Version classiqueVersion mobile

Savoirs locaux en situation

 | 
François Verdeaux
, 
Ingrid Hall
, 
Bernard Moizo

Chapitre 2 - Négocier les savoirs et les valeurs des lieux en Nouvelle-Calédonie

Pierre-Yves Le Meur et Catherine Sabinot

Texte intégral

1Territoire de l’outre-mer français engagé depuis les accords politiques de Matignon (1988) et Nouméa (1998) dans un processus original de décolonisation négociée, la Nouvelle-Calédonie porte la marque de l’ancienneté et du poids croissant de son économie minière tout en étant travaillée par la montée en puissance de la question de la conservation environnementale. Ces deux enjeux sont contradictoires par nature et la résolution de ces oppositions peut prendre diverses voies. L’une passe par l’émergence d’une géographie duale au sein de laquelle les interfaces entre mine et conservation de l’environnement occupent une position critique. Les acteurs qui se rencontrent et s’expriment dans cette voie sont divers par leurs appartenances, statuts et engagements dans le développement minier et/ou la conservation de l’environnement. Ils mobilisent des savoirs de manière différente selon les lieux et la « cause » qu’ils entendent défendre ou porter.

  • 55 Opération groupée d'aménagement foncier.

2Dans le Grand Sud de la Nouvelle-Calédonie, la géographie duale produite par la rencontre des questions de développement minier et de conservation environnementale conduit à la fois à la confrontation et à la conjugaison de savoirs parfois très divergents. Ce contexte génère de nouvelles valeurs, de nouvelles normes et de nouveaux savoirs véhiculés par les institutions et organisations de conservation (Unesco avec l’inscription du lagon au Patrimoine mondial et le classement Ramsar de la plaine des Lacs, aires marines protégées, etc.) et de développement (exploitation et industrie minière, opérations de développement touristique, dispositifs de développement local de type OGAF55, etc.). En réponse à ces changements, les acteurs et groupes sociaux s’appuient sur leurs propres ressources cognitives et normatives dans la légitimation des savoirs, des normes et des valeurs qui émergent de ces rencontres et, au-delà, pour la reconnaissance de leur existence collective. En d’autres termes, savoirs et valeurs ont une dimension conjoncturelle intéressante à considérer lorsqu’il s’agit d’analyser leurs dynamiques propres. Nous qualifierons cette dimension d’événementielle, considérant que tout événement mettant en présence des registres de savoirs différents (environnemental, juridique, politique, etc.) génère la production de normes et de savoirs potentiellement hybrides ainsi que des reconfigurations dans les positionnements des acteurs. Ces reconfigurations engendrent à leur tour des transformations des savoirs et des mécanismes d’actualisation des valeurs à l’interface entre registres locaux et extra-locaux, traditionnels, administratifs, juridiques et scientifiques. C’est à la charnière de ces différents registres que s’observe la dimension sociale et politique de la production de savoir et de valeur, sachant que les dimensions cognitives et normatives sont difficiles à désenchevêtrer (Pottier, 2003). Nous proposons dans ce texte de nous appuyer sur trois ethnographies de processus de transformation des savoirs, pour analyser en quoi et de quelle manière la mise en présence de registres de savoirs différents lors de certains événements influe sur la production de normes nouvelles, parfois hybrides, voire de savoirs hybrides. Nous analyserons les discours, représentations et pratiques des acteurs face à un environnement en transformation au prisme de « l’événement », entrée qui apparaît productive d’un point de vue heuristique : l’événement comme « caractère d’un lieu à travers une période de temps » et « relatum dans les structures des événements » (Whitehead, 2006 [1920] : 90).

  • 56 Le programme Nerval (négocier, évaluer, reconnaître la valeur des lieux) est financé par le CNRT «  (...)

3Notre argument s’appuiera sur les ethnographies menées dans des tribus et communes littorales du sud de la Nouvelle-Calédonie dans le cadre de trois programmes de recherche portant sur la valeur des lieux, des espaces, des territoires en Nouvelle-Calédonie, et ce dans des contextes socio-environnementaux différents, miniers (programme Nerval) et lagonaires (programmes Best Corail et Live56). Comment sont qualifiés les savoirs des uns et des autres ? Comment sont-ils considérés par les uns et les autres ? Comment sont-ils évalués ? Au final, comment sont-ils produits, partagés, contestés, légitimés… ? Nous partirons du constat selon lequel la question des critères, des modalités et des outils de « mesure » de la valeur des lieux dans le cadre de projets de conservation ou de développement est un enjeu politique majeur qui se pose systématiquement, soit en amont des projets, soit en aval lorsque des conflits sont générés car les savoirs locaux dans leur pluralité n’ont pas été pris en compte. Il s’agit alors, sur la base d’une reconnaissance de la pluralité des savoirs et des valeurs (Graeber, 2001 ; Hviding, 2003), de la décrire et d’analyser les effets de cette pluralité en action dans les arènes politiques néo-calédoniennes.

4L’analyse de la rencontre entre répertoires cognitifs et normatifs divers dans le cadre de séquences événementielles elles-mêmes hétérogènes nous permettra d’appréhender la dimension dynamique des savoirs. Revisiter les savoirs et les valeurs qu’ils portent ou transforment au prisme de l’événement nécessite de définir la notion d’événement, mais aussi celles de savoir, de norme et de valeur. Ce travail définitionnel constituera le premier moment de ce texte. Dans un second temps, nous retracerons trois événements très différents, à savoir la production d’un texte juridique en matière environnementale, le déclenchement d’un incendie sur un territoire porteur de valeurs variées, et enfin celui d’une inondation majeure en contexte minier. Si la première étude sur la tortue verte est nettement centrée sur l’articulation et la confrontation entre savoirs permettant de qualifier les raisons de sa pêche ou de l’interdiction de celle-ci, les deux suivantes – feu de brousse et dégâts causés par des intempéries dans un contexte minier – se focalisent sur le maillage très serré des dimensions cognitives, normatives et politiques des séquences événementielles décrites qui montre bien l’enchâssement normatif et moral des savoirs, et l’impossibilité de les traiter indépendamment des liaisons organiques entre ces trois registres. Dans le conflit analysé dans la troisième étude, ce n’est ainsi pas tant le contenu des savoirs sur les lieux et l’environnement que le processus de légitimation sous-tendu par leur affirmation qui occupe une place centrale dans la situation traitée et donc son analyse. L’analyse des trois événements permettra donc de questionner la dynamique du nexus savoir-norme-valeur, dans ses dimensions sociales, spatiales et temporelles, et de mettre en exergue le rôle de l’événement dans cette dynamique.

Savoirs, normes, valeurs face à l’événement

5Les savoirs, normes et valeurs relatifs à l’environnement sont constitutifs des collectifs et des individus et ils sous-tendent leurs logiques d’identification, d’appartenance et de reconnaissance. Savoirs, normes et valeurs sont mutuellement constitutifs. Les savoirs sont vécus, expérimentés et souvent réajustés – sans cesse, en ce qui concerne les savoirs écologiques locaux qui résultent d’un « engagement » toujours renouvelé avec les éléments non humains (Ingold, 1996 ; Sabinot et Lescureux, 2018) – au quotidien et/ou au rythme des événements qui les bousculent, les consolident ou les transforment. Les savoirs expriment tous un rapport à la réalité et en l’occurrence à l’environnement/la nature, rapport dont les fondements cognitifs et les dimensions pratiques et normatives sont étroitement enchevêtrés (Strang, 1997 ; Pottier, 2003). Cette définition très large permet en même temps d’intégrer des registres souvent séparés (savoirs scientifiques versus savoirs profanes) et de reconnaître la perméabilité des frontières entre ces savoirs (Dove et al., 2007), sans pour autant décréter leur indifférenciation.

