Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La question des échelles en sciences humaines et sociales

 | 
Sébastien Boulay
, 
Sylvie Fanchette

Partie II - Politique des échelles et inégalités sociales

Chapitre 4 - Jeux d’échelles et solidarités territoriales. Vers une gouvernance multiscalaire des aires protégées

Marie-Christine Cormier-Salem

Texte intégral

  • 34 UIPN : Union internationale de protection de la nature, devenue UICN, Union internationale de conse (...)
  • 35 CBD : Convention sur la diversité biologique, établie en 1992 à Rio de Janeiro ; TEEB : Economics o (...)
  • 36 Cet article, concernant la conservation de la biodiversité in situ, tout en réaffirmant la souverai (...)

1Depuis les années 1990, on assiste à un changement radical des politiques de conservation de la nature dans un contexte caractérisé par la globalisation de la gouvernance (institutions, règles, normes), par le néolibéralisme, mais aussi par un retour au local et de nouvelles exigences éthiques (Zimmerer, 2006 ; Sikor et Newell, 2014 ; Watts, 2015). Schématiquement, on est ainsi passé de la protection des espèces (UIPN, CITES, CMS34, etc.) à la valorisation des « services écosystémiques » (CBD, TEEB, ABS, MEA35, etc.), de la mise sous cloche d’habitats remarquables à la conservation des écorégions comprenant des espèces phares et ordinaires, d’une approche spécifique à une approche territoriale, d’une démarche descendante (ou top-down) vers une approche ascendante (ou bottom-up), promouvant la cogestion et la participation de toutes les parties prenantes dans l’optique d’une gouvernance durable et partagée et d’une plus grande justice environnementale (Compagnon et Constantin, 2000 ; Cormier-Salem, 2014 ; 2015). Dans ce glissement de paradigme (qui est, en fait, davantage un enchevêtrement, une manipulation des discours et des pratiques), il faut souligner l’ambiguïté de la notion de « patrimoine de l’humanité » ou encore de bien public mondial (Smouts, 2005) versus celle de patrimoine national (tels aires protégées, réserves naturelles et parcs nationaux) et la montée en puissance du « local », officialisée dans le préambule de la Convention sur la diversité biologique, dans l’article A alinéa J36 (Cormier-Salem et Roussel, 2002). Ces changements d’échelle de référence (global, national, local), en ce qui concerne les institutions légitimes pour gérer la nature, invitent à une réflexion approfondie sur les jeux d’échelles.

  • 37 Le socio-écosystème est une entité spatiale, à la fois bioécologique et socioculturelle ; ce terme (...)

2Ainsi, la question des échelles spatiales — choix de l’échelle la plus appropriée, articulation des échelles du local à l’international, cohérence entre échelles d’observation, d’analyse et d’action — est au cœur des politiques environnementales et des cadres conceptuels et méthodologiques sur la gouvernance des socio-écosystèmes37 (Everard et al., 2015). Tous les travaux soulignent l’indispensable interdisciplinarité pour appréhender les dynamiques écologiques et sociales des écosystèmes (Jollivet, 1992). L’échelle, qui induit la gouvernance des socio-écosystèmes, est même considérée par certains comme un concept transfrontière (Sternlieb et al., 2013). Le rapport entre l’échelle d’observation et le phénomène étudié prête à discussion, et il est bien difficile a priori de définir les échelles. Autrement dit, à chaque objet de recherche correspond une échelle (ou unité) d’observation ; consécutivement, pour appréhender globalement un espace ou un socio-écosystème, il faut diversifier les échelles, conduire des analyses multiniveaux et se donner des outils pour passer d’une échelle à l’autre (scaling-up/scaling-down), mais surtout articuler ces échelles (Sayre, 2005 ; Herod, 2011).

3L’écologie politique, théorisée initialement aux États-Unis (Blaikie et Brookfield, 1986), puis diffusée et, de nos jours, de plus en plus en vogue en Europe (Chartier et Rodary, 2015), est un champ scientifique qui, précisément, vise à dépasser les frontières (politiques, scientifiques, etc.), à confronter les perspectives, à porter un regard critique sur les discours normatifs dominants sur la nature ou l’environnement, afin d’éclairer les liens entre le changement social et écologique (Escobar, 1999 ; Perreault et al., 2015). L’analyse du choix, tant de l’échelle d’observation que de l’échelle d’action, et des manipulations d’échelles, du global au local, permet de révéler les conflits d’intérêts et les incohérences entre les réalités locales, les initiatives privées et les décisions politiques.

  • 38 Trois dimensions de la justice environnementale sont à prendre en compte : la distribution des béné (...)

4Nos travaux, centrés sur les stratégies locales face aux politiques environnementales, s’inscrivent ainsi dans les perspectives de l’écologie politique, transfrontières, pluri-acteurs et multiscalaires et s’efforcent de donner un éclairage sur les risques d’injustice environnementale dans ses diverses dimensions et déclinaisons38 (Schlosberg, 2007 ; 2013 ; Dufaux et al., 2010), notamment dans les pays du Sud (Cormier-Salem, 2015 ; 2017 ; Cormier-Salem et al., 2016).

  • 39 Ces recherches s’inscrivent dans le Laboratoire mixte international Patrimoines et territoires de l (...)

5Dans cette contribution, nous nous appuyons sur une étude interdisciplinaire réalisée sur la Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal (RBTDS), partagée entre le Sénégal et la Mauritanie39 (figure 4.1). Nous nous interrogeons sur la prise en compte des échelles dans les politiques de conservation de la biodiversité et analysons le succès de la notion de « solidarité territoriale ». Nous montrons en quoi les oiseaux d’eau, espèces emblématiques de cette aire protégée, constituent de bons indicateurs des interdépendances entre habitats et des solidarités entre socio-écosystèmes, du local à l’international. Enfin nous nous interrogeons sur la pertinence et les limites de la gouvernance multi-acteurs et transfrontière (Sternlieb et al., 2013).

État de la question : succès de la notion de solidarité territoriale

  • 40 Aucune aire protégée n’est isolée (traduction par l’auteur).

6De plus en plus de travaux s’interrogent sur la pertinence des aires protégées et leur légitimité tant écologique que sociétale (Bonnin et al., 2015). Quand leur efficacité écologique dépendrait de leur taille, de leur configuration, de leur délimitation et de leur connectivité avec les autres territoires de la biodiversité (Agardy et al., 2011), leur acceptabilité sociale et économique tiendrait, selon Charles et Wilson (2009), à l’attachement au lieu, à une participation significative, à une gouvernance effective, à la coconstruction des savoirs (scientifiques versus vernaculaires ou locaux), au rôle des droits et usages, aux conséquences de déplacements de communautés, aux coûts et bénéfices, à l’inscription de l’aire protégée dans le territoire plus global. Experts en écologie comme en sciences sociales soulignent l’importance des échelles spatiales et de leurs interactions, clairement explicitée par Janzen dans cette formule, qui est le titre de son article paru en 1983 : « No park is an island »40. Il faudra néanmoins attendre vingt ans pour que cet avis d’expert scientifique soit reconnu et vulgarisé au sein des décideurs et des gestionnaires de la biodiversité et que soit prise en compte avec sérieux la question des échelles dans les politiques de conservation de la biodiversité. Le Congrès mondial des aires protégées de l’IUCN à Durban, en 2003, est un jalon clé de cette prise de conscience et du succès de la notion de solidarité territoriale (IUCN, 2004).

