Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à innover dans un monde incertain

 | 
Émilie Coudel
, 
Hubert Devautour
, 
Christophe-Toussaint Soulard
, 
et al.

Partie 1 - Repenser l’innovation dans un monde incertain

Chapitre 2 - Systèmes d’innovation : du concept à la pratique émergente

Bernard Triomphe et Riikka Rajalahti

Texte intégral

1Au cœur des changements environnementaux et socio-économiques profonds et complexes qui se produisent tant sur le plan local qu’à l’échelle mondiale, les agriculteurs, les entreprises du secteur agroalimentaire et les sociétés doivent constamment innover pour pouvoir faire face aux évolutions actuelles, rester compétitifs et prospérer. Le développement agricole durable, en particulier, demande toute une palette d’innovations techniques, sociales et institutionnelles.

2Comment mieux innover a été une question amplement débattue. Pendant des décennies, beaucoup d’acteurs du secteur agricole ont plaidé et considérablement investi pour le développement et le renforcement de la recherche publique, des services de conseil agricole, de l’enseignement, et des liens les connectant les uns aux autres, dans l’idée de créer et de diffuser les connaissances et la panoplie de technologies perçues comme indispensables au développement agricole. Le modèle d’innovation sous-jacent était alors essentiellement linéaire : dans un tel modèle, les chercheurs produisent et utilisent des connaissances pour générer de nouvelles technologies qui sont ensuite diffusées par les conseillers agricoles auprès des agriculteurs potentiellement intéressés. Pour encourager les agriculteurs à adopter ces innovations, les conseillers agricoles leur fournissent une assistance sous forme de conseils, de crédits, de formations, etc. (Rodgers, 1983). Ces investissements et ces approches ont produit des résultats significatifs, de nombreux agriculteurs et consommateurs en tirant bénéfice, ainsi que l’a mis en évidence l’effet – très controversé quoique incontestable – de la révolution verte (Evenson et Gollin, 2003). Cependant, leur impact ne s’est pas toujours révélé suffisant, en particulier pour les acteurs et les milieux les plus démunis et marginalisés. Ils n’ont pas non plus su faire face aux myriades de demandes, de défis et d’opportunités qui émanent d’un ensemble d’acteurs de plus en plus diversifié au sein d’un environnement en constante mutation (Rajalahti et al., 2005, 2008 ; Banque mondiale, 2012).

3Le succès limité des approches linéaires de l’innovation, ainsi que l’expérience et les leçons accumulées sur la manière dont l’innovation advient dans la pratique, ont suscité l’émergence et, surtout, l’adoption et la mise en œuvre progressive d’approches s’inspirant du concept des systèmes d’innovation (Freeman, 1988 ; Lundvall, 1992 ; OCDE, 1997). Initialement utilisé dans le cadre du développement des technologies dans les économies développées, le concept des systèmes d’innovation a ensuite été adapté et appliqué au secteur agricole, tant dans les pays développés que dans les pays en voie de développement (Banque mondiale, 2006). L’approche fondée sur les systèmes d’innovation agricoles ou approche SIA (Agricultural Innovation Systems Perspective) qui découle de cette évolution s’est révélée très utile, par exemple pour évaluer les forces et les faiblesses de processus, systèmes et environnements d’innovation particuliers et, de plus en plus, pour planifier et mettre en œuvre des actions susceptibles de contribuer à des systèmes d’innovation plus fonctionnels et dynamiques et à un plus grand impact des investissements dans l’innovation.

4Ce chapitre présente l’approche SIA en mettant en exergue sa contribution à l’analyse et à la conception de l’innovation agricole. Il débute par un bref récapitulatif de l’apparition du concept de système d’innovation et de l’approche qui en découle, y compris les liens que ce concept entretient avec d’autres tels que la théorie de l’acteur-réseau. Sont ensuite passés en revue une série d’approches et d’instruments qui contribuent tous à rendre l’approche SIA opérationnelle et à lui donner un contenu concret. Enfin sont évoqués quelques-uns des problèmes auxquels se heurte actuellement l’application de l’approche SIA, tandis que la conclusion suggère quelques axes à privilégier pour les efforts à venir en matière de SIA.

Le concept de système d’innovation et son origine

Aperçu historique

5Pour le dire simplement, l’innovation est le processus par lequel des individus ou des organismes maîtrisent et mettent en œuvre la conception et la production de biens et de services qui leur sont nouveaux. Elle peut également être définie comme une invention ayant trouvé un marché (Schumpeter, 1942), une distinction intéressante en ce qu’elle différencie le contenu d’une innovation, essentiellement constitué de connaissances (le surgissement d’une nouvelle idée), de son application.

6À se pencher sur l’historique et la trajectoire des innovations, on retombe très régulièrement sur l’idée ou la leçon selon laquelle la « réussite » d’une innovation peut bien souvent être attribuée à l’existence de réseaux efficaces grâce auxquels les chercheurs et les entrepreneurs des secteurs public et privé ont collaboré, appris les uns des autres, partagé des ressources et réagi rapidement aux mutations des conditions économiques et techniques (Banque mondiale, 2006). En particulier, le succès des économies telles que le Japon dans les années 1970 et 1980 a suscité beaucoup d’attention, les autres pays développés aspirant à s’engager dans la même voie. En étudiant ces économies, Freeman (1988) a été le premier à employer l’expression « système national d’innovation » pour désigner les institutions d’État associées à la définition et à l’application des politiques de recherche et d’innovation. Dans d’autres travaux consacrés aux systèmes nationaux d’innovation au début des années 1990, Nelson (1993) et Lundvall (1992) ont étendu la définition de Freeman jusqu’à y inclure des acteurs du secteur industriel et des éléments du contexte national accueillant des activités de recherche et d’innovation. Tout au long des années 1990 à 2000, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a utilisé de plus en plus fréquemment l’expression « conditions-cadres » pour décrire la portée des systèmes d’innovation, à savoir les facteurs contextuels tels que les régimes fiscaux, les réglementations, la législation, la culture et les comportements, élargissant ainsi plus encore la définition du système d’innovation (OCDE, 1997).

7Des auteurs tels que Latour (1987), Akrich et al. (1988) et Callon et al. (2001) ont à leur actif plusieurs contributions décisives, quoique pas toujours reconnues, au concept de système d’innovation tel qu’on le connaît actuellement, par le biais de leurs travaux fondamentaux sur la théorie de l’acteur-réseau, ou ANT (Actor-Network Theory). L’ANT permet de mieux comprendre l’éclosion, le fonctionnement et la structure de réseaux d’innovation liant entre eux un ensemble diversifié d’acteurs et d’objets avec lesquels ils interagissent au cours du processus de mise au point de l’innovation. Le processus d’innovation est ainsi vu comme le résultat d’ajustements réciproques, co-évolutifs et organiques entre l’objet de l’innovation et la société qui l’entoure, qui suivent une trajectoire non linéaire et imprévisible. L’ANT permet en outre d’analyser les diverses incitations et motivations qui poussent à innover, et, inversement, les obstacles et les différentes formes de résistance auxquels l’innovation est susceptible d’être confrontée au cours de son histoire. Enfin, l’ANT met en évidence le rôle central des médiateurs ‒ des acteurs qui présentent les compétences et la puissance nécessaires pour dégager une position commune entre les parties prenantes sur les significations et les interprétations dans le cadre d’un processus de traduction qui fait partie intégrante du processus d’innovation.

8Le concept de système d’innovation a commencé par être appliqué à l’échelle nationale avant de l’être à d’autres échelles internationale, régionale, locale ou sectorielle. Les acteurs associés à l’innovation, ainsi que le contexte même du système, varient d’une échelle à l’autre. Le temps constitue une autre dimension clé de l’analyse, étant donné que les systèmes d’innovation évoluent de manière dynamique sur des périodes souvent relativement longues, ainsi que l’ont amplement démontré les travaux consacrés à l’ANT (par exemple Alter, 2000). Certains chercheurs travaillant sur les systèmes d’innovation ont proposé de traiter cette dimension temporelle en différenciant les phases de démarrage, d’émergence, de paysage et de régime (Knickles et al., 2008), ou les phases de démarrage, d’émergence et de stagnation (Banque mondiale, 2006). En sus de l’échelle et de la dimension temporelle, il est utile de préciser si l’innovation est le résultat d’un processus planifié ou orchestré, ou au contraire d’un processus plus spontané et non orchestré (Banque mondiale, 2006) – une situation récemment désignée par l’expression « écosystème d’innovation » par certains auteurs (Fukuda et Watanabe, 2008).

9Dans ce contexte historique, un système d’innovation peut être défini comme « un réseau d’organisations, d’entreprises et d’individus focalisés sur l’exploitation économique de nouveaux produits, procédés et formes d’organisation, ainsi que les institutions et les politiques qui influencent leur comportement et leur performance » (Banque mondiale, 2006).