6Le rapport à l’environnement et les savoirs qui l’informent et en résultent sont indexés à un double contexte, temporel (affaire d’histoire, mémoire, mise en récit) et spatial impliquant des formes de territorialisation et de localisation. Comme nous le verrons dans les études de cas, selon les contextes, les arènes où les valeurs et les savoirs sont exprimés, discutés voire négociés, de nouvelles normes et/ou nouvelles délimitations territoriales tendent à rendre plus ou moins « visible » et plus ou moins légitime tel ou tel registre de savoir (Scott, 1998). Ce type d’événement est à même d’entraîner une reconfiguration des hiérarchies entre répertoires cognitifs en lien avec une redistribution des rôles, des identités et des hiérarchies sociopolitiques.

  • 57 Cette distinction vaut aussi pour les notions de risque et de crise. Nous remercions les relecteurs (...)

7La notion d’événement, liée à celles de situation et de configuration, se situe à la croisée d’une double indexation : l’événement intervient à un temps donné, se prolonge sur une certaine durée, exerce ses effets sur un espace plus ou moins vaste dont la délimitation peut être plus ou moins nette. Cette apparente évidence doit toutefois être nuancée, tout d’abord en considérant la distinction entre l’événement comme « fait » et ce qui fait événement, comme « fait reconnu »57. Caractériser ce qui ne fait pas événement à l’instar de Veyne permet de mieux appréhender ce qui fait événement :

Le non-événementiel, ce sont les événements non encore salués comme tels : histoire des terroirs, des mentalités, de la folie ou de la recherche de la sécurité à travers les âges. On appellera donc non-événementiel l’historicité dont nous n’avons pas conscience comme telle. (Veyne, 1978)

8Ainsi, le passage de l’inaperçu à l’aperçu ou au perçu peut constituer un enjeu stratégique comme le montrent par exemple les tactiques de déni – du « Circulez, y’a rien à voir ! » – développées par les firmes minières ou les États (l’État français face au nuage radioactif de Tchernobyl… ; Hecht, 2009). On pense aussi à la distinction introduite par Latour (2005) entre faits indiscutables (matters of fact) et faits disputés (matters of concern) correspondant à la distinction entre une science établie et une science en train de se faire. Le différend entre faits établis, disputés ou inaperçus peut passer par des mises en récit divergentes en termes de sélection d’éléments narratifs et causaux d’une situation donnée (projet minier, intervention publique, catastrophe naturelle, etc.) (Le Meur et Banaré, 2014). La distinction entre le déclenchement physique d’un événement et sa perception peut être rendue floue par le rythme lent de celui-ci. C’est le cas des slow-motion disasters, notion forgée par Barbara Adam (1998 ; voir aussi Kirsch, 2014 : 28-29) en référence, entre autres, à une fuite de pétrole dans le golfe du Mexique dont les effets dévastateurs ont été renforcés par son caractère peu visible et son traitement tardif.

  • 58 Dans le contexte néo-calédonien, on pensera bien sûr aussi à l’usage même du terme « événement », e (...)

9Au-delà de la question de l’interprétation de l’événement – la définition de ce qui « fait événement » fait partie de l’événement et la distinction fait/interprétation n’est pas absolue58 – l’hypothèse formulée ici est que l’événement ne se contente pas de révéler des savoirs, des valeurs, des acteurs, il les transforme et parfois en produit de nouveaux. Nous élargissons ici les observations faites par d’autres quant au caractère transformatif du conflit (Bebbington, 2012) ou productif du pouvoir (Foucault, 1983). Cet élargissement de la focale implique aussi une approche de la notion d’événement (environnemental, climatique, juridique, politique, etc.) en termes de situation sociale, de configuration d’acteurs, qui soit attentive aux phénomènes d’irréversibilité ou de bifurcation. Cette irréversibilité peut être déclenchée par l’ampleur d’un événement (le désastre environnemental de la mine d’Ok Tedi en Papouasie-Nouvelle-Guinée par exemple ; Kirsch, 2014) mais aussi sous l’action de régimes d’énonciation (l’établissement d’un droit de l’environnement en Nouvelle-Calédonie par exemple) et de mises en récit spécifiques. Si l’événement transforme savoirs et valeurs, le caractère irréversible de cette transformation est loin d’être systématique et la question se pose toujours en termes de dynamique. Il est de ce point de vue essentiel d’observer le jeu qui s’opère entre les savoirs et valeurs considérés, autrement dit ceux qui sont vécus, connus et perçus par l’individu ou le groupe, et les savoirs et valeurs mobilisés, affichés ou revendiqués dans les discours au quotidien ou dans des contextes de négociation, « au moment » d’un événement qualifié comme tel. Ces discours et mises en récit, qui chacun expriment des rapports particuliers à l’espace, au temps et aux autres, mobilisent différents types de savoirs et de valeurs portant sur les lieux. Ils s’inscrivent dans des logiques de légitimation territoriale et politique, par exemple par rapport à une revendication de participation à la décision et à la négociation.

10De fait, la capacité révélatrice, générative ou transformationnelle de l’événement exerce directement ses effets sur la valeur de ces lieux et les savoirs qui y sont associés. La valeur peut presque être considérée comme une sorte d’événement de ce point de vue, car également située à la croisée d’une double indexation spatiale et temporelle, en particulier lorsqu’on en vient à la valeur des lieux (Rumsey et Weiner, 2001). Ce caractère événementiel de la valeur n’est pas contradictoire avec une épaisseur temporelle qui peut être très forte mais nécessite d’être réactivée par les événements particuliers que sont des récits ou des rituels, voire des conflits, eux-mêmes informés par des savoirs variés. En d’autres termes, la valeur est instable, non intrinsèque, révélée ou transformée par un événement et donc aussi par des changements dans les positionnements des acteurs. En outre, c’est une notion éminemment polysémique, ressortissant à des registres discursifs différents – moral, économique, linguistique… (Graeber, 2001).

11Enfin, les configurations et positionnements des acteurs s’ancrent dans la mobilisation de ressources cognitives permettant une appréciation du risque encouru face à un événement. La notion de risque renvoie à une capacité inégalement répartie à « probabiliser » les effets potentiels d’un événement. Mais celui-ci est souvent accompagné d’incertitudes fortes qui empêchent les parties prenantes de se prononcer sur une base stabilisée (Dupuy, 2002 : 105-106). La notion de risque (et son envers, l’incertitude) renvoie donc à deux registres, celui de la caractérisation d’un aléa en termes de probabilité, mobilisant donc des savoirs relatifs à l’aléa, et celui de son appréciation positive ou négative, relevant du registre du normatif (voir aussi Beck et al., 2006).

12Les études de cas brièvement présentées dans les sections suivantes sont autant d’illustrations des transformations exercées par des événements spécifiques sur les négociations des valeurs et des savoirs, et donc sur leurs contenus, leurs usages et leur légitimité (ou visibilité). Ces événements, localisés dans deux communes de la province Sud de la Nouvelle-Calédonie (Thio et Yaté), sont d’ordres divers : politico-juridiques (règles de gestion/conservation des tortues de mer), climatiques (événements pluvieux exceptionnels), environnementaux (incendie difficilement maîtrisé). Nous verrons que l’événement déclencheur joue en quelque sorte le rôle de cause directe ou efficiente (et non finale) dans une chaîne, ou plutôt un enchevêtrement d’événements, d’acteurs et de traductions dont les origines lui sont pour partie antérieures et dont il contribuera à modifier le cours.

