistes (tels que Jenn-Treyer et al., 2006), qui en font un postulat de départ.

206 Car il n’y a pas de lien général entre le nombre de tiges végétatives par pied et la densité de fructifications/m², ou encore entre le taux de tallage et le rendement final.

207 Le système « Formation et visite » de Daniel Benor (expert de la BM) était fondé sur un protocole intensif de formation de vulgarisateurs aux dernières technologies et de visites de contrôle auprès d’exploitants pilotes.

208 La prévulgarisation consiste en tests on-farm, visant à commencer la diffusion d’un thème technique auprès d’agriculteurs partenaires et à obtenir leur premier feed-back. Ces « tests » ne sont pas recevables comme référence agronomique à moins que des chercheurs participent à leur conception, mise en place et suivi (vérification de la représentativité des témoins, qualité de l’échantillonnage…). La BM, dès 1990, décidait plutôt qu’ils soient menés directement par le SNVA, la recherche étant alors reléguée au traitement statistique des données (Banque mondiale, 1990). La recherche était donc d’emblée coupée du terrain.

209 […] rice yields on some 1,700 demonstration plots in farmers' fields, with good water control, increased by an average of almost 100 percent compared with control plots using traditional techniques.[…] these results were achieved without any cash investment, using techniques adopted directly by the farmers (Banque mondiale, 1995 : 5).

210 Le SRI (maîtrise d’eau et plants de 8 j) gagne de 69 % à 258 % de rendement par rapport au témoin. Mais le simple repiquage de plants plus jeunes sur rizières sans maîtrise d’eau (c'est-à-dire la MAR) donne aussi de + 43 à 251 % (BM, 1995 : 22). Tous les autres thèmes testés font état de gains du même ordre de grandeur. Ces essais étaient menés dans un esprit de démonstration/promotion mais non de recherche de références techniques.

211 Stony Brook et Cornell sont deux universités new-yorkaises. Le CIIFAD de Cornell appuie les programmes de développement agricoles de l’USAID et les organisations de la société civile à travers des recherches d’accompagnement.

212 Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l’Ouest.

213 A system of plant, soil, water and nutrient management for irrigated rice developed in Madagascar has been yielding 5, 10, even 15 t.ha-1 on farmers' fields where previous yields averaged around 2 t ha-1 (Uphoff, 1999)

214 In 1994 irrigated rice yields around Ranomafana were only about 2 t/ha (…). Within 4 years (…) rice yields averaged 8,8 t/ha with some farmers reaching 12-16 t (Stoop et al., 2002 : 253).

215 Les deux articles paraissent dans des revues agronomiques ou environnementales « systémiques », l’une traitant de techniques pour le développement et la durabilité, l’autre ouverte sur l’innovation agricole.

216 Les composantes, c’est-à-dire les différents paramètres du repiquage (densité, nombre de brins, âge du plant…), sont supposées entrer en « synergie » (Uphoff, 1999 ; Stoop et al, 2002).

217 Les rapports et thèses d’étudiants sur le SRI contiennent invariablement trois parties : l’introduction est une reprise de la rhétorique SRI, posée en postulat ; la partie suivante est une analyse rigoureuse sur un point précis ; enfin la discussion fait des propositions d’amélioration du SRI ou au profit de sa diffusion.

218 Certains partenaires privés comme Better-U Fondation (fondée par l’acteur Jim Carey) financent le groupement SRI malgache monté en 2008, destiné à mettre en réseau les ONG, les projets d’appui et les adeptes du SRI.

219 Dans son discours de justification technique, Laulanié s’appuie principalement sur deux théories physiologiques à l’échelle du pied de riz : le développement des tiges (notamment le modèle de tallage et l’enracinement, les perturbations de ce développement liées au stade de repiquage et à la concurrence), enfin l’impact négatif de sols réducteurs sur la santé des racines (Laulanié, 1991 ; 1995). Ces arguments ont été intégralement repris par les appuis internationaux et augmentés de références à la microbiologie des sols.

220 Razakamiaramanana (1995) compare le SRI avec une pratique locale (variété locale et repiquage en foule) servant de témoin. Le SRI gagne seulement + 5 % de rendement par rapport au témoin qui donne 4,3 t/ha.

221 Où les mesures de rendement étaient menées sommairement par des projets promoteurs.

222 Tsujimoto et al. (2009) montrent que les parcelles SRI de concours sont très fertilisées et labourées profondément, ce qui explique de hauts rendements (10 t/ha de paddy humide) mais très inférieurs aux annonces ronflantes de ATS.

223 Référence de « la riziculture traditionnelle » utilisée par les promoteurs de l’intensification (section La riziculture malgache vue par les agents de développement).

224 Et même + 30 % en cas d’absence d’engrais, ce qui nuit au témoin sans engrais sous inondation, ce qui serait une propriété utile à valoriser en « bio » (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

225 Il se produit des records de 8 t/ha en SRI, contre 7 t/ha pour les autres pratiques (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

226 Les (rares) adoptants de SRI se localisent près des routes et marchés, où les paysans sont plus aisés, les projets d’appui plus actifs, la fumure et les cultures de contre-saison qui la valorisent plus abondantes et la main-d’œuvre salariée plus disponible.

