Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une troisième voie entre l’État et le marché

 | 
Martine Antona
, 
François Bousquet

2 - Enjeux et analyses scientifiques

Postures, représentations, actions : penser la durabilité des systèmes socio-écologiques

Texte intégral

  • 24 Les chercheurs participant à ce groupe ont rédigé des présentations de leurs travaux : P.-M.  (...)

1Les problèmes environnementaux ont pour caractéristique essentielle de mêler étroitement des aspects sociaux et écologiques24. Leur résolution appelle une observation conjointe de ces deux dimensions et de leurs interconnexions, dans une perspective interdisciplinaire. Le concept de système socio-écologique, apparu au fil des années 1990 dans la mouvance des travaux sur la résilience (Mathevet et Bousquet, 2014) et de celle des analyses de la théorie des systèmes (pour une présentation, voir Le Moigne, 2006 [1977]), vise justement à saisir la complexité de telles situations d’action. Il ouvrait alors la voie à une série de travaux dans un champ d’analyse toujours dynamique. Parmi ceux-ci, les propositions formulées par les chercheurs de l’École de Bloomington, autour des travaux structurants d’Elinor Ostrom, occupent aujourd’hui une place centrale.

2Au regard de nos travaux respectifs, le cadre d’analyse et les formes d’interventions publiques auxquelles il a donné naissance posent des questions regroupées en trois grands pôles :

  • la question de la posture d’observation et de sa dimension normative ;

  • celle de l’adéquation entre les fondements théoriques néo-institutionnalistes du cadre et le caractère conflictuel de nombreuses situations de gestion de l’environnement ;

  • et celle du lien du cadre théorique à l’action, entendu ici dans le double sens de sa capacité à identifier, dans une situation donnée, des leviers d’action concrets pour des acteurs réels et de son lien aux doctrines gestionnaires auxquelles il a donné naissance.

Cadre d’analyse des systèmes socio-écologiques

3Elinor Ostrom a en effet proposé dans plusieurs publications une synthèse du cadre théorique élaboré depuis les deux dernières décennies, dans l’optique « de dépasser l’idée de panacée » (Ostrom, 2007) et d’analyser « la durabilité des systèmes socio-écologiques » (Ostrom, 2009a).

4Ce cadre d’analyse, qui accorde une importance particulière à l’action collective, propose de décomposer un système socio-écologique en quatre dimensions internes, deux dimensions externes et des variables relationnelles et de sorties, dont il s’agit de décrire les caractéristiques (figure 2.4) :

  • le système de ressource dans son ensemble ;

  • les unités de ressource qui peuvent en être extraites ;

  • le système de gouvernance afférant ;

  • le groupe d’usager pour les dimensions internes ;

  • le contexte économique et socio-politique, ainsi que les écosystèmes avoisinant pour les dimensions externes.

5L’ambition de ce cadre d’analyse est double :

  • organiser le travail de recherche afin de permettre la comparaison entre différents cas d’études et ainsi la compréhension de ce qui favorise l’action collective et la durabilité d’un système socio-écologique (Ostrom, 2009a) ;

  • offrir des prises à l’analyste pour orienter l’action vers une plus grande durabilité, en particulier en matière de changements vers des modes de gouvernance adaptés à la situation étudiée (Ostrom, 2007).

6Les ancrages théoriques fondamentaux de ce cadre d’analyse très large sont peu précisés dans les différentes publications citées. Ils s’articulent cependant étroitement avec la perspective néo-institutionnaliste développée dès ses premiers travaux par Elinor Ostrom et formalisée dans Understanding Institutional Diversity (Ostrom, 2005) à propos du cadre de l’Institutional Analysis and Development. L’accent est ainsi mis sur l’analyse des institutions, entendues comme l’ensemble des règles, formelles ou informelles, qui structure les interactions sociales, politiques, économiques des hommes en société, afin de caractériser les formes de l’action collective. Le cadre d’analyse des systèmes socio-écologiques présenté par Elinor Ostrom fait ainsi deux hypothèses implicites fondamentales et intimement liées :

  • la coordination entre les multiples acteurs impliqués dans un système socio-écologique est au cœur du ou des problèmes d’environnement à régler et doit donc être au centre de l’analyse à mener ;

  • la résolution de ces problèmes passe alors logiquement par une amélioration de la coordination, l’apaisement des dissensus, voire leur éradication. Ces deux hypothèses structurent fortement tant le cadre d’analyse que l’utilisation qui en est faite en termes gestionnaires. Ainsi, l’accent est mis sur les aspects de gouvernance et ses modalités, très peu sur les actions à conduire pour favoriser l’atteinte d’objectifs sociaux, environnementaux ou politiques.

