Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective

 | 
Rémi Barré
, 
Thierry Lavoux
, 
Vincent Piveteau

Partie 2 - Des politiques de l’environnement au développement durable : regards et perspectives

Chapitre 8 - L’adieu au développement durable ?

Olivier Godard

Texte intégral

1J’ai vu naître la pensée de l’écodéveloppement au lendemain de la conférence de Stockholm en 1972. C’était au Cired, à l’École des hautes études en sciences sociales, auprès d’Ignacy Sachs, et avec le double parrainage de Maurice Strong, alors directeur du tout nouveau Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), et de Serge Antoine, au ministère français de l’Environnement. Jacques Theys n’était pas loin, déjà, soucieux d’animer la réflexion sur les politiques environnementales à partir d’une démarche prospective. D’abord conçue comme une stratégie pragmatique pour les régions rurales délaissées des pays en développement, l’approche de l’écodéveloppement s’est vite élargie aux choix des techniques, à l’énergie, au développement urbain, puis au développement local dans les pays industriels, se transformant alors en approche stratégique générale des choix de développement.

2Il s’agissait de frayer une troisième voie entre l’intégrisme d’une croissance économique supposée pouvoir résoudre à l’avenir tous les problèmes qu’elle engendre et un écologisme outrancier obsédé de protéger une nature dont l’homme serait le principal ennemi, et pour cela faisant barrage autant que possible au développement. Mettant en avant la self-reliance et le principe de subsidiarité, agençant une priorité donnée à la satisfaction des besoins de base de tous avec un principe éthique de solidarité diachronique avec les générations futures, l’écodéveloppement soulignait la nécessité de ne pas séparer la préoccupation écologique de celle de la satisfaction des besoins humains : c’est parce que les hommes tirent de leurs milieux des ressources essentielles pour leur vie et leur développement, qu’ils peuvent être convaincus de veiller à la préservation des équilibres et à l’entretien des potentialités que ces milieux recèlent dans une perspective de temps long. Toutefois, misant sur une planification décentralisée des investissements de développement et sur la participation des intéressés, tant au stade de la délibération sur les projets à engager qu’à celui de leur réalisation, qu’il s’agisse de villageois ruraux ou d’habitants de bidonvilles, l’écodéveloppement s’accordait mal avec la libéralisation des échanges commerciaux et ce qu’impliquait le caractère central d’une régulation économique par le marché, dans le contexte d’une finance en voie de mondialisation.

3La trajectoire de généralisation de l’écodéveloppement s’est achevée sur la recommandation d’un « Nouvel Ordre économique international », puis d’une stratégie mondiale de transition pour le xxie siècle (Sachs, 1993). L’écodéveloppement ne pouvait pas être plus en porte-à-faux avec l’évolution économique et sociale de la mondialisation libérale alors engagée. Sous pression politique des grandes puissances occidentales et en premier lieu des États-Unis, le PNUE avait cessé de soutenir la réflexion sur l’écodéveloppement et l’avait fait disparaître de ses références intellectuelles dès la fin des années 1970. Ce fut la première mort de cette tentative d’harmonisation entre le développement économique et la préservation de l’environnement.

4Vint alors le développement durable, plus ambigu, moins critique et plus consensuel politiquement. En 1980, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en faisait la matrice de la stratégie mondiale de conservation de la nature qu’elle proposait à l’ONU d’adopter. Tournant historique par son acceptation de la légitimité première du développement, ou habillage habile pour resservir les mêmes orientations « écocentriques », au nom du développement humain à long terme ? Il n’empêche, en décembre 1983 l’Assemblée générale des Nations unies donnait mandat à une Commission mondiale sur l’environnement et le développement d’éclairer l’avenir jusqu’à l’an 2000 et au-delà en analysant les évolutions en cours et en proposant une stratégie de développement durable. Dans cette commission, aucun français, mais Ignacy Sachs et Jacques Theys sont au nombre des très rares Français à apporter leur contribution à ses travaux. Le rapport Brundtland, « Notre avenir à tous », fut remis en 1987 à ses commanditaires. Il n’a pas inventé le développement durable, mais il a contribué comme nul autre à en populariser l’expression. Il a aussi été à l’origine d’une formule clé, retrouvée partout, y compris dans la législation française : le développement durable est un développement qui satisfait les besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de satisfaire les leurs. Formule clé par son agencement entre un principe de symétrie (ni dictature du futur, ni dictature du présent) et d’un traitement asymétrique (les besoins pour les générations présentes, les capacités pour les générations futures).

