Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question des échelles en sciences humaines et sociales

 | 
Sébastien Boulay
, 
Sylvie Fanchette

Partie II - Politique des échelles et inégalités sociales

Chapitre 5 - La globalisation des laits et la fragmentation des luttes
Producteurs de lait européens et africains

Riccardo Ciavolella

Texte intégral

1Dans les études portant sur l’impact du capitalisme globalisé, l’anthropologie politique et économique s’est largement intéressée à la manière dont les logiques du marché et les dynamiques du capital industriel ou financier déployées à l’échelle globale se concrétisent au niveau local. Loin de restituer l’image de forces désincarnées, les études empiriques du capitalisme et de la globalisation ont tendance à montrer comment, en descendant de l’échelle globale des forces anonymes du capital internationalisé, s’opère l’intégration à la globalisation. Cela passe d’abord par des prises de décision au sein des institutions, comme notamment l’Organisation mondiale du commerce (Abélès, 2011) ; puis par la mise en place de politiques publiques nationales engageant des acteurs différents du secteur ; pour trouver finalement leurs réalisations concrètes par l’intermédiation — et souvent par la résistance — des acteurs locaux concernés sur le terrain, avec leurs imaginaires, leurs normes sociales, leurs stratégies, leurs intentions de préservation de modes de production hérités du passé ou d’adaptations et d’innovations dans les contextes changeants. C’est dans ce sens, par exemple, que l’anthropologue Anna Tsing (2011) a interprété le rapport entre local et global dans le terme de « friction ».

2De ce point de vue, l’anthropologie politique s’est largement intéressée aux mobilisations et résistances des sociétés locales face à ces logiques. On a ainsi souvent mis l’accent sur le besoin pour les sociétés locales, comme seul recours pour affronter des forces de si large échelle, de tisser des alliances en bas, au niveau transnational. Les études sur les mouvements sociaux à l’ère globale, dont notamment ceux dits « altermondialistes », ont ainsi insisté sur la solidarité de groupes qui, tout en vivant dans des contextes et régions du monde différents, essaient d’articuler leurs luttes locales contre un ennemi supposé commun, que l’on identifie souvent dans le « capitalisme » ou les logiques marchandes « néolibérales » (Nash, 2005 ; Cox et Nilsen, 2007 ; Purcell, 2009 ; Karatzogianni, 2009 ; Ciavolella et Boni, 2015). Le regard est posé sur des expériences où il est possible de développer un haut degré d’identification réciproque : des ressortissants de pays différents peuvent être affectés par la même dynamique, exploités par la même compagnie, vivre dans des conditions sociales similaires, partager certaines valeurs et aspirations ou vivre du même produit du travail, et ainsi être poussés à développer des réseaux et des alliances. Dans cette perspective, une question souvent traitée est celle de l’alliance transnationale des paysans (Edelman, 2003 ; Edelman et Kay, 2008). Ces dernières années, cette même question de l’alliance transnationale des paysans s’est réarticulée avec celle du food activism (Counihan et Siniscalchi, 2013) : les luttes des producteurs agroalimentaires (Van der Ploeg, 2009) sont désormais pensées, de manière emboîtée, en lien avec des préoccupations manifestées au sein des mouvements d’opinion de consommateurs et plus généralement dans le débat public : celles autour de l’insécurité et de la souveraineté alimentaire (Edelman, 2014 ; Weis, 2007). Ces objets de recherche requièrent des anthropologues la mise en place de techniques d’enquête capables de retracer la complexité de ces rapports scalaires et translocaux : l’« ethnographie multisituée » (Marcus, 1995) ; la technique du follow the thing, ou traçage des filières de production, distribution et consommation, comme celle employée par Sidney Mintz à propos du sucre (1985) ; et l’ethnographie politique « multiscalaire », analysant à la fois les institutions productrices de normes et de gouvernementalité (Müller, 2013) — de l’institution internationale à la multinationale — et leurs impacts, réceptions et appropriations sur le « terrain ».

3Ce chapitre s’appuie sur des recherches ethnographiques de ce type menées au niveau translocal, mais pour mettre l’accent sur un aspect rarement mis en lumière dans le débat. Si l’anthropologie politique des mouvements sociaux dans la globalisation est souvent consacrée à la recherche de liens et alliances qui s’établissent effectivement entre groupes sociaux distants, que se passe-t-il pour ces groupes qui sont déconnectés entre eux tout en étant affectés par les mêmes dynamiques globales ? Que se passe-t-il lorsque des groupes éloignés sont victimes d’un même processus de marginalisation ou d’une même logique marchande, mais se retrouvent mis en concurrence ou en conflit ?

4Afin d’interroger la fragmentation des logiques et des mobilisations politiques face aux mêmes logiques d’un marché global, le présent texte développe la réflexion autour du cas de la filière globale du lait. Cette réflexion s’appuie sur des recherches ethnographiques menées dans deux contextes aussi éloignés que l’Union européenne et l’Afrique de l’Ouest. Pour le premier, nous prendrons le cas de producteurs de lait — des « paysans » et « petits entrepreneurs » selon les catégories de Van der Ploeg (2009) — surtout français et italiens, et plus généralement des producteurs européens rencontrés lors de manifestations contre les politiques nationales et européennes en 2015 et 2016, dans une période de crise du secteur et de libéralisation accrue du marché. Du côté ouest-africain, nous prendrons l’exemple d’éleveurs peuls du nord-ouest du Bénin — suivis et interrogés lors de plusieurs terrains ethnographiques entre 2010 et 2018 —, qui sont désormais aux prises avec la crise du mode de vie pastoral et tentent d’y réagir en développant une activité de commercialisation du lait et de ses dérivés dans un contexte de développement capitaliste de la filière dans la région. Quoiqu’extrêmement éloignées et différentes, les deux situations sont mises en relation par les logiques du marché global du lait, ce qui demande à l’anthropologue de retracer les liens économiques qui mettent les deux mondes en interdépendance, ainsi que les limites et les obstacles politiques qui rendent difficile de se penser comme un acteur « commun ».

Économie morale et économie politique du lait dans la globalisation

5Des travaux très importants, comme notamment ceux de François Vatin (1996), ont déjà entrepris une comparaison entre production industrielle en Europe et production pastorale en Afrique. Vatin a mis l’accent, en particulier, sur la transformation des « valeurs » locales du lait, au sens à la fois économique et culturel, face à la « raison marchande ». En prolongeant ces réflexions, ce qui nous intéresse ici est de comprendre l’articulation réciproque de ces deux espaces aussi distants, et la manière dont s’opère, ou non, la conversion de valeurs culturelles et économiques de la sphère de production et d’échange locale à la sphère globale, avec l’intégration à un même marché global.

6Dans deux situations aussi éloignées et différentes que celles des petits et moyens producteurs européens et des éleveurs peuls d’Afrique de l’Ouest, on ne pourrait trouver, à première vue, qu’une seule similitude : les difficultés rencontrées pour produire du lait aujourd’hui, dans la mesure où il s’agit de producteurs de base opérant dans un secteur sinistré.

