Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question des échelles en sciences humaines et sociales

 | 
Sébastien Boulay
, 
Sylvie Fanchette

Partie III - Échelles, réseaux et territoires

Chapitre 8 - Dynamiques multiscalaires des villages de métier au Vietnam : des clusters aux réseaux

Sylvie Fanchette

Texte intégral

1Les clusters de villages artisanaux du delta du fleuve Rouge sont des systèmes de production localisés ancrés dans un territoire porteur d’externalités positives (capital social, proximité, économies d’échelles, dynamique sociale ancienne, etc.) et organisés à deux niveaux : celui intra-villageois, composé d’unités de voisinage et de rues spécialisées, marquées par un lien social et économique très fort, et celui inter-villageois, fondé sur des relations historiques liées à l’organisation du territoire hydraulique. Ces clusters sont branchés sur des réseaux de production et de commerce plus larges, orientés vers d’autres régions d’approvisionnement de matières premières, de matières à recycler (plastique, papier et métaux) ou de commercialisation des produits finis du Vietnam ou de la sous-région (Chine, Laos, Cambodge).

  • 74 Les chaînes de valeur mondiales sont des chaînes d’approvisionnement internationales caractérisées (...)

2L’organisation en clusters des villages artisanaux et l’intégration des entreprises les plus dynamiques dans les chaînes de valeur globales74 embarquent dans la mondialisation de nombreux acteurs de la chaîne de production. La « clusterisation » des petites et moyennes entreprises des pays du Sud par leur intégration dans ces chaînes est, selon Nadvi et Schmitz (1996), un moyen pour elles d’entrer en concurrence avec les marchés éloignés. L’étude des agglomérations d’entreprises concerne ainsi des territoires de plus en plus vastes et mobilise des approches dites « transcalaires » : de l’atelier aux regroupements d’entreprises sous-traitées, puis aux donneurs d’ordre. Ces recherches ont conduit à s’interroger sur les mailles territoriales à observer et sur les pas de temps nécessaires pour l’analyse de la dynamique spatiale et temporelle de ces clusters artisanaux. Si, selon Lacoste (1976), chaque « niveau d’observation ne laisse apparaître que certains phénomènes, la maille d’analyse détermine ce que l’on veut traiter et comprendre. Tous les faits ne peuvent donc être pris en considération à un même ordre de grandeur. Ils relèvent alors d’autres niveaux d’analyse. Il faut par conséquent combiner ou articuler différents niveaux d’analyse spatiale pour étudier un même phénomène, et en saisir les diverses facettes ».

3Pour appréhender la dynamique des agglomérations d’entreprises, nous avons fait le choix de privilégier l’entrée par le territoire de production et l’histoire de sa constitution. La cartographie des lieux d’intervention des acteurs locaux interroge la concordance ou non des territoires institutionnels avec les dynamiques spatiales des entreprises organisées en clusters et le rythme auquel elles se forment. Les espaces d’intervention des collectivités locales, composées des provinces, districts et communes, sont-ils ou non adaptés aux mailles de la production (le quartier, le village, la commune, le cluster, les réseaux) ? Existe-t-il des entités associatives ou administratives qui épousent les espaces de production localisés artisanaux-industriels ? Comment les métiers artisanaux se sont-ils diffusés dans les villages à partir d’un noyau originel, à quelle époque, selon quelles modalités et grâce à quels acteurs ? Le processus d’émergence de clusters qui s’opère par l’intégration d’entreprises dans les réseaux commerciaux, techniques et financiers plus larges ne fragilise-t-il pas les relations de proximité et de confiance entre les membres des clusters ?

4À travers le cas des villages de métier du delta du fleuve Rouge, au Vietnam, organisés en clusters, ce chapitre montre combien les catégories d’analyse et le choix des échelles influent sur l’appréhension des systèmes très complexes d’agglomérations d’entreprises. L’échelle d’analyse villageoise est privilégiée par de nombreux observateurs et acteurs du développement local, sous-estimant ainsi les relations inter-villageoises à l’origine d’une dynamique économique et sociale pluricentenaire étudiées par les observateurs des districts industriels italiens (Becattini, 1990 ; Piore et Sabel, 1984). L’enjeu de cette démarche d’analyse n’est pas uniquement scientifique, mais aussi opérationnel. Mieux appréhender les échelles d’analyse pour l’étude des dynamiques des clusters de villages au Vietnam peut offrir des pistes pour adapter la gouvernance des collectivités territoriales aux différents territoires qui composent ces clusters.

  • 75 L’essor des villages de métier : le développement économique, l’industrialisation et l’urbanisation (...)

5Ce chapitre s’organise autour de trois parties pour interroger les biais scientifiques des outils mobilisés dans l’étude des agglomérations d’entreprises en Asie ; en quoi le choix des échelles d’analyse conditionne-t-il l’espace d’observation et quelles sont les recompositions territoriales des clusters branchés sur les chaînes de valeur globales ? Il s’appuie sur des recherches entreprises par une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et étudiants français et vietnamiens (géographes, économistes, architectes-urbanistes, agronomes) au sein de deux programmes de recherche que j’ai codirigés avec mes partenaires vietnamiens et qui se sont achevés en 201275. L’approche multidisciplinaire et multiscalaire constitue un élément fort de ces programmes : du quartier au village, au cluster et aux réseaux nationaux et transnationaux, nous avons abordé les relations d’échanges et de travail entre les artisans, les commerçants et leurs territoires en formation et/ou en recomposition. La cartographie et la représentation spatiale de toutes les données collectées sur le terrain nous ont permis de comparer les terrains d’étude, insérés dans le contexte historique et démographique particulier de leur cluster et dans celui plus macro-économique de la métropolisation de la ville de Hanoï.

Les outils mobilisés pour l’étude des agglomérations d’entreprises en Asie et leurs biais scientifiques

  • 76 La proximité spatiale permet des relations particulières (la confiance, l’échange, les interactions (...)

6L’approche multiscalaire que nous avons mobilisée pour étudier les clusters de villages de métier au Vietnam nous a permis d’éviter les nombreux biais des études sur le sujet. Une revue de la littérature sur les clusters, et plus précisément au Vietnam, montre combien la recherche sur les territoires productifs aborde les externalités territoriales liées à la proximité spatiale76 avec des concepts empruntés à l’Occident qui ne peuvent démontrer la spécificité orientale de ces systèmes. Toutefois, l’ouverture des clusters vietnamiens sur le monde impose de trouver les moyens méthodologiques pour analyser leur mise en réseau.

