Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective

 | 
Rémi Barré
, 
Thierry Lavoux
, 
Vincent Piveteau

Partie 1 - D’un demi-siècle d’environnement à l’autre : 50 questions à Jacques Theys

Chapitre 2 - Entre science, politique et société : le passeur

Note de l’auteur

Les chapitres de 1 à 5 sont une interview réalisée en 2012-2013 par Rémi Barré, Thierry Lavoux et Vincent Piveteau.

Texte intégral

Q12. Dans le parcours que vous venez d’esquisser, carrière administrative et enseignement ou réflexion scientifique semblent inextricablement mêlés. Cela nous conduit naturellement à un second volet de notre interview qui portera sur votre rôle de « passeur » entre science et politique. Dans un article de Libération consacré aux « décodeurs de l’environnement », Hélène Crié (1999) vous avait placé en tête de ce qu’elle appelait « les médiateurs ». C’est également ainsi que vous vous identifiez vous-même. Comment cette fonction — ou cette vocation — vous est venue, et que signifie-t-elle pour vous ?

Il y a bien évidemment, dans ce rôle de « passeur », une part importante qui est liée aux fonctions que j’ai pu exercer — situées, très souvent, aux interfaces entre recherche et politique publique. Pour des raisons institutionnelles qu’il serait trop long d’expliquer, la prospective aux ministères de l’Environnement et de l’Équipement s’est trouvée pendant longtemps située au sein de services ou directions de la recherche ; et s’est vue, en outre, confier le soin de lancer de nouveaux programmes transversaux, d’être une espèce de « couveuse » pour des thèmes à défricher. C’était donc mon métier de servir de « passerelle ». Mais c’était aussi — comme je l’ai dit au tout début de cette interview — une vocation. Depuis mon enfance — j’ai parlé de ma préparation à l’ENA — j’étais « programmé » pour m’occuper de politiques publiques et de service au public : je n’aurais pu être seulement universitaire ou chercheur. Inversement, je n’aurais pu rester longtemps dans l’administration pour faire uniquement de la gestion et sans consacrer une part importante de mon temps à la réflexion. J’ai eu la chance de pouvoir trouver une situation me permettant de résoudre en partie cette contradiction personnelle — avec les avantages mais aussi les inconvénients qu’une telle position « à cheval » comporte. Pour moi, j’y insiste, il ne s’agissait pas seulement de favoriser la communication entre administration et recherche, de lancer et valoriser des programmes finalisés… mais d’être chercheur dans le monde de l’administration, et porteur des politiques publiques dans le monde scientifique. J’ai toujours ainsi gardé entre les « deux mondes » une symétrie très grande, m’inquiétant tout autant du manque d’intérêt de l’administration pour la recherche que de la vision très déformée des chercheurs sur la mise en œuvre des politiques publiques. Pour cela, mes activités dans l’enseignement comme mes fonctions dans la recherche ont été très utiles. Mais je crois que ce qui a joué aussi un rôle essentiel, et j’y reviendrai plus tard, c’est la vocation naturelle de la prospective à servir de passerelle entre des univers, des savoirs et des acteurs très différents.

Il ne faut pas oublier le troisième côté de cette médiation — qui pour moi justifie les deux autres — qui est la société au sens large. Comme je l’ai déjà dit précédemment, j’ai toujours été intéressé par les questions de démocratie technique, de participation du public à la décision, et de rapport des citoyens à la science et à l’expertise. Mais cette question des relations science-politique-société n’a pas été pour moi seulement une préoccupation théorique. À plusieurs reprises, j’ai cherché à m’investir dans la vie syndicale ou associative — avec à chaque fois beaucoup d’enthousiasme. Mais surtout il m’a toujours semblé que le travail fait dans l’administration ou même la recherche ne prenait son sens que comme réponse aux attentes de cette « société » dans toute sa diversité — pas seulement les entreprises, les associations ou les groupes professionnels, mais aussi et d’abord les habitants eux-mêmes — ce qui supposait de les connaître et leur donner la parole. C’est ce qui m’a conduit, par exemple, en 2005, lorsqu’il s’est agi de faire un exercice sur les priorités de recherche du ministère de l’Équipement, à considérer que le public devait aussi avoir son mot à dire sur les recherches à promouvoir (Bain et al., 2008). C’est, à ma connaissance, une des rares fois où il en a été ainsi…