227 Journalistes, avocats-courtiers d’autres ONG tels que P. Vallois qui a signé le premier ouvrage de plaidoyer (Vallois, 1996).

228 Il est possible que cette combinaison technique ait été testée à Madagascar ou ailleurs dans des périodes antérieures et n’ait pas été retenue du fait de sa mauvaise productivité du travail.

229 Par exemple la base de données Cornell sur le SRI ne fait pas état des résultats expérimentaux Fofifa de 1995 et classe les articles agronomiques qui relativisent l’intérêt du SRI par ses inconvénients dans la catégorie controversy.

230 La qualification initiale du SRI varie entre riziculture scientifique (Laulanié, 1991) et riziculture intensive malgache (Laulanié, 1993,), avant de devenir riziculture agroécologique (Uphoff, 1999).

231 La qualification « intensive » est justifiée puisque le travail augmente (+ 60 % dans la région Betsileo selon Serpantié et Rakotondramanana, 2013) mais tend à faire passer toute autre pratique (locale ou introduite) pour extensive.

232 Une faible densité appelle des plants bien tallés, donc de très jeunes plants, et par conséquent une gestion de l’eau très précise, impliquant des sarclages répétés puisque l’eau en excès a une fonction désherbante.

233 « Fini la riziculture de l’à-peu-près » (Laulanié, 1993 : 113).

234 Dans un premier temps, les inventeurs du SRI ont sélectionné des résultats scientifiques de physiologie végétale en vue de théoriser a posteriori leur conviction et pouvoir se prévaloir de science. Mais le recours au modèle de tallage, valable à l’échelle plante, a été généralisé à l’échelle parcelle sans précaution. Les continuateurs américains ont emprunté ensuite au vocabulaire systémique (« synergies entre composantes ») mais sans démonstration et sans réflexion systémique aboutie (ni changement d’échelle, ni évaluation des coûts et des gains par rapport à d’autres systèmes, ni validation de terrain).

235 Ce gap de rendement était le constat que des techniques, évaluées en station expérimentale comme avantageuses, donnaient des résultats décevants dans la pratique paysanne, où les conditions de mise en œuvre sont tout autres. Avec le SRI, ce sont les méthodes d’évaluation qui sont moins rigoureuses on-farm qu’en station expérimentale, ce qui inverse le gap.

236 Les publications critiques sont versées dans les bases de données de Cornell dans la catégorie controversy et les premiers écrits malgaches critiques en sont absents.

237 Il a eu la curiosité d’essayer le SRI en 1993 à partir de descriptions dans un journal. Ayant quelques adeptes autour de lui, il a surtout entrepris un partenariat durable avec les promoteurs, notamment pour mener des essais d’optimisation (Joelibarison, 1998) et accueillir des projets d’appui. Depuis 1994, les projets de vulgarisation et d’appui au SRI n’ont pas cessé à Ambatovaky, les derniers en date fournissant des engrais subventionnés aux adoptants. Cette incitation permanente de 20 ans a conduit ce village au taux record de 70 % d’adoptants en 2013, chacun cultivant au moins cinq ares en SRI (Serpantié et Rakotondramanana, 2013).

238 Par exemple on peut lire : « Les lobbies de l’agriculture biochimique, voire des OGM, ne s’y retrouvent pas et tentent d’influer pour que soit maintenue la riziculture traditionnelle » (Desmont, 2014 :62)

239 Par exemple on peut lire : « le SRI peut produire 20 t quand les pratiques traditionnelles malgaches ne dépassent pas 2 t » (Agridape, 2013).

240 Par exemple la visée de très hauts rendements, la surfertilisation, les labours profonds, les sarclages répétés observés dans les pratiques SRI (Tsujimoto et al., 2009 ; Serpantié et Rakotondramanana, 2013) ne relèvent pas spécialement de la sagesse écologique ordinaire, où l’on s’attend plutôt à répartir les fertilisants entre les parcelles, limiter le travail du sol et viser des rendements moyens. Il en va de même en ce qui conserne la faible adaptation du SRI aux familles pauvres.

241 Elle était inconsciente puisque le SRI était d’abord une conviction partagée par un réseau d’acteurs.

Table des illustrations

Titre Figure 6.1. Trajectoire des paramètres de repiquage des rizières de bas-fond vers Fianarantsoa selon les différents modèles de riziculture, locaux ou introduits (données : Serpantié et Rakotondramanana, 2013).
Légende Le modèle introduit improved (MAR-SRA) est la technique recommandée depuis les années 1965 par les services agricoles et le SRI est le modèle introduit le plus récent (un symbole = une parcelle observée).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Figure 6.2. Acteurs et forums ayant facilité la circulation du SRI depuis sa genèse locale jusqu’à sa constitution en norme du référentiel agroécologique global (Serpantié, 2019).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 170k