Des agglomérations d’entreprises appréhendées à travers le prisme occidental

7La plupart des études sur les agglomérations d’entreprises s’inspirent des perspectives théorisées en Occident, biais dans l’analyse des clusters asiatiques. Le contexte économique et politique des pays occidentaux diffère de celui du Vietnam et de la Chine, pays aux très fortes densités rurales, marqués encore par la prégnance du système d’économie administrée par l’État, en transition inachevée vers le capitalisme et où il faut trouver des occupations à forte utilisation de main-d’œuvre. L’ancienneté de l’industrialisation rurale a créé un mode spécifique d’intégration des villes et des campagnes. Enfin, les formes particulières d’organisation sociale et politique structurées par et autour des dynamiques familiales donnent une plus grande part au commerce, à l’organisation en filières, au fonctionnement en réseaux (Ganne et al., 2007). Fauré et Labazée (2005) définissent trois formes d’organisation spatiale : les clusters d’entreprises, les systèmes de production localisés et les districts industriels.

8« Les clusters d’entreprises sont des concentrations spatiales de petites et moyennes entreprises, formalisées ou non, aux activités concurrentes ou complémentaires sur des segments plus ou moins spécialisés, et parvenant à des résultats eux aussi significatifs en termes de contribution à la production sectorielle nationale et aux exportations. » Au sein des clusters, les coopérations inter-établissements et les performances collectives liées à la proximité spatiale et à la densité des relations sociales et professionnelles paraissent primordiales.

9Les systèmes productifs localisés sont anciennement établis dans des régions ou micro-régions, de petites agglomérations urbaines particulièrement dynamiques et structurées autour d’une spécialité. Ils sont fondés sur un socle commun de valeurs sociales et professionnelles, voire religieuses, et peu soumis à l’intervention des pouvoirs publics. Ils s’inscrivent sur le temps long et dans les traditions productives locales, elles-mêmes indissociables des solidarités situées hors de la stricte sphère marchande et des pratiques de réciprocité apparaissant dans un territoire donné.

  • 77 La « troisième Italie » désigne la partie de l’Italie qui s’étend de la Toscane à l’ouest aux confi (...)

10Dans les districts industriels de la troisième Italie77 (Becattini, 1990 ; Garofoli, 1993), la vitalité des regroupements de petites et moyennes entreprises engagées dans un même secteur met en évidence les externalités positives : les petites unités de production parviennent à surmonter les handicaps en termes d’économies d’échelle par la coopération inter-firmes et par une division du travail que favorise la proximité géographique. Celle-ci est propice à la communication, à la diffusion des savoir-faire et des secrets de fabrication, à la mobilité et aux échanges entre professionnels, de telle sorte que naît une « atmosphère industrielle » créatrice d’un cadre générant une dynamique productive dans ces agglomérations.

Intégration des clusters dans des réseaux : un changement d’échelle par les acteurs

  • 78 La coopétition est une collaboration ou une coopération de circonstance ou d’opportunité entre diff (...)

11Les tenants de l’économie de proximité ont eu tendance à étudier les systèmes de production localisés à l’échelle locale pour mieux sonder la nature des relations existant entre les entreprises de tailles variées et avec leur territoire. Au sein de ces agglomérations d’entreprises, il leur importe de trouver le bon équilibre entre la dimension horizontale, à savoir celle des relations entre entreprises concurrentes sur un même type d’activité, et la dimension verticale entre les entreprises au sein de la chaîne de production diversifiée des clusters. En combinant les deux dimensions, les clusters apparaissent alors comme reposant, d’une part, sur des liens fondés sur une proximité géographique, des complémentarités et des relations de confiance, et, d’autre part, sur la combinaison de relations « coopétitives »78 (Hamdouch, 2008).

12À l’approche classique des relations au sein des clusters, l’étude de l’intégration dans des réseaux plus larges s’impose, tout en posant des questions de méthodologie : quelles sont les entreprises intégrées dans les chaînes de valeur globales, quels sont les impacts sur la chaîne de production de cette ouverture à d’autres marchés concurrentiels ? L’intérêt de travailler sous l’angle des changements d’échelle signifie que l’on observe une réalité en changement (Fontaine et Hassenteufel, 2002, cité par Faure et Muller, 2005). Pour Samson (2004), les agents d’exportation et les commerçants permettent d’améliorer la performance des clusters par l’ouverture de marchés plus exigeants sur la qualité, la diversité des produits et les standards de production. Cependant, l’intégration de ces agglomérations d’entreprises dans le système global peut fragiliser leur résilience et rend complexe l’analyse de ces territoires en pleine recomposition.

Au Vietnam : la survalorisation du rôle de la maille villageoise dans les études rurales

13La question des échelles d’observation des villages de métier est au centre de la gouvernance de ces territoires en pleine recomposition. Au Vietnam, l’échelle d’intervention des autorités locales et provinciales est celle de la commune ou du district (pour les services techniques), celle des chercheurs et visiteurs est le village, tandis que celle des acteurs, entrepreneurs et commerçants est l’agglomération d’entreprises supra-villageoises, ces derniers ne calant pas leurs activités dans le strict cadre des limites administratives.

14Au Vietnam, la recherche sur les agglomérations de villages de métier est récente, et l’on peut suggérer que l’intérêt des sciences sociales pour les études villageoises a éludé celui pour les relations inter-villageoises ou supra-villageoises. Le village vietnamien constitue le cadre de référence de nombreuses études d’anthropologie et d’histoire, en raison de son unité morphologique, sociale et culturelle. La recherche coloniale a donné à cette unité sociale une réelle identité que des générations de chercheurs occidentaux et vietnamiens se sont transmises sans réelle remise en cause. Cette littérature s’appuie généralement sur deux idées principales : le village est le cadre de toute la vie sociale qui subordonne l’individu à la communauté. Cette personnalité se reflète dans un aspect physique du village, limité par la haie de bambous, limite inviolable de la communauté villageoise, signe apparent de l’existence du village en tant que cellule indépendante de la société (Nguyên, 1993).

15Le culte du génie protecteur du village renforce l’identité villageoise et cimente les liens entre les habitants, en opposition au pouvoir étatique. Ainsi, les chercheurs prennent rarement pour unité d’observation « l’aire des relations sociales ou économiques qui transcendent les frontières communales » (Weber, 1981, cité par Dartigues, 2009) et se cantonnent dans des monographies. Les générations de chercheurs postérieures aux années collectivistes (années 1990), pour lesquelles l’accès au terrain était très difficile, se sont cantonnées dans l’étude de « leur village ».

