Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovation et développement dans les systèmes agricoles et alimentaires

 | 
Guy Faure
, 
Yuna Chiffoleau
, 
Frédéric Goulet
, 
et al.

Partie 2 - Les figures de l’innovation dans l’agriculture et l’alimentation

Chapitre 5 - L’innovation sociale par les circuits courts alimentaires : entre réseaux et individualités

Yuna Chiffoleau et Dominique Paturel

Résumé

Résumé. Encore peu présent dans la littérature sur l’innovation sociale, le secteur de l’alimentation illustre un foisonnement de démarches innovantes visant à répondre, d’une nouvelle façon, aux différents problèmes qui y sont liés. Dans ce chapitre, nous combinons les apports de la nouvelle sociologie économique avec une approche par le care, pour analyser deux exemples d’innovations sociales visant, à travers des circuits courts, à faciliter l’accès des personnes en situation précaire à une alimentation de qualité. L’innovation sociale se comprend alors comme un processus relationnel et contextualisé, construit dans la durée par des individus singuliers, et appuyé sur des ressources de médiation. Rejoignant les travaux inscrits dans la théorie des transitions, notre approche permet à la fois de rendre compte des conditions d’émergence de niches innovantes et d’explorer différents mécanismes contribuant au changement d’échelle de l’innovation.

Note de l’auteur

Ce chapitre est une version assez largement remaniée d’un article que nous avons publié dans la revue Innovations (Chiffoleau et Paturel, 2016).

Texte intégral

1Ce n’est pas une crise, c’est un changement de monde : pour le philosophe Michel Serres, en 2012, les mouvements qui bousculent les sociétés contemporaines vont bien au-delà de la seule crise économique. Changement climatique, disparition des ressources, accroissement des inégalités, crise identitaire, révolution du numérique… : cette accumulation de crises, couplée à de profondes mutations, génère de l’inquiétude (Serres, 2012). Celle-ci formerait-elle une opportunité pour renouveler les façons de concevoir et d’appréhender l’innovation ? Pour certains, ce contexte renforce l’intérêt de l’innovation technologique, vue comme une recette miracle, une promesse de croissance. Pour d’autres, critiques à l’égard du progrès technique, l’innovation suscite un intérêt inédit, en lien avec la reconnaissance de nouvelles formes et finalités, saisies à travers le concept d’innovation sociale. Telle qu’inscrite dans la politique économique européenne, l’innovation sociale est définie comme une nouvelle réponse à des problèmes socio-économiques, à des besoins sociaux peu ou pas satisfaits par les marchés et les politiques publiques (BEPA, 2011). La construction des solutions est en ce cas participative, et débouche parfois, de façon attendue ou non, sur une transformation sociale (Klein et al., 2017).

2Encore peu présent dans la littérature scientifique sur l’innovation sociale, le secteur de l’alimentation illustre pourtant un foisonnement de démarches innovantes visant à répondre, d’une nouvelle façon, aux différents problèmes qui y sont liés. L’alimentation reste en effet un marqueur fort des inégalités sociales. De fait, nombreux sont les travaux montrant une corrélation forte entre un faible niveau de ressources économiques et des problèmes de santé liés à l’alimentation (Caillavet et al., 2006). Pour beaucoup d’institutions et de chercheurs, il s’agit alors de trouver les moyens de favoriser des comportements alimentaires plus sains chez les personnes à petit budget ou en situation de précarité. Pour un nombre croissant d’acteurs, au contraire, le problème relève de la difficulté à accéder à une alimentation de qualité et non de comportements de consommation inadaptés (Celavar et Inra, 2010). De nombreuses initiatives innovantes ont ainsi émergé ces dernières années dans les territoires pour permettre à ces personnes, à travers des circuits courts et une approche participative, d’obtenir des produits de qualité dans des conditions adaptées à leurs ressources.

  • 14 Même si le terme « care » fait l’objet de traductions diverses dans la langue française, nous faiso (...)

3Ce chapitre s’appuie sur deux initiatives allant dans ce sens et que nous analysons en tant qu’innovations sociales. Il vise plus largement à contribuer à la production de connaissances sur ces nouvelles formes et logiques d’innovation. Nous mobilisons la nouvelle sociologie économique, enrichie par l’approche par le care14 (Tronto, 2009), pour appréhender l’innovation sociale comme un processus relationnel et contextualisé, construit dans la durée par des individus singuliers et appuyés sur des ressources de médiation.

4Dans la première partie de ce chapitre, nous revenons sur la notion d’innovation sociale, en soulignant les trois grandes façons dont elle est conçue aujourd’hui, lesquelles s’illustrent dans le secteur de l’alimentation. Nous présentons ensuite les principaux défis théoriques et méthodologiques suscités par l’émergence de l’innovation sociale et nous exposons de quelle façon la nouvelle sociologie économique, couplée à l’approche par le care, peut aider à relever ces défis. En seconde partie, nous mettons à l’épreuve notre cadre d’analyse, entre réseaux et care, sur deux initiatives innovantes en matière d’accès pour tous à une alimentation de qualité. Nous revenons en troisième partie sur l’intérêt d’une approche dynamique et contextualisée de l’innovation, combinant le suivi des relations et la prise en compte des personnes, en appelant à approfondir les conditions du changement d’échelle de l’innovation sociale.

