Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à innover dans un monde incertain

 | 
Émilie Coudel
, 
Hubert Devautour
, 
Christophe-Toussaint Soulard
, 
et al.

Partie 3 - Concevoir des futurs pour l’agriculture et l’agroalimentaire

Chapitre 8 - L’agrobiodiversité, vers des instruments de protection innovants

Juliana Santilli

Texte intégral

1À l’intersection de la biodiversité et de l’agriculture, le concept innovant d’« agrobiodiversité » a émergé au cours des 10 à 15 dernières années, dans un contexte interdisciplinaire faisant intervenir plusieurs domaines de savoir (agronomie, anthropologie, écologie, botanique, génétique, biologie de la conservation, etc.). Il reflète les relations dynamiques et complexes qui existent entre les sociétés humaines, les plantes cultivées, les animaux domestiques et les écosystèmes au sein desquels tous interagissent. L’agrobiodiversité entretient des liens directs avec la sécurité alimentaire, la santé, l’équité sociale, la lutte contre la faim, la durabilité environnementale et le développement durable rural. Tout comme la biodiversité sauvage, l’agrobiodiversité a été perçue comme menacée et nécessitant impérieusement d’être sauvegardée par le biais de nouveaux instruments juridiques tant au niveau national qu’international. Après une exposition du raisonnement qui sous-tend la notion d’agrobiodiversité, ce chapitre présente la gamme des nouveaux outils juridiques qui s’y appliquent et qui tendent à adopter un point de vue plus systémique de l’agroécosystème, considéré comme un tout, au lieu de se concentrer sur des constituants particuliers. Ces nouveaux instruments juridiques prêtent pour la première fois attention aux droits des agriculteurs, aux systèmes agricoles en tant qu’éléments du patrimoine culturel, et au rôle des aires protégées dans la promotion de l’agrobiodiversité. La sauvegarde des systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial est également abordée. Les deux dernières décennies ont vu chez les législateurs s’engager un processus d’innovation fertile qui vise à protéger et à valoriser les systèmes agricoles locaux traditionnels et l’agrobiodiversité élevée qu’ils recèlent.

L’agrobiodiversité : un concept en construction

2La biodiversité, ou diversité biologique, c’est-à-dire la diversité des formes de vie, recouvre trois niveaux de variabilité : la diversité des espèces, la diversité génétique (la variabilité qui existe au sein d’un ensemble d’individus appartenant à une même espèce) et la diversité écologique, qui prend en compte les différents écosystèmes et paysages. Il en va de même avec l’agrobiodiversité, qui intègre la diversité des espèces (celle des différentes espèces cultivées, telles que le riz, le maïs, la courge, la tomate, etc., appelée diversité interspécifique), la diversité génétique au sein de chaque espèce (celle des différentes variétés de maïs, de haricot, etc., appelée diversité intraspécifique), et la diversité des écosystèmes cultivés, également désignés sous le terme d’agroécosystèmes (systèmes agroforestiers, agriculture itinérante, jardins potagers, rizières, etc.). Les connaissances et la culture locales font également partie intégrante de l’agrobiodiversité, dans la mesure où cette dernière est entretenue par une activité humaine, l’agriculture.

3Selon Cromwell et al. (2003), la biodiversité agricole englobe :

  • des végétaux supérieurs, à savoir les plantes cultivées, les plantes sauvages récoltées et gérées pour l’alimentation, les arbres sur les terres agricoles, pâturages et parcours ;

  • des animaux supérieurs, à savoir, les animaux domestiques, les animaux sauvages chassés pour l’alimentation, ainsi que les poissons sauvages et d’élevage ;

  • des arthropodes, essentiellement des insectes, y compris des pollinisateurs (abeilles, papillons, par exemple), les insectes nuisibles (guêpes, coléoptères, par exemple) et les insectes participant au cycle du sol (notamment les termites) ;

  • d’autres macro-organismes (par exemple les vers de terre) ;

  • des micro-organismes (par exemple rhizobia, champignons, pathogènes produisant des maladies).

4Les fonctions de l’agrobiodiversité sont liées à la production durable de produits agricoles et d’autres produits alimentaires, y compris la fourniture de composants de base pour l’évolution ou l’amélioration génétique délibérée de nouvelles variétés végétales utiles ; le soutien biologique de la production par le biais, par exemple, du biotope du sol, des pollinisateurs et des prédateurs ; et un plus large éventail de services écologiques assurés par les agroécosystèmes, tels que la protection du paysage, la préservation des sols, la santé, le cycle et la qualité de l’eau, et la qualité de l’air (Cromwell et al., 2003).

5On associe le plus souvent l’agrobiodiversité aux plantes cultivées. Toutefois, Cromwell et al. (2003) font remarquer que les espèces de plantes sauvages jouent un rôle important sur le plan nutritionnel et culturel. Les aliments tirés d’espèces sauvages font partie intégrante du régime alimentaire quotidien de nombreux ménages pauvres en milieu rural. En outre, la diversité des animaux domestiques constitue une autre grande composante de l’agrobiodiversité. Non seulement ils fournissent des aliments, mais aussi des vêtements, engrais et combustibles (tirés du fumier). Les forces sociales et culturelles sont souvent les principaux facteurs à l’œuvre dans la diversification des animaux domestiques (et des systèmes de production associés) et dans le façonnage des races typiques d’une localité. La plupart des races locales des zones rurales ont été créées par des communautés d’éleveurs-sélectionneurs, et la gestion efficace de la diversité génétique animale est déterminante pour la sécurité alimentaire et pour le développement durable à l’échelle mondiale.

6La Convention sur la diversité biologique (CDB) ne propose aucune définition de l’agrobiodiversité, mais, selon la décision V/5 adoptée au cours de la Ve Conférence des parties à la CDB (CDP-5) : « L’expression diversité biologique agricole inclut toutes les composantes de la diversité biologique relatives à l’alimentation et l’agriculture : l’hétérogénéité et la variabilité des végétaux, des animaux et des micro-organismes au niveau génétique, des espèces et des écosystèmes qui sont nécessaires pour préserver les fonctions clés de l’agro-écosystème, de ses structures et de ses processus ». Ainsi, selon la décision V/5 de la CDB, la Conférence des parties a reconnu « la nature particulière de la diversité biologique agricole, ses caractéristiques, et les problèmes exigeant des solutions distinctives ». Les caractères distinctifs comprennent les points suivants :

  • la diversité biologique agricole est essentielle pour répondre aux besoins alimentaires fondamentaux des humains et assurer leur subsistance ;

  • la diversité biologique agricole est gérée activement par les agriculteurs; plusieurs éléments constitutifs de la diversité biologique agricole ne pourraient survivre sans cette intervention humaine. Le savoir et la culture autochtones font partie intégrante de la gestion de la diversité biologique agricole ;

  • il y a une grande interdépendance entre pays à l’égard des ressources génétiques pour l’agriculture et l’alimentation, surtout parce plusieurs importants systèmes agricoles dépendent de cultures et d’espèces animales introduites de l’extérieur ;

  • pour les cultures et les animaux domestiques, la diversité à l’intérieur des espèces est au moins aussi importante que la diversité entre les espèces, et elle a été largement accrue par l’agriculture ;

  • à cause de l’importance de l’intervention humaine dans la gestion de la diversité biologique agricole, sa conservation dans des systèmes de production est intrinsèquement liée à l’utilisation durable. La préservation au moyen de zones protégées est moins importante ;

  • néanmoins, dans les systèmes agricoles de type industriel, la diversité biologique est largement conservée ex situ dans des banques de gènes ou des produits pour l’élevage et non pas à la ferme ;

  • les interactions entre l’environnement, les ressources génétiques et les modes de gestion qui se produisent in situ au sein des agrosystèmes contribuent souvent au maintien d’un ensemble dynamique d’éléments constitutifs de la diversité biologique agricole

Les diverses contributions de l’agrobiodiversité

7C’est la diversité des plantes cultivées et des animaux domestiques, et leur capacité à s’adapter aux conditions adverses de l’environnement (climat, sol, végétation, etc.) ainsi qu’aux besoins spécifiques des êtres humains, qui permet aux agriculteurs de survivre dans les régions les plus difficiles de la planète. Dans bien des circonstances, c’est le fait de cultiver plusieurs espèces et variétés différentes qui protège le paysan contre une perte totale de sa récolte due à des ravageurs, des maladies, des sécheresses, des inondations, ou d’autres facteurs. Par contre, dans les monocultures, dont la base génétique est extrêmement étroite, c’est l’inverse qui est vrai : les ravageurs et les maladies s’attaquent à la seule espèce cultivée et anéantissent l’ensemble de la récolte.

