Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Innovation et développement dans les systèmes agricoles et alimentaires

 | 
Guy Faure
, 
Yuna Chiffoleau
, 
Frédéric Goulet
, 
et al.

Partie 1 - Renouvellement des approches en agriculture

Chapitre 2 - L’innovation agricole et agroalimentaire auxxie siècle : maintien, effacement ou renouvellement de ses spécificités ?

Jean-Marc Touzard

Résumé

Résumé. Le chapitre analyse les caractéristiques actuelles des innovations dans l’agriculture et l’agroalimentaire, en questionnant la nature et l’évolution de leurs spécificités sectorielles. Malgré la globalisation, ces innovations conservent des traits spécifiques liés aux rapports qu’entretiennent les activités agricoles ou alimentaires avec la nature, l’espace et leurs sociétés. Cette spécificité résulte aussi de configurations historiques d’acteurs, d’institutions et de connaissances qui orientent l’innovation et constituent des systèmes d’innovation agricole. Mais les innovations agricoles ou agroalimentaires sont surtout marquées aujourd’hui par la convergence d’enjeux globaux que pointent les travaux sur les transitions, qu’elles soient écologique, climatique, énergétique, numérique, sociale ou alimentaire. Les spécificités des innovations agricoles ou agroalimentaires se renouvellent dans les transitions en cours, mais leur évolution future dépend de la confrontation entre différents modèles de production, d’échange et de consommation alimentaire.

Texte intégral

1Depuis le Néolithique, les activités de production, d’échange et de consommation alimentaires ne cessent de se transformer, en intégrant de nouvelles techniques, organisations ou institutions, et en proposant de nouveaux produits agricoles ou alimentaires (Malassis, 1996). Les objets, les rythmes et l’ampleur de ces innovations diffèrent selon les périodes historiques et les contextes géographiques, mais leur émergence et leur diffusion à l’échelle de la planète se sont accélérées sur les deux derniers siècles. Face à ce mouvement, une même question est posée de manière récurrente par des agronomes, des économistes et des sociologues ruraux, ou par des scientifiques qui étudient les dimensions sectorielles de l’innovation (Chambers et al., 1989 ; Sebillotte, 1996 ; Chauveau et al., 1999 ; Malerba, 2004 ; Touzard et al., 2014) : quelles sont les caractéristiques spécifiques aux innovations agricoles ou agroalimentaires et ces spécificités ne seraient-elles pas en train de se dissoudre dans le cadre de la globalisation des activités humaines ? Dans ce chapitre, cette question servira de fil directeur permettant de révéler et de questionner les caractéristiques actuelles des innovations dans l’agriculture et l’agroalimentaire. Dans un premier temps, nous montrerons que malgré la globalisation ces innovations conservent des traits spécifiques liés aux rapports qu’entretiennent les activités agricoles ou alimentaires avec la nature, l’espace et les sociétés. Nous confirmerons ensuite que cette spécificité résulte aussi de configurations particulières d’acteurs, d’institutions et de connaissances qui constituent des systèmes d’innovation agricole. Nous développerons alors l’idée que les innovations agricoles ou agroalimentaires sont également marquées aujourd’hui par la convergence d’enjeux globaux, que pointent les travaux sur les transitions des systèmes agroalimentaires. Nous conclurons en suggérant que les spécificités des innovations agricoles ou agroalimentaires se renouvellent dans les transitions en cours, mais qu’elles sont au cœur d’une confrontation entre différents modèles, offrant plusieurs perspectives pour le maintien ou non de ces spécificités.

La prégnance des relations à la nature, à l’espace et aux sociétés

2Si certains auteurs avancent l’idée que la globalisation des sociétés humaines conduit à une uniformisation des comportements et des formes de production et d’échange (Fukuyama, 1992), l’examen des caractéristiques propres aux activités agricoles ou agroalimentaires suggère plutôt le maintien, voire même le renouvellement, de traits originaux susceptibles de marquer les innovations dans ces secteurs. Ces spécificités peuvent être d’abord abordées sous un angle anthropologique, en analysant trois rapports qui fondent ces activités.

Le rapport au vivant et à la nature reste au cœur de l’innovation

3En premier lieu, les activités agricoles et les produits alimentaires mettent en jeu des rapports particuliers au vivant et à la nature : les aliments procèdent en effet de systèmes biologiques (plantes, animaux, micro-organismes) qui restent très largement dépendants de la Terre, de ses climats et de ses écosystèmes, et sont in fine ingérés par un corps humain. Ces fondements biologiques jouent aujourd’hui sur la définition de domaines d’intervention de la recherche et de l’innovation (agronomie, génétique, zootechnie, technologies alimentaires, nutrition…), mais surtout sur les conditions de mise en œuvre du changement par les acteurs. La prégnance de la nature se traduit en effet par une instabilité des flux agroalimentaires, liée à la saisonnalité de la production agricole, à la fragilité des écosystèmes, aux risques climatiques, à la périssabilité de nombreux produits (qu’il faut donc transformer pour les conserver) ou aux questions sanitaires (Colonna et al., 2012). La rentabilité des investissements agricoles est alors souvent affectée par une utilisation limitée à la durée d’un stade de développement biologique (la récolte, par exemple). Du fait des aléas climatiques ou sanitaires, l’innovation apparaît aussi souvent plus risquée que dans d’autres secteurs et, de ce fait même, confrontée à des formes de résistance de la part d’agriculteurs, parfois qualifiés « d’adverses au risque » (Ghadim et al., 2005). L’acte biologique d’ingérer des aliments peut aussi être considéré comme un des fondements de leur dimension symbolique, jouant sur les domaines possibles ou interdits de l’innovation (Muchnik et al., 2007). Les représentations sociales de la nature et du vivant, et leurs évolutions historiques, sont en effet des conditions importantes de l’innovation, comme en témoignent sur la période récente les débats sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) ou sur le statut des animaux dans les systèmes alimentaires (Porcher, 2017). Ce rapport au vivant et à la nature s’exprime de manière ambivalente dans les innovations : la succession historique des changements technologiques peut être vue comme un long processus d’artificialisation, de réduction de cette dépendance au vivant, de dénaturalisation des entités biologiques constituant les réseaux trophiques (animaux, plantes, microorganismes des sols…), aboutissant à la culture sous serre, à l’élevage hors sol, à la production de viande in vitro… Mais cette histoire est aussi animée par des mouvements inverses, qui replacent la nature au cœur de l’innovation, à l’image aujourd’hui de l’agro-écologie (voir le chapitre 4), de l’agriculture biologique ou de nouveaux aliments « naturels ». Ce rapport physique et sensible à la nature est certes en partie masqué au consommateur urbain par la succession d’opérations techniques et commerciales dans les chaines de valeur... Mais il est aussi réactivé à travers le marketing des firmes ou l’établissement de nouveaux liens entre mangeurs et producteurs, renvoyant selon certains auteurs à une quête de nature, inhérente à la nature humaine (Tétard, 2003). Adversité, contrainte, fondement ou opportunité, la nature reste bien au cœur de l’innovation agricole ou agroalimentaire.

