Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective

 | 
Rémi Barré
, 
Thierry Lavoux
, 
Vincent Piveteau

Partie 2 - Des politiques de l’environnement au développement durable : regards et perspectives

Chapitre 10 - Quelles forêts avec 6 °C de plus ?

Jean de Montgolfier

Texte intégral

  • 106 Dans le cadre notamment du Germes, du ministère de l’Environnement (sous ses diverses app (...)

1Quand il m’a été proposé de contribuer à cet ouvrage, j’ai bien sûr tout de suite accepté en m’interrogeant sur le thème qui pourrait le mieux convenir à la fois à un hommage et à une analyse historique et prospective. Ayant à de nombreuses reprises tenu la partition du « forestier » dans des groupes de travail ou de réflexion prospective106 organisés par Jacques Theys, j’ai trouvé naturel de continuer à la tenir. Mais aujourd’hui elle se joue dans un contexte qui paraît beaucoup s’assombrir, aux points de vue tant des climats que de l’économie et de la gouvernance.

La forêt et ses visages : une notion moins claire qu’il ne paraît

  • 107 Comme aiment le rappeler les forestiers, le concept de durabilité était déjà promu par leur (...)
  • 108 Dans d’autres langues, l’ambiguïté est moindre qu’en français : par exemple en allemand Wal (...)

2La « forêt » : quel mot apparemment simple, mais en fait profondément ambigu ! Pour les uns, la forêt est un écosystème spontané, complexe, dont le cycle de vie, la sylvigénèse, se déroule sur des siècles ; moins l’homme y intervient, mieux c’est. Pour d’autres, elle est un espace aménagé et géré par l’homme pour en tirer des ressources ; le bon forestier se distinguant par le fait que sa gestion soit durable107 et orientée vers la production de qualité108. Comme je l’ai entendu dire à un de mes éminents collègues : « pour moi, un bel arbre est un arbre que j’imagine débité en belles planches ». C’est une vue utilitariste du métier de forestier ; mais il en existe aussi une vue religieuse. Un non moins éminent collègue m’a dit, un jour où je doutais de l’intérêt de reboiser pour la troisième fois une zone qui était régulièrement incendiée : « Jean, c’est un devoir de reboiser, car Dieu nous a institués co-créateurs du monde. »

  • 109 Que j’ai rencontré grâce à Georges Ribeill, à la Sema (Société d’économie et de mathématiqu (...)

3Pour ma part, j’ai toujours essayé de prendre en compte ces deux visions, celle de la forêt spontanée et celle de la forêt gérée. Mais ce n’est pas très facile, car elles appartiennent à deux univers symboliques assez profondément contradictoires, celui de la Nature éternelle, comme l’aimaient les Romantiques, et celui de la société engagée sur la voie du progrès, chère aux rationalistes. Le concept d’« éco-socio-système »109 permet de faire le lien. Il s’applique bien au fait que presque partout, et particulièrement en Europe, tous les écosystèmes, y compris forestiers, ont été profondément marqués, et même, souvent, transformés par l’action humaine depuis des siècles, et que ce que nous appelons la « nature » est le résultat de ces siècles d’interactions.

  • 110 La FAO donne des définitions statistiques précises de ces différentes catégories.
  • 111 C’est d’ailleurs dans les régions où la pression est modérée que la biodiversité est généra (...)
  • 112 Le territoire étant considéré comme l’ensemble d’un espace et des gens qui y vivent.

4Il y a aussi une autre source d’ambiguïté autour du mot forêt, mais beaucoup moins grave car elle se place non plus au niveau symbolique, mais à celui de la définition objective. Dans les régions du Nord et du Centre de l’Europe, la forêt se distingue avec évidence d’autres espaces « naturels » comme les champs ou les prés : la forêt, c’est là où poussent de grands arbres. Mais dans d’autres zones, méditerranéennes ou sahéliennes, il y a continuité entre la forêt dense, la forêt claire, la lande (ou maquis ou garrigue) plus ou moins boisée, l’espace pastoral, voire l’espace occasionnellement essarté et temporairement cultivé110. En un même lieu, ces différentes formations végétales peuvent se succéder dans le temps, en fonction des pressions dues à l’exploitation du bois, au pâturage, à la mise en culture, au passage du feu. Lorsque ces pressions augmentent, il y a évolution vers un couvert végétal plus pauvre ; lorsque ces pressions se relâchent, il y a généralement retour vers un couvert plus dense, pouvant aller jusqu’à la « vraie forêt », sauf dans certains cas de blocage écologique111. C’est pourquoi il vaut mieux, me semble-t-il, parler dans ces cas d’espaces boisés ou de territoires112 boisés, plutôt que de forêts.