8L’agrobiodiversité est par ailleurs un outil essentiel pour progresser vers une agriculture plus durable. L’agriculture est considérée durable lorsque les activités agricoles produisent des denrées alimentaires et d’autres produits pour satisfaire les besoins humains de manière pérenne, sans incidence dégradante à long terme sur l’environnement. Pour y parvenir, l’agriculture doit éviter d’infliger des dommages graves ou irréversibles aux services des écosystèmes dont elle dépend (tels que la fertilité des sols, la quantité et la qualité de l’eau, la variabilité génétique, les pollinisateurs, etc.) et doit avoir un impact acceptable sur l’environnement plus général (gestion environnementale responsable). Au lieu de s’en remettre aux intrants extérieurs, l’agriculture durable s’appuiera de plus en plus sur la biodiversité agricole, utilisant au mieux une gamme aussi large que possible d’espèces et de variétés pour augmenter la résilience du système face aux chocs extérieurs et pour accroître les récoltes (Bioversity International, 2010).

9L’agrobiodiversité n’est pas seulement associée à la production durable de produits alimentaires. Elle contribue également de manière importante à favoriser la santé et la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations humaines. Les nutritionnistes recommandent un régime alimentaire diversifié (équilibré en protéines, vitamines, minéraux et autres nutriments), condition fondamentale pour rester en bonne santé. Un régime alimentaire déséquilibré peut entraîner une « faim invisible » due à des carences en micronutriments essentiels (vitamines et oligo-éléments) dans l’alimentation quotidienne. Les effets de cette « faim invisible », très divers, peuvent aller jusqu’à des retards du développement mental, un affaiblissement du système immunitaire et une perte de force et d’énergie. Environ 2 milliards de personnes seraient ainsi concernées par une carence en fer, et autour de 800 millions manqueraient de vitamine A, dont la carence est susceptible d’entraîner une cécité dans les cas graves (GTZ, 2006). Le meilleur moyen de se prémunir contre les carences alimentaires est d’avoir un régime alimentaire varié, ce qui permet de veiller à un apport suffisant de tous les macro-éléments et micro-éléments indispensables à une bonne santé.

10Seuls des systèmes agricoles diversifiés sont en mesure de proposer une alimentation plus nutritive et mieux équilibrée. La lutte contre la faim et la pauvreté passe nécessairement par des pratiques agricoles plus durables. Il existe une relation directe entre la diminution de la diversité agricole et l’appauvrissement des régimes alimentaires. L’érosion génétique dans les champs n’affecte pas seulement les agriculteurs, mais également les consommateurs. Les modèles de productions agricoles ont des répercussions directes sur l’alimentation et la santé des êtres humains. L’agriculture « moderne » et l’utilisation d’un nombre d’espèces réduit favorise une standardisation des habitudes alimentaires et une perte de l’intérêt culturel pour les espèces locales. L’agrobiodiversité est ainsi directement associée à au moins deux des objectifs du millénaire pour le développement : l’éradication de la pauvreté et de la faim, et la durabilité environnementale. Selon la FAO (Sommet mondial de l’alimentation, 1996), la sécurité alimentaire est assurée quand « toutes les personnes, en tout temps, ont économiquement, socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive qui satisfait leurs besoins nutritionnels et leurs préférences alimentaires pour leur permettre de mener une vie active et saine ».

11Enfin, il est important de souligner que l’agrobiodiversité est une composante essentielle des stratégies nationales et internationales d’adaptation au changement climatique planétaire. Il existe une relation étroite entre le changement climatique, la sécurité alimentaire et l’agrobiodiversité : c’est grâce à la diversité qu’ils recèlent que les espèces, les variétés et les agroécosystèmes sont capables de s’adapter aux changements et aux variations des conditions du milieu. Ils ne sauront surmonter les défis futurs, dont ceux amenés par le changement climatique, que si la diversité génétique qu’ils ont en eux est suffisamment grande. Les interactions entre l’agrobiodiversité et le changement climatique sont nombreuses – ce dernier a déjà un effet, en réduisant le nombre des espèces et des écosystèmes agricoles. L’agrobiodiversité, quant à elle, est indispensable pour pouvoir faire face aux conséquences du réchauffement planétaire.

L’agrobiodiversité et les instruments juridiques

L’agrobiodiversité et les législations sur les semences

12Les semences – un terme qui sera utilisé ici dans son acceptation la plus large, incluant l’ensemble du matériel de propagation de végétaux – contiennent toute la vie d’une plante et constituent la base même de l’agrobiodiversité. On ne peut de ce fait bien comprendre l’impact des systèmes juridiques sur la diversité agricole sans analyser les réglementations qui régissent la production, la commercialisation et l’utilisation des semences, collectivement appelées législation sur les semences.

13Les législations sur les semences ont pour objectif de veiller à l’identité et à la qualité du matériel de propagation végétal, en réglementant la manière avec laquelle ce dernier est produit, utilisé et commercialisé. Elles doivent être distinguées des droits de la propriété intellectuelle, ainsi que des droits des obtenteurs, qui confèrent des droits de propriété sur les nouvelles variétés végétales. Cependant, il reste que les législations sur les semences et les droits de propriété intellectuelle sur les variétés végétales suivent une logique semblable et ont certains concepts en commun.

14Les lois sur les semences ont été adoptées en tant que « support juridique » au processus de « modernisation » et d’« industrialisation » de l’agriculture, dont les principaux paradigmes étaient le productivisme, la standardisation des produits agricoles et la segmentation des différentes étapes qui interviennent dans la production agricole. Ce nouveau paradigme industriel a favorisé les variétés végétales à haut rendement, homogènes et stables, très dépendantes de l’apport d’intrants de provenance extérieure. Dans son analyse de l’émergence et de l’évolution des systèmes semenciers formels et commerciaux, Louwaars (2007) explique qu’ils ont vu le jour dans les pays industrialisés au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. Dans les années 1960 et 1970, beaucoup de pays en voie de développement ont commencé à leur tour à promouvoir ces systèmes, avec l’appui des organisations internationales. Cependant, les systèmes semenciers formels et commerciaux n’ont jamais été en mesure de remplacer entièrement les systèmes semenciers informels des agriculteurs eux-mêmes et leur matériel végétal bien adapté aux conditions locales.

