Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question des échelles en sciences humaines et sociales

 | 
Sébastien Boulay
, 
Sylvie Fanchette

Conclusion

Sylvie Fanchette

Texte intégral

1Cet ouvrage questionne le maniement des échelles en sciences humaines et sociales (géographie, anthropologie, sociologie et démographie) et appréhende les innovations méthodologiques offertes par la pluridisciplinarité. Il présente plusieurs cas d’études montrant l’intérêt du partage d’échelles communes dans le travail pluridisciplinaire et le développement de nouvelles méthodes pour investir la translocalité, les circulations, les changements des systèmes de peuplement dans le temps. En introduction, Sébastien Boulay rappelle combien la recherche semble de plus en plus attentive à la dimension scalaire des enjeux contemporains liés à la mondialisation (le développement des NTIC, l’accélération des flux matériels et immatériels, les migrations, le changement climatique) qui renouvellent les questions d’articulation entre les niveaux « micro » et « macro » et le lien entre réseaux et échelles, mais pose la question de leur représentation cartographique. De même, les enjeux environnementaux, notamment ceux liés au changement climatique, se déclinent à différentes échelles et s’interpénètrent dans les discours et les pratiques des différents types d’acteurs et de nombreuses disciplines en sciences de l’environnement et sciences humaines et sociales. Cependant, cette question des échelles à travers la pluridisciplinarité comporte de nombreux défis à la fois méthodologiques et analytiques que les auteurs de cet ouvrage ont essayé de relever sur plusieurs terrains.

2Tout d’abord, les auteurs, à une exception près, explorent des terrains situés dans les pays du Sud. Ils s’inscrivent dans le champ des sciences sociales du développement, qui s’intéressent aux relations entre les populations et leur environnement dans le contexte de la mondialisation et aux inégalités qu’elle crée, en mettant en concurrence des régions et des populations. Ils démontrent que l’analyse de l’impact de la mondialisation sur les échanges commerciaux ou d’informations et sur les migrations, en perpétuelles recompositions spatiales et temporelles, ne peut se faire sans une approche multiscalaire. Un des défis que les chercheurs doivent relever dans ces pays est le manque de données, et la difficulté pour accéder à des corpus de données complets et au terrain pour des raisons géopolitiques. Cela oblige les chercheurs à croiser des données variées obtenues à différentes échelles, pour pallier le manque de finesse et l’ancienneté de certaines statistiques, et à réajuster les focales. Lama Kabbandji et Laurent Drapeau « proposent des pistes pour analyser quantitativement un phénomène complexe tel que la migration forcée, en mobilisant des sources de données variées et différentes échelles d’analyses spatiales et temporelles ». Ils ont utilisé des comptages de flux de populations aux frontières et des images satellitaires à plusieurs dates, relevant le défi de les croiser à différentes échelles d’analyses spatiales et temporelles et de les cartographier. Cette approche leur a permis de tester la qualité des statistiques produites par différentes agences internationales pour des objectifs très variés, en les croisant avec d’autres données statistiques et des images satellitaires de l’occupation bâtie du sol dans les camps de réfugiés.

3Certains auteurs posent la question du décloisonnement spatial des études anthropologiques et sociologiques et le besoin de les recontextualiser, donc d’intégrer de nouvelles échelles. Ainsi, ils font part des avancées récentes dans ces disciplines les moins habituées à l’approche multiscalaire, qui continuent à ne concevoir la légitimité de leur intervention qu’à l’échelle du groupe social, voire de l’individu « pluriel ». Si le zonage territorial des processus sociaux à l’étude ne paraît pas pertinent pour les anthropologues, cela ne les empêche pas de trouver d’autres moyens pour monter en généralité et de s’inspirer de méthodologies empruntées à d’autres disciplines, comme l’économie politique. Que ce soit la mise en place de techniques d’enquête capables de retracer la complexité de ces rapports scalaires et translocaux, telle l’ethnographie multisituée et/ou la technique du follow the thing, ou du traçage des filières de production, distribution et consommation, celles-ci enrichissent les approches des anthropologues (Ricardo Ciavolella). Comment concevoir et gérer des espaces à géométrie variable selon les acteurs mouvants (des migrants, des pasteurs, des oiseaux…), interdépendants et aux frontières poreuses, et quelles échelles d’intervention utiliser ? Pour Jocelyne Streiff-Fénart et Philippe Poutignat, « ce que nous a appris le travail de terrain c’est comment les acteurs eux-mêmes contrôlent les changements d’échelle en déplaçant l’horizon de leurs projets et le cadre des interactions, et comment ceux d’entre eux qui se montrent les plus habiles au développement de ces pratiques scalaires parviennent in fine à changer les règles du jeu ». Avec le développement très rapide des NTIC au sein de la diaspora touareg, Nadia Belalimat montre combien « les périphéries étatiques deviennent le centre d’un espace d’échanges et de circulations permis par la connectivité entre les diasporas anciennes et récentes et les territoires d’origine ». L’étude des NTIC et la représentation de nouvelles reconfigurations sociales, non plus à partir des territoires, mais des mises en connexion, pose un défi méthodologique aux anthropologues qui doivent emprunter aux géographes et historiens des éléments de contexte pour comprendre les dynamiques de ces nouveaux réseaux d’interconnexion, car « le “local”, s’il est un passage obligé de l’ethnographie, ne suffit donc pas à rendre compte des liens tissés entre les réfugiés, les localités d’origine, les diasporas anciennes et récentes, les campements et villages ruraux, les villes ».

