Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une troisième voie entre l’État et le marché

 | 
Martine Antona
, 
François Bousquet

2 - Enjeux et analyses scientifiques

Capital social et action collective

Texte intégral

1Les travaux d’Elinor Ostrom sur la gestion des « ressources communes » (Common-pool resources) ont mis en évidence l’importance d’une nouvelle voie de coordination, entre État et marché, par des individus capables de s’auto-organiser et de s’auto-gouverner.

  • 20 Les chercheurs participant à ce groupe ont rédigé des présentations de leurs travaux : (...)

2Ils posent la question des institutions les plus appropriées pour favoriser la coordination et la communication entre acteurs. Ces institutions sont conçues comme un ensemble de règles formelles et informelles structurant l’action collective, c’est-à-dire façonnant les interactions entre les acteurs. Le modèle Institutional Analysis and Development Framework, proposé face à la variété des situations dans lesquels les êtres humains interagissent, vise à comprendre les interactions entre acteurs et leurs conséquences dans divers cadres (interactions au sein de marchés, de familles, de communautés, d’organisations, d’agences gouvernementales…). Les travaux des groupes de chercheurs20 associés à Elinor Ostrom ont mis en évidence que les utilisateurs/usagers de ressources s’organisaient avec succès, mettant ainsi en question la présomption selon laquelle il n’est pas possible pour des utilisateurs de régler (de façon autonome) les dilemmes sociaux auxquels ils sont confrontés.

3Les notions de capital social et d’action collective sont au centre de ces recherches (Ostrom et al., 1994). En effet, pour Elinor Ostrom, un groupe, une communauté organisée, ayant su développer une confiance mutuelle, générée par des communications « en face-à-face » et des relations informelles, est capable de mettre en œuvre une coordination efficace et durable. Cette coordination nécessite des transferts de connaissances, des échanges d’informations et des traductions à différents niveaux. En d’autres termes, ces interactions qui sont régies par des normes, des règles et des croyances partagées forment un « capital social », source d’action individuelle et collective : « Le capital social est le partage de la connaissance, de la compréhension, des normes, des règles et des anticipations à propos des formes d’interaction que des groupes d’individus mobilisent pour une activité récurrente » (Ostrom, 1990).

4La définition et les conditions d’émergence de ce capital social sont débattues dans la littérature. La présente contribution met en perspective le rôle des contextes œuvrant à la formation de ce capital social, au travers des études réalisées par le collectif de chercheurs. Elinor Ostrom est interrogée sur les relations entre capital social, action collective et État :

  • le capital social et l’action collective peuvent-ils jouer un rôle de catalyseur pour l’action publique ? Si oui, comment l’État adapte-t-il ses actions face à cette troisième voie que représente l’action collective ?

  • l’État est-il un simple contexte ou peut-il être un acteur des mécanismes d’auto-organisation ?

  • 21 Depuis longtemps, l’analyse économique de l’entreprise distingue le « capital matériel », com (...)

5Le concept de « capital social » est plus récent et a un statut moins établi que celui de capital matériel ou humain, voire naturel21. Il est le moins tangible de tous les capitaux puisqu’il n’existe que par les relations tissées entre et par des individus. À partir d’une « note provisoire » de Bourdieu (1980) et d’un article fondateur de Coleman (1988), cette notion s’est peu à peu imposée.

6Pour Bourdieu, le capital social est « l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’inter-connaissances et d’inter-reconnaissances ; ou, en d’autres termes, à l’appartenance à un groupe comme ensemble d’agents qui ne sont pas seulement dotés de propriétés communes […] mais aussi unis par des liaisons permanentes et utiles » (Bourdieu, 1980). Autrement dit, « le capital social représente les ressources relationnelles que des acteurs individuels peuvent mobiliser à travers leurs réseaux de relations sociales » (Arrègle et al., 2004).