Tortue et traduction (Yaté)

13Si la tortue verte Chelonia mydas fait partie des espèces marines vulnérables et protégées à l’échelle internationale du fait de sa rareté, c’est aussi depuis longtemps une composante de la société kanak de Yaté, dotée de fonctions alimentaires et symboliques dont l’importance varie selon les lieux et les temporalités. Les règles de capture, partage et cuisson de la tortue diffèrent selon l’usage qui en est fait, alimentaire (profane) ou rituel (sacré) (Sabinot et Bernard, 2016), et selon l’organisation tribale. Selon les tribus, hommes et femmes, clan de la mer, clan de la terre et clan de la chefferie, cadets et aînés ont des rôles différents à jouer et à respecter dans le processus d’utilisation/mobilisation de l’animal, réaffirmant chaque fois la fonction structurante accordée à la tortue rituelle prélevée et préparée lors de cérémonies importantes.

14On observe en conséquence des variations en fonction du genre, de l’âge, du statut et du clan, d’une part, dans la distribution des savoirs au sujet des usages et des normes d’usages de la tortue, et, d’autre part, dans la légitimité à transmettre ces savoirs et savoir-faire. En outre, des différences locales intertribales ou claniques existent dans les procédures coutumières réglant leur capture, les techniques de pêche ou encore les façons de les cuisiner. Plus largement, la tortue verte s’insère dans des chaînes cognitives et normatives de traduction ou des acteurs réseaux (Latour, 2005) spécifiques :

On ne peut parler de tortue sans parler d’igname. On ne peut parler d’igname sans parler de baleine. Tout cela est périodique. (Homme d’environ 40 ans, Touaourou, Yaté, 2014)

15Les correspondances sont précises, et aux « vraies » ignames (certaines variétés utilisées à des fins coutumières) correspondent les « vraies » tortues, en l’occurrence la tortue verte (et non les autres espèces de tortues de mer).

16Ces chaînes de traduction ou acteurs réseaux ont été reconfigurées par la progressive mise en place de politiques environnementalistes dont les cadres normatifs sont d’origine largement exogène (IUCN, Unesco…). La tortue verte a été qualifiée de « vulnérable » dans la liste rouge de l’IUCN des espèces menacées ; elle est par ailleurs « totalement protégée » par le code de l’environnement de la province Sud de 2008, annulant sa fonction alimentaire, comme le notent jeunes et vieux, exprimant par ailleurs des sentiments différents vis-à-vis de la réglementation :

Avant, les gens pêchaient la tortue pour la manger à la maison, (jeune homme d’environ 25 ans, Touaourou, 2014).
Avant, on tuait les tortues comme des poissons. Maintenant c’est interdit, (pêcheur d’environ 80 ans de Touaourou, 2014).

  • 59 On peut aussi envisager des changements étiologiques, le comportement des tortues, leurs déplacemen (...)

17Les politiques environnementales et les réglementations associées se sont succédé de 1977 à 2008, restreignant de plus en plus la capture de l’animal pour ne reconnaître in fine que trois caractères : environnemental, scientifique et rituel d’exception. Ces politiques jouent le rôle d’événement transformatif, entraînant des reconfigurations des registres normatifs et cognitifs et de leurs relations. Les nouvelles normes sous-tendant les règlements de la province Sud reconnaissent les savoirs, normes et pratiques relatives aux cérémonies coutumières tout en produisant ou mobilisant d’autres formes de savoirs (scientifique, juridique, administratif). Elles tendent toutefois également à délégitimer une partie des savoirs et pratiques traditionnels/locaux soit en les rendant invisibles ou « inutiles », soit en les disqualifiant et les réprimant : la tortue ne doit plus être chassée à des seules fins alimentaires en raison de son statut d’espèce menacée vulnérable. La tortue verte s’insère ainsi dans de nouvelles chaînes de traduction, ou acteurs réseaux, qui en retour transforment sa nature. La tortue kanak, aux fonctions alimentaires et rituelles, fait place à une tortue juridique et environnementale, et exceptionnellement rituelle. Chelonia mydas remplace do ngûû, littéralement la « vraie tortue » en langue numèè. Cette mutation a déjà des effets sur la qualification des pratiques dites rituelles par les instances provinciales, tribales et coutumières. Un mariage coutumier incluant des pratiques religieuses catholiques ou un baptême catholique jusque-là inséré dans un ensemble de pratiques et de chemins coutumiers peuvent, selon les interprétations, être qualifiés de « cérémonies coutumières » ou non. Les savoirs et savoir-faire associés à ces événements se transforment en produisant un syncrétisme toujours en évolution qui conduit à déplacer les frontières des savoirs et pratiques dits coutumiers ou rituels. Par ailleurs, les savoirs associés à la tortue alimentaire, celle qui était mangée souvent suite à des pêches opportunistes, sont probablement voués à disparaître. Cette hypothèse reste toutefois difficile à tester car les transformations des pratiques relèvent aussi d’autres dynamiques (passage aux bateaux à moteur, au harpon, etc.)59. On peut aussi avancer que l’emblème remplace le symbole (même si le premier est bien sûr une forme du second) : la tortue-symbole est orientée vers l’intérieur, vers la société kanak, elle fait partie de son ontologie et participe de la structuration sociale et des hiérarchies politiques, tandis que la tortue-emblème, invoquée/mobilisée par les institutions comme par les acteurs kanak dans des arènes de négociation bien spécifiques, est orientée vers l’extérieur, sa signification et sa valeur sont extrinsèques, renvoyant à des organismes internationaux et à des normes globales (aux déclinaisons locales).

  • 60 « Sont interdits la capture, l'enlèvement la perturbation intentionnelle, la mutilation, la natural (...)

18Un acteur réseau chasserait-il l’autre, et dans ce mouvement notre tortue traduite éliminerait-elle l’originale kanak (au moins partiellement) ? Les choses vont se passer un peu différemment. Dans la chaîne événementielle générée par l’élaboration de la politique environnementale néo-calédonienne (et provinciale depuis 1989) et marquée par le progressif durcissement de la réglementation protégeant les tortues marines, dont les premiers pas datent de 1977,60 il faut noter la mise en œuvre du plan d’action du parc du Grand Lagon Sud. Lancé en 2013 par la province Sud, ce plan d’action souligne l’importance de revisiter le code de l’environnement provincial, dernier texte réglementaire en matière environnemental, en promouvant la « création de passerelles entre gouvernance coutumière et droit commun ».

Figure 2.1. Extrait du plan de gestion du parc marin du Grand Lagon Sud (GLS) voté en juillet 2013 (sources : province Sud [PS] de la Nouvelle-Calédonie, direction de l’Environnement [DENV]).

Figure 2.1. Extrait du plan de gestion du parc marin du Grand Lagon Sud (GLS) voté en juillet 2013 (sources : province Sud [PS] de la Nouvelle-Calédonie, direction de l’Environnement [DENV]).

