Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une troisième voie entre l’État et le marché

 | 
Martine Antona
, 
François Bousquet

2 - Enjeux et analyses scientifiques

L’engagement d’acteurs hétérogènes dans l’action collective

Texte intégral

  • 18 Les chercheurs participant à ce groupe ont rédigé des présentations de leurs travaux : Co (...)

1À l’issue de discussions sur la relation entre les décisions d’individus et leurs interactions dans des situations d’action collective, des chercheurs18 de différentes disciplines (économie, sociologie, géographie, sciences de l’eau) ont identifié trois questions. Elles s’inscrivent dans la continuité des travaux d’Elinor Ostrom et concernent des aspects auxquels ces spécialistes ont été confrontés au cours de leurs propres recherches. Le point central en est l’engagement et apparaît comme associé au cadre conceptuel posé par Elinor Ostrom. À partir de ce travail collectif, les chercheurs ont formulé trois ensembles de questions.

  • Sur la pluralité des valeurs de ceux qui s’engagent : lors d’une décision collective, comment peut-on gérer la présence d’une pluralité d’acteurs qui ont non seulement diverses stratégies, mais aussi des valeurs ou des modes d’apprentissage différents ? Comment concevoir l’action collective sans tomber dans les extrêmes du relativisme et de l’égalitarisme ?

  • Pour faire face à l’engagement de l’autre : comment un individu interprète-t-il les signaux qui émanent des autres individus ou du groupe ? La confiance favorise-t-elle la réciprocité ou est-ce la réciprocité qui engendre la confiance ?

  • Sur l’engagement du scientifique : quelle est votre expérience et votre posture sur la dialectique entre recherche analytique et recherche-action ? Faut-il proposer des instructions relatives à l’éthique ?

2Elinor Ostrom a construit son œuvre sur la gestion des biens communs en cherchant à comprendre les choix des individus dans le cadre des institutions qu’ils créent collectivement. Ainsi, à partir des nombreux cas d’étude documentés à travers le monde, elle a montré que des facteurs dans l’environnement local des individus, propriétés de l’institution créée, ont un fort impact sur leurs décisions, et en particulier sur leur adhésion aux règles collectivement établies. Ces facteurs sont le retour marginal sur investissement, – l’assurance qu’une part suffisante des résultats de l’investissement individuel à l’action collective reviendra au contributeur –, la construction d’une réputation des personnes engagées (par répétition de l’interaction), un engagement sur le long terme, la capacité d’entrer ou de sortir d’un groupe, la possibilité de communiquer, la taille du groupe, l’information à propos des contributions des autres, l’existence de sanctions proportionnées et l’hétérogénéité des bénéfices et des coûts (figure 1.2). Ces facteurs, dont certains se rapportent au mode de calcul de l’individu et d’autres aux propriétés de l’institution, permettent d’augmenter les chances de succès de la gestion d’un bien commun, dans la mesure où les individus seront plus enclins à s’y engager en leur présence.

3Pour Elinor Ostrom, c’est la confiance qui permet d’articuler le calcul individuel et l’engagement dans un collectif. Rationalité individuelle, relation avec les institutions et confiance sont les trois points que nous développons brièvement ici, en préalable à l’élaboration des questions.

4Depuis le début de ses travaux, Elinor Ostrom a souhaité proposer une formalisation alternative à la théorie du choix rationnel, qui s’est révélée peu adaptée pour prévoir ou comprendre les comportements individuels dans le cadre d’actions collectives (Ostrom, 1990, 1998). Elle considère que le modèle classique, où l’individu est un simple maximisateur d’utilité*, n’est pas à rejeter dans toutes les analyses puisqu’il permet d’expliquer les comportements dans des situations de compétition ou de concurrence. Cependant, adoptant une approche originale en économie, Elinor Ostrom considère que, pour comprendre des choix qui ne relèvent pas de ces situations particulières, il est nécessaire d’enrichir la notion de rationalité en développant une véritable famille de modèles de décision, qui s’appuient sur une conception plus large des comportements, des institutions et de leur contextualisation.