7Pour Coleman (1998), « le capital social est défini par ses fonctions ». Il caractérise le capital social à travers les obligations et les attentes réciproques tissées entre les parties prenantes, les canaux d’information privilégiés et les normes sociales régulant les comportements. Le capital social s’appuie donc d’abord sur la confiance dans le fait que l’appartenance au réseau confère à ses membres des avantages particuliers et exclusifs. Les canaux d’information dont bénéficient les membres du réseau leur permettent d’avoir accès rapidement et à un moindre coût à des informations utiles pour l’action. Enfin, l’existence de normes, qu’elles soient ou non intériorisées par les personnes, est un vecteur puissant de constitution d’un capital social. Pour Coleman, les structures les plus à même de produire des normes, de développer la confiance nécessaire au développement d’obligations et d’attentes réciproques, sont les structures sociales fermées. « La réputation ne peut apparaître dans une structure ouverte où les sanctions collectives qui assurent la confiance ne peuvent être appliquées ».

8Ces caractéristiques seront reprises par Nahapiet et Ghoshal (1998). Les auteurs mettent ainsi en évidence quatre conditions d’émergence d’un capital social : le temps, l’interdépendance, les interactions et la fermeture du réseau.

  • Le temps : la stabilité et la continuité des relations constituent un prérequis au développement d’une confiance et de comportements de coopération.

  • L’interdépendance : l’enracinement du capital social dans des organisations est à même d’encourager l’identification, la coopération et la prise de risque.

  • Les interactions : plus on utilise ce capital social, plus il se développe. Par conséquent, il convient de prévoir des espaces de discussions, d’échanges permettant ces interactions.

  • La fermeture du réseau : des frontières à travers une identité commune, un langage commun, des normes permettent de délimiter les contours du capital social.

9Putnam, dont l’essai « Bowling alone » (1995) a beaucoup fait pour faire connaître ce concept, caractérise le capital social comme une composante organisationnelle à l’échelle de la société. Il le définit en faisant référence aux « caractéristiques de l’organisation sociale, telles que les réseaux, les règles et la foi en l’action collective qui facilitent la coordination et la coopération » (Putnam, 1995, in Bevort et Lallement, 2006).

10Elinor Ostrom s’appuie sur les deux dimensions du capital social – la dimension microéconomique et locale (Coleman, Bourdieu) et la dimension macroéconomique et environnementale (Putnam) – et recommande d’emboîter les deux niveaux pour discuter de l’articulation d’un certain nombre d’arrangements, d’agencement institutionnels au sein d’une société. Elle préconise ainsi la prise en compte du contexte dans lequel ces interactions prennent place :

  • le « micro-contexte » qui peut être appréhendé par les attributs spécifiques d’une situation dans laquelle les individus interagissent directement ;

  • le « macro-contexte » qui correspond au système socio-écologique dans lequel des groupes d’individus prennent leurs décisions.

11Les résultats empiriques des études menées (Poteete et al., 2010) montrent que certains attributs/caractéristiques des micro-situations affectent le niveau de coopération atteint par les participants dans la mise en place de cadres permettant de traiter des dilemmes sociaux. Ces attributs des micro-situations sont les suivants :

  • possibilité d’une communication en face-à-face, considérée comme un des vecteurs les plus puissants de coopération (Ahn et al., 2010) ;

  • connaissance de la réputation des participants ;

  • rendement marginal élevé ;

  • possibilité d’entrée et de sortie à faible coût ;

  • horizon à long terme ;

  • accord sur la capacité des acteurs à produire leurs propres sanctions (les systèmes externes, imposés, réduisent la coopération).

12Micro et macro-contextes font référence à des institutions, à de la connaissance et à de l’apprentissage, à des représentations partagées pour lesquels la constitution et le fonctionnement du capital social sont déterminants. Pour Elinor Ostrom, les concepts de compréhension partagée et de pérennisation des connaissances, le partage des savoirs sont une dimension fondamentale du capital social. Ce capital social est en effet dépendant des personnes qui le composent (un turn-over élevé dissipe le capital social) ; il nécessite, pour les nouveaux venus, une initiation, une formation aux schémas établis d’interactions (socialisation, capitalisation) qui le caractérisent. Il suppose enfin un fort niveau de confiance et de réciprocité. Si le capital social partage des caractéristiques communes avec le capital humain, entendu comme les connaissances et les compétences que des individus apportent à une activité, la création d’un capital social est ici nécessaire pour permettre l’interaction entre différents niveaux de capital humain, à travers des processus de médiation, de traduction et de co-production de connaissances. Un des enjeux à venir reste la formalisation adaptée des « savoirs tacites » – tels que ceux, millénaires, des populations népalaises sur les systèmes d’irrigation – de façon à les transmettre aux générations suivantes.

