Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective

 | 
Rémi Barré
, 
Thierry Lavoux
, 
Vincent Piveteau

Partie 3 - Connaître, informer, évaluer l’environnement et les risques : un combat démocratique

Chapitre 15 - La Société vulnérable, un ouvrage précurseur, entre politique des risques et résilience

Florence Rudolf et Maryline Di Nardo

Texte intégral

Introduction

1Cet hommage à Jacques Theys est l’occasion de revenir sur quelques aspects de sa contribution à une sociologie de l’environnement et du risque. Cette opportunité est d’autant bienvenue que le champ des recherches consacrées aux risques en sciences sociales enregistre depuis quelques années une nouvelle effervescence qui les enrichit considérablement. Ces développements récents actualisent un certain nombre de questions formulées en 1987 par lui-même et Jean-Louis Fabiani dans la direction de l’ouvrage La Société vulnérable. Pour rendre pleinement compte de l’actualité du projet de ces auteurs, il convient de rappeler les ambitions qu’ils nourrissaient à l’époque à partir d’une collection de textes issus d’horizons professionnels et disciplinaires très divers. Outre l’ambition d’articuler les sciences de l’ingénieur et les sciences sociales, l’intérêt de leur projet résidait également dans la cartographie d’un champ de recherche à partir de l’identification de plusieurs notions associées à celle de risque. Nous pensons, en particulier, au concept de vulnérabilité qui a donné son nom à l’ouvrage, mais aussi à celui de résilience, dont J. Theys fait mention dans sa belle et longue contribution... C’est autour du sort qui sera réservé à la réception de ce triptyque que se joue notre proposition. Cette piste d’investigation permettra d’établir des ramifications avec d’autres ouvrages qui nous conduiront pour un temps hors des frontières de l’Hexagone. C’est donc un parcours fait de décentrements et de recentrements que nous nous apprêtons à arpenter, à partir de l’effort de caractérisation des catastrophes et des risques accompagnant la modernité que proposait alors J. Theys. Après un retour sur cette mise en perspective des grandes épidémies de la peste à nos jours, dont procède le triptyque « risque, vulnérabilité et résilience », nous poursuivrons par une incursion dans l’appropriation de la thématique du risque par les sociologues, dont les principales caractéristiques sont de s’être saisis de la notion de risque pour dresser un diagnostic de la modernité avancée et de ne pas être francophones. Ce détour étant effectué, nous retournerons dans l’Hexagone pour nous intéresser à l’investissement des géographes, car ce dernier offre des prises intéressantes sur les notions de vulnérabilité et de résilience, d’une part, et permet de renouer avec la dynamique interdisciplinaire initiée par Fabiani et Theys, d’autre part. Nous conclurons sur l’intérêt d’inscrire les études sur les catastrophes et les crises dans une perspective dynamique qui confère toute sa place à une sémantique complexe du type de celle préconisée par les auteurs de La Société vulnérable en leur temps.

L’architecture conceptuelle de La Société vulnérable : entre sciences de l’ingénieur et sciences humaines

2Commençons par préciser ce que nous entendons par l’architecture conceptuelle de l’ouvrage de Fabiani et Theys, organisée autour de ce triptyque « risque, vulnérabilité et résilience ». S’interrogeant dans son introduction sur la nature des catastrophes propres à notre époque, interrogation qui va lui servir d’argument à une typologie qui s’apparente à un essai sur la modernité vue à travers les catastrophes, Theys conclut que la principale différence entre toutes ces époques, c’est la réception sociale réservée aux catastrophes. « Ce qui distingue finalement la période moderne par rapport aux deux précédentes, ce n’est pas que les catastrophes y soient plus nombreuses ou plus meurtrières ; c’est plutôt la résistance qu’elles opposent, par leur nature totalement singulière, à toute forme de rationalisation (ou de régulation) qui pourrait, comme auparavant, les rendre acceptables. » Les risques, identifiés au passage à des catastrophes en puissance, sont associés à la notion de vulnérabilité, cette dernière étant définie comme la difficulté croissante à rendre des aléas non désirables acceptables. Ce ne sont donc pas les risques qui méritent, selon lui, une attention particulière — ces derniers ayant toujours existé sous différentes formes, c’est-à-dire sous différentes menaces —, mais l’aptitude des sociétés à les neutraliser. La neutralisation renvoyant, comme l’ensemble du livre l’illustre, à tous les moyens dont les sociétés disposent pour encaisser les coups d’aléas non désirés.