Clarifier la relation entre le chercheur et l’objet de son étude, point d’entrée dans le cadre théorique

7L’ambition de ce cadre est d’apporter des éclairages sur la durabilité globale des systèmes socio-écologiques, sans précision particulière du point d’entrée initial – environnemental, économique, social, politique – à l’aune duquel l’analyste organisera son observation. De ce point d’entrée initial dépend pourtant le choix des variables de sortie du « fonctionnement » du système socio-écologique qui seront prises en compte. Elinor Ostrom (2007) considère sur ce point que le cadre d’analyse qu’elle propose est suffisamment ouvert pour ne rien présager du type de questions auxquels il permet de répondre. Cependant, le principe même d’un cadre d’analyse universel, qui permettrait de « cartographier » systématiquement tous les problèmes de gestion de l’environnement et des ressources naturelles, nous semble négliger le fait que construire une représentation du monde, c’est déjà sélectionner, dans la multitude du réel, certains éléments au détriment d’autres. C’est donc se résoudre à répondre à certaines questions et pas à d’autres. Pour reprendre les termes de Le Moigne (2006 [1977]), « modéliser, c’est décider ». Selon que l’on mette l’accent sur les dimensions économiques, sociales, environnementales, politiques, idéologiques ou philosophiques d’un problème d’environnement, que l’on considère plus ou moins explicitement que sa résolution passe par la coordination, par l’incitation, la coercition ou l’action stratégique, on ne construira pas la même représentation du monde.

  • 25 Cette remarque est d’autant plus importante que, dans l’introduction au numéro spécial (...)

8En l’occurrence, le cadre d’analyse développé par Elinor Ostrom et ses collègues est caractérisé par une préoccupation environnementale qui peut s’exprimer en termes de rendement soutenable de l’exploitation d’une ressource et par une hypothèse forte sur le fait que c’est par la coordination que des problèmes de gestion de l’environnement peuvent se régler. La lecture du monde qu’il organise permet donc de répondre à des questions du type : quels sont les systèmes de règles de gouvernance permettant d’éviter la surexploitation d’une ressource ? Quelles sont les dimensions du système ainsi représenté sur lesquelles agir pour favoriser l’action collective (Ostrom, 2007) ? Cependant, ces questions-là ne sont pas les plus pertinentes dans toutes les situations de gestion de l’environnement et, en conséquence, cette représentation générale n’est pas nécessairement déterminante dans toute analyse de gestion de l’environnement25. Comme l’indique Godard (1997), les articulations entre préoccupations, acteurs, solutions sont spécifiques à chaque problème et à chaque manière de les aborder ; vouloir en donner une représentation unifiée pour permettre la comparaison des études de cas est certes louable, mais nous semble hors de portée. Les contextes, les questions, les cadres d’analyses sont construits, non donnés. Plutôt qu’ils n’émergent, ils sont construits soit en relation avec une question particulière, soit en relation avec d’autres contextes. Cela d’autant que les systèmes socio-écologiques sont ouverts aux évolutions d’autres groupes sociaux que les communautés locales qui tentent de les transformer. La dimension normative portée par l’analyste doit donc être questionnée, tout comme celle du cadre d’analyse puisque tantôt cette dimension oriente, tantôt conditionne ou encore détermine le fruit de l’examen comme sa mise en opération (encadré Eau et gouvernance).