13De plus, les individus affrontant des dilemmes sociaux sont aussi affectés par un ensemble plus large de variables contextuelles reliées aux caractéristiques des systèmes socio-écologiques dans lesquelles ils interagissent. Les variables les plus importantes à cette échelle varient suivant le type d’interaction (contrôle, conflit, lobbying, auto-organisation) et le type de résultat attendu sur le long terme (régulation d’une exploitation excessive, régénération de la biodiversité, résilience d’un système écologique…). Un ensemble de dix variables liées au système socio-écologique a été mis en évidence (Ostrom, 2009 ; Basurto et Ostrom, 2009), parmi lesquelles : la taille, la productivité, la prédictibilité du système de ressource, l’étendue de la mobilité des ressources, l’existence de règles de choix collectif pouvant être adoptées par les utilisateurs (figure 2.4). À cela viennent s’ajouter quatre variables relatives aux utilisateurs : nombre d’utilisateurs, existence parmi eux d’un leader, connaissance par les utilisateurs du système socio-écologique et importance à leurs yeux de celui-ci. Ces variables affectent la probabilité que des utilisateurs s’auto-organisent dans le but de surmonter un dilemme de partage/allocation/gestion de ressources communes.

Les niveaux d’analyse du rôle du capital social et le contexte

14Combinant des approches méthodologiques variées sur des problématiques diverses, les travaux des auteurs de ce chapitre interrogent le rôle du capital social et articulent trois niveaux d’analyse fondés :

  • sur les relations inter-individuelles avec deux cas analysés en France et au Bénin où l’action collective n’est pas explicite (encadré Micro-contexte et formation du capital social) ;

  • sur les relations au sein et entre organisations de producteurs au Vietnam, pour une action collective relative à la qualité sanitaire des produits alimentaires (encadré Micro-contexte et attributs de la situation d’interaction) ;

    • 22 « La perspective d’analyse du tiers secteur […] a été théorisée par les travaux du Johns (...)

    sur les relations entre institutions où la constitution du capital social est analysée au travers du rôle des normes, des valeurs sociales et de l’État, et illustrée notamment par les travaux sur le don aux organisations du tiers-secteur22 (encadré Revisiter le don à la lecture du capital social).

15La synthèse de ces travaux pose des questions sur le capital social dans un micro-contexte et dans un macro-contexte.

Capital social et micro-contexte

16D’une part, ces travaux confirment bien l’impact du « micro-contexte », mis en évidence par Elinor Ostrom, sur le niveau de coopération atteint par les participants en situation d’auto-organisation. Ils montrent le rôle de trois variables de ce micro-contexte qui permettent in fine l’apprentissage et le développement d’une confiance propice à la coopération : l’importance d’une communication en face-à-face, la connaissance de la réputation des participants, l’horizon à long terme.

  • 23 Les travaux de Naziri, de Sibony et de Mignon évoqués ici sont cités en note de bas de pa (...)

