Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une troisième voie entre l’État et le marché

 | 
Martine Antona
, 
François Bousquet

Trajectoires, héritages et actualités

Texte intégral

1La biographie d’Elinor Ostrom est très connue. Elle a elle-même raconté son parcours en 2010 dans un article de l’Annual Review of Political Science (Ostrom, 2010) et en 2011 dans le Policy Studies Journal (Ostrom, 2011a). Nous proposons ici une courte biographie en mettant l’accent sur quelques rencontres qui ont marqué son parcours et participé aux inflexions de sa recherche.

2Elinor Ostrom fut la première de sa famille à entrer à l’université, en l’occurrence l’université de Californie UCLA. Elle a conté les difficultés rencontrées au début de son parcours pour être prise au sérieux en tant que femme. Elle a également expliqué combien la discipline de l’économie comme celle des sciences politiques furent souvent critiques sur ses travaux, essentiellement car Elinor Ostrom tenait à prendre en compte la complexité des phénomènes étudiés et à s’appuyer sur des recherches empiriques.

3Au début des années 1960, elle a suivi les cours de Vincent Ostrom (qui deviendra son mari). Ce dernier demanda à ses étudiants de choisir chacun une nappe phréatique située en Californie du Sud et d’étudier les processus mis en place pour faire face aux problèmes de croissance démographique et de manque d’eau. Le groupe d’étudiants échangeait à propos des différents cas et comparait les différentes stratégies et actions utilisées par les différentes communautés. À la fin des années 1960, à la suite des travaux de Mancur Olson et surtout de Garret Hardin, ces travaux prirent une portée plus importante. En effet, en 1968, Hardin publia un article intitulé « The Tragedy of the Commons » (la Tragédie des communs) (Hardin, 1968), qui expliquait qu’une ressource qui n’est pas appropriée est condamnée à être surexploitée car chacun des usagers a intérêt à exploiter cette ressource au plus vite avant que les autres ne le fassent. C’est un dilemme : si chacun raisonne individuellement, il est rationnel d’exploiter au plus vite la ressource alors que, collectivement, il serait plus rationnel de définir un prélèvement total qui permette à la ressource de subsister et donc aux exploitants de se maintenir. Pour Hardin, les communs seraient donc condamnés à la tragédie à moins que l’on ne privatise la ressource – chacun prendra alors soin de sa part – ou bien qu’une autorité supérieure – l’État le plus souvent – régule le prélèvement. Les observations d’Elinor Ostrom et de ses collègues allaient à l’encontre de cette théorie. Elle observait que, lorsque des individus font face à ce type de dilemme, ils n’ont pas forcément besoin d’une autorité supérieure pour définir un prélèvement soutenable. Lorsqu’ils ont des « arènes » dans lesquelles ils peuvent échanger, apprendre à se faire confiance, rassembler des informations solides, observer l’évolution des ressources, créer des règles, ils parviennent alors à résoudre leur dilemme sans intervention d’une autorité supérieure, ni privatisation de la ou des ressources concernées.

4Devenue chercheuse à l’université de l’Indiana à Bloomington, elle a conduit des recherches sur la « fragmentation » des services urbains. La théorie disait alors que la multiplicité des organisations gouvernementales conduisait au chaos et à l’inefficacité. Des réformes à l’échelle des métropoles proposaient de réduire une telle fragmentation en créant des organisations moins nombreuses mais plus grosses. Les divers projets de recherche menés par Elinor Ostrom au sujet des services de police dans plusieurs régions métropolitaines des États-Unis montrèrent le contraire. L’explication de cette efficacité de petites unités locales est liée, selon elle, à la co-production des services : la proximité des bureaux de police permet aux résidents et aux policiers d’interagir pour co-produire de la sécurité, réelle ou ressentie.