16Toutefois, Pierre Gourou (1936) a abordé la question des relations entre villages de métier : il existe selon lui une grande division du travail entre les villages, particulièrement marquée dans l’industrie de la soie. Les villages sont interdépendants du fait de l’utilisation fractionnée de la matière première, tel le bambou. Leur complémentarité repose sur leur différenciation entre villages producteurs et villages consommateurs. Malgré ces analyses pertinentes, la plupart des chercheurs vietnamiens et occidentaux ont abordé l’artisanat à l’échelle d’un village. Il faudra attendre les années 1990 et la thèse de DiGregorio (2001) et l’influence du professeur Dao Thê Tuân de l’Institut des sciences agronomiques pour que les villages de métier soient étudiés à l’échelle des clusters.

  • 79 Notamment une enquête exhaustive menée par Nguyen Xuan Hoan, doctorant en économie.

17Nous avons ainsi bénéficié de l’expertise et des connaissances de terrain de ces deux spécialistes du développement rural vietnamien pour aborder directement les villages de métier à travers le prisme des clusters. Tout d’abord, nous avons pu montrer la spécificité du cas du delta du fleuve : les clusters de villages sont organisés à deux niveaux, entre les entreprises villageoises et entre villages voisins. Au sein des villages, les interrelations entre les entreprises familiales sont déterminantes pour la consolidation du lien social fondé sur l’entraide, la transmission des savoir-faire, la confiance… Ce ciment social est renforcé au niveau inter-villageois par les complémentarités techniques, les échanges de main-d’œuvre, la mutualisation et l’allocation des ressources foncières, la diffusion des savoir-faire, et le développement de nouveaux services associés à la production artisanale. Puis nous avons entrepris l’étude de ces processus de diffusion et d’échange sur le moyen terme et de façon exhaustive sur trois provinces (Bac Ninh, Hanoï et Hà Tây), grâce à une approche combinant les données quantitatives cartographiées79 et les données qualitatives à base d’enquêtes sur un échantillon d’une quarantaine de villages choisis à partir des cartes. Certains de ces villages ont fait l’objet de monographies réalisées par moi-même, les partenaires du Casrad (développement rural) et des étudiants en master et en doctorat de géographie et d’architecture. Cette approche couvrante a ainsi permis d’éviter les biais des études fondées soit sur des monographies, soit sur des données quantitatives. Cette recherche a été conduite pendant six ans par deux équipes pluridisciplinaires (géographes, économistes, architectes, agronomes) qui ont su mobiliser les savoir-faire complémentaires de leurs membres pour aborder de façon croisée la complexité de ce processus de « clusterisation » des villages de métier et leur évolution dans le contexte de la métropolisation de Hanoï.

En quoi le choix des échelles d’analyse conditionne-t-il l’espace d’observation ?

18Nous étudions des clusters de villages et d’artisans qui se sont développés de façon spontanée à partir de savoir-faire traditionnels, diffusés à l’initiative de maîtres artisans. Notre démarche a été de suivre le fil et l’évolution diachronique du développement de ces métiers en interrogeant des interlocuteurs clés pour comprendre leur propagation spatiale et l’innovation, en croisant plusieurs types de données. Pour effectuer la cartographie des villages artisanaux à deux époques, 1936 et 2003-2006, nous avons utilisé plusieurs types de données. Pour la période la plus ancienne, nous avons repris les statistiques exhaustives collectées par Pierre Gourou (1936) dans les années 1930 pour rédiger le chapitre sur les villages artisanaux de sa thèse magistrale sur les paysans du Tonkin. Celui-ci a envoyé dans les 7 000 communes du delta du fleuve Rouge (appelé Tonkin à l’époque coloniale) un questionnaire sur les activités artisanales. Il a ainsi pu localiser ces villages, questionner les activités, le nombre d’artisans et d’ouvriers et leur histoire. Cette base de données dispersée dans les notes de bas de page de l’ouvrage n’a pas été simple à extraire. En effet, le nom de nombreux villages a changé depuis la révolution communiste, tandis que d’autres ont disparu ou ont perdu leur activité. J’ai dû recouper diverses informations et cartes pour réaliser l’état des lieux cartographique des villages pour les trois provinces de notre étude (Hanoï, Bac Ninh et Hà Tây). Pour la seconde période, nous avons compilé plusieurs enquêtes sur les villages de métier — Ministry of Agriculture and Rural Development (MARD)/JICA de 2003, recensement des Comités populaires des provinces, et enquête du Casrad dirigée par un de mes doctorants, Nguyen Xuan Hoan. L’enquête du MARD/JICA, même si elle ne concernait pas les villages industrialisés, permettait de remonter dans le temps. En effet, une question relative à l’ancienneté du développement de l’activité artisanale dans chaque village nous a permis de classer en quatre périodes les villages (activité datant de la période impériale, coloniale, collectiviste ou depuis l’ouverture économique des années 1990). Puis nous avons analysé les résultats de nos enquêtes ciblées sur les villages d’un même cluster, choisis pour la spécificité de leur activité, les possibilités ou non de mécanisation et le rôle des commerçants dans l’intégration de ces clusters dans les chaînes de valeur nationales et internationales. Nous avons ainsi développé une approche inductive, « par le bas », contrairement à l’approche pour analyser des clusters de l’innovation qui ont été mis en place grâce à des politiques territoriales et à des pôles de compétitivité stimulés par la recherche scientifique de haut niveau.

19Pour analyser le fonctionnement de ces clusters et les modalités de leur adaptation aux marchés et à la concurrence mondiale, nous avons volontairement manié différentes échelles (le groupe de villages, le village, le quartier, le voisinage et l’atelier). À chaque niveau d’observation, nous avons entrepris de cartographier les objets d’étude (les ateliers ou les villages) et de tracer les liens qui les relient.

Les clusters de villages de métier au Vietnam : des systèmes de production à plusieurs niveaux

20Les villages de métier se sont organisés en clusters il y a plusieurs siècles pour répondre à l’organisation fragmentée du travail, à la spécialisation des villages et à l’utilisation maximale des matières premières (Gourou, 1936).

21Un cluster de villages de métier est composé d’un centre principal (le « village-mère »), lieu d’origine du développement de l’activité, et de villages secondaires. Il s’organise à plusieurs niveaux : entre les entreprises d’un même village, entre les villages spécialisés dans la même branche, enfin entre les villages et des entreprises du secteur formel sises dans les parcs industriels. La confiance entre les ateliers installés le long de la chaîne de production constitue le ciment du cluster et garantit les relations à long terme (DiGregorio, 2006). Il existe une grande variété de clusters artisanaux manuels (vannerie) et industriels mécanisés (papeterie et sidérurgie). La question de l’importance du secteur informel dans l’industrie rurale sera traitée plus loin dans le texte.