Des questions ouvertes par l’innovation sociale à la proposition d’un cadre d’interprétation

Trois conceptions de l’innovation sociale, illustrées dans le secteur de l’alimentation

5L’innovation couvre un large champ de pratiques et, pourtant, elle reste souvent considérée sous l’angle de l’innovation technologique. On entend par là de nouveaux produits ou procédés de production ou de transformation, censés être plus performants que l’existant. Dans le même temps, l’innovation reste souvent pensée comme le produit d’entreprises ou d’entrepreneurs dotés de capitaux, économiques en particulier. Apparue dans les années 1970, la notion d’innovation sociale (voir le chapitre 1) se comprenait alors déjà comme une ouverture pour considérer d’autres processus, acteurs et résultats : dans une posture initialement très critique au regard du progrès technique et de ses effets, à travers des approches plus diverses ensuite, intégrant la construction participative de compromis entre différentes dimensions du développement durable (Laville, 2014). La multiplication des crises et leur inscription dans la durée, en ce début de xxisiècle, suscitent un regain d’intérêt pour cette notion et les processus qu’elle désigne (Klein et Harrisson, 2007).

  • 15 Prévus dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, du 13 octobre 2014 (art (...)
  • 16 Circuit court présenté par ses fondateurs comme un réseau de communautés d’achat direct aux product (...)
  • 17 Système d’échange entre un producteur et un groupe de consommateurs qui s’engagent par contrat à ac (...)

6Dans une revue récente, et couvrant une large gamme de travaux, Richez-Battesti et al. (2012) proposent trois façons de concevoir l’innovation sociale aujourd’hui. La première l’entend comme un outil de modernisation des politiques publiques en vue de mieux répondre à des problèmes sociaux ; elle désigne alors des nouvelles modalités d’intervention valorisant notamment le partenariat entre le public et le privé. Dans le secteur de l’alimentation, la mise en œuvre des projets alimentaires territoriaux (PAT)15, basés sur une élaboration concertée à l’échelle des territoires, peut se comprendre dans cette perspective. La seconde façon de concevoir l’innovation sociale se réfère au déploiement d’entreprises sociales et d’entrepreneurs sociaux, qui mettent en œuvre des activités marchandes à finalité à la fois économique et sociale. Dans l’alimentation, la Ruche-qui-dit-oui16, plateforme d’achat sur Internet mettant en lien consommateurs et producteurs locaux, s’inscrit dans cette lignée, même si cette entreprise, reconnue d’utilité sociale au départ, est controversée, notamment du fait de sa dépendance à des actionnaires privés. La troisième façon de concevoir l’innovation sociale regroupe des processus collectifs ascendants, multi-acteurs, qui émergent dans les territoires pour répondre à des besoins sociaux non satisfaits par les politiques publiques et les marchés ou pour traduire une aspiration au changement. Les Amap (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne)17, systèmes d’échange solidaires entre producteurs et consommateurs, sont un exemple souvent retenu dans la littérature pour illustrer cette troisième acception. Elles constituent d’ailleurs plus largement, avec les jardins communautaires ou partagés, les seuls exemples concernant l’alimentation qui sont cités dans la littérature sur l’innovation sociale en général.

De l’analyse institutionnelle de l’innovation sociale à la mise en évidence des enjeux à approfondir

7Appliquées aux processus collectifs ascendants et multi-acteurs, les analyses, pour la plupart inscrites dans le champ de l’économie institutionnelle, mettent alors l’accent sur l’importance du contexte institutionnel et local ainsi que sur les processus d’apprentissage et de coordination qui sous-tendent les changements de pratiques et la coproduction de nouvelles règles et normes (Klein et Harrisson, 2007). Dans ces situations également, les inventions sont le plus souvent issues du quotidien des organisations, de la vie ordinaire des citoyens, ce qui contribue à marquer le décalage avec les politiques d’investissement encourageant l’innovation technologique. À plus long terme, enfin, ce type d’innovation locale peut aboutir à des résultats qui dépassent le seul cadre du projet porté par les acteurs locaux et questionnent les modèles de développement : l’innovation sociale devient alors un vecteur de transformation sociale.

8La revue proposée par Richez-Battesti et al. (2012) fait toutefois émerger plusieurs types d’enjeux, théoriques et méthodologiques, pour analyser et accompagner l’innovation sociale, quelle que soit l’acception considérée. Un des premiers enjeux est de comprendre les conditions d’émergence et de diffusion de ces innovations, dans la troisième situation en particulier (processus ascendant et multi-acteurs). Quels sont les acteurs, individuels ou collectifs, inscrits dans la vie ordinaire, qui sont à l’initiative de nouvelles règles et pratiques visant à résoudre des problèmes socio-économiques, à répondre à des besoins sociaux non satisfaits ou à des aspirations de changement ? Quels sont les vecteurs de diffusion de ces nouveautés à l’échelle locale et, dans une perspective de transformation sociale, dans les niveaux d’organisation supérieurs ? Un autre enjeu majeur est de trouver les méthodes pour évaluer les processus d’innovation sociale, d’une façon pouvant aider à éviter la récupération du concept par des opérateurs instrumentant les finalités sociales au service de leur stratégie économique ou politique. Avant d’exposer par quel cadre d’analyse nous proposons d’avancer sur ces questions, nous présentons en quoi des travaux se référant à la théorie de l’acteur-réseau fournissent déjà certains éléments de réponse, mais qui sont à compléter.