5Au début des années 1980, Elinor Ostrom a séjourné plusieurs fois à Bielefeld en Allemagne. Elle y développa les bases de son approche de l’analyse des institutions*. Elle cherchait à produire un cadre conceptuel qui lui permette d’étudier de la même façon les juridictions, les marchés, les administrations, bref toutes les structures impliquées dans une économie politique complexe. Ce cadre, nommé l’Institutional Analysis Design (IAD) décrit dans cet ouvrage, lui servira de guide pour constituer une vaste base de données sur des cas de gestion de biens communs, en relation avec de nombreux collègues. Au sein du Workshop in Political Theory and Policy Analysis qu’elle a créé avec Vincent Ostrom à l’université d’Indiana de Bloomington en 1973, elle consacra de nombreuses années à étudier la diversité des institutions. C’est à partir de l’analyse de cette base de données qu’elle classa les formes d’appropriation des ressources qui dépassent la simple propriété privée. Elle identifia des droits d’accès, de collecte, de gestion, d’exclusion et d’aliénation. Ces droits peuvent se combiner en ce qu’elle a appelé des faisceaux de droits*, pour produire une multiplicité de formes d’appropriation (Schlagger et Ostrom, 1992). Des expériences en laboratoire ont permis de voir quelles sont les variables importantes pour la soutenabilité d’un système de gestion. En 1990, elle publia son livre le plus fameux sur ce sujet, Governing the Commons (Ostrom, 1990), édité en français en 2010.

6Après plusieurs années passées à étudier la question des communs et à la suite de rencontres avec des chercheurs qui travaillaient sur la résilience* des systèmes sociaux et écologiques (Holling, 1973 ; Folke et al., 2011), elle orienta sa carrière sur le thème des systèmes socio-écologiques, c’est-à-dire sur la relation entre dynamiques écologiques et dynamiques sociales. Ce changement de cadre correspondait au débat naissant et à une demande d’informations sur les changements globaux par la société civile, par exemple sur le problème du climat. La réflexion sur les systèmes socio-écologiques lui a permis de généraliser à une échelle globale les leçons tirées des études menées à l’échelle locale.

L’héritage d’Elinor Ostrom

7Après la disparition d’Elinor Ostrom et les premiers hommages à son travail, ses collègues et ses collaborateurs ont poursuivi ces travaux. Certains ont écrit des articles sur son œuvre ou édité des ouvrages de recueil de ses contributions (Cole et McGinnis, 2015a, 2015b, 2017 ; Agilica et Boetke, 2009) ; d’autres ont ouvert de nouveaux champs d’application. Nous avons exploré les contributions déposées à la Digital Library of the Commons du Workshop de Bloomington ainsi que les articles publiés dans la revue International Journal of the Commons depuis 2011. Ces deux ressources (la Digital Library et la revue) ont été créées et portées par Elinor Ostrom, et font partie de l’héritage qu’elle a laissé, deux répertoires en accès libre qui mettent à disposition des écrits sur les communs. Nous avons aussi interrogé ses collègues de Bloomington ou de l’Arizona State University avec qui elle a beaucoup publié au cours de ses dernières années de vie et de travail. À partir de ces lectures et de quelques autres références, nous distinguons : ce que nous enseignent les synthèses à propos de son œuvre, les nouveaux champs dans lesquels son œuvre émerge et enfin la poursuite de son œuvre sur les cadres de travail.

Synthèse de ses principales contributions

8De nombreux auteurs ont tenté et tentent encore de classer les apports d’Elinor Ostrom. B. M. Frischmann, étudiant d’Elinor Ostrom, retient deux leçons de son professeur (Frischmann, 2013) : prendre en compte la complexité et le contexte et, méthodologiquement, créer et utiliser des cadres de travail (frameworks) qui intègrent de multiples méthodes, théories et études empiriques pour un apprentissage systématique et évolutif. Elle a contribué à réduire la fracture entre sciences politiques et économiques en complexifiant les modèles simples de chacune de ces disciplines qui séparaient le public et le privé, l’État ou les marchés. Cole et McGinnis (2015a, 2015b, 2017), qui sont les coordinateurs d’une série de trois livres qui rassemblent ses articles majeurs ainsi que des contributions d’auteurs qui l’ont influencée ou ont participé à ses travaux, ont différencié les travaux d’Elinor Ostrom selon les thèmes de la polycentricité, de la gestion des communs et enfin des méthodes et des cadres de travail. Nous reprenons leur catégorisation.