22Dans un premier temps, nous avons cartographié les villages de métier par type d’activité dans les provinces d’étude à partir de statistiques d’enquêtes (enquêtes MARD/JICA ; figure 8.1). Les multiples définitions des villages de métier posent la question de leur recensement et celle de leur localisation. Les différentes enquêtes entreprises par le MARD/JICA, l’Association des villages de métier du Vietnam et les Provinces se basent sur des définitions plus ou moins restrictives pour leur dénombrement selon les objectifs que ces institutions ont en matière de développement. Le nombre des actifs dans les villages qui obtiennent le statut de « villages de métier » varie ainsi entre 1,3 et 11 millions au Vietnam (Fanchette et Nguyên, 2012) !

Figure 8.1. Les clusters de villages de métier dans les provinces de Hanoï, Hà Tây et Bac Ninh en 2006 (sources : MARD/JICA, 2000, enquêtes Casrad/IRD, 2006 ; conception : S. Fanchette, M. Paschier, Nguyen Xuan Hoan).

Figure 8.1. Les clusters de villages de métier dans les provinces de Hanoï, Hà Tây et Bac Ninh en 2006 (sources : MARD/JICA, 2000, enquêtes Casrad/IRD, 2006 ; conception : S. Fanchette, M. Paschier, Nguyen Xuan Hoan).

23Les villages sont regroupés par activités, avec de multiples regroupements pour les villages de vanniers. On peut supposer que les villages localisés dans le voisinage et de la même branche entretiennent des relations. Cependant, cette proximité géographique n’implique pas automatiquement une proximité sociale, caractéristique des clusters.

La diffusion des activités artisanales : un phénomène spatial et diachronique

  • 80 Le Doi Moi (rénovation) définit les réformes structurelles profondes mises en place à partir de 198 (...)

24À partir des données sur l’ancienneté de l’activité artisanale dans ces villages, nous avons cartographié l’historique de leur implantation. Quatre périodes ont été définies (impériale/féodale, coloniale, collectiviste, Doi Moi ou post-ouverture économique80). J’ai enquêté sur l’histoire de l’émergence de l’activité artisanale dans les villages d’un même groupe et donc sur la nature de leurs relations (figure 8.2). Selon la plupart des mythes de fondation des métiers artisanaux, les habitants d’un village auraient été initiés par un ancêtre de métier (un artisan talentueux, un mandarin, etc.), présenté dans la plupart des cas comme originaire de ce village. Il symbolise l’identité de l’activité artisanale encastrée dans le territoire villageois par plusieurs sites rituels (maisons communales, temples, etc.) et de production (fours, bassins, espaces de séchage, etc.). Puis le métier aurait été diffusé dans les villages du voisinage par apprentissage, sous-traitance, division du travail, mariages ou formation. J’ai émis l’hypothèse que les villages où l’activité artisanale est la plus ancienne ont développé des relations d’échanges de savoir-faire avec les villages de leurs environs et ainsi diffusé le métier.

Figure 8.2. Historique de l’implantation des activités artisanales dans la province de Hà Tây en 2006 (sources : MARD/JICA, 2000, enquête Casrad, 2006).

Figure 8.2. Historique de l’implantation des activités artisanales dans la province de Hà Tây en 2006 (sources : MARD/JICA, 2000, enquête Casrad, 2006).

25Quatre modes de diffusion apparaissent prédominants : la diffusion des savoirs par les coopératives à l’époque collectiviste (1954-1981), la création de métiers provoquée par l’élargissement de la production (transport, réparation, etc.) et des commerces, la diffusion des savoir-faire par la sous-traitance d’une partie du processus de production chez les artisans des environs, la diffusion par l’apprentissage des ouvriers des villages alentours qui ensuite deviennent sous-traitants de leur ancien patron.

26Dans le « village-mère » sont localisées les usines des plus grands producteurs et donneurs d’ordre, dont les entreprises sont déclarées, souvent mécanisées et installées dans la zone artisanale. Chaque village est spécialisé dans un type de produit mais dépend des autres pour l’approvisionnement en matières premières (commerce, tri, recyclage), la diffusion des savoir-faire artisanaux traditionnels, l’offre d’espaces à louer, l’offre de services (transports, commerces, marchés de matières premières, ateliers de réparation des machines) et l’approvisionnement en main-d’œuvre dans un rayon de plus en plus large (sous-traitance, embauche ou apprentissage).

27L’étude approfondie du cluster de meubles d’art de Dong Ky donne l’occasion de démontrer combien l’approche multiscalaire est essentielle pour comprendre la dynamique dans le temps et l’espace de ces clusters. Je l’ai choisi car il montre combien les réseaux locaux, nationaux et internationaux ont participé à l’expansion de ce cluster très dynamique du fait de la croissance du nombre d’entreprises formelles ayant la capacité à exporter et importer, de la diversification de ses marchés (national et international) et de l’attraction d’une main-d’œuvre nombreuse très variée aux capacités techniques et commerciales complémentaires (25 000 actifs). Ce cluster chevauche deux provinces, trois districts, dont un, le noyau central, est passé à l’urbain durant la période de l’étude, témoignant ainsi de la complexité administrative de ce pôle industriel fondé sur la « clusterisation » de plusieurs villages et quartiers urbains.

L’étude à l’échelle d’un cluster

28Le cluster de Dong Ky, spécialisé dans les meubles d’art, est formé du village éponyme et de 15 villages spécialisés dans les métiers de la menuiserie, de la gravure et de la sculpture du bois appartenant à 4 communes et relevant de 2 provinces. Bien situé à proximité des grands axes de circulation et du chef-lieu de district de Tu Son, il polarise plusieurs villages spécialisés dans l’incrustation de nacre et la menuiserie d’art dans un rayon de plus de 60 kilomètres (figure 8.3). Le village de Dong Ky, devenu quartier urbain en 2008, bénéficie de nombreux avantages économiques et démographiques : il compte 12 000 habitants, c’est un ancien village de commerçants (commerçants de bétail bénéficiant de larges réseaux marchands et politiques), et il regroupe plus de 200 entreprises formelles, d’une grande capacité de mobilisation en main-d’œuvre et d’ouverture sur les marchés internationaux.

Figure 8.3. Relations entre les villages du cluster de Dong Ky en 2006.

Figure 8.3. Relations entre les villages du cluster de Dong Ky en 2006.

