Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une troisième voie entre l’État et le marché

 | 
Martine Antona
, 
François Bousquet

1 - Gouverner en commun

Échanges avec le public

Traduction de Martine Antona et François Bousquet

Texte intégral

1Un débat a été organisé avec le public lors des deux conférences à Montpellier et à l’Unesco. Les réponses les plus marquantes données par Elinor Ostrom ont été traduites et regroupées par thème.

Les ressources et les règles

Le public

Vous parlez des ressources comme quelque chose de donné, comme un stock ou un capital, avec lequel il faut faire au cours du temps de façon à le faire durer, le rendre pérenne, ne pas l’exploiter, ne pas le faire disparaître. Mais si l’on considère que les ressources ne sont pas un stock ou un capital donné mais vont être une propriété émergente de ces interactions au sein du système socio-écologique tel que vous en parlez, quelles sont les possibilités de faire émerger les ressources de demain ? Par la production de connaissances, par la production de technologies, par un autre regard sur les éléments et d’autres usages ? S’agit-il alors de considérer qu’une dynamique qui implique des règles et des principes va aussi devoir s’adapter en fonction de la transformation de ce qui fait ressource ?

Elinor Ostrom

Pour les eaux souterraines que j’ai étudiées, la régénération de la ressource en eau peut être améliorée de diverses façons, mais beaucoup moins que dans le cas des forêts, où les usagers des forêts peuvent vraiment modifier fortement cette régénération par la plantation ou en établissant des réserves.

Et bien sûr, nous ne devons pas penser à une ressource comme une donnée. Oui, les humains ont la capacité d’innover, de concevoir, de créer, et les institutions que nous utilisons peuvent renforcer cette capacité ou, à l’inverse, donner aux individus des incitations à ne pas agir à long terme. De sorte que si certaines règles vont dans le sens de renforcer la contribution, l’investissement des individus, il est important que ces règles soient efficaces pour favoriser une croissance de la ressource et sa durabilité à long terme.

La dynamique des règles

Le public

Vous avez souligné l’importance de la création, de la constitution de règles pour la gestion des « ressources communes ». Mais quelles sont les variables qui jouent sur la dynamique des règles ? Est-ce que le marché n’effacerait pas l’action collective ou des règles établies dans le passé ? Quel est le rôle des leaders pour l’action collective ? Quelle est l’importance des conditions de la délibération entre usagers dans cette évolution des règles ?

Elinor Ostrom

Les trois éléments mentionnés sont différents processus évolutifs que nous ne pouvons pas tous explorer dans le temps de cette conférence. Les marchés ne sont pas toujours des processus indésirables et toute action collective n’est pas nécessairement bonne. Nous devons sortir de cette façon de penser et essayer de comprendre que le fait d’utiliser le marché comme seule institution est potentiellement plus défavorable que recourir à une institution complexe.

L’action collective et les communs sont considérés par certains comme un système traditionnel où les gens ne disposent pas d’une propriété claire des ressources et qui est fragilisé dès que quelqu’un de l’extérieur offre de l’argent et convertit en valeur monétaire ce qui n’avait pas de prix. Je ne veux pas que nous pensions à un contexte toujours aussi défavorable, mais je suis actuellement préoccupée par le programme REDD de réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts, établi dans le cadre de la Convention climat en 2008 pour lutter contre le réchauffement climatique. Il repose sur le présupposé qu’il serait possible de stopper les acteurs impliqués dans la déforestation en les payant pour arrêter de déforester ou pour avoir des activités alternatives. C’est d’une immense et coûteuse naïveté, parce que les mesures liées au programme REDD ne contribuent pas à réduire la déforestation en premier lieu et peuvent même conduire à l’augmenter dans certaines régions, ou à remplacer les forêts par des plantations ailleurs. Elles peuvent donc être inefficaces et réduire effectivement la diversité des forêts.

Sur le rôle du marché, la question de la commercialisation des ressources appréhendée comme un danger pour le maintien de ressources communes renvoie à la question du système de prix. Il y a probablement plus de pêche dans certaines zones que ce qui est durable. Mais nous devons réfléchir à des cas où valoriser une ressource commune à venir aide les acteurs à maintenir cette ressource et à ce qui se produit si cette valorisation diminue.