10Si certains auteurs ont proposé des définitions légèrement différentes du système d’innovation, selon les aspects sur lesquels ils se penchaient plus particulièrement (par exemple Freeman, 1987 ; Lundvall, 1992 ; Metcalfe, 1995), toutes les définitions existantes ont cependant en commun de proposer un cadre systémique pour appréhender le réseau relativement complexe des acteurs et des processus à l’œuvre dans le développement technologique (OCDE, 1997). Deux aspects clés sont ainsi mis en exergue : la multiplicité des acteurs mis en jeu et leurs interactions, et l’environnement dans lequel ces acteurs opèrent.

Les systèmes d’innovation et le secteur agricole

11Le secteur agricole n’est qu’un exemple parmi d’autres des champs d’application du concept de système d’innovation pour renouveler notre compréhension de la manière dont l’innovation se développe et peut être cultivée. Dans un SIA (figure 2.1), l’innovation surgit généralement à la faveur d’une interaction dynamique et ouverte entre les nombreux acteurs qui interviennent dans la production, la transformation, le conditionnement, la distribution et la consommation ou l’utilisation des produits de l’agriculture, ce qui permet de tirer parti des connaissances disponibles les plus appropriées. La participation de la recherche, des services de conseil agricole et de l’enseignement est habituellement nécessaire, mais pas suffisante pour apporter aux agriculteurs et aux entrepreneurs les savoirs, les technologies et les services dont ils ont besoin. Outre de robustes capacités en matière de recherche-développement, la capacité à innover va souvent de pair avec l’action collective, la coordination, l’échange de connaissances entre acteurs, les mesures incitatives et les ressources disponibles pour forger des partenariats et développer des entreprises, et l’existence de conditions qui autorisent les agriculteurs et les entrepreneurs à faire usage des innovations (Hall et al., 2003 ; Banque mondiale, 2012).

Figure 2.1. Représentation schématisée d’un système d’innovation agricole (source : Banque mondiale, 2012).

Figure 2.1.           Représentation schématisée d’un système d’innovation agricole           (source : Banque mondiale, 2012).

12Par rapport aux approches et aux paradigmes antérieurs, le concept des SIA permet de disposer d’un cadre élargi permettant de multiplier les manières d’appréhender l’innovation agricole (Hall et al., 2003 ; Banque mondiale, 2006). Tout d’abord, contrairement au paradigme linéaire, il ne se concentre ni étroitement ni prioritairement sur l’aspect offre en innovation (le fameux technology pull), ni non plus sur l’aspect demande (le technology push), mais prend plutôt en considération les initiatives provenant de l’ensemble des acteurs et des parties prenantes, qu’il s’agisse d’individus ou d’institutions, de concepteurs ou d’utilisateurs et qu’ils appartiennent au secteur public ou privé. Le cadre SIA tient également compte des connaissances, des compétences et des attitudes de chacun de ces acteurs, qu’elles contribuent positivement à l’innovation ou, parfois, qu’elles s’y opposent. Il accorde aussi une attention soutenue aux interactions qui existent entre les divers acteurs, y compris aux aspects de coordination, de gouvernance et d’intermédiation (« courtage »). Le marché est dûment reconnu comme une force très puissante pour susciter et entretenir l’innovation agricole, étant donné que les initiatives innovantes naissent souvent à la faveur de nouvelles opportunités ‒ ou de nouveaux signaux ‒ du marché. Dernier point, mais non des moindres, le concept des SIA met en évidence les relations cruciales qui existent entre les processus d’innovation et l’environnement ou le contexte socio-économique dans lequel ils s’inscrivent, ce qui comprend les aspects politiques, qui sont fondamentaux.

Les systèmes d’innovation agricole et la Banque mondiale

13En ce qui la concerne, la Banque mondiale s’est progressivement convertie au concept des SIA. Tout au long des années 1970 et jusqu’à un passé relativement récent, elle a beaucoup investi dans la construction et le renforcement de systèmes nationaux de recherche agricole (Byerlee et Alex, 1994) ainsi que dans le renforcement des services de conseil agricole par la mise en application de l’approche Training and Visit (« formation et visite ») du transfert de technologie (Benor et Baxter, 1984 ; Hussein et al., 1994). La recherche et la vulgarisation étaient en effet, à l’époque, considérées comme les deux grands piliers du développement agricole, en accord avec le paradigme alors en vigueur de mise au point et de transfert de technologies. La prise de conscience graduelle, qui transparaît dans l’approche par les systèmes d’information et de connaissances agricoles (Agricultural Knowledge and Information Systems ou AKIS) (Röling, 1990), de l’existence d’un paysage plus large de connaissances et d’innovation, puis le travail fondateur qui a conduit à la publication de l’ouvrage Enhancing Agricultural Innovation (Banque mondiale, 2006) ont contribué au développement et à l’adoption du concept de système d’innovation. Le concept de SIA a par la suite vu sa position renforcée par un projet collectif de grande ampleur qui a récemment abouti avec la publication du manuel Agricultural Innovation Systems, An Investment Sourcebook (Banque mondiale, 2012). Cet ouvrage, en s’appuyant sur l’expérience acquise à l’échelle mondiale, expose le contexte théorique et propose des conseils et des exemples fondés sur des données bien établies à destination des investisseurs et des porteurs de projets dans le domaine des SIA dans des contextes agricoles et d’innovation variés. Il aborde des aspects fondamentaux tels que la coordination des politiques et l’action collective, l’enseignement et la formation, les services de conseil et de vulgarisation, les systèmes de recherche, l’engagement du secteur privé, les environnements porteurs d’innovation, ainsi que le suivi et l’évaluation des investissements dans les SIA.

Faire passer l’approche des systèmes d’innovation au stade opérationnel

14Une des raisons pour lesquelles l’approche SIA se répand rapidement (voir UE SCAR, 2012, pour une récapitulation récente de ce phénomène au niveau de l’Europe) a peut-être à voir avec le fait qu’elle a permis à plusieurs écoles de pensée et à plusieurs disciplines de converger au sein d’un cadre de travail commun qui permet de diagnostiquer simultanément les processus et les systèmes d’innovation en cours et d’agir sur eux de manière pertinente. Nous affirmons ici que cette opérationnalisation repose sur le recours à une série d’approches et d’instruments interconnectés qui, chacun à leur manière, sont susceptibles de contribuer à un fonctionnement satisfaisant des systèmes d’innovation présents et futurs. Ces approches et ces instruments offrent des moyens concrets d’atteindre des objectifs aussi importants que le renforcement et la facilitation des interactions entre la recherche et les autres acteurs, l’intégration des innovations dans les marchés, le développement de partenariats public-privé, la coordination d’une multiplicité de parties prenantes, le financement de l’innovation, ou encore le transfert de technologie. Ils sont souvent employés de manière combinée dans le cadre d’une même initiative SIA. Qui plus est, il serait illusoire d’établir une hiérarchie claire entre approches et instruments : si les approches ont habituellement une connotation plus générique, un « instrument » (par exemple, un programme d’allocations concurrentielles) peut dans bien des cas répondre en réalité à un objectif de niveau supérieur à celui d’une « approche » (telle que l’approche par les chaînes de valeur, ou filières). Plusieurs de ces approches et instruments seront brièvement présentés et illustrés dans cette section.

Renforcer les interactions entre la recherche et les autres acteurs

15Bien que dans l’optique des SIA, la recherche ne soit qu’un acteur parmi tous ceux qui interviennent dans le processus d’innovation, elle y tient un rôle clé. Depuis plusieurs décennies déjà, des efforts ont été consentis pour tenter d’améliorer la performance de la recherche ainsi que sa pertinence et sa contribution au développement de l’innovation. Ces efforts continuent aujourd’hui, bien qu’ils aient dû être adaptés à un environnement très différent de ce qu’il était autrefois.

16En grande partie fondés au cours des années 1980 et 1990, les divers courants de la recherche sur les systèmes agraires et de production (Farming System Research, ou FSR) (Norman et Collinson, 1985 ; Jouve et Mercoiret, 1987) et de la recherche participative (Participative Research, ou PR) (Chambers et al., 1989 ; Ashby et al., 1995) ont contribué à concentrer l’attention sur les agriculteurs en tant qu’acteurs de premier plan de l’innovation agricole. Dans les approches de ce type, les agriculteurs sont considérés dans toute leur diversité pour ce qui est de leurs caractéristiques essentielles et de leurs besoins, et aussi pour ce qui est de l’environnement dans lequel ils évoluent. La FSR et la PR ont beaucoup aidé à populariser l’application de cette approche systémique en agriculture à différentes échelles (comme le reflètent les notions de système de culture, système de production et système agraire), le concept de système d’innovation en étant à la fois un prolongement direct et une extension. Récemment, ces approches ont été élargies et combinées aux principes de la recherche-action pour donner naissance à une panoplie de méthodes rassemblées sous l’étiquette toute récente de co-conception (Béguin, 2003 ; Triomphe, 2012, par exemple). La co-conception s’inscrit particulièrement bien dans le cadre des SIA dans la mesure où elle reconnaît et met en avant à la fois la grande diversité des acteurs (ou des parties prenantes) avec lesquels la recherche collabore et la nature intrinsèquement itérative et non linéaire du développement de l’innovation.