7En 2015, le secteur laitier européen a vécu une crise profonde. Sur le prix d’1,20 € environ pour un litre de lait dans les supermarchés français ou italiens, les producteurs de base n’étaient payés que 25 centimes. Le reste était récupéré par la chaîne de distribution, dans un processus, apparemment contradictoire, où le prix payé aux producteurs continuait de baisser alors que le prix à la consommation ne cessait d’augmenter. Le problème majeur des producteurs était que ce « gain » de 25 centimes était inférieur au coût de production, de l’ordre de 35 centimes environ. Cet écart ne pouvait être comblé que par des subventions étatiques ou — en dernier recours — par l’endettement. Ces difficultés étaient imputables en partie à des facteurs conjoncturels, comme l’embargo européen sur la Russie (parmi les principaux importateurs de lait et de fromage européens) à la suite de la crise ukrainienne ; mais la crise était déterminée surtout par des facteurs d’ordre structurel, comme l’augmentation des coûts de production et des charges, et la concurrence accrue sur le marché international. Cette concurrence se présente dans tout son déséquilibre : les petites et moyennes exploitations agricoles traditionnelles doivent faire face aux capacités productives d’acteurs d’une tout autre envergure, souvent en lien avec les grandes multinationales agro-industrielles. En saisissant les opportunités offertes par les technologies, les investissements et le marché, d’énormes exploitations à production intensive se développent partout — notamment en Allemagne, aux Pays-Bas, en Nouvelle-Zélande —, y compris dans des pays de faible tradition laitière, comme la Chine, où de grandes entreprises marginalisent les petites exploitations et la production extensive de la Mongolie intérieure pour s’accaparer un marché laitier en croissance (Qiqing et Murphy, 2017).

8Pour ce qui est de la situation des éleveurs en Afrique de l’Ouest, et plus particulièrement des Peuls du Bénin, ils doivent désormais faire face à des dilemmes. Les causes et manifestations de la crise du mode de vie pastoral, et donc d’un mode de production extensif impliquant la transhumance, semblent aujourd’hui installées de manière durable. L’augmentation de la pression foncière sur les ressources naturelles et l’expansion des surfaces agricoles au détriment des couloirs de transhumance s’ajoutent à des logiques plus vastes de marginalisation des communautés peules, en particulier de celles qui n’ont pas su ou ont refusé de diversifier leurs activités économiques, de se rapprocher des villes et d’intégrer l’école puis l’administration.

9L’analyse anthropologique du lait en tant qu’objet et de ses valeurs changeantes dans la globalisation permet de mettre au jour des analogies/similitudes plus profondes que la simple appartenance à un même secteur sinistré.

10À la frontière du biologique et du culturel (Wiley, 2015), le lait est une substance avec ses caractéristiques propres du point de vue biologique, nutritionnel et physique. Pourtant, tout en étant un objet inanimé, il serait, selon la terminologie de la sociologie de la traduction (Latour, 1991), un acteur à part entière dans la vie des humains. En même temps, c’est un objet doté d’une « vie sociale » (Appadurai, 1986), puisque particulièrement investi de valeurs culturelles et objet de pratiques sociales. Symbole presque universel de lien social, en tant que premier aliment ingéré après la naissance, vecteur de transmission biologique et culturelle et tisseur de relations par parenté réelle et fictive ou par commensalité, le lait peut être vu comme producteur tant de solidarités horizontales que de dépendances et inégalités verticales. Sans perdre cette charge symbolique, au cours du siècle dernier, le lait est devenu également un objet politique. Il est devenu notamment matière « biopolitique », constituant un objet de politiques publiques et de gouvernamentalité des États et des agents de développement : d’abord en Europe, depuis la fin du xixe siècle, avec l’extension des politiques sanitaires et économiques étatiques, qui y voyaient un vecteur d’enrichissement et de bien-être des populations (Fanica, 2008) ; puis, pour les mêmes raisons, en Afrique de l’Ouest, depuis la colonisation jusqu’aux politiques actuelles de développement (Pinaud, 2016). Une transformation du lait s’est opérée également au niveau géographique et économique : de bien de commerce et consommation local, le lait est passé au statut de marchandise et de bien de consommation global (Wiley, 2007). Mais, même à l’échelle globale, le lait conserve sa nature ambiguë de producteur de solidarités horizontales et de dépendances verticales. Sa symbolique se double ici d’une réalité partagée avec maints produits agricoles mondialisés : vecteur de connexion entre espaces et économies locales par sa marchandisation globale, il est aussi révélateur du rapport d’échange inégal entre des producteurs de régions du monde différentes et des politiques du libéralisme asymétrique.

11La globalisation est un phénomène complexe, concernant les dimensions politique et culturelle tout autant que la dimension strictement économique. Elle se fonde pourtant sur la mondialisation des échanges et sur la transformation de nombreux biens et services, autrefois locaux, en marchandises capables de circuler physiquement sur de grandes distances. En soi, le lait est une substance qui se prête peu à être échangée à distance, ne serait-ce que pour sa périssabilité qui en réduit le temps de consommation et les possibilités de transport. Sa transformation en marchandise à large échelle a pourtant été possible, progressivement et jusqu’à la globalisation actuelle, grâce au développement des moyens et techniques de transport et du rétrécissement de l’espace-temps et de ses effets sur le domaine alimentaire. Ceux-ci se déclinent comme suit : l’amélioration de techniques de transformation et de conservation, comme la pasteurisation ou la stérilisation ; l’utilisation d’emballages de conservation ; la structuration à vaste échelle de la chaîne du froid et la transformation en produits laitiers dérivés à plus longue conservation (fromages, lait en poudre au début du xxe siècle). D’abord emblème de produit local, dont les grands distributeurs tentent soigneusement de préserver l’image par l’entremise d’une photographie reconnaissable de « nos » producteurs sur les emballages, le lait se transforme en produit global en inondant le marché mondial et tous les marchés locaux grâce à ces améliorations techniques.