9Le thème de la polycentricité est le cœur de la contribution d’Elinor Ostrom. C’est le thème qu’elle a choisi au début de sa carrière en travaillant avec Vincent Ostrom et Charles Tieboutψ et c’est celui qu’elle a conservé tout au long de son parcours de chercheuse. Même si c’est au thème des communs qu’elle doit sa célébrité, la polycentricité constitue le socle de son œuvre. Comme elle le rappelle dans sa leçon pour l’obtention du prix Nobel, Vincent Ostrom, Charles Tiebout et Robert Warren (1961) ont introduit le concept de polycentricité pour tester si l’ensemble des interactions entre de multiples centres de décision publics et privés engagés dans la gestion des métropoles états-uniennes produisait du chaos, comme l’alléguait la plupart des chercheurs à cette époque. Leurs recherches empiriques, qu’Elinor Ostrom poursuivit tout au long de sa carrière, montrent qu’au contraire la diversité des centres de décisions, coordonnés suivant de multiples modes, forme un système qui produit de multiples services.

10La gouvernance des ressources a constitué le champ empirique des recherches d’Elinor Ostrom, qui aboutissent à des avancées théoriques et à des recommandations en termes de politiques de gestion des ressources. Ses travaux initiaux sur l’eau, qui se diversifieront ensuite à l’ensemble des ressources renouvelables comme les stocks de poissons, les pâturages, les forêts, l’amènent à s’intéresser aux formes d’appropriation, c’est-à-dire à la diversité des règles et des droits à propos de ressources et de biens. Si ses observations confirment l’importance du contexte, chaque cas de gestion de ressources – c’est-à-dire de combinaison de processus écologiques et de modes d’appropriation – étant unique, son œuvre a essentiellement consisté à rechercher les régularités, les différentes catégories ou les registres généraux. À partir d’un grand nombre de cas d’étude (les bases de données sur les systèmes d’irrigation ou sur les forêts sont les exemples les plus connus – voir encadré Recherches à l’International Forestry Resources and Institutions), elle propose une conceptualisation d’une situation de gestion des biens communs et identifie les conditions qui permettent une gestion durable de ces biens. Son tableau de définition des types de biens (public, privé, club, communs), repris des travaux de Samuelson, est une de ses productions les plus utilisées car elle sert à définir ce qu’est un « bien commun ». Elle montre que la définition du bien commun s’appuie sur des facteurs sociaux et non pas sur la nature de ces biens. Mais c’est à travers le concept de bundle of rights, traduit en français par faisceau de droits, qu’elle contribue le plus à caractériser la situation de gestion des biens communs. L’analyse des bases de données de cas d’étude la conduit, avec E. Schlager et à la suite des travaux de J. Commonsψ, à proposer cinq types de droits que des individus peuvent avoir à propos du bien commun : le droit d’accès, le droit de prélèvement, le droit de gestion, le droit d’exclure, le droit d’aliéner. Le deuxième apport marquant (à tel point que les auteurs considèrent que c’est celui-ci qui lui vaudra le prix Nobel) d’Elinor Ostrom à partir de l’analyse des bases de données est l’identification des design principles. Elle dira plus tard regretter ce terme de principes qui porte une dimension prescriptive. Son objectif est de chercher dans les différents cas ce qu’elle a appelé des régularités (on pourrait dire des formes) institutionnelles que l’on retrouve au sein des systèmes de gestion des biens communs qui ont vécu longtemps et qui sont absentes des systèmes qui n’ont pas perduré.