17Les acteurs du développement ont pour leur part proposé des approches semblables, telles que le développement technologique participatif (Participatory Technology Development) et, plus récemment, le développement participatif de l’innovation (Participatory Innovation Development) (Hagmman et al., 1996 ; Veldhuizen et al., 1997 ; Biggs et Smith, 1998, par exemple). Proches cousins de la PR, de la FSR et de la co-conception, elles sont toutefois beaucoup plus focalisées sur la manière d’organiser et de stimuler concrètement les processus de développement technologique ou de développement de l’innovation, donnant ainsi la première place non pas à la recherche mais aux agriculteurs et aux autres parties prenantes du monde rural, ainsi qu’aux organisations de développement, y compris les ONG.

18Pour ce qui est de la recherche-action, il s’agit là d’une approche relativement ancienne, dont les origines sont extérieures à l’agriculture (Lewin, 1946 ; Liu, 1997 par exemple). Elle a toutefois été adaptée depuis pour une application dans le contexte agricole (Albaladejo et Casabianca, 1997 ; Faure et al., 2010). La recherche-action apporte un cadre intéressant et des lignes directrices génériques pour pouvoir articuler de manière fonctionnelle la production de connaissances (par la recherche, mais également par des utilisateurs œuvrant à titre de chercheurs profanes) et la résolution concrète de problèmes ou de désirs de changement rencontrés ou exprimés par les utilisateurs. Elle met également en exergue le besoin d’élaborer une approche très souple, itérative et réflexive du développement de l’innovation, qui s’appuie sur la planification et l’apprentissage conjoints entre les diverses parties concernées. Un autre problème fondamental que la recherche-action peut aider à résoudre est celui de la coordination et de la gouvernance concrètes d’un ensemble diversifié de parties prenantes. Elle montre en outre l’importance du rôle d’un corpus commun de valeurs et de principes éthiques pour mettre en place une action collective efficace. Enfin, mais ce n’est pas le moins important, la mise au point de nouvelles institutions et de nouvelles politiques ‒ et pas seulement de nouvelles technologies ‒ est une préoccupation majeure de la recherche-action et constitue un des résultats phares de son application.

19Changer la manière dont la recherche est conduite actuellement est certes fondamental pour pouvoir mettre en pratique une approche SIA, mais on rencontre encore fréquemment, notamment dans les pays en voie de développement, des situations où la recherche et les autres acteurs publics ou même privés qui seraient capables et désireux d’investir dans le développement de l’innovation sont pratiquement absents du paysage. Dans ces conditions, il peut s’avérer nécessaire, pour mettre en œuvre une approche SIA, que les quelques institutions de soutien actives sur place (y compris les organisations non gouvernementales, ONG) consacrent des efforts significatifs à la stimulation de l’innovation locale et, partout où la chose est possible, qu’elles s’engagent dans des actions de recherche conjointe sous la houlette des agriculteurs. L’encadré 2.1 présente la méthode utilisée à cette fin par le réseau PROLINNOVA dans plusieurs pays en voie de développement.

Encadré 2.1. Stimuler l’innovation locale et la recherche conjointe orientée par les agriculteurs

Dans l’approche SIA, des initiatives d’innovation sont susceptibles d’émaner de n’importe laquelle des parties prenantes. Pourtant, le rôle crucial des agriculteurs eux-mêmes en tant qu’innovateurs et co-producteurs de connaissances demeure trop souvent ignoré. PROLINNOVA15 (Promoting Local Innovation) est un réseau international d’apprentissage et de promotion qui croit dans les changements que les décideurs-clés que sont les agriculteurs, femmes et hommes, peuvent apporter dans les domaines de l’agriculture durable et de la gestion des ressources naturelles. PROLINNOVA s’efforce de développer des partenariats et des approches dans le cadre desquels le processus de développement d’innovations s’amorce autour de nouvelles idées mises au point par les agriculteurs.

À l’heure actuelle, le réseau PROLINNOVA s’étend sur 20 pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Les activités menées aux échelles nationale et régionale bénéficient du soutien de l’IIRR (Institut international de reconstruction rurale), de l’ETC (Educational Training Consultancy) et de l’IED-Afrique (Innovation environnement développement). Les membres de PROLINNOVA sont issus d’organismes publics de recherche et de vulgarisation, d’ONG, d’établissements d’enseignement, d’associations locales, d’associations d’agriculteurs et du secteur privé. Les membres des réseaux nationaux sont encouragés à repérer, documenter et faire connaître les innovations et innovateurs locaux, qui sont souvent non décelés et non exploités par l’extérieur. Ils mettent également en place des partenariats avec des agriculteurs locaux et leurs organisations afin de soutenir les processus d’innovation locale en cours. Ces activités comprennent la mise en œuvre de programmes d’expérimentation conjointe sous la houlette des agriculteurs pour perfectionner les innovations locales, la mise en commun des expériences et leur diffusion à grande échelle (par le biais de foires de l’innovation, des médias, etc.), et le renforcement des capacités de l’ensemble des acteurs concernés à mettre en œuvre des approches participatives appropriées. Un moyen critique pour permettre aux agriculteurs de prendre part aux activités de recherche et d’innovation agricoles est de leur ouvrir un accès à des fonds décentralisés pour l’innovation. Des partenaires de PROLINNOVA pilotent à cet effet la mise en place de mécanismes de financement décentralisés (les Local Innovation Support Funds, fonds de soutien à l’innovation locale) dans huit pays. Les premiers résultats mettent en évidence l’utilité et le potentiel de ces programmes pour dynamiser l’innovation locale et la recherche conjointe dirigée par les agriculteurs.

Les membres du réseau partagent régulièrement à l’échelle nationale et internationale les enseignements tirés de leurs expériences, sur lesquels ils s’appuient pour promouvoir et soutenir la capacité d’innovation des petits agriculteurs. Ils participent par ailleurs activement au dialogue politique à divers niveaux pour aiguillonner et renforcer l’innovation locale et pour contribuer à créer des politiques propices au développement participatif de l’innovation (Wongtschowski et al., 2010 ; Banque mondiale, 2012).

Améliorer l’intégration et l’accès aux marchés

20Peut-être sans surprise ‒ l’agriculture s’intégrant fortement à la société de plus en plus urbanisée et mondialisée qui l’entoure ‒ de nombreuses innovations récentes et en cours dans le secteur agricole sont développées dans l’espoir de favoriser ou d’exploiter une plus grande intégration aux marchés, ou simplement un meilleur accès aux marchés. Un objectif important est de relier de façon plus fonctionnelle la production à la demande des consommateurs et des utilisateurs finaux.

21L’expérience du programme Papa Andina (encadré 2.2), fondé sur l’approche participative des filières (Participatory Market Chain Approach ou PMCA) (Devaux et al., 2009), fournit un exemple parlant pour illustrer comment les processus d’innovation axés sur les marchés peuvent être facilités et mis en œuvre.

Encadré 2.2. Papa Andina et l’approche participative des chaînes de marchés

Dans le cadre d’une approche SIA, l’accès au marché est souvent un ingrédient essentiel du succès. Comme l’a déclaré Victoriano Meza, agriculteur à Pomamanta, un village des Andes péruviennes, « vendre mes pommes de terre de variétés locales à l’industrie a changé notre vie ». Il est un agriculteur parmi plusieurs centaines d’autres qui tirent profit d’une nouvelle tendance du marché en faveur des pommes de terre locales. Pour Victoriano Meza, ceci se traduit par de meilleurs revenus, qui lui ont permis de construire une nouvelle maison pour sa famille et de l’équiper pour avoir un accès à Internet par satellite « pour que mes enfants puissent s’instruire rapidement et bénéficient d’un meilleur avenir ».

Cet essor soudain du marché résulte de l’application de l’approche participative des chaînes de marchés (Participatory Market Chains Approach ou PMCA) dans le cadre du programme Papa Andina, un programme de partenariat fondé en 1998 et financé par la Suisse dans le but de promouvoir l’innovation en faveur des pauvres dans les chaînes de marchés, avec des partenaires nationaux en Bolivie, en Equateur et au Pérou. Un des objectifs de l’initiative Papa Andina était d’améliorer les liens au sein de la filière de la pomme de terre et en particulier d’aider les petits agriculteurs à accéder aux marchés et aux opportunités que ces derniers peuvent leur apporter pour renforcer leurs moyens d’existence. Une première phase de PMCA a débuté en 2002 dans le but de mettre au point de nouveaux produits de la pomme de terre. Une seconde phase a concerné les variétés locales de pomme de terre, qui sont principalement cultivées sur de petites exploitations d’altitude dans des régions reculées des Andes. Dans les deux cas, des groupes de travail multi-acteurs facilités ont été constitués pour analyser les opportunités de marché et développer de nouveaux produits.