Les leaders peuvent avoir une influence majeure sur l’action collective. Pour ma propre thèse intitulée « L’entreprenariat public » (Ostrom, 1965) et basée sur les travaux de Schumpeter, j’ai regardé des particuliers qui essayaient de créer des instruments publics dans un contexte très difficile, avec plus de plus de 700 acteurs investis dans la production d’eau. Pour certaines nappes d’eau souterraine en Californie du Sud, il n’y avait pas de bons leaders et les producteurs n’ont pu s’auto-organiser. Mais l’auto-organisation n’est pas automatique. Elle s’appuie sur des personnes qui identifient des opportunités futures et consacrent du temps et de l’énergie pour le faire. Il est important de reconnaître que des leaders peuvent y jouer un rôle très positif. D’un autre côté, certains leaders peuvent trouver des moyens d’articuler les règles pour favoriser une exploitation minière du système à leur profit et vous devez être sensibilisés à ce phénomène répandu.

La polycentricité

Le public

Avez-vous introduit dans vos recherches les systèmes de gestion européens ?

Elinor Ostrom

Je suis très, très heureuse d’être associée à des collègues du Cirad comme d’autres collègues du monde entier, dont Fikret Berkes, qui ont fait des recherches ici en Europe. Certains de mes collègues de l’IASCP ont noté que l’Union européenne a essayé d’avoir des règles uniformes pour tous les États et, en particulier, pour la politique commune des pêches.

Mais instaurer des règles uniformes pour la Méditerranée… ou l’Arctique repose sur l’hypothèse que la structure de la régulation peut avoir des effets pervers sur la probabilité que ces règles s’ajustent à un contexte donné. Un travail considérable a été fait sur ce sujet. Audun Sandberg a analysé une variété de pêcheries et de systèmes côtiers (Sandberg, 1994), et il existe des travaux importants sur ces sujets, ici même au Cirad.

Il est aussi important de s’intéresser à l’échelle de régulation et au pouvoir que détient le régulateur. Ce que j’appelle un système polycentrique est un système organisé en divers niveaux où interagissent des grandes, des moyennes et des petites unités. D’une part, si nous supposons un système qui présente peu de diversité dans les modes d’exploitation (par exemple constitué de grosses unités) et qui est régulé selon une seule règle uniforme, peut se poser le problème d’une écologie qui diffère de façon notable entre les lieux d’exploitation.

D’autre part, si nous allons vers un système composé de nombreuses petites unités, dans le cas de la pêche, des forêts, de l’eau ou d’une autre ressource, l’un des avantages des systèmes polycentriques est l’expérimentation. Car différentes petites unités vont essayer différentes choses et, s’il y a une bonne communication entre elles, elles pourront apprendre les unes des autres. Ce qui peut signifier de l’innovation et des progrès, au fur et à mesure que des acteurs différents vont apprendre, faire mieux et transmettre cette information. Mais certaines petites unités peuvent échouer définitivement, d’autres non, et il est alors important qu’il y ait des unités plus larges qui puissent prendre le relais. En outre, s’il n’y a pas de niveau supérieur, on peut observer des cas de corruption au niveau local, ou de capture par une certaine élite, qui finissent notamment par étouffer l’innovation. Avoir des unités à diverses échelles peut donc conduire à un système beaucoup plus robuste au fil du temps.

Le coût de l’inaction

Le public

La question suivante porte sur le coût de l’action par rapport au coût de l’inaction, c’est-à-dire de ne rien faire. Pourquoi pensez-vous que le rapport Sternψ sur le coût de l’inaction a eu si peu d’incidence sur la décision ?