11Pour ceux qui ont analysé les travaux d’Elinor Ostrom, son troisième apport majeur a été de proposer des cadres (frameworks) en tant qu’outils d’apprentissage. Elle différencie théorie, modèle et cadre (voir encadré Cadre d’analyse, théorie et modèle). Un cadre de travail sert à rassembler et à organiser les démarches et les résultats pour étudier la gestion des ressources et des biens communs. Le cadre de travail fournit un langage général pour décrire ; une fois établi à partir de nombreuses observations empiriques et recherches théoriques, il est mis à l’épreuve de nouvelles observations et expérimentations. Il est donc évolutif, et l’œuvre d’Elinor Ostrom montre comment ces cadres ont évolué au fur et à mesure de ce travail permanent d’observation de terrain et de test par les expériences. L’utilisation de ces cadres lui permet de tirer des leçons en assemblant les résultats de méthodes très différentes et souvent considérées comme incompatibles. Dans le domaine des sciences sociales, elle est pionnière dans l’utilisation coordonnée d’études de terrain, d’expérimentation économique en laboratoire et sur le terrain, et de modélisation mathématique et informatique. Le dernier livre qu’elle écrit avec Poteete et Janssen (Poteete et al., 2010) porte d’ailleurs sur cette question des méthodes multiples. Elle produit également deux cadres marquants : le cadre de l’Institutional Analysis Design (IAD) et celui des systèmes sociaux et écologiques. Ils sont présentés dans la suite de cet ouvrage, à la fois dans les conférences d’Elinor Ostrom et dans les groupes de discussion.

  • 12 http://www.socialsciencespace.com/2011/11/my-social-science-career-interview-with-elinor-ostrom/ (...)

12Polycentricité, gestion des biens communs et utilisation de cadres évolutifs pour synthétiser l’apport de multiples méthodes sont ainsi, pour ceux qui ont écrit à ce sujet, les différents aspects de sa contribution. D’un point de vue plus général, T. Forsyth et C. Johnson (2014) considèrent que son héritage principal est le développement d’une approche du choix rationnel* collectif pour penser les institutions. À la suite de H. Simonψ (comme elle le mentionnera elle-même dans un entretien12), elle critique le modèle de l’individu rationnel qui cherche à maximiser ses bénéfices à partir de l’information totale et parfaite dont il dispose, et elle s’attache à définir un modèle de rationalité de deuxième génération. Dans celui-ci, les acteurs sont complexes, faillibles, font de leur mieux en fonction de ce qu’ils savent et des contraintes avec lesquelles ils doivent composer, peuvent apprendre et édicter des règles. En situation de gestion de ressources communes, le facteur auquel Elinor Ostrom attache le plus d’importance est celui de la confiance, essentiellement la confiance dans le fait que les autres respecteront les règles. Cette confiance passe par la confiance dans les autres et par l’existence et l’efficacité d’un système de sanction. Elle offre aux études sur le développement une perspective dans laquelle des individus peuvent entreprendre des actions collectives à propos des biens communs sans en référer obligatoirement à l’intervention de l’État ou à l’établissement de la propriété privée. Elle permet aussi de décrypter et de donner un renouveau à l’analyse du fonctionnement de modes de gestion de ressources dans les pays du Sud comme du Nord, qu’il s’agisse de gestion collective de pâturages, de pratiques d’affouage, de modalités établies au sein de groupement de pêcheurs, telles les prudhommies en Méditerranée française ou les cofradias en Espagne, ou encore des tribunaux communautaires de l’eau en Espagne. Loin d’une vision passéiste des institutions mobilisées, ses travaux abordent les conditions de la pérennité de tels systèmes.

Évolution récente des cadres et des modèles

13Elinor Ostrom marque la recherche en sciences économiques et politiques par le fait qu’elle construit des cadres et les fait évoluer progressivement en les confrontant avec les études de terrain ou les résultats d’expérimentations. Comme elle l’écrit dans son dernier livre avec A. Poteete (Poteete et al., 2010), elle encourage la communauté de chercheurs à développer des conceptualisations, des modèles, des théories, des outils et des méthodes pour actualiser les cadres qu’elle a développés et élaborer de nouvelles théories basées sur les observations de terrain. Les collaborateurs ou les chercheurs inspirés par son œuvre ont poursuivi dans plusieurs directions qu’elle avait identifiées.