15Bonneuil et al. (2006) expliquent que la « modernisation » de l’agriculture a encouragé l’idée que l’amélioration des plantes et la production des semences étaient des activités à réserver à des secteurs professionnels spécialisés (sélectionneurs, agronomes, etc.). Cette conception considérait les agriculteurs uniquement comme des producteurs, simples consommateurs de semences et d’intrants agricoles produits de manière industrielle, et leur déniait le rôle d’innovateurs et de détenteurs de savoirs et de savoir-faire d’importance cruciale pour la durabilité des agroécosystèmes et pour la conservation de l’agrobiodiversité in situ, et sur les exploitations mêmes (on farm). Les semences et les variétés produites par les agriculteurs, adaptées aux conditions locales, ont été de plus en plus remplacées par des variétés « modernes » uniformes. Comme l’expliquent Bonneuil et al. (2006), ces conceptions – qui stipulent que les variétés homogènes et stables sont ce qu’il y a de mieux pour les systèmes agricoles, quels qu’ils soient, et que seuls des scientifiques professionnels sont capables d’innovation en agriculture – se trouvent aux fondements des législations sur les semences qui ont été adoptées dans le sillage de la révolution verte. Il s’ensuit que ces législations tendent à être biaisées en faveur des systèmes semenciers considérés « officiels » et ne prennent pas en considération le rôle joué par les systèmes semenciers « locaux » (considérés « officieux » ou « informels ») qui sont gérés par les agriculteurs eux-mêmes et qui font intervenir la production, la multiplication, la distribution, des échanges, des améliorations et la conservation des semences au niveau local.

16Les législations concernant les semences doivent tenir compte de la diversité des besoins des systèmes agricoles. Elles doivent reconnaître la valeur des divers systèmes semenciers pour différentes situations, et reconnaître le rôle important des agriculteurs pour la conservation et l’utilisation durable des ressources génétiques végétales à des fins alimentaires et agricoles.

Encadré 8.1. Quand des paysans de communautés pauvres combinent sélection variétale participative et gestion in situ et ex situ (Honduras)

Henri Hocdé, Juan Carlos Rosas et Rodolfo Araya

Dans les zones montagneuses du centre du pays, perchées à 1 000 m d’altitude, des communautés pauvres qui ne bénéficient pas ou peu des services de la recherche (concentrés sur des zones géographiques plus propices à des conditions de production dites « modernes ») s’organisent en Comité de recherche agricole local (dénommé CIAL). Avec l’appui de professionnels d’ONG et de quelques chercheurs sélectionneurs nationaux, ils se lancent dans la création variétale de cultures vivrières (haricot et maïs). Avec succès, au terme de nombreuses années qui ont exigé patience, ténacité, persévérance, apprentissage, doutes, motivation, organisation. Palmichal, Cedron, Nueva Esperanza, Capulin, Olotillo mejorado… de nouvelles variétés apparaissent dans le paysage et sont cultivées. Concomitamment, les CIAL installent ce qu’ils appellent des banques de semences communautaires où ils conservent les variétés locales de leurs communautés mais aussi des communautés environnantes ainsi que les variétés améliorées qu’ils mettent progressivement au point (plus de 70 variétés locales de haricot, une quarantaine de maïs, une vingtaine de variétés améliorées, des semences de légumineuses, d’arbres, etc). Des échantillons des variétés conservées dans les communautés de ces montagnes sont entreposés également dans la banque de germoplasme national hébergée dans le centre de recherche qui les appuie. Ce même centre est lui-même connecté avec le niveau international, la banque de germoplasme (CIAT pour le cas du haricot). Cette interconnexion facilite la gestion-préservation de l’agrobiodiversité in situ et ex situ.

Il est éclairant de replacer leurs travaux dans le temps. À partir de 2005, les CIAL avaient commencé à identifier, répertorier, inventorier la gamme de variétés que les paysans de la région semaient et à les stocker dans leurs banques. De là, ils ont identifié celles qui pouvaient leur servir de parents dans les croisements effectués avec des variétés provenant de la banque nationale. Ils ont ensuite multiplié les semences des variétés créées et approvisionné les paysans de leurs communautés. Les CIAL ont alors monté des foires de la biodiversité au cœur des agglomérations principales de leurs zones, rendant ainsi la réalité de l’agrobiodiversité plus visible pour un plus grand nombre de personnes, rurales et citadines, précisant son sens, son utilité et la façon de la gérer. Progressivement, en complément du travail accompli par les banques communautaires de semences, et en articulation avec elles, certains paysans se sont lancés dans la conservation individuelle de variétés. Ils ont été baptisés « gardiens de semence ». Pour ces communautés, c’est bien l’ensemble et l’enchainement de ces diverses opérations qui contribuent à la gestion (et enrichissement) de l’agrobiodiversité (Hocdé et al., 2010).

17Les réglementations en matière de semences doivent être ré-examinées et amendées pour prendre en compte la nécessité d’encourager la conservation de l’agrobiodiversité in situ et on farm (sur l’exploitation). Elles doivent soutenir le développement et l’entretien de la diversité des systèmes agricoles (et, pour ce faire, elles doivent envisager la nécessité de faire coexister des systèmes semenciers diversifiés), élargir la palette de diversité génétique à la disposition des agriculteurs et promouvoir une utilisation plus étendue des variétés et des espèces locales, adaptées aux conditions locales.

L’agrobiodiversité et les droits des agriculteurs

18La mise en œuvre des droits des agriculteurs est fondamentale pour permettre la conservation et l’utilisation durable de l’agrobiodiversité. Les droits des agriculteurs comprennent les droits collectifs au foncier et à la réforme agraire, à l’eau, aux ressources naturelles, à l’énergie, aux technologies appropriées, ainsi qu’à l’éducation, aux soins médicaux, à la participation politique et à la liberté d’association, entre autres choses. Ces droits sont intrinsèquement liés entre eux, mais ici nous choisirons de nous concentrer sur les droits des agriculteurs ainsi qu’ils ont été définis dans le préambule et dans l’article 9 du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (International Treaty on Plant Genetic Resources for Food and Agriculture ou ITPGRFA). Cet instrument constitue une importante opportunité pour élaborer et mettre en œuvre les droits des agriculteurs à l’échelon national, dans la mesure où il s’agit du premier traité international juridiquement contraignant qui reconnaisse explicitement les droits des agriculteurs. Nous détaillerons ensuite les principales dispositions relatives aux droits des agriculteurs, ainsi qu’elles sont présentées dans l’article 9 de ce traité.

« Article 9.1. Les parties contractantes reconnaissent l’énorme contribution que les communautés locales et autochtones ainsi que les agriculteurs de toutes les régions du monde, et spécialement ceux des centres d’origine et de diversité des plantes cultivées, ont apportée et continueront d’apporter à la conservation et à la mise en valeur des ressources phytogénétiques qui constituent la base de la production alimentaire et agricole dans le monde entier.
Article 9.2. Les parties contractantes conviennent que la responsabilité de la réalisation des droits des agriculteurs, pour ce qui est des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture, est du ressort des gouvernements. En fonction de ses besoins et priorités, chaque partie contractante devrait, selon qu’il convient et sous réserve de la législation nationale, prendre des mesures pour protéger et promouvoir les droits des agriculteurs, y compris :
– la protection des connaissances traditionnelles présentant un intérêt pour les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture ;
– le droit de participer équitablement au partage des avantages découlant de l’utilisation des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture ;
– le droit de participer à la prise de décisions, au niveau national, sur les questions relatives à la conservation et à l’utilisation durable des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture.
Article 9.3. Rien dans cet article ne devra être interprété comme limitant les droits que peuvent avoir les agriculteurs de conserver, d’utiliser, d’échanger et de vendre des semences de ferme ou du matériel de multiplication, sous réserve des dispositions de la législation nationale et selon qu’il convient. »

19Bien que ce traité reconnaisse que les pays doivent prendre des mesures pour protéger les droits des agriculteurs, chaque pays peut décider des mesures à mettre en place, et les politiques et les actions qui figurent dans le traité n’y sont qu’à titre indicatif, laissant aux États la possibilité d’opter pour d’autres. Le préambule au traité mentionne explicitement le droit des agriculteurs à « conserver, utiliser, échanger et vendre des semences de ferme et d’autres matériels de multiplication ». Cependant, il est affirmé plus loin, dans l’article 9.3, que « rien dans cet article ne devra être interprété comme limitant les droits que peuvent avoir les agriculteurs de conserver, d’utiliser, d’échanger et de vendre des semences de ferme ou du matériel de multiplication, sous réserve des dispositions de la législation nationale et selon qu’il convient ». Ainsi, bien que les droits des agriculteurs soient affirmativement reconnus dans le préambule, l’article 9.3 reste neutre et précise seulement que la décision est à prendre par chaque pays, en fonction de sa législation nationale. L’article 9.3 reflète le manque de consensus qui existait entre les pays favorables à une reconnaissance effective des droits des agriculteurs à conserver, utiliser, échanger et vendre des semences produites sur leurs exploitations, et les pays qui étaient opposés à une telle reconnaissance, susceptible d’entraîner une restriction des droits des obtenteurs professionnels.