Une première grille d’analyse, imparfaite

9Pour comprendre l’émergence d’une innovation locale et sa capacité à transformer les échelles d’organisation supérieures, la théorie de l’acteur-réseau (Actor-Network Theory, ANT) constitue en effet une première grille d’analyse : l’innovation se construit à travers un réseau d’acteurs et d’objets mobilisés autour d’une idée nouvelle. Le réseau sociotechnique ainsi constitué peut contribuer à une évolution de la société et des marchés. Callon (2007) utilise d’ailleurs la notion d’innovation sociale pour montrer le rôle joué par des habitants du Nord du Japon, touchés dans les années 1970 par une maladie au départ d’origine inconnue ; leur participation a permis non seulement d’identifier la source de la maladie, à savoir les rejets polluants d’une mine dans une rivière en aval, mais aussi de mettre en œuvre des solutions. Plus largement, Callon montre en quoi les marchés et les technologies associées fabriquent des sujets de préoccupation qui suscitent l’émergence de groupes concernés, qui interviennent dans les dynamiques d’innovation (Callon, 2007).

10Puisant dans les apports de la théorie de l’acteur-réseau et des Sciences and Technology Studies et les croisant avec ceux de l’économie évolutionniste (voir le chapitre 1), des travaux développés depuis une dizaine d’années et regroupés sous le terme de « théories de la transition » cherchent aussi à comprendre comment s’opèrent des transformations majeures dans la façon dont sont assurés les besoins sociétaux, tel que le logement, l’éducation, la santé, l’alimentation… L’approche est celle d’une analyse à plusieurs niveaux rendant compte de transformations liées à des interactions entre différentes natures de systèmes sociotechniques (Geels et Schott, 2007). Les niveaux d’analyse sont les niches sources d’innovations radicales (niveau micro) – lesquelles peuvent être sociales, même si la notion n’est pas utilisée dans ces travaux –, le régime (niveau méso) composé des normes, des règles, des connaissances et des acteurs publics et privés qui assurent la stabilité des pratiques et des technologies dominantes, et le paysage (niveau macro) représentant le contexte formé par les institutions, les flux, et les valeurs sociales sur lesquels les acteurs ont peu de prise. Les travaux référant à cette approche sont en plein foisonnement mais se heurtent à plusieurs critiques, notamment celle de prendre peu en compte la diversité des acteurs, de leurs relations et de leurs stratégies (Lamine, 2012). Les cas analysés présentent de fait, le plus souvent, des niches formées d’acteurs qualifiés d’« alternatifs », en ce sens qu’ils sont opposés au système dominant et porteurs d’innovations radicales. Ils tendent alors à occulter les dynamiques de changement portées au départ par des acteurs inscrits dans la vie ordinaire, ce que laissent davantage entrevoir les travaux de Callon. De plus, les transformations du système dominant sont analysées comme étant liées à l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité dans le régime, sous pression du paysage et/ou de niches, sans que l’on ne visualise précisément les mécanismes sociaux sous-jacents (Smith, 2007). Nous proposons alors de mobiliser un autre cadre d’interprétation, pour compléter l’analyse de l’émergence d’innovations locales et de leur capacité transformatrice, dans le cas d’innovations sociales en particulier.

La construction d’un nouveau cadre d’interprétation

11Nous proposons alors de croiser deux types d’apports pour analyser l’innovation sociale : ceux de la sociologie économique et ceux du care. À partir de la sociologie économique et des réseaux, ou nouvelle sociologie économique, nous analysons l’innovation sociale à travers les relations sociales qui la construisent. Notre approche s’inscrit ainsi dans la conception d’une activité économique et technologique « encastrée » dans les structures sociales, en particulier dans les relations interpersonnelles, au fondement de la nouvelle sociologie économique (Granovetter, 1985). Dans la lignée des travaux de Grossetti (2008) sur la création d’entreprises innovantes, nous prenons également en compte les autres formes de médiation (organisations, médias…) sur lesquelles s’appuient les acteurs pour acquérir les ressources nécessaires à la mise en œuvre de changements (information, aide juridique…). De plus, il s’agit non seulement d’analyser finement les relations sociales et les ressources de médiation intervenant dans les dynamiques de changement, mais aussi de tenir compte de la diversité des stratégies des acteurs, et en particulier d’intégrer la quête de statut social à travers la participation à l’innovation (Lazega, 2002). L’évaluation des effets de l’innovation sociale devient alors inséparable de la prise en compte de ce qui la motive.

12La nouvelle sociologie économique donne aussi les moyens de penser la diffusion et la capacité transformatrice de l’innovation sociale au-delà de la situation locale. Le changement d’échelle peut en effet se comprendre en tant que processus de découplage, processus réciproque de l’encastrement, par lequel l’invention s’extrait des relations sociales qui l’ont créée (White, 1992), à travers de nouveaux dispositifs d’intervention par exemple. Toutefois, ce courant de la sociologie économique s’intéresse finalement assez peu aux individualités et à la façon dont celles-ci évoluent au sein des réseaux, au-delà d’apporter des ressources pour l’innovation. La prise en compte de ces individualités est pourtant essentielle si l’on veut analyser des innovations visant à répondre à un besoin social non satisfait, à traduire une aspiration au changement.