4La pluridisciplinarité de l’ouvrage s’est enrichie de chapitres rédigés à plusieurs mains et plusieurs disciplines. Ces études démontrent combien le partage d’une échelle commune constitue un moyen pour analyser les interrelations entre environnement et société, mais qu’elle soulève des problèmes méthodologiques, comme la mise en place d’un vocabulaire commun (la signification d’une grande ou d’une petite échelle, par exemple). Plusieurs chapitres présentent les résultats de programmes de recherches pluridisciplinaires très originaux, tel celui faisant dialoguer des archéologues et historiens « pour saisir dans le temps long la dynamique des systèmes de peuplement à l’échelle locale et à celle de la planète et sur des temps présents ou anciens » (Léna Sanders).

5Les chapitres écrits par des géographes témoignent, ce qui conforte le propos tenu en introduction de l’ouvrage, d’une intégration très aisée de la question des échelles dans la problématisation et l’analyse des objets (Marie-Christine Cormier-Salem, Sylvie Fanchette, Léna Sanders), tandis que cette question peut être moins clairement centrale, et moins explicitée dans d’autres chapitres. Ces auteurs soulèvent l’intérêt de la reconstruction d’espaces d’analyse plus adaptés aux objets d’étude et démontrent combien les unités spatiales politiques existantes ne permettent pas d’appréhender des processus mouvants dans le temps et l’espace. Cela renvoie à la problématique de la recherche dans les pays du Sud et de la difficulté d’accéder aux données, mais aussi au caractère politique des divisions administratives, enjeux de gouvernance. Ainsi Laure Hadj soulève le caractère politique des changements d’échelle par les usagers, qu’ils représentent une institution ou des individus, et leur impact sur les inégalités sociales, tout en intégrant les échelles temporelles, nécessaires à la prospective.

6Enfin, cet ouvrage pourra sans doute ouvrir de nouvelles pistes de réflexion pour questionner la compatibilité des échelles d’analyses entre sciences environnementales et sciences humaines et sociales. Le champ des études en sciences humaines et sociales sur le changement climatique ouvre de nouvelles perspectives méthodologiques pour faire travailler les spécialistes de l’atmosphère et des océans avec des sociologues, des anthropologues ou des géographes. L’émergence des changements globaux oblige toutes les sciences impliquées à multiplier les échelles d’étude. Le changement climatique a été tout d’abord appréhendé par les physiciens à l’échelle planétaire, mais avec l’avancée des politiques d’adaptation et la question éminemment politique des migrations environnementales, il devient urgent de donner aux études sur le changement climatique une dimension humaine plus importante.

7Les sciences humaines et sociales ont à traiter les questions d’exposition des populations aux niveaux de vulnérabilités variables, de mobilités et d’accès aux ressources, et s’intéressent à des espaces plus petits pour étudier les impacts des politiques sur les organisations sociales. Cela pose donc un défi méthodologique aux sciences physiques, dont les modèles pour étudier le changement climatique s’intéressaient jusqu’à récemment à des espaces de très grande taille. Quels moyens les physiciens, les océanographes par exemple, pourront-ils développer pour « forcer » leurs modèles sur des espaces plus petits sans perdre en rigueur scientifique ? Les nombreuses recherches sur les migrations dites « environnementales » ou « climatiques » se heurtent à un réel défi : comment trouver des échelles d’analyse compatibles pour mesurer les relations entre l’aggravation de l’intensité des aléas due au changement climatique et les dynamiques migratoires ? Comment trouver des échelles d’intervention suffisamment proches des populations pour mettre en place des mesures d’adaptation au changement climatique ? Un champ de recherche immense s’ouvre à nous et pose la question du choix des échelles, que l’interdisciplinarité entre sciences humaines et sociales et sciences de l’environnement rendra nous l’espérons possible sur le plan méthodologique.

***

8Supervision et réalisation des cartes : Éric Opigez, IRD, UMR Ceped

9Édition : Juliette Blanchet

© Éditions Quæ, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540