5Dans les années 1970 et 1980, quand on voulait réfléchir sur les espaces boisés de manière systémique et prospective, on considérait que les mécanismes de fonctionnement des écosystèmes, quoique très complexes et scientifiquement étudiés de façon très incomplète, étaient stables dans le temps ; ou du moins qu’ils ne variaient qu’à l’échelle de temps de l’évolution des espèces vivantes, voire des ères géologiques, donc beaucoup plus lentement que l’horizon de la prospective. Les facteurs moteurs à prendre en compte étaient donc technologiques, économiques, sociaux et culturels.

6Dans ce contexte, on pouvait analyser les éco-socio-systèmes boisés comme relevant de plusieurs modèles, pouvant eux-mêmes évoluer et se succéder dans l’espace et le temps. Schématiquement, on peut distinguer les cinq modèles suivants :

  1. la forêt « vierge », ou du moins seulement parcourue par des chasseurs-cueilleurs, qui n’existe plus en Europe depuis des millénaires ;

    • 113 Système maintenant sur chaque parcelle des cépées de taillis, coupées tous les 20 ans pou (...)
    • 114 Le terroir est divisé en ager, labouré en rotation biennale céréales-jachères, en sylva, (...)
    • 115 Ceux-ci consistent en un abattage et un brûlage de petites parcelles forestières (de l’or (...)

    des modèles agro-sylvo-pastoraux « traditionnels » ou du moins pré-modernes, en général bien intégrés ; ils peuvent rester durables tant que les méthodes de gestion prudentes traditionnelles sont conservées ou adaptées, mais sont fragiles en cas d’abandon ou de déséquilibre de celles-ci. Par exemple, les taillis sous futaie de l’Europe tempérée113 ; la « trilogie » méditerranéenne ager, saltus, sylva114 ; les systèmes de culture sur abattis-brûlis115 de nombreuses régions intertropicales ;

  2. des systèmes « miniers », souvent mis en place dans des « pays neufs » ou des colonies au cours du xxe siècle, où on coupe tout le bois valorisable, puis on part ailleurs sans se préoccuper de l’avenir de la forêt. Deux types d’évolution sont possibles : si après la coupe, il n’y a pas d’autres pressions, un nouveau cycle de sylvigénèse peut se mettre en route, et la forêt se reconstituer ; si au contraire il y a colonisation agricole, la forêt disparaît, et si les sols sont fragiles, il y a souvent dégradation difficilement réversible du milieu ;

    • 116 Notamment les certifications FSP (Forestry Stewardship Council) et PEFC (Programme for th (...)
    • 117 Plutôt que de « fonctions », mot à connotation essentialiste, il vaudrait sans doute mieu (...)
    • 118 Ce concept développé notamment par le MES (Millenium Ecosystem Assessment) est bien plus (...)

    des modèles de forêts aménagées. Ils ont été mis en place par les États, lorsque, pour diverses raisons, ceux-ci ont jugé que les dégradations dues soit aux déséquilibres des modèles traditionnels, soit aux excès des modèles miniers, devaient être corrigées par des politiques publiques. Celles-ci peuvent se traduire soit par la gestion directe du domaine forestier public par des corps forestiers d’État, soit par l’encadrement réglementaire de la gestion des propriétés forestières privées. En Europe occidentale, ces modèles ont été évoqués dès la fin du Moyen Âge, ordonnés au xviie siècle, développés et enseignés (Tharandt, Nancy) à la fin du xviiie et au début du xixe siècles. Aujourd’hui ils existent dans la législation de tous les États, et sont appliqués avec un soin variant selon le niveau de conscience environnementale et de gouvernance des divers pays. En outre, depuis la conférence de Rio sur le développement durable, ont été établis des systèmes de certification d’une gestion forestière durable, sur la base d’une adhésion volontaire116. Les principes de base d’un aménagement forestier sont que l’état boisé doit être impérativement maintenu, et que toutes les opérations de récolte et de sylviculture doivent concourir au maintien ou à l’amélioration des capacités de régénération et de production de la forêt. Plus récemment s’est ajouté, notamment en Europe, le principe de multifonctionnalité de la forêt, c’est-à-dire de respect simultané de ses trois « fonctions117 » de production, de protection et de récréation. Plus récemment encore s’est développé le concept de biens et services environnementaux rendus par les écosystèmes118 ;