20L’article 9.3 n’impose toutefois aucune restriction quant aux options qui peuvent être adoptées par les pays en matière d’application des droits des agriculteurs au niveau national, même si cela comprend une limitation des droits de la propriété intellectuelle sur les variétés végétales. Il s’agit sans doute là d’une des questions les plus controversées en ce qui concerne la mise en œuvre des droits des agriculteurs. Ni la proposition de l’Union européenne ni celle des États-Unis soumises à l’occasion de l’élaboration du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture ne faisaient allusion aux droits des agriculteurs à conserver, utiliser, échanger et vendre les semences produites sur les exploitations.

21Or, pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité, il est fondamental de veiller à ce que suffisamment d’espace juridique subsiste dans les législations sur les semences et dans les droits de la propriété intellectuelle pour que les agriculteurs puissent continuer à conserver, utiliser, échanger et vendre les semences et le matériel de propagation qui sont produits sur leurs exploitations. Il est en outre important de noter que ces semences de ferme comprennent tant des variétés traditionnelles que des variétés améliorées qui ont fait l’objet d’un travail de sélection et d’amélioration supplémentaire par les agriculteurs.

22Pour veiller à ce que les plantes cultivées bénéficient d’une base génétique diversifiée, les législations sur les semences et les droits de la propriété intellectuelle doivent, les unes comme les autres, contenir des exceptions qui permettent aux agriculteurs petits producteurs ou producteurs locaux de conserver, d’utiliser, d’échanger et de vendre des semences et autres matériels de multiplication produits sur place à d’autres agriculteurs petits producteurs ou producteurs locaux, du moment que ces activités se déroulent sur les marchés locaux et entre agriculteurs locaux.

Encadré 8.2. Le rôle des curadoras mapuches dans la conservation des variétés de quinoa

Max Thomet et Didier Bazile

Le quinoa (Chenopodium quinoa Willd.) a été domestiqué il y a environ 7 000 ans dans les Andes, région dans laquelle il est resté un aliment de base des populations indigènes de Colombie, Équateur, Pérou, Bolivie et Chili. Cette culture très rustique a su s’adapter à une grande diversité de milieux. Bien que cette plante soit souvent associée dans les esprits à l’altiplano où elle est majoritairement cultivée par les indiens aymaras, le quinoa fait aussi partie de la culture ancestrale des indiens mapuches du sud du Chili. Des traces archéologiques montrent une domestication récente entre 1 200-1  400 après J.C. Base de leur alimentation par le passé, beaucoup moins consommé aujourd’hui, il reste toujours utilisé pour fabriquer le Mudaï, une boisson consommée lors des cérémonies religieuses. Variétés des Incas ou variétés endémiques, le quinoa mapuche, aussi appelé Kinwa ou Dawe, n’a donc jamais complètement disparu malgré l’introduction de nombreuses espèces exotiques lors de la conquête espagnole.

Le Tukun est le concept mapuche pour nommer le potager (la huerta) où les indigènes cultivaient auparavant de très petites surfaces. Il reflète la cosmogonie du peuple mapuche dans sa forme, sa disposition et les types de plantes qui le composent, l’application du calendrier lunaire pour les semis et le repiquage, et la transmission orale des connaissances. Le potager mapuche étaient auparavant inséré dans les éléments forestiers comme autant de microcosmes alimentaires en parfait mimétisme dans le paysage. Jusqu’à nos jours, la responsabilité du potager incombe encore aux femmes, prendre soin des enfants ou des plantes correspondant à une qualité jugée féminine. C’est ainsi que durant des milliers d’années, des semences ont été collectées, échangées et adaptées dans des espaces semi-contrôlés. L’autoproduction et l’échange de semences sont un des mécanismes qui permettent de maintenir, voire d’augmenter, la diversité d’une année à l’autre. Comme cela a pu être montré aussi ailleurs dans le monde dans différents systèmes traditionnels très complexes d’échanges, au niveau des communautés mapuche, il a été mis en évidence que certains paysans participaient avec une fréquence plus élevée que les autres aux échanges. Ils comptent aussi une plus grande diversité d’espèces et de variétés dans leurs parcelles que le reste de la communauté. Ces personnes ressources pour l’agrobiodiversité assument pour le groupe le rôle de curadoras. Elles sont à la fois les gardiennes des semences et doivent protéger les plantes, mais elles sont aussi les détentrices des savoirs alimentaires, médicinaux ou autres pour lesquels elles ont la responsabilité d’assurer une continuité dans la chaîne de transmission des savoirs et des ressources génétiques pour que les variétés perdurent dans le temps.

Dans les communautés mapuche du sud Chili, le quinoa reste cultivé à 85 % par les femmes qui sèment chacune en moyenne entre 2 et 4 variétés paysannes. Il existe aujourd’hui deux types d’échanges qui représentent l’accès principal aux semences. Le premier est un échange « individuel » (entre personnes ou familles) à l’intérieur de la communauté, basé sur une confiance étroite pour une transmission dans le secret. Le second est une sorte de marché traditionnel (Trafkintü) organisé sous forme d’événements publics (dans le sens d’une ouverture à différentes communautés) avec une cérémonie d’introduction et la présentation de chaque participant. Les curadoras correspondent aux nœuds des réseaux d’échanges de semences c’est pourquoi elles contrôlent les deux types d’échanges.

Aujourd’hui, ces femmes curadoras participent activement comme formatrice dans les actions de conservation de la biodiversité. Elles travaillent en particulier en lien avec l’ANAMURI (Asociación Nacional de Mujeres Rurales e Indígenas) à la défense des semences paysannes dans le cadre de la campagne nationale Semillas campesinas : Patrimonio de los pueblos al servicio de la Humanidad. Des événements ont lieu chaque jour dans tous les territoires du pays ; ils reposent sur les stratégies propres des communautés paysannes comme les foires et échanges de semences (Trafkintü en Mapudungun, la langue mapuche), ou encore la participation à des séminaires ou à des journées de mobilisations publiques. Ces dernières années, le point focal de leurs actions a concentré tous les efforts sur le rejet de l’adoption des conventions et traités internationaux tels que le passage à l’acte de 1991 de l’UPOV (Union pour la protection des obtentions végétales) et les lois nationales chiliennes qui y sont liées car elles restreignent le droit ancestral au libre accès et à l’échange des semences.

En conclusion, la prise en compte et la valorisation de ces connaissances locales de gestion et de maintien de l’agrobiodiversité par les communautés agricoles traditionnelles est fondamentale. Le développement de nouvelles stratégies de conservation in situ de la biodiversité se doit d’intégrer ces savoirs et pratiques afin d’inverser les processus actuels d’érosion génétique générés par l’agriculture conventionnelle et les systèmes semenciers, privés ou étatiques, dits modernes (Aleman et al., 2010 ; Martínez et al., 2010).