19La province Sud autorisait déjà la capture d’un nombre limité de tortues pour certains événements coutumiers et ce plan d’action vise à questionner, puis à mettre en forme de manière plus explicite le sens de ces mesures. En effet, si une dérogation pour la capture de la tortue verte existe depuis les premières réglementations environnementales du pays, la formalisation des normes locales d’usage de la tortue dans un cadre rituel n’est traduite que par un texte flou et imprécis ; ce qui certes offre une certaine flexibilité à l’interprétation et à l’application de la loi mais plonge les agents en charge de statuer du caractère coutumier ou non-coutumier d’un événement dans des situations difficiles dues à l’absence de définition claire de ce qui distingue l’un de l’autre. Ces dernières années, cette opportunité a aussi été utilisée comme une nouvelle arène d’expression de conflits intra et extra-tribaux. Ces incertitudes et controverses sont traversées par les questions suivantes : qu’est-ce qu’un vrai événement coutumier ? Qui est habilité à transmettre la demande de dérogation à l’administration ? Qui peut dire qui a raison ? Et aussi : comment les populations locales interprètent-elles cette reconnaissance ? L’analyse des demandes de dérogations déposées de 2004 à 2014 montre que les interprétations de la réglementation varient localement et que ces variations entraînent de fortes différences dans le nombre de demandes. Les demandeurs sont divers, incluant chefferies, représentants claniques, voire le maire de Yaté. Il y a des cas de demandes concurrentes (comme pour la fête de l’igname de 2012) portant sur des quantités différentes et manifestant des conflits internes. Enfin, certaines demandes concernent des événements paraissant, pour certains, plus religieux que coutumiers, sachant que la christianisation d’origine coloniale de la coutume rend la distinction parfois floue.

  • 61 Décrire la fonction symbolique de la tortue afin de donner quelques clefs pour engager des négociat (...)

20Dans tous les cas, les services environnementaux provinciaux doivent statuer et ils sont pris dans un dilemme singulier. La mobilisation des seuls savoirs juridiques et scientifiques ne permet pas de répondre à la question posée. Ces répertoires ne peuvent que borner celle-ci en définissant certains garde-fous légaux et écologiques. Les agents provinciaux doivent donc faire appel à un savoir autre, un savoir social, anthropologique, portant sur la coutume, les hiérarchies internes aux chefferies et les normes traditionnelles. Ce recours pose aussi la question de l’identification et de la reconnaissance d’experts en la matière, tant dans le monde coutumier que dans celui de la recherche en sciences humaines et sociales ; question qui est aussi affaire d’appui à la concertation pour faciliter la mise en dialogue entre acteurs. La tortue scientifico-juridique doit être, pour l’exercice de l’évaluation provinciale des demandes de dérogation61, retraduite en une tortue kanak réduite à sa fonction symbolique – en « vraie tortue » de ce point de vue. La décision finale d’autoriser ou non la capture de tortues ainsi que le nombre d’individus qui pourront être prélevés exprime non seulement une norme mais aussi un savoir administratif dont on discerne clairement la nature hybride. La prise de décision peut aussi relever de l’art du contournement. Ne disposant pas d’éléments suffisants lui permettant de statuer sur la légitimité de demandes concurrentes, l’agent provincial laisse parfois la décision aux membres des clans ayant pratiqué la capture. En d’autres occasions, il tranche en faveur de la demande quantitativement la plus faible, rabattant le choix sur un critère environnemental.

  • 62 Cette dimension a été documentée empiriquement de manière systématique dans le cadre du programme « (...)

21Les mutations et tribulations de notre chélonien n’en sont pas finies pour autant. Tout d’abord, les demandes de dérogation ne sont pas uniquement facteurs de divergences entre normes coutumières et administratives, mais aussi entre collectifs kanak quant aux hiérarchies politiques et droits associés. Ensuite la tortue verte est mobilisée comme argument dans le cadre des débats autour de la patrimonialisation du lagon par l’Unesco, autour de la fixation des limites et réglementations des aires marines protégées provinciales et, semble-t-il, des compensations négociées avec Vale, la multinationale brésilienne qui exploite le gisement de nickel de Goro. De ce nouveau processus de traduction – la conversion de la tortue verte en une ressource « de second ordre », à savoir une ressource permettant d’accéder à d’autres ressources – émerge une tortue politique insérée dans un acteur réseau multiscalaire, imprégné de discours globaux autochtonistes et environnementalistes62.

22Enfin, pour revenir à la question de la conservation, tandis que la plupart de nos interlocuteurs constatent l’augmentation du nombre de tortues près des côtes, rendant de leur point de vue largement injustifiée l’interdiction de chasse qui prévaut, les biologistes qui conduisent actuellement des recherches tendent vers des conclusions soulignant le déséquilibre générationnel dans la population de Chelonia mydas. Les savoirs scientifiques et les savoirs locaux étant tous deux dynamiques, nous avons pu observer au cours de restitutions publiques que la présentation concomitante des deux types de savoirs favorisait des dialogues porteurs de réflexions nouvelles en matière de gestion des tortues de mer et des territoires associés. Entre autres, la prise de conscience de part et d’autre de la pression forte pesant sur l’espèce, du fait des captures d’individus de grande taille, a conduit la province Sud à intégrer dans les autorisations écrites accordées à chaque autorité coutumière sollicitant une dérogation une taille maximale de capture. Cette nouvelle norme n’a, depuis sa mise en œuvre, suscité aucune réclamation en retour.

Feu et valeur (Yaté)

23Dans la mise en politique de certains espaces où les enjeux écologiques, symboliques et économiques se superposent ou s’enchevêtrent, les valeurs et les savoirs des divers acteurs sur ces lieux peuvent surgir et se confronter soudainement lors d’un événement par nature destructif ou en tout cas déstructurant (au sens de transformant la « structure » du lieu) pour l’environnement : l’incendie. Différents registres cognitifs et normatifs sont alors mobilisés de manière intensive par les groupes d’acteurs concernés, et semblent transformer assez durablement certaines valeurs attribuées aux territoires. L’analyse conjointe du déroulement et de la mise en récit de l’incendie, qui a détruit, en janvier 2013, plusieurs centaines d’hectares de brousse en zone humide autour du creek Pernod sur la commune de Yaté, permettra d’appréhender les transformations des valeurs et savoirs portant sur ce lieu, dans leur nature, leur ordonnancement et leur territorialisation.

24D’une part, les récits qui sont faits de cet incendie par les acteurs de la sécurité civile, de la gestion provinciale de l’environnement, de l’industrie minière, des institutions scientifiques ou des associations de conservation révèlent des assemblages divers de savoirs, normes et valeurs caractérisant le groupe dont relèvent les acteurs (ils sont bien sûr individuellement « plus » que cela). D’autre part, de ces mises en récit divergentes en termes de sélection d’éléments narratifs et causaux, se dégagent des compréhensions et des interprétations variées des processus de transformations et de confrontations des valeurs données aux différents lieux formant la plaine des Lacs, valeurs ayant elles-mêmes été construites sur la base de savoirs collectifs différenciés selon les groupes d’acteurs.

  • 63 Direction de l’environnement.
  • 64 Agence pour la prévention et l’indemnisation des calamités agricoles ou naturelles, gouvernement de (...)
  • 65 Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund).
  • 66 Organisation de la réponse de la Sécurité civile ; le plan Orsec organise les moyens de secours de (...)