5Elle fait l’hypothèse que les individus agissent en situation d’information incomplète, qu’ils sont doués de capacités d’apprentissage et que les caractéristiques de la situation d’interaction (en particulier les normes en vigueur, mais aussi l’histoire des relations) dans laquelle ils sont plongés sont des facteurs à prendre en compte pour comprendre les décisions des acteurs. Face à des dilemmes sociaux, en particulier face à la constitution ou à la gestion de biens communs, on peut observer des choix très différents de ceux anticipés par la théorie du choix rationnel qui commanderait d’agir sans se soucier des autres ou sans anticiper une coopération potentielle. Dans ces situations, l’institutionnalisation de l’action collective apparaît souvent comme la réponse la plus adaptée, des règles étant établies pour sécuriser les actions individuelles. Pour un individu, s’engager dans une action collective peut revêtir plusieurs formes qui ne sont pas exclusives : agir selon les règles du groupe, contribuer à la création ou à l’adaptation de ces règles ou encore produire les conditions dans lesquelles ces adaptations peuvent se faire.

6Ce cadre de l’Institutional Analysis and Development (figure 2.1) fournit dorénavant un cadre de méta-analyse pour analyser des cas d’études. Après avoir analysé une multitude de cas d’étude, Elinor Ostrom a combiné plusieurs outils pour affiner son modèle conceptuel : théorie des jeux*, simulation de systèmes complexes et économie expérimentale.

7Au centre de sa réflexion, Elinor Ostrom promeut une forme de subsidiarité : les ressources doivent être gérées par les institutions les plus locales possibles dans le cadre d’un emboîtement des institutions (polycentricité). Ce sont ces diverses institutions qui permettent de sortir du cadre de la compétition pure entre individus. En synthèse de son travail empirique, elle propose une formalisation à travers le cadre de l’Institutional Analysis Design qui incite à identifier et à caractériser une arène d’action. L’analyse est celle d’une structure d’interaction dont les propriétés, en termes d’acteurs, de rôles, d’ensemble d’actions possibles et de résultats potentiels, conduiront ou non les individus à coopérer. Même si elle élargit le cadre de l’individu rationnel classique, les participants sont supposés agir de manière stratégique, capables de calculer ex ante les conséquences de leurs actions dans la situation d’interaction du collectif.

8La question fondamentale de l’engagement pour un individu est celle de la croyance dans le fait que les autres vont « jouer le jeu » et coopérer au sein de l’institution, au-delà de leurs intérêts strictement individuels. Pour Elinor Ostrom, c’est la confiance qui joue ce rôle, et elle en fait le point central de son modèle : grâce à cette confiance dans la coopération au sein de l’institution, l’individu pourra s’engager dans l’action collective et persister dans cet engagement. Elle souligne malgré tout la nécessité d’une réflexion sur les éléments de contexte plus général qui affecteront la situation au niveau local, et influenceront ainsi l’individu dans sa décision et le niveau de confiance qu’il peut avoir. Cette question est aujourd’hui un champ de recherche qui s’ouvre.

La pluralité des valeurs de ceux qui s’engagent

9D’autres approches que celle d’Elinor Ostrom abordent la question de l’action collective pour la gestion d’un bien commun (Sabourin et al., 2003). Elles se situent en amont du problème de la résolution du dilemme. Avant de s’intéresser au problème de savoir si des individus coopéreront ou pas, se pose la question de leur capacité à comprendre toutes les dimensions de leurs actions mutuelles sur l’environnement commun et des différentes représentations qui président à leurs actions. C’est un modèle de relation des personnes entre eux et avec le monde qui les entoure. Ces approches alternatives amènent ainsi à prendre en compte, parmi les déterminants d’un processus de décision, le système de valeurs qui conduit un individu d’une organisation sociale donnée à se faire une représentation, en particulier de ce qui est « bien », et à agir en conséquence. Un sociologue dirait que les participants ont la capacité morale de défendre ce qu’ils estiment juste ou injuste dans des situations d’action, par la capacité qu’ils ont de faire référence à plusieurs cadres de valeurs et en se situant par rapport à l’histoire de leurs relations à leur environnement social. À propos de la mise à l’épreuve de valeurs, un économiste soutenant une perspective évolutionnaire ferait l’hypothèse que les normes sociales et les préférences morales sont les « bonnes » attitudes pour obtenir le succès dans un grand nombre de situations sociales. En ce sens, la préférence morale est vue comme une préférence pour une action morale, et non comme une préférence pour un résultat moral. Ces représentations alternatives ne sont pas seulement des représentations du bien commun ou de l’environnement mais aussi des représentations des autres, du groupe social.