23La définition de ce qu’est un marché « local » est complexe et doit prendre en considération les dimensions socioculturelles autant que politico-administratives et agronomiques. Plusieurs intervenants ont déjà soumis des propositions visant à mieux équilibrer les droits de la propriété intellectuelle et les droits des agriculteurs à conserver, utiliser, échanger et vendre des semences de ferme (de variétés protégées), par exemple en limitant les droits des agriculteurs aux plantes cultivées destinées à la consommation nationale (ce qui exclut les productions destinées à l’exportation) ou, alternativement, à l’alimentation humaine et animale (ce qui exclut notamment les plantes ornementales). Ces deux propositions sont l’une et l’autre juridiquement et politiquement applicables et devraient être étudiées sérieusement par les pays parties au Traité international de la FAO sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le cadre de l’application des droits des agriculteurs au niveau national.

L’agrobiodiversité et la législation sur le patrimoine culturel

24Pour Sauer (1986), les plantes cultivées sont des « objets façonnés culturels », tandis que Emperaire et al. (2008) les considèrent comme des « objets de nature biologique, mais d’essence culturelle ». La culture est d’ailleurs présente à l’intérieur du terme « agriculture », et un des sens du mot « culture » est bien la culture de la terre. La culture et l’agriculture sont de ce fait intimement liées, et il est possible d’utiliser des instruments juridiques de protection du patrimoine culturel pour reconnaître et soutenir les systèmes agricoles à agrobiodiversité élevée et toutes leurs composantes, aussi bien matérielles (les agroécosystèmes et les plantes cultivées, par exemple) qu’immatérielles (les techniques, les pratiques, les savoirs agricoles, etc.).

25La sauvegarde des habitudes alimentaires traditionnelles et de la diversité des régimes alimentaires constitue un autre moyen de soutenir l’agrobiodiversité et la sécurité alimentaire. La préservation de la diversité génétique des plantes cultivées ne peut être dissociée de l’utilisation de ces plantes, et promouvoir les régimes alimentaires traditionnels, qui sont souvent plus diversifiés, contribue à sauvegarder ensemble le patrimoine biologique et culturel de l’humanité. Il en découle que les instruments juridiques de préservation du patrimoine culturel sont susceptibles d’être utilisés (et l’ont d’ailleurs été dans certains cas) pour œuvrer en faveur de l’agrobiodiversité et de la diversité alimentaire par des moyens innovants : c’est notamment le cas de la convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel et de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture).

Encadré 8.3. De la ressource phytogénétique au patrimoine culturel : les bases sociales de la gestion de l’agrobiodiversité en Amazonie brésilienne

Ludivine Eloy et Laure Emperaire

La région amazonienne peut être qualifiée de mégadiverse par sa diversité biologique spontanée et par celle en plantes cultivées, sélectionnées et maintenues par les populations locales. La pérennité de cette agrobiodiversité est aujourd’hui remise en question par la diffusion de modèles et de techniques agricoles qualifiés de modernes, le développement des infrastructures, l’urbanisation etc. Les systèmes semenciers traditionnels sont en voie d’appauvrissement tant sur le plan des ressources phytogénétiques en jeu que sur celui des connaissances et pratiques qui y sont associées.

Le programme « Populations locales, agrobiodiversité et connaissances traditionnelles associées » (Pacta), mené en coopération entre l’Unicamp et l’IRD, coordonné par Mauro Almeida et Laure Emperaire, s’interroge sur le devenir de ces agricultures à faibles intrants et sur l’agrobiodiversité qui y est associée.

La recherche menée en Amazonie brésilienne, en particulier dans la région du Rio Negro, vise à comprendre les bases sociales et culturelles de tels systèmes. L’originalité de la démarche proposée n’est pas de s’intéresser aux savoirs en tant que corpus de données opérationnelles mais de tenter de comprendre leur signification sociale et les valeurs dont ils sont porteurs. Nous mettons en évidence que l’amplitude de la diversité gérée par les populations amérindiennes, dépasse largement des exigences fonctionnelles, agronomiques ou alimentaires. L’analyse des réseaux de circulation de l’ensemble des plantes cultivées des unités familiales met en évidence deux niveaux de gestion de la diversité agricole. Le premier opère au sein de l’exploitation : il est imposé par le fonctionnement de l’agriculture sur brûlis qui requiert le transfert annuel du germoplasme de l’ancien abattis à celui nouvellement défriché. Le maillage du deuxième réseau se situe à l’échelle régionale, parfois sur des centaines de kilomètres. L’enjeu de l’échange dépasse la seule obtention d’une variété nouvelle, la plante est aussi le vecteur de significations sociales. Avoir de nombreuses espèces ou variétés cultivées est synonyme de prestige et d’une sociabilité accomplie. La diversité des statuts des plantes cultivées au sein de la société est révélée par la forme de cette circulation : don, échange ou transmission. Ces modèles conceptuels locaux se heurtent aux savoirs formalisés au sein des institutions de développement agricole, ou les complètent. La question est d’identifier comment ces stratégies locales de gestion de la biodiversité peuvent être reconnues et valorisées en termes d’apport à la conservation des ressources phytogénétiques (Emperaire et al., 2010 ; Cardoso et al., 2010).

26Depuis ses origines, la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco a été essentiellement orientée vers les arts de la scène et les artisanats. Plus récemment, l’Unesco semble avoir accepté l’idée que les traditions culinaires sont une expression culturelle aussi fondamentale, pour l’identité culturelle, et aussi digne de reconnaissance que la danse, le théâtre et la musique. Comme le patrimoine alimentaire est directement lié à la diversité génétique des plantes cultivées, il est intéressant de rappeler que trois systèmes culinaires ont été ajoutés à la liste en 2010 : la cuisine traditionnelle mexicaine, les régimes alimentaires méditerranéens d’Espagne, de Grèce, d’Italie et du Maroc, et le repas gastronomique des français. L’Unesco œuvre également en partenariat avec Bioversity International et avec le ministère kényan du Patrimoine national et de la culture sur un projet appelé Safeguarding Traditional Foodways of Two Communities in Kenya (sauvegarde des habitudes alimentaires traditionnelles de deux communautés au Kenya). Dans le cadre de ce projet, il est reconnu que les habitudes alimentaires, tant quotidiennes qu’associées à des événements particuliers (tels que des rituels ou des festivités), sont une composante importante du patrimoine immatériel des populations locales.

27Une autre initiative allant dans le même sens est née au Brésil. Le 8 novembre 2010, l’Institut national du patrimoine artistique et historique (IPHAN, l’agence fédérale brésilienne pour la protection du patrimoine culturel) a reconnu pour la première fois un système agricole traditionnel à agrobiodiversité élevée, celui de la région du Rio Negro (nord-ouest de l’Amazonie brésilienne), comme « patrimoine culturel immatériel du Brésil ». Selon Emperaire et al. (2008), dans le contexte du Rio Negro, un système agricole peut être compris comme « un ensemble de savoirs, de mythes, d’expressions orales, de pratiques, de produits, de techniques, d’objets manufacturés et d’autres manifestations et expressions associées qui font intervenir une gestion des espaces, la culture de végétaux, la transformation des produits agricoles, et les systèmes alimentaires locaux. » Ces auteurs expliquent que la notion de système permet de relier le patrimoine culturel (au nom de quoi une reconnaissance est recherchée) à un ensemble plus complexe et plus large de relations sociales. Pour eux, l’enregistrement du système agricole du Rio Negro comme patrimoine culturel immatériel est « un exemple concret qui montre comment des instruments et des politiques de protection du patrimoine culturel peuvent être utilisés en faveur de l’agrobiodiversité, de la diversité culturelle et des systèmes agricoles locaux. »

28Le 23 décembre 2009, le Pérou a émis une Résolution directoriale nationale (Resolución Directoral Nacional N° 1986/INC) déclarant « patrimoine culturel national » les savoirs, les pratiques et les techniques associés à la culture traditionnelle du maïs dans la vallée sacrée des Incas, dans les Andes péruviennes. C’était la première fois au Pérou qu’un système agricole était reconnu patrimoine culturel. Selon cette Résolution, le maïs, ou sara en langue Quechua, bien que d’origine méso-américaine, a été cultivé dans les Andes péruvienne depuis des millénaires, et cette céréale est représentée dans la région par 55 variétés.