5Depuis lors, le développement durable a été adopté comme une nouvelle référence des politiques et initiatives de développement par l’ONU — qui s’est dotée d’une Commission du développement durable —, par la plupart des gouvernements, des ONG, des collectivités locales et par un grand nombre de grandes entreprises, en particulier celles regroupées au sein du World Business Council for Sustainable Development (WBSD). Il est mobilisé dans différents contextes territoriaux de la gouvernance politique, des scènes locales jusqu’au niveau mondial. Il est ainsi devenu un objectif constitutionnel des politiques publiques françaises depuis l’adoption de la charte de l’Environnement en février 2005. Invités à faire des choix compatibles avec la durabilité du développement, les administrations et les gestionnaires publics et privés, de même que les agences de notation, essaient de traduire ce concept général en indicateurs et critères de gestion. Tout serait donc pour le mieux ? Le monde aurait-il redressé à temps sa trajectoire avec sagesse ? Il faut se détromper. Certes il existe désormais un grand nombre de conventions internationales, dont les deux principaux textes adoptés, sur le climat et sur la biodiversité, au sommet de la Terre en 1992. On a mis en place une réglementation du commerce des espèces protégées et des déchets dangereux, on a interdit l’usage de produits toxiques, on a défini un cadre institutionnel pour la protection de mers régionales, des cadres et plan de gestion ont été mis en place pour les déchets et pour la restauration de la qualité des eaux, etc. Les initiatives labellisées « développement durable » pullulent, comme les agendas 21, lancés à Rio. Oui, mais dans le même temps la dégradation de l’environnement s’est accélérée à l’échelle planétaire. Les émissions de gaz à effet de serre n’ont jamais autant progressé que depuis que les États ont affirmé s’occuper du problème de façon à « éviter une interférence dangereuse avec le climat de la planète ». Même chose pour la biodiversité dont l’érosion continue à un rythme soutenu.

6Il faut s’y résoudre. Depuis 40 ans, on s’est beaucoup réuni, on a beaucoup produit de textes aux statuts variés, de drafts en non-papers, mais aussi de projets en lois ou plans, comme ce plan national pour l’Environnement préparé par Lucien Chabason et Jacques Theys du temps du gouvernement Rocard. Beaucoup d’ONG et d’experts se sont agités. Cela n’a pas permis d’aller très loin dans la coordination internationale sur les principaux enjeux planétaires.

7Le bilan de la conférence des Parties à la convention Climat de l’ONU à Copenhague en décembre 2009 est hautement significatif. Cette convention avait été signée en 1992 puis ratifiée par quasiment tous les États de la planète. Adopté en 1997 dans ce cadre, mais entré en vigueur en 2005, le protocole de Kyoto demandait aux seuls pays industriels de maîtriser leurs émissions de gaz à effet de serre et ne leur fixait des objectifs que jusqu’en 2012. L’article 6 de cette charte indique : « Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. À cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social. » De plus, les États-Unis, alors premier pays émetteur, ne le ratifiaient pas, après avoir pesé un maximum sur sa structure (plafonds d’émissions + marché du carbone, sans autres exigences coordonnées sur les politiques et mesures qui étaient demandées par les Européens). La plate-forme d’action était donc restreinte et ne pouvait représenter qu’un premier pas vers un régime élargi. Suite à la feuille de route adoptée à Bali en 2007, la conférence de Copenhague en 2009 devait accoucher d’un nouveau régime complet. De fait, pour la première fois, à Copenhague, les États ont posé l’objectif de contenir à 2 °C l’augmentation de la température moyenne du globe d’ici 2050. Or, 2 °C, c’est déjà un changement considérable : sur les 1 000 dernières années, entre l’épisode chaud qu’a connu l’hémisphère Nord entre l’an 950 et l’an 1200 et le « petit âge de glace » qui a suivi, la fluctuation de la température moyenne est restée inférieure à 1 °C (Masson-Delmotte, 2011), avec pourtant des conséquences importantes économiques, sociales et politiques… jusqu’à la Révolution française. Malgré cela, les engagements de réduction des émissions pris par les pays pour 2020 dans la foulée de Copenhague demeurent inférieurs de moitié à ceux qui seraient nécessaires pour avoir une chance raisonnable de ne pas dépasser ces 2 °C (Godard, 2011). Si on en reste sur la trajectoire esquissée par ces engagements, on va vers les 3 à 4 °C d’accroissement de la température moyenne à l’horizon 2100. De plus l’absence de dispositif économique et juridique précis de mise en œuvre ne permet pas d’accorder beaucoup de crédit au respect effectif des engagements proclamés.