Une perspective néo-institutionnaliste parfois inadaptée

9Ainsi, un des aspects déterminant fortement la structure du cadre d’analyse proposé réside dans son parti pris institutionnaliste, ou plus précisément néo-institutionnaliste. Ce parti pris conduit à considérer que, pour comprendre la forme que prennent les interactions sociales de tous ordres – et en particulier celles qui conduisent les acteurs à coopérer, à agir ensemble pour réguler leur rapport aux ressources naturelles –, la meilleure chose à faire est d’analyser l’évolution des institutions, c’est-à-dire des règles qui régissent ces interactions. Plus précisément, dans la perspective néo-institutionnaliste du choix rationnel adoptée par Ostrom (Hall et Taylor, 1997), l’accent est mis sur la possibilité qu’un acteur investisse des ressources en faveur de l’adoption et/ou du respect de règles favorables à une gestion soutenable de l’environnement, en fonction de la manière dont il se représente les coûts et les bénéfices associés à un changement éventuel de règles (Ostrom, 1990, 2009a). Nous souhaiterions ici discuter la portée analytique d’une telle hypothèse dans un certain nombre de situations récurrentes en matière d’environnement, marquées soit par l’importance des conflits (que Ostrom mentionne d’ailleurs, citant Berkes et Ostrom, 2007), soit par la mise en rapport de groupes sociaux très différents (c’est le cas des politiques publiques, des projets environnementaux ou de développement rural dans le cadre des relations Nord-Sud).

10Prenons le cas des situations conflictuelles, qui renvoient à des contextes de forte tension sur la ressource ou dans lesquels les préoccupations relatives aux problèmes environnementaux ne sont pas partagées par les groupes d’acteurs en présence (voir encadré Zones humides et Political Ecology : conflits et interactions stratégiques). Dans ce type de situations, la mise en place d’institutions de gouvernance de l’environnement et/ou des ressources naturelles met en compétition des individus ou des groupes d’acteurs pour l’accès à la ressource ou pour la qualification des usages légitimes qui peuvent en être faits. Les rapports de force entre acteurs, le caractère stratégique de leur comportement – par exemple lorsqu’il s’agit pour eux de s’opposer à des initiatives visant à améliorer les qualités environnementales du système socio-écologique considéré – doivent alors être pris en compte attentivement pour comprendre la forme même des régulations qui émergent et leurs conséquences différenciées tant environnementales que sociales (Mermet, 2011). Or, comme le rappelle Friedberg (1998), se focaliser sur les règles pour essayer de comprendre les formes d’action collective (compétition, collaboration, rapports de force), c’est laisser de côté une dimension fondamentale de toute situation d’action, en particulier lorsque celle-ci est conflictuelle : le fait que les règles s’actualisent sans cesse dans des pratiques concrètes, par lesquelles les acteurs peuvent chercher à les contourner ou à en instituer de nouvelles, en fonction de leurs contraintes et des ressources dont ils disposent.

11Si ce dernier point s’avère particulièrement important pour analyser des situations conflictuelles à différents égards, il l’est tout autant dans des situations peut-être moins conflictuelles mais dans lesquelles un intervenant extérieur (projet de développement, action de l’État ou toute autre forme d’action publique) cherche à instaurer de nouvelles formes de gestion des ressources naturelles qui seraient, selon les cas, « partenariales », « participatives », « collectives », voire « communautaires ». La grille d’analyse proposée risque alors de se concentrer sur les arrangements locaux élaborés dans le cadre des dispositifs mis en place, considérés comme le cœur du système socio-écologique, négligeant ou oubliant alors d’interroger :

  • le contexte social et historique plus large dans lequel s’inscrit cette intervention ;

  • les relations qui s’établissent, à travers cette intervention, entre action publique et « groupes cibles », relations qui doivent, pour comprendre ce qui se joue, être mises au centre de l’analyse, ainsi que l’ont bien montré différents travaux en socio-anthropologie du développement (Olivier de Sardan, 1995 ; Blundo, 2011).

Quel rapport à l’action ?

12L’analyse des systèmes socio-écologiques se veut, comme l’expliquent Ostrom et al. (2007), une « science appliquée » ; c’est dire que l’ambition est bien de produire une connaissance actionnable, à tout le moins pertinente, pour agir. Selon nous, les chercheurs travaillant sur l’analyse des systèmes socio-écologiques dans la perspective d’Elinor Ostrom ne sont pas encore parvenus à franchir deux obstacles : l’un pratique, l’autre théorique ou analytique.