29Il est également intéressant de relever qu’en 1992, la convention de l’Unesco concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel a mis en place une nouvelle catégorie, innovante, de sites protégés, celle de « paysage culturel ». Ces « paysages culturels » sont habilités à figurer dans la liste du patrimoine mondial de l’Unesco lorsque les interactions entre la population et leur environnement sont considérés comme ayant « une valeur universelle exceptionnelle ». Plusieurs paysages agricoles importants ont d’ores et déjà été inscrits sur cette liste en tant que « paysages culturels », notamment les rizières en terrasses des cordillères des Philippines, le paysage archéologique des premières plantations de café du sud-est de Cuba, le paysage agricole du sud d’Öland en Suède, et le paysage pastoral de la puszta du Parc national de Hortobágy en Hongrie. Ces exemples illustrent la possibilité d’utiliser la catégorie des « paysages culturels » pour promouvoir et sauvegarder les sites d’agrobiodiversité patrimoniale (Singh et Varaprasad, 2008). Ainsi est-il possible de préserver le riche patrimoine génétique des plantes cultivées et des animaux d’élevage associés aux agroécosystèmes à diversité élevée, sans oublier les techniques, les pratiques et les innovations agricoles des populations locales, non seulement par le biais d’instruments relevant de la législation sur l’environnement, mais encore en faisant appel aux outils de sauvegarde du patrimoine culturel tels que ceux mentionnés plus haut.

L’agrobiodiversité et les aires protégées

30Le rôle des aires protégées dans la conservation et l’utilisation durable de l’agrobiodiversité a été considérablement sous-estimé. Au niveau international, il n’existe toujours pas de catégorie d’aire protégée qui soit spécifiquement consacrée à la sauvegarde de l’agrobiodiversité, qu’il s’agisse de la conservation in situ d’espèces sauvages parentes d’espèces cultivées, ou de la gestion, en exploitation (on farm) de systèmes à agrobiodiversité élevée (bien que d’autres catégories de sites protégés aient pu occasionnellement servir à la conservation de l’agrobiodiversité).

31Les aires protégées ont vu leur effectif mondial passer d’environ 56 000 en 1996 à près de 70 000 en 2007, tandis que leur superficie totale passait de 13 millions à 17,5 millions de km2 au cours de la même période ‒ mais il reste que, selon le 2e Rapport sur l’état des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde (FAO, 2010, p. 34), les secteurs accueillant l’agrobiodiversité la plus riche (notamment les centres d’origine et/ou de diversité) sont significativement moins protégés que dans la moyenne mondiale. Ce même rapport précise qu’un nombre significatif de ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture, dont des espèces sauvages parentes d’espèces cultivées et des plantes utiles récoltées dans la nature, se trouvent à l’extérieur de zones protégées (dans des champs cultivés, des vergers, des prairies, etc.) et ne bénéficient de ce fait d’aucune forme de protection juridique.

32Comme l’ont déjà fait remarqué plusieurs auteurs (Phillips, 2005 ; Rössler, 2005 ; Santilli, 2005), un glissement s’est opéré dans le paradigme qui sous-tend les efforts de conservation, passant de la désignation de sites naturels exceptionnels sans occupation humaine (zones primaires ou quasi primaires) à la reconnaissance de la valeur de sites de patrimoine naturel dans un contexte paysager comportant une population humaine résidente. Autrement dit, plus d’attention est accordée à l’interaction entre les humains et la nature, et l’importance de sites protégés centrés sur des paysages habités est de plus en plus admise et acceptée. Dans le sillage de cette évolution, une nouvelle catégorie d’aire protégée, de type « réserve d’agrobiodiversité » ou « paysage protégé à agrobiodiversité élevée » pourrait être instaurée, spécifiquement axée sur la gestion de la biodiversité agricole et sur la reconnaissance des techniques, des pratiques et des savoirs agricoles traditionnels. La plupart des initiatives visant à préserver l’agrobiodiversité au sein d’aires protégées sont mises en œuvre dans des parcs ou des réserves biologiques qui n’étaient pas conçus au départ pour la sauvegarde des cultures et des zones cultivées. Il existe toutefois quelques exceptions, dont notamment le Parque de la Papa, créé par des communautés indigènes du Pérou, et la réserve de la Sierra del Manantlán, au Mexique.

33La création d’une catégorie d’aire protégée reconnue à l’échelon international et spécialement destinée à préserver l’agrobiodiversité contribuerait à une meilleure prise de conscience générale de l’importance de la diversité agricole et de ses implications pour la sécurité alimentaire, l’alimentation, la santé, l’équité sociale et la durabilité environnementale. Pendant longtemps, la plupart des politiques et des démarches de conservation ont été concentrées sur la biodiversité sauvage, comme s’il était plus important pour l’humanité de sauvegarder les espèces végétales et animales sauvages que la diversité des plantes cultivées telles que le riz, les haricots, le blé ou la pomme de terre, qui figurent quotidiennement dans notre alimentation. Qui plus est, le manque d’intégration des approches utilisées par les politiques agricoles et environnementales est bien souvent à l’origine d’un cloisonnement et d’une incoordination des efforts de préservation des espèces et des écosystèmes sauvages, d’une part, et de conservation ex situ d’espèces cultivées ou domestiquées, d’autre part, respectivement consentis par des agences de protection de l’environnement et par des institutions de recherche agronomique n’interagissant pratiquement pas entre elles.

34La création de réserves d’agrobiodiversité permettrait en outre d’attirer un peu plus l’attention des décideurs sur la pertinence d’identifier les hotspots de l’agrobiodiversité, de prospecter et d’inventorier les zones à haute diversité agricole (notamment en ce qui concerne les espèces sauvages parentes d’espèces cultivées, les variétés et races locales ou traditionnelles, et les systèmes agricoles ingénieux), et de définir les critères et les méthodes à employer pour l’identification et la gestion adaptative de ces sites. Des initiatives de ce type contribueraient à améliorer la compréhension scientifique de la gestion in situ, sur l’exploitation (on farm), de l’agrobiodiversité, et à mieux faire reconnaître la valeur des systèmes semenciers locaux et des réseaux sociaux pour le maintien de la diversité génétique végétale. Une catégorie d’aire protégée spécialement conçue pour encourager la gestion de l’agrobiodiversité sur les exploitations mêmes (on farm) devrait permettre une utilisation durable des ressources phytogénétiques et orienter les efforts sur la gestion adaptative et sur les interactions entre la population humaine et le milieu naturel.

35Étant donné que ce sont les systèmes agricoles traditionnels et locaux qui préservent et gèrent l’essentiel de l’agrobiodiversité, il serait possible de créer une réserve d’agrobiodiversité uniquement avec le soutien et l’engagement des agriculteurs résidant et travaillant dans la zone sélectionnée. La participation des agriculteurs serait indispensable pour la mise au point et l’application des plans de gestion et des actions, qui devraient promouvoir une approche intégrée (et complémentaire) des systèmes de connaissances scientifiques et traditionnels. Au lieu de se limiter à la simple conservation de l’environnement, les réserves d’agrobiodiversité devraient, afin de se donner une durabilité sociale et politique, notamment dans les pays en voie de développement, satisfaire des objectifs plus ambitieux de développement durable local et d’inclusion sociale.

36Elles peuvent être établies sur des terres qui ne sont pas propriété publique. Toutefois, il serait évidemment incohérent d’exproprier les propriétaires exploitants éventuellement localisés à l’intérieur de leur périmètre. Elles pourraient être mises en place par des accords avec les agriculteurs locaux qui résident dans le secteur désigné et qui exploitent ces agroécosystèmes à agrobiodiversité élevée. Il serait envisageable d’octroyer une compensation aux agriculteurs concernés pour leurs contributions à la conservation de la biodiversité agricole, par exemple sous la forme d’un paiement pour services environnementaux rendus.

