Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoirs locaux en situation

 | 
François Verdeaux
, 
Ingrid Hall
, 
Bernard Moizo

Chapitre 5 - L’exercice du savoir halieutique et ses métamorphoses : Côte d’Ivoire et Mali

François Verdeaux

Texte intégral

1L’argumentaire déployé dans ce texte s’appuie sur les analyses antérieures de deux systèmes de pêche artisanale et de leurs transformations historiques. Celui des lagunes Ébrié et Aby localisées le long de la façade maritime de la Côte d’Ivoire, que j’ai analysé (1986, 1989, 1992, 1994) et celui du delta intérieur du fleuve Niger, à la lisière de la zone saharienne au Mali (figure 5.1) étudié par Claude Fay (1989 a et b, 1994, 2000, 2005). Cette région est plus communément appelée localement et dans la littérature spécialisée « delta central », expression que nous reprendrons ici.

2Activité de prélèvement, voire de prédation, sur un milieu a priori non travaillé ni transformé, la pêche est un bon exemple de la façon dont les hommes pensent et mettent en œuvre leur rapport à leur environnement naturel. D’abord parce que l’activité est universellement soumise à des limites qui lui sont inhérentes : quels que soient les techniques employées et leur niveau capitalistique, la reconduction des conditions de la production, voire, à partir d’une certaine intensité de l’exploitation, la simple pérennité de l’activité, nécessitent une régulation globale des prélèvements. Ensuite, parce que la ressource ne pouvant être travaillée physiquement, son aménagement en vue de cette régulation ne peut passer que par des artificialisations « idéelles » (Godelier, 1984), d’ordre juridique ou socio-symbolique. Ces régulations ne peuvent se fonder que sur des représentations du milieu, naturalistes et non naturalistes, qui vont constituer autant de « savoirs ».

3Le secteur halieutique est donc, de façon générale, un domaine privilégié pour l’approche des savoirs populaires dans la mesure où ces derniers occupent, plus encore que dans d’autres domaines, une place centrale dans le système de production. On peut même les considérer comme les principaux moyens de production pour la pêche, au même titre que les stocks de poisson dont ils organisent l’exploitation. Comme le dit Claude Fay à propos de la pêche dans le delta central, les principes collectifs qui permettent de réguler socialement les prélèvements et « d’assurer une reproduction minimale des stocks (…) sont fondés sur un savoir commun concernant les poissons et les génies d’eau, c’est ce savoir qui est le principal moyen de production » (Fay, 1989b : 222) Cette formulation s’applique aussi bien au cas des lagunes ivoiriennes.

  • 166 Nos informateurs les plus âgés, au-delà de 55 ans, avaient activement connu cette époque en pêchant (...)

4Les études de cas prises en exemple ont un double intérêt par rapport à un questionnement sur la dynamique des savoirs « traditionnels », comme ils étaient qualifiés au moment des enquêtes par les autorités (années 1970 et 1980). Les faits et discours recueillis comme leur analyse, sont donc antérieurs au Sommet de la Terre de Rio (1992). Leur contenu, leur mode d’élaboration et leur régime de production, qui nous intéressent ici, ne sont donc pas sujets à des effets en retour de leur reconnaissance et protection consécutifs au Sommet (Carneiro de Cunha, 2010). Ensuite, ils ont pu faire l’objet d’une double analyse, synchronique et diachronique du fait des représentations des pêcheurs eux-mêmes166. Ce sont eux qui, dans les deux cas, ont souhaité se référer à une même période, les années 1930-1940, pour décrire un modèle « originel », à partir duquel ils étaient en mesure de reconstituer les changements significatifs de leur point de vue, intervenus par la suite.

5On examinera dans un premier temps à travers leur mise en regard synchronique, la signification des principes de fonctionnement des deux systèmes concrets tels qu’ils ressortent de ces périodes de référence. Ce rapprochement est rendu possible par la similarité des deux constructions halieutiques de l’espace et des savoirs correspondants, déjà soulignée dans une étude comparative (Verdeaux, 1992).

6La combinaison de registres cognitifs, socio-organisationnels et mystiques interdépendants les caractérisant, nous amène à les définir comme formant un seul et même « savoir halieutique ». En dépit de leur éloignement géographique (zone côtière forestière - zone sahélienne) et culturel (dominante Krou-Akan - dominante Peul-Bambara), les deux groupes partagent une même façon de construire ces savoirs qui permettent de penser et d’instituer, dans les deux cas, un espace homogène de production halieutique que nous nommerons « espace halieutique ». Tout en présentant d’incontestables singularités le cas lagunaire et le cas fluvio-deltaïque sont étroitement commensurables. Leur mise en regard vérifie que cette notion de « savoir halieutique » loin de renvoyer à une configuration socio-historique singulière a au contraire une portée heuristique plus générale.

  • 167 Les travaux de Claude Fay (1989a et b, 1994, 2005) fournissent la reconstitution de celle du delta (...)
  • 168 Le terme générique désignant la lagune en langue aïzi est Gnu-nu : « notre eau ».

7Dans un second temps, sont abordées les transformations historiques de ce savoir. Si les évolutions des deux exemples sont parallèles elles sont néanmoins trop dépendantes des contextes historiques locaux pour donner lieu à une comparaison systématique dans le cadre de cette présentation. Comme annoncé plus haut, ce sont donc les étapes de la transformation du seul système halieutique lagunaire qui sont ici privilégiées167. On observe, dans cet exemple, d’une part, qu’il s’agit toujours de savoirs incorporés aux pratiques et d’autre part, qu’ils sont constamment reformulés et reconfigurés en fonction des contextes. On constate aussi que la trajectoire de ce savoir décrit une boucle très significative. D’un premier épisode fondateur de dépossession symbolique et pratique de leur espace halieutique les villages riverains finissent, une cinquantaine d’années plus tard, par reprendre de force le contrôle de leur lagune168. Ils le font en opposition au jeune État ivoirien qui tente, pour faire cesser les conflits entre pêcheurs, d’instituer un nouveau savoir halieutique « rationnel » car fondé sur les connaissances « scientifiques ». Cette tentative, fondée cette fois, sur une ontologie de type naturaliste (Descola 2005, 2014) confirme, en une variante « moderne », la généralité du mode de construction des savoirs halieutiques.

  • 169 Terme officiel en français à l’ONU depuis la CDB de Rio (1992) pour désigner ce qu’on appelle en an (...)

8On verra que les contextes globaux, politiques et idéologiques, conditionnent aussi la prise en compte et le traitement des savoirs « locaux »169 par les intervenants extérieurs, y compris les scientifiques. Mais les évolutions de notre exemple lagunaire vont surtout montrer que les savoirs locaux eux-mêmes sont sans cesse reformulés en fonction de changements sociaux et politiques qui ne leur sont pas nécessairement imposés. Ces évolutions peuvent être des effets indirects de changements contextuels plus généraux aussi bien que la conséquence de transformations internes, sociales, démographiques, foncières, religieuses ou du milieu lui-même. Dans les lagunes le savoir halieutique originel est progressivement amputé de ses dimensions mystiques et organisationnelles. Les connaissances empiriques sur le milieu, loin de disparaître, ont au contraire suscité une panoplie technique plus diversifiée qu’auparavant. En revanche, l’homogénéité des groupes en présence et l’homologie de leur mode d’organisation disparaissent. Les différents modes de faire valoir halieutiques, de complémentaires à l’origine finissent par devenir violemment antagonistes. Le savoir halieutique n’existe plus que par défaut. Les conflits incessants opposant « autochtones » et « allochtones » selon la terminologie locale sont autant de manifestations de son absence.

9De ces deux approches, synchronique et diachronique, découlent enfin des interrogations plus générales sur ce que recouvre la notion de savoirs « locaux » ou « traditionnels ». La reconstitution de cette quasi-généalogie du savoir halieutique lagunaire, y compris sous son dernier avatar de régulation publique scientifiquement légitimée, conduit in fine à reconsidérer la qualification de ces représentations. La diversité des registres mobilisés pour produire le savoir-faire halieutique incite, d’une part, à poser une distinction au moins méthodologique entre connaissances et savoirs, d’autre part, à se demander comment caractériser des savoirs dont on va voir qu’ils ne se conçoivent qu’exercés, y compris dans leur dimension mystique et rituelle, et toujours relativement à leur contexte social et politique.

Figure 5.1. Carte de situation des deux sites (conception et réalisation : J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).

Figure 5.1. Carte de situation des deux sites (conception et réalisation : J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).

Similarité des savoirs halieutiques par-delà les différences d’aires culturelles

10De façon générale, la production halieutique on l’a vu, est soumise à deux grandes contraintes intrinsèques. La nécessité de réguler les captures pour permettre au moins la reproduction de la ressource mais aussi les aménagements nécessaires à son partage. Or, ces aménagements sont d’ordre socio-symbolique et ne peuvent s’appuyer que sur des savoirs dont on pressent qu’ils ne sauraient être purement naturalistes. C’est à la croisée de ces deux contraintes que se constitue ce que nous appelons le savoir halieutique. Construction combinant des connaissances empiriques et des savoirs sociaux, il consiste à régler les prélèvements de façon à permettre la reproduction de l’une au moins des conditions de production, à savoir, l’abondance des stocks, tout en en assurant une répartition socialement acceptable.

  • 170 Ces connaissances ont été reconnues et validées sur le fleuve comme en lagune par les ichtyologues (...)

