Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gestion durable de l’eau urbaine

 | 
Bernard Barraqué

Postface — La gestion des communs face aux conflits pour l’eau

Franck Poupeau et Pedro Jacobi

Texte intégral

1La gestion des ressources en eau a été érigée comme un exemple d’instauration du commun en politique, depuis la multiplication des conflits pour l’eau en réaction au processus de privatisation des services impulsé à partir des années 1980 à l’échelle mondiale. Elle a donné lieu à des formes d’auto-organisation, principalement rurales ou périurbaines, porteuses d’émancipation. Plusieurs chercheurs ont même parlé d’un « ethos communal » pour évoquer les luttes s’appuyant sur une base communautaire pour revendiquer un projet alternatif de société, basé sur des formes non libérales d’autogestion économique et d’autonomie politique.

2Parmi ces luttes, la « guerre de l’eau » à Cochabamba (Bolivie) en 2000 est devenue une référence incontournable des réflexions sur les luttes anticapitalistes. Ce mouvement mené par une coalition de comités d’irrigation, de juntes de résidents et de syndicats ouvriers, a conduit à l’expulsion d’une multinationale de travaux publics (Bechtel), et permis le retour à une gestion municipale du service d’eau. Cochabamba serait ainsi exemplaire des projets alternatifs de société à partir des « us et coutumes » réels ou supposés de peuples indigènes fortement représentés dans les mobilisations. Or, cette remunicipalisation s’est finalement avérée être un échec relatif, notamment en termes d’équipement, et de mise en place d’une gestion participative. L’expérience montre que l’auto-organisation de la gestion des biens communs ne suffit pas à instituer un projet politique alternatif à l’échelle de toute une ville.

3En effet, la mise en place de services publics à l’occidentale, c’est-à-dire desservant les domiciles sous pression et de façon continue, avec une eau de qualité directement potable, a exigé non seulement un investissement très lourd en infrastructures, mais aussi un changement complet de culture : la co-obligation à laquelle s’engageaient les membres des communs a été remplacée par l’abonnement individuel, libre et égalitaire. Cela a fait de l’eau urbaine un bien très différent de la ressource en eau. Les deux usines, celle de traitement de l’eau et celle d’épuration des eaux usées, marquent la frontière entre ressources et services publics. Or, dans de grands pays émergents comme le Brésil, le raccordement n’étant pas complet, la population modeste garde encore la culture de l’eau comme ressource, bien gratuit mais commun. Et ce projet de l’eau en commun fait retour sur le « vieux continent », où d’un côté certains veulent rendre l’eau indisponible à la marchandisation, et d’autres veulent expérimenter des éco-quartiers équipés en technologies autonomes par rapport aux réseaux du service public. La situation est ouverte pour un débat collectif du genre « forum hybride », c’est-à-dire sur les choix techniques et les choix sociaux à la fois.

4Afin de comprendre les logiques sociales par lesquelles des communautés ont été et sont conduites à s’organiser pour gérer les ressources naturelles et, plus généralement, réguler leur rapport à l’environnement, il est possible de reprendre l’approche proposée par Elinor Ostrom sur le modèle des systèmes socio-écologiques et des Common Pool Resources (CPR). Mais l’ambition plus méthodologique que sociopolitique de cette auteure (Johnson, 2004), l’a conduite à se focaliser sur la gouvernance des biens de la nature pris en charge collectivement : elle a ainsi davantage influencé les programmes des agences de développement que porté un projet alternatif de société.

5Pour Ostrom (2012), l’analyse des systèmes socio-écologiques doit en effet permettre de comprendre comment différentes institutions polycentriques peuvent favoriser ou au contraire contrarier l’innovation, l’apprentissage, l’adaptation, la flexibilité, la coopération entre parties avec des résultats plus efficaces et durables aux différentes échelles. Cette approche s’inscrit dans un projet de modélisation des interactions entre la société et son environnement (Cox et al., 2010). Bien qu’elle prenne en compte l’hétérogénéité interne des groupes locaux, cette approche a été perçue comme une « romantisation » de la communauté, du local et des formes d’auto-organisation (Mohan et Stokke, 2000).

6L’un des apports de la comparaison France-Brésil présentée dans ce livre est au contraire de permettre d’analyser à quelles conditions des formes collectives d’organisation peuvent se rapprocher ou s’éloigner de l’idéal des communs. Il dresse un état des lieux précis des modes de gestion de l’eau qui engagent des processus politiques complexes où les tendances à l’autonomie se trouvent confrontées à des logiques institutionnelles contraires, des recompositions territoriales aux dispositifs techniques, en passant par les tarifications sociales. Le cas des agences de l’eau et des comités de bassin mis en place en France dans les années 1960, et au Brésil à partir des années 1990, montre dans quelle mesure la construction d’institutions de gestion des communs s’est heurtée aux logiques étatiques qui, tout au long du xxe siècle, n’ont cessé de s’éloigner des approches subsidiaires et communautaires au profit de régulations administratives et fiscales. Sous couvert de décentralisation et de participation, les formes d’auto-organisation se trouvent en fait dénuées de poids politique réel. Ce livre amorce ainsi une réflexion sur les conditions sociales et institutionnelles susceptibles de produire des structures et des processus de gestion à la fois efficaces et justes : l’idéal de gouvernance des communs construit autour des ressources naturelles cède alors la place à des impératifs de gestion durable des services, engageant d’autres échelles territoriales.