13L’approche par le care, telle que la propose Tronto (2009) en particulier, reconnaît la vulnérabilité comme constitutive de la vie humaine, en partant du principe d’une interdépendance entre les vies de chacun et d’une responsabilité de chacun dans, et par rapport à, la vie des autres. Cette approche consiste à s’intéresser au travail réalisé, dans la vie ordinaire, par des acteurs sensibles et singuliers, pour maintenir, perpétuer, réparer notre monde (ibid.), pour faciliter l’accès des populations en situation précaire à une alimentation de qualité, par exemple. L’approche par le care montre aussi comment ce travail amène des acteurs variés à s’en prendre aux institutions qui rendent vulnérables ou invisibles, et notamment à celles qui encadrent l’aide alimentaire (Paturel, 2010). Elle conduit alors à analyser les solutions mises en œuvre par les acteurs pour construire de la reconnaissance, ouvrir de nouvelles possibilités aux personnes exclues ou fragilisées. Ces solutions consistent en de nouvelles pratiques, de nouveaux dispositifs, qui, en modifiant certains rapports de domination, sont sources de transformation sociale (Molinier et al., 2009).

14Le croisement entre la nouvelle sociologie économique et l’approche par le care permet alors de proposer un cadre de lecture original de l’innovation sociale : celle-ci peut être conçue en tant que processus fondé sur des relations personnelles, mobilisant des acteurs singuliers qui sont, ou deviennent, sensibles au besoin de reconnaissance, pour eux et pour les autres. Ce processus est ancré dans une situation locale, construit au départ ou chemin faisant en rapport avec un contexte global, s’appuie sur des ressources, et est à même de faire évoluer les niveaux englobants par la création de dispositifs découplés des interactions locales, porteurs de reconnaissance sociale et de nouvelles possibilités.

Deux récits d’innovation sociale autour de l’accès à l’alimentation pour tous

15Sur la base de ce nouveau cadre d’interprétation, nous nous intéressons ici à deux exemples localisés dans le Sud de la France, représentatifs de dynamiques ascendantes en cours autour de l’alimentation, ciblées sur les problèmes d’accès à l’alimentation et expérimentant la solution des circuits courts mais aussi celle de la participation des acteurs fragilisés :

  • un groupement d’achats formé de personnes bénéficiaires des minima sociaux ;

  • une boutique solidaire, ouverte aux populations en situation de précarité mais aussi aux personnes à plus haut revenu.

16Ces deux initiatives ont été analysées depuis leur origine. L’analyse a combiné une observation participante lors des réunions et des entretiens individuels suscitant une mise en récit, notamment celle des relations construites ou rompues à travers l’initiative. Cette méthode s’apparente à celle des narrations quantifiées, conceptualisée par Grossetti à la suite de ses travaux sur la création d’entreprises innovantes. Il s’agit, à travers des récits de pratiques en particulier, de rendre compte des chaînes relationnelles qui construisent l’innovation, comme dans la méthode des narrations quantifiées, mais en prenant davantage en compte les individus qui s’y engagent et les effets que l’innovation a générés à leur niveau. Lors des entretiens, la prise en compte attentive des individualités est par ailleurs essentielle pour entrer en contact et nouer des relations de confiance avec des personnes fragilisées, même si elle ne suffit pas à effacer les dissymétries entre enquêteur et enquêté.

L’histoire en demi-teinte d’un groupement d’achat visant la mixité sociale

  • 18 Épicerie réservée aux bénéficiaires des minima sociaux et subventionnée par l’État.

17Dans une grande ville du Sud de la France, un groupement d’achat se forme en 2009 à la suite d’un atelier cuisine intitulé « Cuisiner malin et gourmand pour trois fois rien », destiné à des bénéficiaires des minima sociaux habitant en ville, et animé par un restaurateur convaincu qu’il est possible de cuisiner des produits frais à faible coût. Le lien entre le restaurateur et les participants à l’atelier est noué par deux travailleurs sociaux. Les participants, qui ne se connaissaient pas auparavant et n’avaient, pour certains d’entre eux, jamais eu de rapport direct avec le monde agricole jusque-là, veulent poursuivre l’action dans leur vie quotidienne, en trouvant les moyens d’accéder à des produits de qualité, à des prix adaptés à leur niveau de ressources. Les travailleurs sociaux organisent une réunion pour en discuter. Un premier lien entre le groupe et un producteur en Amap, puis la visite d’une épicerie sociale18, les amènent à préciser leur projet : leur souhait est de trouver une formule qui évite la stigmatisation associée à l’approvisionnement en épicerie sociale et soit, pour les producteurs, moins contraignante que l’Amap. Des liens avec d’autres producteurs, notamment avec un jeune en phase d’installation, et avec des animateurs de développement rural sont activés par la suite et confortent l’idée de former plutôt un groupement d’achat, permettant une mixité sociale et un fonctionnement plus souple que l’Amap.