11Dans les cas des lagunes et du delta central, on pourrait donc s’attendre à ce que la connaissance de l’écologie des espèces et du fonctionnement hydroclimatique des milieux respectifs constitue bien pour les pêcheurs le cœur de leur savoir. Pourtant, s’ils existent bien et sont même fournis et précis au point que les chercheurs y ont recours (Daget, 1949 et 1956)170, pour leurs détenteurs, ce que l’on va maintenant qualifier de « connaissances », pour éviter les confusions, ne sont pas considérées comme les vrais « savoirs ». Les réponses des pêcheurs sont explicites dans les deux cas. « Celui qui sait, c’est celui qui fait le sacrifice » entend-on sur le fleuve (Fay, 1989b). Réponse similaire en lagune Ébrié où « ceux qui savent » sont les prêtres du village de Trefedji qui font le sacrifice annuel au génie Gun kuala, garant de l’abondance des poissons.

Espaces et savoirs halieutiques de référence

  • 171 La notion de système pêche utilisée dans les études d’halieutique désigne l’ensemble des techniques (...)

12Les deux systèmes pêche171 n’ont cessé de se transformer. Pour comprendre l’articulation des différents registres de savoirs et mettre au jour leur signification, il est préférable de remonter à leurs formes, non pas originelles mais les plus anciennes, auxquelles se réfèrent directement ou indirectement les pratiques observées et les pêcheurs. Ce qui a conduit Claude Fay, comme je l’ai fait moi-même, à accepter l’entre-deux-guerres comme période de référence, tant elle semblait significative pour nos interlocuteurs d’abord avant d’être confirmée par nos analyses, même si, dans le cas du delta central, on sait que ce modèle est une conséquence de la mise en place de l’Empire peul du Massina (Fay, 1989a).

13Système lagunaire et système fluvial s’organisent tous deux autour d’un cycle annuel divisé en deux (lagunes) à trois (fleuve) saisons de pêche et qui correspondent chacune à des combinaisons réglées de catégories techniques, sociales et territoriales ainsi qu’à des intensités de prélèvement différentes. Nous en donnons ici un résumé, les deux systèmes ayant été décrits en détail entre autres et respectivement dans Perrot (1989), Verdeaux (1989, 1992 et 1994) et Fay (1989 a et b, 2000).

Cycles de pêche en lagunes Ébrié et Aby.

Les pêcheurs

14Les Aïzi en lagune Ébrié et les Éotilé en lagune Aby (figure 5.2) étaient au sein de la division régionale du travail, les spécialistes de la pêche sur leurs lagunes respectives jusqu’aux années 1930. Leurs rapports privilégiés avec les génies d’eau en faisaient les médiateurs obligés pour l’accès à l’activité halieutique. Cycles de pêche, savoirs mystiques rituels et techniques de capture sont quasiment identiques d’une lagune à l’autre. La grande saison de pêche (de mai à octobre), recoupant la grande et la petite saison des pluies ainsi que la petite saison sèche intercalaire, commence par un rite d’ouverture pour toute la lagune (Aby) ou par sections cultuelles (lagune Ébrié). Pour la section occidentale de cette dernière, le rituel est une pêche inversée. Gun kuala, le génie « baleine » qui dormait jusque-là au fond de l’eau retenant les poissons sous son énorme ventre, est appelé par son prêtre, puis attiré à l’aide d’un appât, libérant ainsi ceux qu’il semblait avoir sinon générés, au moins couvés. Cette pêche symbolique ne vise pas à la capture du génie mais, au contraire, à libérer les poissons. Plus précisément, il rend accessible aux humains la grande abondance ichtyologique qui caractérise de fait, et non plus dans l’imaginaire, la grande saison des pluies, période de reproduction de toutes les espèces. Le rituel réaffirme également chaque année quelques principes fondamentaux régissant l’activité halieutique. Les pêcheurs ne font que détourner par la ruse le produit de forces monstrueuses avec lesquelles il est nécessaire de composer. Le poisson non encore pris n’appartient pas aux humains. L’accès aux ressources convoitées passe par la médiation de divinités présentées à la fois comme génératrices et comme garantes de l’abondance de poissons.

Figure 5.2. Situation des lagunes ivoiriennes (conception et réalisation : J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).

Figure 5.2. Situation des lagunes ivoiriennes (conception et réalisation : J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).

Lieux et saisons de pêche

  • 172 Ils sont constitués d’une palissade végétale barrant la lagune depuis la berge ou un haut-fond sur (...)

15La grande saison de pêche peut alors commencer, marquée par l’emploi des pièges barrages172 lignagers ou, dans quelques cas, villageois. Leurs emplacements sont contingentés et fixes. Leur mise en œuvre passe au préalable par des sacrifices aux génies secondaires de lieux dont les interlocuteurs attitrés sont les doyens de lignage. Leur exploitation par les membres du lignage respecte des modes d’attribution de parts ou de chambres de capture actualisant très précisément les hiérarchies internes. En lagune Ébrié, les barrages villageois, qui barrent la lagune sur toute sa largeur, marquent l’antériorité de certains groupes locaux réputés premiers occupants des rives de la lagune. Leur exploitation donne lieu à un cycle pluriannuel qui voit chacun des lignages du village bénéficier à tour de rôle de la meilleure chambre de capture. De façon générale, ces engins à vocation plurispécifique, dont les rendements sont réputés élevés, sont impérativement abandonnés à la fin de la grande saison de pêche qui coïncide avec la fin de la petite saison des pluies (octobre).

16D’autres sous-espaces saisonniers font l’objet d’appropriation technique et religieuse. Fonds de baie, hauts-fonds sablonneux et embouchures de cours d’eau sont fréquentés en cette même saison par des espèces déterminées en quête de nourriture ou de lieu de reproduction. Répertoriés, nommés et sièges de génies secondaires, ils donnent lieu à des restrictions d’accès techniques (engins permis/prohibés), sociales (tel lignage) ou religieuses (participation à tel culte). Les engins utilisés sont tous individuels tels les troncs évidés nono (éotilé) ou niapra (prokpo) ciblant les silures ou les nasses (tumo ou tuma) posées sur des hauts-fonds sablonneux. La grande saison sèche (de novembre à avril) voit se ralentir la production halieutique au profit d’activités cultuelles, agricoles et commerciales. Seuls les engins individuels peuvent encore être utilisés librement et à des fins alimentaires. La spécialisation de chaque engin sur une espèce ou/et une classe de taille définit d’elle-même leur distribution spatio-temporelle.

Cycles halieutiques dans le delta central du Niger

Les espaces-temps du fleuve

17La région appelée delta central du Niger au Mali se situe de part et d’autre de la ville de Mopti (entre Diafarabé et le lac Débo), en amont de la grande boucle que décrit le fleuve dans la partie la plus septentrionale de son cours, en lisière du Sahara (figure 5.3). Il s’agit d’une plaine située légèrement au-dessus du niveau d’étiage du fleuve que sa crue annuelle inonde en grande partie, formant momentanément un delta intérieur.

18Claude Fay (1989 a et b) distingue trois phases hydrologiques du fleuve – crue, décrue et étiage – qui se combinent à ce relief particulier pour conditionner trois grandes saisons de pêche.

  • 173 Le dyi-tuu ou maître des eaux est celui qui a hérité de ses ancêtres, premiers occupants, le savoir (...)

19L’onde de crue atteint le lit mineur en juin et continue de monter les trois mois suivants. Les poissons pénètrent alors dans la plaine d’inondation qui se remplit jusqu’en octobre, à travers les bras secondaires et les chenaux qui la traversent. Ils viennent y chercher nourriture et zones de ponte propices à la protection et au nourrissage des alevins. À partir de novembre, s’amorcent, en même temps que la décrue, les pêches les plus conséquentes. Les poissons quittent la plaine qui se vide pour regagner le lit du fleuve par les mêmes chenaux qu’à l’aller. Soit, autant de points de passage obligés qui donnent lieu à une série d’appropriations topographiques réglées de la part des pêcheurs bozo. Pendant la période d’étiage, de mars à mai, la pêche va s’exercer dans les mares résiduelles de la plaine ou des chenaux. Les sections du fleuve ou de ses bras secondaires, formant autant de biefs séparés par des seuils, ont été mises en défens par les « maîtres des eaux »173 en fin de décrue. Elles vont donner lieu, en fin de période, à une succession de pêches collectives accessibles à tous les habitants mais suivant un protocole réglé.

Figure 5.3. Situation du delta central du Niger au Mali (conception et réalisation J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).

Figure 5.3. Situation du delta central du Niger au Mali (conception et réalisation J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).

Les pêcheurs

  • 174 Un autre groupe, les Somono, détient les maîtrises d’eau du fleuve lui-même.

20Les pêcheurs bozo (localisation des établissements de pêche, figure 5.4), qui s’appellent eux-mêmes les Tié, occupent parmi les populations du delta une place équivalente à celle des Aïzi et des Éotilé en lagune. Spécialistes de la pêche, ils disposent des principales « maîtrises d’eau » de la zone d’inondation et des bras secondaires du fleuve174 le long desquels sont disséminés leurs établissements. Ils se répartissent en deux grands groupes, les Tié autochtones habitant la zone deltaïque, et les Tié migrants venant du sud du delta. Les premiers contrôlent des territoires fluviaux mitoyens. Ces territoires villageois ont pu être qualifiés de « finages » (Gallais, 1967). Les seconds, qui ne disposent pas de zone d’inondation dans leur région d’origine, commencent à migrer en fin de crue vers la région deltaïque pour y pratiquer certaines pêches bien déterminées.

Figure 5.4. Configuration et principaux établissements de pêche du delta central du Niger (repris de Claude Fay, 1989a, Orstom éditions, © Autrepart).

Figure 5.4. Configuration et principaux établissements de pêche du delta central du Niger (repris de Claude Fay, 1989a, Orstom éditions, © Autrepart).

Saisons et modes de pêche

21Au début de la crue les pêcheurs autochtones « vident » sporadiquement les dernières mares résiduelles de la saison précédente en plaine. Ils se livrent, également, à une pêche individuelle nocturne de faible intensité dans le fleuve qui se poursuit, avec la montée des eaux, dans la plaine à l’aide des mêmes engins. Les travaux de labour occupent par ailleurs les journées.