17Ces travaux, qui articulent capital social et action collective à des niveaux différents, se répondent sur la dialectique entre confiance individuelle et règles collectives*. Naziri et al. comme Sibony interrogent également en creux la question de la confiance, en questionnant les comportements. Pour Sibony, il s’agit de comportements de contribution, pour Naziri et al., de comportements opportunistes contraires à l’action collective. Il ressort de l’étude de ces derniers le rôle clé de l’agriculteur le plus expérimenté et, par-là, reconnu du groupe (l’individu « expert ») sur lequel devraient s’appuyer tant le groupe que les pouvoirs publics pour limiter les comportements individualistes pouvant mettre en péril l’action commune23. Ce rôle important a des points communs avec celui des experts de l’étude menée par S. Mignon et ses collègues, dans la mesure où les interactions conduisent là aussi à un partage de connaissances affectant in fine les capacités d’action. La confiance dans la qualité de l’expert, la pertinence de ses conseils et la fiabilité de son engagement influencent les interactions, donc le transfert de connaissances de l’un à l’autre, et par là l’action collective via l’apprentissage.

18Ces résultats rejoignent sur un plan théorique ceux de Carlile (2004) sur le partage de connaissances, perçu comme le fruit du passage de trois types de frontières :

  • celle du transfert, lorsqu’il s’agit d’informations codifiées et peu dépendantes du contexte ;

  • celle de la traduction, lorsque la nouveauté crée des ambiguïtés sur le sens à apporter à des mots, à des mesures, à des résultats nécessitant la recherche d’une compréhension partagée ;

  • enfin celle de la transformation, lorsque des intérêts divergents créent la nécessité d’une négociation politique afin de définir les intérêts communs. Cette dernière étape nécessite des propositions, des négociations et des transformations de connaissances suite à des processus d’essais-erreurs.

19Naziri et al. et Mignon et al. montrent en effet que les relations interindividuelles s’appuient non seulement sur des transferts et des traductions de connaissances, mais aussi sur des processus de redéfinition d’intérêts communs dans lequel un ou plusieurs acteurs jouent, via leur expertise reconnue au sein du groupe, un rôle pivot (faire comprendre l’intérêt de ne pas utiliser de pesticides, convaincre de la nécessité de certains investissements ou désinvestissements…). Le micro-contexte fait aussi écho aux dimensions – structurelle, cognitive et relationnelle – communément explorées pour caractériser un capital social (Nahapiet et Ghoshal, 1998). Le réseau de relations pris dans son ensemble, c’est-à-dire la dimension structurelle du capital social, est déterminé par les liens au sein d’un réseau (accès aux informations), la configuration du réseau et la transférabilité d’un cadre à un autre. La dimension cognitive du capital social est conditionnée par le partage d’un langage commun, de codes, de perceptions, de représentations, de cadres de référence, de mythes, d’histoires, de métaphores… Enfin, la dimension relationnelle fait référence aux échanges interindividuels développées à travers des interactions construites dans la durée (Nahapiet et Ghoshal, 1998). La confiance, le consensus de la structure à travers les normes, l’accent mis sur la coopération plutôt que sur la compétition, la loyauté à l’égard du réseau et les obligations et attentes relatives au partage et à la combinaison de connaissances, la création d’une identité collective sont autant de vecteurs permettant de promouvoir la dimension relationnelle du capital social.

Micro-contexte et formation du capital social

Dans cette contribution, les scientifiques questionnent la formation du capital social dans un micro-contexte individuel, au travers du rôle « expert » d’un acteur à la croisée de l’organisation et de l’individu. Ils s’éloignent ici d’une vision de la dynamique de l’action collective appréciée à un niveau inter-organisationnel.

Le travail mené aborde les ressorts de la relation de personne à personne (face to face) dans la construction du capital social pouvant déboucher sur une action collective, sans forcément une explicitation d’un tel objectif. À travers deux terrains d’étude (France-Bénin), le questionnement porte sur les modalités d’interactions entre un expert et des dirigeants de très petites entreprises d’une part, et entre un conseiller et des chefs d’exploitation agricoles d’autre part. Les auteurs cherchent à comprendre comment ces interactions peuvent être source de partage de connaissances, d’apprentissages et de prises de décisions stratégiques, et par là d’action collective. Il apparaît que ces interactions fortes, enracinées dans une confiance réciproque, contribuent, à défaut d’une action commune objectivée, à une représentation partagée permettant de travailler ensemble sur une certaine durée.