Parmi les principaux résultats de ces deux phases de PMCA, on peut citer la création d’une nouvelle marque de pommes de terre non transformées de qualité supérieure pour le marché de gros, d’un nouveau produit (et d’une nouvelle marque) de pommes de terre frites de variété locale, et la première marque de pommes de terre locales de qualité supérieure destinée à la commercialisation en grande surface au Pérou. Des innovations à caractère technique ont également été produites en matière de lutte contre les ravageurs et les maladies, et de sélection de la production après récolte. Une plate-forme nationale, la CAPAC-Pérou, a par ailleurs été mise en place pour promouvoir la commercialisation de la pomme de terre de qualité et pour favoriser l’innovation. La CAPAC, au sein de laquelle les acteurs locaux prennent progressivement plus de responsabilités au fur et à mesure que leurs capacités et leur confiance se développent, a aidé de petits agriculteurs à s’organiser pour fournir des pommes de terre répondant aux exigences de marché particulières de T’ikapapa. Rapidement, d’autres acteurs ont commencé à prendre conscience du potentiel encore sous-exploité des pommes de terre de variétés locales sur les marchés urbains et ont commencé à mettre au point de nouveaux produits à base de ces tubercules. Aujourd’hui, des pommes de terre et des frites de pomme de terre de qualité supérieure sont commercialisées sous différentes marques dans la plupart des grandes chaînes péruviennes de grandes surfaces. Suite à l’entrée d’une multinationale sur ce marché, Papa Andina a commencé à travailler sur la responsabilité sociale des entreprises, ce qui a permis d’équilibrer les intérêts des entreprises avec ceux des petits fournisseurs ruraux et ceux de l’environnement. Dernière chose, mais non des moindres, une journée annuelle nationale de la pomme de terre a été instaurée au Pérou.

Ces nombreuses innovations et évolutions ont contribué à une progression des revenus et de l’estime de soi des agriculteurs, une stabilisation des marchés, une meilleure organisation des agriculteurs, une meilleure coordination des acteurs et la popularisation des variétés locales de pommes de terre dans les habitudes culinaires des citadins.

Il reste cependant des défis à relever. La coordination et la facilitation, par exemple, réclament des animateurs et des « courtiers » à temps plein ainsi que des investissements importants dans le domaine du renforcement des capacités. La consolidation de la viabilité financière en dépassant le financement des bailleurs de fonds constitue un autre problème, de même que les méthodes classiques d’évaluation qui ne sont pas bien adaptées à l’évaluation des processus d’innovation fondés sur l’apprentissage (Devaux et al., 2008 ; Banque mondiale, 2012).

22Le marché dont il est question dans ce type d’approche peut être local, mais il est de plus en plus souvent national (comme dans le cas de Papa Andina), voire international du fait de l’urbanisation et de la mondialisation. De manière générale, les approches par les filières touchent la diversité d’acteurs requise pour que les producteurs, les transformateurs, les intermédiaires et les consommateurs interagissent efficacement et aplanissent toute difficulté (qu’elle soit liée à l’offre ou à la demande) le long de la chaîne de valeur, et ce spécifiquement par l’intermédiaire du marché. Comme d’autres approches faisant intervenir une multiplicité de parties prenantes, beaucoup d’approches par les filières s’intéressent aux questions de mise en place de plates-formes, de facilitation, d’organisation des parties prenantes avec l’aide d’intermédiaires (ou « courtiers ») neutres, et de renforcement des capacités par des subventions de contrepartie. Il reste que l’institutionnalisation ou la viabilité à plus long terme de ces approches s’avère souvent un problème difficile.

23Il est intéressant de constater que l’accès équitable des petits agriculteurs au marché devient rapidement une préoccupation centrale pour de nombreuses initiatives SIA dans les pays en voie de développement mais également dans les pays développés. Cette tendance souligne l’importance que beaucoup de pays et d’acteurs, publics ou privés, consentent progressivement à accorder à l’agriculture familiale en tant que contributeur indispensable à un développement économique sain et à long terme, et à l’utilisation durable des ressources naturelles, dont les petits producteurs sont à la fois les utilisateurs primaires et les gardiens. Cette évolution montre en outre que les petits agriculteurs travaillent de plus en plus en réponse à la demande des consommateurs qui leur provient par l’entremise des marchés concernant la production ou les produits transformés, et en tenant compte des normes et des considérations de qualité correspondantes.

Développer les partenariats public-privé

24Depuis les années 1990, beaucoup de bailleurs de fonds nationaux et internationaux, dont la Banque mondiale et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ont donné une place grandissante à l’instauration plus systématique de partenariats public-privé (PPP). Dans un PPP, au moins un organisme public et un organisme privé mettent en commun leurs ressources, leurs connaissances, et les risques encourus pour faire correspondre leurs intérêts respectifs et fournir conjointement des produits et des services innovants. L’objectif de ces PPP est de permettre l’instauration de relations plus efficaces entre des acteurs publics des systèmes de recherche agronomique pour le développement, d’une part, et d’autre part, des acteurs du secteur privé susceptibles de venir compléter l’apport financier public et de mettre leurs compétences entrepreneuriales et leurs liens avec les marchés au service de l’innovation. Si les PPP ont souvent été utilisés jusqu’à présent pour dispenser des services sociaux et environnementaux (tels que l’approvisionnement et le traitement de l’eau potable), il est de plus en plus fait appel à eux pour diffuser l’innovation et l’adoption des technologies (comme dans le cas de la production de sorgho par des petits producteurs kényans pour une brasserie privée, ou la production de viande porcine issue d’une race en voie de disparition pour une entreprise chinoise d’élevage et de transformation de porcs). Les PPP peuvent aider à surmonter les difficultés dues au sous-investissement dans l’innovation agricole et à accélérer le progrès technique en réduisant les risques encourus par les partenaires privés tout en favorisant l’adaptation et la diffusion de nouveaux résultats scientifiques ou de connaissances et de technologies existantes. Un nombre relativement important de ces partenariats ont été créés au cours de la dernière décennie, notamment dans le secteur agricole dans des pays en voie de développement (Hartwich et Tola, 2007 ; Spielman et al., 2009). Des exemples de PPP réussis comprennent des cas où la recherche a su réduire le coût de la transformation de produits bruts, où une amélioration de la qualité des produits a facilité l’accès à des marchés de forte valeur, ainsi que des cas d’échange de matériel végétal de propagation combiné à une externalisation des activités de multiplication des semences à des sociétés privées (Banque mondiale, 2012). Toutefois, afin de garantir un équilibre adéquat entre les intérêts commerciaux des acteurs privés et les intérêts de la société, il convient de bien veiller à ce que des critères encadrant les conditions et la hauteur des interventions du secteur public, ainsi que des principes directeurs, un calendrier et une stratégie de désengagement soient clairement établis (Banque mondiale, 2012).

25À l’instar des autres approches, les PPP n’opèrent pas dans le vide : ils sont souvent associés à divers instruments fournissant des mesures incitatives pour favoriser les partenariats (subventions, incubateurs, consortiums, approches participatives des chaînes de marchés) et à des approches permettant de limiter les coûts de transaction (dispositifs d’intermédiation, plates-formes) et de traiter les problèmes de droits de la propriété intellectuelle (contrats de licence, bureaux de transfert de technologies).

Créer des espaces multi-acteurs

26Dans la plupart des approches de l’innovation faisant intervenir un ensemble diversifié d’acteurs, des efforts significatifs sont alloués à la création ou au renforcement de plates-formes, de réseaux ou de consortiums d’innovation fonctionnels multi-acteurs. Les plates-formes et les réseaux sont considérés comme des moyens de faciliter les interactions nécessaires entre les parties prenantes et d’assurer leur coordination effective en réduisant les coûts de transactions qui seraient sans cela intrinsèquement élevés (Nederlof et al., 2011 ; Hounkonnou et al., 2012).

27Les consortiums peuvent être vus comme un cas particulier de plate-forme multi-acteurs formalisée réunissant des partenaires et des usagers publics et privés variés autour de problèmes spécifiques et communs nécessitant un investissement dans la recherche-développement. Les membres du consortium définissent conjointement les stratégies correspondantes en matière de recherche-développement, et financent et mettent en œuvre les activités qui en découlent. La plupart des consortiums ont une organisation chef de file, et chaque partenaire joue un rôle particulier et engage des ressources. Les contributions provenant d’une vaste palette d’acteurs, dont des entreprises privées, couvrent plusieurs aspects de la recherche-développement, tels que l’identification de la demande, l’investissement dans la recherche-développement et le transfert et l’adoption de technologies. Les consortiums sont souvent financés par des subventions concurrentielles sur une période limitée (Banque mondiale, 2012). Ces approches ont été appliquées en Australie, au Chili et en Inde, par exemple, où elles se sont révélées capables de réunir une gamme d’acteurs, dont le secteur privé, nécessaires à l’innovation – en couvrant toute l’étendue du spectre de la recherche-développement (encadré 2.1).