14Il y a tout d’abord ceux qui ont travaillé la pertinence et la précision des cadres proposés. Ainsi, Leslie et al. (2009) ont rendu opérationnel et testé le cadre des systèmes socio-écologiques (SES) en étudiant une pêcherie, et X. Basurto l’a aussi utilisé pour classifier différentes pêcheries (Basurto et Ostrom, 2013, 2011). Considérant que les concepts mis en œuvre dans ce cadre étaient ambigus, Hinkel et al. (2014) ont contribué à le clarifier et proposé une procédure basée sur un ensemble de dix questions et une documentation rigoureuse de ce cadre. McGinnis et Ostrom (2014) ont aussi poursuivi le travail sur le cadre des systèmes socio-écologiques en modifiant essentiellement la description de la gouvernance des systèmes. Cette analyse souligne le retour à l’ambition initiale du cadre de travail, à savoir, développer un outil de diagnostic pour étudier la durabilité des systèmes socio-écologiques complexes. Ce diagnostic se décompose en trois phases. La première est la définition d’un niveau d’analyse pour comprendre les principales interactions responsables de la dynamique. La deuxième étape consiste à sélectionner les variables qui doivent être mesurées. Le cadre des systèmes socio-écologiques propose un ensemble de variables qui ne seront pas toutes prises en compte ; le mérite de cette liste de variables est de s’assurer que certaines n’ont pas été oubliées ou sous-estimées. Enfin, en troisième étape, ce cadre permet de communiquer les résultats.

15Viennent ensuite les chercheurs qui étendent les cadres de travail pour poursuivre l’œuvre d’Elinor Ostrom en analysant statistiquement quels sont les facteurs qui font le succès ou l’échec d’un système de gestion des communs. Le principe est le même que celui qu’elle avait adopté : créer une base de données à partir d’un cadre qui identifie un certain nombre de variables, documenter cette base de données, et faire des analyses statistiques qui visent à l’identification des variables qui influent sur la soutenabilité des systèmes. Le projet SESMAD (Social-Ecological Meta-Analysis Database) conduit par M. Cox (Cox et al., 2010) inclut de nouvelles variables et cherche essentiellement à prendre en compte des systèmes sur une grande échelle afin d’estimer si les relations identifiées à l’échelle locale lors des études précédentes émergent aussi de cette analyse. Un deuxième groupe de chercheurs a poursuivi les recherches d’Elinor Ostrom à partir de base de données d’études de cas et publié les résultats dans un numéro spécial de l’International Journal of the Commons. Baggio et al. (2016) analysent 69 études de cas et concluent que l’importance des design principles dépend des caractéristiques de la ressource et des infrastructures créées par les hommes. Ainsi, la définition des limites sociales (qui fait partie des utilisateurs et qui n’en fait pas partie) est importante quand la ressource est mobile (par exemple une pêcherie), alors que, pour une ressource statique (forêt, périmètre irrigué), c’est plus le dispositif d’observation et de surveillance qui favorisera la soutenabilité du système. Barnett et al. (2016) analysent neuf cas d’études qui contredisent les attentes, soit parce que les principes ne sont pas respectés mais que le système est durable, soit parce que les principes sont respectés et que le système ne s’est pas avéré durable. Leur étude met l’accent sur des problèmes méthodologiques pour le codage, indique que certains principes ont plus d’importance que d’autres, comme souligné par l’étude de Baggio, et mériteraient d’être formulés plus précisément.

16Enfin, les collaborateurs d’Elinor Ostrom poursuivent son œuvre en examinant la dynamique des systèmes qu’elle a conceptualisés et formalisés. Elle a montré comment des communautés peuvent créer des règles pour résoudre des dilemmes sociaux. Mais quelle est la dynamique de ces règles ? Ces règles sont-elles robustes lors de changements et permettent-elles la résilience du système ? À la fin des années 1990, Elinor Ostrom avait rencontré un groupe de chercheurs travaillant dans le domaine de la résilience des systèmes socio-écologiques (c’est à l’issue de cette rencontre qu’elle utilisera ce concept). La résilience est la capacité d’un système à absorber les perturbations et à se réorganiser de façon à maintenir ses fonctions et sa structure. Elle leur apporte sa contribution sur les institutions et leur donnera un fondement scientifique pour penser l’action collective en rapport avec les ressources et l’environnement. En retour, elle interagit avec des chercheurs qui travaillent sur la dynamique des systèmes et sur leurs réponses à des perturbations. À partir de 2004, elle développe avec M. Anderies et M. Janssen (Ostrom et al., 2007) le cadre de la robustesse* qui pose la question des relations entre des ressources, des usagers, des infrastructures (qui peuvent être des routes comme des règles) et des fournisseurs d’infrastructures (Anderies et al., 2016). La robustesse est le maintien de certaines caractéristiques du système lorsqu’il est confronté à des perturbations internes ou externes. Aujourd’hui, Anderies, Janssen et Schlager (2016) ont nommé leur cadre d’analyse « système d’infrastructures couplées » (Coupled Infrastructure Systems). Le système est composé de différents types d’infrastructures dont ils étudient la dynamique des interactions. Il s’agit d’une tentative pour formaliser la dynamique de systèmes polycentriques.