13Sur le plan pratique, les réflexions que tirent les chercheurs de l’École de Bloomington de l’analyse des systèmes socio-écologiques sont majoritairement portées vers la question de leur mode de gouvernance. L’enjeu est clair : déterminer, dans différentes situations, l’architecture institutionnelle la plus à même de conduire à une plus grande durabilité du système socio-écologique. Pourtant, alors qu’appeler à un changement des modes de gouvernance implique que ce changement vienne de quelque part, ou plus précisément soit porté par un acteur ou un groupe d’acteurs, l’essentiel des contributions se trouvent relativement muettes sur ce point. Certes, il faut du changement, nous dit-on, mais les questions de qui doit agir et comment pour que ce changement se produise effectivement ne sont que rarement posées. Faut-il en déduire que le changement se fera par ajustement mutuel entre les parties prenantes, éclairées par les analyses produites par la recherche ? Pour Robbins (2004) et Crozier et Friedberg (1981 [1977]), ce n’est pas le cas et l’ajustement mutuel conduit rarement au changement, mais bien à un renforcement des rapports de pouvoir existants. C’est ce que rappelle également Laurent Mermet (2011), constatant la difficulté avec laquelle ce qu’il appelle les « approches collaboratives » dans le champ de l’environnement pensent la question de l’action de changement (voir encadré Analyse stratégique de la gestion environnementale et modelisation d’accompagnement).

  • 26 Il est possible d’analyser ces changements de politique publique qui ont touché qua (...)

14Si cette question-là n’a été que rarement posée par les chercheurs de l’École de Bloomington, c’est peut-être parce que depuis près de deux décennies, l’influence de leurs travaux sur la définition des politiques publiques et des programmes internationaux de gestion des ressources naturelles, en particulier dans les pays du Sud, n’a fait que croître (voir encadré Mise en pratique de la gestion participative des ressources naturelles) ? Cela a conduit à de nombreuses réformes en faveur d’une meilleure prise en compte des capacités d’action collective des usagers (Agrawal, 2007)26. Pour autant, si de telles politiques publiques ont bel et bien été mises en place avec des conséquences variables, rares sont les travaux qui, cherchant à tirer les bilans de ces interventions, ont réellement mis en regard les dynamiques politiques, sociales et gestionnaires résultant des interactions entre action publique et sociétés locales dans la gestion des ressources naturelles (Agrawal et Ostrom, 2001). Le cadre d’analyse des systèmes socio-écologiques proposé par Ostrom et ses collègues est ainsi très souvent mobilisé pour orienter le changement des politiques publiques, mais se trouve bien muet pour rendre compte des dynamiques engendrées par ces changements.

Eau et gouvernance

L’eau est un parfait exemple du besoin de créer de nouvelles formes de gouvernance. Il ne s’agit pas seulement de mettre au point de nouveaux outils mais de regarder une situation en recherchant le degré de gouvernabilité qu’il est possible de lui appliquer. L’eau peut être ainsi abordée en distinguant les aspects qui bénéficient d’une gouvernabilité forte et ceux pour lesquels il faut accepter qu’ils ne soient qu’à gouvernabilité faible. Une telle manière d’envisager des « réflactions » (selon l’expression d’Edgar Morinψ, contraction de réflexion et d’action) suppose d’abandonner l’idée qu’il existerait un problème de l’eau et que, une fois posé, ce problème pourrait être résolu. De même, la référence habituelle à un « projet global » s’avère totalement impossible à construire. Les modèles que les « ingénieurs-économistes » français ont su construire, avec succès, dans le cadre de la planification, pour découvrir la solution optimale sous contraintes, ne peuvent être transférés à de nouveaux biens tels que les biens communs, au premier rang desquels l’eau.

L’amoncellement des externalités de toutes sortes, au sein desquels sont imbriqués l’économique et le social, le court terme et le long terme, des progrès techniques mineurs et majeurs, des multiples scénarios parfois contradictoires, a pour conséquence inévitable que la loi de la variété requise d’Ashbyψ s’applique parfaitement, et que donc « l’inversion de contrôle » se produira. Le commandé l’emportera sur le commandeur. Les externalités ne se décrètent pas ; certes, l’analyse est capable de détecter certaines d’entre elles, mais c’est grâce à une démarche de démocratie participative active que se découvrent et s’internalisent les externalités ressenties par les acteurs, ce qui implique aussi des démarches multi-acteurs.

