Version classiqueVersion mobile

Savoirs locaux en situation

 | 
François Verdeaux
, 
Ingrid Hall
, 
Bernard Moizo

Chapitre 3 - La mise en spectacle des savoirs locaux, levier de l’intégration des « arrière-pays » marocains ?

Thierry Linck

Texte intégral

1Cette contribution fait écho à celle qui, dans ce même ouvrage, porte sur le maïs natif de Tenejapa et la biodiversité cultivée. Elle suit le même fil qui part d’une acception large de la notion de savoir local pour explorer ses liens avec les appropriations du cognitif et du vivant. Elle conduit aussi aux mêmes conclusions. D’une part, le savoir local est un savoir vivant qui s’adapte, change et évolue en lien avec une exigence d’internalisation des risques et aléas climatiques, biologiques ou marchands. C’est également un savoir connecté qui associe le rapport à la nature, le lien social ainsi que la production et les usages alimentaires. Le savoir local est enfin une ressource construite et appropriée collectivement et, de ce fait, un enjeu dans la confrontation d’intérêts et de représentations contradictoires.

2Nous reprenons à présent ce fil dans une perspective plus large, moins centrée sur la circulation locale des savoirs et davantage sur les interactions entre le local et le global. Notre attention se portera surtout sur les systèmes productifs et sur les trames spatiales où le savoir local constitue un enjeu. La biodiversité, la multifonctionnalité, le rapport au territoire et les questions de gouvernance prennent alors un relief différent. Nous nous attacherons plus particulièrement à la valorisation marchande des compétences locales liées aux dispositifs de qualification de l’origine et aux politiques publiques.

3Le rural ne peut donc plus être traité comme un isolat : il doit être abordé comme le produit de la rencontre contingente et incertaine de deux univers fondés sur des régimes épistémiques antinomiques, des valeurs et des codes culturels et sociaux difficilement conciliables. La mise en évidence des connexions entre savoirs techniques et relationnels nous conduira à identifier le savoir local comme un élément clé d’une domestication collective du vivant et le support des solidarités agraires. Nous verrons ainsi que l’appropriation du savoir local – et donc aussi des valeurs symboliques qui lui sont attachées – constitue un enjeu majeur des démarches de qualification de l’origine et de leurs impacts en matière de développement territorial. L’extension des rapports marchands et l’emprise des modèles techniques et relationnels propres à la société globale marquent les limites d’une rencontre que l’on a du mal à qualifier d’hybridation. Le savoir local peut être considéré comme l’enjeu de l’accaparement et de la mise en spectacle de valeurs et de « traditions » locales, certainement pas comme le cœur d’un projet de renforcement des autonomies territoriales ou d’une démarche didactique partagée.

  • 69 On l’aura compris, cette dimension critique est intrinsèquement liée à notre utilisation de données (...)

4Considérés dans une perspective plus large ces questionnements structurent un champ problématique qui a également vocation à nourrir une réflexion sur la place de l’immatériel (les savoirs, mais aussi les valeurs, les croyances et les représentations partagées, les codes et les régimes épistémiques) dans nos sociétés postmodernes. Dans cette perspective, il ne saurait être question des seuls savoirs naturalistes (définis a priori par opposition à une représentation scientifique et universelle de la nature) mais bien plutôt de l’examen de la confrontation de deux univers étrangers l’un à l’autre et qu’opposent les trames épistémiques, temporelles, spatiales et sociales auxquelles ils sont associés. Notre étude ne s’inscrit donc que partiellement dans le champ de l’anthropologie : elle relève plus fondamentalement d’une démarche d’économie critique69. Cette démarche marque l’ensemble de l’exposé autour d’un double objectif. Dans une première section, poser les jalons d’une démarche théorique et méthodologique qui fait largement écho à des questionnements propres à l’économie, à ses concepts et à ses paradigmes (les notions de marché, de ressource, de valeur, de développement, de propriété, avec un accent particulier sur les notions d’appropriation collective et de commun). Puis, dans les deux sections suivantes (« Au cœur de l’arganeraie » et « La mise en terroir des ruralités sahariennes »), présenter des études de cas qui constituent des objets de recherche à part entière en même temps que l’occasion de mettre à l’épreuve et d’illustrer notre démarche et d’en souligner la pertinence dans une approche transdisciplinaire.

Les enjeux de l’appropriation du vivant et du cognitif

Vers une approche large de la notion de savoir

  • 70 Il est question d’un choix qui met en cause un principe bien ancré dans les sciences sociales et pl (...)

5Comment situer le savoir, et en particulier le savoir local, dans la construction du rapport au vivant et du lien social ? Il fallait, pour en rendre compte, caler notre analyse sur une acception large70. Il était impératif de rompre avec ces approches taxonomiques fondées sur une organisation arborescente des connaissances et leur découpage en registres étanches et figés (Latour, 1997 ; Morin, 2005). Ces approches ne rendent pas compte de l’immanence, de la connectivité et de l’unité du savoir local tel qu’il apparaît aussi bien dans les exemples marocains que dans le cas mexicain. Elles ne sont pas neutres. Leurs limites sont ainsi perceptibles dans les oppositions moderne/traditionnel, savant/profane, rural/urbain ou encore dans les clivages entre l’individuel et le collectif qui leur font écho. Elles portent la marque d’un ordre, d’un rapport de pouvoir et de quelques rémanences de ces « missions civilisatrices » associées aux entreprises de colonisation mises en œuvre du xvie au xixe siècle et qui imprègnent aujourd’hui encore les démarches diffusionnistes (la « vulgarisation ») du « progrès » technique, du marché et d’une certaine conception du développement en direction des campagnes et des paysanneries, notamment du Sud.

  • 71 Edgar Morin reprend dans la même perspective : « Nous, habitants du monde occidental et occidentali (...)

6Ces approches et les clivages qui leur sont plus ou moins explicitement attachés fondent ce que l’on tend aujourd’hui à reconnaître comme un double mythe de la modernité (Latour, 1997). Le premier relève d’une rupture stricte entre nature et culture qui situe l’homme en dehors d’une nature qu’il aurait vocation à dominer, mais dont il dépend pourtant inexorablement71. Le second renvoie à la « marche du progrès » posée comme un mouvement rédempteur, linéaire, nécessaire et universel, étroitement associé au développement des échanges marchands et à la diffusion d’une appropriation individuelle et exclusive des richesses, de la terre et de la nature.

Le rapport à la nature

  • 72 Et bien plus encore sur l’autonomie alimentaire, dans une approche qui invite à relativiser l’empri (...)

7L’érosion de la biodiversité, les craintes qu’inspirent le changement climatique et les menaces qui pèsent sur la sécurité alimentaire72 sont encore loin de susciter une inflexion significative des politiques publiques et des choix de société que les idéologies de la modernité ont inspirés. Le modèle agroalimentaire dominant reste profondément marqué par la production centralisée des connaissances et des moyens techniques destinés à être utilisés dans des contextes extrêmement variés (Linck, 2017). La dissociation des productions agricoles et alimentaires, l’usage d’intrants et d’équipements d’origine industrielle en substitution des ressources locales et la diffusion de recettes techniques uniformes aux dépens des savoirs locaux brisent ou fragilisent les chaînes trophiques qui structurent les écosystèmes. L’agriculture conventionnelle doit ainsi son succès à ses temporalités étroites, à ses pratiques dissociatives et à la simplification poussée des écosystèmes qui lui permettent d’éluder les risques et de reporter sur les générations futures et les agricultures « traditionnelles » les charges liées à l’entretien de la biodiversité. Abordé sous cet angle, ce succès tient fondamentalement à une enclosure du cognitif qui relève elle-même d’un double mouvement de centralisation de la production des savoirs techniques et de la déconstruction des savoirs locaux (Linck, 2013).

8Le savoir local – construit et mis en œuvre localement – peut pourtant être identifié comme la clé de la conservation de la biodiversité et, potentiellement, comme un fondement d’une nouvelle représentation publique de la nature. L’implication de l’homme dans les chaînes trophiques, l’entretien de la biodiversité et la valorisation des fonctionnalités écosystémiques n’impliquent-ils pas une connaissance fine des écosystèmes et de leur fonctionnement ? Mais en même temps, la complexité du vivant – l’enchevêtrement de ses trames temporelles et spatiales – n’implique-t-elle pas que le savoir local repose lui-même sur des agencements difficilement compatibles avec les approches dissociatives, les temps courts, l’appropriation individuelle et les usages privés qui caractérisent l’échange marchand (Berkes et Folke, 1998) ?

Le lien social

  • 73 Ces liaisons sont d’autant plus affichées lorsque la préservation de la biodiversité et le modèle t (...)

9Cette double exigence marque de façon diverse l’intérêt que suscite désormais le savoir local. Les approches agroécologiques et les mouvements alternatifs qui lui sont plus ou moins étroitement attachés tendent à lier préservation de la biodiversité et renforcement des autonomies territoriales dans une démarche qui peut s’inscrire dans une logique de coproduction des savoirs locaux et de connexion avec le système agroalimentaire local73. Le développement des circuits courts vise la restauration du lien que l’aliment noue entre le mangeur, son corps, la nature et la société. Les politiques publiques marquent pour leur part leur attachement à l’implication des acteurs locaux et à la mise en œuvre d’un « développement territorial » « durable », « juste » et « solidaire » : arguments dont la portée peut être jugée plus incantatoire qu’effective. Quoi qu’il en soit, le local semble bien constituer aujourd’hui un enjeu majeur. C’est aussi, potentiellement, une valeur marchande au plein sens du terme.

10L’intérêt pour les savoirs locaux et leur renouvellement prend sens également dans un autre domaine : celui de l’intégration territoriale et de la reconfiguration du rapport ville-campagne. L’essor considérable, depuis la fin du siècle passé, de la circulation des hommes, des produits, de l’information et des connaissances a altéré le clivage ancien qui opposait les campagnes – agricoles et ancrées dans leurs traditions – et la ville – cœur emblématique de la modernité. La renaissance rurale (Kayser, 1990) et les politiques publiques qui l’accompagnent prennent sens aujourd’hui autour de deux enjeux : la mise en réseau et la concurrence des territoires (Perrier-Cornet, 2002 ; Poulot, 2008). Il est question à l’échelon européen de promouvoir une spécialisation « intelligente » qui vise à renforcer l’attractivité des territoires ruraux et la mise en œuvre d’avantages compétitifs autour de la valorisation de ressources non délocalisables (McCann et Ortega, 2011 : 2).