Q13. Nous reviendrons plus tard sur cette question des relations science-société, que vous avez, en effet, plusieurs fois évoquée. Pour l’instant, il est important que vous nous en disiez un peu plus sur votre positionnement au sein des directions de la Recherche des deux ministères de l’Environnement et de l’Équipement ; sur ce que vous y avez engagé ; et, plus largement, que vous nous apportiez votre témoignage et votre jugement sur le rôle de ce type de service. Dans quelle mesure la connexion entre recherche et politique publique s’y fait-elle réellement ? avec quels succès et quels échecs ?

Je vais essayer de répondre en quelques mots, avec beaucoup de nostalgie — car « la recherche finalisée », dont je vais maintenant parler, est malheureusement progressivement en train de disparaître, dans la plus profonde indifférence. L’idée que les politiques publiques avaient besoin de s’appuyer sur la recherche n’est venue que très tardivement dans l’appareil administratif — les années 1960-1970 — et a toujours eu beaucoup de difficulté à s’imposer. Pour faire face à la complexification croissante des problèmes publics, la forte compétence des corps de l’État était censée suffire — sauf dans des domaines très techniques, pour lesquels certains ministères se sont dotés, après la seconde guerre mondiale, de structures spécifiques. Comme cela ne permettait pourtant pas de répondre à tous les besoins, l’administration s’est résolue, dans les années 1960, d’abord à créer des services d’études économiques, puis à mettre en place des programmes de recherche sous contrat visant à mobiliser d’autres savoirs — en sciences sociales, en toxicologie, en sciences de la nature… J’utilise à dessein le mot « résolue », car, je pense que, dans le fond, le cœur de l’administration est toujours resté assez allergique au monde des études et de la recherche, tenant les services responsables dans une position, somme toute, assez marginale. On est loin de la culture scandinave ou américaine, où, par exemple, l’Agence pour la protection de l’environnement, qui joue le rôle d’un ministère aux États-Unis, a été jusqu’à compter 3 000 chercheurs !

Lorsque le petit ministère de l’Environnement s’est constitué, en 1971, il ne disposait pas de structure d’appui technique ou scientifique — comme l’Inra ou le Cemagref pour l’Agriculture ou l’Institut de recherche sur les transports pour l’Équipement. Sous l’impulsion de S. Antoine, la recherche finalisée s’est donc trouvée en situation de devoir non seulement répondre à l’immensité des besoins de connaissances non satisfaits qui existaient dans ce domaine, mais aussi, d’aider à structurer un champ de recherche qui était encore en cours de constitution. Sur certains thèmes, une dynamique de co-construction simultanée des problématiques de recherche et des politiques publiques s’est amorcée. Est-ce que la promesse d’appui à ces politiques a été finalement tenue ? J’y reviendrai plus tard. Pour l’instant, j’insisterai sur une autre dimension assez mal reconnue de cette recherche finalisée qui a été sa capacité à investir des thèmes nouveaux dans une perspective réellement transversale et pluridisciplinaire. Partir d’une question politique, et poser cette question à la recherche, c’est presque toujours en appeler à des réponses globales qui dépassent les barrières des disciplines. Au moins dans une première période, le ministère a ainsi joué un rôle moteur dans le lancement de programmes transversaux — au moment où le milieu scientifique français hésitait encore sur l’investissement qu’il devait faire dans le champ de l’environnement et où il se trouvait très contraint par les divisions disciplinaires.