Ici encore, l’exemple de l’eau est tout à fait pertinent. Il porte sur les relations entre les progrès techniques et la pauvreté, et au-delà sur des conséquences inattendues et donc in-envisagées. On sait par exemple que, dans certains pays d’Afrique subsaharienne et dans certaines circonstances, l’installation de bornes fontaines a eu pour conséquence de diminuer fortement le nombre de viols des petites filles et l’accroissement de leur scolarité ! Une attention toute particulière doit donc être portée à ces « circonstances », ce qui veut dire, étymologiquement, ce qui se tient autour.

 

Zones humides et political ecology : conflits, interactions stratégiques

Les zones humides sont d’excellents modèles pour comprendre l’évolution des systèmes socio-écologiques élargis. Elles sont caractérisées par des conditions d’incertitude changeantes, connaissent des adaptations et des aménagements récurrents au fil du temps, et demandent souvent des innovations en termes de gestion collective du fait des interdépendances biologiques et hydrologiques. La gestion de l’eau et de la biodiversité met ainsi en jeu les problématiques de l’action collective et des interactions stratégiques dans la gestion d’un système socio-écologique élargi. Dans notre cas d’étude, la roselière des étangs du Charnier et du Scamandre dans la réserve de biosphère de Camargue (Mathevet, 2004), nous nous sommes intéressés à la dynamique de systèmes socio-écologiques élargis confrontés à une crise environnementale (régression qualitative et quantitative des massifs de roseaux, déclin significatif du nombre des hérons nicheurs). Les usagers étaient en compétition, quelquefois violente, pour l’accès à l’espace et à la gestion de l’eau. Il s’est agi alors d’identifier et de promouvoir des pratiques de gestion qui maintiennent la roselière, en conciliant les besoins écologiques de la faune avec les activités humaines. Nos travaux de recherche-action et de modélisation d’accompagnement ont montré que les conflits contemporains relatifs à l’accès aux ressources et à la gestion de l’eau pouvaient donner lieu à des compromis (Mathevet et al., 2003 ; Poulin et al., 2006). Mais ils révèlent aussi que les conflits de pouvoir anciens sont reformulés et s’expriment dans des conflits entre environnementalistes, chasseurs et exploitants de roseaux. La gestion environnementale de l’eau et du territoire traverse et requalifie ce dernier. L’approche political ecology contribue alors grandement à l’identification des rationalités situées et aide à mieux appréhender la place des relations de pouvoir, et des relations économiques et politiques entre les acteurs dans les processus socio-écologiques (Mathevet et Couespel, 2012 ; Mathevet et al., 2015).

 

Analyse stratégique de la gestion environnementale et modélisation d’accompagnement

L’analyse stratégique de la gestion de l’environnement (ASGE) fournit un cadre théorique ancré dans les sciences de gestion (Mermet, 1992 ; Mermet et al., 2005). En plaçant les rapports de forces et les conflits au centre de son analyse ainsi que la notion d’action stratégique de changement, l’ASGE implique une posture critique (Leroy, 2010 ; Mermet, 2010). Son objectif est de clarifier les conditions d’atteinte d’objectifs environnementaux collectivement fixés.

L’ASGE se base alors sur l’élaboration d’un référentiel normatif (état du système socio-écologique élargi à atteindre sur son volet écologique) pour produire une analyse de la gestion de l’environnement distinguant la gestion effective – toutes les actions qui, délibérément ou non, affectent négativement le système socio-écologique élargi au regard du référentiel normatif défini – de la gestion intentionnelle – les actes de gestion intentionnellement mis en œuvre dans le but de restaurer ou de préserver les qualités écologiques de ce système. Cette analyse approfondie des systèmes d’action permet de développer un troisième volet, stratégique et plus ou moins prescriptif selon les contextes de recherche-action, qui vise l’identification et l’évaluation des marges de manœuvre possibles des acteurs et leur traduction en termes d’actions de changement à entreprendre (Mermet et al., 2005).