11Cette perspective que nous retrouvons dans la place que le plan Maroc vert reconnaît aux dispositifs de qualification de l’origine – les AOC, AOP et autres IG (indications géographiques) – illustre bien la nature et le statut particulier du savoir local dans le développement et l’intégration territoriale des « arrière-pays ». Le savoir local reconnu en tant que marqueur de spécificité constitue en effet une ressource d’exception : son ancrage territorial, sa connectivité et son action structurante en font un bien non reproductible : on ne peut pas déplacer dans d’autres contextes des savoirs par nature complexes, généralement informels et profondément ancrés dans leur berceau originel. Cette particularité fait du savoir local la source d’un avantage concurrentiel, l’origine d’une distorsion de concurrence et une promesse de rentes. La spécificité constitue alors un atout mobilisable dans la promotion des territoires, des biens (l’huile d’argan, le chevreau… dont il sera question plus loin) et des services qui y sont produits. Mais qu’en est-il en réalité et que reste-t-il d’un savoir local « marchandisé » ? Ne risque-t-il pas d’être vidé de sa substance ?

12L’univers marchand repose sur des régimes épistémiques, des trames temporelles, spatiales et sociales propres qui tendent à couper le savoir local de ses racines et de ses attributs originels. L’origine tend ainsi à ne constituer qu’une référence formelle, l’argument d’une mise en scène trompeuse. D’un côté, la protection qu’assure le droit de la propriété intellectuelle ne concerne formellement que les dénominations et ne rémunère que la réputation qui lui est associée : il s’agit donc, en dernier ressort, d’une simple croyance plus ou moins bien étayée. De l’autre, le coût des épreuves de certification limite la nature et la portée des prescriptions. Enfin, les changements d’échelle et les orientations techniques des politiques publiques sont à l’origine de nouvelles tensions et tendent également à couper le savoir local de ses racines et de ses attributs originels. Il ne s’agit alors, le plus souvent, que d’un savoir déraciné et appauvri, mobilisé pour mettre en exergue une saillance « patrimoniale » dans le seul but de tirer avantage des émotions et des nostalgies que suscite l’évocation des aménités, des traditions et des singularités locales.

13Considérée de ce point de vue, la « ressource spécifique » est généralement loin de constituer le « levier de développement » (Pecqueur, 2001) que l’on attend. Dès lors qu’il est coupé de ses trames originelles et vidé de son contenu, le savoir local ne constitue que le prétexte d’une mise en scène de la spécificité. Il s’agit d’un savoir réapproprié, détourné, reconstruit et au final inscrit dans une démarche utilitariste : il n’entretient alors qu’un rapport lointain avec le jeu des solidarités locales et la construction collective du rapport à la nature (Linck, 2007 et 2009).

L’immatériel dans l’économie : un enjeu majeur, au-delà du seul rapport à la nature

14L’enclosure des savoirs locaux que révèlent fréquemment les procédures de qualification de l’origine appelle une réflexion sur la place de la connaissance dans l’économie. Considérée dans ses fondements les plus profonds, l’économie s’intéresse à la production, à l’échange et à la distribution de biens et de ressources reproductibles et rares, et donc dotés d’une valeur d’échange propre. Ce n’est pas le cas des savoirs (et d’une façon large de l’information) : le savoir n’est donc pas considéré comme une ressource. C’est tout au plus un donné qui échappe aux règles de l’échange marchand et au principe d’un utilitarisme universel.

15Disons plutôt que la connaissance structure un champ problématique dont le cœur est situé dans ces frontières poreuses, imprécises et largement arbitraires qui séparent l’économique du politique, du social et du culturel. Quelques remarques s’imposent :

  • toute activité productive, y compris donc la production de marchandises, mobilise nécessairement des connaissances ;

  • la connaissance peut être accaparée et faire l’objet d’une appropriation individuelle et d’un usage exclusif : la propriété intellectuelle permet d’instituer de la rareté et donc de doter la connaissance d’une valeur d’échange propre. C’est d’ailleurs à cette seule condition que la connaissance peut, du point de vue de l’économie, être assimilée à une ressource ;

  • le coût de reproduction d’une connaissance (l’équivalent du coût marginal) peut être considéré comme virtuellement nul ;

  • il en résulte que les activités fondées sur une valorisation échappent à la « loi des rendements décroissants » censée limiter les monopoles (Foray, 2000 ; Levêque et Menière, 2003) ;

  • les progrès réalisés dans le domaine du stockage et du traitement de l’information permettent d’étendre de façon considérable la part privatisable des connaissances. Le savoir local n’y échappe pas.

  • 74 Thomas L. Friedman (2006 : 580-595) donne une illustration concrète de l’incidence des nouvelles t (...)

16La marchandisation du savoir, le commerce des émotions et les distorsions de concurrence ne sont pas exclusifs d’un mouvement de périurbanisation des campagnes. Ils entrent en résonance avec un fait social majeur qui touche les fondements mêmes des économies et des sociétés contemporaines. Il suffit pour en rendre compte d’évoquer trois principes d’ordre technique. Le premier, la loi de Moore, établit que la puissance des microprocesseurs – la capacité de stockage et traitement des informations – double tous les dix-huit mois. Le second, posé par Amdahl, est l’équivalent de la loi de Moore pour ce qui concerne les télétransmissions – et donc la circulation de l’information –. Le dernier, la loi de Metcalfe, précise que l’attractivité d’un réseau – et donc le montant des rentes qu’il permet de dégager – croît en raison du carré du nombre de ses adhérents (Plihon, 2003 : 20-34). On peut mettre en cause l’habillage formel de ces principes, mais difficilement la réalité de leur emprise sur les avancées de la globalisation (Castells, 1996) et sur l’organisation du travail74, tout comme de leurs incidences sur la configuration du lien social et le partage des richesses.

17Le développement des télécommunications et des capacités de traitement de l’information est à la base de processus de financiarisation de l’économie (Plihon, op. cit.). L’essor des réseaux sociaux se double d’une instrumentalisation des mémoires individuelles qui permet la mise en œuvre d’un marketing très précisément ciblé et porte la marque d’un empiétement croissant de la sphère marchande sur les sphères privées (Polanyi, 1983). La mise en réseau structure l’industrie et la finance, c’est aussi l’élément clé d’une économie collaborative qui peut être dévoyée : l’usage partagé (mais souvent sous contrôle et loin d’être toujours gratuit) d’un algorithme (un savoir) permet la rencontre, sur des trames spatiales très ouvertes, d’une offre et d’une demande de services éventuellement non marchands. Le contrôle de ces algorithmes et par là la maîtrise des savoirs techniques et relationnels mobilisés dans la fourniture des services et l’organisation des échanges sur de larges échelles pèse ainsi de façon décisive sur le partage des richesses et donc sur les encastrements de la nature et du lien social. Les frontières entre le local et le global, entre le technique et le relationnel, entre le marchand et le non marchand, entre le symbolique et le réel, entre information, savoir et connaissance… se brouillent ou se déplacent, cependant que les clivages entre propriété collective et individuelle, entre usage partagé et exclusif ou encore entre savoir et pouvoir changent de nature tout en conservant pleinement leur pertinence.

Repenser le savoir local

18Comment rendre compte de la permanence de ces clivages et saisir la diversité de leurs expressions tout en dépassant les contraintes qu’impose un cloisonnement rigide des différents régimes épistémiques ? Comment alimenter, dans une démarche d’économie critique, une réflexion sur les rapports entre savoir et marché, sur les liens entre organisation technique et sociale du travail, sur les interactions entre développement, durabilité et savoir ou encore sur la place du droit de la propriété intellectuelle dans la valorisation de l’immatériel et des compétences ?

  • 75 Le rhizome est un segment souterrain d’un végétal, une réserve énergétique qui lui donne la capacit (...)

19Notre démarche part d’un postulat qui relève d’un constat d’évidence. Un savoir n’existe pas en soi. Il ne prend sens que par les liens qui le rattachent à d’autres savoirs et dans leur organisation cohérente autour de trames qui font lien entre les hommes comme entre la société et la nature. On peut s’attendre à ce que cette organisation soit datée et qu’elle structure des régimes épistémiques – des « épistémès » au sens de Foucault – relativement stables et propres à une « époque », c’est-à-dire à une société donnée et à un moment particulier de son histoire. Tel semble bien être le cas de la modernité et de son fondement ontologique – le naturalisme – dont l’origine peut être fixée avec une relative précision au tournant des xviiie et xixe siècles. Dans cette perspective, le savoir, ses dynamiques incrémentielles, ses trames et ses modes de diffusion, n’a pas nécessairement le caractère universel et inéluctable que l’économie lui reconnaît implicitement tant dans l’organisation de son champ disciplinaire que dans la production des connaissances. Ce principe posé, d’autres perspectives s’ouvrent. Celle en particulier d’une organisation rhizomatique (Deleuze et Guattari, 1980)75, c’est-à-dire d’un agencement des connaissances fondé sur un ordre immanent qui n’est ni linéaire ni hiérarchique : il n’a ni centre ni extrémités, chacun de ses composants interagissant avec tous les autres et pouvant être l’amorce de nouveaux développements, sous la forme de duplications, de disséminations en lien avec des observations, des expérimentations ou des emprunts.

20Dans cette perspective et en opposition aux fondements ontologiques issus de la modernité, nous faisons ici le choix de définir le savoir local comme un savoir mobilisé, construit et approprié localement : un savoir vivant et connecté, inscrit dans les trames temporelles ouvertes propres aux processus biologiques et à la transmission des connaissances (Linck, 2017).

21Le cas du maïs natif de Tenejapa abordé dans ce volume (chapitre 4) offre une illustration de ces connexions horizontales. La circulation des gènes et des connaissances constitue un dispositif clé de la préservation de la diversité biologique et culturelle en même temps qu’une modalité d’appropriation du vivant et du cognitif (Barbault, 2006 ; Fortier, 2009). L’agencement des flux d’information, d’énergie, de travail, de produits et de revenus sur lesquels repose la multifonctionnalité des systèmes productifs de l’arganeraie en offre un autre exemple. Dans un cas comme dans l’autre, il est difficile de mettre en évidence l’existence d’enchaînements séquentiels ou arborescents dans la mesure où l’organisation des connaissances et des pratiques est en phase avec les trames temporelles et spatiales propres aux processus biologiques.

  • 76 Et notamment de l’idéel, une notion empruntée à M. Godelier (1984) qui souligne la nécessité d’abor (...)
  • 77 En définissant la compétence comme l’appropriation socialement validée d’un savoir.