Le succès croissant de la notion de solidarité territoriale

  • 41 De fait, la notion de développement durable ne sera véritablement popularisée qu’à partir du rappor (...)
  • 42 Dans le cadre de ce texte, nous ne développons pas ces changements de paradigmes, qui ont fait l’ob (...)
  • 43 Cette mesure vise à (re)constituer un réseau écologique cohérent, à l’échelle du territoire nationa (...)

7Les échecs fréquents des aires protégées, trop souvent îlots de nature surprotégés entourés d’un océan-poubelle (Génot, 1998), ont conduit à une prise de conscience des risques d’une protection à deux vitesses, avec une parcellisation de l’espace et un découpage en timbres-poste entre, d’un côté, une nature patrimoniale digne d’être conservée et, de l’autre, une nature ordinaire en sursis, menacée de banalisation, voire de destruction. De nouveaux modèles spatiaux sont élaborés dans l’optique d’une gestion intégrée des territoires, tenant compte de la mobilité des espèces et des interdépendances entre habitats. Dès 1971, l’Unesco avait conçu le modèle de la réserve de biosphère, territoire du développement durable avant l’heure41, et lancé son Réseau mondial des réserves de biosphère. La délimitation et la configuration des réserves de biosphère font toujours l’objet de réflexions au sein même de l’Unesco : ce modèle, qui a fait ses preuves, est basé sur trois aires (centrale, tampon et périphérique), sous forme le plus souvent de cercles concentriques, contigus, emboîtés et qui ne permettent de prendre qu’insuffisamment en compte les flux et échanges entre espèces et les continuités et discontinuités spatiales au sein et au-delà des réserves de biosphère (Bouamrane et al., 2016). La question des emboîtements d’échelles, du territoire localisé à l’espace national et au système monde, est ainsi au cœur de la reconfiguration et du redécoupage des espaces protégés sous forme de trames, corridors et réseaux (Cormier-Salem, 2006). Ce nouveau modèle spatial s’accompagne d’un changement de paradigmes des politiques de conservation de la biodiversité, qui sortent des sanctuaires de nature et visent la gouvernance des territoires dans l’optique de la préservation des services écosystémiques, en lien avec le bien-être des populations (MEA, 2005)42. Le congrès mondial de l’UICN sur les aires protégées à Durban, en 2003, cité plus haut, exprime clairement le changement de message : « Protected Areas: Benefits beyond Boundaries » (« Les aires protégées : au-delà des frontières »). Les visées sont certes la (re)constitution des continuités écologiques par-delà les frontières, mais aussi le partage des bénéfices ou aménités tirés de la conservation de la biodiversité ; les hommes ne sont plus exclus des aires protégées, mais replacés en leur cœur et désormais considérés comme les principaux bénéficiaires. Cette vision anthropocentrée, décriée par certains, au nom, notamment, de la valeur intrinsèque de la nature et des dérives néolibérales de sa marchandisation (Maris, 2010), conduit à promouvoir la notion de solidarité, qui trouve ses premières applications en France dès 2006 avec la réforme de la charte des Parcs nationaux (PNF) et, à partir de 2007, avec la création des trames vertes et bleues, mesure phare du Grenelle de l’environnement43. Ainsi la notion de « solidarité écologique et sociale » est inscrite dans le décret de l’Agence des parcs nationaux de France (loi n° 2006-436 du 14 avril 2006) et s’accompagne d’une série de mesures, telles les chartes d’adhésion proposées aux communes riveraines des parcs : les parcs nationaux ne sont plus des sanctuaires de nature, clos, fermés sur eux-mêmes, mais des espaces du développement durable, en interaction avec les autres espaces, à diverses échelles interconnectées (Larrère et al., 2009). On retrouve cette notion de solidarité mise à l’honneur avec la création du Conseil national pour le développement et la solidarité internationale (CNDSI) en 2013, ou encore, plus récemment, en août 2016, avec la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

8En Afrique de l’Ouest, le principe de solidarité transfrontière est également retenu pour gérer durablement la biodiversité aux échelles pertinentes et trouve diverses déclinaisons, à travers le Programme régional de conservation des aires marines et côtières (PRCM, devenu en 2013 une Plateforme de partenaires à cette échelle sous-régionale de l’Afrique de l’Ouest), la Commission sous-régionale des pêches (CSRP, qui s’efforce de mettre en œuvre une politique commune à l’échelle des sept pays de la sous-région, de la Mauritanie à la Sierra Leone et en incluant la presqu’île du Cap-Vert), le Réseau des aires marines protégées d’Afrique de l’Ouest (Rampao) ou encore la RBTDS, qui nous sert d’illustration dans cette contribution. Avant d’en examiner plus précisément et concrètement les applications, il importe de revenir sur ce terme, éminemment polysémique.

Définition de la solidarité territoriale

9Avant de retenir officiellement le principe de solidarité écologique, PNF a commandé une étude auprès d’experts scientifiques, qui a donné lieu à une publication en deux volumes pilotée par Ingénieurs-conseil Nature Environnement Aménagement (INEA, 2009) : le premier, à visée épistémologique, aborde la définition de cette notion dans ses diverses dimensions (éthique, juridique, sociologique, écologique et opérationnelle) ; le second, empirique, teste l’application de cette notion aux divers parcs nationaux de France et, de façon très didactique, avec nombreux schémas et cartes, montre la diversité des modèles spatiaux pour les parcs nationaux selon les éléments patrimoniaux pris en compte. Un état d’esprit, une valeur, un engagement militant, une position scientifique, un ensemble de mesures, etc. : la solidarité recouvre diverses définitions qui ont pour point commun de souligner les rapports d’interdépendance entre les membres d’une entité (dépendance très étroite, rapport de causalité, dépendance réciproque, etc.). Selon Feyerabend (1994 ; 2014), elle désigne « un élan visant à créer ou renforcer des liens entre la communauté de vivants, et à les libérer de certaines formes de domination (à la différence de la charité, qui maintient l’ordre social) ». Selon Mathevet et al. (2010), la définition élémentaire de la solidarité écologique est la suivante : « dépendance très étroite entre les êtres vivants (dont les humains) et le milieu organique ou inorganique dans lequel ils vivent », l’écologie étant l’étude des milieux où vivent les êtres vivants ainsi que des rapports de ces êtres entre eux et avec le milieu. Ces mêmes auteurs distinguent :

  • la solidarité écologique de fait, qui souligne la « communauté de destin » entre l’homme, la société et son environnement en intégrant, d’une part, la variabilité, la complémentarité et la mobilité de la diversité du vivant et des processus écologiques dans l’espace et le temps et, d’autre part, la coévolution des sociétés humaines et de la nature au travers des usages de l’espace et des ressources naturelles ;

  • la solidarité écologique d’action, qui se fonde sur la reconnaissance par les habitants, les usagers et les visiteurs qu’ils font partie de la communauté du vivant et qui traduit leur volonté de « vivre ensemble » avec les autres êtres vivants, au sein des espaces dans lesquels ils interviennent, jugeant de leurs actions ou non-actions selon leurs conséquences sur les composantes de cette communauté.