10L’objet de recherche est plus celui des relations entre les hommes à propos des choses (en l’occurrence le bien commun) que celui des relations entre des hommes avec les choses dans un contexte collectif. Les règles de choix décrivant les actions individuelles dans une situation d’interaction ne seront plus confinées dans un registre calculatoire mais prendront en compte ces autres dimensions, mettant à l’épreuve des valeurs ou cherchant à satisfaire leur réalisation dans les interactions.

11Ce point de vue sur les situations d’action collective suscite quelques questions lorsqu’on le confronte au cadre de l’Institutional Analysis and Development. Ce cadre présuppose en effet qu’une situation de décision collective est caractérisée par des individus qui suivent des règles qui les aident à faire des choix collectifs face à certaines situations (tels des dilemmes qui peuvent être récurrents ou contextuels). Cependant, les individus apparaissent implicitement équivalents dans ce processus, ce qui est une hypothèse relativement restrictive : non seulement les individus peuvent avoir des objectifs variés, mais ils peuvent aussi être hétérogènes dans leur capacité à saisir le cadre de l’action collective, avoir des définitions différentes de la justice d’un jugement, ou même des expériences personnelles très diverses de ce que doit être le collectif ou dans leur relation avec l’objet partagé. Les contradictions dans les motivations, les rapports de pouvoir, des visions culturelles opposées sur le sens de l’action collective sont autant de causes de malentendu, de blocage, d’exclusion du processus d’action collective, événements qui peuvent rendre les décisions illégitimes.

Face à l’engagement de l’autre

12Si l’on considère que les agents s’engagent en agissant avec le groupe, en faisant confiance aux règles et au fait que les autres les respecteront, ils doivent aussi réviser leur confiance ou leur acceptation des règles quand un événement anormal ou imprévu apparaît. Le cadre de l’Institutional Analysis and Development n’est pas totalement explicite sur l’impact des résultats d’une situation d’action sur l’attitude que les individus auront vis-à-vis de la même situation dans le futur. Il repose également sur l’hypothèse que les participants ont une perspective large sur les résultats de leurs actions possibles, par leur connaissance des règles et des réponses de l’environnement (physique et social). Comment un individu pris dans une action collective interprète les actions d’un autre participant ? Quelles sont ses capacités à recevoir, puis à décrypter les signaux envoyés par les autres participants ?

13L’observation des actions des autres ne suffit pas pour décider si ceux-ci jouent au passager clandestin (free-riding) ou s’ils sont incapables de participer au bien commun malgré leur bonne foi. Identifier un échec collectif comme l’agrégation d’échecs individuels, comme un échec du groupe ou comme un manque de bonne volonté des autres aura une grande influence sur les choix à venir. Cette question de l’interprétation du signal émis par l’« autre » se pose en pratique lors de l’utilisation de méthodes.

14Une des méthodes souvent employée pour analyser les interactions consiste à formaliser une situation d’action à travers des modèles multi-agents. Quand on conçoit un modèle agent, quelle profondeur dans la capacité d’interprétation des actions des autres faut-il choisir pour les agents ? Une autre méthode consiste à organiser des expériences économiques ou psychologiques dans lesquelles les sujets de l’expérience sont le plus souvent rendus anonymes. Cela rend l’interprétation de l’action de l’autre encore plus difficile.

15Une partie des réponses à ces questions reposent sur le concept de confiance. D’autres auteurs ont développé la notion de réciprocité. Pour Elinor Ostrom, la confiance favorise la réciprocité, alors que, dans la théorie de la réciprocité, ce sont les relations réciproques et symétriques qui vont engendrer la confiance. La principale différence tient au fait que, pour la théorie de la réciprocité, la confiance, la réputation (le prestige) sont des valeurs éthiques produites par les relations de réciprocité symétrique en fonction d’un projet de société communautaire, fondé sur l’intérêt des hommes à vivre ensemble avant de faire produire la nature ensemble.