12Le lait en poudre, et à plus forte raison celui maternisé, destiné à l’allaitement des nourrissons, est la version la plus emblématique de ces transformations du lait en produit globalisé ou susceptible de devenir global. La transformation du lait, par définition liquide, en poudre par technique de séchage pour sa déshydratation, constitue plus qu’une simple modification de son état physique. Si on peut encore parler de lait, il s’agit d’un lait qui ne répond plus aux lois contraignantes de la nature périssable : il dure davantage dans le temps, il voyage plus aisément dans l’espace. La technique permet d’ailleurs de modifier sa composition, d’utiliser et de mélanger n’importe quel type de lait de n’importe quelle origine géographique : un lait en poudre est susceptible de perdre tout lien avec le lieu de production et permet de devenir plus aisément, selon la terminologie marxienne du premier livre du Capital (1867), cette marchandise « fétiche » dont on perd de vue les conditions sociales de production. Cette fétichisation du lait en poudre apparaissait, jusqu’à récemment, dans une opposition entre bouteille de lait liquide et pots de lait en poudre pour ce qui est de l’iconographie publicitaire associée. Ainsi les bouteilles se concentraient sur la production, en montrant des photographies de vaches et d’hommes censées représenter les vrais producteurs, tandis que sur les pots de lait en poudre on retrouvait plutôt les figures stylisées d’un verre de lait (pour confirmer qu’il s’agit bien de ce produit) ou des dessins représentant des petits déjeuners familiaux, voire même des nounours pour la version maternisée : l’important était de montrer sa fonction sous l’angle de la consommation et de couper tout lien symbolique avec sa source de production animale et ses contextes de production, même si aujourd’hui, sous l’impact d’une montée de la rhétorique du bio et du local, les pots de lait en poudre aussi tentent de rétablir une connexion symbolique avec une production « naturelle ». Il s’agit de tentatives de réattribuer des valeurs de proximité entre consommateur et producteur à un lait en poudre qui reste pourtant déconnecté de ses conditions sociales de production. On pourrait dire qu’en cela le lait en poudre ressemble, toujours dans un langage marxien, à l’argent, dans la mesure où il devient une sorte d’équivalent abstrait de tous les laits bien plus concrets et liquides qui ont encore une vie biologique et culturelle locale : le lait en poudre peut venir de n’importe quelle ferme et inonder n’importe quel marché.

13Nous avons vu comment les valeurs du lait se transforment du local au global à travers les évolutions techniques et le passage de la substance de bien de consommation à une marchandise mondialisée. Pourtant, la marchandisation du lait doit être comprise également au vu des politiques publiques et privées dans le cadre de la gouvernance globale et de la libéralisation des produits agroalimentaires à l’échelle planétaire. Dans les perspectives d’expansion commerciale, les grandes entreprises internationales de l’agroalimentaire mettent en œuvre des politiques de conquête de nouveaux marchés, qui sont en train de reconfigurer en profondeur les systèmes de production, avec un impact notoire en particulier sur les petites filières laitières locales. Déjà en 2011, l’ONG internationale Grain dénonçait cette dynamique comme « La grande rapine du lait » affectant des « millions de pauvres » partout dans le monde. Le phénomène, d’ailleurs, est amplifié par l’évolution des politiques publiques en matière de production et de commercialisation du lait.

14Pour ce qui est du cas européen, après des décennies de politique de réglementation interne du secteur, avec des logiques semi-protectionnistes du point de vue législatif et politique portées notamment par la Politique agricole commune, l’Union européenne s’est progressivement lancée dans une libéralisation qui culmine en 2015 par la suppression du régime des quotas, qui assurait, peu ou prou, une certaine stabilité ou certitude de revenus en freinant la surproduction. Jusqu’alors, le système des quotas, et plus généralement la logique subventionniste de l’Union européenne, visait le contrôle de la production laitière en dessous des capacités réelles, avec un soutien financier public quelque peu surprenant pour ne pas produire. La fin des quotas entraîne une inondation des marchés et donc la baisse des prix, en particulier des prix payés aux producteurs, les distributeurs continuant à adapter les prix à la consommation plus aisément en fonction de la demande. La perspective est celle de favoriser la transformation du système productif européen en soutenant les grandes exploitations gérées par de grands groupes agro-industriels, les seuls en mesure de résister, voire de gagner, dans la compétition internationale de plus en plus déréglementée et élargie. Or, avec la fin du régime des quotas, la question qui se pose est de savoir, dans la phase de déstructuration du secteur avant qu’il ne se reconfigure, comment vendre le surplus de lait produit par les fermes européennes. L’idée de l’Union européenne est claire : trouver de nouveaux débouchés commerciaux. C’est ici que l’Afrique entre en jeu.

15L’Afrique n’est pas en principe un marché du lait très séduisant : la consommation de produits laitiers est la plus faible au monde, à cause du pouvoir d’achat limité de la population et de la précarité du système d’approvisionnement. Les grands consommateurs sont ceux qui produisent eux-mêmes les produits laitiers, notamment dans les zones à vocation pastorale, comme le Sahel. La diffusion de produits laitiers est historiquement très faible dans les zones plus humides. Pourtant, selon la logique du spatial fix du capitalisme qui veut que le capital résolve ses crises en se redéployant dans de nouvelles contrées inexplorées du monde (Harvey, 2001), l’Afrique représente la nouvelle frontière d’expansion du marché, avec les plus grandes projections de développement du secteur — et donc de gains — justement à cause de sa faiblesse actuelle. La classe moyenne africaine en expansion, avec ses nouvelles pratiques alimentaires, est considérée comme une nouvelle cible, tout comme les pauvres auxquels on veut apporter, avec un langage qui se fait humanitaire et biopolitique, les bénéfices sanitaires de l’alimentation à base de produits laitiers.

16Au Bénin, où nous conduisons nos recherches, on trouve désormais des produits laitiers dans les rayons des supermarchés accessibles aux classes moyennes et même dans les principales pharmacies des villes, et ce jusque dans les régions méridionales, où la consommation de produits laitiers a toujours été faible ou absente (figure 5.1). Le nouveau marché est fait de produits explicitement adressés aux femmes enceintes, aux enfants, aux nourrissons, et d’autres pour donner vigueur et force. Le long des routes et en ville se multiplient les enseignes publicitaires incitant à la consommation de yaourts et fromages, en y associant l’image de familles habillées à la manière urbaine, assises à table — et non pas par terre — devant un grand réfrigérateur.

Figure 5.1. Entrée d’un centre médical d’un quartier aisé de Cotonou.

Figure 5.1. Entrée d’un centre médical d’un quartier aisé de Cotonou.

On remarque un réfrigérateur de produits laitiers dans la salle d’attente (© Ciavolella, 2017).

17La présence de ce lait est un signe de la transformation des habitudes alimentaires dans un contexte où, jusqu’à récemment, les produits laitiers, et encore moins les produits dérivés et industriels, n’étaient pas dans les habitudes alimentaires. Comme ailleurs dans les pays dits « émergents », la consommation de laitages est considérée par les classes aisées comme un trait de distinction. Les campagnes publicitaires, d’ailleurs, insistent sur ce parallèle entre produit laitier et classe sociale émergente. Pourtant, le marché vise également les couches plus pauvres de la population, même si, dans ces contextes, la résistance culturelle à la consommation du lait semble perdurer. Le lait entre alors dans les habitudes alimentaires de manière dissimulée : dans des gâteaux et bonbons industriels produits au Nigeria voisin, s’associant donc au sucre, qui est avalé comme promesse de prospérité (figure 5.2) ; et sous forme de lait en poudre, afin de rendre crémeuses des « bouillies » de céréales. Or, dans toutes ces situations, les gens disent manger du , terme en langue locale pour définir les produits laitiers transformés, mais ne considèrent pas qu’ils consomment du « lait » de vache.

Figure 5.2. Bonbons et gâteaux sucrés en vente dans le village semi-lacustre de Hounmé, dans la Commune de So-Ava, au nord de Cotonou (© Ciavolella, 2018).