Des innovations inscrites dans l’espace

  • 11 L’agriculture de précision vise à optimiser l’utilisation des intrants et à adapter les pratiques a (...)

4Au-delà de ce rapport à la nature, les activités agricoles conservent des liens à l’espace qui influencent les innovations du secteur. La terre reste d’abord largement un support physique au déploiement de l’agriculture : une partie des changements techniques ou organisationnels concernent directement le travail du sol et les déplacements (motorisation, gestion des troupeaux, transports des récoltes), mais prennent aussi en compte l’hétérogénéité de l’espace, pour localiser les cultures ou adapter les pratiques, qui est aujourd’hui un des fondements des innovations de l’agriculture de précision11 (Bordes, 2017). L’aménagement foncier est d’ailleurs en soi un domaine d’innovation (terrasses, remembrement, systèmes de drainage ou d’irrigation) et a même été longtemps un des fondements du progrès agricole, promu, en France, par le corps du génie rural. Ce rapport à l’espace joue plus largement sur l’innovation agricole à travers les questions foncières (rôle de la tenure sur l’investissement), sur les concurrences pour l’usage des sols (mise en place de nouvelles cultures, liens entre agriculture et élevage) ou même sur les transports qui sécurisent approvisionnement et ventes pour les innovateurs (Chauveau et al., 1999). Il renvoie aussi aux représentations sociales sur l’espace, prenant en compte ses attributs, ses usages et sa valeur (Di Méo et Buleon, 2005). Ainsi, les enjeux patrimoniaux du foncier agricole sont souvent une clé pour comprendre les choix d’investissement et d’innovation à l’échelle d’entreprises agricoles (Pichot, 2006) ou de territoires (Perrin et Soulard, 2017). L’évolution des représentations de l’espace dans les sociétés est aussi en jeu dans l’émergence de produits alimentaires d’origine (Marie-Vivien et Bienabe, 2017) ou, plus largement, dans l’histoire des liens entre aliments, communautés rurales et villes (Ariés, 2016). Enfin, des représentations et des fonctions liées à l’inscription spatiale de l’agriculture ouvrent aujourd’hui de nouveaux domaines d’innovation, comme la lutte contre les incendies, l’écopâturage et, plus largement, la production de services environnementaux (Gascuel et Magda, 2015). Géographiquement située, l’innovation agricole et alimentaire apparaît ainsi duale dans ses rapports à l’espace, visant soit à s’extraire de contraintes spatiales, soit à tirer profit d’avantages spécifiques que cet ancrage spatial peut procurer.

L’innovation alimentaire comme rapport social

5Troisième rapport fondamental, le rapport aux autres fait de l’alimentation un acte social qui met en jeu les relations et les normes qui organisent la vie de communautés humaines (Fischler, 2013). Ce rapport aux autres pour se nourrir oriente l’innovation dans les systèmes alimentaires, depuis l’agriculture et ses fournisseurs jusqu’à la commercialisation du produit final. Au-delà du rapport à la nature évoqué précédemment, le rapport aux autres fonde en effet les normes alimentaires (culturelles, religieuses, éthiques, administratives...) qui autorisent, rejettent ou valorisent certains produits ou techniques agricoles. Il définit plus largement des conditions d’usage et de sociabilité alimentaires, notamment autour du repas, qu’il soit familial, individuel, collectif ou festif. Ces conditions sont prises en compte dans les innovations d’entreprises agroalimentaires (composition, conditionnement, et marketing des produits), mais aussi dans celles d’une partie des agriculteurs, lorsque leurs produits sont directement valorisés dans l’alimentation, à l’image du vin, très lié en France à la gastronomie. Plus fondamental, peut-être, ce rapport aux autres renvoie au mécanisme de la rivalité mimétique (Girard, 1996). L’aliment, au-delà de la satisfaction d’un besoin nutritif (et parfois de la survie), prend une valeur sociale parce que l’autre le désigne comme désirable, ce qui fonde la socialisation alimentaire. Ce mécanisme peut expliquer comment des distinctions sociales sont associées aux aliments, faisant notamment désirer les aliments des classes supérieures (Bourdieu, 1979) et constituant un processus moteur pour la mise au point et le marketing de nouveaux produits. Ce processus concerne certes de nombreux biens, marqueurs du positionnement social, mais l’aliment a une place particulière, notamment parce qu’il peut être partagé (Cardon, 2017). Les conditions d’usage et de sociabilité alimentaires sont aujourd’hui soumises aux transformations des sociétés postmodernes, associant la recherche du bien-être individuel, immédiat, à une posture critique sur le progrès et une volonté de reconstruire du sens et des liens sociaux (Charles et Lipovetsky, 2004). Avec des nuances selon les pays, ces évolutions redessinent des conditions pour l’innovation agroalimentaire, autour de l’individualisation d’une partie de l’alimentation ou de l’affirmation des questions de santé, mais aussi de la montée en puissance d’aliments éthiques ou reliant producteurs et consommateurs… En même temps, à l’échelle mondiale, les différences culturelles dans l’alimentation restent notables (CEP, 2017). Elles conservent une valeur identitaire (observable dans les pratiques domestiques et l’offre de restauration alimentaire) pour de nombreuses communautés, y compris en milieu urbain, et orientent une partie de l’innovation agroalimentaire, malgré la mise en place d’un standard industriel (Rastoin et Ghersi, 2010). Le rapport aux autres continue donc à se construire autour de l’alimentation, dessinant pour l’innovation agricole et agroalimentaire des cadres sociaux associant aujourd’hui postmodernité et influence des cultures héritées.

6Les rapports à la nature, à l’espace et aux autres marquent donc l’innovation dans l’agriculture et l’agroalimentaire et l’inscrivent dans une tension fondamentale, entre le rejet de l’influence qui est en jeu dans chaque rapport (artificialisation, délocalisation, individualisation) et sa permanence ou sa réactivation (intégration de la nature, de l’espace, et des autres).

Des configurations particulières d’acteurs, d’institutions et de connaissances

7Autour de ces rapports, des acteurs, des institutions et des connaissances se sont construits à travers l’histoire, permettant la coordination et la régulation des activités agricoles et alimentaires, orientant l’innovation, constituant des systèmes sectoriels d’innovation (Malerba, 2004).

