Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective

 | 
Rémi Barré
, 
Thierry Lavoux
, 
Vincent Piveteau

Partie 3 - Connaître, informer, évaluer l’environnement et les risques : un combat démocratique

Chapitre 14 - L’écologie en germe(s)

Jean-Claude Lefeuvre

Texte intégral

1Il m’est agréable de rendre hommage à Jacques Theys, pourvoyeur d’idées neuves et d’anticipations, destinées à rendre l’avenir moins incertain mais aussi et surtout à susciter les changements nécessaires pour le futur. Côtoyer ce « grand prêtre » de la prospective, comme je l’ai fait pendant de nombreuses années, s’associer à lui pour faire bouger les lignes a toujours été pour moi un enrichissement et j’ai partagé son idée que si le changement, c’est maintenant, c’était aussi hier, car le poids de l’histoire ne peut être négligé, et c’est surtout demain — sur des bases qu’il faut définir à travers la mouvance des idées, les attentes de la société, les progrès de la recherche et leur capacité à répondre plus ou moins aux attentes de groupes d’humains divers et variés. Moi qui souhaitais voir se développer une science écologique capable de comprendre dans leur ensemble les échanges inter-systèmes et leurs conséquences fonctionnelles ; et qui m’intéresse fortement aux complexes d’écosystèmes inscrits dans l’espace et dans le temps, et à leurs transformations graduelles ou soudaines, liées à l’interaction des phénomènes naturels et des activités humaines ; j’ai apprécié que l’équipe pluridisciplinaire qu’il avait rassemblée pour créer le Groupe d’exploration et de recherches multidisciplinaires sur l’environnement et la société (Germes) me demande d’en assurer la présidence à partir de l’année 1984. J’ai rapidement été plongé « dans le bain » en faisant le discours d’introduction d’un colloque dont le titre prend toute sa saveur aujourd’hui — puisqu’il était intitulé « les politiques de l’environnement face à la crise »… ce qui autorise à faire de la rétrospective… sur la prospective.

2Il m’a semblé que d’en reprendre des éléments permettrait de situer l’état d’esprit de certains chercheurs, dont quelques uns, hélas disparus, auraient pu apporter leur contribution dans un xxie siècle qui souvent ignore l’histoire et les leçons du passé. Je fais partie de ces scientifiques qui considèrent que beaucoup de ce que l’on met en avant a eu pour origine d’excellents travaux dans un passé pas si lointain. C’est un crime pour l’évolution des sciences que d’inciter les jeunes chercheurs à ne prendre en compte, pour étayer leur démonstration, que des travaux datant des deux ou trois dernières années. Que de redites pourraient être évitées en apprenant à utiliser une vraie bibliographie. Quel gaspillage ! Quel paradoxe, aussi, de politiques « écologiques » qui tiennent à la marge la discipline écologique ! On a beaucoup souligné, récemment, l’innovation qu’avait constitué le Grenelle de l’Environnement, en particulier comme forme originale de dialogue. Sans nier le progrès qu’a représenté ce Grenelle, ni les résultats auxquels il est parvenu, on peut cependant penser qu’un tel dialogue aurait sans doute donné encore davantage de satisfactions si les scientifiques (dont les spécialistes de l’écologie) n’en n’avaient été globalement exclus. Malgré l’ancienneté de la réflexion sur l’importance de la multidisciplinarité dans toute tentative de gestion des besoins d’une société, l’on voit que des messages comme ceux de Germes sont loin d’être passés — puisqu’en 2012, on peut encore réunir « une conférence environnementale », discuter d’une « transition écologique » (sic) en oubliant les scientifiques concernés, et notamment les chercheurs en écologie. En revanche, on les invite séparément… à des réunions sur la recherche. Cela dit, la crise des années 1980 nous inspirait d’autres réflexions, synthétisées dans ma présentation du colloque de 1984. Même si beaucoup ont fait malheureusement long feu, il n’est pas inutile d’y revenir, à la fois pour mesurer le chemin parcouru et regretter que tant de temps ait été perdu au cours de ces trois dernières décennies.

Crises économique et de l’environnement, oubli de la multidisciplinarité : des enjeux liés

3Dans cette introduction au colloque de 1984 sur « l’environnement face à la crise », je faisais, en effet, une forte liaison entre cette situation de crise et les difficultés de l’écologie et de la pluridisciplinarité :