25Grâce à la presse et aux entretiens menés en 2013 et 2014, nous sommes en mesure de proposer une chronologie factuelle de l’incendie qui a duré douze jours en janvier 2013 et s’est déployé sur une partie de la plaine des Lacs où coule le creek Pernod (ce récit s’inspire de Bouard et al., 2014). Le samedi 12 janvier, l’alerte est déclenchée par les pompiers de Yaté. La Sécurité civile, estimant que ceux-ci devaient intervenir en premier lieu avec des moyens terrestres, n’a envoyé le HBE (hélicoptère bombardier d’eau) que le lendemain. Le 14, alors que l’incendie était déclaré éteint, une nouvelle alerte est déclenchée l’après-midi même par des agents de la DENV63 en journée récréative sur le site de Netcha. Sur ces entrefaites, la DENV alerte conjointement les pompiers de Yaté, du Mont-Dore et de l’usine de Vale. Le HBE est à nouveau envoyé et un survol de reconnaissance est effectué par la Sécurité civile, les pompiers de Païta, l’Apican64 et le WWF65. Devant l’ampleur de l’incendie, le mercredi 16 janvier, la direction de la Sécurité civile et l’Apican négocient le déclenchement du niveau 2 du plan Orsec66 auprès de la mairie de Yaté. Le plan est déclenché par le haut-commissaire en fin d’après-midi. En conséquence, le lendemain, des moyens terrestres supplémentaires sont mobilisés : les pompiers du Mont-Dore ainsi que des volontaires civils. Parmi eux, on compte trente-cinq bénévoles mobilisés par le WWF, du personnel de deux entreprises, Cagoutrek et Palmeraie du sud, ainsi que des agents de la DENV et du parc de la Rivière bleue, sous le commandement du chef de corps des pompiers de Païta. L’essentiel de la mobilisation contre le feu s’est déroulé cette journée-là. Le soir même, l’incendie était déclaré circonscrit et le lendemain, vendredi 18, la Sécurité civile se désengageait. Toutefois, le feu reprend le 19 et une nouvelle journée de mobilisation intense se déroule le mercredi 23. Les moyens terrestres mobilisés ce jour sont constitués des bénévoles du réseau du WWF et des pompiers du Mont-Dore et de Yaté, avec en renfort des moyens héliportés de la Sécurité civile. Enfin, le jeudi 24 janvier, soit douze jours après la première alerte, l’incendie du Creek Pernod est déclaré éteint et ne reprend pas.

26Ces douze journées de janvier 2013 constituent un événement marquant à la fois à l’échelon de la Nouvelle-Calédonie et aussi, tout particulièrement, pour toutes les personnes qui se sont mobilisées sur les lieux de l’incendie. Certains de nos interlocuteurs ont commencé le récit de l’événement avec difficulté, employant des expressions telles que « j’y ai laissé des plumes ». Cette image traduit certes les efforts fournis durant la lutte contre l’incendie, mais la suite des entretiens nous révèle aussi le tourbillon de malentendus, de tensions et de reconfigurations des jeux d’acteurs qui a emporté plusieurs individus. Ils ont eu le sentiment d’avoir été blessés, malmenés, déconsidérés, voire instrumentalisés.

27Si au départ, la presse ne mentionne sur la couverture qu’un petit titre de la rubrique faits divers : « 300 hectares en feu à la Rivière bleue », le lendemain, le jeudi 17 janvier, l’incendie du Creek Pernod fait la une avec le titre suivant : « Du cannabis dans le brasier. Les cultivateurs avaient installé leur camp en plein maquis. Leurs plantations se retrouvent au cœur des flammes de l’incendie du Creek Pernod ». Dans l’édition du week-end, l’incendie fait toujours la une mettant en avant la valeur écologique mise à mal : « Un drame évitable ? Selon le WWF, les dégâts de l’incendie du Creek Pernod auraient pu être moindres si le plan Orsec avait été déclenché plus tôt ».

  • 67 La direction de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie de la Nouvelle-Calédonie.

28Cette rapide revue de presse montre qu’à mesure que l’incendie se déployait, diverses valeurs, en l’occurrence économique ou écologique, étaient exprimées, affichées voire revendiquées. Les mises en récit de l’incendie par les acteurs de la Sécurité civile, des institutions provinciales, des associations environnementales et des scientifiques que nous avons rencontrés révèlent encore plus de diversité dans les valeurs attribuées à ces lieux. La confrontation de ces valeurs indexées aux savoirs différenciés des acteurs a pris un tour inhabituel parce que d’autres acteurs que la Sécurité civile, classiquement en charge de la gestion des incendies, ont contribué activement à l’extinction du feu. Les discours de nos interlocuteurs montrent en quoi l’événement a transformé leurs propres valeurs tout comme leur connaissance des valeurs que les autres acteurs attachent à ce lieu. On aboutit ainsi à une mise en territoire différenciée des valeurs et, donc, à une transformation de la géographie des valeurs des lieux de la plaine des Lacs. Cette transformation dans la territorialisation des valeurs est indissociable d’un travail de hiérarchisation ancienne et nouvelle des savoirs des acteurs concernés. Les savoirs géologiques et miniers et les acteurs qui auraient pu les porter (Dimenc67 par exemple) sont, dans un premier temps, restés invisibles durant la lutte contre l’incendie – ce n’était pas le sujet – face à des savoirs scientifiques sur les écosystèmes, des savoirs historiques sur les territoires et des savoirs écologiques locaux qui ont alimenté la mobilisation citoyenne contre le feu. Pour autant, la question des ressources minérales de ces espaces a rapidement resurgi.

29Ainsi, en raison de la médiatisation importante de l’événement et de l’hétérogénéité inhabituelle des acteurs qui se sont mobilisés, des géographies de valeurs discordantes voire conflictuelles se sont dessinées et exprimées (passage d’une valeur intériorisée et vécue à une mise en discours et en action), sous-tendues par des répertoires cognitifs et normatifs divers. Par ailleurs, assez rapidement dans les discours, les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des secours ont été attribuées entre autres à l’existence de savoirs (ceux des autres) volontairement dissimulés (savoirs sur les ressources minérales du sous-sol, sur les affectations du foncier, etc.). Elles ont été interprétées par nos interlocuteurs comme enchâssées dans des jeux politiques liés entre autres à la période d’ajustement des transferts de compétence de l’État français vers le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Ses difficultés ont aussi été associées aux négociations et décisions des trente dernières années relatives à la mise en place d’une réserve technique provinciale. Il s’agit d’une innovation du Code minier de 2009 qui permet de suspendre les négociations pour les attributions à un ou plusieurs exploitants miniers afin de poursuivre les études et prospections pour évaluer sa valeur, en termes de ressources minières, avant de l’exploiter. Or dans le même temps, le reste de la région, la plaine des Lacs faisait l’objet de la signature d’une convention Ramsar (visant plutôt la conservation et préservation d’un espace naturel, une zone humide, hors du commun).

30La délimitation de la zone Ramsar à proximité de la réserve technique du Creek Pernod semble être le résultat de négociations importantes, particulièrement au sein de la Province qui a cherché à reconnaître et à considérer les valeurs diverses de ces lieux afin « d’allier le développement économique et la protection de l’environnement ». Ainsi, alors que la réserve technique représente environ 3 000 hectares, le classement Ramsar concerne environ 44 000 hectares. Pour certains, en particulier du côté des services provinciaux, c’est une victoire d’avoir concilié les deux, à savoir d’avoir rendu possible le développement économique sur une surface raisonnable tout en ayant temporairement réussi (un site Ramsar peut être déclassé moyennant un certain nombre de conditions) à forcer le consentement des mineurs à abandonner 44 000 hectares d’exploitation potentielle, soit quatre fois plus de surface que la première zone identifiée pour le classement. Pour d’autres, comme les associations environnementales, c’est une « hérésie » d’avoir cédé un tel territoire à une possible exploitation minière, notamment car le périmètre de la réserve technique aurait été dessiné sans connaissance consolidée de la valeur hydrogéologique des lieux : « on est très en colère, cette zone [le Creek Pernod] ne vaut que parce qu’elle est humide, donc si on met en danger sa ressource en eau… On ne peut qu’être atterré ! » (entretien du 6 juin 2014 avec une responsable écologiste de l’association « Environnement pour la planète », EPLP), mais aussi car le Creek Pernod est un lieu remarquable en termes de biodiversité, marqué par un micro-endémisme pour quelques espèces. Une des questions soulevées par le WWF sur son site juste après l’événement était : « Avons-nous engagé tous ces moyens et dépensé cette énergie pour sauver des flammes ce patrimoine naturel exceptionnel pour l’offrir dans quelques années aux lames des bulldozers miniers ? ». L’entretien que nous avons mené avec un des membres du WWF 18 mois après l’incendie montre que cette question est restée sans réponse. En outre, il traduit un certain dépit et le sentiment d’avoir été instrumentalisé. Du point de vue de la mobilisation des savoirs dans ce qui est une controverse autour de la nature de la valeur des lieux, on observe que certains sont restés (stratégiquement ?) « dormants » (les savoirs sur la ressource minérale) alors que d’autres étaient mis en avant et publicisés (les savoirs sur la biodiversité) ou que des carences étaient soulignées dans d’autres domaines (connaissances hydrogéologiques de la zone). Les savoirs (socio-environnementaux, historiques, hydrologiques) des acteurs locaux sont quant à eux restés dans l’ombre.