10La solidarité territoriale désigne les interdépendances à la fois bioécologiques et sociopolitiques entre espaces à l’échelle d’un territoire. Elle représente la qualité fonctionnelle de ce territoire, ce qui fonde sa cohérence, mais aussi les principes d’intervention et d’action, ce vers quoi tendent les parties prenantes de ces territoires.

Les déclinaisons de la solidarité territoriale en Afrique : exemple de la RBTDS

11Les travaux conduits sur la RBTDS, dans le cadre de Pateo et Sirena, nous servent d’illustration pour appréhender les déclinaisons opérationnelles de la notion de solidarité territoriale (Fabre et al., 2012 ; 2014). Après avoir présenté ce vaste territoire correspondant au delta du fleuve Sénégal, partagé entre le Sénégal et la Mauritanie, nous explorons la notion de solidarité territoriale à travers l’exemple des oiseaux et discutons de sa pertinence.

Présentation de la réserve : genèse, évolution

12La notion de solidarité territoriale prend, dans le contexte sénégalo-mauritanien, un sens particulièrement fort si l’on tient compte du passé, plus ou moins lointain, en particulier des événements tragiques de 1989, décrits ci-dessous.

13De longue date, le fleuve Sénégal a joué un rôle d’axe d’échanges et de flux des hommes et des marchandises, un trait d’union entre cultures et peuples arabo-berbères en provenance du Nord et noires, entre agriculteurs (Wolofs, Soninkés, Bambaras), éleveurs nomades (Peuls et Maures), agroéleveurs et pêcheurs (Toucouleurs cubalo) aux systèmes de production complémentaires. Avec la conquête coloniale, le fleuve Sénégal est un axe majeur de pénétration du continent, permettant de remonter loin en amont, liant les pays de la sous-région (actuels pays de la Mauritanie et du Sénégal, mais aussi Mali et Guinée). Saint-Louis, ville créée en 1659, porte du delta, devient la capitale de l’Afrique-Occidentale française, administrant toute la sous-région.

  • 44 Sites classés « zone humide d’importance internationale » de la Convention Ramsar.

14Le cloisonnement entre les deux rives, jusqu’à la fermeture totale de 1989, est progressif et tient à un ensemble de facteurs : la colonisation française impose une frontière entre les deux rives et concourt à la scission entre les deux régions et à l’écartèlement de la Mauritanie entre les mondes arabophone et francophone. Néanmoins, les frontières restent poreuses, et les alliances et liens (familiaux, ethniques, sociaux) sont étroits entre les populations. Le delta, espace encore largement ouvert jusqu’aux années 1980, est soumis à la crue du fleuve et à la marée. L’alternance des eaux douces et salées conditionne la complémentarité entre le walo (la vallée proprement dite, ou plaine inondable, aux sols argileux) et le dieri (dunes en bordure de la cuvette, aux sols sableux), autrement dit entre usages et usagers, multiples et mobiles : les cultures de mil et d’arachide en saison sèche, la pêche dans le fleuve toute l’année et dans les cuvettes d’inondation au moment de la crue, les cultures maraîchères de décrue sur les berges du fleuve, la cueillette du Sporobolus (pour faire les fameuses nattes mauritaniennes) dominent dans le walo. Sur le dieri, les quelques cultures de saison des pluies cèdent la place durant la saison sèche aux bétails transhumants des éleveurs pasteurs. Cette période est présentée comme le delta de l’âge d’or, caractérisé par la richesse et la diversité des ressources (l’île à Morfil est alors riche en hyènes, lions et éléphants) et les interdépendances multiples entre espaces et acteurs. La route-digue reliant Richard Toll à Saint-Louis en 1951 (Mietton et al., 2007), les digues de la rive gauche puis de la rive droite, le barrage de Diama en 1985, celui de Manantali en 1989, sont autant d’infrastructures qui contribuent au bouleversement de la circulation des eaux, à la limitation des flux des hommes, marchandises et ressources liées à l’eau dans un contexte marqué par la sécheresse. Le contrôle achevé des eaux, sous administration de services étatiques, s’accompagne d’une zonation des espaces et de la désignation de forêts classées, réserves de chasses, sites Ramsar44 jusqu’à la création en 1971 d’un des premiers parcs nationaux du Sénégal, le Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD), géré par la Direction des Parcs nationaux créée en 1973. En quelques décennies, le delta est devenu un espace artificialisé et contrôlé par l’État, à l’équilibre précaire entre agriculteurs sédentaires et éleveurs migrants, alors même que se dégradait l’environnement et que la pression sur les ressources et les espaces s’aggravait. En 1989, un conflit pour l’accès aux terres entre éleveurs peuls mauritaniens et paysans soninkés sénégalais serait à l’origine du débordement populaire, en représailles, dans toutes les grandes villes sénégalaises, à l’encontre des commerçants maures. Ce conflit a dégénéré dans les deux pays, faisant des milliers de victimes, conduisant à l’expulsion des Maures du Sénégal et, réciproquement, des Sénégalais basés en Mauritanie, et se soldant par la fermeture totale des frontières et la rupture des relations diplomatiques, qui ne se rétabliront qu’en avril 1992.

De la paix sociale à la solidarité écologique

15À partir des années 1990, la déclaration de politique partagée du Sénégal et de la Mauritanie est basée sur le principe de solidarité, à la fois sociopolitique et bioécologique, pour asseoir la paix sociale et reconstruire les territoires fonctionnels, complémentaires et interdépendants, entre les deux rives. La RBTDS, créée en 2005, est une mesure phare de cette politique ; conçue à l’échelle du delta du fleuve Sénégal, elle comprend, comme aire centrale, des parcs nationaux, à savoir : sur la rive sénégalaise, le PNOD, la réserve de Guembeul, la Langue de Barbarie et l’Aire marine protégée de Saint-Louis ; sur la rive mauritanienne, le Parc national du Diawling (PND).