« L’un des buts des politiques de l’environnement, le plus noble à notre avis, étant de réapprendre à vivre ensemble, il ne faut rater aucune occasion de tendre vers cet objectif. Ce rassemblement de compétences diverses, ce colloque, en est une. Mais c’est aussi pour Germes une manière de rappeler que le M de multidisciplinarité — comme le I de Piren (programme interdisciplinaire de recherche en environnement du CNRS) — veulent signifier que pluridisciplinarité et interdisciplinarité sont intimement liées avec la notion d’environnement. Il est vrai qu’en émergeant, celle-ci a mis l’accent sur l’un des défauts majeurs de notre société : la spécialisation à outrance, spécialisation dans les sciences, spécialisation dans les ministères et des grands corps de l’État, conduisant en fin de compte à des prises de décisions unilatérales et tronquées. Que l’on ne s’y trompe pas, ce débat entre vision sectorielle et globalisante, entre le savoir partiel de l’homme de l’art et le savoir encyclopédique, est un débat de fond. On peut même considérer, dans une certaine mesure, qu’il explique en partie l’origine de la crise ; et qu’il est peut-être l’une des causes qui font que l’idée d’environnement régresse. Nous sommes en effet entièrement d’accord avec l’idée selon laquelle la crise révèle et même impose une idée systémique de la société au même titre que l’environnement ; ce qui revient à dire que l’un comme l’autre renvoient à une notion de la société faite d’interdépendance, d’interrelation, d’interface. On peut dire même que la crise, en faisant se condenser les dimensions socio-économiques, culturelles, institutionnelles, symboliques, interdit une lecture simpliste et unilatérale des réalités sociales — et, c’est bien là le drame, puisque c’est la seule lecture que peuvent faire des générations de chercheurs ou de fonctionnaires pris dans les rets de la spécialisation, de la sectorialisation outrancière. J’ai envie de citer à ce propos Edgar Quinet : “toute pensée qui se bornera aux combinaisons de l’économie politique sera infailliblement trompée dans les grandes affaires humaines” »… À méditer...
« Raisonner globalement en termes de système, privilégier l’étude des interrelations, des interfaces, explique sûrement pourquoi les environnementalistes et les écologistes ont pu développer une compréhension meilleure, plus précoce et plus profonde de la crise. Ainsi, le problème de la rareté de la matière première et de l’énergie a été posé par et pour l’environnement — avant de devenir une des contraintes économiques de la crise. Permettez-moi à ce propos de rendre hommage à un président américain, Théodore Roosevelt, qui, en 1908, écrivait à l’occasion de la conférence sur la Conservation des ressources naturelles : “nous nous sommes enrichis de l’utilisation prodigue de nos ressources naturelles et nous avons de justes raisons d’être fiers de nos progrès. Mais le temps est venu d’envisager sérieusement ce qui arrivera quand nos forêts ne seront plus, quand le charbon, le fer et le pétrole seront épuisés, quand le sol aura été appauvri et lessivé vers les fleuves, polluant leurs eaux, dénudant les champs et faisant obstacle à la navigation”.
La problématique qui sous-tend encore aujourd’hui les politiques de l’environnement s’est constituée dans les années 1960, en pleine période croissance, et s’est amplifiée autour des années 1970. Plus de dix ans ont passé depuis le moment où créer un ministère de l’Environnement est apparu comme une nécessité… j’allais dire à peine dix ans. Bloquées sur une vision du monde des années 1960-1970, les politiques de l’environnement ont, malgré tout, fait émerger beaucoup d’idées nouvelles :
– la notion de gestion écologique se substituant à des politiques de stricte conservation ;
– les notions de ressources renouvelables, de recyclabilité ou de cycle de vie, s’opposant à celles d’exploitation minière et de « prélèvement » ;
– la notion d’écodéveloppement, s’ajoutant à celle de protection ;
– les notions de fragilité des systèmes, de dépendance, de risques, de vulnérabilité, s’imposant progressivement, etc.
À plus long terme, ce ne sont plus seulement des problèmes de niveau mais de changement de nature qui sont posés, car la crise, nous le savons aussi, n’est pas seulement une maladie temporaire du système économique qui disparaîtra avec une hypothétique reprise, mais une gigantesque mutation qui touche à la fois les techniques de production, les modes de vie, les rapports sociaux, les régulations institutionnelles, l’équilibre des relations internationales ou encore les valeurs et systèmes de représentation… et, par toutes ces transformations, à la fois les conditions de vie quotidiennes et les systèmes écologiques »…

Une marginalisation de l’écologie comme discipline ? Le paradoxe de politiques écologiques « sans » écologues

  • 193 Délégation générale à la recherche scientifique et technique.

4Il faut reconnaître qu’une partie de ma réflexion doit beaucoup au travail effectué en compagnie de scientifiques trop vite oubliés comme Charles Sauvage ou Pierre Grison qui jouèrent un rôle important dans la mise en place de programmes multidisciplinaires au sein de la DGRST193. C’est C. Sauvage qui développa l’idée, à partir de 1978, de créer un Programme interdisciplinaire de recherche en environnement (Piren) à la naissance duquel Gilbert Long et moi-même avons participé. Un an plus tard, celui-ci pouvait lancer ses nouveaux programmes. En ce qui me concerne, nommé président du comité Milieu rural, j’ai proposé la création d’« observatoires des changements écologiques, économiques et sociaux » — ce qui était aussi une manière de positionner l’écologie dans une approche interdisciplinaire (incluant obligatoirement les sciences de l’homme et de la société), permettant seule de comprendre le fonctionnement d’un système micro-régional à un moment donné de son histoire et d’évaluer les conséquences fonctionnelles des changements de diverses natures affectant ce territoire au cours du temps. Ce type d’observatoire imposait un changement de paradigme important dans le développement des types d’études consacrées à des espaces utilisés par les hommes : une recherche fonctionnelle et évolutive devait prendre la place de celle classique, statique et descriptive conduite le plus souvent à cette époque. Si j’ai tenu à rappeler cette démarche initiée sept ans après la création du ministère de l’Environnement et deux ans après la loi sur la protection de la nature, c’est pour insister sur le fait que même si nous n’étions pas nombreux, quelques écologistes partageaient comme moi les idées de J. Theys sur la nécessité d’associer sciences de la nature et sciences de l’homme et de la société.