31L’incendie du Creek Pernod est en fait un événement qui a conduit les acteurs se sentant concernés par cet espace à revenir sur l’histoire des lieux, sur les négociations passées mais non closes, à propos des enjeux divers mis en avant par les uns et les autres et des connaissances et des normes associées. Les processus socio-économiques et politiques qui ont conduit à des mises en réserve pour des raisons économiques, écologiques, et de fait politiques, ont été relus à la lumière des nouveaux événements. Des faits auparavant inaperçus ou oubliés alors qu’ils étaient disputés dans des arènes particulières ont été réexplorés et remis en question, dans le cadre d’une mutation marquée par le passage d’une géographie des valeurs plutôt diffuse et distribuée parmi les acteurs locaux à une territorialisation politico-administrative des valeurs de la plaine des Lacs. Les savoirs mobilisés sont ici des savoirs scientifiques (géologiques, biologiques, hydrologiques), contestant des hiérarchies et des choix ou pointant des carences, mais aussi des savoirs locaux, historiques, sur les territoires et leurs usages et sens passés et présents. Par exemple, les récits et mythes relatifs à la circulation souterraine de certains êtres (anguilles entre autres) constituent des contrepoints utiles aux études hydrogéologiques de la zone, signalant en creux les carences des services et groupes miniers en la matière.

32Le feu a joué un rôle de révélateur d’autres événements (Ramsar, concessions et réserves techniques) qui eux avaient généré des normes et des territoires formalisés, mais pas toujours connus de tous. Comme nous l’a souligné un agent de la province Sud, « c’est quand il y a un accident que les synergies s’opèrent et que les réglementations sont modifiées ». Ces modifications passées et probablement à venir s’inscrivent dans des logiques d’acteurs et de territorialisations particulières. Les acteurs intégrant les arènes de négociation qualifient et priorisent rarement les enjeux sociaux, économiques, politiques et écologiques de la même manière. L’hétérogénéité de ces projections peut être « résolue » ponctuellement lors d’une négociation portant sur l’avenir d’un territoire et conduisant à des choix de hiérarchisations des valeurs, s’appuyant sur des savoirs différenciés et inégalement partagés, directement liés au contexte de la négociation, à la séquence qui a fait événement. Dans un contexte de géographies de valeurs conflictuelles et de savoirs hétérogènes, parfois lacunaires, les territorialisations formalisées par les dispositifs politico-administratifs anciens sont questionnées à nouveaux frais et remises sur la table des négociations lorsque survient l’événement. L’incendie était cet événement dans la plaine des Lacs.

Pluie et citoyenneté locale (Thio)

33Dans la commune de Thio, place forte historique de l’activité minière en Nouvelle-Calédonie (Le Meur, 2017) en 2013, deux événements pluvieux d’une intensité exceptionnelle se sont succédé à quelques mois d’intervalles (cyclone Freda en janvier et pluies diluviennes en juin). Les inondations et glissements de terrain ont causé des dégâts matériels dans les localités situées en bas des pentes et en aval des cours d’eau et la population de Thio s’est mobilisée très rapidement en bloquant l’accès aux trois sites miniers de la commune (Plateau, Camp des sapins, Dothio). Un cahier de revendications a été rédigé et un collectif créé, explicitement interethnique et incluant des salariés de la société Le Nickel (SLN), la compagnie minière historique de Thio (et actuellement filiale du groupe français Eramet). Un protocole d’accord a été signé quelques semaines plus tard par le collectif, la mairie, la province Sud, le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et la SLN. Le collectif s’est ultérieurement constitué en association dont le nom, Chava xua, signifie « prendre soin de sa maison/communauté » en langue xârâcùù. En outre, une société par actions simplifiée (SAS) a été créée pour organiser l’interface entre la SLN et les entrepreneurs locaux concernant les chantiers de maintenance et réhabilitation environnementale discutés dans le cadre de l’accord.

34Immédiatement s’est posée la question du suivi des travaux de restauration et de maintenance environnementale nécessaires. Les réunions organisées sur le terrain dans les zones affectées impliquaient les signataires de l’accord et également le Fonds nickel, établissement public de Nouvelle-Calédonie, dont l’une des missions est la réhabilitation des sites dégradés par l’activité minière. Elles ont montré que la question du suivi pouvait se résoudre selon deux options narratives non exclusives : (1) en termes de suivi technique des travaux réalisés ou (2) dans une logique politique inclusive de citoyenneté locale. En d’autres termes, la stratégie de Chava xua a combiné une action collective sur le terrain, visant à faire pression sur les acteurs de la restauration écologique, et en particulier la SLN, et un discours politique et moral, enjoignant la SLN à être cohérente avec ses campagnes de communication la mettant en scène comme « entreprise calédonienne ».

35La chaîne événementielle enclenchée par les intempéries de 2013 a croisé d’autres séquences récentes, en particulier celle générée par la mise en œuvre des règlements du Code minier néo-calédonien de 2009 passant du régime déclaratif à un régime d’autorisation et aussi la volonté de plusieurs compagnies minières de lancer de nouvelles campagnes de prospection dans le district de Borendy (partie sud de Thio) où l’exploitation minière a cessé depuis une trentaine d’années. Le Code minier enjoint les compagnies minières de soumettre un plan à moyen terme (15 ans) d’exploitation, clôture et réhabilitation de chacun des sites miniers qu’elles exploitent. Chava xua a œuvré dans ce contexte afin que des clauses concernant la maintenance environnementale (curage des creeks pour assurer l’écoulement de l’eau et limiter les inondations malgré les apports importants de sédiments fins et grossiers provenant entre autres de l’activité minière) soient incluses dans cette planification. Les réunions organisées en vue de lancer de nouvelles prospections minières ont quant à elles permis aux populations locales d’exercer une pression débordant le strict cadre juridique du Code minier, pression en quelque sorte intériorisée par des compagnies minières soucieuses d’obtenir un permis social d’opérer (Owen et Kemp, 2013), si ce n’est un consentement préalable, libre et éclairé (Szablowski, 2010 ; Owen et Kemp, 2014).