22Les premières pêches codifiées ont lieu dans le lit mineur au maximum de la crue. Il s’agit d’une pêche collective réservée aux Tié autochtones et consistant à attirer le poisson à l’aide d’une tresse d’herbe (kow) disposée en travers du fleuve. Chaque emplacement de kow au sein du finage villageois est fixe et attribué à un lignage donné, toujours le même. Dans ce cas, le groupe de pêche est donc lignager. Ses membres y participent dans la mesure où ils ont contribué à la fabrication de la tresse mais selon un ordre de préséance stricte : entre lignées aînées et cadettes, puis au sein de celles-ci, en fonction de la hiérarchie généalogique. La pêche au kow dure environ un mois. Les pêcheurs étrangers (Tié du sud) peuvent y participer au prorata des places disponibles le long de la tresse et en s’acquittant d’un don précis en nature.

  • 175 Il s’agit de digues construites en des points déterminés, les mêmes chaque année. Les déversoirs qu (...)

23La décrue correspond à la période des pêches intensives. Les premières sont le fait des migrants (Tié du sud), seuls à maîtriser la technique du barrage au ganga.175 Le maître des eaux local (dyi-tuu) dont dépend le barrage perçoit le manga-ji (litt. prix du sacrifice, un tiers des captures) de chacun des déversoirs sauf celui du chef de barrage qui a présidé à sa création. Commence ensuite, pour les autochtones, la phase intensive du cycle halieutique avec la « chasse » au tineni (Alestes leuciscus), petits pélagiques se déplaçant en bancs. Cette pêche débute dans les chenaux par lesquels se vide la plaine, puis se poursuit dans le lit du fleuve. Elle se termine en fin de décrue dans les sections de fleuve avant que l’étiage ne les sépare quasi totalement les unes des autres et que le poisson ne puisse plus circuler. Les Tié du nord connaissent bien les parcours et les rythmes de passage des bancs de tineni qui investissent la plaine et parcourent le fleuve de fin octobre à janvier. À travers une série de pêches spécifiques et codifiées les villages autochtones (Tié du nord) vont poursuivre les tineni de leur sortie de la plaine aux différentes étapes de leur remontée du fleuve. Schématiquement, car toute une série de nuances ou d’interprétations des principes généraux tenant compte des situations concrètes complexifie les procédures, on distingue trois grands types de pêche :

  • les barrages swontye établis sur les chenaux « bloquent » le poisson dans son retour vers le fleuve. Pêche mise en œuvre au niveau lignager, elle fait l’objet d’une maîtrise déléguée par le maître des eaux du village ou de l’aire de pêche (maîtrise éminente). Le dyi-tuu secondaire, y perçoit un droit, le manga-ji, dont le montant est modulé selon l’appartenance ou non des pêcheurs au lignage. Le barrage est constitué d’une juxtaposition de nasses dont les emplacements sont répartis en fonction de la hiérarchie lignagère ;

  • les pêches « de rive » (kéo) se déroulent le long des bras du fleuve, de finage en finage, en suivant le déplacement des bancs de tineni. Les maîtrises de rive ne donnent plus droit à perception du manga-ji dans la mesure où le poisson n’est plus bloqué ou son trajet « barré » et qu’aucun génie n’exige plantage du « piquet » et « sacrifice ». Elle est pratiquée par de petites unités de trois pêcheurs à l’aide du filet gambo. Le maître de rive pêche le premier et veille au respect de l’exclusion des pêcheurs étrangers au village-finage lors des premiers passages crépusculaires. Suivent une série de préséances entre lignages et niveaux généalogiques pour donner les premiers coups de filets (de moins en moins productifs au fur et à mesure de l’avancée de cette pêche nocturne) ;

  • entre le troisième et le quatrième mois sont posés les barrages de grandes nasses dièné dans le lit des bras secondaires du fleuve qui ralentissent la marche des poissons dans leur remontée du fleuve. Cette technique de pêche, qui barre les bras du fleuve sur toute sa largeur, donne lieu à paiement du manga-ji auprès du maître des eaux local. Cette pratique est particulièrement révélatrice du sens que donnent les Bozo à ces dispositifs de régulation. En barrant entièrement le fleuve, le barrage « bloque » le poisson et minimise ainsi l’accès des pêcheurs d’amont (et au-delà, de tous les autres pêcheurs) à la ressource. Cette entorse au principe premier de libre circulation et de libre accès doit donc être à la fois limitée (les emplacements sont contingentés) et sanctionnée par le paiement d’un droit qui en signifie l’exceptionnalité. Cette pêcherie ne donne en effet pas lieu aux régulations et restrictions liées, dans le cadre des pêches de finage, à l’appartenance territoriale ou statutaire. Elle est accessible aussi bien aux Tié du nord qu’à ceux du sud dans la mesure des places disponibles sur les emplacements et dès lors qu’ils savent fabriquer ces nasses très particulières et les poser.

24À la même période mais pendant seulement une quinzaine de jours, ont lieu les pêches tanga mu (litt. collectives). La pêche effectuée à nouveau à l’aide d’un filet spécialisé (sonyo) se pratique au niveau de l’unité résidentielle (« marmite »). Les pirogues positionnées en ligne sur chaque rive se font face et avancent l’une vers l’autre jusqu’au milieu du fleuve où chacun relève le filet qui a poussé les poissons devant lui. À nouveau, cette pêche ne donne pas lieu à perception de droits mais respecte, pour la première pêche, les préséances hiérarchiques inter et intralignagères. Par ailleurs les positions aval et amont alternent à chaque coup de filet répartissant ainsi équitablement les meilleures chances de capture.

25Mis en défens à partir de la fin février par les maîtres des eaux villageois, les « fleuves », biefs séparés par des bancs de sable où sont bloqués les poissons, vont donner lieu aux grandes pêches d’étiage (ya ya). Une fois que le maître des eaux a « planté le piquet » et accompli le sacrifice afin de lever les défens en accord avec les génies, il rentre dans l’eau le premier et effectue trois prises. Ensuite tous les riverains, Bozo ou non Bozo, entrent dans l’eau ensemble et peuvent pêcher toute la journée à l’aide d’engins individuels. Chaque section du fleuve est ainsi pêchée à tour de rôle. Après, la pêche résiduelle est libre pour les Bozo riverains jusqu’à l’arrivée des pêcheurs somono (cantonnés jusque-là dans leurs finages du lit majeur du fleuve), juste avant la nouvelle crue, venus « vider » ou « balayer » les sections de fleuve avec leurs sennes tournantes.

Identité de construction des deux espaces halieutiques

26Au-delà de différences pratiques qui renvoient en partie aux contraintes physiques particulières et aux connaissances correspondantes, les deux systèmes se rejoignent dans leur mode de représentation et d’agencement du milieu. La procédure d’appropriation symbolique et d’organisation pratique suit dans les deux cas le même schéma. L’alliance originelle avec les génies, que réactualisent rituellement les sacrifices, fonde le rapport des sociétés de pêcheurs au milieu. La médiation qu’ils instaurent entre les humains et la nature ne révèle aucun secret. Ce que « savent » les hommes, à tout le moins ce que signifient leurs représentations mythiques du fonctionnement du milieu, c’est que sa maîtrise leur échappe ou les dépasse. En revanche, en s’inscrivant territorialement, les génies ouvrent la voie à d’autres formes de « maîtrises », plus humaines cette fois. La géographie mystique qu’ils dessinent, aussi bien en lagune que sur le fleuve, est au fondement de la transformation de ces milieux sauvages en « espaces halieutiques ». Soit, non plus des milieux « naturels », mais une construction visant à approprier l’espace et la ressource qui y circule à cette production spécifique dans un contexte social et politique donné.

27L’espace halieutique n’est pas une donnée observable empiriquement. Il découle des propriétés intrinsèques du milieu telles qu’elles sont « connues », (représentées ou sélectionnées comme telles), d’une part, et des « pouvoirs » des génies, d’autre part, qui permettent d’articuler entre eux les différents territoires de pêche ainsi que les « pêcheries » (Fay, 1989b ; Ecoutin et al., 1994) qui les composent. Non géométriques, temporaires et dotés de critères de définition et de délimitation variables, ces territoires résultent d’une « saisie halieutique de l’espace » (Fay, 1989a et 2000). En d’autres termes, ils sont l’expression d’un savoir typiquement « halieutique » : un savoir commun conçu en fonction de son objectif d’organisation de l’activité pêche en général, dans un premier temps.

28Dans les deux cas en effet, l’espace halieutique s’organise selon deux niveaux emboîtés. Un niveau supérieur ou global qui donne les principes généraux de l’appropriation à travers les mythes. En particulier celui de la libre circulation du poisson, lequel n’appartient à personne si ce n’est aux génies. La pêche consiste, pour les humains, à déroger à ce principe premier en nouant des alliances avec eux. Mais elle consiste aussi à identifier des degrés de prélèvement (sur le fleuve, « poursuivre », « détourner », « barrer » ou « balayer » le poisson) auxquels on associe conjointement des procédures rituelles et des contingentements spatio-temporels codifiés en fonction du gradient d’intensité de ces prélèvements. Enfin sont édictés quelques principes pratiques généraux d’interdits ou de restrictions (ouvertures de saisons de pêche, mises en défens, rejets des alevins…) qui sont valables partout. L’ensemble de ces principes institue virtuellement le fleuve ou la lagune dans leur intégralité en tant qu’espace halieutique unique, représenté et organisé comme moyen commun des productions particulières.