De multiples agriculteurs face à des firmes concentrées et aux acteurs publics

8Les activités agricoles ou agroalimentaires sont ainsi exercées par des configurations particulières d’acteurs et d’organisations qui marquent l’innovation dans ces secteurs. Des centres de recherche agronomique, des organisations de formation (lycées agricoles, écoles d’ingénieurs agronomes, universités agricoles) et de développement (instituts techniques, chambres d’agriculture, sociétés d’aménagement ou d’ingénierie agricole, associations de producteurs) sont aujourd’hui, dans tous les pays, dédiés à la construction de nouvelles connaissances et compétences pour l’agriculture et l’alimentation. Ils font face à une atomisation d’exploitations agricoles, en grande majorité familiales, et, à l’inverse, à une forte concentration des firmes d’amont (fourniture d’intrants et d’équipements), des services financiers (banques et assurances) et des entreprises d’aval (transformation agroalimentaire et distribution). De nombreux acteurs spécifiques, comme des associations, des bureaux d’étude, des syndicats agricoles ou agroalimentaires, des médias spécialisés, jouent aussi le rôle d’intermédiaires pour l’innovation dans ces secteurs (Klerkx et Leeuwis, 2009). Cette configuration d’acteurs présente des variantes selon les pays (plus forte concentration des exploitations agricoles en Grande-Bretagne, poids plus élevé de la grande distribution en France, dualisme agraire en Amérique latine, rôle d’organisations non gouvernementales en Afrique…) ou selon les produits (plus faible concentration de la transformation et du négoce dans le secteur du vin). Elle reste néanmoins prégnante et représente un marqueur sectoriel. L’atomisation des producteurs agricoles peut ainsi expliquer l’importance de l’action collective dans l’innovation agricole et le rôle que conservent des organisations publiques ou professionnelles, permettant d’assurer des économies d’échelle ou de variété dans des activités de recherche et développement, par exemple pour expérimenter de nouvelles pratiques (Faure et al., 2010). Elle peut aussi expliquer l’importance de réseaux d’innovation reposant sur des liens locaux entre agriculteurs (Chiffoleau et Touzard, 2014). À l’inverse, la forte concentration de firmes en amont et en aval de l’agriculture est associée à un développement industriel très poussé de l’innovation, à partir de services internes de recherche et développement, d’alliances stratégiques internationales ou de dépôts et d’acquisitions de brevets. Cette opposition structurelle entre de multiples agriculteurs, les oligopoles industriels privés, et la masse des consommateurs, est fondamentale pour comprendre les débats sur l’innovation en agriculture et le rôle joué par l’État, les organisations professionnelles et les médias. Cela concerne en particulier le contrôle des semences, des biotechnologies et des produits alimentaires eux-mêmes, mais aussi l’usage des intrants, la gestion de l’information ou la définition des pratiques agricoles.

Des innovations cadrées par des institutions sectorielles

9Plus largement, ces acteurs agissent et innovent dans le cadre d’institutions particulières, historiquement constituées à l’échelle du secteur, et marquées par la dimension éminemment stratégique de l’alimentation pour les États et les personnes. Les politiques agricoles et alimentaires en sont une expression formelle, soutenant, orientant et cadrant l’innovation à l’échelle régionale, nationale ou internationale, de manière directe (soutien à la recherche et à l’innovation) ou indirecte (en jouant sur l’investissement, les réglementations, les prix, la formation…). À l’échelle européenne, la politique agricole commune (PAC) témoigne de cette institutionnalisation du soutien à l’innovation, devenu plus explicite depuis 2006, avec l’institution de partenariats européens pour l’innovation (Brunori et al., 2013). À l’échelle de la France, la mise en place de réseaux mixtes technologiques (RMT) ou de groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) l’illustre également, renouvelant les institutions de développement mises en place à partir des années 1960 (Hervieu et al., 2010). Dans les pays du Sud, ces institutions sont marquées par les projets financés par des bailleurs internationaux, portant sur la recherche agricole ou le conseil, accompagnant la révolution verte depuis les années 1960. L’émergence récente de dispositifs de type « plateforme d’innovation agricole » en est une autre illustration (Faure et al., 2010). Mais, au Nord comme au Sud, il faut aussi retenir le rôle d’institutions moins formelles constituées dans le temps long, jouant sur l’accès aux ressources et l’organisation de la production (comme le fermage, le métayage, les règles organisant le travail familial, le statut même d’agriculteur...), sur les échanges (les foires, salons et marchés agricoles, la création de standards, labels ou indications géographiques…) et sur la consommation (conditions de restauration, normes alimentaires déjà évoquées…). Ces institutions associent des règles objectives et des compromis entre représentations sociales (des conventions) qui définissent les qualités des aliments et orientent les manières d’innover dans le cadre d’une régulation sectorielle spécifique (Allaire et Boyer, 1995). L’exemple des indications géographiques, majoritairement liées aux produits agroalimentaires, l’illustre parfaitement. Elles instituent une signalisation de la qualité qui s’appuie sur des conventions et une codification des pratiques (cahier des charges se référant à des usages loyaux et constants), ce qui conditionne les innovations possibles (Belletti et al., 2017).

Des combinaisons particulières de connaissances pratiques et scientifiques

10La nature même des connaissances engagées dans les processus productifs et innovants peut aussi être pointée comme originale (Laurent et Landel, 2017). La construction de connaissances dans l’agriculture et l’agroalimentaire, et les besoins de formation associés, se réfèrent à de nombreuses disciplines et domaines techniques (de l’agronomie jusqu’aux technologies alimentaires ou commerciales), mais aussi à la nécessité d’adaptation et d’expérimentation locales de connaissances génériques (conséquence notamment des relations au milieu naturel) et à l’importance de connaissances tacites acquises et transmises par la pratique, notamment chez les agriculteurs. Cette multidisciplinarité et cette confrontation de savoirs scientifiques et pratiques constituent un argument pour justifier le maintien de l’enseignement agricole et le caractère appliqué de la science agronomique (voir le chapitre 3). Distribuées entre les acteurs, les connaissances associées à certaines innovations agricoles seraient aussi, de ce fait, plus difficilement protégeables par un droit de propriété intellectuelle, ce qui peut être vu comme un frein possible à l’investissement privé dans l’innovation. Par ailleurs, l’existence, dans tous les pays, de services de conseil agricole (publics, professionnels ou privés) montre que l’agencement et la spécification de connaissances pour l’innovation agricole sont stratégiques, coûteux, mais potentiellement efficaces (Labarthe et Laurent, 2013). L’implication croissante des connaissances des consommateurs-citoyens oriente aussi l’innovation, comme dans d’autres secteurs (on parle alors de user innovations), mais avec des formes particulières, liées parfois à la possibilité pour les consommateurs d’expérimenter et de partager ces connaissances dans un jardin potager ou un marché alimentaire de producteurs (Chiffoleau et Prévost, 2012), ou de contribuer à des démarches de certification participative (Mundler et Rouchier, 2016). Enfin, les connaissances scientifiques elles-mêmes sont amenées à participer de manière nouvelle aux débats publics sur l’innovation agricole et agroalimentaire (Joly, 2016). Au-delà de contributions classiques en amont de l’innovation, elles exercent une fonction croissante d’expertise et de légitimation des innovations, comme en témoigne la multiplication de groupes d’experts sur l’usage des biotechnologies ou les liens entre aliments et santé.