  3. des modèles de forêts industrielles. Il s’agit de plantations d’arbres à croissance rapide, en vue de fournir de la matière première, bois, fibres cellulosiques, ou simplement molécules carbonées, à des processus industriels demandeurs de productions livrées en grande quantités, homogènes et à bas prix. Il s’agissait d’abord de produits relativement classiques : sciages pour la construction et fibres pour la pâte à papier ; puis sont apparues les diverses technologies de bois reconstitué ; et maintenant la demande se développe pour la biomasse-énergie, les carburants prétendus verts, et les biomatériaux non moins verts. Les caractéristiques techniques sont de plus en plus proches de celles de l’agriculture intensive : grandes superficies ; mécanisation totale des opérations de travail du sol, plantation, entretien, récolte ; recours aux engrais et pesticides ; sélection génétique poussée et peut-être bientôt OGM. Elles tournent ainsi de plus en plus le dos à la sylviculture classique. En France, les pins des Landes et les peupliers des plaines alluviales en sont de premiers modèles. Depuis plusieurs décennies, les plantations de pins tropicaux ou d’eucalyptus se sont massivement développées dans certains pays tropicaux. De plus en plus on envisage, y compris en France, les TCR (taillis à courte révolution), les TTCR (taillis à très courte révolution), voire les cultures de plantes annuelles cellulosiques. La principale incertitude sur la vitesse de développement de ces modèles est liée à leur rentabilité comparée à celle d’autres productions agricoles, qui dépend elle-même fortement du prix de l’énergie (coût des intrants et valorisation des produits).

Une forêt à 6 °C de plus : quels enjeux ?

  • 119 La non-gestion de beaucoup de forêts privées est souvent due à leur extrême morcellement (3 (...)
  • 120 Celles-ci, dont la plus connue est la méthode Prosilva, reposent sur une sylviculture indiv (...)

7Longtemps la question prospective a été : comment, au vu des évolutions technologiques, économiques, sociales et culturelles, les différents modèles vont-ils évoluer ? Le parallèle avec l’évolution de l’agriculture était assez facile. On pouvait donc penser que les modèles « chasseurs-cueilleurs » et « traditionnel rural » allaient devenir de plus en plus évanescents ; les modèles miniers être mieux contrôlés ; les modèles industriels prendre une grande ampleur (mais jusqu’où, et dans quelles régions du monde ?). En Europe, notamment en France, une grande question portait sur l’avenir de la forêt aménagée classique, multifonctionnelle (du moins en théorie). Ce modèle est-il stable ? Ou va-t-on au contraire assister à une partition de l’espace boisé entre des types très spécialisés : production intensive de matières premières industrielles ; espaces boisés dédiés aux « services environnementaux » (accueil du public, ou protection de la biodiversité, ou lutte contre l’érosion, ou protection des eaux…) ; espaces abandonnés à eux-mêmes sans aucune gestion119 ; sans oublier les forêts qui resteront soumises à une sylviculture multifonctionnelle classique, voire « proche de la nature120 » ? Ces questions ont été à nouveau récemment explorées par de très intéressantes études du ministère de l’Agriculture et de l’Inra, fondées sur des scénarios contrastés (Inra, 1998 ; Bourgau, 2008).

  • 121 Le Giec propose + 3 °C pour le scénario B2 et + 5 °C pour le scénario A2.
  • 122 Groupe d’intérêt public Écologie forestière.
  • 123 Due, entre autres, aux pollutions, à la surexploitation des ressources renouvelables, à la (...)