L’actualité de la pensée d’Ostrom

17Au-delà de la trajectoire scientifique d’Elinor Ostrom décrite ci-dessus, le vocable de commun comme voie « alternative », qu’elle introduit, notamment dans son discours de réception du Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel en 2009, est repris dans de nombreux domaines et par des acteurs sociaux divers. L’année 2016 a été appelée « année des communs » par de multiples associations, organisations et mouvements de la société civile. On ne compte plus les articles et les livres, destinés aux scientifiques comme au grand public, qui mentionnent l’actualité ou l’intérêt d’une pensée du bien commun. On peut citer le livre de M.-B. Crawford (2016) qui explique le besoin de refaire de l’attention, du silence, un « bien commun ». Dans un autre domaine, la monnaie virtuelle est présentée dans un article du Monde « comme un bien commun reconnu par une collectivité d’usagers », et donc à l’origine d’un sentiment d’appartenance de ces usagers.

18L’actualité de la pensée d’Elinor Ostrom prend deux directions. La première est celle du commun comme troisième voie entre l’État et le marché qui est au cœur de sa pensée. Cette idée est reprise dans de nombreux domaines, pour penser le travail et ses nouvelles formes, pour penser les connaissances et leur partage, ou encore le climat. Dans ces divers domaines, à partir d’une réflexion sur les régimes d’appropriation collective, les questions explorées s’orientent sur le « faire ensemble » entre divers groupes d’acteurs, sur la co-production de services collectifs, y compris entre l’État et les citoyens, et sur la fourniture de services pour un public, en dépassant la seule idée de consommation commune.

19La seconde direction est celle d’une démarche scientifique qui porte un regard sur des situations concrètes, qui part d’observations pour bâtir de nouveaux paradigmes et proposer de nouvelles approches. Le développement d’une économie collaborative comme d’une économie sociale et solidaire prend des formes diverses qui font référence au commun et à des logiques qui peuvent le sous-tendre. Les interrogations soulevées renvoient à des paradigmes qui mobilisent les questions d’accès, de fonctionnalité et de réciprocité, traités notamment dans les champs scientifiques de l’économie du partage ou de l’économie politique de la contribution.

Le commun comme troisième voie ?

20En choisissant comme point de départ de ses analyses les formes de l’appropriation des ressources, Elinor Ostrom a mis en évidence le rôle de l’organisation sociale qui définit les conditions d’accès aux ressources, partageant ainsi le questionnement de J. Ribot et N. Peluso (2003) ou de J. Rifkin dans L’âge de l’accès (2005). Alors que la propriété est associée à la modernité depuis des siècles (Coriat, 2015 ; Le Roy, 2015), l’usage de ressources partagées régulé par des collectifs d’appropriation pourrait conduire à une gestion plus efficace des ressources et à mieux répondre aux besoins des sociétés que la propriété, qu’elle soit individuelle ou étatique. Lors d’une conférence récente à l’Agence française de développement, Gaël Giraud, met en avant l’« accès pour tous » avec « des droits différenciés ».

21Ce débat est désormais vivace, qu’il s’agisse des gènes et du vivant, des médicaments, des données qui transitent sur Internet… En montrant que cela s’appuie sur une organisation sociale, et en fournissant des cadres et des outils conceptuels, cette pensée de l’appropriation a donné naissance à tout un champ de réflexion sur la décision et l’organisation collective qui s’étend à de nombreux domaines, de celui des ressources localisées à des questions plus globales comme le développement ou encore le climat. Ainsi, Elinor Ostrom, lors d’une conférence à la Banque mondiale en 2011 sur le développement économique dans un monde post-crise (Ostrom, 2011c) reprend la question de l’aide au développement. L’aide pourrait, selon elle, assurer une contribution auprès d’institutions qui offrent des garanties d’un développement plus soutenable dans le contexte de relations de pouvoirs asymétriques, afin de sortir de ce qui est analysé comme le « dilemme du Samaritain ».