5Lorsque trois ans après la création de ces observatoires, Charles Sauvage, l’écologiste relevant du champ des sciences de la vie, a disparu — il a été remplacé au CNRS par un membre des sciences de l’univers qui n’a eu de cesse de mettre fin à ces observatoires, considérant que ce n’était pas de la science… On comprend — devant ces attaques frontales de l’écologie par des sciences n’acceptant pas la pluridisciplinarité, défendant leur pré carré (et qui avaient investi le Piren pour aider à la disparition de l’interdisciplinarité) — qu’au moment où Germes lançait son colloque sur « l’environnement face à la crise », l’écologie se portait mal. Claude Henry, chargé d’en faire alors un diagnostic, pouvait ainsi écrire : « comme discipline fondamentale, l’écologie est en France dans une situation très difficile… Et la situation de l’écologie appliquée est sans doute encore plus difficile, malgré quelques réussites remarquables ». Alors que nous organisions ce colloque, j’ai eu à présenter le premier programme à cinq ans du comité Écologie et gestion du patrimoine naturel que j’ai présidé pendant 15 années au ministère de l’Environnement. Dans ce texte, j’ai tenté de répondre à C. Henry :

« L’écologie, science considérée comme toute récente en France, puisque reconnue officiellement par le CNRS en 1976, au moment de la parution de la loi sur la protection de la nature, ne pouvait répondre immédiatement au manque de connaissances évident caractérisant la plupart des écosystèmes français. Elle le pouvait encore moins au niveau d’intégration supérieur, l’écologie du paysage. Celle-ci, pourtant, affiche parmi ses objectifs l’étude des relations inter-systèmes, des mécanismes de transfert et tente de comprendre le fonctionnement et l’évolution des systèmes écologiques complexes et interactifs : cette branche de l’écologie est donc bien celle qui privilégie l’approche la plus pertinente en matière de gestion et d’aménagement du territoire… […] En fait, depuis sa reconnaissance officielle, l’écologie n’a jamais eu les moyens de développer des laboratoires et des équipes performantes, tant en hommes qu’en matériel. Bien plus, sans le vouloir, prônant le développement de la pluridisciplinarité et de l’interdisciplinarité, indispensable à toute approche systémique, elle est entrée de plein fouet en contradiction avec des structures d’évolution de la recherche, de publications scientifiques et d’avancement des carrières qui ont toujours privilégié et continuent de privilégier la “monodisciplinarité”. Enfin, il faut aussi dire qu’en développant une recherche de terrain, en acceptant, lorsque leur programme de recherche s’y prêtait, de fournir des connaissances de base nécessaires aux décideurs et aux aménageurs, les scientifiques s’investissant dans une recherche écologique perdaient le confort de la recherche sectorielle souvent déconnectée du vécu journalier, pour vivre dans le doute, les affres d’une recherche jugée en permanence par tous car collant aux réalités régionales (au point que dans certains cas, elle a pris le nom de recherche-action ou de recherche-développement).
En réalité, dans un pays comme la France, finalement très traditionaliste, l’écologie, à peine née, a eu tort aux yeux de beaucoup de scientifiques spécialisés et de responsables de la recherche, de vouloir d’emblée se mettre, en tant que science, au service des hommes, devenant toujours davantage finalisée, et d’oser même envisager la promotion d’un génie écologique défini par Jacques Lecomte comme “la somme des connaissances pluridisciplinaires et des techniques utilisées lors d’opérations de restauration, d’aménagement ou d’exploitation du milieu naturel, pour en assurer l’insertion harmonieuse dans l’environnement”. Il faut reconnaître également que, si la position des écologues et de l’écologie n’a jamais été confortable dans la communauté scientifique, se mettre en outre au service de la nation et fournir des données qui pouvaient remettre en cause des aménagements (dont on avait pris l’habitude de ne regarder que les incidences en principe positives dans un secteur économique donné, en évitant soigneusement d’en analyser les retombées négatives sur la collectivité) n’a guère été apprécié, au départ, par les grands corps de l’État et par certaines administrations qui ont cru que les scientifiques se livraient plus à une contestation de leur compétence qu’à un renforcement de celle-ci — par l’apport de connaissances et d’éléments de réflexion nouveaux. »

6On comprend que dans un tel contexte, retrouver des partenaires formant un « groupe d’exploration et de recherches multidisciplinaires sur l’environnement et la société », n’ayant comme ambition que de « servir de forum sur les problèmes ou les politiques d’environnement, de gestion des ressources naturelles, d’amélioration du cadre et des conditions de vie », était pour moi une manière de renforcer les liens avec les sciences sociales et économiques, d’inviter les écologistes à reprendre à leur compte l’espace, pour mieux travailler avec les géographes, à innover en se coulant dans le moule de collègues américains ardents défenseurs de l’écologie du paysage…

Quel environnement au xxie siècle ?