3Theys poursuit son propos en remarquant que « les travaux sur la vulnérabilité restent de très loin les parents pauvres des recherches sur les risques et la sécurité ». Aux raisons psychologiques — « aucune institution, aucun pays, aucune entreprise n’aime faire spontanément état de ses zones de fragilité et de faiblesse » — il convient d’ajouter les raisons techniques : connaissance des systèmes complexes à laquelle elle est associée et profusion de termes pour la qualifier. « Le mot lui-même souffre d’un trop-plein sémantique puisqu’il évoque aussi bien le potentiel de pertes ou la fragilité que la dépendance, l’insécurité, la centralité, le gigantisme, la complexité… mais aussi l’absence de régulations efficaces, ou la faible résilience — et ce ne sont là que quelques exemples […]. Une telle profusion nuit bien évidemment à l’utilisation pratique du concept. Encore faut-il remarquer que toutes les notions précédentes ne sont que les diverses façons de décliner la même idée générale : la vulnérabilité mesure la capacité ou pas de systèmes interdépendants à fonctionner sans accroc en absorbant les perturbations extérieures, même les plus imprévisibles. »

4C’est dans cette exploration de la notion qu’intervient, au passage, la référence à la résilience qui se voit précisée dans un encart où sont listés neuf indicateurs de la vulnérabilité et où elle est présentée comme un indicateur parmi d’autres. Elle y est définie par un ensemble de critères, « la faible résilience se caractérisant par une incapacité à s’adapter à la catastrophe, une viabilité ou un potentiel de reproduction et de cicatrisation réduits, des risques d’irréversibilités ou des ruptures socialement inacceptables ».

5À ce triptyque, qui définit en creux un programme de recherche consacré aux catastrophes pour plusieurs décennies, font suite des précisions sur la nature de ces événements auxquels notre époque semble plus particulièrement exposée. Ces derniers sont dits dilués et indéterminés du point de vue de leur délimitation. Difficiles à circonscrire, ils interviennent à bas bruit et de manière non visible, donnant facilement prises, en d’autres termes, aux rumeurs. Cet ensemble de propriétés érige in fine les médias en principaux propriétaires de la qualification des événements. « Plus que jamais, ce sont les médias qui, en effet, font, défont, sélectionnent et reconstruisent les situations de catastrophes. C’est eux qui ont, de manière presque discrétionnaire, ce pouvoir de trier entre le banal et le spectaculaire ; de masquer les risques potentiellement graves ou de mettre en scène et d’amplifier les accidents les plus anodins ; de faire d’un seul coup basculer le non événement dans la catastrophe : bref de qualifier l’incertitude. Ils ont aussi celui, il est vrai beaucoup plus limité qu’il ne paraît, de convoquer les experts et de faire pencher la balance en faveur de telle interprétation — optimiste ou pessimiste — de la réalité. »

6Quant aux publics concernés par ces nouveaux objets ? Si nous le sommes tous par définition, l’histoire de la sécurité montre une tendance généralisée et accrue à l’externalisation de l’homme des systèmes complexes susceptibles de faire défaut et d’entraîner territoires et populations dans des spirales infernales. « De nombreux indices permettent de penser qu’après cette première phase de marginalisation partielle du public, l’on entre actuellement dans une seconde étape du processus historique du dessaisissement qui concernerait cette fois-ci les opérateurs ou les pilotes de systèmes complexes (avions, centrales nucléaires, installations chimiques…). Toute l’évolution technique va en effet dans le sens d’une automatisation progressive des fonctions de contrôle autrefois assurées manuellement et d’une automatisation des tâches de sécurité. »