29Les familles de commerçants et d’entrepreneurs du village de Dong Ky ont su profiter des savoir-faire des entreprises artisanales des villages limitrophes pour augmenter leur capacité de production. La plupart des entrepreneurs sous-traitent le travail auprès de familles d’artisans, modalité moins coûteuse, plus flexible et moins consommatrice de place que l’embauche dans leurs ateliers. Les parties les plus ouvragées et sculptées des meubles sont réalisées par les artisans spécialisés dans la gravure, la sculpture ou l’incrustation de nacre des villages du voisinage ou de provinces du delta du fleuve Rouge.

30Cinq cents incrusteurs de nacre originaires du cluster de Chuong My, dans le sud de la province de Hanoï, vivent à Dong Ky. Les artisans du village voisin de Lang Cho, qui se sont mis à leur compte depuis une dizaine d’années, exécutent au rabais les parties les moins ouvragées.

31Les patrons de Dong Ky embauchent des ouvriers (en général des femmes) originaires des provinces reculées, qu’ils forment en apprentissage dans leurs ateliers pour assembler les pièces sous-traitées, exécuter les finitions (ponçage et vernissage), assurer la découpe du bois ou traiter les petites commandes. En 2006, environ 5 200 travailleurs réguliers et irréguliers travaillent dans les ateliers de Dong Ky (Fanchette et Nguyen, 2009).

Un dernier changement d’échelle : le passage au village

32Ce système de production localisé trouve son ancrage dans le village. C’est une communauté de savoirs partagés, centrée sur un type de produit au sein d’un espace territorialisé et balisé par un patrimoine architectural et religieux. Au sein des ateliers du village, la transmission des savoir-faire s’effectue entre les générations et par apprentissage.

33Les villageois s’adonnent à de nombreuses activités qui se diversifient avec le développement des métiers et l’ouverture vers les marchés étrangers : commerce de pièces détachées, réparation de machines et transports. Une plus grande hiérarchie par la spécialisation, les salaires et la nature des contrats de travail s’opère entre les artisans : les patrons, les sous-traitants, les ouvriers spécialisés, les ouvriers non spécialisés et les migrants-ouvriers temporaires.

34Dans le village de Dong Ky, la cartographie des différentes étapes de la production des meubles a été réalisée par deux étudiantes en architecture (Dubiez et Hamel, 2009 ; figure 8.4). Elle montre une certaine spécialisation géographique selon la largeur des rues et l’accessibilité des ateliers. Les activités demandeuses d’espace, comme la découpe et le commerce du bois, sont localisées sur les axes les plus larges et accessibles par les camions.

Figure 8.4. Localisation des activités de menuiserie dans le village de Dong Ky en 2008 (Dubiez et Hamel, 2009).

Figure 8.4. Localisation des activités de menuiserie dans le village de Dong Ky en 2008 (Dubiez et Hamel, 2009).

35Les show-rooms et les grands ateliers d’assemblage des donneurs d’ordre sont localisés dans la zone artisanale, à l’entrée du cluster ou le long de l’axe principal. Les activités sous-traitées à des artisans spécialisés comme la gravure sur bois ou l’incrustation de la nacre sont réalisées dans de petits ateliers localisés dans les impasses ou fonds de rue. Ces artisans spécialisés sont originaires d’autres villages et louent de petits ateliers ou des logements abandonnés par les entrepreneurs installés dans la zone artisanale. À une échelle plus fine, le recensement des activités artisanales et commerciales dans une rue du village montre la diversité de l’occupation des abords des rues et la profonde imbrication de ces deux activités.

36Les artisans du « village-mère » sont liés autour d’un ancêtre fondateur commun qui a initié le métier et que l’on vénère chaque année lors d’un festival. Cependant, la solidarité au sein de la communauté artisanale n’implique pas toujours des liens de réciprocité et de confiance, fondements du capital social. Il existe une réelle concurrence entre foyers d’un même village ou d’un même lignage, ayant peu de liens de réciprocité, donc de confiance (Truong Chinh et Vo Nguyen Giap, 1974 [1938], cités par DiGregorio, 2006).

Des échelles d’intervention incompatibles avec celles des acteurs

37La plupart des clusters de villages s’étendent au-delà des limites administratives communales, voire des districts ou parfois des provinces (figure 8.1). La fragmentation administrative des clusters empêche toute reconnaissance de ces territoires de production par les collectivités locales. Aucune entité supra-communale ou associative professionnelle n’est créée. Les zones artisanales sont construites pour accueillir les entreprises d’une commune et non pas du cluster. Les entreprises tissent entre elles des liens de sous-traitance ou de nature commerciale, créant un espace de production qui n’est pas reconnu en tant que tel par les services de l’administration.

38Reconnaître administrativement les formes d’agglomération d’entreprises supra-communales serait reconnaître la capacité entrepreneuriale des ateliers informels qui composent pour 80 % les clusters de villages. Or l’administration en charge de la gestion de ces activités est très hiérarchisée et fragmentée en départements et ministères représentés au niveau du district. Les villages d’un cluster sont donc gérés par des entités administratives menant des politiques fiscales ou territoriales différentes, tandis qu’au niveau de la commune, au plus bas de la hiérarchie administrative, sont gérés les zones artisanales, les crédits, la formation, l’imposition de taxes.

Des clusters branchés sur les chaînes de valeur globale et les recompositions territoriales

L’ouverture sur le monde extérieur : la fragilisation des clusters de villages

39L’intégration du Vietnam au marché international, via l’Organisation mondiale du commerce (OMC), et Sud-Est asiatique, via l’Association des nations du Sud-Est asiatique (Asean), et l’accélération de la mondialisation ont eu un impact économique important sur les villages de métier : ils ont diversifié et changé les standards de production et mécanisé certaines étapes. Par l’intermédiaire des donneurs d’ordre branchés sur les marchés d’exportation, la production augmente, embarquant de nombreux petits ateliers satellites informels. Tirés par les agents d’exportation, les clusters s’étendent, parfois au-delà des frontières — comme c’est le cas de celui de la menuiserie d’art de Dong Ky en lien avec ses homologues chinois de la région de Canton —, diversifient leur production, la modernisent et cherchent à s’adapter aux marchés diversifiés.

40Seules les entreprises formelles bénéficient dorénavant de réelles politiques incitatives par l’accès aux terrains pour implanter leurs locaux, élargir leur envergure de production et accéder aux crédits bancaires. La formalisation se solde par une augmentation de leurs coûts de production (taxes plus élevées, suivi du code du travail et de l’environnement), qui dans un second temps pourront avoir un impact positif sur la production (main-d’œuvre en meilleure santé du fait de l’amélioration des conditions de vie). Toutefois, le poids de l’emploi informel dans les entreprises formelles reste très élevé : peu d’employés ont des contrats de travail et sont couverts par des assurances. Chaque patron négocie au coup par coup les conditions d’embauche (Fanchette et Nguyen, 2012). Le turn-over très rapide d’ouvriers à la recherche de conditions de travail et de salaires meilleurs affecte grandement ce secteur proto-industriel.