Tout comme l’ASGE, la modélisation d’accompagnement – selon la posture de recherche adoptée par les signataires d’une charte (ComMod, 2005) – offre des principes méthodologiques et un choix d’outils méthodologiques, mais n’impose ni un modèle ni une procédure. L’approche considère l’apprentissage collectif comme un processus déterminant pour parvenir à des formes d’interactions coopératives (ComMod, 2006). Elle met également en exergue la pluralité d’interprétations du système par les acteurs qui le composent en fonction de leurs normes et de leurs valeurs (ComMod, 2005). La modélisation d’accompagnement consiste à mettre en œuvre une démarche de modélisation participative itérative et continue. Cette approche contribue à clarifier et à partager les points de vue, les normes, les valeurs des acteurs qui ont conduit à la situation étudiée. L’usage de simulateurs informatiques, de jeux de rôles permet de stimuler l’apprentissage collectif sur le système en créant, en modifiant ou en observant un modèle et des simulations avec les acteurs. Si la modélisation d’accompagnement n’échappe pas aux entraves liées aux jeux de pouvoirs et aux problèmes d’équité de toutes démarches participatives, les travaux de ce groupe de chercheurs (pour une synthèse, voir Étienne, 2010) montrent trois grands types d’effets sociaux :

  • la production d’une connaissance robuste socialement qui nourrit le processus de construction de politiques publiques ou de choix collectifs ;

  • un apprentissage social pour résoudre des problèmes pratiques ;

  • une mise en capacité des acteurs qui les met en situation de participer aux changements sociopolitiques et à la transformation du système socio-écologique élargi.

 

Mise en pratique de la gestion participative des ressources naturelles

Toute une littérature, développée notamment autour des travaux d’Elinor Ostrom (1990), a souligné que les institutions locales, et donc les communautés qui en sont le support, sont fondamentales dans la gestion efficace et durable des ressources naturelles. Bien qu’elles aient un avantage comparatif dans la gestion de ces ressources par rapport à l’État, ces communautés échouent parfois, tout comme l’État, à gérer de manière efficiente les ressources naturelles (Jones et Murphree, 2004 ; Hutton et al., 2005). Cependant, les travaux d’Elinor Ostrom et de ses collaborateurs ont eu une influence significative sur la mise en œuvre de politiques de préservation des ressources naturelles dans les pays en développement. Ils ont offert des outils d’analyse comme le cadre de l’Institutional Analysis and Development, qui peut permettre d’analyser la mise en pratique de l’approche participative par les bailleurs de fonds, notamment les institutions de Bretton Woods qui en ont fait la clé de voûte de leurs programmes de développement dans les pays en développement, via les projets à conditionnalités, exigeant l’implication des populations locales et de certaines organisations non gouvernementales.

Utiliser le cadre de l’Institutional Analysis and Development pour évaluer la mise en place des politiques de gestion participative dans les pays en développement permet de déconstruire un certain nombre d’idées reçues en interrogeant le contexte historique et institutionnel dans lequel la gestion participative a émergé, pour ensuite analyser les modèles d’interactions situés entre les acteurs (Ballet et al., 2009a). Il en ressort qu’il ne saurait y avoir de solution miracle simple pour des problèmes complexes (Ostrom, 2007), car les projets de gestion participative sont loin d’aboutir systématiquement aux résultats positifs attendus. En fait, ils peuvent être particulièrement consommateurs de temps, coûteux et destructeur de capital social (Conley et Moote, 2003) et source de conflits d’usage (Ballet et al., 2009b, 2011). L’enjeu réside alors dans l’analyse de la mise en place des projets de co-management et des interactions entre l’État et les communautés locales, sachant que ces rapports reposent sur un lourd héritage colonial de la gestion foncière caractérisée par une violence institutionnelle (Ballet et al., 2009b). Certes, le cadre participatif favorise la pluralité des projets à travers diverses formes d’arrangements institutionnels. Il privilégie aussi cependant un modèle dominant d’interaction basé sur la recherche de rente sur des projets non pérennes du fait de leur mode de financement et d’implémentation. De ce fait, les logiques de mises en œuvre des projets participatifs apparaissent décalées avec les pratiques des populations, en renforçant les inégalités sociales (Ballet et al., 2009a, 2011).