8À ces interrogations se sont depuis quelques temps rajoutées des incertitudes massives liées aux changements climatiques globaux (CCG). Il est plus ou moins admis que les écosystèmes pourraient s’adapter sans perturbations majeures à une augmentation de la température moyenne annuelle de + 2 °C. Il y a de très fortes chances que cette limite (qui constitue l’objectif officiel affiché dans beaucoup de déclarations politiques) soit largement dépassée dans quelques décennies. Une augmentation de + 4 °C apparaît comme beaucoup plus probable121. Une augmentation de + 6 °C n’a rien d’invraisemblable. En outre, il y a d’autres paramètres climatiques qui, pour la végétation et les écosystèmes boisés, sont tout aussi importants que la température : le volume total des précipitations et leur répartition dans le temps, ainsi que la fréquence des événements extrêmes (tempêtes, date des gels tardifs, risques d’incendies…). De nombreuses études sont déjà en cours, notamment dans le cadre du GIP Écofor122 (Massu & Landmann, 2011) en France, mais leurs premiers résultats ne permettent pas encore de formuler des recommandations assurées pour la gestion forestière. Un des points sur lesquels le consensus paraît le mieux établi est que les opérations sylvicoles visant à diminuer la surface foliaire (et donc l’évapotranspiration) sont parmi les plus recommandables pour adapter les peuplements à un climat plus sec. C’est d’ailleurs la réaction spontanée de beaucoup d’arbres. Mais ce faisant, on diminue aussi la production de bois, ainsi que, souvent, la fructification. Aujourd’hui, l’augmentation moyenne est de l’ordre de + 1 °C, et ses effets sont déjà sensibles : dépérissement de certaines forêts, déplacement de l’aire de répartition de certaines espèces ; mais ils sont dans certains cas masqués localement par d’autres effets, notamment l’augmentation de la pluviosité. À l’heure actuelle, les CCG ne sont pas encore devenus la cause principale de la décroissance rapide de la biodiversité123.

  • 124 On admet que, en première approximation, sous nos latitudes, une espèce végétale donnée dev (...)

9Face à un scénario de CCG, les êtres vivants constituant un écosystème donné peuvent se retrouver dans des situations très différentes. Certaines populations d’espèces animales ou végétales pourront trouver dans leur patrimoine génétique les ressources nécessaires pour s’adapter sur place. D’autres ne le pourront pas, et devront alors migrer124 ou disparaître. Là aussi les espèces seront placées dans des situations assez différentes : certaines pourront migrer relativement facilement (plantes pionnières, disséminées par le vent, les animaux, etc. ; animaux à bonnes capacités de déplacement), d’autres très peu (plantes à graines peu disséminées, animaux à mobilité réduite…). Et, au cours de ces adaptations ou de ces migrations elles auront à affronter non seulement les CCG, mais aussi à entrer en concurrence avec de nouvelles espèces, et à trouver leur place dans de nouveaux écosystèmes. Nous avons une assez bonne connaissance des facultés de dispersion et de migration des espèces, une connaissance très partielle des interactions entre espèces, et une connaissance très faible des capacités d’adaptation ou d’évolution génétique de la plupart des espèces, même si on peut supposer une certaine relation entre l’étendue de leur aire de distribution et leurs capacités d’adaptation. Dans tous les cas, les espèces ubiquistes ont plus de probabilités de se maintenir, voire de devenir envahissantes, que les espèces liées à des facteurs biotiques ou abiotiques bien spécifiques.

10La problématique, déjà très complexe lorsqu’on considère les espèces individuelles et leur écologie propre, se complexifie encore plus lorsqu’on prend en considération l’avenir des écosystèmes.