  • 16 India: National Agricultural Innovation Project, Project Appraisal Document. Rapport n° 3 (...)

Encadré 2.3. Le projet national indien d’innovation agricole (NAIP)

Le National Agricultural Innovation Project (NAIP), lancé en 2006, s’attache aux problèmes de recherche-développement et d’innovation en modifiant la manière dont les chercheurs, les agriculteurs et les entreprises agricoles interagissent au sein du système national d’innovation agricole. Ce projet, financé par la Banque mondiale, visait à renforcer le rôle du Conseil indien pour la recherche agricole (Indian Council for Agricultural Research ou ICAR) en catalysant et en gérant le changement au sein des systèmes nationaux de recherche agricole, et à promouvoir le développement de trois types de consortiums pluri-acteurs et pluridisciplinaires associant des organismes publics et privés, des universités, des ONG et d’autres participants :

  • des consortiums de recherche collaboratifs axés sur le marché orientant leurs travaux sur certaines filières agricoles ;

  • des consortiums de recherche sur les moyens d’existence concentrant leurs travaux sur les stratégies susceptibles de fournir des moyens d’existence durables en zone rurale dans environ 110 districts défavorisés ;

  • des consortiums de recherche fondamentale et stratégique plus spécifiquement axés sur des domaines précis de la recherche exploratoire, dont les applications pourraient s’avérer utiles pour certains problèmes agricoles en Inde.

Des consortiums et des alliances de recherche prometteurs ont été financés par le NAIP selon un processus concurrentiel. Dans chaque cas, les membres des consortiums était conjointement responsables de la gouvernance, la conception et la mise en œuvre de leurs programmes de recherche, ainsi que du maintien de dispositifs fiduciaires et de sauvegarde satisfaisants, de la mise en application des innovations produites et de la diffusion des nouvelles connaissances par le biais de conférences, de marchés de l’innovation, de réseaux et de stratégies de communication.

Un bureau d’assistance a été créé afin de soutenir les nouveaux partenariats particulièrement ambitieux que représentent ces consortiums. Sa fonction était d’apporter des conseils pour la préparation des notes d’orientation et des propositions complètes de projets de recherche, pour le choix des partenaires de consortium, et pour la résolution des difficultés de gestion initiales au sein des consortiums. Le bureau d’assistance s’appuyait pour ce faire sur un certain nombre d’outils, et notamment : un portail Internet, des modules d’apprentissage virtuel et multimédia, des bases de données sur les institutions et les organisations potentiellement partenaires, des études de cas sur des projets agricoles mettant en œuvre une approche par les consortiums, une foire aux questions récurrentes (FAQ), des réunions, des ateliers, des analyses et un service de correspondance directe par courriel avec les membres potentiels des consortiums.

Les résultats du NAIP sont nombreux et variés. Ce projet, et l’approche qu’il a mise en œuvre, ont soulevé un intérêt considérable et se sont soldé par le financement de 188 consortiums à ce jour. Le NAIP a su introduire un plus grand pluralisme dans la recherche agricole, 40 % des instituts membres des consortiums étant extérieurs au système ICAR-Universités agricoles publiques. Des partenariats public-privé ont été promus à grande échelle pour la première fois. L’approche par les consortiums a encouragé les synergies, le travail en équipe, le partenariat, la génération de valeur ajoutée, l’apprentissage, une meilleure focalisation des efforts sur les sujets hautement prioritaires, et une recherche de meilleure qualité et plus pertinente. Un impact supérieur est anticipé grâce aux nouvelles technologies et aux produits mis au point dans le cadre des partenariats induits par le NAIP. Enfin, les institutions qui participent aux consortiums ont été renforcées par les programmes de formation et par l’instauration de nouveaux partenariats multi-acteurs. Une illustration en est l’interaction constante entre les secteurs public et privé et les ONG, et la bonne volonté des instituts de l’ICAR à travailler hors de leur domaine habituel. L’ICAR a commencé à généraliser l’approche par les consortiums et le processus de sélection concurrentielle à l’ensemble de ses instituts.

Les problèmes qui restent à régler concernent notamment l’amélioration de la coordination des partenariats, le développement de l’engagement du personnel et de ses aptitudes à nouer des partenariats, les coûts de formation pour les acteurs ou partenaires nouveaux arrivants et l’instauration de procédures efficaces de suivi et d’évaluation16 (Banque mondiale, 2006, 2012).

28Que ce soit dans le cas des plates-formes, des réseaux ou des consortiums multi-acteurs, un sujet récurrent concerne le besoin d’aller au-delà de l’auto-organisation de ces plates-formes et réseaux pour que l’interaction et la collaboration entre les parties prenantes se déroulent sans heurts ni interruptions, par le développement ou la création de fonctions d’intermédiation et de négociation (également appelées courtage ou brokerage) (Perez Perdomo et al., 2010). Le rôle d’intermédiation consiste à prendre le leadership, inciter, catalyser et défendre les intérêts du groupe des parties prenantes en cas de difficultés ou de conflits (voir également l’encadré 2.3 pour le rôle joué par le Bureau d’assistance dans le cas de l’expérience NAIP) et à apporter une aide pour traiter les questions de partage des bénéfices (tels que les droits à la propriété intellectuelle). En réaction à ce qui est de plus en plus considéré comme une lacune importante dans la structure et le fonctionnement habituel des systèmes d’innovation, de nouvelles institutions d’intermédiation peuvent se développer avec comme mission première de remédier à ce manque, comme c’est le cas aux Pays-Bas (Klerkx et Leeuwis, 2008).

Financer l’innovation

29Les initiatives et les approches décrites plus haut nécessitent souvent d’avoir accès à des mécanismes de financement à même d’aider les acteurs concernés à supporter les coûts et frais mis en jeu.

30Au nombre des divers mécanismes de financement qui existent (subventions, garanties, capital de risque, incitations fiscales), les allocations ou subventions, et notamment les subventions concurrentielles de recherche, ont fréquemment été utilisées pour promouvoir des activités variées relevant de l’innovation, telles que la recherche tournée vers la demande, la recherche adaptative, les liens recherche-vulgarisation-agriculteurs qui améliorent la pertinence et la diffusion des nouvelles technologies, les services tournés vers la demande, les partenariats productifs, et les liens avec les marchés (Banque mondiale, 2010).

31On s’est bien plus attaché, jusqu’à présent, à obtenir des fonds pour les institutions de recherche et, dans une moindre mesure, pour les services de conseil agricole et les agriculteurs qu’à appuyer d’autres acteurs et agriculteurs afin qu’ils participent aux processus d’innovation (Banque mondiale, 2010). Cependant, des initiatives SIA tels que NAIP et Papa Andina ont pu bénéficier de l’arrivée de nouveaux mécanismes de financement permettant un meilleur accès aux ressources d’innovation pour une gamme plus large d’acteurs (au point que certains programmes de subvention demandent à ce que plusieurs parties prenantes soumettent une proposition conjointe et se partagent « équitablement » l’allocation entre eux). Les subventions de contrepartie (dans lesquels le montant des fonds alloués est proportionnel au montant des ressources réunies par ailleurs, à partir de leur fonds propres par un ensemble de parties prenantes), souvent sous la forme de fonds nationaux pour l’innovation, gagnent du terrain du fait de leur grande utilité pour promouvoir la génération de technologies pré-commerciales, le transfert et l’adoption de technologies, l’activité économique privée et l’innovation en général, souvent en incluant de nombreuses parties prenantes. En canalisant d’entrée un surcroît d’attention vers la demande et l’utilisation, généralement en attirant les utilisateurs de technologies et de connaissances au sein de partenariats, les subventions de contrepartie sont susceptibles de se révéler plus efficaces que les subventions concurrentielles de recherche pour développer l’utilisation de la technologie et des connaissances chez les agriculteurs et les autres entrepreneurs (Banque mondiale, 2010).

32Les subventions de contrepartie peuvent cependant poser problème dans certains cas, lorsqu’un grand nombre des parties prenantes ont très peu de ressources propres. Récemment, des mécanismes de financement ont été mis au point à destination des agriculteurs afin de les aider à accéder à l’innovation (voir l’expérience du réseau PROLINNOVA avec le programme Farmer Access to Innovation Resources, Wongtschowski et al., 2010 ; et encadré 2.1). Bien que ce ne soit pas systématique, les subventions aux agriculteurs peuvent comprendre des dispositions pour veiller à ce qu’il soit fait appel à d’autres parties prenantes (chercheurs, services de vulgarisation/conseil agricole, etc.) en tant que prestataires de services (Banque mondiale, 2010 ; Triomphe et al., 2012).