 

Coopération intra-groupes et compétition inter-groupes : les conditions d’émergence des modes de gestion collective

Il existe, dans le haut Atlas central, différents dispositifs coutumiers de gestion des ressources naturelles, en particulier les agdals. La mise en agdal d’un espace-ressource consiste à en interdire l’accès temporairement afin d’en assurer la régénération ; l’agdal peut ainsi concerner des parcours, des espaces forestiers, des vergers d’arganier dans le Sud marocain, etc. Dans le cas des espaces forestiers de la vallée des Aït Bougmez, les agdals sont mis en place au niveau de chaque village, dans lesquels ils ont permis la conservation de « patchs » forestiers de superficies variables en fonction des villages (Hammi et al., 2010). Plusieurs travaux se sont appuyés sur les grilles de lecture de l’École de Bloomington pour rendre compte du maintien et de la relative efficacité de ces formes particulières de gestion (Romagny et al., 2008). Au niveau des villages, le mode d’élaboration, de suivi et d’application des règles de gestion a été particulièrement bien étudié ; les caractéristiques de ces systèmes de gouvernance rassemblent ainsi l’ensemble des facteurs listés par Ostrom comme favorable à une exploitation soutenable des ressources, ce qui permettrait d’expliquer comment des patchs forestiers ont pu être conservés dans un contexte de forte augmentation de la demande. Néanmoins, dès lors que l’observation se déplace de l’échelle villageoise à celle de la vallée, le constat est celui d’une dégradation importante de la ressource en dehors des agdals forestiers. En effet, la mise en place de ces agdals forestiers s’est faite dans un contexte extrêmement conflictuel entre les villages, ce qui a conduit à de fortes dégradations dans l’ensemble des espaces frontaliers (Lecestre-Rollier, 1986). Dans une telle situation, les différents travaux s’étant focalisés sur les règles de gestion intra-groupe ont le plus souvent éludé le processus d’appropriation compétitive entre groupes qui a présidé à la création de l’agdal, et dont les conséquences, sociales et environnementales, sont importantes. C’est bien l’importance stratégique pour un groupe de « déclarer » l’agdal sur un espace donné en tant que moyen d’appropriation vis-à-vis d’autres groupes qui doit être considérée, ce qu’une approche plus stratégique de l’action organisée permet plus facilement (Aubert, 2010).

Notes

24 Les chercheurs participant à ce groupe ont rédigé des présentations de leurs travaux : P.-M. Aubert (AgroParisTech, MRM Montpellier). Collective management, cooperative strategies and competition between groups in natural resources’ management: a case study in the Moroccan High Atlas ; R. Mathevet (Cefe CNRS Montpellier). Vulnerability, adaptation and institutional changes over time: insights from the Camargue biosphere reserve; J. Ballet, J.M. Koffi, K.B. Komena (IRD/UVSQ, Université de Bouaké). The importance of the context in the implementation of participatory management of natural resources in developing countries ; P. Cardoso (Université de Paris 1). Analyzing the governance of social and ecological systems: the case study of Galapagos Islands ; R. Le Duff (Université de Caen). The world governance of water as the archetype of common goods’ governance.

25 Cette remarque est d’autant plus importante que, dans l’introduction au numéro spécial « Au-delà des panacées », Ostrom, Janssen et Anderies (Ostrom et al., 2007 auraient une fâcheuse tendance à vouloir représenter l’intégralité des problèmes d’environnement par un petit nombre de modèles formels. Bien qu’indubitablement plus à même d’intégrer la complexité que la plupart des modèles économiques ou économétriques appliqués à la gestion de l’environnement, le cadre d’analyse proposé par Ostrom tombe selon nous sous le coup de la même critique en considérant qu’un même cadre d’ensemble peut organiser l’analyse de tout type de situation de gestion de l’environnement.

26 Il est possible d’analyser ces changements de politique publique qui ont touché quasiment tous les pays du Sud en mobilisant le concept de communauté épistémique développé par Haas (1992). On peut alors constater qu’une véritable communauté épistémique de l’école des communs s’est développée à la fin des années 1980, regroupant de nombreux chercheurs, experts et décideurs, dont l’influence s’est exercée dans de multiples arènes (Aubert, 2010).

© Éditions Quæ, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access