L’agrobiodiversité et les systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (Sipam)

37En 2002, la FAO a lancé une initiative pour la préservation et la gestion adaptative des systèmes ingénieux du patrimoine agricole mondial (Sipam). Ce projet a pour objectif de jeter les fondations de la reconnaissance internationale, de la conservation dynamique et de la gestion adaptative de ces Sipam et de la biodiversité agricole, des systèmes de connaissances, de la sécurité alimentaire, de la sécurité des moyens de subsistance, et des cultures qui leur sont associés, partout sur la planète. Ces systèmes ingénieux sont définis comme étant « des systèmes et des paysages remarquables d’exploitation de terres riches en une diversité biologique d’importance mondiale et évoluant grâce à l’adaptation d’une communauté à son environnement, à ses besoins et à ses aspirations au développement durable ». Le programme Sipam est financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) par l’intermédiaire du programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Parmi ses autres partenaires figurent l’Unesco, le Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), l’Université des Nations unies (UNU), le Fonds international de développement agricole (FIDA), Bioversity International et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Des universités, le secteur privé et des organisations de la société civile participent également à des projets pilotes.

38Le concept de systèmes ingénieux est à distinguer de celui de site patrimonial ou de paysage protégé (protected landscape) conventionnel, et il est également plus complexe. Bien que les promoteurs du projet Sipam reconnaissent que l’expérience de l’Unesco dans l’identification des sites et des paysages du patrimoine mondial, notamment en ce qui concerne la catégorie des paysages vivants essentiellement évolutifs, se soit avérée utile pour favoriser l’agrobiodiversité, ils considèrent que cette catégorie aurait besoin d’intégrer une vision plus sensible aux aspects agricoles et une approche axée sur les systèmes d’utilisation des terres. Le projet Sipam, qui œuvre à instaurer un mécanisme de reconnaissance de ces systèmes ingénieux qui soit accepté à l’échelon international, examine actuellement la possibilité d’inclure des systèmes agricoles dans les catégories existantes de paysages culturels ou de créer une nouvelle catégorie de patrimoine mondial. Ce projet vise à faciliter l’intégration de la conservation de l’agrobiodiversité au sein des politiques et des plans nationaux relatifs à la biodiversité, dans le but de renforcer les capacités des pays (notamment de ceux accueillant des systèmes pilotes) à promouvoir une utilisation durable de l’agrobiodiversité. Les populations pratiquant une agriculture paysanne familiale traditionnelle et les peuples indigènes en seraient les principaux bénéficiaires. L’objectif est de créer un réseau de systèmes ingénieux et de lancer un programme à long terme et évolutif. Environ 200 systèmes agricoles ont d’ores et déjà été identifiés, et des systèmes pilotes ont été établis dans un certain nombre de pays :

  1. le système agricole des Andes, des vallées de Cuzco et de Puno, non loin de la cité Inca de Machu Picchu (Pérou). Cette région, où les cultures sont réalisées en terrasses, parfois jusqu’à 4 000 m d’altitude, est le centre d’origine de la pomme de terre (domestiquée par les peuples indigènes Aymara et Quechua), du quinoa, du quinquina, de la coca, de l’amaranthe, du piment et de légumes-racines, tels que la arracacha et le yacón, qui tiennent une place fondamentale dans les régimes alimentaires de la région ;

  2. le système agricole de l’archipel de Chiloé, dans le sud du Chili, est un centre d’origine et de diversité de la pomme de terre. Environ 200 variétés locales de cette espèce y sont encore cultivées par le peuple indigène Huilliche, ainsi qu’une variété d’ail appelé ajo chilote qui n’existe que sur les terres volcaniques de cet archipel ;

  3. les rizières en terrasses de la province d’Ifugao, dans les montagnes philippines, qui figurent également sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’Unesco, dans la catégorie des « paysages culturels » de la Convention du patrimoine mondial. Il s’agit d’un agroécosystème situé en zone montagneuse d’altitude, au sein duquel les terrasses épousent les courbes du relief en formant un ensemble de micro bassins hydrographiques qui fonctionnent comme des systèmes d’irrigation et de filtration. Il est estimé que 565 variétés de riz y sont préservées (Nozawa et al., 2008) ;

  4. les systèmes agricoles des oasis de la région du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie). Les oasis du Maghreb constituent des îlots de végétation verdoyante dans un milieu naturel caractérisé par de très fortes contraintes. Elles abritent un système de production agricole intensif, très diversifié et hautement productif qui a été élaboré sur plusieurs millénaires. Elles produisent des dattes, d’autres fruits (grenades, figues, pêches, pommes, raisin, etc.), des légumineuses, des céréales, des légumes, des plantes médicinales, etc. L’oasis de Tamegroute, au Maroc, figure par ailleurs au programme sur « l’Homme et la biosphère » de l’Unesco et fait partie de la réserve de biosphère des oasis du sud marocain ;

  5. le système de pisciculture-riziculture en Chine. Les poissons sont élevés en symbiose avec les rizières inondées. Ils apportent en effet la fumure pour la croissance du riz, régulent les conditions microclimatiques du milieu, ameublissent le substrat, agitent l’eau et consomment les larves et les mauvaises herbes, tandis que les plants de riz leur fournissent de l’ombre et de la nourriture. Ce système traditionnel existe depuis la dynastie des Han, il y a 2 000 ans ;

  6. les rizières en terrasses des Hani (Chine). Ces rizières se trouvent dans la préfecture autonome Hani et Yi de Honghe, dans le sud-est de la Province du Yunnan. Le paysage écologique se compose typiquement d’un assemblage de zones forestières, de zones d’habitations, et de zones de terrasses surplombant les rivières. La minorité ethnique Hani vit dans cet environnement depuis plus de 1 300 ans ;

  7. le système traditionnel de riziculture de Wannian (Chine). Le riz traditionnel de Wannian est une variété remarquable, très ancienne et hautement spécialisée, qui ne peut se développer que dans l’eau, le sol et les conditions climatiques particulières des environs du village de Heqiao. Cette variété a besoin d’être irriguée en permanence par de l’eau de source froide. Les forêts environnantes jouent un rôle crucial dans la préservation des sols et de la ressource en eau. L’ensemble des forêts et des rizières font partie du même système agroforestier à biodiversité élevée ;

  8. le système pastoral des Masaï et l’agroécosystème des hauts plateaux (Kenya et Tanzanie). Plus de 75 % de la population africaine réside en zone rurale, dans des petits villages et sur des exploitations familiales. Ce projet vise à renforcer la viabilité des petites exploitations, de l’agriculture traditionnelle et des systèmes agropastoraux, et à renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations indigènes qui dépendent de ces systèmes au Kenya et en Tanzanie. Le projet a pour objectif la gestion adaptative et la préservation des paysages productifs des populations Masaï et Tapade.

39Le programme Sipam vise à identifier, définir et soutenir les formes de sauvegarde et de gestion dynamique de ces systèmes agricoles afin de permettre aux agriculteurs locaux d’entretenir la diversité biologique tout en préservant les ressources naturelles indispensables à leur survie. Il œuvre à mettre au point des politiques et des incitations publiques pour la conservation de la biodiversité, et des savoirs traditionnels associés, in situ et sur les exploitations (on farm). Un des traits caractéristiques de ces systèmes agricoles traditionnels est justement l’agrobiodiversité particulièrement élevée qu’ils entretiennent : au moins 177 variétés de pommes de terre ont été inventoriées dans les Andes péruviennes, environ 20 variétés traditionnelles de riz dans les systèmes de pisciculture-riziculture en Chine et plus de 10 variétés de dattes dans les oasis du Maghreb. Tout en faisant reconnaître la valeur de ces systèmes agricoles traditionnels ou locaux et en œuvrant à leur sauvegarde, le programme Sipam constitue par ailleurs une source d’informations pour étayer les discussions concernant la création d’aires protégées spécialement dédiées à la sauvegarde de l’agrobiodiversité.