7Et puis, avec J. Theys, impossible de ne pas « phosphorer », lui qui, en 20 ans, a réussi à publier 17 Cahiers du Germes, dont une partie issue des colloques-« événements » qu’il a su prévoir et organiser. L’un des tout derniers, qui a rassemblé plus de 500 participants d’une trentaine de pays, portait sur « L’Environnement au xxie siècle » (connu également sous le nom de colloque de Fontevraud) — et s’est traduit par l’édition de trois volumes, dont le premier, Les Enjeux (639 p.) est paru en 1998, le deuxième, Visions du futur (593 p.) et le troisième, Démocratie et politique à long terme (694 p.), en 2000. Ce colloque — qui a nécessité de la part de J. Theys un engagement exceptionnel, à la fois dans l’organisation, l’animation et la publication — peut être considéré comme un « monument ». Ce fut aussi pour moi l’occasion — en tant que président de Germes — de développer, en introduction générale, une partie des problèmes qui risquaient d’advenir dans le futur si le comportement de nos sociétés et de leurs gouvernants restait le même au xxie siècle :

« La fin de ce siècle, marquée par des révolutions techniques majeures et une intégration de toutes les économies nationales dans la logique de l’économie de marché ; par des changements radicaux de mode vie et un accroissement sans précédent des inégalités ; par l’émergence des risques globaux et de sérieuses menaces pour les biens communs (l’eau, l’air, les océans…), incite à une réflexion générale sur le futur de nos sociétés et de notre planète. L’enjeu est suffisamment important pour qu’une douzaine d’organismes français et internationaux aient jugé utile, en 1996, de s’associer pour dégager les grandes tendances d’évolution de l’environnement au siècle prochain, à partir d’une confrontation des travaux de prospective actuellement menés dans le monde. Ces « futurs prévisibles » — objets du premier thème du colloque — ont été ensuite confrontés aux projets et aux visions exprimés par les différents responsables publics ou privés, ou à des principes d’action comme le développement durable, pour dessiner des « futurs souhaitables » ; ceci avant d’aborder le thème final, les « futurs gouvernables » au cours duquel on s’est interrogé sur les chances d’une réelle « gouvernabilité » de la planète et d’une prise en compte à long terme de l’environnement qui soient compatibles avec la démocratie — tant aux échelles nationales qu’internationales »…

8Et j’ajoutais :