16Le PNOD (créé dès 1971) et le PND (créé en 1991) sont deux parcs jumeaux, dont les agents travaillent en bonne intelligence et mettent en pratique le principe de solidarité territoriale, notamment pour lutter contre les plantes invasives (Salvinia molesta, Typha australis et Phragmite australis). Ainsi la lutte contre la prolifération de Salvinia molesta, espèce empêchant l’accès à l’eau libre pour le bétail et les pêcheurs, a constitué une des premières mesures concertées transfrontières, seul dispositif efficace pour maîtriser ces plantes. Ce partenariat visait à lutter biologiquement par la culture, puis par le lâcher d’insectes Cyrtobagous salviniae dans les plans d’eau et, mécaniquement, par la pose de barrières et par la coupe. Au-delà de la maîtrise technique et de l’intendance bioécologique, le succès de cette collaboration a montré l’opportunité d’une gouvernance commune et a débouché sur la création de la RBTDS.

17L’atelier Gouvernance, organisé en mars 2010 au PND, avec l’appui de l’UICN, réunit les membres du Comité d’orientation transnational de la RBTDS, dont le wali (gouverneur) du Trarza, une dizaine d’élus de la sous-région (notamment le député maire de Saint-Louis du Sénégal), ainsi que des représentants des diverses parties prenantes (usagers locaux, gestionnaires des parcs, opérateurs du développement) (Borrini-Feyerabend et Hamerlynck, 2010). Cet atelier fait clairement ressortir, comme la première des priorités, le principe de solidarité transnationale, mais également de solidarité suprarégionale pour tenir compte des mobilités (des hommes et des ressources naturelles renouvelables) sur des échelles variables et interconnectées (du local à l’international).

Figure 4.1. Zonage et limite de la Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

Figure 4.1. Zonage et limite de la Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

Prise en compte de la connectivité et jeux d’échelles

18L’exploration de la notion de solidarité territoriale a été réalisée dans le cadre de la plateforme interdisciplinaire Sirena du LMI Pateo, outil participatif d’aide à la décision (Fabre et al., 2014 ; Cormier-Salem et al., 2016), et répondait à une forte demande des partenaires, notamment des gestionnaires des PNOD et PND, soucieux d’être accompagnés dans la gouvernance transfrontière du delta et de restaurer l’ancien espace fonctionnel, artificiellement cloisonné.

19Les oiseaux d’eau (mais on aurait pu prendre pour exemple les pêcheurs ou les éleveurs) ont été choisis pour illustrer la diversité des territoires parcourus et le jeu des échelles emboîtées, induisant des questions de gestion (aires protégées, espaces cloisonnés) et de gouvernance multiscalaire et pluri-acteurs des territoires de la conservation. La justification de ce choix est tout à la fois institutionnelle, scientifique, technique et sociétale. De fait, les oiseaux sont les espèces emblématiques de la RBTDS. Le PNOD est un parc dédié à leur protection. Réserve naturelle dès 1962, il s’agit d’un territoire de chasse réputé pour le gibier d’eau, particulièrement cher au président de l’époque, Léopold Sédar Senghor, qui se plaisait à y amener ses invités d’honneur. C’est une des premières aires protégées du Sénégal, devenu parc national en 1971, désigné aussi site Ramsar en 1977, Patrimoine mondial de l’Unesco en 1981 et cœur de la RBTDS en 2005. Son logo et son slogan, là où « le pélican est roi » (figure 4.2), mettent à l’honneur cet échassier considéré comme l’oiseau des « Blancs », (sur)valorisé au détriment des autres espèces et des hommes (Cormier-Salem et Riegel, 2015). Plusieurs conventions internationales visent à la protection des oiseaux migrateurs, dont celle de Ramsar sur les zones humides (la 1re convention internationale sur l’environnement à avoir été signée, dès 1971, manifestant l’importance accordée aux zones humides, habitats refuges des oiseaux limicoles). Tous les agents et gestionnaires des parcs nationaux sont formés en ornithologie. Il existe un suivi et un dénombrement régulier des oiseaux (tous les 15 du mois de janvier à une échelle internationale ; tous les mois dans la sous-région). Les données sont nombreuses, mais leur accessibilité et leur qualité sont plus discutables. Le tourisme de vision est une des principales attractivités des parcs nationaux et, en contrecoup, une des principales aménités pour les populations riveraines, via les visites guidées effectuées par des écoguides, issus des villages déplacés.

Figure 4.2. Le slogan du Parc national des oiseaux du Djoudj, où « le pélican est roi » (© IRD, Sirena/Pateo, M.-C. Cormier-Salem).

Figure 4.2. Le slogan du Parc national des oiseaux du Djoudj, où « le pélican est roi » (© IRD, Sirena/Pateo, M.-C. Cormier-Salem).

20Lors des ateliers de concertation organisés en vue de réaliser un atlas collaboratif sur la RBTDS, les oiseaux ont été les premiers cités par les partenaires pour faire une planche illustrative de ce territoire. Enfin, les oiseaux limicoles, migrateurs, sont de bons indicateurs de la biodiversité et de l’état de santé des écosystèmes, mais aussi des interdépendances entre habitats et des solidarités entre socio-écosystèmes, du local à l’international.

21Le PNOD, d’une superficie de 16 000 hectares, nous sert plus particulièrement d’exemple (figure 4.3). Ce parc accueille plus de 400 espèces d’oiseaux et plus de 300 000 individus en 2014 (d’après l’inventaire de Wetlands International), attirés par l’abondance de la nourriture, la diversité des plans d’eau et la tranquillité. Toutes les mesures de gestion visent à favoriser les habitats propices à leur repos, à leur reproduction et à leur alimentation : nichoir aux pélicans, canal de protection contre les prédateurs, entretien des zones humides, protection contre les perturbations, niveau d’eau optimal, etc. Ces critères varient d’une espèce à l’autre, avec de fortes fluctuations spatiales et temporelles selon leur éthologie et leur stratégie de migration.

Figure 4.3. Le Parc national des oiseaux du Djoudj, Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

Figure 4.3. Le Parc national des oiseaux du Djoudj, Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

De l’échelle globale à l’échelle locale : complémentarité entre sites

22Le PNOD est un site essentiel sur la route migratoire de nombreuses espèces limicoles migratrices, originaires d’Europe et d’Afrique. C’est un des motifs de sa patrimonialisation (IUCN, 1995 ; DPN, 2005). En s’inspirant de l’étude réalisée dans le cadre des parcs nationaux de France (INEA, 2009), notre équipe Sirena/Pateo a représenté spatialement les interconnexions du PNOD avec les autres sites fréquentés par les oiseaux. Les migrations annuelles des oiseaux paléarctiques montrent les parcours depuis l’Europe jusqu’en Afrique et la complémentarité entre habitats à l’échelle globale. Ainsi, les sternes noires migrent depuis le nord de l’Europe, où elles séjournent de mai à juillet, puis vont hiverner dans le golfe de Guinée entre août et mars. Elles font un arrêt deux fois par an, à l’aller et au retour, pour leur reproduction dans le PNOD (figure 4.5).