29Le second niveau consiste en un découpage de l’espace concret du delta ou de la lagune en aires de production particulières, correspondant cette fois à des groupes discrets (villages, lignages) dont les composantes individuelles ou collectives, hiérarchisées ou non, se répartissent l’accès aux différentes « pêcheries » et définissent leur mode de partage des ressources (priorités, préséances, captures différentielles). Ces pêcheries sont définies à l’intersection de sous milieux (chenal, haut-fond…), de techniques (type de filet) et de moments du cycle hydro-ichtyologique (crue sur le fleuve, saison des pluies en lagune…). Ces principes sont valables aussi bien pour les pêcheries par excellence que sont les différents types de barrages, que pour les pêches individuelles ou « libres » qui fonctionnent comme une pêcherie à part entière, soumise à certaines conditions de temps et de lieux.

30C’est en définitive la combinaison de ces niveaux d’organisation qui fonde et rend possible le bon fonctionnement de cet espace halieutique qu’aucun pouvoir central n’impose dans les deux cas. Son homogénéité et son efficacité ne relèvent de rien d’autre que de ce savoir partagé que nous avons qualifié de savoir halieutique.

Ce qui fait savoir pour ces systèmes de référence

31Pour ces périodes et systèmes de référence le « savoir » n’est à l’évidence pas réductible à ce qu’il faut appeler, pour les distinguer du premier, les connaissances empiriques du milieu naturel. Il est hybride à nos yeux en ce sens qu’il articule hiérarchiquement ces connaissances avec des représentations mystiques et des pratiques rituelles. Celles-ci s’avèrent former un savoir englobant et appliqué. C’est ce savoir, considéré par les pêcheurs comme le seul véritable, qui dessine un espace halieutique global. Or cette construction apparemment virtuelle est celle qui, pour permettre d’organiser de façon réglée les prélèvements, encadre et oriente les pratiques issues des connaissances empiriques. Le but explicite est d’assurer le renouvellement de l’abondance de poisson en organisant la répartition socialement ordonnée et acceptable des captures. Cette articulation hiérarchique (formant les deux espaces halieutiques emboîtés) de trois registres – connaissances, savoirs mystiques et savoir social –caractérise le savoir halieutique de ces périodes de référence.

Transmissions des savoirs

32En lagune, les modalités de transmission de ces deux catégories de savoir, les connaissances empiriques et techniques et les savoirs mystiques, sont tout à fait éclairantes. Le savoir sacrificiel englobant, celui de « l’ouverture » de la lagune à la grande saison de pêche, se transmet au sein du matrilignage fondateur du village le plus ancien. Les sacrifices aux génies secondaires, préalables à la mise en œuvre des pêcheries barrages lignagères au sein de chaque village, sont assurés par le doyen de chaque lignage. Ce dernier – et lui seul – tient ce savoir de l’oncle utérin dont il a hérité de la fonction. Pour les connaissances éthologiques et écologiques, les réponses sont uniformes et présentées comme une évidence : « Tu es pêcheur, tu connais ». Les connaissances s’acquièrent en effet sur le tas en pratiquant avec ses aînés, souvent le père, puis les gens de sa classe d’âge, et enfin par expérimentation personnelle, chacun finissant par avoir ses coins, ses recettes, ses coups de main, en d’autres termes son savoir-faire propre.

33Sur le fleuve, les transmissions sont du même ordre. « Le maître des eaux (dyi-tuu) est le descendant le plus âgé en ligne agnatique du premier occupant ayant conclu un pacte avec les génies » (Fay, 1989a). Il fait « les principaux sacrifices, fixe les dates des mises en défens et descend le premier dans l’eau à l’occasion des pêches collectives d’étiage » (ibid.). D’autres maîtrises secondaires relatives à des emplacements de pêcherie sont détenues par des descendants d’autres lignages mais toujours selon des lignes agnatiques déterminées et en fonction de l’aînesse. Là encore, les connaissances empiriques sur les poissons et le fleuve s’acquièrent par la pratique, en pêchant avec son groupe lignager et en apprenant ainsi simultanément à respecter préséances, priorités et interdits.

34Dans les deux cas on a affaire à deux modalités de transmission distinctes dont les caractéristiques sont les mêmes. La transmission des savoirs mystiques et rituels est une transmission restreinte, réservée à des individus élus par la naissance et issus des lignages ou des villages fondateurs de l’alliance avec les génies d’eau. La transmission qui s’opère de père à fils (chez les Bozo) ou d’oncle à neveu utérin (chez les Aïzi) est secrète. Le savoir transmis est un savoir « sacrificiel » incluant non seulement la connaissance des mythes mais surtout les façons de rentrer en contact avec le génie, de lui donner les bonnes offrandes, selon le bon protocole et de savoir lire les signes qu’il envoie et satisfaire ses demandes.

35La transmission des connaissances empiriques du milieu, de l’éthologie et de la taxonomie des espèces n’est ni réservée à une minorité ni secrète. Elle est ouverte mais à deux conditions toutefois, être de sexe masculin et membre d’un village et d’un lignage du groupe culturel qui est simultanément celui qui partage le même culte.

Transformations historiques de l’espace et du savoir halieutique lagunaire

36La trajectoire du système pêche de la lagune Ébrié décrit une très significative boucle historique d’une cinquantaine d’années. De la dépossession du pouvoir des Prokpo sur la lagune en 1931 à sa réappropriation « autochtone » et contre l’État entre 1982 et 1984, le savoir halieutique et l’espace de production correspondant tendaient à disparaître. Cette dissolution progressive au profit d’une logique marchande, et pour partie capitaliste, est commune aux deux lagunes et au delta central. En dépit de leurs singularités leurs évolutions sont très comparables comme l’a montré leur mise en regard dans un texte antérieur (Verdeaux, 1992). La présente restriction à la seule lagune Ébrié n’est pas seulement due au manque de place. En intégrant à l’analyse le rôle qu’a joué au cours de la dernière phase un programme de recherche, cet exemple permet d’insister davantage sur les différences et les similitudes entre savoirs halieutiques respectivement populaires et « savants », mais surtout de vérifier le rôle et le contenu des « savoirs » ailleurs que dans les sociétés dites « locales » ou « traditionnelles ». La production d’un nouveau savoir, fondé sur autant que légitimé par les « connaissances scientifiques », a autorisé l’État à (tenter de) prendre possession de son domaine public. On ne peut s’empêcher de rapprocher cette procédure d’appropriation de celles précédemment à l’œuvre chez les sociétés riveraines, où les relations privilégiées avec les génies étaient fondées sur le principe des « maîtrises d’eau ».

37Un second point remarquable réside dans la période historique au cours de laquelle ces systèmes pêche se sont transformés mais aussi où ils ont été observés et analysés. Tout se déroule avant, parfois même bien avant, le Sommet de Rio de 1992.

  • 176 L’Office de recherche scientifique et technique Outre-Mer, devenu Institut de recherche pour le dév (...)
  • 177 Ces programmes pluridisciplinaires dont le prototype avait été mené sur le lac Tchad ont concerné s (...)
  • 178 L’Iclarm, désormais World Fish Center, est un institut de recherche international dédié aux pêcheri (...)

38La prise en compte des savoirs qui ne sont pas encore dits « locaux » n’y existe le plus souvent qu’en creux. Ce sont les réactions de rejet ou de détournement par les groupes locaux des améliorations techniques importées qui révèlent l’existence de conceptions locales. Il existe dans l’exemple du fleuve Niger, et de façon moins explicite pour les lagunes, une longue phase qui fait exception des années 1940 à l’indépendance (Postel, 1950 ; Daget, 1949 et 1956). La pertinence de la gestion « coutumière » des pêcheries artisanales est reconnue et ses règles respectées. Sur les lagunes, après une période initiale de dénigrement des pratiques locales (Gruvel, 1913) qui eut également cours au Mali, la pêche ne fera l’objet que d’arbitrages sporadiques de conflits entre villages et ce jusqu’à la fin des années 1960. Le fait que « la coutume » soit jugée pertinente et utile pour réglementer et gérer la production halieutique n’empêche pas l’administration coloniale de superposer à la perception des droits coutumiers, des taxes diverses ainsi que des principes d’arbitrage des conflits fonciers de son cru (Fay, 2000). Par la suite, on assiste avec les indépendances à une volonté de « modernisation » développementaliste systématique. Désormais, quand les conceptions et pratiques locales ne sont pas carrément ignorées elles sont qualifiées de « traditionnelles », ce qui, dans le contexte idéologique productiviste de l’époque, revient à les disqualifier d’emblée. La confrontation entre représentations populaires et scientifiques ou étatiques et administratives est au demeurant rarement pensée en termes de savoirs mais plutôt de pouvoir, au double sens de pouvoir politique (la politique nationale de développement exige de…) et de capacité à imposer des modèles sociotechniques (« rationalisation », amélioration ou optimisation des pratiques versus « freins socioculturels au développement »). Car la question des savoirs populaires des sociétés paysannes en général, mais principalement dans les pays dits à cette époque du « Tiers-monde », ne se pose alors pas ou très peu en dehors de ces situations. Les programmes bilatéraux entre l’Orstom176 et des structures de recherche nationales dont nos deux études de cas étaient parties prenantes177, ainsi que ceux de l’Iclarm178 en Asie à la même période, ont en revanche marqué un revirement dans l’approche des pêcheries artisanales. Leur adaptabilité, leurs performances économiques (production à moindre coût) et leur utilité sociale (nombreux emplois) sont désormais reconnues. Dans l’univers académique la question des « savoirs locaux », ou même « populaires » était alors marginale, à tout le moins dans ces termes. Il est significatif, par exemple, qu’il n’y soit fait aucune mention dans la première édition du Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie (Bonte et Izard, 1991), ouvrage qui fait encore référence. Et ce, alors qu’une rubrique y était et y est toujours consacrée aux ethnosciences (ibid. : 252) et une autre à l’ethnobotaniste Georges Haudricourt (ibid. : 321) dans la quatrième édition de 2013.