11Qu’advient-il dans un scénario de fort CCG ? Les conditions climatiques changent (c’est la base même du scénario) ; les caractéristiques du sol peuvent changer (normalement bien plus lentement que le climat, mais il peut y avoir localement des évolutions accélérées par la destruction de la matière organique ou l’érosion) ; les populations de plantes et d’animaux vont s’adapter sur place, migrer, éventuellement disparaître ou apparaître, selon les potentialités de leur espèce. Dans certains cas, certaines espèces pouvaient être présentes simultanément dans une même communauté par le seul jeu contingent des évolutions passées ; de nouvelles évolutions pourraient à l’avenir disjoindre leurs aires de répartition. Dans d’autres cas, au contraire, des espèces peuvent être liées par des rapports écologiques plus ou moins étroits, résultant d’une longue coévolution. Ces liens (abri, consommation, pollinisation, dispersion, prédation, parasitisme, décomposition…) se maintiendront-ils, ou certains seront-ils bouleversés en cas de forts changements climatiques ? Les liens entre plantes et insectes sont particulièrement importants : la disparition d’une plante hôte peut entraîner celle des insectes associés, et réciproquement la disparition d’un pollinisateur spécifique peut causer la disparition d’une plante. À l’inverse, l’apparition de nouvelles maladies, de nouveaux parasites, prédateurs ou ravageurs peut accélérer la disparition d’espèces, animales ou végétales, déjà fragilisées par les CCG. Beaucoup de ces diverses évolutions ne seront probablement pas linéaires et progressives ; des effets de seuils et de basculements rapides se produiront sans doute souvent.

12La composition des communautés végétales et animales de nombreux écosystèmes pourrait profondément changer, ainsi que leurs physionomies, les paysages qu’ils forment, les biens et services qu’ils peuvent fournir. Depuis un siècle, les paysages ruraux, en général issus de la polyculture, que les Romantiques et les touristes prenaient pour « la Nature », ont totalement changé. Dans le siècle qui vient, les paysages boisés, qui nous paraissaient plus naturels, vont-ils à leur tour, subir des changements de même ampleur ? Et que deviendra la biodiversité dont le déclin est déjà amorcé ? Celui-ci s’accroîtra-t-il de manière catastrophique ? Sans entrer dans cette discussion, qui soulève des difficultés complexes pour définir des indicateurs adaptés, je voudrais encore aborder la question de la gouvernance de ces mutations potentielles. Nos sociétés sont-elles équipées pour avoir quelque prise sur ces bouleversements qui menacent les écosystèmes et leur biodiversité ?

13Psychologiquement, il est déjà difficile, au niveau individuel, de nous mettre en face de grands bouleversements à venir, c’est-à-dire, d’une certaine manière, de notre propre mort. Au niveau collectif, c’est encore plus difficile. Néanmoins, on sent déjà de fortes incertitudes et de fortes angoisses chez beaucoup de ceux qui s’occupent des forêts, publiques ou privées. Ainsi, une profonde démoralisation atteint de nombreux agents de l’Office national des forêts, à tous les niveaux ; elle s’est même traduite par un certain nombre de suicides.

14Comme dans d’autres administrations, il y a des causes actuelles, dues à la déshumanisation des tâches, aux réductions d’effectifs, aux remaniements constants des organigrammes, à l’éclatement des équipes de travail, au « culte du résultat » et aux évaluations selon des indicateurs pas toujours ressentis comme pertinents, à l’obsession de la rentabilité à court terme au détriment de la stratégie à long terme, et au sentiment de perte du sens de la vie professionnelle que tout cela entraîne.

15Pour les forestiers, il s’y ajoute l’angoisse de voir que de nombreuses forêts commencent à dépérir, pour des raisons climatiques ou sanitaires, et que d’autres ont été détruites par des tempêtes exceptionnelles. Face à cela, beaucoup de forestiers publics ont l’impression qu’on leur demande de couper de plus en plus de bois pour équilibrer les comptes, sans trop se soucier de l’avenir ; certains ressentent l’insistance sur la mobilisation de la biomasse comme un retour en arrière, vers une forêt productrice de bois de feu ; certains vont même jusqu’à se demander si le non-dit de la politique forestière actuelle ne serait pas « coupons les arbres et vendons-les avant que le changement climatique n’ait fait crever toutes les forêts ». Quant aux propriétaires forestiers privés, ils sont aussi dans une grande incertitude : après dépérissements ou tempêtes, cela vaut-il la peine d’investir pour tenter de reconstituer la forêt ? Et d’ailleurs, vers quelle reconstitution aller ? Lors d’un récent colloque forestier franco-allemand dans les Landes, très affectées par plusieurs tempêtes successives, les experts français penchaient plutôt pour une intensification et une artificialisation accrues, avec un fort raccourcissement des durées de révolution (âge auquel les arbres sont récoltés), alors que les experts allemands proposaient un changement de modèle, et une conversion vers une sylviculture proche de la nature, ce qu’eux-mêmes ont mis en œuvre avec succès en Allemagne du Nord, après les tempêtes des années 1980. Entre ces conseils contradictoires, les propriétaires forestiers restent assez désemparés.