22L’organisation rhizomatique n’est pas pour autant un assemblage dépourvu d’ordre. Mais, comment donner du sens tout en s’affranchissant des hiérarchies, des arborescences et des cloisonnements ? Nous considérons, par hypothèse, que cet ordre est immanent et qu’il tient aux modes d’appropriation du cognitif 76 et de la nature. Dans cette perspective, la contribution dédiée au maïs natif de Tenejapa met en relief les clivages entre appropriation individuelle, par essence exclusive, et appropriation collective, fondée sur l’usage et le partage. Cette même étude définit donc le savoir comme une ressource construite et appropriée collectivement ; elle pose, dans une démarche d’économie critique, une ligne argumentaire que nous suivons également ici. Nous n’y reviendrons donc pas. Notre attention s’attachera à un autre volet de la même problématique : celui de la valorisation des compétences77, des interactions entre norme et droit, entre le local et le global. Il sera beaucoup question, dans l’arganeraie, d’ancrage territorial, de la place du savoir local dans l’organisation des systèmes productifs et des risques inhérents aux qualifications « déliées » de l’huile d’argan et du chevreau de l’arganeraie. Nous nous attacherons ensuite plus spécifiquement à la mise en spectacle des « terroirs » sahariens, à l’instrumentation marchande et au détournement des savoirs locaux que mettent en évidence la qualification du figuier de Barbarie et la mise en spectacle des « terroirs sahariens » dans la province de Guelmim.

Au cœur de l’arganeraie : savoir local et internalisation des coûts et des risques environnementaux

Figure 3.1. Les territoires de l’arganeraie (d’après M’Hirit et al., 1998 ; cartographie C. Chauviat, IRD, 2008).

Figure 3.1. Les territoires de l’arganeraie (d’après M’Hirit et al., 1998 ; cartographie C. Chauviat, IRD, 2008).
  • 78 Association nationale ovine et caprine et Association marocaine de l’indication géographique huile (...)
  • 79 Cette recherche, ses conclusions et les postures adoptées n’engagent que l’auteur de cette contribu (...)

23La forêt de l’arganeraie s’étend sur quelque 820 000 hectares le long des piémonts occidentaux de l’Anti-Atlas. Notre étude porte sur la région située sur les pourtours du Jbel Amsiten (province d’Essaouira, région de Smimou). Elle s’appuie (en plus des documents écrits) sur des séjours de une à trois semaines qui se sont échelonnés de 2010 à 2015. L’information présentée est tirée de l’observation des paysages, de nombreux entretiens avec des fonctionnaires du ministère de l’Agriculture (Rabat et Essaouira), des Eaux et Forêts (E&F) et du caïdat (Smimou), des maires, des responsables de l’Anoc et d’Amigha78, ou encore de visites dans les souks, les abattoirs et de nombreuses rencontres avec les acteurs locaux. Cette recherche, de même que celle conduite dans la région de Guelmim, a été conduite dans le cadre des projets ANR mouve et Medinnlocal79.

24Cette section se décompose en deux grandes parties. La première porte sur les interactions entre savoirs techniques et relationnels, sur l’agencement des activités et le rapport à la nature. La seconde concerne plus spécifiquement l’action dissociative des démarches de qualification de l’huile d’argan et du chevreau de l’arganeraie.

Multifonctionnalité et régime agraire

  • 80 Reconnu ici en tant qu’agencement d’activités structuré par un ensemble de flux d’information, d’én (...)
  • 81 Groupements d'habitations formant une unité sociale (liens de parentés entre ses habitants), territ (...)
  • 82 Auxquels peuvent s’ajouter de nombreux autres : production de basse-cour, élevage ovin, bovin, miel (...)
  • 83 Les familles paysannes possèdent en moyenne 2 à 3 ha de melk, 18 arganiers et 19 caprins adultes. ( (...)

25Les systèmes productifs80 de l’arganeraie, considérés aux différentes échelles pertinentes (ici, essentiellement les douars81 et les unités familiales), s’appuient fondamentalement sur trois éléments82 : l'arganier, l'élevage et les cultures. L’arbre – l’arganier – en constitue le pivot : il fournit la matière première utilisée pour la production d’huile (alimentaire ou cosmétique), la ressource fourragère (aérienne et terrestre) pour l’élevage ainsi que l’ombre et la fertilité qu’exigent les cultures. En dépit de multiples pressions (économiques, politiques, démographiques…) le système productif, toujours considéré d’un point de vue global, reste encore (jusqu’à un certain point) porté par une logique d’internalisation des risques et des coûts environnementaux. La résilience du système tient fondamentalement à l’activation des synergies qui lient entre elles de nombreuses activités. Elle repose donc sur la mobilisation de connaissances et de pratiques adaptées aux conditions propres à l’arganeraie : des itinéraires techniques et des aménagements fonciers qui tendent à optimiser l’usage des ressources hydriques et fourragères : terrasses, épierrage, clôtures, drainage, captation des eaux de ruissellement, murettes antiérosives… Elle tient enfin aux savoirs relationnels qui cadrent les rapports d’appropriation – en particulier du foncier – ainsi que les rivalités et les solidarités qui fondent les institutions locales. Les savoirs techniques et relationnels qui structurent le système agraire sont étroitement connectés. Ils font lien entre la parcelle et l’arbre, entre l’élevage, les cultures et les activités de collecte et transformation à l’échelle des unités domestiques, entre les différentes unités familiales pour ce qui concerne les modalités d’accès à la terre, à l’échelle du douar pour l’organisation du travail et, enfin, à celle du territoire pour ce qui relève, notamment, de la valorisation des produits83.

  • 84 Se dit d'un bois, d'une parcelle interdits au pâturage (Larousse).
  • 85 Les couples mixtes peuvent difficilement s’établir avec la seule demi-part héritée par la femme. L (...)

26Le régime foncier comprend trois modes d’appropriation. Le melk – les parcelles appropriées individuellement – en constitue aujourd’hui le pilier fondamental. Une seconde partie des terres est dédiée à un usage mixte : collectif pour ce qui concerne les ressources fourragères ; individuel pour les cultures, l’entretien des arbres et la récolte des fruits. Il s’agit de l’agdal, terme qui désigne également le rituel de mise en défens84 au plus fort de la saison sèche, lorsque les fruits de l’arganier arrivent à maturité. La troisième partie, le mouchaâ, partiellement placé sous l’autorité de l’administration des Eaux et Forêts, est vouée à un usage exclusivement collectif : nous verrons que la pression démographique et les contraintes qu’impose l’administration des E&F en font l’élément le plus fragile du système. La part que tiennent ces trois modalités d’appropriation varie d’un douar à l’autre : l’agdal et le mouchaâ du douar assument historiquement une fonction de réserve territoriale. Enfin, les régimes successoraux constituent une pièce importante du rapport à la terre : les avantages concédés aux descendants mâles renforcent l’endogénéité et assurent une relative cohésion sociale en même temps que le renouvellement des hiérarchies85. L’espace social local est ainsi marqué par l’emprise de liens complexes et asymétriques qui combinent rivalité et entraide : ils pèsent sur les capacités individuelles d’accès aux ressources communes – la terre, les réseaux de proximité et d’interconnaissance – et, par-là, aux opportunités de survie comme d’accumulation (entretiens ; Adecia, 2011 ; Divers, 2012).

Figure 3.2. Usage et appropriation de l’espace de l’arganeraie (d’après El Aich et al., 2005).

Figure 3.2. Usage et appropriation de l’espace de l’arganeraie (d’après El Aich et al., 2005).

27La société locale n’est pas égalitaire, elle n’est pas non plus autarcique. Une alchimie complexe associe l’ordre des parentèles et des clans à celui de clientèles plus larges mobilisées dans la construction du rapport à l’environnement politique (les communes et surtout le caïdat) et marchand (le souk). Dans un autre registre l’administration des Eaux et Forêts marque de son emprise le sort de la plus grande part des terres vouées à un usage exclusivement collectif. Ces terres sont fonctionnellement non appropriées : tout usage pérenne (cultures, clôtures, bâtiments) est rigoureusement proscrit, l’accès est libre pour tous, hommes et animaux, quelle que soit leur provenance. Cette situation est doublement préoccupante. D’une part parce que le défaut d’appropriation ne permet pas de responsabiliser les usagers (et de les impliquer dans des activités d’entretien). Ces espaces non préservés sont, selon l’éloignement du douar, soit délaissés soit surexploités, alors qu’ils sont à l’origine de flux de fertilité en direction du melk et de l’agdal. D’autre part, parce que les terres d’usage collectif constituent le seul espace fourrager accessible pour les paysans qui ne possèdent pas ou trop peu de melk, en particulier durant la saison de l’agdal. Comme le souligne Negib Bouderbala ces terres :

[...] constituent un rempart protecteur de la base foncière des familles paysannes. L’ayant droit de terres collectives se trouve au cœur d’un réseau économique qui multiplie ses capacités productives et son rôle social. En dépit de son importance quantitative parfois réduite, la terre collective joue un rôle central dans le maintien de la petite paysannerie et dans sa résistance à la dépossession. (1997)

28Du fait de son inaliénabilité et en dépit de sa faible valeur économique, elle constitue, toujours selon N. Bouderbala,

[...] une citadelle-refuge de la paysannerie sur laquelle s’articulent les autres exploitations et activités des ayants droit ». (1997 : 62)

La domestication des processus biologiques

  • 86 Sur une période de deux à quatre mois.
  • 87 Notamment pour ce qui concerne le début de la saison des pluies : entre septembre et novembre.
  • 88 Variations interannuelles de l’ordre de 1 à 3, moyenne annuelle de 280 mm. Données collectées à la (...)

29La question du risque doit être posée dans une perspective globale. Quelle qu’en soit l’origine, le risque met potentiellement en jeu la survie des unités domestiques et le devenir des communautés locales. En corollaire, la maîtrise du risque repose sur la connectivité des savoirs et des pratiques : elle appelle une réponse globale qui porte à la fois sur l’aménagement des itinéraires techniques et des biotopes, et sur l’agencement des activités, l’organisation du travail, les dispositifs de mise en marché et la mobilisation des solidarités territoriales. Ceci posé, dans l’arganeraie, le risque est avant tout climatique. Et il est permanent : les précipitations sont faibles, concentrées86, imprévisibles87 et aléatoires88. Comme le montre la figure 3.3, le régime des pluies constitue une clé de compréhension du système productif.

  • 89 Ce mouchaâ est ce qui reste des anciennes terres collectives (arch) ou pour partie gagnées sur le d (...)
  • 90 Notamment tourteaux et pulpe séchée issus de l’atelier huile, grains (orge) prélevés sur la récolte (...)
  • 91 Résidus de culture, végétation spontanée, pâturage aérien, pulpe fraîche (avant régurgitation des n (...)
  • 92 Aliments composés, grains, caroubes, tourteau et pulpe séchée…

30La période critique se situe entre mi-mai (mise en place de l’agdal) et le début de la saison des pluies (entre septembre et novembre). Le potentiel fourrager de proximité (le mouchaâ du douar89) est alors épuisé. L’alimentation des troupeaux (caprins et ovins) dépend des réserves90, de ce qui est encore disponible dans les parties non cultivées du melk91, de ce qui peut être acheté92 et de ce qui est accessible dans le mouchaâ des E&F, généralement très éloigné et dégradé. Les arbres et le melk constituent donc une clé de différenciation fondamentale. Ils assurent l’accès à des ressources fourragères propres qui aident à surmonter l’épreuve des mois de soudure et, éventuellement, permettent de dégager un excédent mobilisable pour accroître la taille des troupeaux, développer des activités de rente (plantations d’oliviers, d’amandiers ou de caroubier par exemple) ou pour se livrer à des opérations spéculatives comme l’achat ou la prise en location de troupeaux à des éleveurs moins fortunés (observation directe).