22De nombreux auteurs travaillant dans des domaines très divers ont trouvé dans sa contribution des cadres et des outils utiles pour leurs recherches.

23Dans le cadre des communs globaux et en travaillant sur la pertinence des principes directeurs (design principles) à cette échelle, P. Stern (2011) considère que les travaux d’Elinor Ostrom ouvrent le champ des possibles, en donnant l’opportunité d’inclure l’action des institutions non gouvernementales auto-organisées à l’arène qui était jusque-là réservée aux États et au marché. A.-J. Jordan et al. (2015), qui étudient la convention des Nations Unies sur le changement climatique, observent l’inclusion de multiples acteurs dans une organisation polycentrique pour la gestion du climat. Plusieurs niveaux (national, international, régional) travaillant selon différents modes (marchés, réseaux, hiérarchies) dans de multiples domaines (agriculture, industrie, transports, éducation) doivent interagir. Les auteurs précisent cependant que l’efficacité d’une telle organisation polycentrique reste à démontrer.

24G. Palsson (2011) a utilisé les travaux d’Elinor Ostrom à propos des gènes et du génome. Pour lui, la génomique (les matériaux, les données, les informations) sera mieux gérée par une autorégulation. Les questions de justice sociale, de participation, de droits des générations futures, de distribution des résultats de la recherche posent des questions auxquelles ces travaux peuvent contribuer à répondre.

25Pour D.-L. Anthony (2011), bien que les conditions d’exclusion et de rivalité ne correspondent pas à la définition d’un bien commun, Internet pose des questions auxquelles ces mêmes travaux peuvent contribuer à répondre, car l’action d’un individu sur le système et dans le système peut avoir des implications non seulement pour les autres utilisateurs, mais également pour l’intégrité du système lui-même.

26Pour d’autres auteurs, le renouveau des communs fait écho à la domination d’une économie néolibérale et permet de passer à une pensée sur le changement car il fournit des clefs pour une politique future, en préfigurant de nouveaux rapports de pouvoir qui ne s’appuient pas sur la propriété (Dardot et Laval, 2014) et en identifiant des solidarités à différentes échelles.

27L’actualité de la pensée des communs permet donc d’offrir un regard sur un ensemble de situations concrètes et ouvre ainsi la question de nouveaux paradigmes à identifier pour penser le changement.

Des situations concrètes à de nouveaux paradigmes

28L’actualité des travaux d’Elinor Ostrom tient aussi au fait que ses travaux et cadres d’analyse fournissent une perspective sur les relations entre société et nature. Or, des auteurs mettent en cause les effets de théories, de représentations du monde qui cadrent la réalité et deviennent « performatives » en « produisant » de fait une réalité conforme au cadre présenté. Ils pointent ainsi le rôle des prismes scientifiques qui influencent la conservation, la gestion dans une direction (Mace, 2016 ; Orach et Schlüter, 2016). Les travaux d’Elinor Ostrom n’échappent pas à ce débat, même s’ils mettent l’accent sur le danger de la solution unique, du one fits all, et sur le rôle du contexte. Les situations qui caractérisent les communs sont donc concrètes et situées dans des groupes, des systèmes donnés. Une diversité d’approches est nécessaire pour penser l’action ; l’expérimentation comme l’apprentissage au sein de groupes sont une donnée de base du fonctionnement des communs. Elinor Ostrom a développé en 2012 un argumentaire, « Pourquoi devons-nous protéger la diversité des institutions », qui conteste le modèle d’institutions standardisées, uniformes, qui est souvent planifié au Sud (Ostrom, 2012b). Du fait de bénéfices peu partagés entre un nombre réduit de bénéficiaires, ces institutions uniformes sont à l’origine de « verrous » qui ne permettent pas de développer des apprentissages ni de modifier ces institutions, sauf à la marge.