7Et Theys de conclure, qu’il « faut cependant se demander si la mise hors circuit de l’homme, considéré comme le maillon faible de l’interface homme/machine, ne risque pas en définitive de créer de nouvelles vulnérabilités, ne serait-ce qu’en étendant les erreurs de représentation et pertes de vigilance qui sont, comme on l’a vu, la contrepartie fréquente d’un sentiment exagéré de sécurité. Le débat mérite en tout cas d’être ouvert. »

8Ces réflexions permettent de constater qu’au-delà d’une mise en cause d’événements ou d’aléas spécifiques qui seraient constitutifs des catastrophes modernes, voire d’une démission de la responsabilité individuelle ou collective, ce serait davantage un état d’interdépendance accru qui serait en cause dans les catastrophes propres à notre temps. « Comme le fait remarquer Orio Giarini, secrétaire général de l’association de Genève, “on gère de moins en moins des machines individuelles qui fonctionnent ou ne fonctionnent pas, mais de plus en plus des systèmes interdépendants ou interconnectés dont il faut au mieux contrôler la vulnérabilité”. »

9Cette chute justifie le pari interdisciplinaire adopté par les auteurs de La Société vulnérable dont le plan prévoit de nombreuses contributions possibles. Ces dernières apportent des précisions quant aux différentes manières de problématiser la recherche sur les risques. Cette lecture est adossée à des exemples qui mettent en scène différents types de risques (alimentaire, nucléaire, chimique, etc.), dont le point commun ou passage obligé demeure la construction scientifique et politique du problème, pour conclure enfin sur les situations de crise qui mettent régulièrement à l’épreuve ce bel édifice. Cette structure, qui tente de circonscrire au mieux le problème, tant du point de vue des investissements disciplinaires, que de celui de la variété des objets susceptibles d’entrer dans le champ des sciences des risques ou de la cyndinique, ou que de celui des réponses que les sociétés inventent pour faire face à des effondrements ponctuels de leurs routines, fait de l’ouvrage de Fabiani et de Theys une sorte de témoin abouti, à défaut d’être exhaustif, de l’état de l’art en cette fin des années 1980. Il s’agit, en d’autres termes, d’un traité des risques ou d’un handbook qui se distingue, par son projet et sa réception, d’autres textes qui vont accéder à la même époque à une certaine visibilité.

Décentrement hexagonal et recentrement disciplinaire : la sociologie mobilisée

10Les autres textes auxquels nous faisons allusion nous font sortir des frontières de l’Hexagone puisque ce sont les analyses d’Ulrich Beck, d’Anthony Giddens et de Niklas Luhmann. On pourrait aussi mobiliser les travaux de Mary Douglas et d’Aaron Wildavsky, mais comme ces derniers ont fait partie des invités de l’ouvrage de Fabiani et Theys, c’est moins impératif.

  • 194 Même si la sociologie y était aussi bien représentée avec J.-L Fabiani, M. Douglas, D. Ducl (...)

11À la différence de La Société vulnérable, plus pluridisciplinaire194, les auteurs évoqués ont en commun leur appartenance à la sociologie, de sorte que leurs contributions à la mise à l’agenda scientifique du problème vont profiter, pour un moment, à une lecture sociologique du risque sur d’autres approches.

12Pour rappel, l’entrée par la « société du risque », illustrée par les travaux de Beck (1986), à la fin de la décennie 1980, présentait l’avantage d’instruire un nouveau paradigme, celui de la modernité réflexive. Cette dernière se caractérise par le retour du boomerang, voire du refoulé, et par la figure du camion fou, dans Les Conséquences de la modernité (Giddens, 1990), dont la course demeure imprévisible et met l’accent sur les conséquences non intentionnelles du développement. La multiplication des pannes, évoluant parfois en catastrophes, qu’elles soient d’origine technologique ou institutionnelle, illustre ce diagnostic de la modernité. Ces analyses qui ne conduisent pas pour autant à un rejet des institutions modernes (démocratie, sciences et technologies de pointe, économie de marché, etc.) invitent à trouver de nouvelles modalités de fonctionnement institutionnel, voire à définir une nouvelle figure du progrès. La modernité demeure chez ces auteurs leur principal cadre de référence, mais selon un rapport paradoxal puisqu’il va s’agir d’impulser un nouveau régime de la modernité à partir de ce qui apparaît comme un attachement à sa constitution.