8Force est de reconnaître que les États, du Nord comme du Sud, ne sont pas prêts à faire ce que demandent les engagements qu’ils prennent, bien que ces derniers ne soient pas eux-mêmes suffisants pour être à la hauteur de l’objectif sur lequel ils se sont accordés et engagés à Rio. Tout en se mentant à elle-même, l’humanité s’est activement engagée depuis 20 ans dans cette interférence dangereuse avec le climat que de façon unanime les gouvernements disaient vouloir éviter. C’est maintenant trop tard pour se prémunir d’un danger sérieux, compte tenu de l’inertie du système climatique. Il y avait une fenêtre de tir ouverte en 1992 à condition de s’y prendre à temps de manière résolue. Vingt ans plus tard, on a loupé la fenêtre de tir. On a fait trop peu, trop tard, tout en faisant croire qu’on faisait beaucoup.

9Appliquée à la planète dans sa globalité, la promesse déposée dans le concept de développement durable il y a 30 ans est elle aussi devenue périmée. Copenhague, ce fut comme une deuxième mort : après l’écodéveloppement, c’est le développement durable de l’humanité qui est désormais enterré. L’idée d’harmoniser le développement de l’économie humaine et la préservation des grands équilibres de la planète, n’a plus de contenu crédible compte tenu des dégâts déjà commis et des déséquilibres majeurs en cours. Le lecteur m’excusera de prendre une image biblique : le péché originel a été commis et les hommes ont été chassés du paradis de la soutenabilité environnementale. On doit reconfigurer la manière d’appréhender les enjeux environnementaux et leurs rapports avec le développement pour que le discours retrouve le sens des réalités. Il reste à présent à choisir entre différents types de développement non durable, entre du peu durable et de l’absolument pas durable. Mais avec quels repères pour choisir ? Aucun algorithme d’optimisation ne nous donnera la réponse pour naviguer au sein du mal-développement.

10Jacques Theys écrivait en 2000 que l’évitement de l’« absolument pas durable » était de la responsabilité de l’État mais que l’invention du durable devait résulter de la créativité décentralisée. L’édifice intellectuel du développement durable peut garder une partie de son sens au niveau d’une collectivité, d’une région, voire d’un pays dans certains cas. Il reste défendable d’essayer de construire des îlots de durabilité dans un monde qui ne sera globalement pas durable. En ce sens un des paradigmes intellectuels à adopter dans cette nouvelle ère pourrait bien-être celui de l’Arche de Noé. Cela n’évitera pas aux hommes de demain de devoir très largement s’adapter aux manifestations désagréables diverses de non durabilité écologique du monde. Il serait sage pour les hommes d’aujourd’hui de rehausser la place donnée à l’une des innovations clés du concept de développement durable, à savoir le souci pour l’entretien et le développement de capacités, en lieu et place de l’obsession pour le bien être ou pour l’efficacité économique de court terme. Il faudrait pour cela systématiser les démarches porteuses d’un regard patrimonial sur les milieux et ressources naturels et sur les paysages pour faire lucidement le tri : lesquels méritent vraiment qu’on recherche leur préservation pour les transmettre, lesquels devront être abandonnés au sort qui leur est promis ? Il faut tout autant promouvoir l’investissement permettant de développer les capacités dans les différents registres du génie humain (culture, technologie, réseaux, institutions démocratiques, dispositifs de solidarité…). Qu’au moins l’homme ne se perde pas complètement !

© Éditions Quæ, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site