  • 171 Le projet ANR-Bluegrass (2014-2017) se propose de comprendre la logique des conflits hydr (...)

7Le problème de la durabilité apparaît particulièrement dans le cas où la pénurie de la ressource génère des conflits pour l’eau, par exemple dans la région de São Paulo au Brésil. Comme le montrent les enquêtes du projet Bluegrass, mené dans plusieurs pays des Amériques171, l’analyse ne peut se limiter aux oppositions avérées entre les résidents des couches populaires et les autorités politiques : la gestion urbaine de l’eau suscite des jeux bureaucratiques complexes, à différents niveaux de gouvernement (municipal, national, fédéral). Ainsi le conflit autour du barrage de Billings, qui dépend du système technique de l’Alto Tietê dans la région de São Paulo, ne peut être interprété comme le seul effet d’une sécheresse chronique, dans la mesure où il révèle des antagonismes entre principes de gestion : qualité de l’eau contre quantité d’électricité. Il montre que les processus de décision en matière de politiques hydriques sont restés concentrés, au Brésil, entre les mains des services des États fédérés et des entreprises publiques de ces mêmes États fédérés, laissant les autres organisations citoyennes à leur marge, alors que des programmes fédéraux surajoutent conditionnalités et circuits de financements — ceci sans pour autant atteindre les cibles territorialisées, puisque les planifications rencontrent généralement de réelles difficultés de mise en œuvre au niveau local (Klink, 2013).

8Dans des contextes de pénurie (changement climatique, croissance urbaine, réduction des financements des infrastructures, rivalités pour de nouvelles sources d’approvisionnement), les luttes pour l’imposition de politiques hydriques sont aussi des luttes de savoirs, de savoir-faire et de compétences techniques qui opposent des agents aux ressources différentes : appartenance à une coalition, position institutionnelle et dans les réseaux de politiques publiques, trajectoires académiques et professionnelles, etc. D’autre part, ces jeux politico-bureaucratiques sont à replacer dans les structures institutionnelles spécifiques à chacun des pays étudiés et dans le rapport centre-périphérie qui en découle (État fédéral ou central, État fédéré ou structures décentralisées). Si des situations d’innovations institutionnelles et de politiques hydriques peuvent être décelées sur certains terrains (apprentissages entre coalitions, recompositions des relations entre acteurs permettant d’inventer de nouvelles solutions), d’autres laissent au contraire voir une tendance à la « dépendance du sentier » (resserrement, en période de stress hydrique, du système décisionnel sur une coalition techniciste monopolisant les ressources expertes du secteur bureaucratique de l’eau ; donc perpétuation des solutions existantes, et mise à la marge des solutions alternatives). Les conflits observés peuvent alors susciter l’adoption de politiques de l’eau plus ajustées aux contraintes de la transition écologique, lorsque la crise hydrique génère une recomposition des coalitions porteuses de compétences nouvelles ; ils peuvent aussi favoriser le maintien des politiques en vigueur, lorsque les recompositions de coalitions ne provoquent aucun changement dans les croyances partagées et dans la distribution des intérêts en vigueur.

Bibliographie

Références bibliographiques

Cox M., Arnold G., Villamayor T., 2010. A review of design principles for community-based natural resource management. Ecology and Society, 15(4).

Johnson C., 2004. Uncommon Ground: The ‘Poverty of History’ in Common Property Discourse. Development and Change, 35(3), p. 407-434.

Klink J., 2013. Development Regimes, Scales and State Spatial Restructuring: Change and Continuity in the Production of Urban Space in Metropolitan Rio de Janeiro, Brazil. International Journal of Urban and Regional Research, 37, 4 July, p. 1168-87.

Mohan G., Stokke K., 2000. Participatory Development and Empowerment: The Dangers of Localism. Third World Quarterly, 21(2), p. 247-268.

Ostrom E., 2012. Par-delà les marchés et les États. La gouvernance polycentrique des systèmes économiques complexes. Revue de l’OFCE, 120, p. 13-72.

Notes

171 Le projet ANR-Bluegrass (2014-2017) se propose de comprendre la logique des conflits hydriques face à de nouveaux défis environnementaux, à l’intersection de deux processus : le changement climatique et les dynamiques urbaines. La recherche se focalise sur la manière dont les problèmes environnementaux sont socialement perçus et construits, mais aussi stratégiquement appropriés et utilisés par les protagonistes de l’eau. Les études de cas incluent des villes et leur région rurale environnante, dans l’ouest des États-Unis, au Brésil, au Mexique, au Pérou et en Bolivie. Voir : https://bluegrass.hypotheses.org

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site