13À y regarder de près, bien des passerelles pourraient être établies entre les éclairages apportés par La Société vulnérable et les diagnostics sociologiques qui vont s’organiser autour de la figure de La Société du risque. On évoquera, à ce propos, l’argument des systèmes d’interdépendance avancé par Theys et le système d’irresponsabilité généralisé formulé par Beck ou encore le portrait du camion fou par lequel conclut Giddens. À cette prise, on peut en ajouter d’autres, dont la démocratisation comme piste susceptible sinon de restaurer une certaine confiance à l’égard de phénomènes, dont l’incertitude semble être le maître mot, d’assurer au moins une certaine acceptabilité sociale. En raison de ces passerelles et de bien d’autres potentiels, un étonnement s’impose et demeure : comment expliquer les affichages optés par chacune de ces contributions majeures de la fin des années 1980 ? À moins d’ignorer la différence entre le risque et la vulnérabilité, on ne peut passer ce fait sous silence. Nous nous risquons ci-dessous à quelques hypothèses…

14Dans les deux cas, ce sont bien les sociétés qui sont au centre du propos relatif soit à des catastrophes possibles, soit aux risques. On peut aller jusqu’à s’entendre pour dire que dans les deux cas, on a également à faire à une mise en cause des sociétés. La « société du risque », comme « la société vulnérable », produit les catastrophes auxquelles elle est confrontée, mais selon des perspectives différentes. L’emploi de l’expression « société du risque » semble opter pour la thèse d’une formation en amont des aléas qui déstabilisent les ordres sociaux alors que l’option pour la formulation « société vulnérable » semble davantage épouser une perspective aval, en insistant sur l’incapacité des sociétés à parer dans tous les cas aux aléas qui les frappent. Si le registre « amont, aval » passe assez bien, c’est qu’il relaie les connotations implicites, véhiculées respectivement par les figures du risque et de la vulnérabilité. Mais ce serait se limiter que de se contenter de cette lecture et de se priver d’un autre point de vue selon lequel ces figures s’inscrivent dans une dynamique où les sociétés seraient tour à tour sociétés du risque et sociétés vulnérables. Des auteurs comme Luhmann et Norbert Elias, dans un autre contexte, permettent de substituer des systèmes d’interdépendance à des systèmes d’opposition (Elias, 1991).

15On a donc affaire, à l’époque, à une configuration propice pour un dialogue entre le programme de recherche dessiné par l’ouvrage de Fabiani et Theys et le décentrement esquissé par Luhmann à partir des figures du risque et de la vulnérabilité. Ce dernier n’aura malheureusement pas lieu en raison des obstacles à la réception (langues et communautés distinctes, faiblesse des réseaux liée à l’état d’internationalisation des sciences sociales, etc.). À sa manière, Luhmann pose les termes d’un tel dépassement à travers un raisonnement qui le conduit à considérer des systèmes d’opposition du point de vue de ce qui les unit, c’est-à-dire selon un système de distinction qui trouve son unité dans l’ensemble qu’il forme. Selon ce raisonnement, la production d’aléas non désirés est indissociable de la production de vulnérabilités. Il développe cette proposition à travers les catégories du risque et du danger, et les figures de l’entrepreneur et de la victime. C’est à lui qu’on doit en effet l’articulation entre la prise de risques — indissociable de la production de biens et de manière générale du développement —, et la génération de nuisances, autrement dit de biens négatifs se traduisant par le sacrifice de populations et la dégradation de territoires. Ces considérations sont immédiatement tempérées par l’observation selon laquelle l’évitement d’un risque en produit d’autres ; sous-entendu : la protection d’une catégorie de la population en expose d’autres. Ces méditations luhmanniennes pourraient-elles inspirer les travaux sociologiques relatifs aux inégalités sociales et environnementales ? Bien que ce questionnement ne soit pas privilégié ici, il présente de l’intérêt en ce qu’il permet de préciser davantage le type de raisonnement préconisé par cet auteur. Par posture épistémologique, celui-ci se méfie des concepts qui, à l’instar de celui d’inégalités, colportent des appréciations normatives. Il opterait vraisemblablement plutôt pour celui d’asymétrie. Dans tous les cas, sa curiosité intellectuelle est davantage au service de systèmes de versatilité que de systèmes qui privilégient des visions statiques du monde.