Figure 5.2. Bonbons et gâteaux sucrés en vente dans le village semi-lacustre de Hounmé, dans la Commune de So-Ava, au nord de Cotonou (© Ciavolella, 2018).

18Comme le rapport de la FAO de 2015 sur la filière au Bénin le montre, selon les institutions publiques et les organisations de développement, la consommation de produits laitiers reste pourtant trop faible, bien qu’en forte progression. Le problème principal est que la proportion de lait produit transformé ou consommé localement reste très faible et limitée aux mini-laiteries qui se sont développées en milieu périurbain grâce à des initiatives entrepreneuriales d’élevage moderne. Les acteurs de la gouvernance identifient ainsi deux problèmes. D’une part, la plupart du lait utilisé au Bénin pour la transformation de produits dérivés ou pour la consommation directe est assurée par l’importation de lait extra-africain : il s’agit généralement de lait en poudre (Corniaux, 2015 ; Corniaux et al., 2012). D’autre part, la production dite « traditionnelle », assurée par des éleveurs de brousse avec des modes d’élevage et de production plus extensifs, reste complètement coupée de l’industrie de transformation et du marché. Une exception intéressante est représentée par un fromage d’invention locale — le wasagaashi, ou gasiire en langue fulfulde, autrement dit le « fromage peul » (Dossou et al., 2006) — consommé et apprécié dans tout le pays et distribué au détail par des femmes commerçantes le collectant au village et pouvant le distribuer en ville grâce à sa capacité de conservation. L’intention des institutions locales est de développer la production locale de lait pour répondre à la demande croissante, notamment grâce au Projet d’appui aux filières de lait et viande (Pafilav), financé depuis 2010 par la Banque africaine de développement. Cependant, la filière de l’importation du lait en poudre est en position dominante dans la compétition.

19En 2014, un accord de partenariat économique a été signé entre l’Union européenne et les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique, dont nombreux sont des pays d’Afrique de l’Ouest. Précisé en 2015, cet accord prévoit la suppression de droits de douane africains sur les exportations européennes, en particulier pour une large palette de produits de consommation et de matières de transformation (à laquelle n’a pas échappé le coton, comme analysé par Abélès, 2014). En ont été exclus des produits agricoles stratégiques pour la souveraineté alimentaire, comme les céréales, la viande et le lait, grâce aux pressions des États africains. Cependant, l’accord précise que, pour ce qui est du lait — dont les droits de douane à l’importation sont de 5 % —, le lait en poudre destiné à la transformation en produits dérivés échappe à l’accord. Les droits de douane sur le lait en poudre devraient disparaître à la sixième année de l’accord. Il est en effet prévu qu’à moyen terme ce produit importé puisse représenter 75 % du lait utilisé dans le secteur de transformation ouest-africain, en échange d’un transfert, de la part de l’Europe, de connaissances techniques et entrepreneuriales.

20La description qui vient d’être faite des dynamiques concernant le lait au niveau du marché global et des politiques internationales permet de mieux saisir, en descendant au niveau local dans chaque contexte européen et africain, quelles sont les réactions politiques des producteurs de lait et ainsi les liens ou les coupures entre les deux parties. Commençons par le contexte européen.

La recherche d’un « nous » parmi les producteurs de lait européens

  • 45 Ensemble nous tiendrons, divisés nous tomberons (traduction par l’auteur).

21En septembre 2015, pendant une recherche de terrain de quelques mois entre la France et l’Italie sur la crise du secteur laitier, nous nous retrouvons à Bruxelles lors des manifestations contre les politiques agricoles de l’Union européenne et l’absence d’une politique de soutien au secteur laitier après la fin des quotas. Des syndicats agricoles de tous les pays de l’Union se sont donné rendez-vous dans les rues de la capitale belge avec pour slogan : « Un prix juste pour les producteurs de lait » (figure 5.3). Le cortège les conduit jusqu’au Parlement européen, où un dispositif policier important les attend pour les empêcher d’accéder aux locaux de l’institution. L’objectif premier des syndicats est de donner une image non seulement de masse nombreuse, mais aussi de cohésion entre tous les paysans européens : faire du « paysan européen » un sujet politique unitaire et uniforme, au cri de « Together we stand, divided we fall »45. Instrument technique partagé par tous, le tracteur est choisi comme symbole de l’identité paysanne commune. L’occupation des rues et le blocage de la ville par des milliers de tracteurs sont alors censés représenter la confrontation directe des périphéries rurales unies contre le centre du pouvoir européen : les marges qui investissent le centre ; le bas qui ramène sur la terre la politique des hautes sphères de la technocratie internationale.

Figure 5.3. Manifestation contre la Politique agricole commune de l’Union européenne, Bruxelles, 13 septembre 2015 (© Ciavolella, 2015).

Figure 5.3. Manifestation contre la Politique agricole commune de l’Union européenne, Bruxelles, 13 septembre 2015 (© Ciavolella, 2015).

22Cette unité affichée n’est, cependant, qu’une image utilisée dans le jeu symbolique et rhétorique de la manifestation. Les manifestations sont certainement des moments rituels fondamentaux dans le processus de constitution du sujet politique et de formulation des revendications, mais le regard de l’ethnographe ne peut pas se limiter aux seules énonciations explicites exprimées dans l’espace et le temps limités des mises en scène collectives. En effectuant des observations et des entretiens individuellement avec les éleveurs au cœur des manifestations, mais aussi à d’autres moments dans des situations plus courantes (dans leurs fermes, sur les marchés et lors des comices agricoles), on retient une image beaucoup moins uniforme des mouvements de la paysannerie européenne unie contre le monstre européen. Les positions des paysans varient énormément en fonction de la typologie de leur exploitation, mais surtout en fonction de leur contexte national ou régional. Pour ce qui est des paysans italiens et français, par exemple, c’est la concurrence, perçue comme déloyale, des autres producteurs européens qui est en cause, notamment celle des Allemands, des Danois et des Hollandais, ainsi que des pays de l’Europe de l’Est. Ces autres producteurs seraient avantagés par les différences nationales en matière de réglementations et de législations : les Allemands — dont la production a désormais dépassé celle des Français, traditionnellement leaders européens — bénéficieraient, par exemple, de contrôles plus faibles en matière sanitaire et de l’absence d’un revenu minimum fixe, pouvant exploiter à bas coût la main-d’œuvre saisonnière des pays de l’Est. Les pays de l’Est, à leur tour, bénéficieraient de l’absence d’obstacles en matière de protection de l’environnement à l’expansion de leurs exploitations — déjà énormes, puisqu’héritées des entreprises collectivistes des temps socialistes — dont la modernisation et l’agrandissement seraient d’ailleurs financés à 40 % par l’Union européenne, dans une logique de subvention au développement des régions plus pauvres de la Communauté. Les cibles des paysans français, dont le système de production laitier national est fait de petites et moyennes exploitations, deviennent à la fois l’État français, accusé de « charger » les paysans avec ses impôts, ses contrôles et ses limitations « écolos » ; et l’Europe, pour son incapacité à uniformiser les législations et les conditions de production et de commercialisation dans les différents pays pour assurer une concurrence loyale. Les interviewés en viennent à critiquer l’Union européenne pour ne pas avoir uniformisé les filières de production. Les paysans des systèmes nationaux accusés de concurrence déloyale sont, pour leur part, beaucoup plus prudents sur ces questions.