« Beaucoup de participants au colloque ont encore à l’esprit le sommet de la Terre de Rio (1992) dont Lindner, directeur du Centre pour notre avenir à tous, allait jusqu’à affirmer en 1993 “qu’il avait constitué un évènement sans précédent dans l’histoire de l’humanité”. Certes, on peut porter au crédit de Rio qu’il a mis sur la place publique le fait qu’il ne saurait y avoir de sociétés ou d’économies équilibrées dans un monde où la pauvreté des pays “pauvres” s’ajoute à la paupérisation grandissante des pays “riches” et à la marginalisation progressive de pans entiers de la société — où la dégradation de l’environnement devient dramatique, où la régression des ressources naturelles atteint des records inégalés, où l’appropriation des biens communs devient la règle. On peut même souligner que ce sommet de la Terre a remis à l’ordre du jour le message délivré en 1980 par les grandes ONG comme l’UICN et le WWF et par un organisme comme le PNUE, à savoir que si l’économie mondiale doit, par définition, répondre aux besoins et aspirations légitimes des peuples, elle doit entériner le fait que la croissance est tributaire des limites écologiques de la planète. La présence de 8 000 journalistes a permis d’en faire écho dans le monde entier. Mais, ce que l’on n’a pas dit, c’est que les scientifiques tenaient leur colloque à 40 km (ou plutôt étaient tenus à l’écart) de l’assemblée des représentants officiels des pays. Ce que l’on a aussi oublié de dire c’est que s’il y avait une concentration exceptionnelle de chefs d’États et par ailleurs près de 18 000 représentants du monde des affaires, des organisations non gouvernementales et d’autres composantes de la société civile, le dialogue et la concertation devaient être difficiles à établir puisque ces derniers étaient cantonnés dans le forum mondial 1992, manifestation qui s’est déroulée parallèlement au sommet de la Terre. Ces ségrégations, ces éléments de dysfonctionnement sont révélateurs d’un certain état d’esprit montrant que le pouvoir ne se partage pas, même lorsque le futur de la planète et des populations humaines se décline sur fond d’incertitude et d’inquiétude. Elles expliquent en grande partie ce que d’aucuns qualifient désormais “d’échec de Rio”…
Ce type de comportement des gouvernements par rapport aux ONG et aux scientifiques paraît dérisoire quand on sait que le pouvoir n’appartient pas forcément à ceux qui croient le détenir : le monde dans lequel nous vivons est essentiellement contrôlé par quelques centaines de sociétés privées capables de manipuler l’opinion et d’imposer leurs vues aux gouvernements. Caractérisée par une crise mondiale de l’économie libérale qui montre ses limites, cette fin de siècle est également marquée par une crise de la démocratie représentative. Le pouvoir politique tel qu’il est exercé ne convainc plus. Il convainc d’autant moins que les politiques du futur, celles imposées par l’état de la planète et de ses ressources, ne peuvent se concevoir sur la base d’échéances (et de promesses électorales) à trois ou cinq ans et sous contrainte de rentabilité financière, comme le montre par exemple l’évolution des forêts tropicales ou celle des ressources halieutiques marines. On conçoit dans ces conditions que réfléchir à « quel environnement au xxie siècle ? », ou à « comment maîtriser le long terme ? », ne peut se faire sans un débat en profondeur sur la recomposition d’une démocratie oscillant entre la « démocratie directe » et la « démocratie représentative » ; sans discuter de la forme de gouvernements futurs capables d’intégrer dans leur démarche les notions de développement durable, d’accepter des principes comme celui de précaution — et finalement de réfléchir, à leur niveau, à une « stratégie pour l’avenir de la vie » (comme le propose le document préparatif de Rio élaboré par l’UICN, le PNUE et le WWF, à Gland, 1991) »…
« Sur la base de constats lucides et courageux, admettons que si nous nous sommes trompés, il est encore temps de changer de cap, de passer un pacte de non-agression avec la planète et, comme l’exprime en 1980 René Dubos (agronome français, découvreur inconnu des antibiotiques et du premier d’entre eux, la gramicidine), de “courtiser la Terre” : “nos connaissances et le sens de nos responsabilités envers l’humanité et la planète nous permettent désormais de créer de nouveaux environnements écologiquement sains, esthétiquement satisfaisants, économiquement rentables et dans lesquels la (les) civilisation(s) pourront s’épanouir. Mais cette ardeur assidue à courtiser la Terre n’aura de succès durable que si nous créons des conditions dans lesquelles elle-même et l’humanité conserveront leur nature profonde et spontanée. C’est de la symbiose entre ces deux expressions différentes mais complémentaires du naturel des choses et des êtres que naîtront sans cesse des valeurs insoupçonnées et des espérances nouvelles dans le processus jamais clos de l’évolution créatrice”. J’ai tenu à citer ce passage, parce que je pense qu’il prélude, en même temps que le courant de pensée lancé par Ignacy Sachs sur l’écodéveloppement, à une prise de conscience : la recherche d’une résolution des problèmes posés par la dégradation de l’environnement ne constitue pas une contrainte mais, au contraire, une porte ouverte sur l’avenir et peut seule garantir un développement durable. »

Entre science et démocratie : quelle gouvernance de l’environnement ?