Conclusion

40La complexité extrême de l’univers agraire et agricole de la planète tient non seulement à la diversité considérable des paysages et des écosystèmes (dotés de caractéristiques environnementales propres), mais encore à la grande variété des modes de subsistance et des stratégies de survie et de production des agriculteurs. Bien qu’il soit courant de considérer le monde agricole comme scindé en deux pôles contrastés, avec l’agrobusiness industriel d’une part et la petite paysannerie de l’autre, la vérité est que notre diversité agricole culturelle et biologique n’est pas constituée d’un simple binôme, mais d’une multiplicité de systèmes d’exploitation très divers (indigènes, traditionnels, familiaux, paysans, biologiques, ou encore monoculturaux). Le cadre juridique de l’agrobiodiversité est encore en chantier, à l’échelle internationale comme dans la plupart des pays, ce qui donne à toutes les parties prenantes sociales une chance de réfléchir et de discuter pour définir comment les politiques et la législation pourraient contribuer plus efficacement à la gestion et à l’utilisation durable de l’agrobiodiversité in situ et sur les exploitations (on farm), ainsi qu’à la sécurité alimentaire, à la diversité culturelle et à l’équité sociale (Santilli, 2011). Bien des instruments juridiques dont il a été question dans ce chapitre ne sont pas encore finalisés ou sont en cours de révision. D’autres doivent être pensés et mis au point, ou, déjà en place à l’échelon international, restent à appliquer au niveau national. Pour les législateurs et les décideurs, un tel contexte est une belle occasion de faire preuve d’innovation en créant de nouveaux outils conçus pour renforcer les processus biologiques, sociaux et culturels complexes qui entretiennent et enrichissent l’agrobiodiversité.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aleman J., Thomet M., Bazile D., Pham J.-L., 2010. Central role of nodal farmers in seed exchanges for biodiversity dynamics example of « Curadoras » for the quinoa conservation in mapuche communities in south Chile, In : Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food (ISDA), Montpellier, France - http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00530950/fr/

Bioversity International, 2010. Agriculture, agricultural biodiversity and sustainability, booklet based on the paper ‘Sustainable Agriculture and the Sustainable Use of Agricultural Biodiversity: Concepts, Trends and Challenges’, In : 14th meeting of the Convention on Biological Diversity’s Subsidiary Body on Scientific, Technical and Technological Advice, Nairobi, Kenya.

Bonneuil C., Demeulenaere E., Thomas F., Joly P.B., Allaire G., Goldringer I., 2006. Innover autrement ? La recherche face à l’avènement d’un nouveau régime de production et de régulation des savoirs en génétique végétale, In : Quelles variétés et semences pour des agricultures paysannes durables? (Gasselin, P., Clèment O., eds), Les Dossiers de L’Environnement de l’Inra, no. 30, 29–52.

Cardoso T., Eloy Pereira L., Emperaire L., 2010. Rôle des dynamiques spatio-temporelles dans la conservation de l’agrobiodiversité des systèmes agricoles amérindiens du bas rio Negro (Amazonas, Bresil), In : Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food (ISDA), Montpellier, France - http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00512235/fr

Cromwell E., Cooper D, Mulvany P., 2003. Defining agricultural biodiversity, In : Conservation and Sustainable Use of Agricultural Biodiversity: A Sourcebook, Centro Internacional de la Papa (CIP) and Users’ Perspective with Agricultural Research and Development (UPWARD), Manila, vol. 1, chapter 1, pp. 1-12.

Emperaire L., Velthem L.H.V., Oliveira A.G., 2008. Patrimônio cultural imaterial e sistema agrícola: o manejo da diversidade agrícola no médio Rio Negro (AM), In : 26th Meeting of the Brazilian Anthropology Association, June 1-4, 2008, Porto Seguro, Bahia, Brazil.

Emperaire L., Almeida M., Carneiro Da Cunha M., Eloy L., 2010. Innover, Transmettre. La diversité agricole en Amazonie brésilienne, In : Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food (ISDA), Montpellier, France - http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00512260

FAO, 1996. Rome Declaration on World Food Security and World Food Summit Plan of Action. World Food Summit, November 13–17, 1996, FAO, Rome.

FAO, 2010. Second Report on the State of the World’s Plant Genetic Resources for Food and Agriculture, Commission on Genetic Resources for Food and Agriculture, FAO, Rome, http://www.fao.org/agriculture/crops/core-themes/theme/seeds-pgr/sow/en/ (consulté le 10 décembre 2010).

GTZ (German Technical Cooperation), 2006. Agrobiodiversity – the key to food security’, sector project ‘People, Food and Biodiversity (Division 45), Germany.

Hocdé H., Rosas C.J., Araya R., 2010. Co-desarrollo de variedades entre agricultores, científicos y profesionales, biodiversidad y otras cosas, In : Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food (ISDA), Montpellier, France - http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00531488/fr/

Louwaars N., 2007. Seeds of confusion: the impact of policies on seed systems, PhD dissertation, Wageningen, the Netherlands.

Louwaars N., 2010. Seed systems and plant genetic resources for food and agriculture: thematic background study, In : Second Report on the State of the World’s Plant Genetic Resources, FAO, Rome.

Martínez E.A., Bazile D., Thomet M., Delatorre J., Salazar E., León Lobos P., Von Baer I., Núñez L., 2010. Neo-liberalism in chile and its impacts on agriculture and biodiversity conservation of quinoa: a lesson for strengthening and developing new partnerships, In : Innovation and Sustainable Development in Agriculture and Food (ISDA), Montpellier, France - http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00523036/en/

Nozawa C., Malingan M., Plantilla A., Ong J., 2008. Evolving culture, evolving landscapes: the Philippine rice terraces, In : Protected Landscapes and Agrobiodiversity Values (Amend T., Brown J., Kothari A., Philipps A., Solton S., eds.), Values of Protected Landscapes and Seascapes, a series published by the Protected Landscapes Task Force of IUCN’s World Commission on Protected Areas, IUCN, Gland, Switzerland.

Phillips A., 2005. Landscape as a meeting ground: Category V protected landscapes/seascapes and world heritage cultural landscapes, In : The Protected Landscape Approach: Linking Nature, Culture and Community (Brown J., Mitchell N., Beresford M., eds.), IUCN, Gland, Switzerland, Cambridge, UK, 19-35.

Rössler M., 2005. World heritage cultural landscapes: a global perspective, In : The Protected Landscape Approach: Linking Nature, Culture and Community (Brown J., Mitchell N., Beresford M., eds.), IUCN, Gland, Switzerland, and Cambridge, UK, 37-46.

Santilli J., 2005. Socioambientalismo e Novos Direitos: Proteção Jurídica à Diversidade Biológica e Cultural, Editora Peiropolis, ISA/IEB, São Paulo, Brazil.

Santilli J., 2011. Agrobiodiversity and the Law: Regulating Genetic resources, Food Security and Cultural Diversity, Earthscan, London.

Sauer C., 1986. As plantas cultivadas na América do Sul tropical, In : Suma Etnológica Brasileira: Etnobiologia (Ribeiro B., ed.), 3rd ed., Vozes, FINEP, Petrópolis, Brazil, 59–90.

Singh A., Varaprasad K.S., 2008. Criteria for identification and assessment of agrobiodivesity heritage sites: evolving sustainable agriculture. Current Science, 94 (9), 1131–1138 (http://cs-test.ias.ac.in/cs/Downloads/article_42630.pdf; accessed April 30, 2012).