18L’action concrète du groupe part de la réalité quotidienne de ses membres : ils commencent par lister les fruits, les légumes et les produits de base (riz, farine…) qu’ils consomment tous, puis ils s’organisent pour comparer les prix des produits dans différents points de vente. Ces informations sur les prix forment une ressource de médiation importante dans la trajectoire du groupe et de sa démarche innovante (Grossetti, 2008), non pas en tant que telles, mais parce qu’elles prennent du sens à travers le lien noué avec des producteurs. La discussion permet en effet de comprendre les variations de prix entre les points de vente, en fonction des différences de qualité des produits (notamment de par le délai entre la récolte et la consommation) et en fonction du prix finalement payé au producteur. Elle donne aussi les moyens de dépasser l’idée reçue qu’en vente directe les produits sont forcément plus chers qu’en filière longue.

19Toutefois, si le groupe affirme son projet d’acheter à des producteurs, il tarde à mettre en œuvre la démarche, tout d’abord parce que la mixité des revenus est difficile à atteindre. Le groupe, très limité en ressources financières, ne représente donc pas une demande suffisante pour un agriculteur ; comme leur explique l’un d’eux, le temps passé à préparer et à livrer les produits ne serait pas rentabilisé. Toutefois, c’est tout autant le lien social qui est recherché à travers l’initiative que la solution à un problème concret du quotidien, si bien que beaucoup de réunions servent surtout à discuter, à partager les problèmes du quotidien.

20En matière de réseaux, justement, l’initiative crée de nouveaux types de liens, avec des institutions intéressées par l’innovation sociale. Celles-ci offrent au groupe de nouvelles ressources (subvention, formalisation du projet…) mais surtout permettent une reconnaissance sur la scène publique, dont les personnes en situation de précarité se sentent souvent privées (Honneth, 2000). Ces liens s’épuisent toutefois face au temps nécessaire au groupe pour affirmer ses valeurs et construire les conditions de la mise en pratique de l’innovation. La rupture de ces liens conduit certains membres à quitter le collectif. Quelques-uns poursuivent néanmoins l’histoire et nouent finalement un partenariat avec un producteur de fruits et légumes. De plus, deux d’entre eux sont mobilisés et rémunérés par l’une des institutions ayant suivi le projet, pour faire part de leur expérience lors de séances d’appui à d’autres porteurs de projets d’innovations sociales, même si leur initiative n’a pas réussi à la hauteur des ambitions initiales. Cette institution s’appuie par ailleurs sur cet exemple pour modifier son programme de soutien à l’innovation sociale, auparavant ciblé sur les entreprises sociales, en l’ouvrant aux initiatives multi-acteurs ascendantes.

La success story d’une boutique solidaire

21Le deuxième exemple est celui d’une boutique solidaire, issue en 2009 de la rencontre entre des producteurs en difficulté et des bénéficiaires des minima sociaux. Cette rencontre est provoquée par une association agricole et une association de lutte contre la pauvreté, mises en relation par l’intermédiaire d’un travailleur social anciennement agriculteur. Là encore, le lien décisif est celui noué entre les consommateurs et un des producteurs ; celui-ci leur explique que lorsqu’il vend sa production de pommes à la grande surface à 0,35 €/kg, son travail n’est pas rémunéré. Pour qu’il le soit, il faut un prix de vente à 0,50 €/kg. Les personnes en situation de précarité sont sensibles à ce discours et se disent prêtes, malgré leur budget limité, à faire un effort pour permettre une juste rémunération du producteur. Comme dans le cas du groupement d’achat, là aussi, l’enjeu est de trouver une formule qui évite la stigmatisation des personnes en difficulté.

22Le projet prend alors la forme d’une boutique solidaire, ouverte à tous mais proposant différents niveaux de prix selon les revenus des acheteurs. Les associations accompagnant le projet tissent le lien avec les institutions locales en charge de l’aide alimentaire, qui associent d’autres bénéficiaires des minima sociaux. Ceux-ci accèdent à prix coûtant aux produits, tandis que les charges de fonctionnement de la boutique sont imputées sur les consommateurs plus aisés. Cette boutique solidaire, basée sur une formule pratiquée à l’origine dans les pays anglo-saxons, est l’une des premières du genre à avoir été créée en France, Ses porteurs y ont introduit une autre innovation organisationnelle, consistant dans la gestion en trois collèges, à savoir celui des producteurs, celui des consommateurs et celui des associations, collectivités et institutions. Ce mode de gestion permet aux institutions en charge de l’aide alimentaire de mieux comprendre l’enjeu de la participation des personnes en situation de précarité aux décisions liées au fonctionnement de la boutique. De fait, la participation permet à ces personnes non seulement de se réapproprier leur alimentation, mais aussi de retrouver un statut d’acteurs, fragilisé par les difficultés financières et la stigmatisation associée. La création de plusieurs commissions thématiques (qualité des produits et fixation des prix, organisation de la production…) vient renforcer le fonctionnement participatif et permet de ne pas oublier les contraintes, économiques en particulier, de chaque partie prenante. La boutique émerge comme un espace de rencontres, de débats et d’apprentissage (Klein et Harrisson, 2007), donnant notamment l’opportunité aux consommateurs et aux institutions de comprendre les difficultés du monde agricole.