23Ce qui permet alors une telle mobilisation commune et la tentative de restituer une image unitaire du paysannat est à chercher non pas dans des conditions effectivement partagées, mais dans la définition d’entités extérieures au groupe. Dans les slogans écrits sur des pancartes accrochées sur les tracteurs ou criés par le cortège, le « nous » était défini par rapport à deux groupes cibles de critiques et appels : la société dans son ensemble et les « technocrates » (figure 5.4).

Figure 5.4. Message des manifestants adressé aux technocrates et à l’opinion publique européenne, Bruxelles, 13 septembre 2015 (© Ciavolella, 2015).

Figure 5.4. Message des manifestants adressé aux technocrates et à l’opinion publique européenne, Bruxelles, 13 septembre 2015 (© Ciavolella, 2015).

24D’une part, le « nous » désigne ceux qui « nourrissent la société ». Les paysans font ainsi référence à la « société » dans son ensemble, faite de consommateurs, aux yeux desquels les paysans croient être invisibles : on rappelle alors que c’est le travail agricole qui est au fondement de la reproduction sociale. D’autre part, ce « nous » identifie des ennemis extérieurs communs. Il s’agit, tout d’abord, des institutions mêmes de l’Union européenne, mais plus encore des acteurs sociaux qui les incarnent : les « technocrates », qui sont, selon les propos de certains manifestants, des urbains, élitistes et élitaires de bonne famille et de bonne école, habillés en « costard » qui s’arrogent le droit de déterminer la dureté de la vie des autres — qu’ils n’ont d’ailleurs jamais connue — depuis le confort de leur bureau, derrière les vitres impénétrables de leurs bâtiments.

25Le combat rhétorique qui oppose technocrates et paysans autour des politiques européennes en matière laitière s’exprime avec des accusations réciproques qui, en dépit de leurs différences, utilisent toutes deux un même registre, celui de la mainmise injustifiée sur les ressources communes. Pour les technocrates, la libéralisation du marché agroalimentaire, et plus particulièrement du secteur laitier, répond à une logique de déchaînement des forces autonomes mais régulatrices du marché, en éliminant les subventions à un secteur considéré « sous perfusion » : les paysans « tètent » le financement public de la « vache » institutionnelle européenne. Pour les paysans, qui se considèrent comme les seuls vrais travailleurs et qui se reconnaissent une fonction fondamentale pour « allaiter » la société, les vraies « sangsues » — ou les vrais « nourrissons tétants » — seraient les technocrates. Avec eux, il y aurait toute une palette d’acteurs du secteur, comme notamment les distributeurs agroalimentaires qui tètent toute la valeur ajoutée de leur travail. Face à un débat public indécis entre ceux qui dénoncent les politiques d’austérité comme cause de la crise et ceux qui les défendent comme réponse adéquate, la pénurie de ressources publiques mises à disposition met en compétition les différents secteurs économiques et sociaux : demander une aide ou une subvention ne peut que se faire au détriment d’une autre catégorie. La course est donc à la victimisation, et en même temps à l’identification de groupes ou de secteurs qui ne méritent pas de soutien. En particulier, dans les cortèges, les voix critiques avaient pour cible l’allocation de ressources de la part de l’Union européenne pour gérer la « vague migratoire » de réfugiés syriens et africains, une gestion de la « crise » migratoire perçue par la plupart des interlocuteurs interviewés comme en concurrence avec la « crise du secteur laitier » pour récupérer les subventions européennes. Les propos étaient souvent du style « les Européens d’abord ».

26Ces discours et slogans auraient pu être interprétés dans les termes d’un populisme qui frôle la xénophobie. Pourtant, certains propos, surtout ceux entendus lors des échanges individuels, nuancent, et dans certains cas contredisent même, l’image d’ensemble. C’est le cas, notamment, des manifestants que nous avons rencontrés et qui, tout en étant des producteurs européens exigeant des subventions pour « les Européens d’abord », sont engagés depuis longtemps dans des projets de codéveloppement avec des producteurs laitiers d’autres continents. Nous avons eu, par exemple, une discussion avec un éleveur normand, représentant de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), parmi les principaux syndicats français du secteur. Nous engageons une discussion sur le lait en Afrique : depuis les années 1980, il s’occupe de projets pour la mise en place et le développement des syndicats d’éleveurs en Afrique de l’Ouest, sillonnant une fois par an plusieurs pays de la région et développant des relations, mêmes personnelles et amicales, avec les principaux animateurs des organisations professionnelles ouest-africaines. Mon interlocuteur est membre actif de l’association de solidarité internationale Agriculteurs français et développement international (AFDI), dont j’avais déjà vu certains projets concrets lors de mes terrains africains.

27Cela montre qu’il n’y a pas forcément d’incompatibilité, dans les discours, entre, d’une part, une demande faite aux institutions européennes pour un soutien au secteur face à la concurrence globale, à travers des subventions et un appui à l’expansion commerciale du lait européen dans d’autres marchés, et, de l’autre, un sentiment et une pratique de solidarité entre producteurs de lait et éleveurs opérant dans des contextes différents. En même temps, en dépit de cette possible coexistence dans les discours de protectionnisme — ou de « sovranisme » économique, comme on le nomme plutôt aujourd’hui — et de solidarité internationale, une contradiction s’instaure sur le plan économique et politique, lorsque ces contextes de production éloignés sont rattachés dans un même marché global : la demande d’un soutien au secteur européen pour les exportations pourrait, en effet, avoir un impact négatif sur la production dans les contextes d’importation.

Remonter les échelles du lait, du village africain au marché global

28Le lait (kossam en peul) occupe une place centrale dans le mode de vie et la culture d’une société pastorale comme celle des Peuls éleveurs, constituant une composante fondamentale de l’alimentation quotidienne, un vecteur de liens, fussent-ils entre l’homme et son bétail, de parenté (maternité, parenté de lait) ou de proximité, comme dans le cas de l’offre de lait pour l’accueil des étrangers, jusqu’à constituer le symbole identitaire du pasteur peul au même titre que la vache. L’échange de lait contre des céréales avec les communautés d’agriculteurs voisines a historiquement fait du lait un vecteur à la fois pratique et symbolique d’ouverture de la communauté pastorale vers l’extérieur.

29Dans mes discussions avec les éleveurs d’Afrique de l’Ouest, après des dizaines d’échanges sur leurs difficultés en matière de transhumance, de déclin des conditions environnementales, de conflits avec les agriculteurs, d’impossible accès au marché pour les produits dérivés de l’élevage comme la viande et le lait, il est arrivé plusieurs fois que mes interlocuteurs me demandent d’arrêter de transcrire leurs réponses : de toute façon, ils ont vite compris que je n’étais pas en mesure de trouver de solution à leurs problèmes. Ils décidaient alors de me poser à leur tour des questions sur mon « chez moi ».