Figure 4.5. Complémentarité entre sites à l’échelle globale (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

Figure 4.5. Complémentarité entre sites à l’échelle globale (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

23À l’échelle du delta, il faut souligner la diversité et la complémentarité des habitats en matière de niveau d’eau, de qualité des eaux (douces/salées), de nourriture (plantes ou poissons), que ces habitats soient naturels et protégés ou convertis en rizières (Diouf, 1997). Le PNOD est ainsi enchâssé dans un réseau d’espaces avec lesquels il est solidaire (figure 4.6). La Réserve spéciale de Guembeul a été inscrite site Ramsar en 1977 comme site complémentaire du PNOD et gérée dans cette optique (source : fiche Ramsar de Guembeul, 1977).

Figure 4.6. Complémentarité entre sites à l’échelle du delta du fleuve Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

Figure 4.6. Complémentarité entre sites à l’échelle du delta du fleuve Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

24À l’échelle du PNOD, on relève des interdépendances entre le cœur du parc et sa périphérie, marquées par des flux et échanges quotidiens, notamment entre les sites de repos et de gagnage (figure 4.7). Ainsi les pélicans nichent au sein du PNOD, mais se nourrissent dans les rizières qui jouxtent le parc. Les habitats de la grue couronnée, très recherchée par les birdwatchers, ou touristes de vision, sont principalement situés en dehors des limites du parc. Ces connectivités nécessitent des mesures de gestion adéquates en matière d’échelles d’action et de conservation pour maintenir les habitats et attirer de nouvelles populations.

25Dans le cas des oiseaux, le principe de solidarité est opérationnel, et la gouvernance multiscalaire des aires protégées et de leurs parcours est promue par les États, inscrite dans des réglementations internationales (Ramsar, CITES, CMS, etc.) et déclinée des institutions globales aux locales. Cette concordance est loin d’être généralisée, comme on l’analysera ci-dessous.

Figure 4.7. Complémentarité entre sites entre le Parc national des oiseaux du Djoudj et sa périphérie (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

Figure 4.7. Complémentarité entre sites entre le Parc national des oiseaux du Djoudj et sa périphérie (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

De la solidarité transnationale à la solidarité internationale

Une exigence de connectivité et de connivences entre acteurs

26Les aires protégées ont longtemps été conçues comme des espaces remarquables, localisés, délimités, faisant l’objet d’un zonage avec une configuration spatiale définie et des frontières plus ou moins étanches. Ce modèle spatial ne permet guère de prendre en compte les discontinuités, les mutations, les mobilités. Il ne répond ni aux exigences de l’écologie, ni aux dynamiques des sociétés, qui nécessitent des territoires mouvants, flexibles (notamment pour s’adapter au changement climatique), extensifs ou, du moins, prenant en compte des échelles variables et interconnectées, du micro au macro, du local à l’international.

27Depuis la création des premières réserves de biosphère en 1976, le modèle spatial et les outils de gestion ont considérablement évolué sur le terrain. Centrées dans un premier temps sur la conservation et la recherche, avec l’adoption de la stratégie de Séville en 1996, ces réserves deviennent des territoires du développement durable (Unesco, 1996). Leur sont alors reconnues trois fonctions : la conservation, la recherche et l’éducation. Les interconnexions au sein et entre les réserves de biosphère sont au cœur des nouvelles réflexions. Ainsi, les trois zones qui les délimitent (centrale, tampon et périphérique) ne doivent pas être étanches, et l’implication des populations locales dans leur gestion est reconnue comme une des conditions de leur succès. Par ailleurs, la nécessité de développer le dialogue et la cohérence des politiques à l’échelle transnationale conduit à créer les premières réserves de biosphère transfrontières en Europe, puis en Amérique latine et en Afrique, et à lancer le Réseau mondial des réserves de biosphère. Ces mesures permettent des avancées, mais se soldent aussi par des échecs, conduisant à une sélection plus stricte des sites et à une possible dé-patrimonialisation ou à une perte du statut de réserve de biosphère (Unesco, 2013). Le modèle spatial en trois aires concentriques, avec chacune des droits d’accès et d’usage diversifiés, visionnaire à l’époque de son élaboration, est désormais remis en cause au nom du principe de solidarité entre tous les socio-écosystèmes (Bouamrane et al., 2016).

28En Afrique de l’Ouest, deux réserves de biosphère transfrontières sont créées, celle du W du Niger en 2002, située aux limites du Burkina Faso, du Niger et du Bénin, et celle du delta du Sénégal en 2005. Dans les deux cas, les zones cœurs sont les parcs nationaux, mais d’autres modèles spatiaux sont élaborés en concertation avec les acteurs locaux et testés pour prendre en compte les interdépendances entre socio-écosystèmes et les connexions multiscalaires. Ainsi, dans le W du Niger, des couloirs de transhumance traversent les aires et les frontières, pour tenir compte des parcours des éleveurs pasteurs peuls. Dans le delta du Sénégal, une nouvelle gouvernance de la RBTDS est proposée tenant compte de la diversité et de la complémentarité des habitats et de leur interdépendance transnationale. Trois unités socio-écologiques redécoupent ce vaste territoire, jouant sur les continuités et les cohérences transcalaires : une unité littorale, centrée sur les activités maritimes, une unité couvrant le fleuve et ses deux rives, centrée sur les activités hydroagricoles, et une unité sud-est, centrée sur la cuvette du Ndiaël et les activités pastorales (figure 4.8). Au-delà du delta, le principe de solidarité supranationale guide aussi les politiques élaborées en commun à l’échelle de la sous-région dans le cadre de la CSRP et renégociées lors des forums du PRCM : le plan d’action pour les tortues marines ou encore la charte des mangroves en sont deux dispositifs phares.

Figure 4.8. Nouveau découpage en trois unités socio-écologiques proposé en 2010 pour la gouvernance de la Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal (source : Borrini-Feyerabend et Hamerlynck, 2010 ; © IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

Figure 4.8. Nouveau découpage en trois unités socio-écologiques proposé en 2010 pour la gouvernance de la Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal (source : Borrini-Feyerabend et Hamerlynck, 2010 ; © IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).

29Si les nouveaux mécanismes (institutionnels, juridiques, financiers) de gouvernance des territoires témoignent de façon incontestable de la montée en puissance des principes de solidarité et de durabilité (Borrini-Feyerabend et al., 2009), les réalisations peinent à se concrétiser en raison de l’absence d’une réelle participation de tous les acteurs, parties prenantes de ces territoires, d’un manque de moyens des États pour arbitrer et mettre en œuvre les actions collectives, de l’illusion d’une société civile internationale qui édicterait des règles partagées. Des initiatives prometteuses sont portées par les usagers pour valoriser leur patrimoine (ex. : écomusées, promotion des productions localisées, aires du patrimoine communautaire), mais elles sont encore insuffisamment reconnues et soutenues par les instances, nationales ou internationales, qui ont leurs propres valeurs et normes, conduisant à des risques d’injustices environnementales.