23Six mois après le lancement de l’initiative, la boutique compte 2 500 adhérents parmi lesquels 256 bénéficient du prix coûtant et achètent au total 15 % de l’offre proposée dans la boutique. Le prix d’achat est différent pour chaque consommateur et il est fixé, comme dans d’autres expériences d’intervention sociale, sur le « reste-à-vivre », c’est-à-dire sur les ressources réelles des consommateurs une fois les charges essentielles déduites de leur revenu, et non sur le quotient familial. L’originalité de la boutique repose aussi sur le fait que chaque adhérent reçoit une carte de paiement qui permet le passage à la caisse sans rendre visible le prix d’achat. Il n’y a pas de justificatif à fournir, la procédure est faite en amont. Cette innovation combine praticité et respect des personnes. Elle résulte d’un dialogue inédit entre les bénéficiaires et les institutions en charge de l’aide alimentaire, que le contexte de la boutique a d’abord permis d’instaurer puis de transformer en dispositif innovant. Ce dispositif s’est détaché de l’initiative locale et a été diffusé dans d’autres territoires, à travers des liens interpersonnels.

Encastrement et découplage de l’innovation sociale, vers un changement d’échelle

L’innovation sociale, une dynamique relationnelle entre des acteurs singuliers

24Dans les deux cas présentés ci-dessus, l’innovation naît de la rencontre, ou plus précisément d’une histoire de relations, entre des acteurs de statut différent, évoluant souvent dans des sphères peu ou pas connectées auparavant, sans que l’on puisse attribuer le résultat final à certains acteurs en particulier. Toutefois, si des liens ont pu s’établir et apporter un début de réponse au problème générique d’accès à l’alimentation des personnes en situation de précarité, c’est du fait d’individus singuliers, sensibles aux situations vécues par les autres, mais aussi motivés par des préoccupations pragmatiques et, pour partie, personnelles. Les deux cas illustrent ainsi, plus largement, les nouveaux rapports entre intérêts individuels et solidarité (Laville, 2005).

25Les acteurs impliqués disposent aussi d’une expérience spécifique. C’est le cas du « cuisinier malin », dans la première initiative, s’exerçant déjà, dans son restaurant, à proposer des menus à des prix abordables à partir de produits frais. C’est le cas, dans la deuxième initiative, du travailleur social qui, parce qu’il était auparavant agriculteur, connaît les difficultés que rencontrent certains agriculteurs et pense que le partage de celles-ci avec des consommateurs en situation de précarité peut former le moteur d’une action collective. Dans le même temps, ce second cas montre que les liens qui sont créés et qui construisent l’innovation sont aussi, pour partie, permis par l’histoire relationnelle de certains des acteurs impliqués ; le travailleur social a en effet gardé des liens avec le monde agricole, ce qui a facilité la relation entre producteurs et bénéficiaires mais aussi l’a motivée. De plus, comme le montre Grossetti (2008) dans son analyse longitudinale de la création d’entreprises innovantes, l’innovation se nourrit aussi des relations personnelles nouées dans d’autres contextes. Dans le cas du groupement d’achat, par exemple, le premier producteur en Amap contacté par le groupe est un ancien ami de collège de la fille de l’une des participantes.

Un processus nourri par l’évolution des statuts

26Comme indiqué plus haut, les travaux de Grossetti, toutefois, présentent uniquement les histoires de relations au regard des ressources qu’elles offrent pour l’innovation. Les histoires relatées ci-dessus montrent en quoi l’innovation se nourrit d’un autre type de contenu, lié à la reconnaissance individuelle et intervenant dans la construction d’un nouveau statut social pour les personnes impliquées dans les processus. D’ailleurs, des liens sont rompus par certains quand ils ne leur permettent pas, ou plus, de se sentir reconnus, comme le montre le cas du groupement d’achat. Cette quête de statut est certainement exacerbée par la position des personnes considérées ici, fragilisées, voire exclues, et pour lesquelles l’intégration passe par la (re)construction de liens, notamment avec les institutions. Elle se confirme en tout cas ici comme un des moteurs de l’innovation, comme le montrent des travaux réalisés dans des contextes très différents, où l’exclusion sociale de certains n’est pourtant pas en question. Dans son analyse d’un cabinet d’avocats d’affaires, Lazega (2002) montre par exemple que les avocats participent à la recherche de solutions nouvelles à des problèmes inédits en échange d’un renforcement de leur statut. Ce renforcement passe notamment par le fait de donner des conseils aux autres, cette relation donnant les moyens de dépasser les hiérarchies formelles. Cette dynamique se retrouve dans les initiatives étudiées ici, dans la mesure où, dans le cas du groupement d’achat par exemple, les bénéficiaires ont pu conseiller les travailleurs sociaux sur l’intérêt et les façons d’impliquer les enfants des quartiers défavorisés dans des ateliers de cuisine.