16Les protecteurs de la nature paraissent, paradoxalement, avoir davantage gardé le moral. Peut-être leur reste-t-il encore quelque chose de l’euphorie du Grenelle de l’Environnement, où ils s’étaient sentis enfin pris au sérieux. Les chercheurs sont, par leur métier, à la pointe de la réflexion et bien conscients des problèmes. Mais les membres des réseaux associatifs ont encore souvent une vision très statique des choses, et ont du mal à imaginer que les espèces et les habitats qu’ils aiment et observent risquent fort d’être bouleversés. Les mesures de protection de la nature sont encore très largement fondées sur la protection des espèces et des habitats rares ou menacés, dans les lieux où on les trouve actuellement et ne prennent guère en compte leurs évolutions potentielles.

  • 125 L’idée n’est pas neuve : Genèse, VI et VII.

17On pourrait, certes, rêver, et imaginer une grande politique de conservation visant à conserver le maximum de la biodiversité, même quand les CCG feront pleinement sentir leurs effets, à la fin du siècle. Par exemple, on pourrait imaginer des zones refuges, suffisamment vastes pour abriter des populations viables, choisies en fonction de leurs caractéristiques topographiques (altitude, pente, exposition), géologiques et pédologiques (nature et profondeur des sols), reliées par les couloirs d’une trame verte et bleue complète, aménagées avec des techniques de génie écologique (mais quand même pas trop pour que ça reste « naturel »)… de vraies arches de Noé125 en somme. Mais il faudrait pour cela une volonté politique et des moyens.

18Sans rêver à des scénarios aussi noachiques, de quelle gouvernance disposerait-on pour envisager des politiques d’adaptation à long terme des écosystèmes, notamment boisés ? Les connaissances scientifiques sont actuellement très insuffisantes, mais l’expérience a montré que quand il y avait une volonté ferme d’aboutir, on pouvait mobiliser des moyens très importants de recherche fondamentale et appliquée pour développer assez rapidement de nouveaux domaines technologiques (nucléaire, information, biotechnologies…) ; pourquoi pas le génie écologique ? Toutefois les écosystèmes sont souvent bien plus complexes que les systèmes technologiques, et bien plus difficiles à maîtriser, du fait de leur auto-organisation constante. Il faudrait bien sûr aussi de gros moyens financiers ; mais quand on voit les dizaines ou les centaines de milliards de dollars ou d’euros mis sur la table pour sauver le système financier…

19Ce qui manque le plus, c’est une vraie volonté politique. Quand on voit comment la lutte contre le réchauffement progresse, malgré toutes les déclarations internationales et tous les engagements, le plus souvent non contraignants, il y a de quoi être inquiet. Certes, les peuples sont souverains et pourraient décider, mais quand on voit les thèmes de campagne électorale qui font la une des journaux…

20D’un autre côté, pour « éclairer » les décisions, les économistes ont mis au point des méthodes, maintenant bien rodées, pour calculer des estimations de la valeur des composantes de l’environnement. Elles sont en général fondées sur l’analyse des marchés des biens et services environnementaux (marchés réels pour ceux qui sont marchands, marchés virtuels ou reconstitués pour ceux qui sont non marchands). Elles reflètent donc plus ou moins les préférences (« révélées » ou estimées) du consommateur d’aujourd’hui, et ne sont pas, de ce fait, sans danger de myopie. Ainsi, le Plan bleu a réalisé récemment une étude sur la valeur produite par la mer Méditerranée : environ 70 % de cette valeur provient des composantes sociales et culturelles, qui sont en pratique calculées (selon une méthode tout à fait usuelle et légitime) à partir des dépenses liées aux séjours touristiques et aux résidences en bord de mer. Si on voulait accroître cette valeur de manière irréfléchie, la manière la plus efficiente serait probablement de continuer à bétonner la côte. Une étude sur la valeur des forêts méditerranéennes est en cours. Toutefois une étude plus ancienne du regretté Pr. Merlo, fondée sur le concept de « valeur économique totale » avait établi la primauté des valeurs liées aux services proprement environnementaux (conservation de la biodiversité, des sols, des eaux) dans la valeur totale de ces forêts.