41Avec la crise des marchés de l’export et le renchérissement du foncier lié à la métropolisation, les entreprises formelles se sont fragilisées : elles ont perdu les atouts de la flexibilité de l’informel et des relations contractuelles propres au système des clusters. Certaines entreprises, peu de temps après avoir changé de statut, ont fait faillite. Leur recherche du contrôle d’une part élevée du processus de production rigidifie le système de production. En revanche, la plus grande flexibilité du système d’embauche de la main-d’œuvre des clusters, la pluriactivité des entreprises, notamment le rôle joué par l’agriculture, et la confiance entre partenaires permettent de supporter plus facilement les crises économiques, et particulièrement celle qui a touché de plein fouet le marché de l’exportation en 2008.

42Certaines activités comme la vannerie, destinée essentiellement à l’exportation, ont été très affectées par cette crise. La concurrence avec les pays d’Asie plus performants économiquement, comme l’Indonésie, a sinistré ce secteur. La pression à la baisse des prix par de grands groupes comme IKEA, qui cherchent à sous-traiter certaines tâches à de grandes entreprises donneuses d’ordre, se répercute sur l’intégralité de la chaîne. Les faibles prix aux sous-traitants se traduisent par une faible qualité des articles qui ne peuvent ensuite être exportés : c’est un véritable cercle vicieux.

43Selon un rapport de l’Académie vietnamienne des sciences sociales sur la crise financière de 2009, les commandes des marchés internationaux aux villages de métier auraient baissé de 30 % en 2009 par rapport à la même période en 2008. Les entreprises embauchent moins, notamment les nombreux ateliers sous-traités. Cependant, en raison de l’inflation, le salaire minimum a augmenté et, malgré la baisse des commandes, seuls des emplois offrant des salaires plus élevés parviennent à attirer les migrants qui travaillent dans les plus grandes entreprises (Vietnam Academy of Social Sciences, 2009).

L’intégration des clusters dans les réseaux internationaux et la recomposition des relations entre villages et entreprises

44Le Vietnam s’est ouvert aux marchés internationaux capitalistes dans le courant des années 1990, après plusieurs décennies d’embargo. Jusque-là, les villages de métier étaient orientés vers les marchés locaux et urbains. Seuls les producteurs de vannerie, d’objets d’art et de textile exportaient vers les pays de l’Est via les départements d’État chargés du commerce. Ils ont été les premiers clusters de villages à expérimenter l’export dans les années 1990. Les groupements de production sont passés par les compagnies d’exportation, autrefois étatiques, pour signer des contrats avec les pays capitalistes comme le Japon ou Taïwan, puis se sont ouverts aux marchés européens. Le marché chinois offre des débouchés à de nombreux produits artisanaux fabriqués manuellement par des artisans talentueux.

45Plusieurs types de clusters se distinguent : ceux dirigés par les négociants en matières premières (tels le bambou ou les matières premières recyclables comme le plastique) ou les grandes entreprises mécanisées donneuses d’ordre qui sous-traitent les entreprises, et ceux dirigés par les agents d’exportation de produits finis ou intermédiaires. Les réseaux mobilisés pour intégrer les chaînes de valeur reposent sur d’anciens réseaux tissés pendant la 2e guerre du Vietnam (1963-1975) et à l’époque collectiviste. Les réseaux familiaux interprovinciaux se sont constitués par le biais des stratégies matrimoniales : les époux ou épouses ont été choisis pour les descendants dans des régions productrices de bois ou dans les quartiers de Hanoï spécialisés dans la vente de meubles.

  • 81 Dans le cluster des meubles d’art de Dong Ky, malgré la fermeture de la frontière sino-vietnamienne (...)

46Des recompositions spatiales s’observent au fur et à mesure que certains villages du cluster tentent de s’émanciper du monopole commercial du village principal. Dans le cas de Dong Ky, les villages de la périphérie (communes de Huong Mac et Phu Khê) ont établi des relations de sous-traitance directement avec des donneurs d’ordre chinois. Depuis le début des années 2000, des ateliers familiaux ont commencé à prendre leur autonomie par rapport aux patrons de Dong Ky et tentent d’accéder au marché chinois par le biais de la ville frontière de Bo Chai81.

47Les artisans mettent en œuvre des stratégies individuelles pour diminuer les coûts de production et répondre à l’augmentation de la concurrence entre les ateliers familiaux et les entreprises du cluster. Dans le cas de la métallurgie, certains ménages se spécialisent dans la mécanisation d’une étape de la production (machine à découper, emboutisseurs de métal, etc.) et créent des dépendances nouvelles du fait de leur offre de services. Les fondeurs vendent le métal recyclé sous forme de lingots, qui seront aplanis par des entreprises dotées de presses mécanisées, qui à leur tour vendront des plaques prêtes à l’emploi aux artisans qui vont les découper pour fabriquer marmites, plateaux ou gongs. Ainsi les relations de travail au sein des villages d’artisans semblent de plus en plus fondées sur les savoir-faire techniques et la possession de machines que sur les relations sociales (parenté et voisinage).

48Avec l’accélération du processus de mondialisation, de grands groupes de sous-traitants, tel IKEA, se sont installés au Vietnam et ont signé des contrats avec les groupes de production qui organisent le travail dans les clusters. Cependant, la pression à la baisse sur les salaires par ces grands groupes limite l’intérêt de l’artisanat pour les jeunes générations ; seuls les villageois les moins formés acceptent les faibles rémunérations offertes, au risque de voir baisser la qualité. Les filières de production artisanales branchées sur l’export subissent les contrecoups des aléas des marchés internationaux et de la concurrence, répercutant les impacts à toutes les échelles de la chaîne de production. La crise économique internationale de 2008-2009 a profondément marqué le cluster de la vannerie, entraînant la faillite de tous les intermédiaires locaux.