Elinor Ostrom

L’un des problèmes est que le coût de l’inaction n’est pas comptabilisé dans votre revenu annuel, ni dans les rapports mensuels des agences de suivi, ce qui pose problème quand on essaie sérieusement de réfléchir à ce qu’il y a à faire pour atteindre la durabilité. On le perçoit dans des discussions du type : « Et les gars, si nous n’améliorons pas le système d’irrigation, peut-être que nous pourrions attendre encore un an ; mais si nous ne le faisons pas cette année ou l’année prochaine, la prochaine fois que nous aurons une mauvaise tempête, elle va lessiver l’ensemble du système et, au lieu de devoir passer deux semaines de travail acharné pour le réparer, nous aurons six semaines de dur labeur ». Eh bien voilà, quand les gens sont familiers avec les risques que fait courir une absence d’action et qu’ils peuvent communiquer entre eux, alors ils peuvent traduire ce coût de l’inaction en des termes qui sont significatifs pour eux, comme le travail dans le cas de l’irrigation, il s’agit de semaines de travail à assurer au printemps pour réparer les canaux ou les prises d’eau ; ou de l’impôt à payer si vous n’agissez pas, ou encore de l’investissement à faire aujourd’hui plutôt que d’attendre cinq ans et risquer de subir des dommages importants. Mais ce coût n’est pas toujours facile à évaluer, et voici où les connaissances autochtones sont importantes.

Quand vous étudiez les systèmes d’irrigation en profondeur comme je l’ai fait, vous constatez que les agriculteurs qui ont construit leurs propres systèmes, dans les collines et les montagnes du Népal, ont des connaissances d’ingénierie incroyables qui ne sont pas dans les manuels. Donc, ils ont appris toutes sortes de moyens simples pour résoudre des problèmes complexes. Et, s’ils le font chaque année, le système peut perdurer. L’un des dangers est ainsi, pour les systèmes d’irrigation au Népal comme pour de nombreux systèmes autochtones du monde entier, que si certains ont été étudiés par de bons anthropologues, beaucoup n’ont jamais été étudiés. On ne sait donc pas comment les gens ont maintenu un système donné pendant 2 000 ou 5 000 ans.

Nous aurons une énorme perte de connaissances si nous ne sommes pas plus conscients de la sophistication des règles que les populations autochtones ont développées et si nous ne les retranscrivons pas afin que ces connaissances puissent être utilisées comme base de l’apprentissage à l’avenir.

Le pluralisme et la culture

Le public

Dans votre cadre d’analyse, vous traitez du niveau de la coopération*, de confiance, de long terme. Comment vos études prennent elle en compte le fait que différents groupes sociaux vont avoir différentes façons de penser ces choses-là : la coopération, la confiance, la planification ? Comment les différences culturelles sont-elles prises en compte dans votre cadre ?

Elinor Ostrom

C’est la raison pour laquelle nous faisons un va-et-vient entre un cadre général qui inclut des variables identifiées au premier, deuxième, troisième, quatrième et cinquième niveaux, et la collecte de données empiriques. Dans nos études sur les forêts, certains collègues ont été affligés par l’épaisseur de notre manuel de collecte de données. Parce que nous essayons de considérer certaines de ces différences et de comprendre les normes et les moyens culturels d’interagir et que cela ne peut être fait avec juste deux ou trois questions. Un bon anthropologue culturel qui est vraiment intéressé par les règles, les traditions, les connaissances et le contexte peut passer une année complète de travail sur le terrain à étudier deux ou trois communautés, puis y revenir plusieurs fois, et donc y consacrer une immense quantité de temps et d’énergie. Avec le développement du cadre du système socio-écologique, nous espérons maintenant que nous pourrons, lentement mais sûrement, élaborer un langage que des économistes, des sociologues, des écologues, des anthropologues, des historiens, des géographes pourront utiliser de façon similaire.

Actuellement les recherches sont souvent réalisées sur des variables très semblables mais nommées différemment, de sorte que les chercheurs ne peuvent communiquer ni développer un langage commun. En y travaillant lentement mais sûrement et en identifiant, au fil du temps, les niveaux concernés pour reconnaître ce qui est important dans le monde réel, nous finirons par avoir un langage plus approprié et complexe.