« On conçoit que ce colloque qui prenait acte de la profonde modification de la problématique de l’environnement à venir au cours du prochain siècle — avec de nouveaux risques et de nouvelles opportunités — ne pouvait faire abstraction de ce débat sur la gouvernance et la gouvernabilité, sur la démocratie participative… Nous savons en effet que c’est bien dans le domaine de l’environnement et des changements globaux que les problèmes de gouvernance sont posés avec une acuité et une visibilité toute particulière, notamment à cause de l’incertitude de certains diagnostics globaux, de la multiplicité des échelles (du local au global), des inerties à long terme, des déficits de légitimité, de l’inefficacité des régulations publiques, etc. Ensuite, parce que s’y ajoutent des spécificités supplémentaires : interférences avec la nature, ressources ou biens qui ne font qu’introduire encore plus de complexité. Il n’est pas étonnant qu’un peu plus qu’ailleurs, la “bonne gouvernance” soit perçue comme un pari problématique majeur (Theys, 1997 et 1998). Ce pari est d’autant plus difficile à gagner que nous vivons, en cette fin de siècle, le passage de la certitude triomphante de la science et de la technologie qui ont marqué la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, à une science qui accepte le doute et cultive l’incertitude lorsqu’elle se trouve confrontée à la complexité. Nous vivons également une autre mutation de la science : entraînant l’adhésion de tous à cause des progrès techniques qu’elle a permis de réaliser et du bien-être qui en résulte pour l’humanité, elle s’est révélée parfois difficilement contrôlable dans certaines de ses applications (“sans cesse le progrès, roue au double engrenage, fait marcher quelque chose en écrasant quelqu’un”, Victor Hugo). On a souvent reproché aux chercheurs qui travaillent dans le domaine de l’environnement d’avoir des états d’âme, de trop mettre en avant les notions de doute et d’incertitude, en les opposants fréquemment aux biologistes moléculaires et aux généticiens fiers de leurs certitudes, assurés de leurs résultats. L’affaire de la “vache folle” relativise bien les choses et montre que toutes les disciplines sont frappées du même mal, mal mis en exergue par J. Theys : “à beaucoup de questions posées en cette fin du xxe siècle, les scientifiques ne peuvent le plus souvent répondre qu’en faisant état de leurs divergences, de leur doute, quand ce n’est pas plus abruptement de leur ignorance” ; ce que Francisco Di Castri explique par une référence à l’image de la sphère : “Plus le volume des connaissances augmente, plus la surface de contact avec l’inconnu s’agrandit, plus les moyens à mobiliser pour réduire ces nouvelles incertitudes deviennent hors de portée.” Le positiviste Auguste Comte prônait l’alliance naturelle entre science et démocratie. La question de cette alliance se pose de nouveau avec intensité aujourd’hui. En premier lieu parce que le scientisme, cette confiance aveugle et totale dans les possibilités infinies de la science, a conduit au cours du xxe siècle à des excès et à des aberrations criminelles. Dans sa démesure destructrice, la bombe d’Hiroshima a soudain fait comprendre, à partir du 6 août 1945, que la surpuissance de l’homme-démiurge pouvait atteindre des dimensions monstrueuses. De ce jour, date un nouveau regard sur la science. De protectrice et émancipatrice, celle-ci va être peu à peu perçue comme menaçante, risquée, dangereuse. Comme le souligne Ignacio Ramonet en 1992, “commence à se poser partout dans le monde une question de politique majeure, à propos du contrôle démocratique de la science et de ses effets”. Question que Dominique Lecourt formule en ces termes : “Quel mécanisme de décision mettre en place qui permette à l’ensemble des citoyens de faire valoir leur point de vue non sur la recherche elle-même, mais sur les questions posées par les applications de la recherche ?”… Il faut souligner à ce propos qu’en admettant la nécessité d’une approche interdisciplinaire pour résoudre les problèmes posés par l’évolution de notre environnement, les chercheurs contrôlent mieux — à cause des débats d’idées qui résultent de ce type d’approche — les dérapages qui peuvent résulter de l’utilisation de leur découverte. Par ailleurs, au niveau local et régional, la confrontation directe avec les acteurs sur le terrain constitue un temps fort pour l’information et la formation des citoyens et leur participation active à la mise en place de solutions. La suppression, 20 ans après sa création, du programme interdisciplinaire en Environnement, mis en place en France en 1978, conjointement par le ministère de l’Environnement et le CNRS, constitue incontestablement un recul par rapport à cette évidence. Si la science actuelle poursuit sa contribution au progrès technique à une vitesse jamais égalée et aide à la métamorphose de la planète, notamment grâce à l’établissement d’un “âge de l’information” (Brown, 1998), où les réseaux de communication interactifs fonctionnant en temps réel (comme Internet) jouent un rôle majeur, elle continue également, sous forme d’une radioscopie continue, à fournir des éléments de réflexion non seulement aux décideurs mais aux citoyens préoccupés par l’avenir de la planète…
On pourrait considérer comme extrêmement positif le fait que la production d’aliments a doublé au niveau mondial ces 25 dernières années (Banque mondiale, Worldwatch Institute), mais on ne peut ignorer que ce gain de production s’est fait au détriment d’habitats naturels de haute valeur dont les forêts tropicales ou des zones humides. Il s’est traduit également par une demande en eau qui devient « insupportable » compte tenu d’une diminution drastique de la ressource liée à la dégradation progressive de sa qualité et à des exigences quantitatives incompatibles avec d’autres besoins (jusqu’à 80 % de l’eau distribuée au niveau mondial est utilisée pour les seuls besoins de l’irrigation dans certains pays asiatiques). Ce gain de production a entraîné une augmentation de la contamination chimique de l’air, du sol et de l’eau (au point d’entraîner même dans certains pays des problèmes de distribution d’eau potable), d’une importante érosion des sols fertiles, d’une salinisation de certains d’entre eux et, enfin, d’une perte de diversité des produits. L’eau, bien commun en voie d’appropriation, devient un enjeu décisif en termes de géopolitique dans des régions comme le Moyen-Orient (plus de 200 conflits potentiels liés à l’eau répertoriés dans le monde). On ne peut non plus ignorer que 13 des 15 principales zones de pêche océanique ont été détériorées par surexploitation, qu’environ 6,1 millions d’hectares de forêts décidues et 4,6 millions d’hectares de forêts tropicales disparaissent chaque année… Enfin, malgré un suivi annuel s’étalant sur des dizaines d’années, malgré une analyse exhaustive des causes de leur production, il faut dire que les émissions de gaz carbonique, non seulement continuent à augmenter dans les pays industrialisés mais qu’elles sont passées de 10 à 40 % dans de nombreux pays en voie de développement depuis 1990… C’est sur la base de cet état environnemental de la planète et de ses conséquences économiques et sociales, ainsi que sur des tendances lourdes qui se profilent pour les années à venir, que se sont orientés les débats extrêmement constructifs qui ont caractérisé les trois journées du colloque de Fontevraud. Celui-ci apparaît d’ores et déjà comme une étape marquante dans le cheminement des pensées et comme une source documentaire inégalable pour tous ceux qui s’intéressent au sort d’une planète dont nous avons trop souvent agressé, manipulé, transformé les écosystèmes. L’environnement du xxie siècle que nous forgeons en cette fin du xxe siècle sera celui des générations futures. Espérons que ces ouvrages issus d’une réflexion collective sans précédent seront un véritable cadeau à la Terre. »