27À la différence de ce qui survient dans le cabinet d’avocats, toutefois, le capital symbolique associé à l’innovation sociale, de par sa finalité relevant de l’intérêt général mais aussi de par sa construction participative, offre aux participants des deux projets innovants étudiés une identité collective valorisante, dont chacun se sent à la fois producteur et bénéficiaire, aux dires des enquêtés eux-mêmes. Dans le cas du groupement d’achat, cette identité a su, au départ, compenser certaines frustrations individuelles dans la quête de statut et attacher les participants à l’innovation (Callon, 1986). Elle n’a toutefois pas été assez forte pour les attacher dans la durée. Dans le cas de la boutique, par contre, l’identité collective s’est très vite affirmée, à travers un fonctionnement innovant repris comme exemple par ailleurs et valorisé par les médias. Ainsi découplée des relations qui l’ont créée, l’identité collective a de plus bénéficié aux nouveaux entrants dans la boutique, ce qui a contribué à son maintien.

Une première approche des mécanismes du changement d’échelle

28L’analyse proposée ici permet d’explorer certains des mécanismes du changement d’échelle de l’innovation sociale, lesquels restent peu explicités dans les théories de la transition, et encore peu théorisés dans la littérature sur l’innovation sociale (Bucolo et al., 2015). En effet, l’approche des deux initiatives par les réseaux appelle à approfondir les chaînes relationnelles à travers lesquelles sont véhiculées des valeurs ou des façons de faire qui vont influencer d’autres territoires ainsi que les institutions englobantes. L’analyse proposée ici invite aussi à explorer davantage les conditions dans lesquelles les contenus échangés dans ces nouvelles relations peuvent se découpler en nouvelles règles, parfois même en nouveaux dispositifs ; dans le cas de la boutique, le fonctionnement collégial a joué un rôle fondamental en ce sens. Ces nouvelles règles, ces nouveaux dispositifs, qui concrétisent la dimension innovante de l’initiative localisée, forment autant de ressources de médiation servant à d’autres pour modifier des fonctionnements existants, dans d’autres territoires ou dans des institutions englobantes, comme le montre par exemple l’appropriation, au-delà de la boutique solidaire, de l’invention d’une carte de paiement adaptée. Toutefois, notre analyse montre que ce découplage, qui permet le changement d’échelle, ne signifie pas pour autant un désencastrement du local, il contribue au contraire à faire évoluer les liens entre les acteurs de l’innovation sociale, autour d’une identité collective affirmée par le partage de valeurs et de règles valorisées au-delà du local.

29De plus, dans la perspective du care, le changement d’échelle de l’innovation sociale ne se mesure pas seulement en fonction de la diffusion des nouvelles (bonnes) pratiques, règles ou dispositifs associés au sein d’autres espaces. Dans la perspective du changement social, il se comprend aussi, à travers les effets de l’innovation sociale, relativement à l’évolution des statuts des personnes, dans un contexte social marqué par des rapports de domination. Dans les deux cas présentés ici, d’individu passif et potentiellement contrôlé (par le dispositif d’aide alimentaire, notamment), la personne en situation de précarité devient compétente et reconnue pour ses conseils sur la mise en œuvre de l’innovation sociale. Elle devient aussi solidaire, en mesure, malgré ses ressources limitées, de soutenir les agriculteurs locaux et plus seulement d’être bénéficiaire de la solidarité des autres ou de l’État. La perspective du care amène ainsi à déplacer l’analyse vers la capacité des initiatives non seulement à respecter des individualités singulières, mais aussi à construire des dispositifs porteurs de nouveaux droits pour les personnes habituellement exclues, ce qui modifie ainsi certains rapports de domination.

Conclusion : une nouvelle lecture de l’innovation sociale à travers l’alimentation

30Les recherches sur l’innovation prennent une dimension nouvelle avec l’émergence d’innovations sociales qui ne relèvent plus d’une logique de progrès technique ou technologique et que le contexte de crises actuel contribue à légitimer. Basée sur les apports de la nouvelle sociologie économique, enrichie par l’approche par le care, la recherche présentée ici cherche à rendre compte des processus en jeu dans ce type d’innovation, à travers deux initiatives visant à faciliter l’accès des familles en situation précaire à une alimentation de qualité. L’approche proposée est celle d’une analyse par la dynamique des relations interpersonnelles, attentive à ce que celles-ci véhiculent et construisent pour l’innovation, tout en tenant compte des individualités qui activent ces relations et de la façon dont elles s’y engagent. Les résultats soulignent l’importance de l’expérience acquise dans la vie ordinaire, qui permet de créer des liens qui dépassent les hiérarchies tout en nourrissant la quête de statut des acteurs. Ils illustrent ainsi pour partie les ressorts d’une dynamique d’encastrement et de découplage, itérative et incarnée, qui donne corps et sens à de nouvelles pratiques, localement et dans des niveaux englobants. Ces résultats s’inscrivent dans la même perspective que les travaux regroupés sous le terme de « théories de la transition », qui remettent en question le modèle diffusionniste de l’innovation et explorent les nouveaux processus portés par des niches, mais réservent toutefois souvent la capacité de changement à certains acteurs en particulier. Notre approche propose une lecture à la fois plus ouverte et plus précise des conditions d’émergence de ces innovations ascendantes et invite à poursuivre l’exploration des mécanismes spécifiques de leur changement d’échelle. Peu présent dans la littérature sur l’innovation sociale, le secteur de l’alimentation se confirme ainsi comme un terrain particulièrement intéressant pour produire de nouvelles connaissances sur ce type d’innovations.