Des discordances encore nombreuses sur le terrain

30Les exemples de contradictions ou de discordances ne manquent pas entre le caractère local des externalités négatives et le caractère global des externalités positives de la conservation (Compagnon et Constantin, 2000), entre les engagements des États dans le cadre de conventions internationales ou transnationales et les revendications patrimoniales et territoriales des communautés locales.

31Ainsi, les éleveurs pasteurs n’ont plus accès à leurs parcours traditionnels de la cuvette du Djoudj et laissent leurs troupeaux « divaguer » dans le PNOD, se faisant verbaliser alors même que leur bétail pourrait enrichir les prairies humides par leur fumure et que d’autres animaux, sauvages et protégés, tels les phacochères, dégradent ces espaces. Les pêcheurs se voient interdire l’accès aux plans d’eau afin de capturer du poisson pour leur consommation et la vente, alors que les oiseaux d’eau, protégés, sont des prédateurs beaucoup plus redoutables que les hommes : le pélican a une consommation moyenne estimée de 1,5 à 2 kg de poisson par jour et la population de pélicans, en augmentation, atteint plus de 22 000 individus en 2013 (Cormier-Salem et Riegel, 2015).

32À la conservation concertée des oiseaux de la RBTDS, qui dépasse les frontières et tient compte de la migration de ces espèces, répond le contre-exemple de la gestion du Typha, plante devenue invasive pour le Sénégal, qui poursuit son éradication, nouvelle ressource énergétique pour la Mauritanie, qui se lance dans sa valorisation. De fait, alors que, sur la rive sénégalaise, toutes les mesures visent à contrôler la prolifération de cette plante devenue invasive, sur la rive mauritanienne, les plans d’action visent à valoriser cette plante comme biocarburant. Ces discordances actuelles dans le cas du Typha tiennent à des points de vue différenciés des chercheurs et gestionnaires, qui infléchissent les politiques et ont des visées contradictoires entre exploitation productiviste et protection. Les grands absents de ces actions collectives sont les résidents des aires périphériques des parcs nationaux, exclus de leurs territoires traditionnels, sans dédommagement de cette perte, faiblement compensés par les aménités des parcs nationaux, peu consultés en dépit de la « cogestion » affichée. En réalité, les résidents sont surtout concernés par l’accès aux ressources et aux espaces, que ce soit l’accès aux pâturages pour les troupeaux des pasteurs ou encore l’accès aux plans d’eau pour les pêcheurs. Les écogardes et écoguides restent des bénévoles non assermentés, et entretiennent les parcs nationaux sans en recevoir une juste rémunération. La faible implication des usagers locaux dans les prises de décision, la non-prise en compte de leurs revendications et l’asymétrie entre acteurs conduisent ainsi à des phénomènes d’injustice environnementale dans ses diverses dimensions (distribution des bénéfices, participation aux décisions, reconnaissance des savoirs et besoins des communautés locales) (Agyerman, 2005 ; Schlosberg, 2007 ; 2013).

Conclusion : repenser nos liens à la nature

33Comment concevoir et gérer des espaces à géométrie variable selon les acteurs, mouvants, interdépendants et aux frontières poreuses ? Ces réflexions permettent de réexplorer les notions de territoires-réseaux/territoires-terroirs, si chères aux géographes (Cormier-Salem, 2006), mais aussi de reconsidérer les échelles d’action et d’intervention et la nécessaire gouvernance multiscalaire et pluri-acteurs. Elles débouchent sur une nouvelle intendance socio-écologique de la nature. Ainsi, la solidarité territoriale apparaît au fondement de la gestion intégrée et de l’intendance des territoires de la biodiversité (Mathevet et Mauchamp, 2005). Selon Houssard (Unesco, 2015), l’intendance est une pratique et une stratégie qui appréhende la gestion de la biodiversité comme un commun (présence d’un collectif et reconnaissance d’un patrimoine) et remet les compétences et les savoir-faire, avec la responsabilité solidaire de collectifs et la délibération au centre de la conservation du patrimoine. Prendre soin de la nature peut être le leitmotiv d’une intendance socio-écologique afin de promouvoir l’engagement social dans la protection de l’environnement et l’exploitation rationnelle et sage des ressources naturelles. Au Sud comme au Nord, il existe, certes, différentes formes d’intendance, de la cogestion à la gouvernance partagée (Ostrom, 1990 ; Borrini-Feyerabend et al., 2005). L’enjeu principal, réaffirmé lors des Assises du vivant de l’Unesco (en 2015), est celui de la qualité du dispositif d’accompagnement et d’animation, sa légitimité, ses outils d’animation, sa capacité à garantir l’enrôlement des parties prenantes et leur engagement continu, à construire des règles communes et un système de contrôle et de sanction.

34Finalement, plus que l’échelle per se, qu’elle soit spatiale ou temporelle, ce sont les processus (bioécologiques et sociopolitiques) et les interactions qui constituent des objets de recherche, et leur complexité invite à accorder une attention particulière aux phénomènes de non-linéarité et de seuil (Sayre, 2005) et à repenser nos liens à la nature dans leurs diversités évolutives et dans leurs interdépendances réciproques, écologiques et sociales, à toutes les échelles (Larrère et Larrère, 2015).

Bibliographie

Références bibliographiques

Agardy T., Notarbartolo di Sciara G., Christie P., 2011. Mind the gap: addressing the shortcomings of marine protected areas through large scale marine spatial planning. Marine Policy, 35, 226-232.

Agyeman J., 2005. Sustainable Communities and the Challenge of Environmental Justice, New York, New York University Press.

Blaikie P., Brookfield H., 1986. Land Degradation and Society, Methuen, Routledge, 250 p.

Bonnin M., Laë R., Behnassi M. (eds), 2015. Les aires marines protégées ouest-africaines : défis scientifiques et enjeux sociétaux, Marseille, IRD, coll. Synthèses.

Borrini-Feyerabend G., Hamerlynck O., 2010. Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal. Proposition de gouvernance partagée. SIRENES Participative Management Project, Phase 2 of the PRCM, Nouakchott/Dakar, PRCM/IUCN/CEESP.

Borrini-Feyerabend G., Pimbert M., Farvar M.T., Kothari A., Renard Y., 2009. Partager le pouvoir : cogestion des ressources naturelles et gouvernance partagée de par le monde, IIUED et UICN/CEESP/TGER, Cenesta, Téhéran, 499 p.

Bouamrane M., Spierenburg M., Agrawal A., Boureima A., Cormier-Salem M.-C., Etienne M., Le Page C., Levrel H., Mathevet R., 2016. Stakeholder engagement and biodiversity conservation, challenges in socio-ecological systems: from biosphere reserves in western Africa and France. Ecology and Society, 21 (4), 25.

Brundtland G.H., 1987. Notre avenir à tous. Rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, 349 p., www.diplomatie.gouv.fr/.

CBD, 1992. Préambule de la conservation in situ. Article 8 alinea J. Convention of Biological Diversity, United Nation, 30 p.