29L’analyse de l’émergence de ce qui est qualifié de nouveaux ou néo-communs et la promotion de nouvelles formes d’économies (collaborative, sociale et solidaire, circulaire ou peer to peer) s’inscrivent dans un renouveau de la pensée (Bollier, 2015 ; Bollier et Elfridge, 2015 ; Bauwens, 2015). On peut néanmoins y retrouver l’usage collectif de certaines ressources (y compris privées), dont la propriété individuelle ne doit plus être la seule caractéristique, et « à chaque fois un collectif ou à une autre échelle une société qui se dote d’une institution destinée à satisfaire ses besoins collectifs » (Thomé, 2016). Cette logique d’usage s’inscrit dans une économie de la fonctionnalité, revendiquée par le secteur de l’économie collaborative (Massé et al., 2015).

30Des auteurs signalent la nécessité de revoir les concepts et les catégories issues de la modernité, du droit romain pour mieux reconnaître le principe du commun et décrire et analyser des « pratiques instituées » (Dardot et Laval, 2014 ; Le Roy, 2016). D’autres auteurs reprennent l’idée d’expérimentations et mettent à jour, dans les nouvelles formes d’économie collaborative étudiées, les institutions et les règles identifiées par Elinor Ostrom sans être partis de ses analyses. Il en est ainsi de la logique d’accès distribué selon des règles dans l’économie du libre et du peer to peer décrite par Bauwers (2015). La logique du don et de l’échange symbolique comme alternative à l’échange marchand est aussi retenue dans l’économie du partage analysée par Alain Caillé (2013). En renvoyant au commun, elle peut fonder certaines de ces économies émergentes dans le sens où elle s’appuie sur des formes de réciprocité et de lien social au sein de collectifs. Mais, si le concept de commun peut permettre de préciser ou de donner une signification à ces nouvelles formes d’économies, souvent définies de manière un peu vague, sont mentionnés les risques liés à une récupération possible par une forme d’économie « collaborative » qui peut être instrumentalisée par l’État ou la logique néolibérale du marché, et ne pas considérer les valeurs sociales du commun. Ces valeurs sociales et le fait d’en prendre soin se situeraient alors dans une économie politique de la contribution, qui s’inscrit dans des relations à repenser entre le marché, l’État et la société, et dans le débat sur les formes de développement de nos sociétés.

Comment lire ce livre ?

31La visite d’Elinor Ostrom en France a donné lieu à des séries de conférences et à des échanges avec des scientifiques et un public plus large. Ce livre est le reflet de ces journées.

32Une première partie décrit les échanges qu’elle a eus avec le grand public lors de ses deux conférences, suivies par des séances de questions. C’est l’objet des deux premiers chapitres. Dans la première conférence à Montpellier, ouverte aux non-scientifiques, elle dialogue avec un large public devant plus de 500 personnes et présente ce qu’elle entend par cette « organisation en commun des ressources », ces communs, ce « ni État, ni marché », titre de sa conférence. Elinor Ostrom était invitée à l’Unesco pour la seconde conférence consacrée au thème de l’interdisciplinarité, en présence de chercheurs et de scientifiques d’organismes internationaux et de l’administration française, mais aussi de diverses personnalités, députés ou journalistes. Enfin, un troisième chapitre présente le jeu de questions et réponses avec le public.

33La deuxième partie décrit ses interactions avec des chercheurs francophones. Cette fois, ce sont les chercheurs qui ont préparé et ont exposé leur analyse des travaux d’Elinor Ostrom, avant de lui poser des questions. Quatre chapitres correspondent aux textes de préparation et aux questions posées. Dans un dernier chapitre, les réponses données par Elinor Ostrom à la communauté scientifique sont regroupées par thème.

34Au fil des textes, des encadrés présentent des exemples ou des illustrations des débats abordés lors de ces journées.

35Les textes de la première partie sont issus de la retranscription et de la traduction des deux conférences données par Elinor Ostrom lors de sa visite en France.

Notes

12 http://www.socialsciencespace.com/2011/11/my-social-science-career-interview-with-elinor-ostrom/ (consulté le 4 avril 2017).

© Éditions Quæ, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access