39Ce sont donc les contextes globaux, politiques et idéologiques, qui conditionnent la prise en compte et le traitement de savoirs « locaux » par les intervenants extérieurs, y compris les scientifiques. Mais ce que vont montrer les cas exposés c’est que ces savoirs populaires eux-mêmes sont sans cesse reformulés en fonction de changements sociaux et politiques qui ne leur sont pas nécessairement imposés.

40Ces évolutions peuvent être des effets indirects de changements contextuels plus généraux aussi bien que la conséquence de transformations internes, sociales, démographiques, foncières, religieuses ou du milieu lui-même. En l’occurrence sur les lagunes, le savoir halieutique s’il est profondément perturbé, n’est pas aboli. Ses transformations successives sont la manifestation d’adaptations, tantôt maîtrisées et tantôt subies, aux variations contextuelles. Elles permettent un temps aux groupes qui y ont recours de se réinscrire dans une histoire nationale et globale en train de se faire. Mais ces adaptations se heurtent à terme aux conséquences de l’éclatement de l’espace halieutique de niveau global en deux sous-espaces antagonistes.

41L’un, celui des pêcheurs individuels locaux, consiste à réagencer les panoplies techniques, ancienne et nouvelle, de façon à en rendre compatible l’usage dans l’espace (berges, embouchures, hauts-fonds…) et le temps (saisons, heures de la journée, durées de pose) sans se concurrencer frontalement. Ce savoir-faire partagé intègre en outre la mémoire historique de ses propres transformations. Les pêcheurs « savent » comment les techniques de pêche se sont substituées les unes aux autres et pourquoi.

42Le second, émane des « compagnies » de sennes de plage ou tournantes opérées par des équipages étrangers mais appartenant principalement à des propriétaires de la région. Il est régi par une pure logique marchande et capitaliste. Ses transformations consistent tout au long de la période à compenser la baisse tendancielle des rendements et des profits par une fuite en avant technique et capitalistique (section Fin des années 1950 à 1982).

43Trois phases se succèdent dont la première, considérée comme période de référence, a été présentée plus haut. La seconde se déroule de 1931 aux années 1950. Elle est initiée par une série d’événements qui marquent nettement une rupture. Par la suite on assiste à des évolutions progressives. Un saut qualitatif provoqué à la fin des années 1950 par des changements contextuels aussi bien environnementaux que politiques et économiques marque le passage de la seconde à la dernière phase. C’est à nouveau une série d’événements violents qui viennent clore à la fois symboliquement et pratiquement l’évolution d’ensemble de la période. L’opposition « autochtone » – qui va bien au-delà des seuls Aïzi – à l’instauration de règles étatiques de gestion des pêches, maintenue plusieurs années malgré les menaces, a finalement obtenu gain de cause auprès des politiques. Ces événements sont au moins symboliquement, le symétrique inversé du renoncement par les Prokpo à leur « maîtrise » sur la lagune cinquante ans plus tôt.

Premières ruptures et autonomisation territoriale villageoise (1931 - années 1950)

  • 179 Il s’agit principalement de petites sennes de plage utilisées sans limitation territoriale par les (...)
  • 180 Le « cercle » était la division territoriale de base du système administratif colonial.

44Au tout début des années 1930, une série d’événements ont lieu dans la partie occidentale de la lagune Ébrié. Ils opposent les anciens Prokpo, désormais appelés Aïzi dans la nomenclature ethnique administrative, à leurs voisins adioukrou et alladian principalement. Ceux-ci, précédemment occupés à la production et à la commercialisation de l’huile de palme, s’efforcent désormais d’accéder à l’activité halieutique. Après une première série de conflits, on assiste à la disparition des grandes pêcheries villageoises ane vra des villages prokpo, à l’abandon des rites d’ouverture de la saison de pêche et plus généralement, à la fin de la maîtrise exclusive « prokpo » sur la lagune. Peu de temps après, l’introduction de nouveaux engins179 entraîne de nouveaux conflits suscités par le manque de compatibilité de ces nouvelles techniques avec les anciens principes généraux (espace de niveau supérieur ou global). Face au manque d’efficacité du « pouvoir coutumier » pour régler ces différends (et pour cause) l’administrateur commandant le « cercle »180 concerné est amené à trancher. Sur le modèle géométrique des eaux territoriales en droit maritime, il demande aux villages de délimiter des territoires lagunaires fixes à l’intérieur desquels chacun d’eux sera libre de pêcher selon ses propres règles. Après la phase conflictuelle de remises en cause et de redistribution des maîtrises d’eau, on assiste désormais à l’instauration de sortes de souverainetés halieutiques villageoises sur des portions de lagune. L’évolution est congruente avec l’abandon du rite d’ouverture de la grande saison de pêche qui instituait la lagune comme espace halieutique commun.

  • 181 Chefs « traditionnels » interlocuteurs de l’administrateur en charge de régler les questions releva (...)

45Ces événements et l’évolution qui s’ensuit relèvent d’un contexte économique et politique nouveau. La mise en place de l’administration coloniale qui, jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale est embryonnaire, entraîne des découpages territoriaux où sont privilégiées certaines « ethnies » et les nouvellement nommés « chefs de canton »181 ne se privent pas de favoriser villages, lignages et personnalités proches. C’est ainsi que seront revendiquées et obtenues par leurs voisins lagunaires, des eaux jusque-là contrôlées par les Prokpo. Il y a à cela une autre raison, d’ordre économique. Ces voisins, autrefois spécialisés dans la production d’huile de palme, se tournent vers l’activité halieutique parce que les maisons de commerce européennes ont monopolisé l’achat d’huile et que son cours s’est effondré. En revanche, avec le développement de chantiers administratifs et de centres urbains, l’approvisionnement en poisson, principale source de protéine bon marché, est devenu stratégique.

46Bien qu’il ne permette plus de réguler les prélèvements sur des ressources se déplaçant à l’échelle de la lagune, ce découpage en eaux territoriales villageoises est adopté et met fin provisoirement aux conflits. Chaque village va en effet redéfinir ses territoires halieutiques internes selon les mêmes critères communs qu’autrefois (combinaisons de saisons, lieux, engins et catégories d’intervenants). Les emplacements des anciens barrages lignagers sont inclus dans les eaux territoriales des villages auxquels ils appartiennent. Mais les conditions démographiques et sociales propres à chaque village ainsi que l’introduction de nouveaux matériaux pour la fabrication des engins vont aussi entraîner, progressivement, des différentiations sociotechniques. L’homogénéité technique et l’homologie des articulations de pêcheries s’estompent au cours de la période sans toutefois entraîner d’oppositions trop marquées. De façon encore sous-jacente, on assiste cependant au glissement d’un accès réglé aux pêcheries de l’ancien espace halieutique global à l’accès non médiatisé (sinon, à terme, par le pouvoir d’achat) à la ressource et à ses effets déstructurants, tels qu’ils vont se révéler pleinement au cours de la période suivante.

47Cette étape est donc marquée par l’abolition de l’espace halieutique de niveau global consécutif à l’abandon du rite d’ouverture de la grande saison de pêche. Ce rite, et ce qu’il signifiait et induisait pour la régulation de l’activité, était la pierre angulaire du savoir halieutique. Il s’agit donc bien d’une rupture majeure mais dont les effets sont en quelque sorte amortis, dans un premier temps, par l’instauration des eaux territoriales villageoises. Les espaces halieutiques de niveau inférieur sont en effet maintenus quasiment à l’identique. Le découpage de l’espace lagunaire en aires de production « villageoises » autonomes prolonge les découpages territoriaux (les finages) des groupes discrets préexistants. Chaque entité reste libre, comme précédemment, de soumettre les prélèvements au respect de ses hiérarchies inter et intralignagères. Mais progressivement la médiation, de mystique et commune à l’origine, va glisser vers celle de la monnaie qui permet l’achat d’engins individuels et l’autonomisation des producteurs Ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard que les divergences intervillageoises dans la pratique de l’activité vont devenir conflictuelles et, pour finir, insurmontables. Le fondement indivisible du « savoir halieutique » se vérifiera alors, mais par défaut. Ce qu’il « sait » en définitive en combinant connaissances pratiques et savoir mystique, c’est que son pouvoir organisationnel, son « exercice », n’est possible qu’en articulant et hiérarchisant les deux niveaux d’espace, englobant et localisé (ou supérieur et inférieur).

Fin des années 1950 à 1982 : de l’accès direct à la ressource à son accaparement foncier

  • 182 L’acquisition des sennes nécessite un capital disproportionné avec les moyens de la plupart des vil (...)