21Et puisqu’on parle d’économie, il pourrait être intéressant d’en revenir à la vieille approche des économistes classiques, qui, depuis Adam Smith, disaient que la richesse produite par l’économie est divisée en trois parts : celle qui rémunère le capital, celle qui rémunère le travail et celle qui rémunère la terre. Pour A. Smith, cette dernière constituait la rente foncière, si importante au xviiie siècle. Aujourd’hui, il faudrait plutôt considérer que la troisième part est celle qui est consacrée à l’entretien de l’environnement, ou peut-être plus généralement des biens publics mondiaux (en y incluant non seulement le capital naturel, mais aussi une très large part du capital culturel). Grosso modo on retrouve d’ailleurs là les trois piliers du développement durable, les modèles macro-économiques de développement durable différant des modèles de croissance classiques par l’adjonction de nouvelles équations exprimant cette nécessité de consacrer une part de la richesse produite à l’entretien du capital naturel.

22Je fais partie de ceux qui pensent que la distorsion très forte en faveur de la sur-rémunération du capital financier est le fond des problèmes économiques, sociaux et environnementaux actuels, et donc de la non-durabilité des trajectoires de développement sur lesquelles nous nous trouvons. Sortir de la crise en augmentant la part de la rémunération du travail, c’était déjà l’idée de Keynes et du New Deal, et ça a réussi. Mais, à l’époque les économies nationales étaient relativement fermées, et il était possible, au niveau d’un État, d’imposer une meilleure répartition de la richesse produite. Aujourd’hui quelle serait la gouvernance mondiale nécessaire pour y parvenir ? De même, concernant le capital naturel, et plus généralement les biens publics mondiaux, la part consacrée à leur maintenance est sans doute bien trop faible, mais quelle gouvernance mondiale faudrait-il construire pour leur allouer une part compatible avec leur durabilité, et pour répartir cette part entre les différentes actions indispensables ? On peut être inquiet.

23Certes, par le passé, beaucoup d’écosystèmes forestiers ont fait preuve d’une grande résilience spontanée, c’est-à-dire d’une bonne capacité à se rétablir, au prix de certaines adaptations, après la cessation des pressions, naturelles ou humaines, qui les avaient éliminés de plus ou moins vastes territoires. Mais toute résilience a ses limites. Qu’adviendra-t-il pendant et après les transformations climatiques du siècle qui commence ? Nos arrière-petits-enfants le sauront.

Notes

106 Dans le cadre notamment du Germes, du ministère de l’Environnement (sous ses diverses appellations successives), ou de l’Ifen.

107 Comme aiment le rappeler les forestiers, le concept de durabilité était déjà promu par leurs anciens, officiers du roi Philippe VI de Valois qui, par l’ordonnance de Brunoy, en 1346, prescrivait de « perpétuellement soutenir en bon état » ses forêts. D’où, après aller-retour par l’anglais, les notions de rendement soutenu, sustained yield, sustainable growth, et finalement développement durable.

108 Dans d’autres langues, l’ambiguïté est moindre qu’en français : par exemple en allemand Wald désigne la forêt en tant qu’espace arboré (et aussi la montagne, boisée par nature), et Forst la forêt gérée, mise en ordre (aménagement forestier se dit Ordnung).

109 Que j’ai rencontré grâce à Georges Ribeill, à la Sema (Société d’économie et de mathématiques appliquées) en 1970.

110 La FAO donne des définitions statistiques précises de ces différentes catégories.

111 C’est d’ailleurs dans les régions où la pression est modérée que la biodiversité est généralement la plus élevée, et non dans les régions où la pression est nulle.

112 Le territoire étant considéré comme l’ensemble d’un espace et des gens qui y vivent.

113 Système maintenant sur chaque parcelle des cépées de taillis, coupées tous les 20 ans pour faire du bois de feu, et quelques dizaines d’arbres de futaie par hectare, pour le bois d’œuvre.