Bibliographie

Bibliographie

BEPA, 2011. Empowering people, driving change: social innovation in the European Union, European Commission, Bruxelles.

Bucolo E., Fraisse L., Moisset P., 2015. Innovation sociale, les enjeux de la diffusion. Sociologies Pratiques, 31,1-6.

Caillavet F., Andrieu E., Momic M., Lhuissier A., Régnier F., 2006. L’alimentation comme dimension spécifique de la pauvreté. Approches croisées de la consommation alimentaire des populations défavorisées. In : Les Travaux de l’ONPES 20052006. (ONPES, ed.), La Documentation française, Paris, 247‐278.

Callon M., 1986. Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques dans la baie de Saint-Brieuc. L’Année sociologique, 36, 169-208.

Callon M., 2007. L’innovation sociale. Quand l’économie redevient politique. In : L’innovation sociale : émergence et effets sur la transformation des sociétés (Klein J., Harrisson D., eds), Presses universitaires du Québec, Québec.

Celavar, Inra (eds), 2010. Circuits courts et cohésion sociale, Celavar, Paris.

Chiffoleau Y., Paturel D., 2016. Les circuits alimentaires « pour tous », outils d’analyse de l’innovation sociale. Innovations, 50, 191-210.

Geels F.W., Schott J., 2007. Typology of sociotechnical transition pathways. Research Policy, 36(3), 399-417.

Granovetter M.S., 1985. Economic action and social structure: the problem of embeddedness. American Journal of Sociology, 91(3), 481-510.

Grossetti M., 2008. Réseaux sociaux et ressources de médiation dans l’activité économique. Sciences de la société, 73, 83-103.

Honneth A., 2000. La lutte pour la reconnaissance, Éditions du Cerf, Paris.

Klein J.-L, Harrisson D. (dir.), 2007. L’innovation sociale : émergence et effets sur la transformation des sociétés, Presses universitaires du Québec, Québec.

Klein J.-L., Camus A., Jetté C., Champagne C., Roy M., 2017. La transformation sociale par l’innovation sociale, Presses universitaires du Québec, Québec.

Lamine C., 2012. Changer de système : une analyse des transitions vers l’agriculture biologique à l’échelle des systèmes agri-alimentaires territoriaux. Terrains & travaux 20, 139-156.

Laville J.L, 2005. Sociologie des services : entre marché et solidarité, Eres, Paris.

Laville J.-L., 2014. Innovation sociale, économie sociale et solidaire, entreprenariat social. Une perspective historique. In : L’innovation sociale (Klein J.-L., Laville J.-L., Moulaert F., eds), Eres, Paris.

Lazega E., 2002. Réseaux et capacité collective d’innovation : l’exemple du brainstorming et de sa discipline sociale. In : Recherches sur l’innovation (Alter N. ed.,), La Découverte, Paris, 183-210.

Molinier P., Laugier S., Paperman P., 2009. Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Payot, Paris.

Paturel D., 2010. Alimentation et lien social : les circuits courts comme alternative ? Revue économique et sociale, 68(4), 61-70.

Richez-Battesti N., Petrella F., Vallade D., 2012. L’innovation sociale : une notion aux usages pluriels ? Quels enjeux et défis pour l’analyse ? Innovations, 38, 15-36.

Serres M., 2012. Petite poucette, Les Éditions du Pommier, Paris.

Smith A., 2007. Translating sustainabilities between green niches and socio-technical regimes. Technology Analysis & Strategic Management, 19(4), 427-450.

Tronto J., 2009. Un monde vulnérable : pour une politique du care, La Découverte, Paris.

White H.C., 1992. Identity and control, Harvard University Press, Harvard.

Notes

14 Même si le terme « care » fait l’objet de traductions diverses dans la langue française, nous faisons bien référence ici à un courant de pensée international, formé d’influences multiples, et non à une analyse de la société sous l’angle des activités de soin ou bien encore des manifestations de sollicitude (voir une définition plus précise de cette approche plus loin, dans la partie intitulée La construction d’un nouveau cadre d’interprétation). À ce titre, nous ne traduisons pas en français le terme de « care », ici, car cela risquerait de le réduire à l’une des interprétations possibles.

15 Prévus dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt, du 13 octobre 2014 (art 39), les projets alimentaires territoriaux (PAT) sont élaborés de manière concertée à l’initiative de l’ensemble des acteurs d’un territoire. Ils s’appuient sur un diagnostic partagé, faisant un état des lieux de la production agricole locale et du besoin alimentaire exprimé à l’échelle d’un bassin de vie ou de consommation, aussi bien en matière de consommation individuelle que de restauration collective.

16 Circuit court présenté par ses fondateurs comme un réseau de communautés d’achat direct aux producteurs locaux (https://laruchequiditoui.fr/fr).

17 Système d’échange entre un producteur et un groupe de consommateurs qui s’engagent par contrat à acheter sa production pendant une saison, souvent en payant à l’avance, et reçoivent un colis de produits de la ferme de manière périodique (http://www.reseau-amap.org/).

18 Épicerie réservée aux bénéficiaires des minima sociaux et subventionnée par l’État.

Lire

Open access