Figure 3.3. Précipitations mensuelles et usage du sol (sources : T. Linck, observation directe et E&F, station Tamara 1974-2006).

Figure 3.3. Précipitations mensuelles et usage du sol (sources : T. Linck, observation directe et E&F, station Tamara 1974-2006).
  • 93 Destiné principalement aux animaux et secondairement aux hommes.
  • 94 Observation directe. Un niveau donc inférieur à la « tonne d'équivalent céréales » qu'évoquent Mazo (...)

31Les productions végétales sont donc loin d’être dépourvues de risques. La culture de l’orge93, lancée selon les pluies entre octobre et décembre, est aléatoire : les précipitations peuvent se faire attendre ou être insuffisantes au point de compromettre toute récolte. Les rendements sont faibles : de l’ordre de dix sacs récoltés pour un sac de semences dans les années jugées « normales »94.

  • 95 Terres d'usage collectif. Nous distinguons les mouchaâs des douars (souvent désignés par le terme (...)

32La campagne d’orge peut être suivie (un cas sur dix environ) par une campagne de maïs. Arrivés à maturité, les plants ne portent généralement pas d’épis et ne dépassent pas 50 centimètres de haut (observation directe) : ils apportent un maigre complément fourrager à la fin de la saison sèche. Les productions fourragères ne constituent pas le seul lien entre cultures et élevage. Les déjections animales font l’objet de soins particuliers : elles sont recueillies systématiquement, travaillées et transformées en fumier avant d’être incorporées dans les parcelles. Cette pratique permet d’accroître les capacités de rétention d’eau du sol et d’entretenir la biodiversité et les fonctionnalités écosystémiques. Cette pratique révèle enfin un transfert de fertilité des mouchaâs95 vers les parcelles individuelles et fait lien entre le système productif territorial et les unités de production familiales (observation).

L’arganier, centre de gravité des systèmes productifs

  • 96 Pour autant il est loin d’être spécifique à l’arganeraie et à la mise en défens de parcelles arbor (...)

33L’agdal est un savoir relationnel emblématique de l’arganeraie96. La mise en défens des terres d’usage mixte se prête à différentes interprétations (non contradictoires). Il s’agit selon les interlocuteurs rencontrés de protéger les arbres de l’action prédatrice des chèvres (pâturage aérien), de protéger la récolte des noix et de décourager le gaulage, ou encore de protéger la couverture végétale du sol durant la période la plus critique de l’année.

  • 97 Une propreté qui tient également, comme cela a été souligné, aux pratiques de gestion de la fertili (...)

34La maîtrise du risque repose de façon tout aussi notoire sur les interactions entre élevage, collecte et trituration des noix. Leur importance doit être appréciée du point de vue de la formation du revenu familial. L’intérêt que les industries cosmétiques multinationales portent à l’huile d’argan a entraîné, au cours des deux dernières décennies, un accroissement considérable de la valeur des noix et des produits qui en sont issus : les familles tirent généralement de « l’atelier » noix (collecte, trituration et/ou extraction) un revenu supérieur à celui de l’élevage (Linck et Romagny, 2011). Elle doit également être considérée d’un point de vue technique. La pulpe des noix constitue une ressource fourragère appréciée. En été, dans le melk, les chèvres avalent les fruits, métabolisent la pulpe et régurgitent les noix. Elles constituent ainsi des auxiliaires appréciés de la récolte et du dépulpage : elles n’effectuent que de brefs séjours dans ces parcelles (sous statut melk) où ne s’applique pas l’agdal, le matin et l’après-midi. Elles rentrent en bergerie au moment des plus fortes chaleurs pour régurgiter les noix. Les bergeries sont aménagées et entretenues en conséquence : le sol est généralement cimenté et le balayage quotidien des noix les maintient dans un état de propreté97 a priori surprenant (observation directe).

  • 98 On peut douter du bien-fondé de cette prescription (le cahier des charges parle de noix « digérées  (...)

35Cette pratique est illégale : elle déroge à une prescription du cahier des charges de l’IGP huile d’argan qui interdit la certification d’huiles extraites de noix régurgitées. C’est une contrainte que les éleveurs contournent sans difficulté. D’une part, parce qu’il n’y a pas de véritable traçabilité des noix. D’autre part, parce que les éleveurs effectuent un séchage des noix durant plusieurs jours : leur exposition à l’air sec et chaud élimine toute odeur suspecte. L’anonymat et les complicités du souk assurent leur intégration dans le circuit (observation directe ; Auclair et Alifriqui, 2012). Une réponse qui permet de situer l’importance des enjeux liés au contrôle des approvisionnements en noix et les tensions entre la filière cosmétique et le souk98.

Les solidarités territoriales

  • 99 Elles peuvent également être stockées, constituer un fonds de sécurité et permettre un étalement da (...)

36Les interactions chèvre-noix sont également notoires dans l’organisation familiale du travail. Si l’élevage est une activité traditionnellement réservée aux hommes, « l’atelier noix » est entièrement pris en charge par les femmes et ajoute de nouvelles contraintes à celles qu’impose leur implication dans les tâches domestiques ordinaires, les petits élevages et les cultures. Dans une perspective chayanovienne, la taille du groupe domestique et, plus spécifiquement, le rapport homme/femme constituent un facteur limitant important. Ce rapport a une incidence directe sur les modalités de prise en charge des processus de production et de valorisation du produit. Les fruits peuvent être vendus en l’état après séchage ou après dépulpage99. Les opérations de concassage et d’extraction peuvent être assurées au sein de l’atelier familial : l’huile obtenue pourra alors être vendue au souk, passer par les circuits courts de la vente directe ou encore être autoconsommée ou stockée (Aboudrare et al., 2009). La contrainte démographique peut être contournée par l’emploi d’aides domestiques : cette option s’affichera alors plus fréquemment dans le registre de l’entraide et des solidarités familiales que dans celui du rapport salarial. Les familles qui ne la subissent pas peuvent acquérir leur matière première au souk et y revendre ensuite l’huile qu’elles auront produite ainsi que, éventuellement, la pulpe séchée. La filière huile (traditionnelle) repose ainsi sur un agencement de flux (matière première, produit, travail, revenus) et une organisation du travail qui prend tout son sens à l’échelle du territoire et qui est, elle aussi, largement connectée au souk et aux savoirs techniques et relationnels locaux (entretiens).

37L’organisation du travail, permet également, sous d’autres modalités, de faire face aux risques et de pallier pour partie les effets d’un accès inégal au melk et aux arbres. Le souk offre la possibilité aux familles qui ne disposent pas de réserves fourragères suffisantes de vendre une partie de leur cheptel (des mères avec leurs cabris) au début de l’été et de reconstituer leur troupeau quelques mois plus tard. Ce dispositif peut être perçu selon une double perspective. D’un côté, il permet à un grand nombre de familles de surmonter des périodes de sécheresse et les années difficiles et de maintenir une activité d’élevage. De l’autre, il peut être assimilé à une pratique spéculative qui permet aux éleveurs plus fortunés de s’enrichir aux dépens des plus faibles (entretiens souk).

38Les arganiers appartiennent au domaine royal. Ils font cependant l’objet d’une appropriation individuelle sous la forme d’un usufruit privé transmissible par héritage dans le cadre d’un régime apparenté au melk. Cela concerne les arbres situés dans le melk ainsi que ceux présents dans l’agdal. Ils font dans les deux cas l’objet de soins particuliers de la part de leurs détenteurs : les rejets sont éliminés et les arbres taillés de façon à faciliter l’accès aux fruits ou au fourrage foliaire, optimiser l’ombrage ou permettre les cultures attelées. Ils sont aussi façonnés dans un souci esthétique (figure 3.4).

  • 100 Lutte contre la contrebande de thuyas et de bois d’œuvre et contre les installations pérennes.
  • 101 Une procédure qui exclut donc formellement la participation de représentations tribales.
  • 102 Les Eaux et Forêts ne disposent pas du personnel nécessaire pour assumer ce type d’opération (entre (...)
  • 103 Ensemble du territoire exploité en concertation par les membres d'une entité sociale et résidentiel (...)
  • 104 Selon qu’ils sont situés dans des parcelles cultivées (agroforesterie), sur des parcours (mouchaâ (...)

39Les reliefs qui occupent le cœur et la bordure de notre zone d’étude relèvent de la compétence exclusive de l’administration des Eaux et Forêts. Leur statut foncier actuel est le résultat d’une politique agraire ancienne destinée à fixer les populations, puis à soustraire ces terres à l’emprise des tribus, de leurs segments et donc des douars. Ces espaces forestiers sont fondamentalement gérés dans une optique conservatrice et répressive100, marquée occasionnellement par la réalisation, en accord avec les autorités municipales101, de coupes de régénération et l’institution d’un agdal strict de longue durée destiné à garantir le recru forestier. L’absence d’implication (et donc de responsabilisation) des populations locales entraîne l’absence de soins apportés aux arbres (la ligne 3, figure 3.4)102. Sur ce point, le contraste entre le mouchaâ des Eaux et Forêts et le finage103 des douars est saisissant. Selon son éloignement des douars, le premier porte les stigmates d’une surexploitation et de dégradations ou donne l’impression d’être totalement abandonné à lui-même. Situés en contrebas, les territoires des douars apparaissent entièrement aménagés, même si les espaces communs portent souvent les marques d’une charge pastorale excessive. Les arganiers, qui font, dans ce cadre, l’objet d’une appropriation individuelle, sont entretenus, protégés et taillés avec soin, façonnés par l’homme et les animaux en fonction de la place qu’ils occupent dans le système productif (lignes  1 et 2, figure 3.4) (observation directe)104.

Figure 3.4. L’arganier, une essence unique : des arbres façonnés par l’homme et les chèvres (d’après Ba, 2009).

Figure 3.4. L’arganier, une essence unique : des arbres façonnés par l’homme et les chèvres (d’après Ba, 2009).
  • 105 Du moins, tant que la pression démographique n'est pas excessive…
  • 106 Entendue ici comme capacité à faire valoir un droit d’accès au patrimoine qui structure la communau (...)