Pensez aux niveaux que nous utilisons pour décrire l’humain dans le cadre des systèmes socio-écologiques élargis. Linné a établi un système de classification du vivant assez simple au début et, au fil du temps, des niveaux supplémentaires et des ajouts ont augmenté la complexité de ce système. Ce qui a permis de disposer des arguments nécessaires pour qualifier un oiseau particulier, le différencier d’un autre oiseau, ou identifier si une espèce en précède une autre. Nous avons maintenant au moins un langage de classification qui permet d’organiser ces arguments, ce qui ne s’est pas fait en un clin d’œil… Le cadre des systèmes socio-écologiques n’est pas définitif car nous l’améliorons et nous le modifions. En utilisant notre cadre de systèmes imbriqués, un collègue Ulrich Frey à Giessen en Allemagne est en train de faire une analyse statistique des données que nous avons sur 250 systèmes d’irrigation au Népal, depuis la base originale de données pour obtenir plus de détails sur les variables des différents niveaux. Nous voulons un langage simple pour répondre à certains besoins, par exemple identifier s’il existe des règles de délimitation et y répondre par oui ou non, si c’est ce que nous devons savoir. Mais, dans d’autre cas, nous aurons besoin de savoir si cette délimitation est une limite physique ou si elle est instituée par un système qui évolue et peut modifier la délimitation au fil du temps ; ce qui la rend beaucoup plus difficile à contrôler qu’une limite physique comme les limites des nappes d’eaux souterraines qui sont assez stables dans le temps, du moins en Californie.

Avec ce cadre, il s’agit donc de comprendre ces règles limites et de donner des réponses aussi simples que possible sur le fait de savoir si elles jouent ou non un rôle pour conduire à un long terme durable. Nous ne voulons pas ajouter de la complexité inutilement. Mais nous devons parfois détailler pour ne pas faire de recommandations basées sur des concepts simplistes.

Les relations des individus avec le pouvoir

Le public

Vous parlez de l’individu comme acteur de base du modèle, or les individus ont des inégalités de richesse, de pouvoir, d’influence. La question est donc celle de la domination et de la lutte entre les individus pour le pouvoir. Votre notion d’individu n’évacue-t-elle pas trop facilement ce problème du politique dans le partage des biens communs ?

Elinor Ostrom

Lorsque nous sommes en laboratoire pour des expérimentations, avec 5 joueurs ou 10 ou 20 ou 100 ou 150, nous pouvons changer la structure du jeu de sorte qu’ils soient tous égaux ou non. Nous venons de faire une série d’expériences conçue sur la base des notions, développées par Mancur Olson, du roi et des patrons : le roi étant la personne qui a probablement plus d’intérêt à maintenir les travailleurs et les paysans au même endroit, pour maximiser le prélèvement sur leur travail, par opposition aux patrons qui peuvent tout simplement se déplacer ailleurs et n’ont pas vraiment d’intérêt à maintenir le travail à long terme. Nous avons examiné des jeux où les gens agissent de manière séquentielle, et d’autres où ils agissent simultanément. Nous leur avons donné différents pouvoirs sur ce qu’ils peuvent faire de manière séquentielle. Et, lorsque nous donnons la capacité résiduelle au cinquième joueur, pour être ce que nous appelons dans notre théorie un roi, ce joueur peut littéralement prendre presque ce que tout le monde a épargné et, au fil du temps, son action conduit à de moins en moins de ressources à prélever. La puissance de l’un utilisée de façon irresponsable conduit alors les autres joueurs à ne pas épargner, ni à conserver les ressources, et la situation de tous empire. Nous avons observé cela dans un environnement de laboratoire et tenté de le faire sur le terrain où il est assez difficile d’obtenir une mesure réelle et précise du pouvoir.

En considérant les agents de l’administration publique qui ont le pouvoir de prendre des mesures et de les appliquer, il est important de comprendre s’ils ont les connaissances nécessaires pour le faire et s’ils connaissent l’impact de ces mesures sur les autres acteurs. Nous sommes dans un domaine qui a déjà été défriché et les chercheurs n’ont pas à être aussi hardis pour aborder ces questions que nous devions l’être il y a trente ans. Mais il y a encore beaucoup à faire, donc, si des questions importantes sont à explorer, faites-le !