Promouvoir la commercialisation de la technologie

33Bien que l’approche SIA ne considère pas le transfert de technologies en soi comme un outil suffisant pour aiguillonner l’innovation, la capacité à gérer les mécanismes formels de transfert de technologies reste bien souvent un atout déterminant, par exemple pour s’engager efficacement dans des PPP et, de plus en plus, pour transférer des technologies susceptibles d’être diffusées par les circuits de commercialisation.

34Les bureaux de transfert de technologies (Technology Transfer Offices ou TTO), très courants dans les pays développés, sont des unités spécialisées affiliées à un organisme de recherche ou à une université et qui ont pour fonction d’identifier et de protéger les résultats des recherches, ainsi que de faciliter leur application et leur commercialisation. De tels bureaux sont de plus en plus créés dans les pays en voie de développement pour diversifier les sources de financement, inciter le personnel du secteur public à se lancer dans des activités commerciales, et commercialiser les technologies. Les TTO sont à même de faire reconnaître plus largement le travail de l’organisme de recherche dont ils dépendent (renforçant au passage la perception de sa valeur dans la population), de transférer les technologies vers les utilisateurs finaux (semenciers ou agriculteurs, par exemple) et de générer des revenus pour financer la poursuite des recherches. Ils peuvent également fournir une expertise spécialisée sur la protection de la propriété intellectuelle et/ou sur les accords juridiques et contribuer au transfert officiel de technologies depuis des organismes publics, des universités ou le secteur privé vers des partenaires commerciaux ou internationaux.

35Certains bureaux de transfert de technologies hébergent en outre des incubateurs afin d’aider les entreprises axées sur la technologie (souvent créées par des chercheurs) à commercialiser leurs produits innovants. L’instauration de liens solides et intimes entre la recherche et les entreprises, et la création d’un environnement porteur à même de favoriser et d’accompagner leur essor sont au centre du mode de fonctionnement des incubateurs. Ils fournissent une assistance pratique en matière de gestion, un accès à des équipements et à des services de financement, d’appui technique et commerciaux, et des locaux communs (Banque mondiale, 2012). L’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT) a ainsi créé un incubateur qui commercialise des technologies mises au point par les chercheurs indiens à destination des petits agriculteurs. La plupart des incubateurs se donnent toutefois une mission plus globale d’appui à l’innovation provenant de petites et moyennes entreprises, par exemple au développement des entreprises agro-alimentaires en général.

36Les pôles scientifiques (également appelés pôles technologiques, pôles de recherche, technopôles ou pôles d’excellence) sont des organisations dont l’objectif principal est d’accroître la prospérité locale en favorisant une culture d’innovation et en améliorant la compétitivité des entreprises et des institutions locales fondées sur le savoir. Ils y parviennent en stimulant et en gérant le flux de connaissances et de technologies qui circule entre les parties prenantes concernées, en exploitant les processus d’incubation et les effets d’entraînement, et en fournissant d’autres services à valeur ajoutée ainsi qu’un espace et des installations de haute qualité. Les pôles scientifiques sont utiles pour favoriser les PPP dans des contextes d’innovation plus matures. Ils fonctionnent de manière optimale lorsqu’ils disposent de capitaux d’investissement du secteur privé, d’une expertise technique industrielle, et d’une base de connaissances et de technologies suffisamment solide. Ils constituent un lien utile entre le secteur privé et les instituts de recherche, en particulier les universités, en introduisant sur le marché des produits prometteurs issus de la science et en fournissant un appui pour la modification des produits. Les diverses fonctions assurées par les pôles scientifiques comprennent la facilitation de partenariats public-privé pour la recherche, la mise à disposition d’infrastructures, ainsi que des services variés, tels que l’aide aux entreprises (Banque mondiale, 2012).

Défis rencontrés dans la mise en œuvre des systèmes d’innovation agricole

37La mise en œuvre des approches et des instruments décrits plus haut a d’ores et déjà contribué de manière positive au développement de l’innovation, mais plusieurs défis importants restent à relever.

38Une première difficulté est la complexité même du travail de compréhension et d’évaluation et – peut-être plus important encore – de celui de conception et de pilotage de la mise en place de dispositifs SIA. Comme le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) l’a fait remarquer au cours du colloque ISDA, « il est difficile pour la plupart des chercheurs de bien comprendre le concept de système d’innovation, qui est conceptuellement diffus, enraciné dans la théorie économique et passablement éloigné de leur formation disciplinaire ». Même des « courtiers en innovation » et des « coachs en innovation » avec des années d’expérience peuvent peiner à bien comprendre les bases de la pensée des systèmes d’innovation (Pyburn et Woodhill, 2011). La raison en est que les publications consacrées à ce sujet sont en grande partie rédigées en employant un langage et des notions plutôt abstraits et souvent vagues (empruntant des termes tels que réseaux, plates-formes, et innovation institutionnelle, pour n’en citer que quelques-uns) qui relèvent des sciences sociales et qui sont relativement difficiles à expliquer, réclamant d’entrée un certain bagage théorique. Qui plus est, même lorsque les concepts sont acquis, il reste à rendre opérationnels la pensée et l’approche SIA – ce qui reste encore limité.

39Une autre difficulté réside dans la ténuité du lien de causalité qui existe entre les approches et les instruments potentiellement utiles (tels que ceux décrits plus haut) qui sont appliqués, d’une part, et le résultat obtenu en matière d’innovation, d’autre part. En d’autres termes, l’issue et la direction d’un processus d’innovation ne dépend pas seulement des approches employées ; elles dépendent également, en grande partie, de facteurs et de conditions qui relèvent du fameux mais flou « environnement porteur », qui varie considérablement, par exemple entre des contextes plus agraires ou plus axés sur les marchés, ainsi qu’au sein d’un même pays (Banque mondiale, 2012). Elles sont également influencées par le cadre politique et fiscal, généralement complexe, régissant les aspects scientifiques, technologiques, juridiques, consultatifs et commerciaux, qui tous affectent l’innovation par des voies, tant directes qu’indirectes.

40Les approches SIA promeuvent fermement un changement dans la manière d’aborder l’innovation. Cependant, le passage à une échelle supérieure et l’institutionnalisation, en ce qui concerne non seulement les résultats (le notoire quoique difficile à cerner « transfert de technologies »), mais aussi les approches novatrices de l’innovation elles-mêmes, sont une tâche particulièrement ardue, dans la mesure où il peut s’avérer nécessaire de changer la manière dont des institutions et des bureaucraties entières opèrent habituellement – ce qui prend du temps. Pour y parvenir, il convient d’investir dans l’apprentissage et dans le renforcement des capacités (voir plus loin), de fournir des mesures incitatives permettant aux acteurs de mettre en œuvre de nouvelles compétences, et de modifier les cadres réglementaires ou politiques inadéquats. Il est également important d’encourager de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements tels que l’ouverture d’esprit, la flexibilité et la capacité d’adaptation. Pour l’exprimer brièvement, le passage à une échelle supérieure et l’institutionnalisation nécessitent que l’on change une partie de « l’environnement porteur » mentionné plus haut.

41De tels changements lourds de conséquences appellent la création et le renforcement d’un capital humain suffisant pour satisfaire les besoins des diverses parties prenantes. Plusieurs principes de base ont été dégagés pour pouvoir progresser dans ce sens :

  • l’instauration de nouveaux programmes d’enseignement plus stratégiquement en prise avec les besoins des acteurs sociaux et productifs ;

  • la mise au point de nouveaux cursus d’enseignement, qui confèrent la capacité de faire face à la complexité, au changement, et aux processus multi-acteurs dans le cadre de l’innovation rurale, tout en permettant une plus grande spécialisation ;

  • et le développement des facultés d’innovation des organisations et des individus intervenant dans l’enseignement et la formation agricoles.

42De plus, les sommes qui sont ainsi à investir pour le renforcement des capacités sont considérables et ne peuvent être allouées du jour au lendemain. En outre, certaines parties prenantes, et notamment les plus pauvres, peuvent ne pas pouvoir accéder facilement à ces services de renforcement des capacités.