49Un autre facteur déterminant pour l’évolution des clusters a été la globalisation de l’industrie vietnamienne et la concurrence qu’elle exerce sur l’embauche des jeunes ruraux. En deux décennies, le PNB de l’industrie a crû à un rythme de 7,5 % par an, et, depuis les années 2000, parmi les pays d’Asie, le Vietnam se situe après la Chine en matière de taux de croissance. Il commence d’ailleurs à la concurrencer, la hausse des salaires en Chine poussant les investisseurs étrangers à se délocaliser au Vietnam. Le taux de croissance des exportations est le plus élevé d’Asie. Entre 1990 et 2006, la part de l’industrie dans le PNB est passée de 23 % à 42 % et celle dans l’emploi total de 13,2 % à 18,9 %. La croissance annuelle de l’emploi dans l’industrie atteint 7 % par an depuis le début des années 2000 (Cling et al., 2009). Dans la province élargie de Hanoï, les parcs industriels, ou khu công nghiêp (KCN), se développent rapidement. Symboles de l’intégration au marché mondial, les KCN font l’objet de politiques fiscales et foncières très favorables pour les investisseurs étrangers. On en compte 19 dans la province, sur une superficie de 7526 hectares. Sur le plan macro-économique, les performances des entreprises sont très intéressantes pour les autorités : elles produisent 40 % de la valeur industrielle de la province et elles embauchent en 2010 environ 102 573 actifs (Vu et Nguyen, 2012). Cette pression sur l’offre de travail affecte l’accès à la main-d’œuvre des jeunes dans les clusters. En 2015, un chef de groupe de production du cluster de la vannerie de Phu Nghia affirmait devoir embaucher sur place des jeunes paysans dans les régions de montagne de Hoa Binh et les former afin de pallier le manque de main-d’œuvre à bas salaire dans le delta. Il trouvait de plus en plus difficile de contrôler l’exécution du travail et de maintenir le calendrier imposé par les donneurs d’ordre.

Conclusion

50Le choix des échelles d’observation de l’artisanat dans les villages de métier en période de transition du Vietnam vers l’économie de marché s’est effectué en plusieurs étapes, que nous avons étudiées selon quatre niveaux d’observation faisant apparaître différents types d’espaces de production : de l’atelier jusqu’au cluster, sur plusieurs sites, selon différents types de relations horizontales et verticales entre les entreprises, en plusieurs périodes. La politique de délocalisation des ateliers les plus mécanisés et polluants dans les zones artisanales a fait l’objet d’une attention particulière : elle a en général soutenu la croissance de la production par la mécanisation de certaines étapes du processus de production. Cependant, à chaque retour sur le terrain, l’intégration dans les chaînes de valeur de certaines branches de l’artisanat (textile, vannerie) ou de la mécanisation d’autres (l’agroalimentaire ou la papeterie) semblait reconfigurer les relations des entreprises au sein des clusters et les modalités de leur diversification. Les politiques industrielles les plus en faveur des parcs industriels à capitaux étrangers et les réformes foncières pour l’expropriation des terres agricoles périurbaines, la crise économique de 2008 sont autant de processus macro-économiques qui ont profondément changé les dynamiques des villages de métier et l’accès des entreprises et des ouvriers aux ressources foncières, financières et à l’emploi.

51L’analyse multiscalaire constitue pour mes recherches une des méthodes clés de la géographie, particulièrement appropriée à ce terrain d’étude. Cependant, avec la mondialisation des échanges, l’augmentation de la vente par internet, la rapidité des changements économiques et sociaux, liés aux réformes d’ouverture pour intégrer le marché mondial, l’étude des dynamiques des clusters se complexifie. La hiérarchie des réseaux de sous-traitance et de commercialisation des produits évolue, et de nouveaux acteurs interviennent, notamment les intermédiaires commerçants ayant accès aux réseaux administratifs. L’internationalisation des clusters, comme celui des meubles d’art, branchés sur les clusters chinois, mieux intégrés dans les réseaux de l’export et équipés pour fabriquer des meubles pour les pays tempérés, oblige à revisiter notre approche territoriale des agglomérations d’entreprises. À chaque échelle d’observation, que ce soit celle du village, du quartier ou du cluster, il importe de cibler les acteurs branchés sur des réseaux d’approvisionnement ou de vente, les intermédiaires qui court-circuitent leurs homologues traditionnels dans les « villages-mères », et de les suivre dans le temps et l’espace. La comparaison entre les dynamiques des clusters traditionnels d’artisanat manuel et les clusters industrialisés offre l’occasion d’anticiper les changements à venir pour ceux en cours d’industrialisation. Elle permet de poser la question de l’évolution et du rôle du secteur informel industriel dans l’offre d’emplois dans les campagnes urbanisées grandement affectées par la globalisation des échanges.

Bibliographie

Références bibliographiques

Becattini G., 1990. The Marshallian Industrial District as a socio-economic concept. In: Industrial Districts and Inter-Firm Cooperation in Italy (F. Pyke, G. Becattini, W. Sengenberger, eds), Geneva, IILS.

Cling J.-P., Marouani M.A., Razafindrakoto M., Robilliard A.S., Roubaud F., 2009. The distributive impact of Vietnam’s accession to the WTO. Économie internationale, (118), 43-71.

Dartigues L., 2009. Du mythe à la réalité. Essai de déconstruction des discours coloniaux et postcoloniaux sur le village vietnamien. Notes de recherche de l’IAO (avril).

DiGregorio M., 2001. Iron works: excavating alternative futures in a northern Vietnamese craft village. Unpublished dissertation, Department of Urban Planning, University of California, Los Angeles.

DiGregorio M., 2006. Recovery and reinvention in Vietnamese craft villages: the case of a steel producing village in the Red River Delta, intervention au workshop, Vietnamese cluster policies RUDEC (Rural Development Center) et Casrad/VAAS, Hanoi, 17th novembre 2006.

Dubiez B., Hamel C., 2009. Étude socio-spatiale de deux villages de métier. Les villages de Dong Ky et de Kieu Ky. Rapport de stage pour l’obtention de master en sociologie urbaine et en urbanisme et aménagement, IRD, Hanoï.

Fanchette S., Nguyen X.H., 2009. Un cluster en expansion : les villages de métier de meubles d’art de Dong Ky, réseaux sociaux, dynamiques territoriales et développement économique (delta du Fleuve rouge – Vietnam). Revue Moussons, (13-14), spécial « Vietnam : Histoire et perspectives contemporaines », Aix-en-Provence, 243-268.

Fanchette S., Nguyen X.H., 2012. L’intégration entre les secteurs formel et informel dans les villages de métier. In : L’économie informelle dans les pays en développement (J.P. Cling, S. Lagrée, M. Razafindrakoto, F. Roubaud, dir.), Conférences et Séminaires, (6), AFD, 87-106.

Faure A., Muller P., 2005. Les changements d’échelle en science politique : objet classique, questions nouvelle. Atelier « Politiques publiques et politiques locales », Congrès des Pays, Lausanne, 18-19 novembre 2005 : Mondialisation, européanisation et décentralisation : l’État de l’action publique à l’épreuve du changement d’échelle.

