Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une troisième voie entre l’État et le marché

 | 
Martine Antona
, 
François Bousquet

Personnes citées

Texte intégral

1Ashby, Ross
Un des auteurs les plus célèbres du courant systémique. Il a travaillé sur la variété des systèmes, autrement dit le nombre de leurs configurations possibles (comportements, fonctionnements, structurations). Il en a tiré un principe dit de variété requise : un système S1 (système de contrôle) ne peut assurer la régulation d’un système S2 (système contrôlé) que si sa variété est supérieure ou au moins égale à celle de S2. Autrement dit, si un système régulateur n’est pas aussi complexe que le système dont il assure le contrôle, il ne va en réguler que la partie correspondant à son niveau de complexité. Dans un tel cas, soit il réduit les potentiels du système contrôlé (en lui imposant ses propres limitations), soit il se fait déborder par lui. http://bricks.univ-lille1.fr/​M23/​cours/​co/​chap02_02.html.

2Berkes, Fikret
Écologue, professeur à l’université du Manitoba, directeur depuis 1991 de la chaire de recherche du Canada sur les ressources naturelles. Ses travaux se situent à l’interface entre sciences naturelles et sociales, et traitent des communs en mettant l’accent sur la gestion adaptative, la résilience et les connaissances traditionnelles.

3Commons, John Rodger
Économiste de l’université du Wisconsin, décédé en 1945. Il est l’un des fondateurs du courant institutionnaliste américain avec Thorstein Veblen. Ses travaux, qui ont une forte dimension empirique, traitent du travail comme du statut de la propriété privée et s’inscrivent dans un cadre analytique de l’action collective et du rôle des institutions.

4Griffon, Michel
Agronome, spécialiste des pays en développement, directeur d’unité de recherche au Cirad, puis directeur scientifique du Cirad. Il a dirigé le département Écosystèmes et développement durable de l’Agence nationale de la recherche (ANR) de 2005 à 2008 avant d’en devenir directeur général adjoint. Ses travaux ont contribué à développer les concepts de révolution doublement verte et d’intensification écologique de l’agriculture.

5Hardin, Garret
Biologiste américain et professeur d’écologie de l’université de Californie, Hardin a popularisé sous le nom de « La Tragédie des biens communs », dans un article paru dans Science (1968), le problème de la surexploitation des ressources, précédemment analysé dans le cas des pêches, et propose des solutions institutionnelles.

6Morin, Edgar
Sociologue et philosophe français qui a popularisé les notions de système et de complexité en France.

7Olson, Mancur
Économiste, directeur d’un centre de recherche spécialisé dans le soutien aux économies en développement de l’université du Maryland. Ses recherches ont contribué à la théorie des choix publics. Auteur d’un ouvrage, Logique de l’action collective (Olson, 1978), qui a fait date en présentant les caractéristiques de l’action collective comme analogues à celle d’un bien public et en soulignant les conséquences de cette analyse pour les sciences sociales, il s’interroge sur les fondements de l’action collective et conteste sa faisabilité dans de vastes groupes. Font référence à cette théorie plusieurs auteurs et analyses relatives aux origines et à la nature des organisations ou encore aux formes du développement économique. Olson débute son ouvrage de la manière suivante : « Toutes choses égales par ailleurs, plus le nombre d’individus ou de firmes qui bénéficieraient d’un bien collectif est élevé, plus est réduite la part des gains issue de l’action du groupe qu’en retire chaque individu ou firme qui entreprend l’action. En l’absence d’incitations sélectives, l’incitation pour une action du groupe se réduira avec l’augmentation de la taille du groupe, de telle sorte que des groupes étendus sont moins susceptibles d’agir dans leur intérêt commun que des petits groupes » (Olson, 1982).

8Ostrom, Vincent
Politiste et économiste, professeur puis mari d’Elinor Ostrom. Il a créé avec elle en 1973 le Workshop in Political Theory and Policy Analysis. Son travail a largement porté sur l’administration et il a développé le concept de polycentricité avec Tiebout et Warren (1961).

9Simon, Herbert
Politiste et économiste américain. Après une carrière d’enseignant en science politique dans plusieurs instituts de technologie ou d’administration industrielle, il reçoit le prix Nobel d’économie en 1978 pour des recherches qui associent la psychologie cognitive et l’économie des organisations. La rationalité limitée*, procédurale (cadre dans lequel s’inscrit Elinor Ostrom) et la remise en cause de certains des fondements des théories du choix rationnel constituent le cœur de sa pensée. Son intérêt pour les procédures de décisions et l’intelligence artificielle (à base d’informatique) en fait un des pionniers de ces questions aux États-Unis.

10Stern, Nicolas
Économiste britannique, professeur à la London School of Economics, titulaire de la chaire développement durable du Collège de France (2010) et ancien vice-président de la Banque mondiale (2000 à 2003), conseiller économique du gouvernement britannique de G. Brown pour lequel il publie le rapport Stern sur l’économie du changement climatique en 2006, dans lequel il développera le concept du coût de l’inaction dans le domaine du climat.

11Tiebout, Charles Mills
Économiste et géographe américain. Il est connu pour le « modèle Tiebout » dans lequel il suggère une solution non politique au problème du passager clandestin dans les collectivités locales, à savoir « le vote par les pieds », c’est-à-dire le déplacement par des individus qui changent ainsi de lieux. Le choix résidentiel est ainsi expliqué par le niveau d’offre de biens publics locaux, offre financée par les dépenses des collectivités locales.

12Weber, Jacques
Économiste et anthropologue français, fondateur de l’équipe Green du Cirad en 1993, puis directeur de l’Institut français de la biodiversité. Il a développé une analyse des modes d’appropriation des ressources et invité Elinor Ostrom dès 1994 pour un séminaire à la maison Suger des Sciences de l’homme à Paris.

© Éditions Quæ, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access