30Les questions posées par les éleveurs concernaient souvent la productivité laitière journalière des vaches européennes, considérée comme un indice de l’état de santé de la vache et donc du bien-être de la communauté d’éleveurs. Face au litre et demi des vaches du Nord-béninois, il était difficile d’admettre que j’avais vu en Émilie-Romagne, ma région natale italienne, des vaches produire chaque jour 35 litres environ de lait destiné à la production du Parmesan, le fromage le plus consommé et exporté au monde, ou encore que, comme je l’avais appris en Sarthe, dans la France rurale une Prim’Holstein était en mesure d’en délivrer 45 litres.

31Cette production faramineuse signifie, dans l’esprit des éleveurs, une disponibilité énorme de cet aliment qui est à la base de la subsistance et de la reproduction sociale de la communauté et qui est, sous forme brute ou transformée, le seul produit de l’économie pastorale, avec la viande et le bétail lui-même, à pouvoir être vendu sur le marché pour acquérir quelque richesse monétaire. Mais cette abondance impliquerait également une richesse beaucoup plus vaste, celle en ressources naturelles, en pâturage et en eau (il en faut 4 litres, dans ces contrées, pour chaque litre de lait produit). De surcroît, ces récits sur l’élevage en Europe restituaient une image d’abondance qu’on ne retrouvait que dans les récits mythiques de l’origine (Ndongo, 1986 ; Bâ et Dieterlen, 1961) ou, sous l’influence des imaginaires religieux et millénaristes, d’un futur prochain. Plus encore, lorsque j’ai tenté d’expliquer le système de subventions des États et de l’Union européenne aux éleveurs, mes interlocuteurs ont souvent eu la sensation qu’on leur parlait du pays de cocagne : à la grande productivité laitière du bétail s’ajoutaient, en effet, les subventions de la part des institutions européennes. Les subventions aux producteurs sont justifiées par la mauvaise santé du secteur laitier européen, mais, aux yeux de mes interlocuteurs, la seule idée que des vaches aussi productives puissent donner droit à d’autres aides et ressources d’origine publique apparaissait comme paradoxale.

32En dépit de ces représentations, nous l’avons vu, les espaces de production laitière d’Afrique et d’Europe sont mis en connexion et en interdépendance par le marché global. À partir du cas des communautés peules du nord-ouest béninois, nous allons maintenant voir comment cette interdépendance se traduit localement, influençant les activités pastorales et les projets de développement : nous analyserons ainsi la filière locale et la manière dont elle essaie d’entrer dans des circuits de commercialisation, où elle rencontre des obstacles, dont notamment la concurrence du lait « globalisé ».

33Lors de plusieurs terrains de recherche parmi les Peuls de la zone de Djougou (JugureeBe), j’ai mis en évidence que la question de la production puis de la commercialisation du lait est devenue, ces dernières décennies, un enjeu crucial des politiques de développement de certaines associations locales. Depuis les années 1980, un petit groupe d’animateurs ou « intellectuels » (appelés localement JanguuBe, c’est-à-dire « ceux qui ont fait des études »), originaires essentiellement de la région nord-orientale du Borgou, ont tenté d’activer des associations capables de défendre les intérêts des communautés peules et de promouvoir leur développement économique et social. L’objectif était de sortir ces communautés d’une condition de forte marginalisation. Ces mobilisations sont vite passées du cadre régional du Borgou au cadre national, en essayant de représenter l’ensemble des communautés peules béninoises et donc également celles de la région de Djougou.

34Dans une première phase, ces associations, dont en particulier Lawol fulfulde (« la voie peule »), se sont concentrées essentiellement sur le volet culturel et identitaire, en essayant de donner une place à ces communautés dans le jeu politique et de promouvoir leur alphabétisation en langue vernaculaire. Depuis les années 2000, tout en encourageant une sortie de la marginalisation, les efforts se sont plutôt concentrés, parallèlement au volet culturel, sur le volet économique, c’est-à-dire sur la promotion et la modernisation des activités pastorales. Pour ce qui est de ce deuxième aspect, il s’agit de la branche locale de l’Association nationale des organisations des professionnels de l’élevage de grands et petits ruminants (Anoper). Il est pour nous significatif de relever que ces organisations d’éleveurs se sont développées grâce à la coopération financière et technique de cette même association d’éleveurs français, AFDI, mentionnée plus haut. Les initiatives concernant l’économie pastorale visent une plus forte orientation de l’élevage vers la commercialisation de la production pastorale, en développant notamment la filière du lait. Cette importance donnée à la production et à la commercialisation du lait s’explique par la nécessité, aux yeux des animateurs de ces organisations pastorales, de moderniser non seulement le mode de production, mais aussi tout le mode de vie des communautés : pour produire plus et vendre du lait sur les marchés, il faut se sédentariser, se rapprocher des villes et, comme ils disent, « changer de mentalité » en abandonnant une partie des valeurs attachées à la vie pastorale. En même temps, cette modernisation à travers la commercialisation du lait devrait permettre un développement économique et social qui reste tout de même compatible avec un mode de vie perçu comme traditionnel, s’agissant toujours de fonder la reproduction sociale sur l’élevage.

35Les projets envisagent donc une intensification de la commercialisation du lait et de ses dérivés qui, en soi, n’est pas une activité inédite pour ces communautés. Autour de la ville de Djougou, la proximité relative de centres urbains a permis du moins une petite commercialisation du lait et surtout de ses dérivés, dont notamment le beurre et le « fromage peul » (gasiire), très connu et consommé au Bénin (figure 5.5). Si les hommes s’occupent de la production pastorale, les femmes se chargent quant à elles de la commercialisation de ses dérivés, ce qui les place dans le rôle de vecteurs d’ouverture de la communauté vers l’extérieur. Ces dix dernières années, les associations communautaires ont donc investi dans la commercialisation des produits laitiers en particulier comme forme d’empowerment des femmes, en essayant de moderniser toute la filière laitière et ainsi de favoriser la monétarisation de l’économie communautaire.

Figure 5.5. Vente de fromage peul au bord de la route, Commune de Djougou, septembre 2018 (© Ciavolella, 2018).

Figure 5.5. Vente de fromage peul au bord de la route, Commune de Djougou, septembre 2018 (© Ciavolella, 2018).

36Comme l’a remarqué Boesen (1997) pour les Peuls de la région voisine du Borgou, l’objectif affiché par les femmes dans leurs activités commerciales est « l’autonomie matérielle » de leur groupe. L’argent gagné est indispensable aux besoins que les femmes doivent satisfaire : l’achat de compléments alimentaires, comme les condiments — qui accompagnent et complètent la nourriture de base assurée par les activités agropastorales masculines —, mais aussi le soin, l’éducation et l’habillement des enfants. Dans cette perspective, le lait, en tant que marqueur identitaire et produit pastoral principal, permettrait aux femmes d’assurer la bonne reproduction « autonome » de la communauté, n’utilisant l’argent et le marché que comme intermédiaires et vecteurs de ce développement engendré, dans un cercle vertueux, par et pour la communauté pastorale. De manière très subtile et efficace, la modernisation de l’activité économique féminine, vouée à la préservation de l’autonomie matérielle de la communauté, a été proposée en s’appuyant sur une pratique — la production du lait — perçue comme traditionnelle et donc à l’intérieur du périmètre identitaire peul. En collectivisant l’effort de production et de commercialisation des produits, ces projets entendaient permettre aux femmes de se présenter, sur les marchés, avec un pouvoir considérable de négociation des prix.