40Le mouchaâ des E&F constitue cependant une pièce importante du système productif. C’est fondamentalement un espace voué à la collecte : de ressources fourragères, de noix d’argan, de caroubes et d’autres produits (herbes médicinales, bois de chauffe ou d’œuvre, matériaux divers, etc.). Ces activités trouvent leur place dans la logique de diversification qui caractérise le système productif, explique en partie sa résilience105 et en marque les limites : elles permettent aux familles les plus démunies de survivre et de maintenir, sur une échelle modeste, cultures et élevages et, par-là, de préserver, vaille que vaille, leur identité collective106.

41L’interdiction d’installations pérennes et donc l’impossibilité de mettre en œuvre des aménagements maîtrisés, l’absence d’implication des populations locales dans la gestion du mouchaâ des E&F, la pauvreté et le libre accès pour tous ne favorisent pas la responsabilisation des usagers, d’où qu’ils viennent. Une situation qui n’est pas sans évoquer la tragédie des communs de Garrett Hardin (1968) : l’absence de restrictions d’usage (de notre point de vue, l’incomplétude du régime d’appropriation) prend en défaut la préservation de la ressource commune. Le mouchaâ, cette pièce importante du système productif territorial en constitue aussi, paradoxalement, le maillon le plus faible.

Les qualifications de l’origine au cœur des politiques publiques marocaines

  • 107 Il s’agit en particulier d’une exigence mise en avant par la convention de Rio en soulignant l’impo (...)
  • 108 Assemblée traditionnelle issue d’une tribu (Roumane et al., 2010 : 3).

42Les enjeux liés à la préservation de la biodiversité, à l’appropriation des patrimoines cognitifs locaux dans la construction des « nouvelles ruralités » et la recherche d’alternatives au Global Food System soulignent la nécessité de mettre en place des dispositifs destinés à préserver, protéger et valoriser les savoirs locaux et les produits qui en sont issus107. Cette exigence est a priori assumée par le second pilier du plan Maroc vert, très attaché à la valorisation des « produits du terroir » et à la mise en place de démarches participatives (Plan Maroc vert, 2009). Mais il reste que les dispositifs de protection de l’origine – les indications géographiques et plus largement les labellisations – mis en place dans le cadre des accords Adpic de 1994 sont des outils mal adaptés dont les effets peuvent être contraires à ceux théoriquement attendus. Ces dispositifs relèvent du droit de la propriété intellectuelle : ils ne portent donc que sur ce qui peut être juridiquement approprié. Les ressources non marchandes et, en particulier, les savoirs locaux, entrent difficilement dans cette catégorie. D’une part, parce que l’établissement d’un titre de propriété présuppose une connaissance précise de son objet : comment désigner un savoir local sans le couper de ses trames épistémiques, sans en amoindrir la connectivité et sans risquer de le figer ? D’autre part, parce que l’établissement d’un titre de propriété présuppose aussi l’identification d’un bénéficiaire collectif : comment cela pourrait-il être possible dès lors que les instances communautaires locales (en particulier le douar et les autorités coutumières comme la jemaâ108) sont contestées ou ne sont pas même reconnues ? Enfin, parce que, au Maroc, la construction des choix techniques relève fondamentalement de la compétence des ministères techniques et reste attachée à des démarches diffusionnistes du savoir et du « progrès » (Linck, 2013).

43Les IG ne protègent donc en dernier ressort que les dénominations et ne rémunèrent que la réputation qui leur est attachée. L’ambiguïté et les limites du dispositif tiennent ainsi fondamentalement à l’objectivation des liens entre la dénomination, le savoir local et les ressources territoriales. Ces liens sont pour partie explicites : ils sont construits dans l’élaboration du cahier des charges selon une procédure qui laisse une place variable à l’implication et à l’initiative des acteurs locaux. Ils sont également implicites et indirects, induits par la confrontation de projets et d’intérêts divergents ainsi que par le renouvellement des savoirs locaux et/ou l’appel à des compétences extérieures. L’IG est donc à la fois un dispositif d’appropriation et de construction des ressources locales, un enjeu et une source de tension. Elle peut être mise en œuvre en tant que levier de développement. Mais elle peut aussi être détournée pour accaparer les rentes et déconstruire les savoirs et les autonomies locales. Cette réserve de portée générale prend un relief particulier dans l’arganeraie où deux productions phares, étroitement liées l’une à l’autre – l’huile d’argan et le chevreau – font l’objet de certifications dissociées.

Les qualifications déliées de l’huile d’argan et du chevreau de l’arganier

44La préservation des savoirs locaux est loin de constituer une priorité de l’IGP huile d’argan. Si les usages médicaux, cosmétiques et alimentaires de l’huile sont connus et prisés de longue date par les populations locales, les valorisations industrielles ne datent que du début des années 1990. Les deux décennies qui précèdent la création de l’IGP (2010) sont marquées par une relance spectaculaire de l’activité dans les territoires et en marge de l’arganeraie. La collecte des noix s’intensifie, la production d’huile augmente, le prix des noix relevé dans les souks hebdomadaires double entre 1998 et 2007 : il s’accroît d’ailleurs plus vite que le prix de l’huile signe que les transformations en cours portent moins sur le volume des transactions que sur l’agencement des activités (Aboudrare et al., 2009). Les familles paysannes ont largement profité du mouvement : elles ont pu investir dans l’élevage, consolider leur trésorerie, et même, sans doute, spéculer un peu. Les activités de transformation se sont renforcées. Elles se sont consolidées à l’échelle des communautés domestiques ; elles ont surtout pris sens avec la multiplication d’ateliers clandestins et l’essor d’une économie informelle, plus ou moins souterraine, connectée tant aux débouchés extérieurs qu’avec le souk et l’économie du tourisme.

45La création de l’IGP doit être située dans cette perspective. Le signe de qualité est un préalable à la construction d’une filière censée contenir l’expansion du secteur informel, réguler l’accès aux matières premières et orienter le partage de la valeur ajoutée. Plus classiquement, le dispositif vise aussi à assurer la protection – l’exclusivité – d’une ressource posée comme endémique et à signaler et garantir « l’authenticité » de l’huile et de ses dérivés. Les coopératives féminines constituent l’ossature de l’IGP et en garantissent l’ancrage territorial : on en dénombrait plus d’une soixantaine regroupant quelque 2 500 adhérentes en 2008 (Agrimaroc, 2010). Ces coopératives sont organisées au sein de l’Union des coopératives féminines de l’arganeraie et de différents Groupements d’intérêt économiques, tous affiliés à l’Amigha, instigatrice et gestionnaire de l’IGP. Les coopératives féminines sont a priori incontournables. Elles sont présentes sur l’ensemble du territoire de l’arganeraie. Elles sont censées prendre en charge la totalité des activités, depuis la réception des noix jusqu’à l’extraction de l’huile. Elles bénéficient de ce fait d’une position clé dans la construction de la traçabilité de l’huile et des produits dérivés et dans l’objectivation de leur ancrage territorial. Elles ont été mises en avant avec succès dans le montage du projet d’IGP et le sont également dans la négociation (en cours) de la reconnaissance de l’IGP par l’Union européenne. Elles sont essentielles à la promotion de l’huile d’argan et à la construction des images qui lui sont associées. Ces fonctions dépassent pourtant de très loin le poids économique réel des coopératives féminines.

Façonner et détourner l’image de l’arbre, de l’huile, des traditions et de la femme berbère

46La construction de l’image est essentielle. Elle relève d’une stratégie globale dont tirent avantage toutes les huiles d’argan, quel que soit le circuit suivi. L’ancrage local des coopératives permet de les situer dans le registre voisin de l’action militante. Les coopératives sont exclusivement féminines. Elles offrent à leurs adhérentes la possibilité de se libérer de l’emprise d’une société traditionnelle présentée comme machiste et archaïque : l’opportunité d’accéder à un emploi et un revenu propre qui les responsabilisent et leur garantissent un minimum d’autonomie… Elles leur apportent en prime un soutien pour l’éducation et la garde de leurs enfants.

47Un engagement similaire associe symboliquement la femme à la préservation de la biodiversité109 et des patrimoines « ancestraux ». Les coopératives féminines sont en fait surtout des vitrines. Les femmes y sont exhibées en costume traditionnel, occupées à concasser les noix ou à actionner un moulin à bras. Ces mises en scène et cette folklorisation (Simenel, 2012) suscitent l’empathie et la compassion, sollicitent les nostalgies et flattent les bonnes consciences, d’autant plus facilement qu’elles sont validées par les certifications bio et solidaire que certaines coopératives ont pu obtenir110.

  • 111 Simenel R. et al., 2009.

48Ces mises en spectacle reposent en réalité sur un détournement et une déconstruction des savoirs locaux. L’exhibition des femmes dans les coopératives entraîne, à l’échelle des unités domestiques, une mise en cause de l’atelier noix, une diminution des revenus ainsi qu’une sous-valorisation des forces de travail familiales et des synergies qui lient traditionnellement l’atelier noix aux activités d’élevage (Simenel et al, 2009 : 61-62). Elle entraîne donc, en corollaire une fragilisation des activités d’élevage. L’arganier est d’ailleurs présenté comme un arbre « naturel », un « don de Dieu » qui ne doit rien à l’homme mais qui a tout à en craindre. Les aménagements, l’organisation des activités, le façonnage des arbres et les paysages montrent pourtant le contraire : l’arganeraie est de longue date une forêt domestique (ibid. : 55-58). Si la stigmatisation des chèvres et des éleveurs ne repose sur aucun argument sérieux111, elle ne fournit qu’une assise de façade à l’IGP : la traçabilité repose en effet entièrement sur la réception de fruits non dépulpés (section L’arganier, centre de gravité des systèmes productifs).

49Ceci étant, les images et les prescriptions de l’IGP suffisent à donner le change, mais ne mettent pas les coopératives en situation d’infléchir sensiblement les modalités d’accès aux noix. Leur maillage territorial est bien trop relâché et les résistances paysannes trop fortes pour que cela soit possible : les deux ou trois mille femmes employées dans les coopératives pèsent peu face aux centaines de milliers mobilisées dans les ateliers domestiques et le secteur « informel » (Agrimaroc, 2010 : 251). Elles produisent une valeur ajoutée qui, pour l’essentiel, ne reste pas dans les mains des populations locales.

La chèvre diabolisée

50La labellisation du chevreau de l’arganeraie ne revêt pas l’ampleur de l’IGP huile d’argan : ses débouchés potentiels restent surtout limités au secteur touristique. Sa mise en place est freinée par l’opposition d’Amigha et de l’administration des Eaux et Forêts qui a conduit au rejet d’une première demande en 2011. Une seconde procédure a été lancée, comme la précédente, à l’initiative de l’Anoc (Association nationale ovine et caprine) et de la DPA (direction provinciale de l’Agriculture) d’Essaouira. Elle reste fondamentalement descendante et inscrite dans une démarche diffusionniste peu soucieuse de préserver et renforcer les savoirs d’élevage locaux.