Fauré Y.-A., Labazée P., 2005. Les territoires productifs des agglomérations de PME dans les Suds modèles et problèmes. In : Le territoire est mort. Vive les territoires ! (B. Antheaume et F. Giraut, eds), Paris, IRD Éditions, 269-294.

Ganne B. et al., 2007. Les clusters industriels chinois et vietnamiens dans la mondialisation. Spécificités, atouts et enjeux. Socio-économies d’un développement. Appel à projet ANR SHS « les Suds aujourd’hui », édition 2007.

Garofoli G., 1993. Economic development, organization of production and territory. Revue d’économie industrielle, 64, 22-37.

Gourou P., 1936. Les paysans du delta du Tonkinois. Étude de géographie humaine, Publication de l’École française d’Extrême-Orient, Éditions d’Art et d’Histoire, Paris, 666 p.

Hamdouch A., 2008. Conceptualizing innovation clusters and networks. Communication au colloque The Spirit of Innovation III, Innovation Networks, Tacoma, Washington, 14-16 mai 2008.

Lacoste Y., 1976. La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Éditions Maspero (rééditions en 2012 et 2014 aux Éditions La Découverte).

Marshall, A., 1919. Industry and Trade: A Study of Industrial Technique and Business, London, Macmillan.

Nadvi K., Schmitz H., 1996. Clusters industriels dans les pays en développement : éléments pour un programme de recherche. In : Les nouvelles logiques de développement (L. Abdelmalki, C. Courlet, eds), L’Harmattan, 103-117.

Nguyên K.T., 1993. Les villages des paysans du Bac Bo. In : Le village traditionnel vietnamien, Hanoï, Édition en Langues étrangères, 7-52.

Piore M.J., Sabel C.F., 1984. The Second Industrial Divide: Possibilities for Prosperity, New York, Basic Books, 354 p.

Samson I., 2004. Territoire et système économique. Critique économique, (14), automne 2004, 129-153.

Truong Chinh, Vo Nguyen Giap, [1938] 1974. The Peasant Question, 1937-1938, Translation and introduction by Christine Pelzer White, Ithaca, NY, Southeast Asia Program, Department of Asian Studies, Cornell University.

Vietnam Academy of Social Sciences, 2009. Rapid Impact Monitoring (RIM) on financial crisis in Vietnam. Synthesis Report round August-September 2009, Center for Analisis and Forecasting, 79 p.

Vu Q.B., Nguyen S.H., 2012. Développement industriel et investissements étrangers à Hanoï. Forum économique et financier, 9e session, Pour une urbanisation durable de la périphérie des villes vietnamiennes, Adetef/ministère du Plan du Vietnam, 34 p.

Weber F., 1981. Ethnologues à Minot. Quelques questions sur la structure sociale d’un village bourguignon. Revue française de sociologie, XXII-1, p. 247-262.

Notes

74 Les chaînes de valeur mondiales sont des chaînes d’approvisionnement internationales caractérisées par la segmentation des activités de production entre plusieurs sites et pays. En effet, le processus de production global, à partir de l’acquisition des matières premières jusqu’à la production et la livraison du produit fini, est de plus en plus morcelé, de sorte que chaque activité qui lui ajoute de la valeur peut être exécutée là où l’on trouve les compétences et les matériaux nécessaires à un coût concurrentiel.

75 L’essor des villages de métier : le développement économique, l’industrialisation et l’urbanisation des campagnes dans le delta très peuplé du fleuve Rouge, financé par le FSP2 en Sciences sociales « Appui à la recherche sur les enjeux de la transition économique et sociale du Vietnam » (2005-2008) et mené en partenariat depuis novembre 2003 entre l’IRD et le Centre for Agrarian Systems Research and Development (Casrad) de l’Académie des sciences agricoles du Vietnam et l’ONG Phano du Vietnam ; Les dynamiques territoriales à la périphérie des métropoles du Sud, financé par l’ANR « Les Suds » et mené en partenariat entre l’UMR Prodig (Paris I, CNRS, IRD), le Cirad et le Casrad de l’Académie des sciences agricoles du Vietnam (2008-2012).

76 La proximité spatiale permet des relations particulières (la confiance, l’échange, les interactions, l’accès privilégié à la main-d’œuvre, la sous-traitance de la production, la diffusion de l’information, la compréhension et l’apprentissage) qui vont améliorer la productivité des entreprises. Pour Marshall (1919), ces externalités autorisent des rendements croissants.

77 La « troisième Italie » désigne la partie de l’Italie qui s’étend de la Toscane à l’ouest aux confins de l’Autriche et de la Slovénie au nord-est, territoire devenu le foyer d’une organisation de petites entreprises spécialisées en « districts industriels » à même d’expliquer des bilans économiques positifs pour la région (IHEDATE, Sciences Po).

78 La coopétition est une collaboration ou une coopération de circonstance ou d’opportunité entre différents acteurs économiques qui, par ailleurs, sont des concurrents. Ce mot « coopétition » est un mélange des deux mots « coopération » et « compétition » (concurrence). Cette notion a été popularisée par deux auteurs américains en 1996 : Nalebuff et Brandenburger (Wikipédia).

79 Notamment une enquête exhaustive menée par Nguyen Xuan Hoan, doctorant en économie.

80 Le Doi Moi (rénovation) définit les réformes structurelles profondes mises en place à partir de 1986 au Vietnam sur son système économique et social.

81 Dans le cluster des meubles d’art de Dong Ky, malgré la fermeture de la frontière sino-vietnamienne jusqu’en 1995, une large part de la production passait frauduleusement en Chine en pièces détachées via la grande zone commerciale de Bo Chai. Aujourd’hui, cette zone commerciale chinoise composée de plus de 200 magasins de détaillants vietnamiens, pour la plupart originaires des différents villages du cluster, permet d’écouler directement une part élevée de la production du cluster.

Table des illustrations

Titre Figure 8.1. Les clusters de villages de métier dans les provinces de Hanoï, Hà Tây et Bac Ninh en 2006 (sources : MARD/JICA, 2000, enquêtes Casrad/IRD, 2006 ; conception : S. Fanchette, M. Paschier, Nguyen Xuan Hoan).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 8.2. Historique de l’implantation des activités artisanales dans la province de Hà Tây en 2006 (sources : MARD/JICA, 2000, enquête Casrad, 2006).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Figure 8.3. Relations entre les villages du cluster de Dong Ky en 2006.
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 8.4. Localisation des activités de menuiserie dans le village de Dong Ky en 2008 (Dubiez et Hamel, 2009).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20587/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Éditions Quæ, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site