16Il aura donc toujours à cœur d’insister sur le fait qu’aucun risque n’a vocation à rester à l’état de risque mais à se transformer en danger, c’est-à-dire faire basculer un système producteur d’aléas en un système exposé à des aléas. Selon cette logique, il est plus adéquat de parler de déplacement que de résolution des risques de sorte qu’en épargnant des populations et des territoires on s’apprête à en sacrifier d’autres. En mettant en scène la versatilité des systèmes, Luhmann se désolidarise des interprétations normatives et on comprend peut-être mieux la réception contrastée de son œuvre. S’il pourrait vraisemblablement souscrire à la réflexion prêtée à André Akoun selon laquelle la modernité réflexive serait ce temps où la modernité apprend que si elle n’a ni Dieu ni maître, elle ne peut non plus espérer être son propre maître (Giddens, 1994), il serait plus circonspect à l’encontre des propositions selon lesquelles elle doit donc apprendre à se réconcilier avec une fragilité qu’elle a cherché à occulter. Enfin, il ne se rallierait assurément pas aux efforts réformateurs de ses collègues et les formules de « démocratisation de la démocratie » ou de « démocratie technique » ne trouveraient sans doute pas beaucoup d’attrait à ses yeux.

17Ces expressions ont été portées, pour rappel, par les théoriciens de l’acteur réseau (Latour, 1999 ; Callon et al., 2001), mais aussi par Beck et Giddens. Une des caractéristiques majeures de ces travaux est leur ancrage dans la philosophie pragmatique. Ce qui les conduit à s’autoriser à endosser une mission d’acteurs, voire de réformateurs, de la modernité avancée. La plupart des protagonistes de cette « école » demeurent attachés aux institutions modernes comme la science et la démocratie. À ce titre, ils adhèrent au diagnostic de la modernité réflexive défendu par Beck et Giddens. Les institutions modernes demeurent leur cadre de référence : elles s’imposent comme les principales ressources à partir desquelles penser et agir en situation d’incertitude. S’il fallait résumer les enseignements de ces travaux, on pourrait dire qu’ils plaident pour des formes de gestion plus modestes, c’est-à-dire plus respectueuses des incertitudes inhérentes à la complexité des affaires humaines et de leur contexte.

Vingt après : les géographes en première ligne

18L’irruption des géographes sur la scène de la recherche consacrée aux risques est indissociable d’un contexte politique particulier. La déclaration des années 1990 comme la Décennie internationale de réduction des risques naturels par l’ONU va de pair avec de nouvelles attentes formulées à l’encontre des communautés de recherche. Le positionnement des géographes sur le créneau de la vulnérabilité va profiter d’une territorialisation de cette notion. Leur intérêt va suivre les méandres de ce concept que nous résumons par la substitution du paradigme territorial au paradigme technocentriste. Conformément à ce dernier, la vulnérabilité est saisie en référence à un aléa et assez peu à un territoire : « La vulnérabilité renvoie alors au degré d’endommagement potentiel des enjeux suite à la réalisation d’un aléa dont les paramètres sont plus ou moins connus. » (Nicholls et al., 1999, cité par Reghezza, 2007.)