La construction de systèmes d’innovation agricole

11La construction historique et conjointe de réseaux d’acteurs, d’institutions et de connaissances, assure la régulation des activités agricoles et agroalimentaires et contribue à cadrer les innovations qui les transforment, avec le maintien de spécificités sectorielles et nationales (Touzard et Labarthe, 2016). La notion de système sectoriel d’innovation a ainsi été proposée pour mieux étudier ces conditions de l’innovation (Malerba, 2004). Elle s’applique pleinement à l’agriculture et à l’agroalimentaire, conduisant certains auteurs à proposer des notions comme l’AIS (Agricultural Innovation System) ou l’AKIS (Agricultural Knowledge and Innovation System) (Klerkx et al., 2010). Des approches historiques, comparatives, compréhensives ou opérationnelles, utilisent ces notions (Touzard et al., 2014). Elles montrent, sur tous les continents, l’émergence d’acteurs et d’institutions nationales formellement dédiés à l’innovation agricole ou agroalimentaire. Souvent, deux grandes modalités coexistent dans chaque pays : d’une part, un système conçu à partir de la recherche agronomique publique, des universités et, parfois, de partenariats avec des firmes privées, qui est généralement descendant (top down innovation), et, d’autre part, des systèmes qui valorisent au contraire la collaboration entre agriculteurs (grassroots innovation) ou entre acteurs du secteur agroalimentaire. Les systèmes nationaux d’innovation agricole peuvent aussi être confrontés à d’autres systèmes d’innovation, plus ou moins autonomes, qui s’organisent autour de produits forts (café, cacao, coton, vin, lait…), de régions (dans les pays fédéraux, notamment) ou de modèles de production (l’agriculture biologique, dans de nombreux pays européens). Cette architecture d’institutions, d’acteurs et de connaissances apparaît bien comme une spécificité du secteur agricole (Labarthe, 2005).

Le renouvellement d’enjeux globaux marque l’innovation agricole et agroalimentaire

12Au-delà des caractéristiques des activités agricoles ou agroalimentaires et de leurs systèmes d’innovation, la spécificité des innovations de ces secteurs peut être cherchée dans le renouvellement des enjeux auxquels elles font face, tels que la dégradation de l’environnement, le changement climatique, la sécurité alimentaire, la lutte contre la pauvreté, les révolutions technologiques… La prise en compte de ces enjeux se traduit par des projets politiques visant à réorienter les activités agricoles ou alimentaires, à inscrire leurs innovations dans des transitions. Depuis le début des années 2000, plusieurs auteurs ont ainsi proposé un schéma intégrant l’innovation dans des transitions, en considérant plusieurs échelles d’analyse (Multi Level Perspective), notamment celle de la niche où apparaît une innovation, et celle du système sociotechnique où s’institutionnalise un régime de fonctionnement d’un secteur, intégrant ou non ces innovations (Geels, 2010). L’examen des enjeux politiques auxquels sont confrontées les innovations agricoles ou agroalimentaires révèle alors les différentes transitions, agro-écologique, climatique, énergétique, alimentaire, sociale, ou technologique, dans lesquelles elles peuvent s’inscrire.

Innover pour la transition écologique

13En premier lieu, l’évolution de l’agriculture et de l’alimentation fait face à une dégradation rapide des ressources naturelles. La question concerne d’abord la biodiversité, très impactée par la déforestation, la spécialisation agricole et l’usage de pesticides par l’agriculture industrielle. L’enjeu concerne aussi la gestion des sols, mis à mal par l’agriculture dans de nombreuses régions (érosion, baisse de fertilité…), et celle de l’eau, largement utilisée pour l’irrigation ou polluée par les résidus de pesticides ou d’engrais. Les activités agricoles ou agroalimentaires se trouvent aussi au cœur de la crise des cycles de l’azote et du phosphore (Rockstrom et al., 2009). Aujourd’hui, leurs impacts négatifs menacent même la productivité de l’agriculture dans de nombreuses régions (OCDE et FAO, 2016). L’agriculture et l’alimentation apparaissent alors au centre des débats environnementaux parce qu’elles sont une des causes des dégradations observées, mais aussi parce qu’elles font partie des solutions pour y remédier. D’un côté, certaines formes d’agriculture peuvent en effet fournir des services environnementaux (ouverture de paysage, restauration de biodiversité, lutte contre les incendies, régulation des cycles de l’eau…) et, d’un autre côté, les consommateurs peuvent inciter à l’adoption de pratiques plus écologiques tout au long des chaînes alimentaires, jusqu’à l’agriculture. Par cette double contribution, les innovations agricoles ou alimentaires peuvent donc s’inscrire dans une transition écologique, mais en suivant plusieurs voies technologiques qui sont débattues et se confrontent (Vanloqueren et Barret, 2009) :

  • optimisation de l’usage des intrants et atténuation de leurs impacts, tout en restant dans le système de l’agriculture industrielle, grâce à l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés, à la réduction de la toxicité, du volume et/ou de la fréquence d’utilisation des pesticides, au choix d’une agriculture de précision ou raisonnée… ;

  • retrait d’intrants ou d’opérations comme le labour (Goulet et Vinck, 2012) et adoption de pratiques comme la lutte intégrée permettant une intensification écologique de l’agriculture (Aggeri, 2011) ;

  • conversion à l’agriculture biologique, devenue un régime sociotechnique à part entière dans certains pays (Lamine, 2011) ;

  • adoption de formes plus radicales de pratiques agro-écologiques, comme la permaculture, intégrant de nouvelles connaissances sur le rôle des sols, des arbres, des légumineuses, l’autoproduction d’intrants ou les associations culturales (Ingram, 2017) ;

  • reconnaissance et amélioration de pratiques paysannes déjà existantes mais peu reconnues ou peu soutenues (agroforesterie au Sud, élevage extensif dans les montagnes…).

14Les innovations de cette transition agro-écologique sont soutenues par de nouveaux réseaux et dispositifs institutionnels aux échelles locale (associations, clubs ou réseaux), nationale (par exemple, le projet agro-écologique pour la France, promu en 2013) ou internationale (initiatives de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, convention pour la diversité biologique, forum de l’agro-écologie). Elles sont portées par un mouvement social et scientifique (Wezel et al., 2009) et sont l’objet de confrontations politiques qui s’invitent dans les arènes médiatiques et législatives (Aulagnier et Goulet, 2017 ; Sabourin et al., 2017).