43Bien que peu d’auteurs abordent cet aspect de manière explicite, l’application pratique de l’approche par les SIA met en évidence les difficultés qu’il y a à traiter concrètement les fortes asymétries en matière de pouvoir, de ressources et de capacités qui peuvent exister entre les parties prenantes, et qui ont souvent par ailleurs des dimensions politiques sous-jacentes. De telles asymétries sont chose courante dans les dispositifs d’innovation dans la plupart des pays en voie de développement (Hocdé et al., 2009 ; Faure et al., 2010). À quel point les initiatives SIA sont-elles en mesure de contribuer concrètement à réduire ces asymétries, par exemple en renforçant la voix, les capacités et l’autonomie des petits agriculteurs et des autres acteurs ruraux désavantagés, est une question âprement débattue. Les expériences PROLINNOVA (encadré 2.1) et Papa Andina (encadré 2.2) mettent explicitement en avant des actions en faveur des plus pauvres dans leur manière de susciter l’innovation. En dépit d’exemples encourageants tels que ceux-ci, obtenir que des parties prenantes aussi défavorisées puissent interagir de manière pertinente et équitable avec celles qui sont plus puissantes ou mieux organisées, et que ce faisant elles soient effectivement en mesure de tirer avantage de la dynamique d’innovation, n’est malheureusement ni automatique ni facile. Les membres de l’establishment des institutions de recherche, de vulgarisation et d’enseignement agricoles – bien souvent le personnel des niveaux intermédiaires des organismes publics – tendent à s’offusquer et à s’opposer à l’idée de devoir partager leur pouvoir et leurs ressources, parce qu’ils craignent de perdre le contrôle et parce qu’ils ne savent pas quoi penser des nouveaux rôles qui leur sont dévolus. De leur côté, les agriculteurs aussi éprouvent des difficultés à assumer de nouveaux rôles. Des dispositifs efficaces d’intermédiation et de renforcement des capacités des parties prenantes les plus modestes peuvent contribuer à atténuer les asymétries, mais la résolution des problèmes de ce type, si et quand la chose est possible, dépend bien plus souvent des évolutions à long terme et d’interventions qui dépassent largement le cadre des initiatives SIA. Ceci conduit à s’interroger sur l’horizon temporel de beaucoup d’interventions d’innovation, en particulier de celles qui sont mises en œuvre dans le cadre de projets à financement extérieur de courte durée, dont les effets positifs transitoires, obtenus dans des conditions de ressources et de règles du jeu artificialisées, tendent à s’estomper dès l’achèvement du projet.

44Il convient enfin de mentionner les difficultés qui sont liées au suivi et à l’évaluation appropriés de l’impact des approches, des instruments et des investissements en matière de SIA (UE SCAR, 2012). Étant donné le caractère novateur de ces approches et les attentes qui s’y attachent quant à leur capacité à générer une innovation plus pertinente, il apparaît primordial de se donner les moyens d’évaluer leur impact réel et de comparer entre elles différentes initiatives les mettant en pratique. Cependant, de nombreuses expériences en cours sur les systèmes d’innovation mettent en évidence la complexité de cette tâche, en raison de la multiplicité des dimensions à surveiller et du fait que les indicateurs nécessaires pour les décrire de manière satisfaisante dans le temps et l’espace en tenant compte de la diversité des parties prenantes et des activités mises en jeu exigeraient théoriquement l’estimation d’un très grand nombre de variables quantitatives et qualitatives dont la signification et l’interprétation pourraient ne pas s’avérer simple. Le coût d’un tel suivi est en lui-même un problème, car peu de parties prenantes ou d’organismes de financement sont disposés, ou même simplement capables, d’investir les sommes nécessaires à la mise en place d’un système performant, et donc assez coûteux, de suivi et d’évaluation.

Conclusions et perspectives

45Au cours de ce bref tour d’horizon, nous avons discuté de la signification et de l’intérêt de l’approche émergente par les systèmes d’innovation, ainsi que d’approches et instruments avec lesquels elle peut être appliquée dans le secteur agricole, et nous avons présenté quelques uns des problèmes qu’elle pose. Les approches SIA actuelles découlent clairement des enseignements qui ont pu être tirés des approches et paradigmes précédents, tels que le renforcement des systèmes nationaux de recherche agricole et des systèmes d’information et de connaissances agricoles. Les investissements de base dans les infrastructures et l’équipement de recherche-développement, dans les ressources humaines et dans la performance et la responsabilisation du système restent des fondamentaux indispensables auxquels l’approche SIA peut venir ajouter des facettes complémentaires, telles qu’une place particulière accordée à la diversité des parties prenantes et à leurs interactions, aux compétences, et aux liens avec les marchés, le tout en accordant une attention soutenue aux aspects politiques et à l’environnement porteur général.

46Il est encore tôt pour évaluer l’impact global de l’approche SIA sur la dynamisation de l’innovation et au-delà sur ses effets, notamment pour comparer l’utilité de cette approche à celle des paradigmes antérieurs, encore très présents, tels que le modèle linéaire de la mise au point et du transfert des technologies. Toutefois, l’attractivité intrinsèque des SIA est forte et, de plus en plus, les acteurs et les organisations, les institutions, et les décideurs, tant dans les pays développés que dans les pays en voie de développement, sont en train d’investir dans des projets et des initiatives à plus grande échelle pour tenter de stimuler l’innovation.

47Il est certain que le chemin ne sera pas facile, et l’approche SIA, quel que soit son potentiel intrinsèque, n’est certes pas la panacée qui garantira que les besoins d’innovation dans le domaine du développement agricole et rural, protéiformes et insaisissables, seront toujours pris en compte de manière satisfaisante, dans toutes les situations.

48Au stade où nous nous trouvons actuellement, des efforts doivent être fournis dans plusieurs directions pour veiller à ce que l’approche par les SIA puisse déployer tout son potentiel et produire les bénéfices escomptés :

  • Faire mieux connaître le potentiel de l’approche SIA auprès des décideurs et des investisseurs. Le manuel consacré aux SIA par la Banque mondiale et ses partenaires représente une tentative dans ce sens, mais des efforts similaires s’appuyant sur des éléments plus diversifiés et mieux ciblés pourraient s’avérer utiles pour faire connaître les fondements de cette approche à d’autres décideurs et investisseurs dans le monde et leur présenter des preuves convaincantes, provenant d’expériences pilotes bien choisies, de son impact. Un des objectifs sera de stimuler la volonté politique et d’apporter des arguments pertinents aux ministères, aux institutions publiques et au secteur privé pour qu’ils approuvent et adoptent un mode d’action efficace fondé sur les systèmes d’innovation.

  • Mettre au point des mécanismes de financement de l’innovation qui soient appropriés et solidement nantis. En se basant sur les expériences passées, les mécanismes de financement doivent prendre en compte les dimensions multiples des approches SIA et la dynamique sous-jacente des processus d’innovation réels. Ils doivent permettre à des acteurs divers d’avoir un accès souple aux ressources dont ils ont besoin pour s’inscrire dans le jeu dynamique des innovations, à l’échelle qui leur convient, en prise avec les besoins évolutifs des utilisateurs et réactifs aux changements incessants qui affectent l’environnement général et local.

  • Constituer une communauté de pratiques sur les SIA. Les efforts en matière de SIA sont encore rares et dispersés, d’où la relative lenteur observée dans les progrès de la compréhension de ces initiatives et dans l’exploitation des expériences passées et en cours dans ce domaine. Alors que les universités agricoles finiront par rattraper leur retard en ce qui concerne l’enseignement des concepts liés aux systèmes d’innovation aux nouvelles générations d’étudiants, l’instauration d’une communauté de pratique active sur les SIA pourrait constituer un bon moyen de dynamiser l’apprentissage collectif et l’expertise en matière d’expériences de SIA, et de développer plus avant les approches et les instruments nécessaires pour réussir leur application dans des contextes variés.

  • Mieux comprendre l’approche des SIA, ses implications et son impact. Bien que l’approche SIA soit progressivement en train de développer un cadre opérationnel, elle demeure un concept et une pratique en évolution, qui réclame une meilleure compréhension et une analyse plus approfondie. Il convient en outre d’accorder plus d’importance à l’évaluation des initiatives SIA et de leur impact, ce qui exige de créer des capacités, des outils et des méthodes spécifiques et adaptées, et d’identifier des indicateurs qui pourraient permettre de comparer de manière pertinente et instructive les diverses expériences SIA mises en œuvre aux niveaux national et international.

49À des degrés divers, nombre de ces recommandations sont déjà suivies. Ces efforts fournissent progressivement les résultats nécessaires pour permettre une application de l’approche SIA qui soit rigoureuse, réfléchie, souple et soucieuse du contexte. Ce faisant, il convient d’œuvrer sans cesse à ce que l’approche SIA et les autres approches et instruments qui lui sont associés restent suffisamment flexibles, diversifiés et adaptables pour permettre leur application dans l’environnement particulier que l’on désire cibler. Ne pas y parvenir et laisser l’approche SIA devenir un modèle rigide, mécanique et prétendument universellement applicable en l’état pour induire l’innovation, serait le chemin le plus court vers les désillusions.