 

Micro-contexte et attributs de la situation d’interaction

La réflexion porte sur le micro-contexte lié aux attributs spécifiques d’une situation dans laquelle les individus interagissent directement. La situation étudiée porte sur les ressorts de l’action collective de producteurs vietnamiens (à la périphérie d’Hanoï, Vietnam), structurés à travers des organisations agricoles soutenues par les pouvoirs publics, en vue d’une action commune : assurer la qualité sanitaire de la production de légumes.

Ces travaux éclairent les conditions qui contribuent au succès de l’action collective dans le cas de ces organisations de producteurs. En effet, il apparaît que le comportement individuel opportuniste (free-riding) d’un agriculteur qui, malgré le risque d’être pris, ne respecterait pas la règle collective de limitation d’utilisation de pesticides dans la production maraîchère tient à l’intérêt contradictoire entre cet individu et l’organisation agricole à laquelle pourtant il appartient.

Rompant avec les approches qualitatives menées jusqu’ici dans le domaine, les auteurs testent un modèle économétrique incluant des variables relatives aux interventions publiques, à l’environnement économique, aux conditions écologiques, ainsi que des caractéristiques du groupe lui-même (liens de parenté, taille du groupe, durée d’appartenance à l’organisation…). Il ressort de l’analyse qu’outre la taille de l’organisation agricole la variable jouant le plus fortement sur la qualité sanitaire est l’assistance technique apportée par les membres les plus expérimentés du groupe.

Capital social et macro-contexte

20Ces travaux interrogent aussi le rôle du « macro-contexte », et en particulier le rôle de l’État. Les travaux de D. Sibony montrent une certaine contradiction entre le fait que le tiers-secteur se crée a priori par opposition à l’État, mais se structure finalement en fonction des règles juridiques et de l’action politique qu’il met en place. La formation des experts mentionnés dans les travaux de D. Naziri et al. est financée par les pouvoirs publics et se greffe, selon les travaux de S. Mignon et ses collègues, même sur des obligations légales (publication des comptes dans le cadre de la relation entre experts-comptables et clients). On peut dès lors s’interroger sur la place de l’État comme partie prenante dans ces mécanismes d’auto-organisation. En favorisant l’expertise et le partage de connaissances, il viendrait donc enrichir le micro-contexte des inter-relations.

21Au-delà du seul rôle de l’État, il convient de s’interroger sur le rôle d’autres institutions à même de favoriser la coopération entre acteurs. En ce sens, les résultats des études menées par les auteurs font écho aux travaux néo-institutionnalistes sur la diversité institutionnelle défendue comme une diversité nécessaire par Elinor Ostrom. En effet, les interactions entre acteurs génèrent souvent de nouvelles identités et règles collectives « les identités collectives émergent des interactions sociales et des communications entre les membres du groupe social » (White, 1992).

22Des auteurs préconisent de réduire cette complexité : « Les organisations font face à la complexité institutionnelle chaque fois qu’elles sont confrontées à des prescriptions incompatibles émanant de multiples logiques institutionnelles » (Greenwood et al., 2011). Il conviendrait alors soit d’opter pour une simplification de la réalité et donc de rendre une logique gagnante, soit de faire naître une nouvelle logique (hybride) en trouvant un compromis entre les diverses demandes institutionnelles. Ce second processus s’appuie sur la coopération et la confiance entre acteurs ; « il faut s’efforcer de trouver un équilibre entre les différentes demandes institutionnelles en augmentant la coopération entre des identités et en forgeant des liens entre elles » (Pratt et Foreman, 2000).

23Dans les études menées par D. Naziri et al. et S. Mignon et al., l’acteur capable de traduire des connaissances, de les simplifier et de les mettre à disposition du groupe est aussi l’acteur qui constitue un relais institutionnel grâce à la confiance qu’il a su gagner de ses interlocuteurs, en s’appuyant sur son expertise. Il peut même être porteur d’une logique dominante, celle de la puissance publique (dans le cas de l’expert-comptable notamment). Ces études montrent qu’il est capable d’influer sur l’émergence de règles collectives et de les faire respecter (usage modéré de pesticides, gestion d’une entreprise dans le respect des normes en vigueur). En revanche, l’étude menée par D. Sibony montre plutôt l’influence réciproque entre diverses logiques institutionnelles (celles du tiers-secteur, de l’État et de la société)

24À l’issue de cette synthèse de recherches en cours, les innovations institutionnelles les plus à même de favoriser la coopération nécessaire à la gestion des dilemmes sociaux représentent donc un domaine de recherche fructueux.