Charles A., Wilson L., 2009. Human dimensions of marine protected areas. ICES Journal of Marine Science, 66 (1), 6-15.

Chartier D., Rodary E., 2015. Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie, politique, Paris, Presses de Sciences Po, Domaine Développement durable, 412 p.

Compagnon D., Constantin F., 2000. Administrer l’environnement en Afrique. Gestion communautaire, conservation et développement durable, Paris/Nairobi, Karthala/IFRA.

Cormier-Salem M.-C., 2002. Le littoral, de ressource à projet de société. Évolution des approches en géographie humaine. Océanis, 28 (1-2), 39-56.

Cormier-Salem M.-C., 2006. Vers de nouveaux territoires de la conservation. Exemple des littoraux ouest-africains. Annales de géographie, 651, 597-617.

Cormier-Salem M.-C., 2014. Participatory governance of Marine Protected Areas: a political challenge, an ethical imperative, different trajectories. Senegal case studies. SAPIENS, 7 (2), 1-13.

Cormier-Salem M.-C., 2015. « Pêche en eau trouble » : évolution des principes et outils de la gouvernance des littoraux ouest-africains. Communication aux Journées d’étude Hydrosystèmes et Hydropolitiques, organisées par le res-EAU P10 (UPX) à l’université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, 3-5 novembre 2015 (soumis pour publication).

Cormier-Salem M.-C., 2017. Let the women harvest the mangrove. Carbone policies and environmental injustice. Sustainability, 9 (8), 1485, Special Issue “Ecological Restoration for Sustainable Forest Management”, 18 p.

Cormier-Salem M.-C., Riegel J., 2015. « L’oiseau des étrangers ». Des chercheurs en prise avec des conflits d’acteurs (Sénégal). In : Fabric-acteurs du patrimoine. Implication, participation et postures du chercheur dans la patrimonialisation (C.E. de Suremain, J.C. Galipaud, eds), Igé/Marseille, L’Étrave/IRD, 231-264.

Cormier-Salem M.-C., Roussel B., 2002. Patrimoines et savoirs naturalistes locaux. In : Développement durable ? Doctrines, pratiques, évaluations (J.Y. Martin, ed.), Paris, IRD, 344 p., 125-142.

Cormier-Salem M.-C., Toure L., Fabre M., Ba Mamadou El Abass B., Bouaita Y., Habert E., 2016. SIRENA, une plateforme participative au service de la gouvernance du delta transfrontalier du fleuve Sénégal. Revue d’ethnoécologie, 9, mis en ligne le 28 juin 2016, http://ethnoecologie.revues.org/2653.

Diouf AM., 1997. Expérience d’une co-gestion d’une zone humide : cas de la gestion intégrée du Parc national des oiseaux du Djoudj et sa périphérie. Project in response to Ramsar, Recommendation 6.3, Dakar, Sénégal.

DPN, 2005. Plan d’aménagement et de gestion du Parc national des oiseaux du Djoudj (PNOD) et sa périphérie. Dakar, Direction des Parcs nationaux du Sénégal.

Dufaux F., Gervais-Lambony P., Hancock C, Lehman-Frisch S., Moreau S., 2010. Premiers pas d’un dialogue. Justice spatiale/Spatial Justice, (2), http://www.jssj.org/issue/octobre-2010-edito/ (consulté le 13 janvier 2015).

Escobar A., 1999. Whose knowledge, whose nature? Biodiversity, conservation, and the political ecology of social movements. Journal of Political Ecology, 5 (1) (electronic journal).

Everard M., Dick J., Kendall H., Smith R., Slee B., Couldrick L., Scott M., McDonald C., 2015. Improving coherence of ecosystem service provision between scales. Ecosystem Services, 9, 66-74, doi:10.1016/j.ecoser.2014.04.006.

Fabre M., Ba El Abass B., Cormier-Salem M.-C., Duvail S., 2014. Waterfowl strategies beyond protected areas. For a new mapping of the Transboundary Biosphere Reserve of Senegal River Delta, Senegal and Mauritania. Conference Contemporary evolution of African floodplains and deltas, Dar Es Salaam, Tanzania, 27-30 mai 2014.

Fabre M., Tall S.A., Ehemba F., Toure L., Mamadou el Abass Ba B., Cormier-Salem M.-C., 2012. Représentation des compromis entre services : le SIG SIRENA, un outil participatif pour la gouvernance du delta du fleuve Sénégal. Communication à l’atelier PATEO/IRD-UGB Saint-Louis, Sénégal, 3-7 décembre 2012, « Services écosystémiques et territoires : pour un cadre d’analyse conceptuel et méthodologique ».

Feyerabend P., 1994. Un monde solidaire est possible. Page d’accueil du site Web de la Fondation Paul K. Feyerabend, https://www.pkfeyerabend.org/fr/.

Feyerabend P., 2014. Philosophie de la nature, Paris, Seuil, coll. L’ordre philosophique, 360 p.

Génot J.C., 1998. Écologiquement correct ou protection contre nature ? Paris, Edisud, 159 p.

Herod A., 2011. Scale (Key Ideas in Geography), USA, Routledge.

INEA, 2009. Application du concept de solidarité écologique dans les Parcs nationaux. Tome 1 : Approfondissement du concept de solidarité écologique. Tome 2 : Approche opérationnelle, rencontre des Parcs nationaux, PNF, Montpellier, 195 et 105 p.

IUCN, 1995. Plan quinquennal de Gestion intégrée du Parc national des oiseaux du Djoudj et de sa périphérie (PQG/PNOD) 1995-1999, International Union for conservation of Nature, http://cmsdata.iucn.org/downloads/oiseau_park.pdf (consulté le 13 janvier 2015).

IUCN, 2004. The Durban Action Plan (revised version, March 2004). In: Vth IUCN World Parks Congress, Durban, South Africa, 8-17 September 2003, http://cmsdata.iucn.org/downloads/durbanactionen.pdf (consulté le 13 janvier 2015).

Janzen D.H., 1983. No park is an island. Oikos, 41, 402-410.

Jollivet M. (dir.), 1992. Sciences de la nature, sciences de la société. Les passeurs de frontières, Paris, CNRS Éditions, 590 p.

Larrère C., Larrère R., 2015. Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, La Découverte, coll. Sciences humaines, 374 p.

Larrère R., Lizet B., Berlan-Darqué M., 2009. Histoire des Parcs nationaux. Comment prendre soin de la nature ? Paris, éditions Quæ/MNHN, 240 p.

Maris V., 2010. Philosophie de la biodiversité. Petite éthique pour une nature en péril, Paris, Buchet-Chastel.

Mathevet R., Mauchamp A., 2005. Evidence-based conservation: dealing with social issues. Trends in Ecology and Evolution, 20 (8), 422-423 (full-text available to subscribers to ScienceDirect).

Mathevet R., Thompson J.D., Delanoë O., Cheylan M., Gil-Fourrier C., Bonnin M., 2010. La solidarité écologique : un nouveau concept pour la gestion intégrée des parcs nationaux et des territoires. Natures Sciences Sociétés, 18, 424-433.