Bibliographie

Références bibliographiques

Akrich M., Callon M., Latour B., 1988. À quoi tient le succès des innovations. Premier épisode : l’art de l’intéressement, Deuxième épisode : l’art de choisir les bons porte-parole. Gérer et comprendre. Annales des Mines, 11, 4-17 ; 12, 14-29.

Albaladejo C., Casabianca F., 1997. La recherche-action. Ambitions, pratiques, débats. Inra - SAD. Études et Recherches sur les systèmes Agraires et le Développement n°30.

Alter N., 2000. La trajectoire des innovations, In : L’innovation ordinaire, PUF, Paris, 7-39.

Ashby J., Sperling L., 1995. Institutionalizing participatory, client-driven research and technology development in agriculture. Development and Change, 26, 753-770.

Banque mondiale, 2006. Enhancing agricultural innovation: How to go beyond the strengthening of research systems, World Bank, Washington.

Banque mondiale, 2010. Designing and implementing agricultural innovation funds: Lessons from competitive and matching grant projects, Washington.

Banque mondiale, 2012. Agricultural innovation systems. An investment sourcebook, World Bank, Washington, 658 p.

Benor D., Baxter M., 1984. Training and visit extension. Washington, World Bank and International Bank for Reconstruction and Development, 202 p.

Béguin P., 2003. Design as a mutual learning process between users and designers. Interacting with computers, 15 (5), 709-730.

Biggs S., Smith G., 1998. Beyond methodologies: Coalition-building for Participatory Technology Development. World Development, 26(2), 239-248.

Byerlee D., Alex G.E., 1998. Strengthening national agricultural research systems. Policy issues and good practice. The World Bank, Washington, 88 p.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., 2001. Acting in an uncertain world. An essay on technical democracy, The Mit Press, Cambridge, Massachusetts, London, England (English translation 2009).

Chambers R., Pacey A., Thrupp L.A., 1989. Farmer first. Farmer innovation and agricultural research, London, Intermediate Technology Publication.

Devaux A., Horton D., Velasco C., Thiele G., Lopez G., Bernet T., Reinoso I., Ordinola M., 2009. Collective action for market chain innovation in the Andes. Food Policy, 34 (1), 31-38.

Evenson R.E., Gollin D., 2003. Assessing the impact of the green revolution, 1960 to 2000. Science, 300 (5620), 758-762.

Faure G., Gasselin P., Triomphe B., Temple L., Hocdé H., 2010. Innover avec les acteurs du monde rural. La recherche-action en partenariat, Collection « Agricultures tropicales en poche », Éditions Quae - CTA, Presses Agronomiques de Gembloux, 222 p.

Freeman C., 1988. Japan: a new national system of innovation? Technical change and economic theory, Pinter, London.

Fukuda C., Watanabe C., 2008. Japanese and US perspectives on the National Innovation Ecosystem. Technology in Society, 30 (1), 49-63.

Hagmman J., Chuma E., Murwira K., 1996. Improving the output of agricultural extension and research through participatory innovation development and extension; experiences from Zimbabwe. European Journal of Agricultural Education and Extension, 2 (4), 15-23.

Hall A., Sulaiman V.R., Clark N., Yogoband B., 2003. From measuring impact to learning institutional lessons: an innovation systems perspective on improving the management of international agricultural research. Agricultural Systems, 78, 213-241.

Hartwich F., Tola J., 2007. Public-private partnerships for agricultural innovation: concepts and experiences from 124 cases in Latin America. Int. J. Agric. Resources, Governance and Ecology, 6 (2), 240-255.

Hocdé H., Triomphe B., Faure G., Dulcire M., 2009. From participation to partnership, a different way for researchers to accompany innovations processes: challenges and difficultie, In : Innovation Africa: enriching farmers’ livelihoods (Sanginga P., Waters-Bayer A., Kaaria S., Njuki J., Wettasinha C., eds), Earthscan, London.

Hounkonnou D., Kossou D., Kuyper T.W., Leeuwis, C., Nederlof S., Röling N., Sakyi-Dawson O., Traoré M., van Huis A., 2012. An innovation systems approach to institutional change: Smallholder development in West Africa. Agricultural Systems, 108, 74-83.

Hussain S.S., Byerlee D., Heisey P.W., 1994. Impacts of the training and visit extension system on farmers’ knowledge and adoption of technology: Evidence from Pakistan. Agricultural economics, 10 (1), 39-47.

Jouve P., Mercoiret M.-R., 1987. La recherche développement : une démarche pour mettre les recherches sur les systèmes de production au service du développement rural. Les Cahiers de la Recherche-Développement, 16, 8-13.

Klerkx L., Leeuwis C., 2008. Matching demand and supply in the agricultural knowledge infrastructure: experiences with innovation intermediaries. Food Policy, 33, 260-276.

Knickel K., Tisenkopfs T., Peter S., 2009. Innovation processes in agriculture and rural development. Results of a cross-national analysis of the situation in seven countries, research gaps and recommendations. In-Sight project report.

Latour B., 1987. Science in action: How to follow scientists and engineers through society (Milton Keynes: Open University Press).

Lewin K., 1946. Action research and minority problems. Journal of Social Issues, 2, 34-46.

Liu M., 1997. Fondements et pratiques de la recherche-action, L’Harmattan, Paris, 350 p.

Lundvall B.A., 1992. National Systems of Innovation, Pinter, London.

Metcalfe J.S., 1995. The economic foundations of technology policy, In : Handbook of the economics of innovation and technological change (Stoneman P., ed.), Oxford University Press.

Nederlof S, Wongtschowski M., ven der Lee F., 2011. Putting heads together. Agricultural innovation platforms in practice, Bulletin 396, KIT Publishers, Amsterdam, 192 p.

Nelson R., 1993. National innovation systems: A comparative analysis, University Press, Oxford, New York.

Norman D., Collinson M., 1985. Farming systems research in theory and practice, In : Agricultural systems research for developing countries, Richmond, Australia, 12-15 mai 1985, ACIAR, No 11, 16-30.

OCDE, 1997. National Innovation Systems, Organization of Economic Cooperation and Development, Paris.

Perez Perdomo S., Klerkx L., Leeuwis C., 2010. Innovation brokers and their roles in value chain-network innovation: preliminary findings and a research agenda, In : Innovation and sustainable development in agriculture and food (ISDA), Montpellier, France.

Pyburn R., Woodhill J., 2011. Dynamics of rural innovation: A primer for emerging professionals, KIT Publishers, Amsterdam, 128 p.

Rajalahti R., Woelcke J., Pehu E., 2005. Development of research systems to support the changing agricultural sector, In : Proceedings. Agriculture and rural development Discussion Paper 14, World Bank, Washington, DC.

Rajalahti R., Janssen W., Pehu E., 2008. Agricultural innovation systems: from diagnostics toward operational practices, Discussion Paper 38, Washington, World Bank, 105 p.

Rogers E.M., 1983. Diffusion of innovations, New York, Free Press (third edition).

Röling N., 1990. The agricultural research-technology transfer interface: A knowledge systems perspective, In : Making the link; agricultural research and technology transfer in developing countries (Kaimowitz D., ed.), Westview Press, ISNAR. 1-4, 11-23.

Schumpeter J., 1942. Capitalism, socialism, and democracy, Harper and Row, New York.

Spielman D.J., Hartwich F., Grebmer K., 2009. Public–private partnerships and developing-country agriculture: Evidence from the international agricultural research system. Public Administration and Development, 30 (4), 261-276.

Triomphe B., 2012. Codesigning innovations: How can research engage with multiple stakeholders? In : Agricultural innovation systems. An investment sourcebook, World Bank, Washington, 308-315.

Triomphe B., Wongtschowski M., Krone A., Waters-Bayer A., Lugg D., van Veldhuizen L., 2012. Providing farmers with direct access to innovation funds, In : Agricultural innovation systems. An investment sourcebook, World Bank, Washington, 435-441.

UE SCAR, 2012. Agricultural knowledge and innovations systems in transition. A reflection paper, Standing Committee on Agricultural Research, Brussels, 117 p.

Veldhuizen L., Waters-Bayer A., de Zeeuw H., 1997. Developing technology with farmers. ETC Netherlands and Zez Books, 1997.

Wongtschowski M., Triomphe B., Krone A., Waters-Bayer A., van Veldhuizen L., 2010. Towards a farmer-governed approach to agricultural research for development: Lessons from international experiences with local innovation support funds, In : Innovation and sustainable development in agriculture and food (ISDA), Montpellier, France - http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00510417/fr/

Notes

15 www.prolinnova.net

16 India: National Agricultural Innovation Project, Project Appraisal Document. Rapport n° 34908-IN, de la Banque mondiale, unité Agriculture et développement rural, Région Asie du Sud, Washington, DC (2006).

Table des illustrations

Titre Figure 2.1. Représentation schématisée d’un système d’innovation agricole (source : Banque mondiale, 2012).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/21372/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k