51Si la qualité sensorielle et sanitaire du produit est reconnue (El Aïch et al., 2008), les promoteurs du projet ne la rattachent pas aux pratiques mises en œuvre par les éleveurs de l’arganeraie. Le cahier des charges présenté par l’Anoc en 2009 ne reconnaît pas l’incidence des pratiques d’élevage et des savoirs locaux sur la typicité du produit (Anoc, 2009). En 2013, le nouveau projet rassemblait quelque 40 éleveurs de l’ethnie Haha. Leur nombre augmentera sans doute de façon significative lorsque la certification sera acquise, mais il restera très inférieur aux dizaines de milliers d’éleveurs de la province d’Essaouira potentiellement concernés (entretiens DPA et Anoc en juillet 2013).

52Qu’il s’agisse de l’huile d’argan ou du chevreau de l’arganeraie, l’indication géographique est, dans son essence même, un dispositif d’appropriation. L’appropriation porte en premier lieu sur les savoirs techniques et relationnels qui fondent la réputation du produit. Le dispositif « dit » ce qui fait origine et « institue » ce qui est authentique et ce qui ne l’est pas. En ce sens, il détermine le contour de l’exclusivité d’usage de la réputation et les conditions d’accès aux rentes qui en découlent. Dans une large mesure, aux dépens des populations locales et au prix d’une déconstruction des savoirs sur lesquels repose la réputation.

La « mise en terroir » des ruralités sahariennes

La déprise pastorale

53Le nomadisme reste, dans la province de Guelmim – Es Smara, une réalité bien plus proche qu’elle ne l’est dans l’arganeraie. D’une part, parce que l’on n’y retrouve aucun élément qui ait pu structurer l’espace agraire, porter une dynamique économique et l’ancrer dans le territoire avec autant de force que l’a fait l’arganier. D’autre part, parce que les rigueurs du climat (des précipitations moyennes annuelles de l’ordre de 115 mm et tout aussi incertaines que dans l’arganeraie) ne favorisent pas la sédentarisation de la population. Le peuplement de cette province est très peu dense (un habitant par km²), la population y est majoritairement urbaine (à hauteur de 72 % en 2015) et, pour ce qui concerne les ruraux, plutôt localisée dans les bourgs et les hameaux distribués le long des principaux axes de communication (Barthes et al., 2016). Les « vrais » ruraux, nomades ou sédentarisés, sont entraînés dans un processus de précarisation : ils n’occupent désormais qu’une position marginale dans un espace largement dominé par la ville et ses réseaux.

54Pourtant, si l’on s’en tient à l’importance de son emprise territoriale et à sa place dans l’imaginaire collectif, le pastoralisme peut encore apparaître comme une activité marquante. Mais c’est aussi, de toute évidence une activité en déclin, fragilisée par l’essor des rapports marchands et la concurrence des moyens de communication modernes. On ne peut donc pas aborder l’analyse des savoirs locaux de la même façon que dans l’arganeraie. Ils laissent une empreinte encore visible dans les paysages, sans pour autant porter ou cadrer des dynamiques territoriales plus larges. On en retrouve des traces dans les mémoires collectives sans qu’il soit toujours possible de faire la part de ce qui relève d’un vécu ou de témoignages directs et d’une vision idéalisée et altérée. Les mémoires s’estompent, se brouillent, peuvent être fantasmées, détournées et instrumentalisées, à l’image de ces coquillages oubliés sur la grève :

[...] lorsque se retire la mer de la mémoire vivante : [...] des buttes témoin d’un autre âge, des illusions d’éternité. (Nora, 1994 : 15)

55Abordé sous cet angle, le savoir local reste pour les éleveurs, et pour eux seuls, un savoir vivant et mis en œuvre localement. Il ne fait donc lien que pour une part minime de la population régionale. Considéré à une autre échelle, il constitue pourtant encore une de ces ressources spécifiques, « non délocalisables » (introduit dans la section Le lien social), susceptibles d’être vidées de leur substance et détournées pour assurer la diffusion de pratiques, de savoirs techniques et relationnels d’une tout autre nature.

La lutte contre la désertification

  • 112 Il s’agit de l’Opuntia ficus-indica (et de ses nombreux écotypes) originaire de Méso-Amérique, prés (...)

56L’opuntia, une cactée plus connue sous le nom de figuier de Barbarie112, est emblématique de ces territoires arides et semi-désertiques. C’est une plante peu exigeante en soins, particulièrement adaptée aux terres arides et utilisée pour coloniser de façon efficace des milieux difficiles. Elle occupe une place importante dans la construction et l’entretien des parcours. Son système racinaire particulièrement dense et étendu lui permet de tirer parti des moindres précipitations, de fixer le sol et donc de prévenir les risques érosifs. Elle a la propriété d’accueillir des bactéries fixatrices d’azote. Ses fonctions dans l’entretien de la fertilité des sols sont renforcées par sa capacité à produire de grandes quantités de biomasse ou encore par le fait qu’elle fournit un ombrage qui permet de réduire la température, l’intensité lumineuse, la transpiration et l’évaporation ainsi que la vitesse de décomposition de la matière organique. L’opuntia est ainsi un élément structurant des systèmes de culture : il apparaît alors sous la forme de haies qui entourent et protègent des parcelles de petite dimension dédiées principalement à la culture de l’orge ou qui ferment les enclos à bétail (observation directe ; Mulas et Mulas, 2004 : 28-30).

  • 113 Nous définissons ici le pastoralisme en tant que système d’élevage intensif en travail qualifié.

57C’est surtout une composante fondamentale des pratiques pastorales113 : pour l’entretien des parcours et l’alimentation du bétail (caprins et ovins). Les raquettes d’opuntia constituent une ressource alimentaire relativement pauvre (faible teneur en fibres et en protéines brutes) accessible sur parcours et stockable. Leur intérêt tient à leur teneur en eau : l’opuntia permet selon sa densité de couvrir la totalité des besoins des animaux en eau et une part appréciable de leurs besoins énergétiques. Son importance tient également au fait qu’il permet d’accroître considérablement la digestibilité des pailles et donc de tirer un meilleur parti de la végétation spontanée (Arba, 2009 : 216-218). Enfin, l’opuntia assure un complément pour l’alimentation humaine qui est loin d’être négligeable. Le figuier de Barbarie est présent de très longue date dans les jardins domestiques. Ses fruits sont disponibles à l’état frais sur une période de quatre à cinq mois ; ils peuvent également être séchés et conservés. Ils assurent, aujourd’hui encore, une fonction d’ajustement durant les périodes de sécheresse et de disette.

58Les fruits marquent les imaginaires collectifs davantage que les savoirs techniques et relationnels auxquels ils sont attachés. Les anciens disent volontiers que la survie de leur famille dépendait du figuier de Barbarie. Mais avec la déprise des activités d’élevage et l’exode rural, les savoirs pastoraux se figent et s’estompent. Il n’est plus question pour la plupart des habitants que d’un patrimoine sans consistance, d’une mémoire reconfigurée qui établit sans l’expliciter un rapport au lieu et au temps. La ville conserve ainsi des savoirs pastoraux, de nombreuses légendes, des images et des récits qu’elle met en exergue et que l’on raconte volontiers aux visiteurs de passage.

  • 114 Le cahier des charges de l’IGP figue de Barbarie d’Aït Baâmrane (Pampat, 2011 : 2) souligne ainsi q (...)

59L’importance de l’opuntia pour la préservation de la biodiversité et la lutte contre la désertification ainsi que les rapports étroits entre la plante et l’élevage ne sont pas niés. Bien au contraire, ce sont les arguments clés d’une mise en spectacle de la tradition et qui peuvent être opportunément mobilisés en tant que faire-valoir dans une démarche de promotion marchande114. Mais qu’en est-il en réalité ? Les projets et les actions engagées ne portent que sur les fruits et les produits qui peuvent en être obtenus : le pastoralisme et les acteurs qui en dépendent n’y ont aucune place. Les savoirs locaux qui fondent le lien entre la plante, les activités d’élevage et la nature sont détournés, mis en spectacle et vidés de toute substance.

  • 115 Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification établie en 1994.

60Ils sont pourtant essentiels : le savoir local et l’élevage sont aujourd’hui considérés par la CNLCD115 comme des éléments clé de la lutte contre la désertification. Il est désormais établi que l’implantation d’espèces arborescentes et arbustives (comme l’opuntia) permet de lutter efficacement contre la progression des déserts. Mais cela coûte cher et s’inscrit dans la durée. Il faut du temps, des efforts et beaucoup de soins pour produire de la biomasse, aménager le sol pour créer un horizon organique et construire des réserves de fertilité. On ne peut y parvenir qu’en impliquant largement les populations locales et en développant les usages – notamment pastoraux – des plantations. Mais il faut alors veiller à construire ou à entretenir les savoirs techniques et relationnels qu’exigent un maillage étendu de l’espace et un développement équilibré et durable des activités d’élevage comme de la fourniture de services écosystémiques : par la production liée de ressources fourragères et de biomasse.

61Dans cette perspective, la huitième Conférence des parties de la CNLCD, qui s’est tenue à Madrid en 2007, a souligné la nécessité de mettre en œuvre des démarches remontantes qui seules peuvent garantir une implication large et réelle des populations locales. Or, c’est précisément ce qui ne caractérise pas les actions et les projets de valorisation de la figue de Barbarie : tous s’inscrivent dans des approches dissociatives et descendantes, calées sur les temporalités courtes propres à l’échange marchand. Le but n’est pas de construire de la multifonctionnalité et de produire de la biomasse pour le bien-être des générations futures, mais bien de structurer les filières qui permettront de valoriser et de garder sous contrôle un débouché pour un produit unique : la figue de Barbarie. Le rôle de l’opuntia dans la lutte contre la désertification constitue bien davantage un faire-valoir, une mise en spectacle, qu’un objectif réel des politiques publiques.

Mise en spectacle et instrumentalisation

  • 116 Au Maroc, désigne une zone de culture sèche » (Universalis).
  • 117 La lutte contre la désertification est un argument, pas un engagement : le cahier des charges fait (...)

62La province de Guelmim assure aujourd’hui plus de la moitié des approvisionnements nationaux en figues de Barbarie. C’est une position qu’elle doit en partie à ses traditions pastorales : c’est aussi un héritage qui est aujourd’hui bien loin d’être assumé. La culture du cactus s’est considérablement développée au cours des dernières années : elle est désormais très visible le long des axes de communication, sur des terrains plats et là où une irrigation d’appoint est possible. Elle est en revanche bien moins perceptible sur les terres difficiles d’accès, au cœur du bour116 et des parcours ou en bordure des parcelles et des enclos. Le figuier n’est plus disséminé sur l’ensemble des versants exposés aux vents frais et humides de l’océan, sous la forme d’un maillage relativement serré qui facilite son association à d’autres végétaux et au bétail. Il est désormais concentré en blocs homogènes qui lui sont exclusivement dédiés117. Cette transformation est le fruit, à la fois, d’une rupture radicale entre l’opuntia et les pratiques pastorales anciennes et de l’émergence de systèmes agroalimentaires globalisés portés par l’essor des grandes métropoles marocaines. Ses impacts environnementaux sont négligeables et globalement négatifs. D’un côté, dans les espaces de déprise pastorale, le recul de l’opuntia entraîne la perte d’un facteur d’entretien de la biodiversité et d’un frein à la progression de la désertification. De l’autre, cette perte est loin d’être compensée par le développement de la monoculture du cactus, faute de maillage territorial et d’associations végétales.