  • 19 Lancé en 1982, ce programme s’est clos en 1988, après un colloque organisé en 1986 à Ch (...)
  • 20 Ce programme, animé par M. Beaud (président du conseil scientifique) et J. Theys (secré (...)
  • 21 Les travaux de ce groupe (11) du Preditt (Programme de recherche et d’innovation sur le (...)

Dans ce mouvement, la prospective a eu largement sa part, puisqu’il lui était demandé de défricher, en avant-garde, certaines thématiques émergentes, avec des programmes exploratoires assez légers. C’est dans ces conditions que nous avons lancé, en 1981-1982, le premier programme initié en France sur « les risques et la gestion des crises19 », puis, en 1989-1990, le premier, aussi, portant sur « les dimensions socio-économique du changement climatique » (intitulé « Éclat »)20. C’est une situation que j’ai ensuite retrouvée au Centre de prospective de l’Équipement (CPVS), qui s’est vu également confier la co-responsabilité du premier programme historiquement mené sur « les politiques de transport » — dans le cadre du Preditt21. Dans chacun de ces cas, se combinaient à la fois des pressions politiques fortes et un enjeu scientifique important de constitution d’un nouveau milieu de recherche : nous nous sommes donc trouvés tout naturellement dans une situation d’interface entre les scientifiques et les responsables ministériels... Si l’on ajoute que la prospective est, en elle-même, un formidable outil de brassage et que je me suis, à plusieurs reprises, occupé de recherche dans des cabinets ministériels ou des postes de direction, puis ai participé à de nombreux comités scientifiques (y compris, à un certain moment, comme co-président d’un des sous-groupes du Giec), on peut comprendre pourquoi j’ai passé une bonne partie de ma vie professionnelle à servir de « passeur » entre le monde de l’administration et celui des chercheurs (et souvent entre chercheurs eux-mêmes !). Mais ce qui a joué le rôle le plus déterminant, c’est la création de l’association Germes.

Q14. Pouvez-vous nous dire de quoi il s’agit ?

  • 22 Institut du développement durable et des relations internationales.
  • 23 Créée en 1968, l’Association française pour la cybernétique économique et technique a j (...)
  • 24 Respectivement publiés en avril et juin 1980, sous la direction de P. Mirénowicz, J. Th (...)
  • 25 Organisé en 1996, ce colloque a donné lieu à plus de 400 communications, publiées dans (...)

Vous en avez tous trois été des membres très actifs, mais il faut, en effet, préciser ce qu’il en est, puisque ce réseau n’a plus fonctionné après le début des années 2000. Germes, c’est le Groupe d’exploration et de recherches multidisciplinaires sur l’environnement et la société. Ce groupe, qui réunissait chercheurs de toutes les disciplines, et acteurs publics ou privés, a été créé en 1975 pour servir de plate-forme à des débats portant, comme son nom l’indique, sur les relations entre environnement et société au sens large — en incluant dans ces relations l’économie, la culture, l’histoire, les modes de vie, les mouvements sociaux, les questions internationales ou les politiques publiques. Il a été pendant 25 ans une espèce de think tank sur ces sujets, et sans doute l’un des plus actifs, à une époque où les grandes structures de réflexion actuelles — comme l’Iddri22 ou la Fondation Nicolas Hulot (pour ne prendre que deux exemples) n’existaient pas encore ou ne faisaient qu’émerger. À l’origine, il y avait un réseau de personnes intéressées à l’analyse de système et à l’interdisciplinarité, mis en place à proximité du ministère de l’Environnement. Mais en 1975, nous avons décidé de nous constituer en association plutôt que de rejoindre l’Afcet — la structure scientifique officielle en ce domaine23 — qui proposait de nous accueillir. Dans les premières années, nous organisions pratiquement chaque mois des réunions sur différents thèmes de l’environnement — qui se tenaient dans les locaux de l’École des eaux et forêts (Engref), avenue du Maine… Puis ces séminaires se sont transformés en colloques et en publications : Les Cahiers du Germes. Les deux premiers Cahiers, en 1978 et 1979, étaient plutôt classiques et portaient respectivement sur « Croissance-développement-emploi-environnement » et sur « Environnement-conflits-participation ». Les suivants ont, en revanche défriché des thèmes encore nouveaux à cette époque, comme le troisième sur « Matière et énergie dans les écosystèmes » ou le quatrième sur « Questions à la bio-économie »24. Mais surtout à partir du milieu des années 1980, Germes a organisé de grands colloques internationaux qui ont connu un retentissement important — comme « L’environnement face à la crise », « Les experts sont formels » (Environnement, science et politique) ou « L’Environnement au xxie siècle : peut-on gérer démocratiquement le long terme ? ». Organisé à Fontevraud, en partenariat avec de très nombreuses organisations, ce dernier a sans doute été la manifestation qui, sur l’environnement au sens large, a rassemblé, en France, des chercheurs et acteurs du plus grand nombre de pays25 — là encore de toutes disciplines, et du local au global.