Mietton M., Dumas D., Hamerlynck O., Kane A., Coly A., Duvail S., Pesneaud F., Baba M.L.O., 2007. Water management in the Senegal River Delta: a continuing uncertainty. Hydrology and Earth System Sciences, 4, 4297-4323.

MEA, 2005. Ecosystems and Human Well-Being. Our Human Planet: Summary for Decision Makers, Millennium Ecosystem Assessment, Washington, Island Press, London, Covelo.

Ostrom E., 1990. Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge, Cambridge University Press.

Perreault T., Bridge G., McCarthy J. (eds), 2015. The Routledge Handbook of Political Ecology, Abingdon, Oxon, New York, NY, Routledge, 646 p.

Sayre N.F., 2005. Ecological and geographical scale: parallels and potential for integration. Progress in Human Geography, 29 (3), 276-290.

Schlosberg D., 2007. Defining Environmental Justice: Theories, Movements and Nature, Oxford, Oxford University Press.

Schlosberg D., 2013. Theorising environmental justice: the expanding sphere of a discourse. Environmental Politics, 22, 37-55.

Sikor T., Newell P., 2014. Globalizing environmental justice? Geoforum, 54, 151-157.

Smouts M.C., 2005. Du patrimoine commun de l’humanité aux biens publics globaux. In : Patrimoines naturels au Sud : territoires, identités et stratégies locales (M.-C. Cormier Salem, D. Juhé-Beaulaton, J. Boutrais, B. Roussel, eds), Paris, IRD/MNHN, coll. Colloques et séminaires, 53-70.

Sternlieb F., Bixler R.P., Huber-Stearns H., Huayhuaca C., 2013. A question of fit: reflections on boundaries, organizations and social-ecological systems. Journal of Environmental Management, 130 (0), 117-125.

Unesco, 1996. Biosphere Reserves: the Seville Strategy and the Statutory Framework of the World Network, Paris, Unesco, http://unesdoc.unesco.org/images/0010/001038/103849Eb.pdf.

Unesco, 2013. Report of the 26th Session of the MAB International Co-ordinating Council, Paris, Unesco, , http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/SC/pdf/SC-13-CONF-225-11_Final_Report_en.pdf.

Unesco, 2015. Biodiversité et changement climatique en interaction : créer et vivre d’autres possibles, Paris, Unesco, Assises du Vivant 2015.

Watts M., 2015. Now and then. The origins of political ecology and the rebirth of adaptation as a form of thought. In: The Routledge Handbook of Political ecology (T. Perreault, G. Bridge, J. McCarthy, eds), Abingdon, Oxon, New York, Routledge, 19-50.

Zimmerer K., 2006. Globalization and New Geographers of Conservation, Chicago, University of Chicago Press, 357 p.

Notes

34 UIPN : Union internationale de protection de la nature, devenue UICN, Union internationale de conservation de la nature en 1948 ; CITES : Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages, établie en 1973 à Washington ; CMS : Convention sur la Conservation des espèces migratrices, signée à Bonn en 1979.

35 CBD : Convention sur la diversité biologique, établie en 1992 à Rio de Janeiro ; TEEB : Economics of Ecosystems and Biodiversity, 2008 ; ABS : Access and Benefit Sharing, ou Partage des avantages issus de la biodiversité, qui a débouché sur le protocole de Nagoya entré en vigueur en 2014 ; MEA : Millennium Ecosystem Assessment, 2005.

36 Cet article, concernant la conservation de la biodiversité in situ, tout en réaffirmant la souveraineté des États sur leurs ressources et territoires, reconnaît l’importance des « savoirs, traditions et innovations des communautés autochtones et peuples indigènes » (CBD, 1992).

37 Le socio-écosystème est une entité spatiale, à la fois bioécologique et socioculturelle ; ce terme a été forgé dans les années 1990 pour expliciter la complexité des interactions réciproques entre sociétés et environnements ou encore entre dynamiques écologiques et dynamiques sociales. Le terme de socio-écosystème est ainsi utilisé à la place de celui d’« écosystème » pour signifier qu’il ne s’agit pas d’une entité neutre, d’un simple support physique, mais plutôt d’un construit social, un produit historique, un enjeu de rapports sociaux.

38 Trois dimensions de la justice environnementale sont à prendre en compte : la distribution des bénéfices (ou l’accès aux ressources et espaces), les procédures de décision, la reconnaissance et la participation de tous les acteurs avec leurs savoirs et savoir-faire.

39 Ces recherches s’inscrivent dans le Laboratoire mixte international Patrimoines et territoires de l’eau (LMI Pateo, www.pateo.ird.fr), rattaché à l’unité mixte de recherche Patrimoines locaux et gouvernance (www.paloc.fr) et hébergé à l’université Gaston-Berger de Saint-Louis du Sénégal, de même que la plateforme technique Sirena, Système d’information pour la gestion des ressources et espaces du delta du Sénégal, dont sont issues les données et les cartes (Fabre et al., 2012 ; 2014 ; Cormier-Salem et al., 2016).

40 Aucune aire protégée n’est isolée (traduction par l’auteur).

41 De fait, la notion de développement durable ne sera véritablement popularisée qu’à partir du rapport Brundtland (1987).

42 Dans le cadre de ce texte, nous ne développons pas ces changements de paradigmes, qui ont fait l’objet de publications antérieures (Cormier-Salem, 2002 ; 2006).

43 Cette mesure vise à (re)constituer un réseau écologique cohérent, à l’échelle du territoire national, pour permettre aux espèces animales et végétales de circuler, de s’alimenter, de se reproduire, de se reposer, etc., et ce, pour « continuer à rendre à l’homme leurs services ». Il s’agit bien d’un outil d’aménagement du territoire à des fins à la fois écologiques et socio-économiques.

44 Sites classés « zone humide d’importance internationale » de la Convention Ramsar.

Table des illustrations

Titre Figure 4.1. Zonage et limite de la Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4.2. Le slogan du Parc national des oiseaux du Djoudj, où « le pélican est roi » (© IRD, Sirena/Pateo, M.-C. Cormier-Salem).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 4.3. Le Parc national des oiseaux du Djoudj, Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 4.5. Complémentarité entre sites à l’échelle globale (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 4.6. Complémentarité entre sites à l’échelle du delta du fleuve Sénégal (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 4.7. Complémentarité entre sites entre le Parc national des oiseaux du Djoudj et sa périphérie (© IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20537/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Figure 4.8. Nouveau découpage en trois unités socio-écologiques proposé en 2010 pour la gouvernance de la Réserve de biosphère transfrontière du delta du Sénégal (source : Borrini-Feyerabend et Hamerlynck, 2010 ; © IRD, Sirena/Pateo, Mathilde Fabre).
URL http://books.openedition.org/quae/docannexe/image/20537/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Éditions Quæ, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site