48La période considérée consacre en deux temps la disparition complète de l’ancien système et en particulier les bases du savoir commun. On assiste au passage définitif de la médiation mystique-sociale à celle du marché qui est simultanément, du point de vue de l’organisation pratique de la pêche, un glissement de l’accès médiatisé au milieu à l’accès direct à la ressource. L’accès à l’activité ne dépend plus de l’appartenance au groupe prokpo-aïzi qui partageait le même culte au génie Gun kuala. Avec le renoncement à ce culte les « pêcheurs » (traduction du terme prokpo) abolissent souverainement l’espace halieutique de niveau supérieur : le savoir halieutique n’est plus partagé au niveau de la lagune par l’ensemble des pêcheurs. Individualisé et monétarisé, l’accès à la ressource devient progressivement fonction du seul pouvoir d’achat de chacun182 Dans un second temps, les deux grands modes de pêche qui se concurrençaient vont s’opposer dans un conflit foncier de plus en plus violent. D’un côté, une pêche individuelle pratiquée par les villageois riverains à l’aide d’engins sélectifs ciblant chacun une espèce ou un groupe d’espèces précis. De l’autre des sennes de plage, engins non sélectifs de grande taille, manœuvrées par des équipages étrangers (ce qui aura son importance par la suite, voir section, 1969-1982) rémunérés à la part, donc au rendement. Ces dernières vont évoluer par étapes mais toujours dans le sens d’un accroissement de leur pression sur les stocks de poisson. Leur taille ne cesse d’augmenter et leur maillage de diminuer. Aucune de ces transformations techniques ne répond à une nouvelle exploration cognitive du milieu et de la ressource. En revanche, elles répondent toutes à une logique économique qui consiste à compenser les baisses tendancielles de rendement dues à leurs propres performances en optimisant encore davantage les performances immédiates de ces engins. Cette fuite en avant tend, au niveau global ou supérieur de l’espace halieutique lagunaire, à la surexploitation relative, puis absolue des stocks de poisson. Ce qui se vérifie en 1981 en lagune Aby avec un collapse des captures de la principale espèce cible (une sardine : l’ethmalose) qui passent en une saison de près de 10 000 tonnes à 400 tonnes (Charles-Dominique, 1984).

49Confirmation à rebours et par l’absurde – puisqu’elle consiste en une auto expropriation des pêcheurs – de la pertinence du savoir halieutique ancestral qui visait précisément, à travers ce que représentait le rituel d’ouverture, à la reconduction annuelle de l’abondance de poisson.

1950-1969 : individualisation, logique capitalistique et partage inégal de la ressource

50La période est marquée par d’importants changements contextuels, environnementaux économiques et politiques. Le canal de Vridi, qui à partir de 1950 met en communication permanente la lagune et la mer à la hauteur d’Abidjan, entraîne, d’une part, l’entrée saisonnière jusque dans la partie occidentale des ethmaloses (Ethmalosa dorsalis) en très grande quantité, d’autre part, l’ouverture du port de pêche maritime d’Abidjan dont les débarquements, en particulier d’autres espèces de sardines de mer, vont peser sur les prix. La mise en place généralisée des plantations commerciales villageoises, de café et de cacao, puis de palmiers à huile et d’hévéas qui font l’objet de faire-valoir indirect (salariat ou rémunération à part de fruit) et procurent une rente, transforme profondément les économies locales. Enfin, l’indépendance change le contexte politique et administratif avec la mise en place progressive du nouvel État et coïncide avec une longue période de prospérité connue sous l’appellation de « miracle ivoirien ». C’est au demeurant dans le cadre de la mise en place d’un « plan de développement » que le programme de recherche sur la pêche lagunaire commencera à être mis en œuvre quelques années plus tard (1973). Il aura pour but de « moderniser » la pêche « traditionnelle » en vue d’augmenter sa production et de minimiser les importations de poisson dont la consommation explose.

  • 183 Société matrilinéaire, les Aïzi sont régis en matière de rapports sociaux par un système de prestat (...)

51Pour en revenir à la période considérée, les rapports sociaux au sein des villages riverains changent. Les grands barrages lignagers sont concurrencés sociologiquement par le développement de la pêche individuelle qui occupe de plus en plus la main-d’œuvre lignagère.183 Ces barrages finissent même par disparaître en fin de période. La possibilité d’acheter des outils individuels de production ou des matériaux pour les confectionner rend les cadets plus autonomes (par rapport aux « pères » et aux « oncles »). D’autant que la liberté de commerce du poisson acquise par les femmes autorise la vente d’au moins une partie de la production hors du contrôle des aînés. Les prestations de travail statutaires des cadets au profit des aînés vont se monétariser. La plantation devient pour ces derniers un substitut aux barrages lignagers, les jeunes, fils ou neveux, aidant pères ou oncles à financer le lancement de leurs plantations arbustives. Le développement de la pêche individuelle, plus diversifiée et pratiquée toute l’année, est en parfaite congruence avec ce renouvellement des cycles sociaux de prestations statutaires. Elle prend place comme première étape dans un cursus social hiérarchisé à l’identique mais renouvelé dans son contenu qui va de la production directe en lagune, source de surplus et base d’accumulation, au faire-valoir indirect et à la rente de la plantation. Une conséquence imprévue de ce nouveau partage intravillageois, et qui aura des effets négatifs par la suite, est que la lagune désinvestie par les aînés n’est plus que l’espace de production des cadets.

52Ce schéma a encore cours en 1973 au début des enquêtes, mais de façon plus idéale-typique qu’effective. Il est déjà remis en cause par la montée en puissance des unités de pêche à la senne de plage. Les souverainetés villageoises à l’intérieur de leurs eaux territoriales, permettent à certains villages d’accueillir, moyennant redevance, ces engins. Mais ceux-ci se multiplient ensuite le long de la rive sud avec l’aval de l’administration au nom du libre accès au domaine public. Les propriétaires, contrairement aux équipages, ne sont pas nécessairement étrangers, même s’ils préfèrent se cacher aux yeux de leurs coreligionnaires villageois de la rive nord. Cette pêche non sélective, plus performante en productivité du travail, en d’autres termes de production par pêcheur, induit un partage de plus en plus inégal des stocks par rapport aux pêches individuelles sélectives. S’ensuit une série de conflits avec les pêcheurs villageois à partir de 1965, connue sous le nom de « guerre des filets » dans les annales administratives. Ces conflits sont finalement résolus en 1969 par l’adoption d’un compromis. D’une part, l’État réaffirme qu’en vertu du principe de domanialité les sennes ne peuvent être interdites mais, d’autre part, considérant les « droits traditionnels » et les intérêts des riverains, les autorités admettent que leur usage soit cantonné aux eaux territoriales des villages qui les accepteront.

1969-1982 : du partage inégal à l’accaparement de la ressource et à la révolte autochtone

53En dépit de ce compromis formel, la dynamique conflictuelle va perdurer et s’amplifier pendant les douze années suivantes. Regroupées dans les villages qui les accueillent, voire qui les adoptent (deux villages de la rive nord), les sennes vont dans un premier temps voir leur nombre multiplié par trois en une dizaine d’années. Si leur effectif diminue un peu par la suite, les unités restantes vont accroître considérablement leur puissance de pêche. La taille des filets est multipliée par quatre à cinq, le maillage passe de quarante à quatorze millimètres et pour compenser les baisses tendancielles de rendement certaines unités sont manœuvrées successivement par deux équipages par jour. L’abondance des pélagiques (les ethmaloses), qu’elles avaient ciblées dans un premier temps, va s’avérer insuffisante et amener ces « compagnies de pêche » à se tourner encore davantage vers les espèces démersales, plus particulièrement ciblées jusque-là par la pêche individuelle. Les rendements qui baissaient tendanciellement pour toutes les catégories d’engins vont s’effondrer en 1981 suite à de mauvaises conditions hydroclimatiques. Les villages de pêcheurs individuels, plus particulièrement touchés, se révoltent. S’opposant aux positions de l’administration, ils exigent des autorités l’application de l’interdiction transitoire des sennes qui venait d’être prise sur la lagune Aby voisine suite à l’effondrement des captures susmentionné.

54À la reprise de l’activité, après un arrêt d’un an des sennes, les villages riverains, sous la pression des jeunes actifs plus particulièrement affectés on l’a vu, vont s’opposer à la mise en place définitive de la toute nouvelle réglementation des pêches inspirée par les rapports d’une étude scientifique. Ils exigent la suppression pure et simple de la pêche à la senne et l’abandon du système de licences de pêche que l’administration devait attribuer, sous conditions, aux pêcheurs. Nouveauté, les villages aïzi (le terme prokpo n’est plus usité) sont rejoints par les deux autres groupes riverains, les Adioukrou, ceux-là mêmes qui avaient remis en cause leur compétence halieutique exclusive dans les années 1930, et les Ébrié d’Abidjan, plus excentrés par rapport à la zone initiale de conflit.

55Ce sont donc désormais tous les villages riverains qui se qualifient eux-mêmes d’autochtones (par opposition aux étrangers ou allochtones) et non plus les seuls Aïzi qui s’opposent et à la pêche à la senne et aux nouvelles réglementations censées organiser sur de nouvelles bases l’activité. Non seulement tous réfutent les nouvelles règles d’exploitation de la lagune (refus des sennes même redimensionnées et contingentées) mais, au-delà, dénient à l’administration la légitimité de se constituer en concepteur et ordonnateur d’un nouvel espace halieutique.

56Ils devront braver deux ans de plus les menaces de l’administration qui tente en vain de prévenir ou de sanctionner les expéditions de confiscation ou de destruction des sennes par les pêcheurs aïzi en particulier. Le ministère en charge du secteur, fort des rapports scientifiques sur lesquels s’appuie sa réglementation, maintient ce qu’il a bien voulu retenir des modèles de « gestion rationnelle » proposés par les chercheurs. Après deux années d’incidents, souvent violents, et de maintien des positions opposées du ministère nouvellement « compétent », d’un côté, et des villages désormais « autochtones », de l’autre, la question est tranchée au plus haut niveau politique en 1984 : la pêche à la senne est interdite en lagune.

57Ce retour à un contrôle de l’accès au milieu est encore minimal puisqu’il se résume à ce stade à l’exclusivité « autochtone » de l’accès à l’activité mais il referme aussi symboliquement une époque inaugurée par les événements des années 1930. Face à des divergences radicales d’intérêt mais aussi de saisie halieutique de l’espace la solution imposée par les autochtones renvoie, pour la remettre en cause, à une exclusion plus fondamentale que la seule réduction d’accès aux stocks piscicoles. C’est la perte de contrôle de la régulation d’accès aux ressources lagunaires que soulignent les rappels aux droits historiques autochtones face non plus aux propriétaires « étrangers » de sennes mais face à l’État. Ce qui est signifié à travers ces événements c’est la revendication du rétablissement d’un contrôle effectif sur les formes présentes et à venir d’exploitation de leur espace lagunaire par les riverains. Chez les Aïzi on l’a vu, l’objectif est d’adapter le mode de prélèvement aux conditions de reproduction du modèle social cyclique. Or le rétablissement des rendements et des revenus de la pêcherie individuelle passait par celui d’un espace halieutique unique (global ou de niveau supérieur dans notre terminologie) qui suppose pour le fonder un nouveau savoir partagé, fondements cosmologiques compris.