  • 26 En 25 ans d’existence, Germes n’a eu que deux présidents : C.J. Maestre, chercheur CNRS (...)

Il y avait, naturellement, des relations importantes entre l’association Germes et le groupe de prospective — dont j’étais responsable au ministère de l’Environnement — et donc, par extension, avec le ministère dans son ensemble. Le colloque « L’environnement face à la crise », tenu en 1984, a, par exemple, été organisé en étroite collaboration avec le cabinet d’Huguette Bouchardeau — dans un contexte où la crise économique menaçait directement la survie du ministère elle-même. Mais, compte tenu de la personnalité des responsables de l’association et, notamment, de ses présidents26, il s’agissait beaucoup plus de faire entendre la voix des chercheurs et des scientifiques dans le milieu politico-administratif (et, plus largement, social) que l’inverse. C’était un lieu d’échange, d’ouverture et de construction de réflexions communes s’enracinant d’abord dans les préoccupations des chercheurs de toutes disciplines. En aucun cas de diffusion d’une bonne parole ministérielle.

Q15. Nous sommes là sans doute avec l’association Germes, au cœur de votre fonction de passeur… Il nous faut cependant revenir à une question plus générale que vous avez volontairement laissée en suspens, qui est celle des relations entre recherche et politiques publiques, et, plus spécifiquement, de la contribution de la recherche finalisée — que vous avez ardemment défendue — dans l’élaboration de ces politiques. Quel jugement global portez-vous sur ces relations ou sur cette contribution ?

Au fil des décennies, l’apport de connaissances scientifiques et d’expertises aux politiques de l’environnement est devenu de plus en plus indispensable — parfois, d’ailleurs, pour justifier de reporter l’action à plus tard — et il serait absurde de nier leur interdépendance étroite. Mais au quotidien, ces relations ne fonctionnent pas de la meilleure façon possible. Globalement, les mondes de la recherche et de l’administration (ou des responsables politiques) restent, au moins culturellement, très séparés. Les administrations considèrent généralement qu’elles en savent bien assez, et ne s’engagent dans les risques de l’expertise qu’à condition d’en garder un contrôle étroit. Réciproquement, les chercheurs — notamment en sciences sociales — ont souvent tendance à considérer l’État comme infréquentable — et d’ailleurs en connaissent assez mal les rouages, faute de pouvoir rentrer à l’intérieur de ses « boîtes noires ». Malgré une conscience partagée des enjeux scientifiques et politiques, les fonctionnaires intéressés par les résultats de la recherche sont relativement rares, comme les chercheurs motivés par la valorisation politique de leurs travaux. Cette tendance à l’indifférence réciproque s’est d’ailleurs malheureusement sensiblement renforcée dans les années 1990 ; avec, d’un côté, le passage à une administration de plus en plus procédurale, sous-traitant les contenus ; et, de l’autre, le repliement sur elle-même de la communauté scientifique — sous le poids des logiques disciplinaires et de contraintes croissantes de publication dans les revues à comité de lecture. Responsable pendant longtemps de programmes de recherche finalisée, j’ai, comme beaucoup d’autres, constaté que les utilisateurs potentiels (notamment les services ministériels) étaient peu présents dans ces programmes — que ce soit dans la commande ou la valorisation ; et que beaucoup de recherches, sauf en économie, s’arrêtaient au moment où elles allaient devenir intéressantes — c’est-à-dire au moment des préconisations. Le temps et les exigences de la recherche et ceux de l’action s’ajustent mal. Le résultat, c’est un immense gaspillage de ressources intellectuelles — dont je ne citerai qu’un exemple : au moment de la mise en place de la première taxe carbone, en 2009, seule une toute petite partie de l’expertise disponible, essentiellement économique, a été utilisée, alors qu’il existait beaucoup de travaux complémentaires en sociologie, droit, géographie, science politique qui auraient pu également être utiles. Il est probable que leur mobilisation plus efficace aurait permis d’éviter que ce premier essai soit finalement un échec…