  • 118 Dans la station d’Agadir en particulier.
  • 119 L’aire de dénomination comprend le cercle de Sidi Ifni dans la province du même nom et le cercle de (...)

63L’expansion de la monoculture de l’opuntia suit des logiques marchandes et de simplification des écosystèmes cultivés que le second pilier du plan Maroc vert encourage fortement. C’est une option qui peut être jugée plus efficace (dans le court terme) dans la mesure où elle permet d’optimiser la production de valeur ajoutée par unité de travail. Plus prosaïquement, elle correspond à un processus de restructuration des filières et de partage des débouchés. L’essor de la production régionale de figues de Barbarie et la concentration des aires de culture repose ainsi bien moins sur un accroissement de la demande globale (la figue de Barbarie est un aliment traditionnel facilement accessible) que sur les opportunités de rente que promettent les stratégies de contrôle des filières pour l’approvisionnement de bassins de consommation très concentrés (Casablanca et Marrakech en particulier). De nouvelles variétés de figuiers sont développées par l’Inra (Boujghagh, 2011)118 : elles visent essentiellement les performances en matière de production de fruits, pas celles qui tiennent aux synergies avec l’élevage ou aux fonctionnalités écosystémiques. De nouvelles plantations sont créées avec le soutien de la DPA et de l’agence du Sud souvent sans l’aval de populations parfois réticentes. La création en 2011 de l’IGP figues de Barbarie d’Aït Baâmrane119 s’inscrit pleinement dans ce mouvement : son cahier des charges est entièrement calé sur la production de fruits, sans référence aux patrimoines environnementaux et cognitifs locaux (Pampat, 2011). La filière repose sur une asymétrie d’information, support d’une répartition inégale des risques marchands et agronomiques. Son pilotage est un enjeu que se disputent des propriétaires de plantations, des coopératives, différents opérateurs et des transporteurs. Les choix variétaux, les normes (qualité et conditionnement), les procédures (traçabilité) et les capacités logistiques sont autant de facteurs qui placent les petits exploitants et les producteurs marginaux en situation de dépendance. Leur sort varie en fonction de leur localisation et des liens qu’ils peuvent entretenir avec les intermédiaires. Ils peuvent être tributaires de calendriers et de circuits de collecte qui leur échappent totalement : c’est une situation que certains transporteurs de Casablanca savent mettre à profit pour imposer leur prix, déterminer le calibre des fruits et sélectionner leurs apporteurs. La mise à bail de parcelles peut garantir à leur propriétaire la disposition de la récolte tout en reportant sur le producteur-locataire l’essentiel du risque marchand et agronomique (observations directes).

64Ces critères jouent dans le sens d’une concentration des aires de production et de la valorisation des économies d’échelle mais vont à l’encontre des producteurs qui ne peuvent tirer avantage ni de l’une ni de l’autre ainsi que des logiques pastorales qui privilégient la multifonctionnalité. Ils renforcent les processus de déprise pastorale dans la mesure où ils pénalisent les éleveurs qui pouvaient trouver avec la vente de fruits un complément de revenus appréciable.

65La monoculture de l’opuntia et la « redécouverte » des « valeurs patrimoniales » qui lui sont attachées sont des innovations qui peuvent en appeler d’autres. D’autant plus que la filière ne demande qu’à élargir ses débouchés et à valoriser ses sous-produits et déchets. De nombreux produits se profilent dans le sillage de la figue de Barbarie : des confitures, des nectars, de l’huile de pépins de figue, des produits de soin issus des fleurs de cactus vendus en pharmacie, des raquettes peu appétissantes destinées aux adeptes des régimes hypocaloriques des villes occidentales… Rien ne lie entre eux ces produits dérivés en dehors du fait qu’ils sont posés comme autant d’expressions de ces prétendus « terroirs sahariens », qu’il conviendrait de préserver et de valoriser. Ce sont des produits nouveaux : ils appellent l’acquisition de savoir-faire, l’exploration et la promotion d’usages encore inconnus. Leur développement implique une prise de risque et exige un minimum d’enthousiasme qui ne semblent pouvoir être assumés que dans la mise en œuvre de démarches participatives. Des coopératives féminines, souvent d’origine familiale, en assurent la conception, le process et le lancement avec l’appui d’agences de développement et d’ONG. La coopérative de Tighmert en fournit une illustration. Elle a bénéficié d’un financement du PNUD. Elle emploie neuf personnes à temps plein et jusqu’à trente en pleine saison. Elle organise sa production autour d’une palette étendue de sous-produits de cactus, tous inconnus des populations locales. L’ensemble constitue cependant du point de vue des agences de développement, un panel de produits de « terroir », « présahariens » ou « locaux ». Tous les apprentissages qu’ont exigés la conception, la production, la promotion et la valorisation marchande de ces produits ont bénéficié de l’appui d’un important programme de formation qui a mobilisé de nombreux acteurs institutionnels et universitaires. Des études de faisabilité techno-économique ont été engagées en parallèle : elles visent la création d’une unité pilote de valorisation industrielle (agroalimentaire) du cactus, ce maillon incontournable entre le rêve et la réalité, que les adhérentes attendent encore (observation directe).

En conclusion, faut-il qualifier l’origine pour développer les territoires ?

La valeur marchande du savoir local

  • 120 Ce qui nous renvoie à la loi de Metcalfe et aux fondements de la Smart Specialization Strategy évoq (...)

66Le lien à l’origine constitue désormais un volet important des politiques publiques de développement rural et agricole : les IG sont censées constituer un outil de développement territorial et de préservation des savoirs et des « patrimoines » locaux par la valorisation des ressources « spécifiques » (les ressources non délocalisables déjà évoquées). Mais sur quoi se fonde cette valorisation ? Du point de vue de l’économie, un savoir n’est pas une ressource dans la mesure où il ne peut pas, en théorie du moins, faire l’objet d’une appropriation privée : le développement des connaissances est toujours indissociable du corpus que forme l’ensemble des savoirs existants ou en gestation. En outre, un savoir n’est pas détruit quand on l’utilise et il peut être dupliqué pour un coût négligeable : la connaissance n’est donc pas non plus une denrée rare, elle ne peut donc pas avoir de valeur d’échange propre. Enfin, ces deux propriétés posent en corollaire un démenti de la loi des rendements décroissants : l’appropriation privée d’un savoir permet de contourner les limites que le marché impose à l’accumulation et au développement de monopoles120. La préservation et la valorisation des savoirs – en particulier des savoirs locaux – ne relèvent donc pas de la seule mécanique du marché (Foray, 2000 ; Levêque et Menière, 2003).

67Il reste que la recherche et la production de nouveaux savoirs font sens en économie : elles conditionnent la mise en œuvre des innovations (techniques, organisationnelles, de produit ou de marché) qui fondent, selon J. Schumpeter (1990), l’essence même du capitalisme. Il en va de même des activités d’entretien ou de renouvellement de savoirs anciens lorsqu’ils ont une valeur patrimoniale que l’on juge opportun de préserver. Dans un cas comme dans l’autre, des dispositifs incitatifs sont mis en place pour encourager la production ou la préservation des savoirs et rémunérer les efforts engagés dans ce sens. Le droit de la propriété intellectuelle s’inscrit dans cette perspective : l’octroi d’une exclusivité d’usage vise à instituer de la rareté et à créer une distorsion de concurrence au profit de ses détenteurs. Il en résulte que le « prix de la qualité » s’apparente directement à une rente de monopole et que la mise en place de dispositifs de qualification est un enjeu et une source de tensions. Les accords Adpic négociés en 1994 au terme de l’Uruguay Round fixent un cadre juridique peu contraignant censé assurer la protection et la valorisation du lien à l’origine (OMC Adpic, 1994).

L’enclosure du savoir local

  • 121 Ce qui entraîne une mise en cause de la multifonctionnalité qui caractérise souvent les agriculture (...)

68Du point de vue des politiques publiques, la qualification de l’origine (IG) et, sur un modèle proche, les labels bio et équitable constituent un levier de développement appréciable : l’accès à de nouveaux débouchés alimente des flux de revenus, stimule l’investissement, facilite la diffusion de changements techniques et organisationnels et, de proche en proche, favorise une insertion plus large du local dans l’économie marchande. Mais il reste que le dispositif est loin de garantir la préservation des savoirs et la valorisation des compétences locales. D’une part parce que l’exclusivité ne porte que sur l’usage de la dénomination et l’accès aux rentes que peut assurer la réputation qui lui est associée. D’autre part, parce que la démarche est dissociative : elle porte fondamentalement sur un produit (et un seul121) et ne s’intéresse que marginalement aux interactions avec les autres activités présentes dans le système productif aux différentes échelles où il prend forme. Enfin, parce que la mise en place d’un signe de qualité est généralement suivie de changements d’échelle, de l’aménagement et du développement de filières spécifiques, de l’appel à de nouvelles compétences et porte en germe des tensions fortes à propos du partage de la rente, du pilotage du processus et de l’accès aux ressources. L’un dans l’autre, les qualifications de l’origine appellent un métissage incertain de régimes épistémiques par nature antinomiques : d’un côté, la connectivité, l’adaptabilité et l’horizontalité qui structurent encore les savoirs locaux et, de l’autre, le formalisme, les arborescences et les cloisonnements inhérents aux logiques marchandes et au droit positif. Il n’est pas exclu que cette confrontation puisse aboutir : c’est en dernier ressort une question de rapports de force. Mais il n’en reste pas moins, comme nous l’avons montré, que le processus de qualification risque fort de se réduire à une simple mise en spectacle de vertus imputées au local destinées à flatter les nostalgies. Enfin, le processus peut être détourné au profit d’intérêts particuliers et entraîner un accaparement et une déconstruction des patrimoines cognitifs et environnementaux locaux (Linck, 2012 et 2013). Les situations que nous avons choisi d’explorer dans l’arganeraie et la province de Guelmim s’inscrivent bien dans cette perspective.