37Cependant, ce projet a échoué en 2011 avec la disparition de leur animatrice, une femme intellectuelle peule formée par les associations, pour ne reprendre qu’en 2018, au moment où nous écrivons, avec le recrutement d’une nouvelle animatrice. Sans animatrice, en effet, les femmes, occupées par leurs nombreuses tâches ménagères, ne peuvent pas s’auto-organiser pour une production et une vente concertée. Lorsqu’elles se présentent seules sur le marché avec les quelques fromages périssables qu’elles sont en mesure de produire individuellement, dans les rares pauses entre leurs tâches ménagères, elles doivent faire face à des problèmes d’une autre échelle. Le marché du fromage peul à Djougou, comme dans le reste du pays, est géré par des femmes grossistes du sud qui, grâce aux grands ou petits moyens financiers et aux transports dont elles disposent, s’assurent le contrôle du commerce du fromage du nord jusqu’à Cotonou et aux autres villes du pays. En particulier à Cotonou, point d’arrivée des lignes de transport de l’axe nord-sud, des femmes commerçantes descendent des bus venant du nord avec des fromages peuls qu’elles revendent à d’autres femmes commerçantes qui les revendront à leur tour au détail (à 800 F CFA environ, c’est-à-dire à 1,2 €) au cours de leur périple à pied dans la ville. Les femmes productrices au village, pour entrer en concurrence ou du moins pour rééquilibrer le rapport inégal avec les femmes commerçantes, auraient besoin de démarrer de manière autonome une production et une vente au gros sur les marchés. Mais pour ce faire, elles auraient besoin d’un apport financier suffisant pour l’achat en gros de matériel et pour l’acheminement des produits en bonnes conditions vers les villes.

38Le cas du fromage vendu par les femmes d’éleveurs n’est qu’un exemple emblématique des difficultés que rencontrent les initiatives de commercialisation du lait des communautés villageoises rurales s’appuyant encore sur un mode de production extensif. Quoique parfois refusée, la modernisation de la production pastorale est souvent perçue comme un objectif incontournable, mais les moyens manquent : des tentatives d’ouverture de mini-laiteries utilisant du lait produit localement ont échoué. L’évolution de l’économie et du marché béninois, comme c’est le cas pour l’ensemble de la sous-région, semblerait favorable au développement de ce type d’activité, tout comme l’intention proclamée des institutions étatiques et des acteurs du développement de financer et d’appuyer techniquement la modernisation de l’élevage rural local. Cependant, comme nous l’avons vu plus haut, les politiques de développement et les politiques commerciales négociées au niveau international ne vont pas toujours dans le même sens, puisque le développement de la filière de transformation semble privilégier le lait importé. Par ailleurs, le lait en poudre représente, en définitive, un concurrent trop fort : trop malléable, trop transformable, trop transportable et aussi plus anonyme par rapport à ce lait frais mais glutineux qui sort des vaches au village.

39En ce qui concerne la mobilisation politique, sur le plan local, la complexité des rapports de pouvoir impose, parfois, une sorte de fatalisme politique, qui n’est pas le fruit d’une incapacité de penser et d’agir politiquement, mais plutôt d’un sentiment d’impuissance. C’est donc plutôt à une autre échelle, en particulier celle des mobilisations internationales, que des groupes et des associations peuvent se mettre en place afin de défendre les intérêts des communautés locales. Il s’agit, par exemple, des tentatives de différentes associations peules d’Afrique de l’Ouest et de la diaspora de constituer un lobby transnational pour la défense des droits des éleveurs. C’est le cas de l’association Tabital Pulaaku International, qui essaie de réunir l’ensemble des Peuls d’Afrique et de la diaspora, et dont la Commission sur le pastoralisme, créée spécifiquement en 2013, s’efforce de résoudre les problèmes des communautés peules liés à leurs activités économiques. Lors de la conférence de lancement de la Commission, à laquelle j’ai pu assister et même intervenir au mois d’août 2013 à Ouagadougou, émergeaient les mêmes dilemmes quant aux choix de « modernisation » dans un contexte de marginalisation des communautés pastorales et de difficultés dans la commercialisation des produits.

40À propos de ce type d’association internationale, d’autres aspects méritent d’être mis en exergue qui ont à voir avec la question des échelles. Tout d’abord, la mobilisation sur le plan international pose le problème d’un ancrage concret et local de ces associations par rapport aux communautés de base qu’elles estiment représenter, la société civile internationale sur laquelle elles agissent étant parfois déconnectée des réalités locales. En deuxième lieu, les revendications qui émergent dans ces initiatives internationales sont souvent des demandes de reconnaissance de droits ou de redistribution économique : l’objectif est celui de faire pression sur le plan international pour que les communautés peules, dans chaque contexte national et régional, aient une plus grande visibilité et soient mieux respectées en termes de droits. Cependant, les leviers d’action quant aux logiques structurelles multiscalaires, comme celles déterminant les conditions de développement de la filière du lait, sont faibles. Cela impliquerait de remettre en discussion les rapports d’inégalités dans l’accès à la globalisation.

Conclusion

41Cette plongée anthropologique dans la globalisation du lait entre Europe et Afrique de l’Ouest montre la manière dont des mondes sociaux et économiques distants sont mis en relation, notamment par le lait en poudre, mais aussi par ce que l’on pourrait appeler un développement partagé, mis à mal par la mise en concurrence de deux espaces. Ce qui nous intéressait ici était surtout la dimension politique de cette logique : la possibilité d’imaginer une mobilisation conjointe, une alliance de forces sur le plan transnational, semble ardue, à cause des logiques mêmes d’une globalisation qui, par l’action locale de forces abstraites et d’échelles bien plus larges, fragmentent le corps social et mettent en opposition ou en compétition ses parties. Cela pose des défis majeurs à une compréhension ethnographique. Cette réalité engage forcément une réflexion et une recherche multiscalaires. Cela demande à l’anthropologue de ne pas renoncer à avoir recours à des outils d’analyse d’autres disciplines, comme dans notre cas l’économie politique du lait, afin de comprendre les dynamiques structurelles, surtout de large échelle, dans lesquelles les expériences et les parcours de vie particuliers s’inscrivent. Loin de là, pourtant, la volonté de faire abstraction de l’ethnographie située pour analyser la globalisation. L’analyse globale des politiques commerciales, par exemple, peut donner l’impression que la vie des producteurs de toute contrée est soumise à des dynamiques impersonnelles, et ferait apparaître le « lait » globalisé comme une matérialisation de forces abstraites — et certes « liquides » —, comme le « Capital » ou le « Marché ». Mais, comme l’a montré Stefan Ouma (2015) en analysant l’insertion du secteur agricole du Ghana dans la globalisation, il est indispensable de comprendre comment la commodity chain (filière) globalisée des produits alimentaires affecte concrètement les pratiques et les visions des acteurs impliqués localement, en insistant ainsi sur le pouvoir générateur du capitalisme dans son processus de mise en forme de nouvelles configurations de pratiques et pouvoirs locaux à l’échelle globale. Dans notre cas de la filière globale du lait, il s’avère nécessaire de faire par ailleurs un pas de plus et d’opérer une double descente vers le terrain : vers l’Afrique et vers l’Europe. En effet, si l’économie globale du lait, comme toute autre filière aujourd’hui dans la globalisation, met en relation des espaces et des circuits de production et d’échanges afin de comprendre les liens — de dépendance et plus rarement de solidarité — qui se mettent en place, il est indispensable de mener des enquêtes multisituées et, finalement, des enquêtes qui permettent de remonter les échelles de la filière, en interrogeant également la manière dont les acteurs font face à des logiques de plus en plus translocales et parfois même abstraites.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abélès M. (ed.), 2011. Des anthropologues à l’OMC : scènes de la gouvernance mondiale, Paris, CNRS Éditions.