Vingt ans après Fontevraud : un message non entendu

9Voilà quelques réflexions qui ont été faites en prélude au colloque de Fontevraud pour lancer les discussions sur ce thème ambitieux, voulu et conçu par J. Theys : « Quel environnement au xxie siècle ? ». J’y ajouterai un commentaire fait par le ministre de l’époque, Corinne Lepage : « Globalement, compte tenu des intervenants choisis, on peut dire que les grandes inquiétudes pour demain ont non seulement été identifiées mais que, comme il se doit dans toute approche prospective, de nombreuses pistes ont été proposées pour enrayer des abus notables concernant les emprunts, voire les dégâts infligés à la biosphère, l’habitat des humains. » La ministre de l’Environnement de cette fin des années 1990, qui y a fait une intervention remarquée, a bien compris que « mettre l’homme au centre des politiques environnementales » et que « faire intérioriser par nos concitoyens les contraintes et les objectifs du développement durable pour qu’ils en soient les promoteurs les plus convaincus et les plus énergiques » étaient au cœur des démarches futures proposées à Fontevraud. De fait, la charte de l’Environnement en 2004, le Grenelle de l’Environnement en 2007 et, plus près de nous, la conférence environnementale de septembre 2012 (et qui doit avoir lieu chaque année), semblent répondre à ce besoin de participation active de « tous ». Encore faut-il éviter de perdre en route, comme dans les deux dernières initiatives citées, un certain nombre de partenaires, dont les chercheurs, alors qu’il avait été souligné par la ministre de l’époque à Fontevraud : « votre colloque est par ailleurs une forme de consultation, essentielle dans le cas des acteurs de la recherche ; aussi, me sera-t-elle très précieuse et j’en remercie les organisateurs ». Avant d’ajouter, plus loin : « je vous le dis, je souhaite l’engagement des scientifiques, des intellectuels, des humanistes dans ces débats. Je souhaite réfléchir à leurs idées. Je souhaite bénéficier de leurs réflexions. J’ai besoin de leurs idées. »

10Las, 15 ans après, on voit bien les difficultés rencontrées par les chercheurs, spécialistes de l’atmosphère et de la climatologie, pour faire admettre, malgré leur pugnacité, des évidences matérialisées déjà par une augmentation mesurable du niveau des mers, l’accélération de la fonte des glaces en Antarctique, la multiplication des événements extrêmes dont les tornades, etc. Combien de pays envisagent réellement de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre après les échecs retentissants de Copenhague (en 2009), de Cancun (en 2010) ? Qui peut modifier le comportement des plus gros producteurs de ces gaz (la Chine avec des rejets de l’ordre de 200 milliards de tonnes de carbone, les États-Unis avec près de 150 milliards de tonnes), considérant qu’ils devaient rejoindre les 38 pays qui, à Kyoto en 1997, semblaient avoir compris qu’il était grand temps de devenir raisonnable pour éviter les changements climatiques déjà à l’œuvre et en limiter les dégâts collatéraux ?