19L’étude des vulnérabilités ne peut procéder, selon cette interprétation, qu’ex ante et la recherche se voir confinée à des enquêtes post-catastrophes. Par ailleurs, ces dernières semblent encore perçues comme exogènes à la société et aux systèmes urbains dans leur ensemble. Elles sont encore analysées comme des événements subis. Cette approche rappelle la distinction que nous avons discutée précédemment entre société du risque et société vulnérable, qui peut se décliner comme une opposition entre producteurs d’aléas indésirables et populations et territoires exposés à ces derniers. Comme précédemment, à propos des sociologues, voire davantage dans la mesure où les terrains des géographes sont ancrés dans des catastrophes dites naturelles, il faudra tout un effort de pédagogie et de communication pour transmettre qu’en dépit des apparences et des évidences, nombre d’aléas dits naturels sont sous l’influence de facteurs anthropiques. Si pour des pannes technologiques, cette interprétation passe encore, elle est plus difficile à faire admettre pour des catastrophes « naturelles ». L’urbanisation va jouer ici un rôle de médiateur crucial ainsi qu’en témoignent des cas comme le séisme de l’Aquila et la tempête Xynthia. L’analyse de ces derniers montre que l’urbanisation a agi comme un facteur aggravant. La thèse de géographie de D’Ercole, soutenue en 1991, prend rétrospectivement une signification importante du point de vue de la substitution d’une approche territoriale, par l’entremise de territoires de risques, à une approche technocentriste. Par la suite, D’Ercole et Thouret (1996 ; D’Ercole et al., 1994) contribuent à l’introduction de variables moins faciles à identifier, à mesurer et à évaluer, mais néanmoins existantes et dotées d’agentivité, c’est-à-dire de pouvoir d’action. Il s’agit des aspects sociaux, culturels, esthétiques ou environnementaux des territoires, engagés eux aussi dans la vulnérabilité potentielle de ces derniers.

20Pour prolonger la documentation de cet effort de territorialisation de la vulnérabilité, on peut également mentionner les travaux du Certu (2006) et la thèse de Yannick Manche (1997). Ces derniers ont contribué à la modélisation des vulnérabilités propres aux systèmes et territoires urbains. Le modèle proposé, basé sur une typologie des vulnérabilités, est intéressant en ce qu’il introduit l’impact de l’anthropisation des milieux, notamment urbains, dans la formation de vulnérabilités territoriales. La contribution des sociétés aux aléas qu’elles affrontent est déclinée en plusieurs facteurs (vulnérabilités de dépendance, organisationnelle, géographique, structurelle et individuelle). La vulnérabilité urbaine est vraisemblablement l’élaboration la plus aboutie du point de vue de l’hybridation des disciplines. En effet, même si la géographie tient compte des aspects sociaux et des aspects territoriaux, il apparaît que la tendance générale est de distinguer les éléments physiques et sociaux. Le cadre urbain rend le dépassement de ces frontières possible.

21Parallèlement à ces efforts de conceptualisation, les géographes vont investir le terrain de l’action en cherchant à mettre au point des méthodes d’évaluation de la vulnérabilité. D’Ercole, Thouret, Dollfus et Asté (1994) énumèrent un certain nombre de facteurs susceptibles de contribuer à la vulnérabilité d’un système ou d’un territoire et s’emploient à définir des éléments de vulnérabilité qui peuvent faire l’objet d’une évaluation monétaire, susceptible d’intéresser, par conséquent, les assurances en cas de sinistres. L’association entre facteurs de vulnérabilité et éléments vulnérables permet enfin de proposer des zonages cartographiques qui répondent aux attentes des gestionnaires. Par ailleurs, cette approche présente également des atouts du point de vue de la recherche car elle sollicite le concours de différentes disciplines à l’élaboration d’outils communs.

22Il n’est pas utile de poursuivre davantage cet état de l’art pour montrer que les géographes ont sans doute davantage contribué que les sociologues à l’esprit d’interdisciplinarité qui animait les auteurs de La Société vulnérable. L’association des travaux des uns et des autres illustre en revanche de manière exemplaire le système de versatilité mis en évidence par N. Luhmann et intégré dans le triptyque formulé par J. Theys.