Abélès M., 2014. Penser au-delà de l’État, Paris, Belin, 2014.

Appadurai A. (ed.), 1986. The Social Life of Thongs Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Bâ A.H., Dieterlen G., 1961. Koumen, Texte initiatique des pasteurs Peul, Paris, Mouton & Cie.

Boesen E., 1997. Identité et démarcation : les pasteurs peuls et leurs voisins paysans. In : Trajectoires peules au Bénin (T. Bierschenk, P.Y. Le Meur, eds), Paris, L’Harmattan, 21-49.

Ciavolella R., Boni B., 2015. Aspiring to alterpolitics. Anthropology, radical theory, and social movements. Focaal. Journal of Global and Historical Anthropology, 72, 3-8.

Corniaux C., 2015. L’industrie laitière en Afrique de l’Ouest : histoire, stratégies et perspectives. Rapport du Cirad, Montpellier, https://agritrop.cirad.fr/575311/1/document_575311.pdf.

Corniaux C., Vatin F., Ancey V., 2012. Lait en poudre importé versus production locale en Afrique de l’Ouest : vers un nouveau modèle industriel. Cahiers agricultures, 21 (1), 18-24.

Counihan C., Siniscalchi V. (eds.), 2013. Food Activism: Agency, Democracy and Economy, Londres, Bloomsbury.

Cox L., Nilsen A.G., 2007. Social movements research and the “Movement of Movements”: studying resistance to neoliberal globalisation. Sociology Compass, 1 (2), 424-442.

Dossou J., Hounzangbe-Adote S., Soule H., 2006. Production et transformation du lait frais en fromage peulh au Bénin, Guide de bonnes pratiques, Faculté des sciences agronomiques, Université d’Abomey-Calavi, Abomey-Calavi.

Edelman M., 2003. Transnational peasant and farmer movements and networks. In: Global Civil Society (Kaldor M., Anheier H., Glasius M., eds), Oxford, Oxford University Press, 185-220.

Edelman M., 2014. Food sovereignty: forgotten genealogies and future regulatory challenges. Journal of Peasant Studies, 41 (6), 959-978.

Edelman M., Kay C., 2008. Transnational agrarian movements: origins and politics, campaigns and impact. Journal of Agrarian Change, 8 (2-3), 169-204.

Fanica P.-O., 2008. Le lait, la vache et le citadin : du xviie au xxe siècle, Versailles, Éditions Quæ.

Harvey D., 2001. Spaces of Capital: Towards a Critical Geography, Routledge, Londres.

Karatzogianni A., 2009. Power, Resistance and Conflict in the Contemporary World: Social Movements, Networks and Hierarchies, Routledge, Londres.

Latour B., 1991. Nous n’avons jamais été modernes, Paris, La Découverte.

Marcus G.E., 1995. Ethnography in/of the world system: the emergence of multi-sited ethnography. Annual Review of Anthropology, 24, 95-117.

Mintz S.W., 1985. Sweetness and Power, Viking, New York.

Müller B. (ed.), 2013. The Gloss of Harmony: The Politics of Policy Making in Multilateral Organisations, Pluto, Londres.

Nash J.C. (ed.), 2005. Social Movements: An Anthropological Reader, Wiley-Blackwell, Oxford.

Ndongo S.M., 1986. Le Fantang : poèmes mythiques des bergers peuls. Textes de la tradition orale peule, Karthala, Paris.

Ouma S., 2015. Assembling Export Markets. The Making and Unmaking of Global Food Connections in West Africa, Wiley-Blackwell, Chichester.

Pinaud S., 2016. L’émergence d’un gouvernement humanitaire de la pauvreté nutritionnelle en Afrique de l’Ouest. Revue d’anthropologie des connaissances, 10 (2), 147-170.

Purcell M., 2009. Hegemony and difference in political movements: articulating networks of equivalence. New Political Science, 31 (3), 291-317.

Qiqing L., Murphy C., 2017. Spilled milk: how china failed its dairy farmers. A decade after major food safety scandal, milk production has moved from Mongolian herdsmen to megafarms. Sixt Tone, 19 décembre 2017.

Tsing A.L., 2011. Friction: An Ethnography of Global Connection, Princeton University Press, Princeton.

Van der Ploeg J.D., 2009. The New Peasantries: Struggles for Autonomy and Sustainability in an Era of Empire and Globalization, Routledge, Londres.

Vatin F., 1996. Le lait et la raison marchande. Essais de sociologie économique, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

Weis A.J., 2007. The Global Food Economy: The Battle for the Future of Farming, Zed Books, Londres.

Wiley A.S., 2007. Transforming milk in a global economy. American Anthropologist, 109, 666-677.

Wiley A.S., 2015. Re-Imagining Milk: Cultural and Biological Perspectives, Routledge, Londres.

Notes

45 Ensemble nous tiendrons, divisés nous tomberons (traduction par l’auteur).

Table des illustrations

Titre Figure 5.1. Entrée d’un centre médical d’un quartier aisé de Cotonou.
Légende On remarque un réfrigérateur de produits laitiers dans la salle d’attente (© Ciavolella, 2017).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 5.2. Bonbons et gâteaux sucrés en vente dans le village semi-lacustre de Hounmé, dans la Commune de So-Ava, au nord de Cotonou (© Ciavolella, 2018).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 5.3. Manifestation contre la Politique agricole commune de l’Union européenne, Bruxelles, 13 septembre 2015 (© Ciavolella, 2015).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 5.4. Message des manifestants adressé aux technocrates et à l’opinion publique européenne, Bruxelles, 13 septembre 2015 (© Ciavolella, 2015).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20547/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 5.5. Vente de fromage peul au bord de la route, Commune de Djougou, septembre 2018 (© Ciavolella, 2018).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20547/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Éditions Quæ, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site