Notes

69 On l’aura compris, cette dimension critique est intrinsèquement liée à notre utilisation de données, de méthodes et de concepts issus de l’anthropologie. Il s’agit bien néanmoins d’une démarche d’économie à laquelle on peut ajouter le qualificatif d’anthropologique et non d’une approche d’anthropologie économique. Il est bien question de production de richesses, d’échanges marchands, de biens communs, de production et d’accumulation de ressources et de circulation des savoirs qui sont aussi du ressort de l’économie. Pourtant, les champs épistémiques des deux disciplines ne coïncident pas. C’est en particulier le cas pour ce qui concerne l’échange (la « circulation ») qui peut être non marchand, les ressources communes, les rapports homme-nature et les liens au sacré.

70 Il est question d’un choix qui met en cause un principe bien ancré dans les sciences sociales et plus particulièrement en économie : la neutralité du changement technique. Ce choix nous conduira à parler de « ressource cognitive », un concept qui englobe les notions de savoir et de connaissance ainsi que les aptitudes qui permettent de les mobiliser dans l’action et la prise de décision.

71 Edgar Morin reprend dans la même perspective : « Nous, habitants du monde occidental et occidentalisé, subissons sans en avoir conscience deux types de carences cognitives : 1) les cécités d'un mode de connaissance qui, compartimentant les savoirs, désintègre les problèmes fondamentaux et globaux, lesquels nécessitent une connaissance transdisciplinaire. 2) l'occidentalocentrisme qui nous juche sur le trône de la rationalité et nous donne l'illusion de posséder l'universel. Ainsi, ce n'est pas seulement notre ignorance, c'est aussi notre connaissance qui nous aveugle. » (Morin, 2011 : 17).

72 Et bien plus encore sur l’autonomie alimentaire, dans une approche qui invite à relativiser l’emprise de l’échange marchand sur la construction de notre rapport à l’aliment.

73 Ces liaisons sont d’autant plus affichées lorsque la préservation de la biodiversité et le modèle technique porté par les politiques publiques sont posés comme non hybridables. Les références aux savoirs locaux sont ainsi davantage affichées par les courants de l’agriculture bio et les mouvements militants de l’agroécologie, notamment en Amérique latine. Les références à l’éducation populaire et à Paulo Freire sont plus marquées ainsi que l’intérêt porté à la recherche et l’expérimentation de dispositifs alternatifs d’accès à l’aliment (Van Dam et al., 2009).

74 Thomas L. Friedman (2006 : 580-595) donne une illustration concrète de l’incidence des nouvelles technologies de l’information et des communications sur le déploiement planétaire des fonctions logistiques et des coordinations techniques dans la mise en œuvre d’une offre flexible et du just in time par la firme Dell.

75 Le rhizome est un segment souterrain d’un végétal, une réserve énergétique qui lui donne la capacité de développer des tiges aériennes et des racines adventives qui permettent une reproduction végétative et autonome de certaines plantes et leur dissémination.

76 Et notamment de l’idéel, une notion empruntée à M. Godelier (1984) qui souligne la nécessité d’aborder le savoir dans une acception large qui englobe également les valeurs, le droit et les normes, les représentations, les croyances, les mythes…

77 En définissant la compétence comme l’appropriation socialement validée d’un savoir.

78 Association nationale ovine et caprine et Association marocaine de l’indication géographique huile d’argan.

79 Cette recherche, ses conclusions et les postures adoptées n’engagent que l’auteur de cette contribution.

80 Reconnu ici en tant qu’agencement d’activités structuré par un ensemble de flux d’information, d’énergie, de fertilité, de matière et de revenu associé à une unité décisionnelle (individuelle ou collective) particulière. Le pluriel est de mise : il fait référence à la diversité des trames spatiales, de la parcelle au système agraire, dans lesquelles se situent les différents systèmes.

81 Groupements d'habitations formant une unité sociale (liens de parentés entre ses habitants), territoriale, et par extension de nos jours, administrative.

82 Auxquels peuvent s’ajouter de nombreux autres : production de basse-cour, élevage ovin, bovin, miel, plantations diverses ; activités salariées, pêche et trafics divers…

83 Les familles paysannes possèdent en moyenne 2 à 3 ha de melk, 18 arganiers et 19 caprins adultes. (Divers, 2012 : 8)

84 Se dit d'un bois, d'une parcelle interdits au pâturage (Larousse).

85 Les couples mixtes peuvent difficilement s’établir avec la seule demi-part héritée par la femme. La cohésion et les hiérarchies sociales relèvent du modèle patriarcal et patrilinéaire.

86 Sur une période de deux à quatre mois.

87 Notamment pour ce qui concerne le début de la saison des pluies : entre septembre et novembre.

88 Variations interannuelles de l’ordre de 1 à 3, moyenne annuelle de 280 mm. Données collectées à la station E&F de Smimou, observations directes pour le calendrier des cultures.

89 Ce mouchaâ est ce qui reste des anciennes terres collectives (arch) ou pour partie gagnées sur le domaine des E&F.

90 Notamment tourteaux et pulpe séchée issus de l’atelier huile, grains (orge) prélevés sur la récolte antérieure…

91 Résidus de culture, végétation spontanée, pâturage aérien, pulpe fraîche (avant régurgitation des noix…)

92 Aliments composés, grains, caroubes, tourteau et pulpe séchée…

93 Destiné principalement aux animaux et secondairement aux hommes.

94 Observation directe. Un niveau donc inférieur à la « tonne d'équivalent céréales » qu'évoquent Mazoyer et Roudart (2002). Les labours superficiels et la culture sous ombrage constituent de « bonnes pratiques » agroécologiques dans la mesure où elles assurent une gestion optimale des réserves hydriques du sol et favorisent les activités biotiques du sol.

95 Terres d'usage collectif. Nous distinguons les mouchaâs des douars (souvent désignés par le terme agdal) et les mouchaâs des Eaux et Forêts.

96 Pour autant il est loin d’être spécifique à l’arganeraie et à la mise en défens de parcelles arborées.

97 Une propreté qui tient également, comme cela a été souligné, aux pratiques de gestion de la fertilité.

98 On peut douter du bien-fondé de cette prescription (le cahier des charges parle de noix « digérées », pas « régurgitées »), mais il est un fait que tout le dispositif de qualification en dépend. La réception de fruits non dépulpés (achats aux producteurs ou au souk) permet seule de garantir que cette clause est respectée : c’est à cette seule condition que peut être assuré un semblant de traçabilité (Agrimaroc, 2010). Le respect de cette clause impliquerait un transfert vers les coopératives de la totalité des activités développées dans l’atelier noix des unités domestiques, ce qui est très loin d’être le cas comme nous le verrons plus loin.

99 Elles peuvent également être stockées, constituer un fonds de sécurité et permettre un étalement dans le temps du travail qu’exige leur transformation.

100 Lutte contre la contrebande de thuyas et de bois d’œuvre et contre les installations pérennes.

101 Une procédure qui exclut donc formellement la participation de représentations tribales.

102 Les Eaux et Forêts ne disposent pas du personnel nécessaire pour assumer ce type d’opération (entretien E&F Smimou, juillet 2013).

103 Ensemble du territoire exploité en concertation par les membres d'une entité sociale et résidentielle, comme un village ou ici un douar.

104 Selon qu’ils sont situés dans des parcelles cultivées (agroforesterie), sur des parcours (mouchaâ du douar) ou sur des lignes de démarcation… encore faut-il qu’ils soient appropriés : les arbres situés en bordure de parcelle ou de chemin sont parfois sévèrement dégradés.

105 Du moins, tant que la pression démographique n'est pas excessive…

106 Entendue ici comme capacité à faire valoir un droit d’accès au patrimoine qui structure la communauté locale.

107 Il s’agit en particulier d’une exigence mise en avant par la convention de Rio en soulignant l’importance des savoirs locaux dans la conservation de la biodiversité (CNRS, 2002).

108 Assemblée traditionnelle issue d’une tribu (Roumane et al., 2010 : 3).

109 Il faut rappeler que le Réseau des associations de la réserve de biosphère de l’arganeraie (Rarba) ainsi que l’administration des Eaux et Forêts (DREF SO) font partie du Comité de soutien de l’Amigha (https://pampat.ma/wp-content/uploads/2015/09/cahier-des-charges-IGP-Argane-final.pdf  ; consulté le 29 août 2019).

110 À titre d’illustration : https://www.artisansdumonde.org/les-producteurs/targanine  ; http://www.arganbio.fr/  ; http://www.emmanoel.fr/cosmetique-beaute-soin-bio/fr/product-detail/cat/huiles-de-soins-et-de-beaute/huile-vierge-d-argan-bio-equitable , etc. (consulté le 29 août 2019).

111 Simenel R. et al., 2009.

112 Il s’agit de l’Opuntia ficus-indica (et de ses nombreux écotypes) originaire de Méso-Amérique, présent dans la région depuis le xvie siècle (Mulas et Mulas, 2004).

113 Nous définissons ici le pastoralisme en tant que système d’élevage intensif en travail qualifié.

114 Le cahier des charges de l’IGP figue de Barbarie d’Aït Baâmrane (Pampat, 2011 : 2) souligne ainsi que l’opuntia est « utilisé comme plante fourragère, pour l'amélioration des parcours, pour la préservation des sols contre l'érosion, pour la lutte contre la désertification et la conservation de la biodiversité, tout en contribuant à la régénération des espèces végétales spontanées et à la constitution d'un microclimat favorable au développement d'une faune et une flore très diversifiées ».

115 Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification établie en 1994.

116 Au Maroc, désigne une zone de culture sèche » (Universalis).

117 La lutte contre la désertification est un argument, pas un engagement : le cahier des charges fait état de la culture de l’opuntia en parcelles dédiées (Pampat, 2011 : 17). Il en va de même en ce qui concerne les synergies entre opuntia et élevage : elles sont évoquées sans être recherchées.

118 Dans la station d’Agadir en particulier.

119 L’aire de dénomination comprend le cercle de Sidi Ifni dans la province du même nom et le cercle de Ksabi dans la province de Guelmim, elle est loin de couvrir les territoires, bien plus vastes, où l’opuntia constitue une ressource pastorale.

120 Ce qui nous renvoie à la loi de Metcalfe et aux fondements de la Smart Specialization Strategy évoqués dans la section « Les enjeux de l’appropriation du vivant et du cognitif ».

121 Ce qui entraîne une mise en cause de la multifonctionnalité qui caractérise souvent les agricultures traditionnelles et fragilise la conservation de la biodiversité.

Table des illustrations

Titre Figure 3.1. Les territoires de l’arganeraie (d’après M’Hirit et al., 1998 ; cartographie C. Chauviat, IRD, 2008).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 3.2. Usage et appropriation de l’espace de l’arganeraie (d’après El Aich et al., 2005).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Figure 3.3. Précipitations mensuelles et usage du sol (sources : T. Linck, observation directe et E&F, station Tamara 1974-2006).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 3.4. L’arganier, une essence unique : des arbres façonnés par l’homme et les chèvres (d’après Ba, 2009).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search