58Ce que prônaient les modèles scientifiques de gestion des stocks correspondait davantage à un espace halieutique d’État : définir les niveaux de capture optimaux par rapport au potentiel des ressources existantes afin de maximiser de façon durable une production « d’intérêt national ». Par ailleurs, l’optimisation était calculée à partir des engins de pêche existants quels qu’ils soient, donc en incluant les sennes. La combinaison de connaissances spécialisées, celles des scientifiques, avec les objectifs du collectif social concerné (en l’occurrence l’État) peut a priori rappeler la combinaison connaissances empiriques/savoirs mystiques du savoir halieutique originel, mais à deux différences près et de taille. D’une part, à l’inverse du système « traditionnel », ce sont les « connaissances » (ici « scientifiques » plutôt qu’empiriques) qui remplacent le savoir mystique pour à la fois légitimer et organiser l’espace halieutique de niveau supérieur. D’autre part, les producteurs de « connaissances » comme le bénéficiaire collectif sont tous deux totalement extérieurs à l’activité halieutique. Ils « n’exercent » pas eux-mêmes le savoir halieutique dont ils se prévalent à divers titres. Ils l’imposent d’en haut.

59Enfin, en exigeant des pêcheurs de demander une « licence de pêche » pour pratiquer une activité ancestrale sur un milieu qu’ils considéraient comme leur, l’administration mettait littéralement les choses sens dessus dessous. Il est significatif que ce soit l’instance politique responsable de la paix publique qui l’ait compris en contrant sa propre administration. Aux yeux des pêcheurs et plus généralement du point de vue de la reconstruction d’un espace halieutique, l’instance politique, jusque-là muette, se substituait ponctuellement, au pouvoir immanent des génies.

60Cet ultime rebondissement referme un demi-siècle de transformation, puis d’éclatement du savoir et de l’espace halieutiques en deux savoir-faire exclusifs l’un de l’autre. Les systèmes de référence avaient montré que l’on pouvait articuler et combiner dans le temps et l’espace des pratiques de pêche (ou pêcheries) très diversifiées (y compris des sennes avec des engins sélectifs) et des intervenants de diverses origines (Tié du sud /Tié du nord dans le delta central). La trajectoire de l’espace halieutique lagunaire montre par défaut que cette articulation n’est possible qu’à condition de partager un même savoir englobant ou de niveau supérieur. C’est lui qui, en lagune, fait défaut pour rendre compatibles entre elles les pratiques localisées, d’une part, et préserver les stocks en fonction des dynamiques de reproduction des espèces, d’autre part. Or, comme l’affirmaient les intéressés eux-mêmes, le « vrai » savoir était bien celui du registre mystique et rituel. C’est bien lui qui avait permis de rendre compatibles les différents sous espaces halieutiques concrets de la période de référence. La juxtaposition d’eaux territoriales villageoises se substituant aux anciens espaces halieutiques de niveau inférieur a pu un temps faire croire qu’il était possible de se passer de ce niveau supérieur à forte connotation mystico-rituelle, considérée depuis les conversions généralisées au christianisme comme une superstition. Les conflits et la surexploitation des ressources ont pourtant fini par montrer le contraire et jusqu’à l’absurde, on l’a vu dans le cas de la lagune Aby.

61Contrairement à ce registre socio-symbolique, les connaissances empiriques, seconde composante du savoir halieutique, n’ont pas disparu. Elles se sont au contraire diversifiées (nouvelles espèces, nouveaux matériaux et engins de pêche). Force est pourtant de constater qu’à elles seules elles n’ont permis de garantir ni la reproduction des stocks ni un mode de répartition socialement viable des captures. Ce que la révolte autochtone a signifié à tous, y compris à l’État, c’est bien que le « vrai » savoir halieutique est celui qui remplit ces deux fonctions. Un savoir qui, parce qu’il est partagé, organise socialement les prélèvements dans ce double but, mais aussi un savoir qui, comme on le dit du pouvoir, « s’exerce » et en l’occurrence collectivement.

Conclusion : de quoi parle-t-on quand on traite de « savoirs locaux » ?

62La restitution des transformations du système pèche lagunaire qui recoupe en grande partie celles de son homologue fluvio-deltaïque au Mali (Fay, 1989b) illustre le besoin de questionner la notion même de savoir trop souvent considérée comme une évidence. Ce qui fait savoir pour leurs détenteurs n’est pas, tant s’en faut, ce qui est retenu comme tel dans la littérature scientifique ni même dans les catégories du sens commun. Ce que nous avons appelé « savoir halieutique » est bien au cœur des transformations historiques décrites. Mais force est de constater qu’il ne s’agit pas nécessairement d’un équivalent local de notre savoir académique et, qu’en première lecture, il ne rentre pas non plus dans ces « certitudes du naturalisme » qui sont au fondement, selon Philippe Descola (2005 et 2014) de notre mode de penser « moderne ». Le « grand partage » qui le caractérise distingue, pour simplifier à l’extrême, la physicalité – ou composante naturelle – des êtres humains et non humains qui forme un continuum relevant de lois universelles, alors que leurs « intériorités », ou consciences ou encore cultures, sont radicalement distinctes des précédentes, toujours singulières et propres aux humains (discontinuité d’avec les autres « existants » pour reprendre la formulation de l’auteur). Le savoir halieutique des pêcheurs des lagunes ivoiriennes et du delta central du fleuve Niger serait-il alors plus proche de la formule « animiste » qui impute « à des non humains (…) une intériorité identique à la leur (autorisant entre autres) d’établir avec ces derniers et entre eux des relations de communication » (Descola, 2005 : 183) ? Les données ethnographiques ne nous permettent pas de dire avec précision en quoi les génies « se distinguent (par ailleurs) des hommes (…) par leur physicalité » (ibid.) c’est-à-dire leur apparence et plus fondamentalement leur « nature » qui ne serait pas commensurable avec celle des humains. Ce qui est sûr en revanche c’est que ces « existants non humains » ne sont pas ici des animaux. Ce sont des entités à la fois non humaines et non animales présentées comme des êtres vivants partiellement anthropomorphes en même temps que des « forces » avec lesquelles il faut composer. Ils sont en outre les points de passage obligés des rapports des hommes avec les animaux concernés, les poissons. Des dieux alors ? Auquel cas nous serions avec ces êtres dans des fondements religieux du savoir. Religion païenne dans ce cas car répondant à deux des trois traits distinctifs du paganisme par rapport à la religion chrétienne, par exemple, qu’identifie M. Augé dans Génie du paganisme (1982) : le paganisme « n’est jamais dualiste et n’oppose ni l’esprit au corps ni la foi au savoir » (ibid. : 14). Le second point qui concerne la morale est sans rapport avec notre objet. On peut en revanche souscrire partiellement au troisième point puisque le paganisme « postule une continuité entre ordre biologique et ordre social » (ibid.). Si comme poursuit l’auteur « la logique païenne est à la fois plus et moins qu’une religion (… et que) le paganisme se laisse définir au bout du compte par sa dimension rituelle » (ibid. : 16), alors, le fondement mystique de notre savoir halieutique se situe bien dans cette logique païenne ; il est en effet quelque part au-delà ou en deçà d’une religion et est incontestablement imprégné de dimension rituelle.

63Cette inscription partielle dans une lignée religieuse ne saurait cependant épuiser la question de la nature de ce type de savoir dont on a vu qu’il comportait, outre sa dimension strictement cognitive, une dimension sociale et politique et une autre, cosmologique.

64Fait social total, en perpétuelle transformation, il ne prend sens que par rapport aux situations et contextes où il se construit et où il s’exerce. Ce dernier point est sans doute celui qui remet le plus en cause une approche strictement cognitiviste des savoirs traditionnels. Non que cette dernière dimension en soit absente, bien au contraire. Pourtant, comme le signifient explicitement les pêcheurs, cet aspect est secondaire par rapport au savoir rituel qui va permettre d’inclure ces connaissances dans un dispositif commun de régulation du prélèvement. Au-delà de ces conceptions locales, les rituels participent d’un savoir englobant qui combine les registres empiriques (les connaissances du « flux hydro-ichtyologique » (Fay, 1989b), mystiques (les génies médiateurs du rapport des hommes au milieu) et sociaux (appartenance cultuelle et culturelle, hiérarchies et identités territoriales), un savoir que personne ni aucune instance n’impose mais qui, pour ainsi dire, « s’exerce » collectivement comme savoir partagé et appliqué.

65Simultanément, ce savoir halieutique mêle constamment représentations du milieu (empiriques et mystiques) et mise en adéquation des pratiques de pêche avec l’organisation sociale du moment. Chaque configuration de savoir correspond à un contexte sociopolitique singulier. Plutôt qu’une hybridation, c’est le caractère multidimensionnel et composite de ces savoirs, déjà repérable dans l’analyse synchronique des deux systèmes de référence, qui domine. Cette caractéristique est confirmée par les avatars historiques successifs de la résultante de ce savoir, l’espace halieutique lagunaire. Chaque étape, et avec encore plus d’éclat la dernière, vise à rendre compatible représentations du monde environnant, gouvernance sociotechnique du prélèvement et dynamiques sociales du moment. À l’État, qui souhaitait approprier le nouvel espace halieutique à ses propres objectifs nationaux (minimiser les importations en optimisant les captures totales), a répondu la révolte des villages « autochtones » pour qui l’espace halieutique lagunaire devait rester ajusté au maintien, voire à la confortation, de leur reproduction sociale cyclique.