36Le croisement de séquences récentes (pluies, Code minier, campagnes de prospection) s’accompagne d’entrelacements avec des chaînes événementielles et mémorielles plus anciennes, s’inscrivant dans la longue durée coloniale et organisées autour de la politique de ségrégation spatiale et raciale liée à la colonisation de peuplement, et des fonctions para-étatiques assumées par la SLN (Le Meur, 2009). Sur le moyen terme, l’entrée progressive, après la fin du régime de l’indigénat en 1946, des Kanak dans la cité civique et économique, les effets du boom du nickel (entreprenariat exogène, migrations kanak en provenance du reste du pays) et de sa fin (reflux économique), les conflits récurrents avec les petites entreprises minières et la SLN dans les années 1970 jusqu’au début des années 1980 et la situation de conflit ouvert des années 1984-1988, ont bouleversé l’arène politique locale et transformé les catégories de l’appartenance et de la citoyenneté locale (Jacob et Le Meur, 2010). Le conflit actuel se nourrit de cet héritage et il fait suite à un conflit des années 1990 très similaire par certains points (tournant autour d’un enjeu de souveraineté et de reprise de contrôle sur le territoire, les ressources et les existences) mais marqué par sa dimension politico-ethnique (« conflits des coutumiers ») (Le Meur, 2017).

  • 68 Nous laissons ici de côté les lignes de clivage et d’appartenance qui ont traversé les populations (...)

37La perspective adoptée dans ce texte – revisiter les thèmes des savoirs et des valeurs à travers un prisme événementiel – permet de lier les registres cognitifs et normatifs mobilisés dans ces controverses et interactions68. La mobilisation des populations de Thio (face à la SLN, aux nouvelles procédures juridiques ou aux campagnes de prospection) fait appel à une connaissance et à une mémoire des lieux, de leurs usages et valeurs, alimentant un discours sur les impacts de la mine. Il ne s’agit pas que de cela : la SLN est en quelque sorte rappelée à ses devoirs de « citoyenne locale », à son obligation morale de prendre en compte les dégradations de l’environnement au-delà de son emprise minière formelle (ses concessions) et même, implicitement, de son impact propre.

38Ces deux registres cognitifs et normatifs locaux sont mobilisés dans des cadres formels (procédure juridique de régularisation des sites miniers, négociation des réparations environnementales avec les services administratifs, discussion avec des consultants portant sur les prospections minières) qui mettent en jeu d’autres répertoires normatifs et cognitifs. Dans ce contexte, certains termes jouent un rôle d’opérateurs de traduction entre ces univers. C’est le cas de la notion de développement durable (Horowitz, 2012) ou encore de consentement préalable, libre et éclairé (CPLE) qui peut être compris comme un régime de « justice négociée » (Szablowski, 2010), et plus largement dans une logique de souveraineté autochtone (Owen et Kemp, 2014), mais comprend aussi une dimension cognitive incluant les notions de risque et d’incertitude. Cette notion est maniée par certains leaders locaux impliqués dans Chava xua, dont le parcours a rencontré le mouvement autochtone (certains comptent au nombre des fondateurs du Comité autochtone de gestion des ressources naturelles, Caugern, en 2005 à Thio ; Demmer, 2007 ; Levacher, 2016). La mise en application de ce consentement préalable aboutit en 2014 à la déclaration d’un moratoire de deux ans sur la prospection dans le secteur de la Côte oubliée (district de Borendy à Thio et d’Unia pour la commune voisine de Yaté). Ce moratoire, issu du travail des autorités coutumières et des organisations autochtones en lien avec les deux municipalités concernées, est actuellement mis à profit pour réfléchir à des stratégies alternatives de développement et construire/mobiliser les savoirs scientifiques et locaux relatifs à l’écologie et à l’histoire de ces espaces.

39La chaîne événementielle activée par les pluies de 2013 a entraîné une reconfiguration particulière de l’expression de la valeur des lieux qui met nettement en avant le « macro-acteur » territoire-communauté. Aux côtés de ce macro-acteur, mais dans une moindre mesure, sont aussi énoncées et reprises dans les discours, les transformations vécues : dans les lieux intimes de la pratique agricole et culturelle largement touchés par les inondations, dans les savoirs écologiques associés à un rythme des saisons bousculé, dans le constat d’une terre arable profondément transformée qui justifie des adaptations dans les espèces cultivées et dans les échanges interclaniques de semences… Ainsi, en même temps que l’expression de la valeur des lieux se reconfigure, la mobilisation de répertoires cognitifs et normatifs locaux (renvoyant à la mémoire des lieux, aux hiérarchies sociopolitiques et aux expériences de la mine) interagit, sur le mode de la confrontation ou de l’articulation, avec des acteurs et des répertoires relevant du champ scientifique, juridique ou administratif. La stratégie déployée dans le cadre du moratoire sur la Côte oubliée tout comme la pression mise par Chava xua sur la SLN et les instances politico-administratives mobilisent ainsi des outils discursifs tels que le CPLE et des formes d’expertise et de savoir plurielles.

Discussion conclusive

40Nous avons choisi trois événements (ou plutôt entrelacs de chaînes événementielles) de natures contrastées pour illustrer notre investigation de la dynamique des savoirs à la lumière de leurs imbrications avec les normes et les valeurs portant sur l’environnement et les territoires : chasser la tortue, éteindre le feu, conjurer la pluie. Ces trois cas présentent des accointances territoriales et sociopolitiques puisqu’ils sont localisés dans deux communes limitrophes de la Nouvelle-Calédonie, ce qui aide à les mettre en regard, mais nous ne les avons pas soumis à un travail comparatif systématique. Cette recherche est encore en chantier et cette conclusion propose une série d’éléments de discussion et de voies à approfondir.

41Tout d’abord, les trois cas présentés sont marqués par des différences dans l’importance relative et les liens mutuels entre dimensions cognitives, normatives et politiques des séquences événementielles décrites. « Un événement isolé n’est pas un événement, parce que chaque événement est un facteur d’un tout plus large et signifie ce tout » (Whitehead, 2006 : 18). La reconnaissance des différentes natures de la tortue verte à Yaté est tout d’abord affaire de savoirs dont la pluralité fait problème et interagit avec différents dispositifs normatifs et politiques. Dans le cas des pluies de Thio, la dimension politique, déclinée entre termes d’appartenance et de citoyenneté locale, est première et le jeu des normes tout comme les savoirs mobilisés le sont par rapport à cet enjeu prioritaire. L’incendie du Creek Pernod met quant à lui la question normative des valeurs et des savoirs qui contribuent à construire, voire à formuler, ces valeurs sur le devant de la scène, même si le cognitif et le politique ne sont pas inactifs dans les coulisses, comme on l’a rapidement vu dans des prises de position informées par la mobilisation de savoirs scientifiques.

42Second point, dans tous les cas, on assiste à la formation de collectifs, « assemblages » et ou « acteurs réseaux » (Latour, 2005), qui varient dans leur composition, leur forme, leur extension (ou leur limite ; Strathern, 1999) et leur fonctionnement. Il est intéressant de confronter cette diversité au modèle dual du rhizome et de l’arbre proposé par Deleuze et Guattari (1980), repris par exemple par Tim Ingold (2000 : chapitre 9) et récemment par Leah Horowitz (2016) dans le contexte du sud néo-calédonien qui nous intéresse ici : la logique de l’arborescence, hiérarchique, verticale, centralisatrice, est opposée à celle du rhizome, non hiérarchique, horizontale, diffuse dans son fonctionnement. La thèse de Leah Horowitz, sans doute trop tranchée au vu de nos dernières enquêtes de terrain, est celle de la défaite de la seconde, incarnée par l’association autochtone Rhêêbu Nùù qui a lutté à partir de 2002 à Yaté contre la multinationale minière Inco (absorbée par la brésilienne Vale en 2006), face à la logique d’arborescence déployée par l’Unesco dans l’inscription du lagon de la Nouvelle-Calédonie au patrimoine mondial naturel de l’humanité. En choisissant une stratégie d’alliance avec le dispositif Unesco face à Vale, la dynamique rhizomique (horizontale, réticulaire) de Rhêêbu Nùù aurait en quelque sorte été phagocytée et vidée de sa substance – à notre avis plutôt reconfigurée – par l’arborescence bureaucratique (verticale, voire pyramidale) de l’Unesco. L’alliance choisie par Rhêêbu Nùù reposait sur une série d’hypothèses, finalement invalidées, quant aux capacités de l’Unesco, en particulier face au risque minier.