11Paraphrasant le Théodore Roosevelt de 1908, j’oserais dire en 2012 : nul ne peut contester les progrès considérables effectués dans tous les domaines au cours du xxe siècle mais le temps est venu de se préparer sérieusement à ce qui arrivera lorsque la dérégulation climatique compromettra de nombreuses activités humaines, tant à terre que sur nos côtes, remettant en cause pro parte la géopolitique actuelle, une géopolitique déjà fragilisée par l’affaiblissement du rôle des États confrontés aux exigences de la finance internationale, elle-même en butte au développement d’une spéculation anarchique, utilisant la « Toile » et capable de fonctionner au millième de seconde, non pour participer au bien-être humain mais uniquement pour accumuler de la richesse. Nous nous sommes effectivement enrichis des richesses de la Terre et des océans mais que restera-t-il à la population de ces États qui vendent des milliers d’hectares de terre à des promoteurs d’opérations financières, commerciales, osant promettre de lutter contre la faim dans le monde en spoliant une multitude de petits éleveurs et agriculteurs et, en remplaçant la culture du riz promise par celle plus lucrative des roses dont on inonde les fleuristes, avant d’installer les palmiers à huile (cas de l’Éthiopie). Que restera-t-il de ces rivières comme le Colorado ou l’Amou-Daria n’atteignant déjà plus la mer pour des raisons de besoins en eau d’irrigation ou de gaspillage de l’eau dans des villes comme Las Vegas (et bien d’autres) ? Que deviendront ces fleuves stoppés dans leur élan par une foultitude de barrages prévus au xxie siècle et complétant les 17 000 barrages de plus de 15 m de hauteur construits entre 1950 et 2000 ? Suffiront-ils à fournir de l’eau aux pays d’Asie qui utilisent déjà 80 % de leurs ressources pour l’irrigation, ou aux États-Unis qui exploitent les gaz de schiste (40 000 forages consommant 10 à 15 000 m3 d’eau par forage et polluant les nappes avec du cobalt, du plomb, du cadmium, du benzène…) ? Pourrons-nous encore utiliser l’eau polluée par de nombreuses substances chimiques liées tant aux activités industrielles (PCB interdisant la vente des crabes tourteaux de l’estuaire de la Seine ou celle des anguilles de l’Ariège) qu’aux activités agricoles (nitrates, pesticides dont le chlordécone dans les régions d’Outre-Mer) ou aux stations d’épuration des villes (perturbateurs endocriniens, antibiotiques provoquant des antibiorésistances…) ? Que ferons-nous lorsque la surpêche franchira les seuils de non-retour dans les océans et mers les plus exploités alors qu’une espèce comme la morue, bien que non exploitée depuis 20 ans, ne retrouve pas une population exploitable et que certaines espèces d’eau profonde comme le sabre noir et la lingue bleue sont considérées comme en danger d’extinction ? Que ferons-nous quand la plupart des zones clés pour la reproduction des poissons auront disparu (la moitié des coraux de la grande barrière australienne ont déjà disparu ; les mangroves continuent à disparaître…) ? Comment pourrons-nous permettre à l’océan de retrouver sa production planctonique, clef de sa productivité générale en « produits de consommation » alors qu’un gyre subtropical de 3,4 millions de kilomètres carrés (22 200 km de circonférence) accumule des déchets plastiques venus des continents dans le Pacifique nord et qu’au moins trois mers de plastique de ce genre ont été découvertes dans l’Atlantique nord dont une importante au nord des Caraïbes, au large de Miami et des côtes ouest des USA ?

12La globalisation qui permet de suivre presque en temps réel les dégâts principaux que nos activités multiples génèrent au niveau de la planète et qui nuisent à son fonctionnement, n’est nullement mise à profit pour édicter des règles de conduite permettant de colmater des brèches, de restaurer ce qui n’aurait jamais dû être détruit. Réunir 13 000 chercheurs qualifiés au début de ce siècle pour évaluer l’état des écosystèmes de la planète et s’apercevoir que 60 % des services qu’ils devraient rendre ont déjà disparu émeut au moment de la publication en 2005, puis les égoïsmes étatiques reprennent le dessus. Devant le bilan qu’il est possible de dresser dans tous les domaines, y compris dans ceux de l’évolution économique et politique de la planète, on peut comprendre le succès d’ouvrages comme celui de Stéphane Hessel : Indignez-vous ! (2010), appelant à « une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour la jeunesse que la consommation de masse, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous ». On peut aussi, ssessse se référer au « pessimisme » exprimé par les plus hautes autorités morales et scientifiques dont Théodore Monod dans son livre intitulé Et si l’aventure humaine devait échouer ? En réalité, pour reprendre en partie (en les adaptant à l’actualité) les propos de J. Theys lors du colloque de Fontevraud (1998) « trop occupés à régler nos comptes avec le xxe siècle, nous ne nous sommes pas aperçus que nous sommes en train de basculer dans un monde nouveau en rupture avec celui qu’une grande partie de la population mondiale a connu. L’interaction des différentes formes de globalisation, l’explosion des réseaux et de la société de l’information, la révolution des biotechnologies, une planète de bientôt 9 milliards d’êtres humains vivant de plus en plus dans de grande métropoles, l’écart grandissant entre les très riches et les très pauvres… ont déjà modifié en profondeur le fonctionnement et les structures des économies, nos représentations du temps et de l’espace, nos rapports à la nature, la répartition des richesses et des pouvoirs, nos façons de vivre ensemble. Toutes ces transformations et les tensions qui les accompagnent vont avoir nécessairement d’importantes conséquences sur l’environnement (et notamment sur le tissu vivant de la planète que nous transformons en guenille). On ne pourra gérer ou “gouverner” » l’environnement comme on l’a fait au siècle dernier. À nous d’évaluer les risques ou les vulnérabilités devenues inacceptables, de saisir les nouvelles opportunités, de choisir et mettre en œuvre de nouveaux modes d’action, de changer nos modes de vie »…

13Ne croyez-vous pas, citoyens de la Terre, qu’il est temps d’accepter de regarder les choses en face, de sortir de l’indifférence, de prendre une assurance tous risques pour pallier les insuffisances de systèmes de gouvernance non adaptés à l’ampleur des problèmes à résoudre ? C’est à vous de définir désormais les futurs « souhaitables », les futurs « gouvernables ». C’est à vous de prendre le relais… Malheureusement, les diagnostics posés il y a près de 20 ans restent encore tout à fait d’actualité.

Notes

193 Délégation générale à la recherche scientifique et technique.

© Éditions Quæ, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site