Les ressources du global au local

Le public

Existe-t-il selon vous des ressources qui doivent être gérées de manière communautaire ? Y a-t-il urgence à établir dès aujourd’hui des législations globales pour gérer des ressources rares ? Si l’on fait référence à vos recherches dans le cadre du climat, qu’est-ce qu’un bien commun national ? Un bien mondial ?

Elinor Ostrom

Si nous devons attendre que les dirigeants internationaux trouvent une solution pour résoudre le problème climatique, alors bonne chance ! Je suis très découragée car nous pensons que c’est leur problème et nous ne reconnaissons pas que cette situation est liée à de multiples externalités* qui opèrent à de multiples échelles. On a des externalités positives pour le climat quand une famille utilise des bicyclettes et la marche au lieu d’utiliser une voiture à chaque fois qu’ils doivent faire une course ou rendre visite à quelqu’un ; et cela va aussi améliorer leur état de santé. Si une famille investit aussi dans des moyens de réduire l’utilisation de l’électricité ou d’autres énergies, elle peut réduire l’émission de gaz à effet de serre et aussi améliorer la vie de la famille. Si une petite communauté trouve des moyens de permettre aux personnes qui investissent dans l’énergie solaire de vendre leurs excédents à la communauté, alors la communauté n’aura pas à investir dans de nouvelles installations et la collectivité en bénéficiera. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de global, mais les bénéfices globaux sur le climat ne sont pas les seuls. Et mon argumentation porte sur une vision polycentrique de la question du climat.

Soyons conscients que nous pouvons obtenir de nombreux avantages pour des populations, si nous agissons à partir d’une échelle réduite et atteindre au fur et à mesure une échelle plus large. Cela ne signifie pas que nous devons renoncer à l’international, mais nous devons renoncer à recourir seulement à l’international. Nous devons faire pression sur les négociateurs internationaux, mais plus nous pourrons agir à d’autres échelles, comme le font déjà des villes en Europe, plus nous pourrons montrer que cela est possible.

Les parcours et l’interdisciplinarité

Le public

En tant que professeur de sciences politiques, l’attribution du prix Nobel d’économie pour vos travaux va-t-elle changer le monde de la science économique, en particulier vers une compréhension du contexte de l’économie dans la société ?

Elinor Ostrom

J’ai été très heureuse de suivre à l’UCLA un premier cycle de programme de formation très interdisciplinaire qui incluait la théorie économique. Lors de mes études supérieures, j’ai été suivie pour ma thèse par un comité qui incluait un économiste, un sociologue et un ingénieur hydrologue. Un groupe de professeurs abordait des questions sur l’organisation métropolitaine en croisant l’économie et les sciences politiques, mais nous n’avions pas cette séparation entre les deux disciplines. Lorsque j’ai commencé à enseigner dans un département de sciences politiques, où j’avais de merveilleux collègues, mais avec une vision plutôt étroite, et peu différente de celle de ma formation initiale en économie, mes discussions avec des collègues plus expérimentés me poussaient à ne pas intégrer l’école du Public Choice dont Vincent Ostrom était l’un des premiers présidents. Je m’y suis impliquée en dépit de l’avis des politologues. J’ai donc été préparée très tôt à être interdisciplinaire et à surmonter le problème d’être une jeune membre du corps professoral à qui la faculté demandait de ne pas l’être. J’ai pu le surmonter et continuer… Car j’étais têtue.

Quant au changement de la science économique, cela dépend davantage des jeunes présents dans le public de cette conférence que de moi. J’ai 77 ans. Je travaille toujours, j’enseigne toujours, j’écris toujours, mais je ne serai plus productive que quelques années. Ce sont les jeunes qui ont 25 ou 50 ans devant eux, donc beaucoup de temps, s’ils travaillent ensemble et essayent de réfléchir comment croiser les disciplines, comment utiliser plusieurs méthodes et traiter ces questions. Y a-t-il un problème près de là où vous êtes né et avez grandi ? Y a-t-il quelque chose près d’ici que vous pourriez être en train d’étudier ? Que pourriez-vous faire en un an à l’étranger ? Et faites-le.

Nous avons ainsi la possibilité de produire un énorme changement, bien mieux qu’avec n’importe quelle personne sur cette estrade…

© Éditions Quæ, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access