Innover pour répondre aux enjeux du changement climatique

15Le changement climatique est aussi devenu un enjeu majeur pour l’agriculture. Celle-ci est en effet le deuxième secteur le plus émetteur de gaz à effet de serre (24 % à l’échelle mondiale), en particulier à travers les activités d’élevage, la riziculture, la déforestation ou l’usage d’engrais de synthèse (Soussana, 2013). En même temps, l’agriculture est de plus en plus reconnue pour son rôle potentiel dans l’atténuation du changement climatique, du fait de sa capacité à fixer du carbone (dans les sols, la biomasse…), en suivant des options de réduction des émissions qui sont moins lourdes que ne le sont les projets de la géo-ingénierie. L’agriculture est aussi l’un des secteurs les plus exposés au changement climatique, qui joue sur la variabilité et la baisse des rendements, mais aussi sur la qualité des produits ou la géographie agricole (relocalisation de la production, évolution des paysages, concurrence sur les ressources…). L’agriculture et l’agroalimentaire font ainsi partie des secteurs les plus concernés à la fois par l’atténuation du changement climatique et par l’adaptation à ce changement, ce qui justifie la recherche d’innovations pour une agriculture qualifiée de climato-intelligente (Climate Smart Agriculture). Différentes visions de cette agriculture se confrontent, en particulier sur la nature de l’innovation et son contrôle : doit-elle être essentiellement technologique et poussée par la recherche et les firmes ou bien doit-elle valoriser avant tout les innovations locales et paysannes ? Des organisations non gouvernementales se sont positionnées contre l’agriculture climato-intelligente, y voyant une tentative d’écoblanchiment (greenwashing) de la part de firmes voulant poursuivre leur contrôle sur l’agriculture ; des organisations (comme la KIC climat) assument une vision technologique qui serait compatible avec différentes formes d’agriculture ; d’autres voient l’agriculture climato-intelligente comme une opportunité pour les agricultures des pays du Sud (Torquebiau, 2015) ; d’autres enfin la considèrent avant tout comme un projet politique de mobilisation pour une transition climatique (FAO, 2013). Les liens sont aussi établis avec les enjeux énergétiques. L’agriculture est en effet consommatrice d’énergie fossile pour la production (énergie nécessaire à la synthèse de certains intrants et à la motorisation) et pour la logistique, mais elle est aussi productrice d’énergie issue de la biomasse (alcools, huiles, méthane…) ou de composants substituables aux produits fabriqués à partir d’énergies fossiles. La transition énergétique peut ainsi remettre en avant d’autres formes de mécanisation comme la traction animale, notamment dans les pays du Sud. Mais, de manière plus drastique, l’agriculture trouve aussi une place dans la bio-économie (Colonna et al., 2012), nouveau domaine d’innovation incluant une diversité d’options techniques et organisationnelles, opposant notamment des filières organisées à grande échelle, autour de bioraffineries et d’une production agricole de masse (canne à sucre, maïs, oléagineux…), à des niches où se teste l’usage local d’énergies issues de l’agriculture. Là aussi, l’agriculture, devenue dans de nombreux pays un secteur dépendant des énergies fossiles, est l’objet de controverses et de confrontations politiques majeures, remettant par exemple en cause les arguments en faveur de la production actuelle d’agrocarburants (Allaire et Daviron, 2017).

Innover pour contribuer à la sécurité alimentaire

16Par ailleurs, face à la croissance démographique mondiale et à l’évolution des conditions de production, d’échange et de consommation alimentaires, la sécurité alimentaire est redevenue un enjeu majeur, renouvelé par la crise alimentaire de 2007-2008 (Heady et Fan, 2011). Au-delà de facteurs conjoncturels (sécheresses, guerres, hausse du prix du pétrole, crash financier), cette crise a révélé des changements structurels concernant la demande (concurrence par les biocarburants, croissance de la consommation alimentaire en calories animales…), la production (stagnation des rendements, baisse des investissements publics et privés dans l’agriculture…) et les échanges (financiarisation des marchés agricoles, diminution des stocks, libéralisation des politiques agricoles nationales…). Cette crise alimentaire a montré les limites du modèle de développement et d’innovation agricoles promu au plan international depuis les années 1950, puis libéralisé et financiarisé (Allaire et Daviron, 2017). La sécurité alimentaire concerne à la fois la disponibilité, la qualité (notamment sanitaire et nutritionnelle), la régularité et l’accessibilité des aliments, mais aussi la capacité des populations et des pays à définir et à contrôler leur alimentation. Les innovations qui peuvent concourir à l’amélioration de ces différentes dimensions de la sécurité alimentaire, c’est à dire à la sécurisation alimentaire (Touzard et Temple, 2012), sont de natures très différentes, incluant celles qui concernent de nouveaux systèmes de culture, jusqu’à celles qui visent à couvrir des risques sur un marché agroalimentaire. Elles se mettent en place à différentes échelles, de l’unité domestique jusqu’aux politiques sectorielles et aux chaînes globales de valeur. Ces innovations doivent être saisies dans leur complémentarité et leur cohérence, et se combiner à des changements institutionnels, des modifications de comportement alimentaire, la redéfinition de stratégies des firmes et d’acteurs publics, le renforcement des capacités des acteurs (éducation). Mais la multiplicité des dimensions de la sécurité alimentaire (pas forcément atteignables conjointement), les fortes différences géographiques de l’enjeu alimentaire, les désaccords et les controverses sur les aspects politiques de la souveraineté alimentaire ou sur les options technologiques (régime agro-industriel versus régime agro-écologique) laissent ouvert le périmètre des innovations possibles.

Innover pour répondre aux enjeux sociaux

17La réduction de la pauvreté et le renforcement des capacités des populations sont également des enjeux majeurs auxquels sont confrontées les activités agricoles et alimentaires, en premier lieu dans les pays les moins avancés et à revenus intermédiaires, où la population agricole est importante et la plus pauvre. À l’échelle mondiale, près de 75 % des familles sous le seuil de pauvreté vivent en milieu rural et dépendent de l’agriculture (World Bank, 2016). L’accès à l’éducation et à la santé est également plus limité en zone rurale. L’innovation dans l’agriculture et l’agroalimentaire présente alors des liens multiples et contradictoires avec ces enjeux. Dans sa dimension « destructrice », l’innovation apparaît comme l’une des causes de la marginalisation économique de nombreux agriculteurs, qui ne peuvent rémunérer leur travail du fait de la baisse relative des prix agricoles. Elle peut aussi renforcer la concentration foncière et les migrations humaines. Dans sa dimension « créatrice », l’innovation peut au contraire favoriser un entreprenariat rural, renforcer la création de valeur en milieu rural, ou cibler explicitement des enjeux sociaux de formation et d’inclusion (McIntyre et al., 2009). Elle peut ainsi contribuer à réduire des inégalités et renforcer des capacités, et donc des libertés (Sen, 2003). C’est l’enjeu que se donne par exemple le mouvement de l’économie sociale et solidaire dans l’agriculture, ou celui qui motive l’émergence de niches d’innovations sociales dans le secteur (voir le chapitre 5). Au-delà des inégalités et de la pauvreté, la question démocratique et des droits humains est aussi en cause. Les innovations agricoles et alimentaires peuvent en effet réduire ces droits, lorsqu’elles sont portées par des acteurs (firmes, administrations, organisations agricoles…) qui visent à renforcer un système sociotechnique allant à l’encontre de positions exprimées par des communautés locales (De Schutter, 2014). Mais l’agriculture et l’alimentation sont aussi des domaines de revendication, d’affirmation de projets, qui peuvent contribuer à la vie politique et à l’expression démocratique (Renting et al., 2012) : les luttes pour la terre restent d’actualité dans de nombreux pays (mouvements contre l’accaparement des terres ou l’extension de projets immobiliers) ; la revendication d’une alimentation de qualité pour tous suscite des niches d’innovation sociale et rejoint la mise en place d’approches participatives et ouvertes de l’innovation (Chiffoleau et Prévost, 2012).