66Autre confirmation, les savoirs sont constamment, sinon réinventés au moins reconfigurés, en fonction des contextes. L’approche diachronique de la pêche lagunaire a en effet montré que le savoir halieutique donne lieu à des arrangements successifs entre les mêmes éléments constitutifs. Ces arrangements consistent toujours à rendre compatibles les propriétés et contraintes environnantes (ici : quelles espèces cibler selon les moyens techniques, les saisons, les heures de la journée, les lieux, le marché…  ?), non seulement avec la structure et la dynamique sociales du moment, on l’a vu, mais aussi selon un principe directeur constant : réserver l’activité à ceux qui partagent une même cosmologie. Ainsi, autrefois les villages de « pêcheurs » (prokpo) partageaient les mêmes cultes aux génies alors que, désormais, par un glissement de nature plus politique, l’ensemble des villages riverains partagent la même condition d’autochtones face aux allochtones (les pêcheurs à la senne) et, au moins autant, à l’État qui les a imposés. À ce stade, les savoirs communs restent cependant entièrement à reformuler, la reconquête autochtone de l’accès à l’espace lagunaire en vue de la pêche n’est qu’une condition minimale de reconstruction d’un nouvel espace halieutique. Un espace qui était encore à réinventer quand les programmes de recherche ont pris fin. Nous n’avons donc pas eu la possibilité d’en observer l’émergence ni par conséquent celle du nouveau savoir halieutique sur lequel il s’est fondé.

67Enfin, pour tenter de cerner et de préciser la nature de ce « savoir » qui s’est avérée au moins ambivalente, la distinction initialement méthodologique entre connaissance et savoir s’impose désormais comme centrale pour ce qui est du savoir halieutique.

68Cette distinction recoupe les conceptions de ceux qui produisent et pratiquent ces savoirs. Selon nos interlocuteurs et dans les deux cas, seuls ces savoirs englobants méritent d’être qualifiés comme tels, car relevant d’une façon de concevoir le monde en général et liés à une mise en œuvre au demeurant plus institutionnelle que technique. Ils sont étroitement associés à des représentations mystiques qui ne visent pas à une connaissance naturaliste mais à informer la mise en rapport des hommes avec leur environnement non humain, lagunaire ou deltaïque, personnifié par les génies. On en a vu un exemple très parlant en lagune avec la parabole du génie Gun kuala qui signifiait à tous le besoin de réguler et d’organiser les prélèvements et scellait rituellement l’alliance entre ces « forces » incontournables et dangereuses et leurs interlocuteurs attitrés, les « pêcheurs » (prokpo).

  • 184 Au sens d’opération visant à circonscrire, définir et caractériser des objets, autrement dit à obje (...)

69Tout se passe en définitive comme si les savoirs, que nous préférons désormais appeler « populaires », à tout le moins ceux qui ont été présentés ici, étaient moins « cognitivistes »184 qu’opérationnels. Ils ont ici une incontestable dimension téléologique : ils se comprennent essentiellement comme moyens de penser l’organisation de l’activité. Si les mythes et les rites sont bien des « savoirs » ce n’est pas au sens de connaissance mais bien, comme le cas ivoirien l’a montré en creux pour la dernière période, en tant que moyens de garantir, avec la régulation de l’activité, la reproduction de l’abondance de poissons et une répartition socialement acceptable des prises de tous. Mais cette dimension téléologique, s’inscrit de façon plus générale dans une manière d’être au monde et en rapport avec ses composantes qui englobe et donne sens à ces intentions.

70Sans la connaissance hydro-ichtyologique fine des pêcheurs du delta central ou des lagunes, les rites, à eux seuls, ne permettraient à l’évidence pas le prélèvement. Mais à l’inverse, ce sont bien ces rites qui évitent la simple juxtaposition de ponctions concurrentes en imposant l’articulation réglée des prélèvements au sein d’un espace halieutique commun. Vouloir limiter ces savoirs aux connaissances empiriques qu’ils recèlent pourtant abondamment serait les dénaturer. Pas tout à fait des pouvoirs bien qu’exercés, mais plus que des stocks cognitifs, ces savoirs se prêtent mal à une définition simple. Ils apparaissent plutôt comme cette combinaison de représentations « populaires » (de facture endogène et partagée par le groupe concerné) permettant de penser, pour l’organiser, l’appropriation de cette portion de l’environnement (ici, la lagune ou le fleuve) avec lequel les sociétés doivent composer et plus encore, s’articuler, pour former un continuum reproductible. Dans nos exemples, le propre de ces savoirs est de ne pas être purement naturalistes, mais de s’efforcer de penser, via un recours incontournable à des représentations mythiques, les deux ordres de la nature et de la société comme un seul et même ensemble organique.

Notes

166 Nos informateurs les plus âgés, au-delà de 55 ans, avaient activement connu cette époque en pêchant, soit avec leurs pères, soit eux-mêmes pour les plus anciens.

167 Les travaux de Claude Fay (1989a et b, 1994, 2005) fournissent la reconstitution de celle du delta central du fleuve Niger.

168 Le terme générique désignant la lagune en langue aïzi est Gnu-nu : « notre eau ».

169 Terme officiel en français à l’ONU depuis la CDB de Rio (1992) pour désigner ce qu’on appelle en anglais indigenous knowledge (Verdeaux et Roussel, 2006).

170 Ces connaissances ont été reconnues et validées sur le fleuve comme en lagune par les ichtyologues qui ont mis en regard leurs propres observations avec la biologie et la taxonomie de l’ichtyofaune énoncées par les pêcheurs. « La taxonomie des poissons du Niger, ce sont les pêcheurs bozo qui me l’ont apprise » (Jaques Daget, comm. pers.).

171 La notion de système pêche utilisée dans les études d’halieutique désigne l’ensemble des techniques de pêche (les engins et leurs modalités de mise en œuvre), la distribution spatio-temporelle de leurs usages ainsi que les espèces cibles correspondantes.

172 Ils sont constitués d’une palissade végétale barrant la lagune depuis la berge ou un haut-fond sur plusieurs centaines de mètres. Tous les barrages se terminent par un labyrinthe d’espaces quasi fermés (chambres de captures) dont les poissons, qui ont au préalable suivi la palissade, ne savent plus sortir.

173 Le dyi-tuu ou maître des eaux est celui qui a hérité de ses ancêtres, premiers occupants, le savoir sacrificiel qui permet de rentrer en contact et de tracter avec les génies de lieu au profit de toute la communauté locale.

174 Un autre groupe, les Somono, détient les maîtrises d’eau du fleuve lui-même.

175 Il s’agit de digues construites en des points déterminés, les mêmes chaque année. Les déversoirs qui y sont aménagés permettent de capturer principalement une espèce, le tineni (Alestes leuciscus), à l’aide d’un filet appelé ganga qui donne son nom à l’ensemble du dispositif.

176 L’Office de recherche scientifique et technique Outre-Mer, devenu Institut de recherche pour le développement (IRD) en 1998, est un institut de recherche multidisciplinaire opérant en coopération avec des pays en développement.

177 Ces programmes pluridisciplinaires dont le prototype avait été mené sur le lac Tchad ont concerné successivement, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Togo, le Mali et la Guinée.

178 L’Iclarm, désormais World Fish Center, est un institut de recherche international dédié aux pêcheries artisanales. Il est membre du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale.

179 Il s’agit principalement de petites sennes de plage utilisées sans limitation territoriale par les habitants de certains villages. Ces engins actifs venaient concurrencer ou détruire, sur les hauts-fonds autrefois appropriés par les lignages pour leurs pêcheries-barrages, les engins individuels passifs, lignes ou filets maillants, que les membres desdits lignages venaient y poser.

180 Le « cercle » était la division territoriale de base du système administratif colonial.

181 Chefs « traditionnels » interlocuteurs de l’administrateur en charge de régler les questions relevant de la « coutume ». Les villages aïzi dépendaient des chefs de canton alladian pour la rive sud et adioukrou pour la rive nord.

182 L’acquisition des sennes nécessite un capital disproportionné avec les moyens de la plupart des villageois. Ce capital permet en sus d’accéder, via la main-d’œuvre qu’il permet de mobiliser, au faire-valoir indirect et à l’accaparement foncier de la ressource.

183 Société matrilinéaire, les Aïzi sont régis en matière de rapports sociaux par un système de prestation statutaire cyclique. Les « fils » travaillent pour leurs pères jusqu’à ce que leur classe d’âge accède au statut d’adulte. Ces « pères » remettent eux-mêmes une partie de leur production à leur oncle utérin ou mettent à sa disposition leur force de travail et celle de leurs dépendants, en l’occurrence leurs fils. Enfin, les « oncles » sont ceux vers lesquels convergent les prestations et qui gèrent le patrimoine lignager (Verdeaux, 1994). Nous appelons ici « aînés » ceux qui sont en situation de recevoir et « cadets » ceux qui sont tenus de donner (temps, produits, ou numéraire).

184 Au sens d’opération visant à circonscrire, définir et caractériser des objets, autrement dit à objectiver les réalités environnantes.

Table des illustrations

Titre Figure 5.1. Carte de situation des deux sites (conception et réalisation : J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Figure 5.2. Situation des lagunes ivoiriennes (conception et réalisation : J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 5.3. Situation du delta central du Niger au Mali (conception et réalisation J.P. Cherel, UMR Gred ; sources : OSM, ESRI).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 5.4. Configuration et principaux établissements de pêche du delta central du Niger (repris de Claude Fay, 1989a, Orstom éditions, © Autrepart).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k