Revisiter le don à la lecture du capital social

La construction du capital social est ici appréhendée au niveau d’un pays à travers le rôle joué par les normes et les valeurs d’une société. On rejoint là l’idée d’un contexte élargi dans lequel les groupes d’individus prennent leurs décisions. La recherche conduite s’intéresse au « tiers-secteur » et à son financement, à savoir à l’ensemble des organisations, de statut privé sans but lucratif, dont la gestion est autonome de l’État et avec une adhésion volontaire (Salamon et Anheier, 1997). L’auteur propose d’expliquer les variations observées entre pays en termes de don monétaire pour ces organisations grâce à une perspective macro-économique, non pas en fonction de l’interventionnisme de l’État ou encore de facteurs sociologiques, juridiques ou culturels, mais en considérant le don comme un fait social et dans sa dimension relationnelle, dans la lignée de Mauss (1923-1924).

Si la notion de confiance n’apparaît pas explicitement dans la réflexion menée par l’auteur, elle se dessine en filigrane : l’individu est replacé au cœur de la dynamique de construction du lien social à travers un comportement philanthropique qui manifeste un sentiment d’appartenance. Le niveau du don dans une société ne peut s’expliquer simplement par la somme des dons individuels, lesquels répondent à des motivations personnelles, mais bien par ce qui constitue son substrat social : l’état de la société dont la cohésion est déterminée par la présence de capital social. En retour, le don se pose également comme la marque symbolique de l’appartenance sociale et, par-là, de l’identité d’un individu.

Notes

20 Les chercheurs participant à ce groupe ont rédigé des présentations de leurs travaux : S. Mignon (MRM, Université Montpellier 2), A. Mazars-Chapelon (MRM, Université Montpellier 2), P. Chapellier (MRM, Université Montpellier 2), A. De Romemont (UMR Innovation, Cirad), G. Faure (UMR Innovation, Cirad), C. Janicot (MRM, Université Montpellier 2). Les transferts de connaissances support d’apprentissage : une dimension essentielle d’émergence d’un capital social ; D. Naziri (Cirad-Moisa), M. Aubert (Inra-Moisa), J.-M. Codron (Inra-Moisa), T. L. Nguyen (Vaas-Favri), P. Moustier (Cirad-Moisa). The role of collective action in ensuring food safety in vegetables: A case study in peri-urban Hanoi Vietnam ; D. Sibony (Escem). Revisiter le don à la lecture du capital social.

21 Depuis longtemps, l’analyse économique de l’entreprise distingue le « capital matériel », comprenant les équipements (immeubles, machines…) dont cette entreprise dispose, et le « capital humain », formé des personnes travaillant en son sein ou pour elle, selon des modalités définies (par exemple contrat de travail, de sous-traitance…). Ces deux catégories forment ses « facteurs de production » traditionnellement associés dans la représentation classique de l’entreprise.

22 « La perspective d’analyse du tiers secteur […] a été théorisée par les travaux du Johns Hopkins Comparative Nonprofit Sector Project conduits par l’équipe de Lester Salamon en 2003. Initié dès le début des années 1990, ce projet s’attache à mesurer, dans les pays du Nord et du Sud, la présence, la taille et l’importance du secteur du non profit aux côtés de l’État et du marché. Ce courant de recherche est porté par l’International Society for the Third Sector, la Banque mondiale et le FMI » (Sibony, 2016).

23 Les travaux de Naziri, de Sibony et de Mignon évoqués ici sont cités en note de bas de page au début de ce chapitre.

© Éditions Quæ, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access