Innover face à deux révolutions technologiques majeures

18Enfin, l’agriculture et l’alimentation sont aussi marquées par ces deux grands changements technologiques du début du xxisiècle que sont le déploiement du numérique et celui des biotechnologies. Il s’agit ici d’innovations génériques, exogènes, qui ont des impacts potentiels majeurs et spécifiques sur le secteur et l’ensemble de ses innovations. L’usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans l’agriculture, d’abord associé à l’agriculture de précision, s’étend à une grande diversité d’innovations qui se combinent, comme les capteurs, les robots, le guidage par satellite, l’informatique embarquée, les applications numériques de gestion des troupeaux ou de l’irrigation, les outils d’aide à la décision… Les applications multiples constituent les bases d’une agriculture connectée, ou numérique (Bellon-Maurel et Huyghe, 2016), qui modifie les conditions du travail agricole et la gestion de l’exploitation agricole. Ces innovations sont promues par des firmes et des organisations de recherche et développement liées à l’agriculture industrielle, mais de nouveaux acteurs émergent (firmes du numérique et start-ups, associations et organisations non gouvernementales) et tendent à créer de nouveaux réseaux d’innovation, bénéficiant de l’élargissement et de la baisse du coût de l’offre numérique, y compris dans les pays du Sud. Des arguments sont avancés pour créer de nouveaux services et faire de cette agriculture numérique une voie vers l’agriculture durable (Walter et al., 2017) ou même l’agro-écologie (Bonny, 2017). Mais les controverses sont importantes au sujet du contrôle de l’information et des innovations de l’agriculture numérique, ou de l’exclusion d’une partie des agriculteurs (Mazaud, 2017).

19La montée en puissance des biotechnologies, elle, s’est affirmée au cours des années 1990, en particulier avec la création et la commercialisation de semences génétiquement modifiées. Les implications des nouvelles connaissances en génétique et en biologie sont en amont de multiples innovations agroalimentaires, depuis la création variétale (qu’elle aboutisse ou non à des organismes génétiquement modifiés), jusqu’à la production de viande in vitro, la fabrication de biomolécules ou le traitement des déchets liés à l’agriculture. Les débats sur les innovations biotechnologiques dans l’agriculture, parce qu’elles touchent directement au vivant (voir plus haut), ont pris des dimensions éthiques, politiques et juridiques importantes, visant à caractériser et à gérer les risques (Joly, 2016). Ces débats sont d’autant plus vifs que les enjeux économiques sont considérables, portés par quelques firmes multinationales, mais aussi par des centres de recherche, de petites et moyennes entreprises (PME), et des clusters d’entreprises, modifiant les positions et les relations de pouvoir au sein des systèmes d’innovation de l’agriculture (Laperche, 2009). Les innovations numériques et biotechnologiques sont certes globalement inscrites dans le régime sociotechnique de l’agriculture et de l’alimentation industrielle, mais elles font aussi émerger des niches, intégrables ou non par ce régime, et peuvent s’hybrider avec des formes différentes d’agriculture, comme l’agriculture biologique.

Des enjeux politiques de l’innovation à la contribution aux transitions

20Les enjeux présentés ici ne sont pas tous spécifiques au secteur agricole et agroalimentaire, ou de même intensité selon les produits et les pays. L’enjeu de sécurité alimentaire est propre au secteur ; les enjeux écologiques et climatiques lui donnent un rôle majeur ; ceux du numérique, des biotechnologies ou les enjeux sociaux sont communs à de nombreux secteurs, mais marquent fortement l’évolution des activités agricoles et agroalimentaires. Par contre, la convergence de ces enjeux au début du xxisiècle constitue bien une situation inédite et spécifique, donnant une dimension très politique à l’innovation agricole et agroalimentaire, du local à l’international. Prendre en compte la construction politique de ces enjeux et leur pouvoir axiologique (i.e. le sens qu’ils peuvent donner aux innovations) amène à inscrire les innovations agricoles et alimentaires dans différentes transitions. Ces transitions sont étroitement liées et participent à une même grande transformation de l’agriculture dans la société. Les processus concernés par chaque enjeu sont en effet interdépendants, à l’image du changement climatique, qui accélère la perte de biodiversité, augmente les risques alimentaires, et renforce les inégalités sociales entre le Nord et le Sud. Par ailleurs, chaque innovation agricole ou agroalimentaire interagit généralement avec plusieurs enjeux, en pouvant répondre positivement à certains, mais négativement à d’autres. Enfin, ces différents enjeux sont aussi combinés (et parfois occultés) dans des projets politiques globaux qui mettent en avant différents modèles agroalimentaires ou leur coexistence (Touzard et Fournier, 2014) et qui sont en débat, en concurrence ou en confrontation dans chaque transition.

Conclusion : la spécificité des innovations se renouvelle, mais n’est pas immuable

21Interroger l’évolution des spécificités des innovations agricoles et agroalimentaires dans la globalisation nous a amenés à examiner trois ensembles de facteurs, associés à des approches différentes de l’agriculture et de ses innovations. Dans une perspective anthropologique, nous avons d’abord montré que les rapports à la nature, à l’espace et aux autres continuaient de marquer les innovations du secteur, mais à travers une dialectique dans laquelle se confrontent des forces qui visent à évacuer la nature, l’espace ou la société, et d’autres qui cherchent à en renouveler l’expression, et donc à reconstruire une spécificité sectorielle. L’observation des configurations d’institutions, d’acteurs et de connaissances a ensuite confirmé que les innovations agricoles et agroalimentaires restent très dépendantes de systèmes sectoriels d’innovation, systèmes qui sont traversés par une diversité de processus pouvant les contester ou les recomposer. Enfin, en nous référant aux approches de la transition, nous avons examiné une série d’enjeux globaux auxquels sont confrontées les innovations agricoles et agroalimentaires, soulignant leur convergence inédite et leur dimension très politique dans la période actuelle.

