Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apprendre à innover dans un monde incertain

 | 
Émilie Coudel
, 
Hubert Devautour
, 
Christophe-Toussaint Soulard
, 
et al.

Préface

Patrick Caron

Texte intégral

1Aucun doute : la question de l’innovation, de ses processus et des effets qu’elle produit, est fondamentale, tant pour les institutions de recherche que pour les politiques et l’ensemble de la société.

  • 1 Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (Orstom) à l’époque.

2En 1993, à l’initiative de la mission Économie du Cirad, trois institutions françaises de recherche, le Cirad, l’Inra et l’IRD1, organisaient à Montpellier un séminaire international sur le thème « Innovation et sociétés – Quelles agricultures ? Quelles innovations ? ». Les années 1990 étaient marquées par une mobilisation récente des sciences humaines et sociales au sein des institutions de recherche agronomique. La mission assignée à ces dernières était de mieux saisir et surmonter ce qui était perçu comme des résistances sociales et culturelles au changement, et de faciliter et accélérer ainsi la diffusion des résultats de recherche. Dans le même temps, les représentants de ces disciplines vivaient de manière inconfortable l’asymétrie de pensée et d’action entre sciences du vivant, dominantes, et sciences sociales, minoritaires. Ce séminaire était ainsi bienvenu pour faire un point sur les processus d’innovation se dissimulant derrière ces résistances et pour alimenter le dialogue entre disciplines.

3Depuis lors, dans un contexte où les questions d’environnement et de paupérisation se font pressantes, l’actualité de la recherche agronomique internationale est marquée par la référence à une contribution au développement durable et aux objectifs du millénaire, même si leurs atteintes semblent hors de portée par rapport aux échéances qui avaient été fixées par la communauté internationale. Ce constat représente une motivation forte pour revisiter aujourd’hui les débats de l’époque. Comment mieux situer nos recherches et nos actions dans une perspective de changement et de rupture ?

4Quelles bonnes raisons avions-nous donc de relancer la réflexion 17 ans plus tard en organisant un symposium international ? L’initiative reposait sur quatre motivations. Il importait tout d’abord de mieux situer nos travaux dans une perspective de réflexion internationale et d’élargir la participation au-delà des seules institutions françaises. Dans un second temps, il y avait un véritable défi à dépasser le cadre conceptuel des sciences humaines et sociales, et à rechercher les fécondations vertueuses de l’interdisciplinarité. Ensuite, tout en reconnaissant l’irréductibilité du local, l’enjeu de regarder au-delà des dimensions locales, pour aborder la dialectique entre différents niveaux d’organisations fait écho à la dimension globale des questions du développement. Enfin, se confronter, au-delà de la recherche, aux acteurs du développement et de la formation devait permettre de mieux se positionner par rapport aux évolutions de la société.

5Recherche et enseignement sont fortement ébranlés par les évolutions techniques, économiques et sociales et la montée des incertitudes soulignées quotidiennement par les médias. Les crises environnementales, économiques, financières, sociales, politiques sont devenues dans bien des cas le fil rouge guidant la réflexion et l’action. Elles soulignent l’ardent besoin de processus d’adaptation et de régulation fondés sur l’action collective, interrogeant le statut des connaissances et remettant en cause la toute puissance de l’expertise scientifique. L’innovation est toujours perçue comme un processus d’où naîtront les solutions pour demain. Mais la propension avérée de l’innovation à générer dans certains cas de l’exclusion ne relève pas seulement de la rhétorique et pose la question du lien entre innovation et équité, soulignée dans le rapport IAASTD ou le rapport de la Banque mondiale (2008).

6De façon fondamentale, les évolutions actuelles interrogent les modèles de développement que nous véhiculons inconsciemment ou consciemment et notre foi inébranlable dans la portée positive de la différentiation et de l’innovation. Ne confondons-nous pas systématiquement l’innovation avec le développement ? Nos programmes ne sont-ils pas tous tournés vers le changement comme paradigme du progrès social ? N’est-ce pas le fondement même de l’action de la recherche finalisée que de s’accoler à l’innovation au travers du binôme invention-innovation ? En nous donnant comme intention de poser un regard sur l’innovation, nous ne pouvons ignorer ces questions.

  • 2 Chauveau, Yung, 1995, Innovation et Sociétés – V2 Les diversités de l’Innovation, actes du XI (...)

7Il nous a ainsi paru pertinent de revisiter nos modèles de développement au travers d’une réflexion sur le lien entre innovation et développement durable, et ce par l’analyse des effets des processus d’innovation en termes de « développement ». Le scientifique ne saurait se laisser piéger par une croyance irraisonnée dans les vertus de l’innovation. Déjà en 1993, Chauveau et Yung2, en s’inspirant de Hirshman, avaient opposé deux visions de ces processus. D’une part, une rhétorique dite progressiste, ou encore scientiste, adossée à une conception diffusioniste de l’innovation, fait de cette dernière un facteur de progrès technique et social. D’autre part, une rhétorique dite réactionnaire, critique de l’innovation, dénonce la captation de ses bénéfices par les dominants ou encore la remise en cause des sociétés traditionnelles par les effets générés. Ce regard demeure extrêmement pertinent et utile.

8Ce sont les objectifs et les défis du symposium ISDA – Innovation et développement durable, organisé par le Cirad, l’Inra et Montpellier SupAgro, que de développer des regards renouvelés et croisés sur l’innovation. L’ambition est de saisir comment s’opère le lien entre production de connaissance, apprentissage et innovation en faisant le lien avec cette fameuse finalité, le développement. Elle invite à aborder l’innovation elle-même comme objet de recherche et à faire le point sur les avancées scientifiques dans ce domaine. Elle permet de stimuler la réflexivité sur nos actions de recherche et de développement et de générer de nouvelles manières de penser l’innovation. Et non des moindres, cette ambition favorise l’innovation au sein même du monde scientifique.

9Ce symposium a effectivement fait émerger de nombreux débats entre communautés travaillant sur l’innovation. Réunissant plus de 500 acteurs de 65 pays, il constitue une nouvelle étape dans les réflexions sur l’innovation. Je suis convaincu que les fruits de ce symposium impacteront la programmation de nos institutions. Cet ouvrage témoigne de la richesse des débats et ouvre sur de nouveaux défis pour nos institutions de recherche et pour la conception de nouvelles politiques de développement.

Notes

1 Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (Orstom) à l’époque.

2 Chauveau, Yung, 1995, Innovation et Sociétés – V2 Les diversités de l’Innovation, actes du XIVe séminaire d’économie rurale, Inra-Cirad-Orstom, 13-16 septembre 1993, Montpellier, Editions Cirad, 380 p.