Boucler la boucle : le tryptique risques-vulnérabilités-résilience

23Par la territorialisation de la vulnérabilité, les géographes bouclent la démonstration entamée par Beck (ou d’autres auteurs comme P. Lagadec) sur la société du risque. Le cas des métropoles est exemplaire à ce titre. Elles sont vectrices de risques et de vulnérabilités. Elles constituent des milieux propices à la formation d’aléas hybrides, type effets dominos, qui évoluent selon des profils catastrophe. À cet égard, elles incarnent parfaitement la modernité, dont on pourrait aller jusqu’à dire qu’elles en sont une métaphore. La territorialisation de la vulnérabilité présente l’avantage de contribuer à l’hybridation des connaissances et d’attirer l’attention, au passage, sur les conséquences de l’urbanisation galopante de la planète. Candidates par excellence à la catastrophe, les villes sont également présentées comme les héroïnes de la modernité réflexive. Elles sont à la fois responsables de leur propre déclin et d’une renaissance possible. Outre que cette lecture présente l’avantage d’inscrire tous ces propos dans des temporalités, soit dans des dynamiques, des processus ou des cycles, elle permet d’esquisser des éléments de réflexion pour des recherches en cours sur la notion de résilience.

24Qualifiée d’« objet frontière », la notion de résilience, qui se cherche encore, est environnée de malentendus, potentiellement nombreux. L’exploration des significations associées à cette notion dans différents champs de la connaissance conduit à constater des enjeux très contrastés entre la résilience des matériaux, qui insiste sur le retour à l’état initial, et la résilience psychosociale, qui introduit l’idée d’adaptation, d’apprentissage et d’aptitude au changement. En l’état actuel, est résilient, dans le domaine des sciences sociales, un individu, une organisation, un territoire qui intègre les enseignements du passé et se transforme en conséquence. Cette définition provisoire est amenée à évoluer les prochaines années, si l’on en croit la dynamique actuelle de la recherche structurée autour de ce nouvel « attracteur de sens ». Sans entrer dans les débats étymologiques trop poussés, on notera par ailleurs que le succès de cette notion est associé à des significations contrastées et multiples auxquelles elle peut être associée, comme l’idée de faire un saut en arrière dont on peut privilégier le sens de la fuite et de l’esquive, voire du saut, ou au contraire du retour à un état antécédent ou bien encore à un état d’équilibre. Dans tous les cas, ce qui fait peut-être sa principale force par rapport à la vulnérabilité, c’est sa relation à une action. De ce point de vue, elle se présente sous un jour plus favorable que sa compagne de route ou d’infortune la vulnérabilité. Dans une civilisation d’entrepreneurs (Weber, 1905), il est toujours préférable d’agir que d’encaisser les coups du destin sans protester. Sur le même registre, on peut se risquer à avancer qu’après avoir joué du registre de la peur et de l’alerte (Chateauraynaud & Torny, 2001), autour des menaces technologiques, écologiques et sociales, il se peut que le succès de la résilience tienne effectivement à l’idée de « rebondir ». En situation d’incertitude, une des vertus principales au côté de la prévention et de la précaution étant de s’apprêter à accueillir le mieux possible toutes sortes de maux, c’est-à-dire de manière à apprendre d’eux et à les infléchir. Témoignage que la résilience relève d’une disposition d’esprit et d’un ethos et non seulement d’une variable univoque, aisément mesurable, le psychiatre Serge Tisseron (2011) évoque d’ailleurs une « vertu sociale ». Quant à Paul Claudel, il a écrit : « Il y a dans le tempérament américain une qualité que l’on traduit là-bas par le mot resiliency, pour lequel je ne trouve pas en français de correspondant exact, car il unit les idées d’élasticité, de ressort, de ressource et de bonne humeur. » (Claudel 1965, cité par Stathopoulos, 2012). Ces points de vue placent le concept de résilience au centre d’une culture du risque propice à certaines formes de gestion des risques. Cette observation est attestée par l’intérêt des aménageurs et des urbanistes pour la notion. Si l’expression de « société résiliente » ne s’est pas encore imposée, celle de « ville résiliente » semble faire davantage d’émules. Bien que la notion ne montre pas de formalisation très aboutie, elle a motivé en revanche quelques initiatives d’aménagement et de nombreux projets de recherche, que ceux-ci soient ponctuels ou relevant d’une stratégie intégrée ou qu’ils concernent l’échelle du bâtiment, l’îlot ou un territoire élargi. Ce constat est indissociable de l’observation selon laquelle la résilience induirait une approche plus systémique que la vulnérabilité. Les majeures parties des méthodes d’évaluation de la vulnérabilité — qu’elles prennent comme point de départ le paradigme technocentré, structurel ou territorial —, demeurent analytiques et de ce fait, elles ne permettent pas d’inclure la complexité toujours croissante des territoires, en particulier des métropoles. Le glissement de la vulnérabilité à la résilience pourrait s’expliquer par la nécessité pour les sciences du territoire d’introduire une approche systémique plutôt qu’une approche analytique pour appréhender la complexité de l’objet ville.