22La globalisation n’a donc pas dissous les spécificités des innovations agricoles et agroalimentaires, et tendrait même à les renouveler, si l’on considère la convergence des transitions dans lesquelles le secteur est engagé. La spécificité de ces innovations se joue dans la co-évolution entre les rapports anthropologiques qui sous-tendent ces activités, les systèmes d’innovation construits pour les réguler et les enjeux globaux auxquels elles doivent répondre. Influencée par de nombreux processus, parfois contradictoires, la spécificité de ces innovations n’est pour autant ni donnée, ni immuable. Trois remarques amènent en effet à maintenir une perspective ouverte sur l’évolution future des innovations et des régimes agricoles et agroalimentaires dans lesquels elles s’inscrivent :

  • notre approche générale des innovations ne doit pas occulter la diversité de leurs formes concrètes, plus ou moins spécifiques selon les produits, la localisation géographique, les activités (de l’agriculture à la restauration) ou la nature de l’innovation (technique ou organisationnelle, incrémentale ou radicale, exogène ou endogène) ; cette diversité s’intègre dans le fonctionnement et la régulation globale du secteur, mais elle constitue aussi une base pour son éclatement possible ;

  • ces innovations se réfèrent à différents modèles agricoles et alimentaires qui dépassent l’antagonisme « industriels versus alternatifs » (Touzard et Fournier, 2014), et en particulier à des modèles de qualité différenciée (de proximité, naturaliste, patrimonial, éthique) ; la coexistence de ces modèles dans la plupart des pays apparaît à la fois comme un trait de la globalisation et comme une spécificité sectorielle ; les innovations peuvent s’inscrire dans chacun de ces modèles, mais résultent aussi de leurs confrontations et de leurs interactions ; la position dominante du modèle agro-industriel, et en particulier son contrôle sur les biotechnologies, suggère toutefois la possibilité à long terme d’une perte de spécificité sectorielle, à travers, par exemple, la poursuite de l’artificialisation de la production alimentaire, telle que la production de viande in vitro, et cela, malgré les contestations dont ce modèle est l’objet ;

  • la dimension très politique de l’innovation que souligne notre analyse met en avant la manière dont les transitions sont gérées à différentes échelles, du local à l’international ; or, au niveau international, les accords politiques restent largement ouverts, entre la relance d’une gouvernance néolibérale de l’agriculture et de l’alimentation, un repli sur des relations bilatérales associées à des régulations régionales ou la construction d’une gouvernance multilatérale et civique mondiale.

23Chaque option porte une vision différente de la place de l’agriculture et de l’alimentation, de ses innovations et de ses spécificités. La question des contributions du secteur à la production de biens publics est alors centrale et en débat. La reconnaissance de ces contributions pourrait alors donner aux innovations agricoles et agroalimentaires une position plus forte et spécifique dans les transitions en cours.

Bibliographie

Bibliographie

Aggeri F., 2011. Le développement durable comme champ d’innovation : scénarisations et scénographies de l’innovation collective. Revue française de gestion, 215(6), 87-106.

Allaire G., Boyer R. (eds), 1995. La grande transformation de l’agriculture, Inra-Economica, Paris.

Allaire G., Daviron B., 2017. Transformations agricoles et agroalimentaires : entre écologie et capitalisme, éditions Quæ, Versailles.

Ariés P., 2016. Une histoire politique de l’alimentation, Éditions Max Milo.

Aulagnier A., Goulet F., 2017. Des technologies controversées et de leurs alternatives. Le cas des pesticides agricoles en France. Sociologie du travail, 59(3).

Belleti A., Marescotti A., Touzard J.-M., 2017. Geographical Indications, Public Goods and Sustainable Development: The roles of actors’ strategies and public policies. World Development, 98, 45-57.

Bellon-Maurel V., Huyghe C., 2016. L’innovation technologique dans l’agriculture. Géoéconomie, 80, 159-180.

Bonny S., 2017. High-tech agriculture or agroecology for tomorrow’s agriculture? Harvard College Review of Environment & Society, 4, 28-34.

Bordes J., 2017. Numérique et agriculture de précision. Annales des Mines, 87(3), 87-93.

Bourdieu P., 1979. La distinction, Éditions de Minuit, Paris, 670 p.

Brunori G., Barjolle D., Dockes A., 2013. CAP Reform and Innovation: The Role of Learning and Innovation Networks. Euro Choice, 12(2), 27-33.

Cardon P. (ed.), 2017. Quand manger fait société, Presses Universitaires du septentrion, Lille.

CEP, 2017. MOND’Alim 2030 : panorama prospectif de la mondialisation des systèmes alimentaires, La Documentation française, Centre d’étude et de prospective du ministère de l’Agriculture, Paris.

Chambers R., Pacey A., Trupp L., 1989. Farmer first: farmer innovation and agricultural research, Intermediate Technology Publications, London.

Charles S., Lipovetsky G., 2004. Les temps hypermodernes, Grasset, Paris.

Chauveau J.-P., Cormier Salem M.-C., Mollard E. (eds), 1999. L’innovation en agriculture : questions de méthodes et terrains d’observation, Éditions Orstom-IRD, Paris, 362 p.

Chiffoleau Y., Prévost B., 2012. Les circuits courts, des innovations sociales pour une alimentation durable dans les territoires. Norois, 224, 7-20.

Chiffoleau Y., Touzard J.-M., 2014. Understanding local agri-food systems through advice network analysis. Agriculture and Human Values, 31, 19-32.

Colonna P., Fournier S., Touzard J.-M., 2012. Systèmes alimentaires. In: Pour une alimentation durable (Esnouf C., Russel M., Bricas N., eds), éditions Quæ, Versailles, 79-108.

De Schutter O., 2014. Les droits de l’Homme au service de la sécurité alimentaire. In : Penser une démocratie alimentaire (Collart Dutilleul F., Bréger T., dir.), Inida, San José, 61-65.

Di Méo G., Buléon P. (dir.), 2005. L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Armand Colin, Paris, 304 p.

FAO, 2013. Climate Smart Agriculture Source Book, FAO, Rome.

Faure G., Gasselin P., Triomphe B., Temple L., Hocdé H. (eds), 2010. Innover avec les acteurs du monde rural. La recherche-action en partenariat, collection Agricultures tropicales en poche, CTA, Presses agronomiques de Gembloux, éditions Quæ, 224 p.

Fischler C., 2013. Les alimentations particulières. Mangerons-nous encore ensemble demain ?, Odile Jacob, Paris.

Fukuyama F., 1992. The End of History and the Last Man, Free Press.

Gascuel C., Magda D., 2015. Gérer les paysages et les territoires pour la transition agroécologique. Innovations Agronomiques, 43, 95-106.

Geels F.W., 2010. Ontologies, socio-technical transitions to sustainability, and the multi-level perspective. Research Policy, 39(4), 495-510.

Ghadim A., Pannel D., Burton M., 2005. Risk, uncertainty, and learning in adoption of a crop innovation. Agricultural Economics, 33(1), 1-9.

Girard R., 1996. Eating disorders and mimetic desire, College of Arts and Sciences, East Caroline University.

Goulet F., Vinck D., 2012. L’innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement. Revue Française de Sociologie, 53(2), 195-22.