43Les cas présentés ici – c’est particulièrement clair dans la trajectoire de l’association Chava xua à Thio comme dans la négociation des multiples avatars de la tortue verte – empruntent dans leur morphologie aux deux logiques qu’il ne s’agit de toute manière pas d’opposer sur un mode dualiste. Il est intéressant d’enrichir le schéma interprétatif en intégrant les dimensions temporelles et spatiales comme le propose Stuart Kirsch (2014) dans son récit du désastre environnemental de la mine d’Ok Tedi en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Si la politique de l’espace (politics of space), via la recherche d’alliances supralocales et la construction de réseaux multilocalisés, peut parfois s’apparenter au déploiement d’une logique rhizomique, la prise en compte d’une politique du temps (politics of time) apporte une dimension supplémentaire à l’analyse en l’inscrivant dans une perspective historique intégrant les interactions entre séquences événementielles et les transformations des valeurs.

44Enfin, la pluralité des normes et des savoirs documentés dans nos trois cas montre des formes d’hybridation ou plutôt de combinaison de registres différents, mais qui ne doivent pas nous faire oublier les différences entre types de savoirs ou régimes d’énonciation et de vérité (Latour, 2002 ; Filer, 2006) : itératif dans le champ scientifique (via des allers-retours entre réel et interprétation), univoque dans le champ juridique (le droit se construisant dans une logique d’aller simple à partir du réel, de mise à distance ; Hermitte, 1998), circulaire dans le champ politique (et coutumier), via une rétroaction permanente entre leadership, participation et représentation. Les savoirs écologiques locaux quant à eux – qu’ils portent sur le comportement de la tortue et les règles de capture associées, sur la réaction de la rivière et des champs aux inondations, ou encore sur la répartition des plantes et de leur utilisation –, se construisent dans le cadre d’une expérimentation quotidienne de l’environnement, relevant à la fois de l’itératif, de l’expérience et de l’intime. Ils sont très fortement articulés et dépendants des valeurs et normes du groupe et du moment, et se voient de plus en plus confrontés à d’autres registres cognitifs, ce qui contribue soit à rendre floues leurs frontières avec les autres savoirs, soit à les invisibiliser. Rares sont par exemple les personnes qui en ont parlé dans leurs récits de l’intervention sur l’incendie.

45Deux questions se posent alors. La première consiste à se demander quelle est la règle qui domine ou plutôt le champ social dans lequel la controverse ou la négociation autour des normes, valeurs et savoirs se situe : certes, aucun n’est autonome de ce point de vue (Moore, 2000), mais la hiérarchie, la définition et la visibilité des normes, valeurs et savoirs sont pour partie déterminées par l’arène concernée. La seconde est celle des irréversibilités et bifurcations générées ou renforcées par les reconfigurations des acteurs réseaux sous la pression transformative des événements et à travers les perceptions de ceux-ci (en termes de risque, d’incertitude, d’opportunité, etc.) par les acteurs sociaux.

46Le cas néo-calédonien est caractérisé par des bifurcations historiques successives issues de la colonisation de peuplement, de la ségrégation raciale et spatiale ainsi que du développement minier. L’accord de Nouméa, acte d’entrée dans une décolonisation négociée, constitue la dernière en date de ces bifurcations. Celles-ci, prises dans leur ensemble, constituent à la fois le contexte dans lequel se jouent les situations évoquées et le référentiel pluriel, fait de strates événementielles successives mais interreliées, que les acteurs vont mobiliser dans l’expression de leurs stratégies, la définition de leurs valeurs et les transformations et hybridations toujours renouvelées de leurs savoirs.

Notes

55 Opération groupée d'aménagement foncier.

56 Le programme Nerval (négocier, évaluer, reconnaître la valeur des lieux) est financé par le CNRT « Nickel et son environnement », Best Corail par l’Union européenne, Live par le Comité coutumier consultatif pour l’environnement (CCCE) issu du Pacte pour un développement durable du Grand Sud signé en 2008 par la multinationale minière Vale et les représentants autochtones et coutumiers du sud de la Nouvelle-Calédonie. L’étude de cas « Feu et valeur (Yaté) » résulte d’un travail collectif (Bouard et al., 2014) réalisé dans le cadre de Nerval en lien avec les recherches doctorales de Claire Levacher (2016) et Marie Toussaint (2018). L’étude sur la tortue verte, menée dans le cadre du programme Live, s’appuie sur le master en anthropologie de Sarah Bernard (2014).

57 Cette distinction vaut aussi pour les notions de risque et de crise. Nous remercions les relecteurs anonymes pour avoir attiré notre attention sur ce point.

58 Dans le contexte néo-calédonien, on pensera bien sûr aussi à l’usage même du terme « événement », employé en référence à la situation violente qu’a connue le pays dans les années 1984-1988. Cette euphémisation d’un conflit articulant deux dimensions de guerre civile et de lutte de décolonisation correspond à une stratégie de déni mobilisée par les régimes coloniaux et employée en particulier par l’État français pendant la guerre d’Algérie.

59 On peut aussi envisager des changements étiologiques, le comportement des tortues, leurs déplacements et lieux de ponte subissant l’influence de la protection, mais ces aspects dépassaient les limites de notre enquête.

60 « Sont interdits la capture, l'enlèvement la perturbation intentionnelle, la mutilation, la naturalisation, la destruction, le transport, le colportage, l'utilisation, la détention ou la consommation des tortues marines de toutes espèces, qu'elles soient vivantes ou mortes » (délibération provinciale du 13 juin 2006). Toutefois, des dérogations peuvent être obtenues pour des cérémonies coutumières.

61 Décrire la fonction symbolique de la tortue afin de donner quelques clefs pour engager des négociations entre les institutions provinciales et les acteurs du milieu coutumier kanak en vue de l’ajustement de la réglementation n’induit en aucune manière une absence de reconnaissance des autres fonctions de l’animal.

62 Cette dimension a été documentée empiriquement de manière systématique dans le cadre du programme « Espèces emblématiques, acceptation sociale, aire marine protégée » (Espam), financé par la Fondation de France, lancé début 2017 et auquel nous participions (Catherine Sabinot en était la coordinatrice).

63 Direction de l’environnement.

64 Agence pour la prévention et l’indemnisation des calamités agricoles ou naturelles, gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. L’Apican gère le financement des HBE.

65 Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund).

66 Organisation de la réponse de la Sécurité civile ; le plan Orsec organise les moyens de secours de la Sécurité civile et permet l’engagement progressif de moyens supplémentaires en fonction des niveaux engagés.

67 La direction de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie de la Nouvelle-Calédonie.

68 Nous laissons ici de côté les lignes de clivage et d’appartenance qui ont traversé les populations mobilisées à Thio, entre la SLN et ses propres salariés mobilisés dans le collectif interethnique, entre le niveau communal revendiqué par le collectif et l’infralocal (enjeu sous-traitance vs. antériorité), entre générations (les « jeunes » kanak apparaissant plus radicaux que leurs aînés), voir Le Meur, 2015.

Table des illustrations

Titre Figure 2.1. Extrait du plan de gestion du parc marin du Grand Lagon Sud (GLS) voté en juillet 2013 (sources : province Sud [PS] de la Nouvelle-Calédonie, direction de l’Environnement [DENV]).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/26268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search