25Parmi les nombreuses pistes stimulantes que terrains et théories associent à cette notion, c’est la mise en évidence du jeu d’imbrication des temporalités par les crises qui retiendra enfin notre attention. Comme la vulnérabilité, précédemment, l’enjeu ne se situe pas tant dans un effort de localisation — pré- ou post-crise —, que dans l’aptitude à combiner les multiples facettes de la vulnérabilité et de la résilience en fonction de leur rapport à l’événement. En s’inspirant des travaux réalisés en économie, la résilience peut être réactive ou proactive, se plaçant alors tour à tour avant ou après les aléas perturbateurs et déclencheurs de catastrophes, voire peut-être pendant. Globalement, elle repose sur une capacité d’anticipation liée à un apprentissage, une mémoire collective et une disposition par rapport au risque qui à défaut de l’évincer permet de l’accueillir et de le neutraliser petit à petit. Elle se nourrit également de la capacité des populations à se mobiliser dans le temps. En raison de tous ces aspects, la résilience gagne à être appréhendée davantage comme un processus que comme un état qu’on pourrait identifier une fois pour toutes.
Des discours qui tendent à articuler le risque, la vulnérabilité et la résilience, c’est encore une fois la vision processuelle qui tente de s’imposer contre des approches statiques et substantielles.

Conclusion

26Consécutivement à l’irruption de nombreuses pannes, accidents et catastrophes qui ont marqué la fin du xxe siècle, on a assisté au recyclage de notions qui à l’instar du risque étaient cantonnées jusque là dans des domaines bien spécifiques. Le risque, défini comme la relocalisation d’un aléa non désiré, ouvre la voie à l’exploration des contextes de production et de réception de ces derniers. Brèche dans laquelle sociologues et géographes se sont engouffrés à leur manière. Les premiers restant davantage cantonnés à une exploration des fonctionnements institutionnels susceptibles de produire des effets de capture, les seconds œuvrant à la territorialisation des risques par l’entremise de la réhabilitation des notions de vulnérabilité et de résilience qui étaient relativement passées inaperçues à l’époque de la publication de La Société du risque et de La Société vulnérable. Aujourd’hui, l’émergence et la reconnaissance de la résilience n’est plus la seule affaire des sociologues ou des géographes, elle s’étend à l’ensemble des domaines afférant à la ville et l’urbain. Elle est l’objet aussi bien des sciences politiques, des aménageurs que des ingénieurs — et est ainsi bien armée pour occuper une place croissante dans les politiques futures du risque.

Notes

194 Même si la sociologie y était aussi bien représentée avec J.-L Fabiani, M. Douglas, D. Duclos, J. Jaspers, B. Fischoff, J. Gusfield, P. Roqueplo…

© Éditions Quæ, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site