Heady D., Fan S., 2011. Reflections on the Global Food Crisis, IFPRI Research Monograph, 165 p.

Hervieu B., Mayer N., Muller P., Purseigle F., Remy J., 2010. Les mondes agricoles en politique, Presses de Science Po, Paris.

Ingram J., 2017. Agricultural transition: Niche and regime knowledge systems’ boundary dynamics. Environmental Innovation and Societal Transitions, 24.

Joly P.-B., 2016. Science réglementaire : une internationalisation divergente? L’évaluation des biotechnologies aux États-Unis et en Europe. Revue française de Sociologie, 57(3), 443-472.

Klerkx L., Aarts N., Leeuwis C., 2010. Adaptive management in agricultural innovation systems: The interactions between innovation networks and their environment. Agricultural Systems, 103(6), 390-400.

Klerkx L., Leeuwis C., 2009. Establishment and embedding of innovation brokers at different innovation system levels. Technological forecasting and Social Change, 76(6), 849-860.

Labarthe P., 2005. Trajectoires d’innovation des services et inertie institutionnelle : dynamique du conseil dans trois agricultures européennes. Géographie, économie et société, 3, 289-311.

Labarthe P., Laurent C., 2013. Privatization of Agricultural Extension Services in the EU: Towards a Lack of Adequate Knowledge for Small-scale Farms? Food Policy, 38, 240-252.

Lamine C., 2011. Transition pathways towards a robust ecologization of agriculture and the need for system redesign. Cases from organic farming and IPM. Journal of Rural Studies, 27, 209-219.

Laperche B., 2009. Stratégies d’innovation des firmes des sciences de la vie et appropriation des ressources végétales : processus et enjeux. Mondes en développement, 147(3), 109-122.

Laurent C., Landel P., 2017. Régime de connaissances et régulation sectorielle en agriculture. In : Transformations agricoles et agroalimentaires (Allaire G. et Daviron B., eds), éditions Quæ, Versailles.

Malassis L., 1996. Traité d’économie agroalimentaire, Édition Cujas, Paris.

Malerba F., 2004. Sectoral Systems of Innovation, Cambridge University Press.

Marie-Vivien D., Biénabe E., 2017. The Multifaceted Role of the State in the Protection of Geographical Indications. World Development, 98, 1-11.

Mazaud C., 2017. À chacun son métier, les agriculteurs face à l’offre numérique. Sociologies pratiques, 34(1), 39-47.

McIntyre B., Herren H., Wakhungu J., Watson R. (eds), 2009. International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development, global report, Island Press, Washington, DC.

Muchnik J., Requier-Desjardins D., Sautier D., Touzard J.-M., 2007. Systèmes agroalimentaires localisés. Économies et Sociétés, série AG, 29, 1465-1484.

Mundler P., Rouchier J., 2016. Alimentation et proximités. Jeux d’acteurs et territoires, Educagri, Dijon.

OCDE, FAO, 2016. Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO, 2016-2025, FAO, Rome.

Perrin C., Soulard C., 2017. L’agriculture dans le système alimentaire urbain : continuités et innovations. Natures Sciences Sociétés, 25(1), 3-6.

Pichot J.-P., 2006. L’exploitation agricole : un concept à revisiter du nord aux Suds. Cahiers Agricultures, 15, 483-486.

Porcher J. (coord), 2017. Travail animal, l’autre champ du social, Écologie politique, 54, Éditions Le Bord de l’Eau, 187 p.

Rastoin J.-L., Ghersi G., 2010. Le système alimentaire mondial. Concepts et méthodes, analyses et dynamiques. Éditions Quæ, Versailles, 565 p.

Renting H., Schermer M., Rossi A., 2012. Building Food Democracy: Exploring Civic Food Networks and Newly Emerging Forms of Food Citizenship. International Journal of Sociology of Agriculture and Food, 19, 289-307.

Rockström J., Steffen W., Noone K., Persson A., Chapin F.S. III, Lambin E., Lenton T.M., Scheffer M., Folke C., Schellnhuber H.J., Nykvist B., de Wit C.A., Hughes T., van der Leeuw S., Rodhe H., Sörlin S., Snyder P.K., Costanza R., Svedin U., Falkenmark M., Karlberg L., Corell R.W., Fabry V.J., Hansen J., Walker B., Liverman D., Richardson K., Crutzen P., Foley J., 2009. Planetary boundaries: exploring the safe operating space for humanity. Ecology and Society, 14(2), 32.

Sabourin E., Patrouilleau M.M., Le Coq J.-F., Vásquez L., Niederle P. A. (org.), 2017. Politicas Publicas a favor de la agroecologia en America Latina. Cirad, Red PP-AL, FAO.

Sebillotte M. (dir.), 1996. Systems-Oriented Research in Agriculture and Rural Development, Éditions du Cirad, Montpellier.

Sen A., 2003. Un nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Odile Jacob, Paris.

Soussana J.-F., 2013. S’adapter au changement climatique, éditions Quæ, Versailles.

Tétart G., 2003. Consommer la nature et parfaire son corps. Études rurales, 165-166, 9-31.

Torquebiau E. (ed.), 2015. Changement climatique et agricultures du monde, éditions Quæ, AFD, Versailles.

Touzard J.-M., Fournier S., 2014. La complexité des systèmes alimentaires : un atout pour la sécurité alimentaire ? VertigO, 14, 2014.

Touzard J.-M., Labarthe P., 2016. Regulation Theory and Agriculture transformations: a literature review. Revue de la régulation : Capitalisme, Institutions, Pouvoir, 20, 2016.

Touzard J.-M., Temple L., 2012. Sécurisation alimentaire et innovations dans l’agriculture et l’agroalimentaire : vers un nouvel agenda de recherche ? Cahiers Agricultures, 21, 293-301.

Touzard J.-M., Temple L., Faure G., Triomphe B., 2014. Systèmes d’innovation et communautés de connaissances dans le secteur agricole et agroalimentaire. Innovations - Revue d’économie et de management de l’innovation, 43, 13-38.

Vanloqueren G., Baret P., 2009. How agricultural research systems shape a technological regime that develops genetic engineering but locks out agroecological innovations. Research Policy, 38(6), 971-983.

Walter A., Finger R., Huber R., Buchmann N., 2017. Smart farming is key to developing sustainable agriculture. Proceedings of the National Academy of Sciences USA, 114, 6148-6150.

Wezel A., Bellon S., Doré T., Francis C., Vallod D., David C., 2009. Agroecology as a science, a movement or a practice. A review. Agronomy for Sustainable Development, 29(4), 503-515.

World Bank, 2016. Who Are the Poor in the Developing World? Policy Research Paper, Poverty and Equity Global Practice Group, Washington DC.

Notes

11 L’agriculture de précision vise à optimiser l’utilisation des intrants et à adapter les pratiques agricoles, pour obtenir un rendement optimal en prenant en compte la variabilité intra-parcellaire.

Lire

Open access