114 Le terroir est divisé en ager, labouré en rotation biennale céréales-jachères, en sylva, forêt productrice de bois, mais aussi pâturée, et saltus, espace intermédiaire, peu boisé et très pâturé. Un des rôles majeurs des troupeaux est de transférer, par leurs déjections, de la fertilité depuis la forêt et le saltus vers les champs et les jardins.

115 Ceux-ci consistent en un abattage et un brûlage de petites parcelles forestières (de l’ordre de 1 ha), suivis de deux ou trois ans de cultures temporaires, puis d’une longue jachère forestière, qui permet la repousse d’une forêt secondaire. Ce système détruit la forêt primaire, mais il est durable si la jachère dure au moins une vingtaine d’années. Si la jachère est trop courte, il y a risque de détérioration irréversible des sols.

116 Notamment les certifications FSP (Forestry Stewardship Council) et PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes), que certains critiquent comme répondant surtout à des considérations commerciales.

117 Plutôt que de « fonctions », mot à connotation essentialiste, il vaudrait sans doute mieux parler de « rôles », pour souligner que ceux-ci n’existent pas par nature, mais sont développés en réponse à des demandes sociales ou économiques. L’emploi du mot fonction traduit le fait que les forestiers se placent assez généralement dans l’optique d’une offre, qui part de la forêt, plutôt que dans celle de réponses à des demandes.

118 Ce concept développé notamment par le MES (Millenium Ecosystem Assessment) est bien plus satisfaisant que celui de fonctions.

119 La non-gestion de beaucoup de forêts privées est souvent due à leur extrême morcellement (3,5 millions de propriétaires possèdent en moyenne 2,6 ha ; 2,6 millions d’entre eux ont moins de 1 ha). Ce fait est souvent déploré par ceux qui y voient un gâchis de plusieurs dizaines de millions de m3 de bois non utilisé . Mais on peut aussi y voir un facteur favorable à la biodiversité.

120 Celles-ci, dont la plus connue est la méthode Prosilva, reposent sur une sylviculture individuelle d’arbres de qualité, dans des parcelles où toutes les classes d’âge des arbres, en général d’essences diverses, sont mélangées pied à pied. Elles s’opposent aux futaies « régulières », où, sur une même parcelle, tous les arbres ont sensiblement le même âge, et où les arbres dominants appartiennent à une seule espèce. Les futaies proches de la nature, dites aussi « irrégulières » peuvent être gérées de manière intensive et rentable, elles ont une bonne biodiversité, une haute valeur paysagère, et paraissent bien résister aux aléas climatiques ou sanitaires. Leur principal inconvénient est qu’elles nécessitent d’être gérées par des personnes très compétentes, connaissant bien leur forêt, et disposant d’un temps suffisant pour prendre sur le terrain des décisions sylvicoles fines. Dans des forêts privées d’une certaine taille, cela marche bien. Dans les forêts publiques, la difficulté est que le temps des agents de terrain est de plus en plus limité par les réductions de personnel et les tâches administratives. Il est également nécessaire qu’il y ait de bons bûcherons, ce qui n’est pas le cas partout.

121 Le Giec propose + 3 °C pour le scénario B2 et + 5 °C pour le scénario A2.

122 Groupe d’intérêt public Écologie forestière.

123 Due, entre autres, aux pollutions, à la surexploitation des ressources renouvelables, à la destruction ou à la fragmentation des habitats.

124 On admet que, en première approximation, sous nos latitudes, une espèce végétale donnée devrait, pour conserver les mêmes conditions de vie lorsque la température moyenne augmente de 1 °C, déplacer son aire de répartition d’environ 200 m en altitude, vers le haut, en montagne, ou de 200 km vers le nord en plaine. Les observations réalisées depuis une trentaine d’années montrent qu’en France, pour 1°C d’augmentation réelle, beaucoup d’espèces ont effectué, en montagne, une montée en altitude de l’ordre de 100 m ; mais qu’en plaine la remontée vers le nord ne s’est pratiquement pas produite.

125 L’idée n’est pas neuve : Genèse, VI et VII.

© Éditions Quæ, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site