16Dans l’analyse d’Elinor Ostrom, le rapport à la nature détermine le rapport des hommes entre eux. Le fait que la terre nourrisse les hommes induit que ceux-ci s’approprient la terre et la gèrent collectivement en fonction de la nature de la ressource. Ce sont les attributs des biens qui détermineraient le comportement des humains. Dans la théorie de la réciprocité, c’est l’inverse : ce sont les relations entre les hommes qui peuvent permettre de définir la propriété comme responsabilité sociale, associant ainsi le bien approprié à une fonction sociale : la rivière irrigue la terre, la terre produit les vivres. Mais la relation à la nature est subordonnée à la relation entre les hommes : la rivière irrigue les terres de tous, la terre produit les vivres pour tous.

17Malgré des évidences empiriques d’une part et une intuition récurrente autour de la relation intime entre réciprocité, confiance et réputation d’autre part, Elinor Ostrom reste dans les limites du cadre utilitariste qu’elle donne à la gestion communautaire* et à sa régulation. Alors qu’on peut imaginer que réciprocité et confiance se renforcent de façon dynamique, les conséquences de l’application de ces deux théories, en termes de méthodologie et de gouvernance, sont très différentes. En suivant la théorie de la réciprocité, on analyserait les structures de partage et on fonderait les institutions de gouvernance sur ces relations de réciprocité, tandis que, pour Elinor Ostrom, on cherche à créer des institutions et à assurer la confiance, par le respect de la règle.

L’engagement du scientifique

18Les chercheurs ici rassemblés pratiquent différents types de recherche. D’un côté, se développe une recherche analytique utilisant des modèles théoriques abstraits, en créant des cadres basés sur des données empiriques et en les testant. Idéalement, une approche analytique pure se doit de déterminer ex ante les paramètres décrivant une arène d’action et ses situations d’action, et d’explorer les combinaisons que cela peut générer. Certains parmi nous conduisent ce type d’expériences sur le terrain, ce qui pose des questions éthiques : dans de nombreuses situations, cette méthodologie semble offrir les moyens de produire des éléments contrefactuels pertinents en ce qui concerne l’action collective. Alors que ces expériences ont des propriétés très intéressantes en termes scientifiques, elles peuvent présenter plusieurs inconvénients éthiques (manipulation, tendance à être invasives…) qui peuvent constituer des obstacles moraux. Comment le chercheur doit-il gérer ce genre de questions empiriques ? Doit-il sacrifier partiellement la pertinence scientifique afin de favoriser un traitement éthique des répondants, ou au contraire favoriser l’objectivité scientifique, en tentant de construire un savoir qui peut être préjudiciable sur le court terme mais éventuellement positif sur le long terme ?

19D’un autre côté, pour d’autres chercheurs, la recherche sur l’action collective est difficile à séparer de l’action collective elle-même. Une approche réellement intégrée crée des situations, à travers des exercices de simulations ou d’analyse prospective, au sein d’une action collective afin de générer des débats et de collecter de nouvelles connaissances. Le scientifique et le savoir qu’il produit sont engagés dans ce processus. La porosité entre le monde académique et le monde étudié pose plusieurs questions éthiques et pratiques, telles que la difficulté à revenir en arrière ou les effets secondaires incontrôlables qui peuvent apparaître dans la société. Cela pose aussi la question de la valeur scientifique du savoir généré.

Notes

18 Les chercheurs participant à ce groupe ont rédigé des présentations de leurs travaux : Collectif Green (Cirad). Analyse d’une trajectoire de recherches sur la gestion des ressources renouvelables en référence aux travaux d’E. Ostrom ; J. Rouchier (Greqam, CNRS). Coopératives informelles : modélisation de la préférence pour autrui , E. Sabourin (UMR ArtDev, Cirad). La réciprocité dans la gestion des ressources communes ; O. Barreteau, A. Richard-Ferroudji (Irstea, UMR Eau). Fleshing participant in action situations with their moral capacities and familial ties ; M. Willinger (Université Montpellier 1, Lameta). Cooperation and coordination in clubs ; P. Courtois, R. Nessah, T. Tazdaït (Université Montpellier 1, Lameta). How to play the games? Nash versus Berge behavior rules.

© Éditions Quæ, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access