  • 27 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Comme l’illustre cet exemple, il y a donc un énorme besoin de passerelles, de traduction. Historiquement les services de la recherche dans les ministères avaient, en principe, cette vocation : traduire les enjeux politiques en demandes de recherche ; et, inversement, transformer les résultats de recherche en préconisations ou outils d’appui aux politiques publiques. Mais progressivement, ce qui était un moyen — lancer ou soutenir des programmes — est devenu une fin ; et le travail de traduction a été en partie oublié, faute, peut-être, d’avoir reconnu qu’il s’agit d’un métier spécifique, d’une fonction en elle-même, qui ne se confond pas avec les processus plus ponctuels d’expertise, ni avec le soutien à la recherche. Cette défaillance fait sans doute partie des raisons qui expliquent que, dans les années 1990-2000, l’on soit passé à d’autres formes, très différentes, de relation entre connaissances et politiques publiques — avec, à la fois l’autonomisation des agences et instituts de recherche situés à la périphérie des ministères, l’externalisation des processus d’expertise à l’échelle nationale ou internationale (comme le Giec27), la création de l’Agence nationale de la recherche (ANR), et le recours croissant à des think tanks ou grands bureaux d’étude. Tout cela dans un contexte de diffusion d’Internet. Ces bouleversements permettent-ils aujourd’hui de répondre plus efficacement que dans le passé aux problèmes d’ajustement et de traduction que j’ai évoqués ? Je n’en suis pas si sûr. Dans l’exercice que j’ai déjà évoqué, « Agora 2020 » (Bain et al., 2008), nous avons bien mis en évidence le fort décalage existant, au moins en France, entre l’offre scientifique et les besoins sociaux ou sociétaux futurs ; et je pourrais multiplier les exemples montrant que — du point de vue de l’appui aux politiques publiques — un programme de l’ANR, par exemple, n’a rien à voir avec son équivalent conçu au sein du ministère du Développement durable.

Q16. Vous avez pris soin de bien différencier recherche finalisée et processus d’expertise — une distinction qui n’est pas toujours faite lorsque sont abordées les relations entre science et politique. Est-ce que votre regard pessimiste sur l’avenir de la recherche finalisée s’étend au rôle des experts — à la fois dans la décision et le fonctionnement démocratique ?

J’ai voulu insister sur les conséquences de la disparition de la recherche en appui aux politiques publiques dans les ministères, car personne n’en parle. Mais cela ne m’empêche pas de reconnaître qu’il y a incomparablement plus d’apport de connaissances à la décision aujourd’hui qu’il y a 40 ans, notamment sous la forme d’expertises. Je ne suis pas pessimiste mais constate qu’une certaine forme de médiation entre science et politique a vécu.

  • 28 Cette publication fait suite aux deux Cahiers du Germes constituant les actes du colloq (...)

L’expert — les processus d’expertise, la gestion des controverses… — c’est un peu le dessus de l’iceberg des relations science-politique, le moment où celles-ci entrent dans l’espace public, où elles deviennent transparentes, et donc contestables. Dans le domaine politique, c’est une figure relativement récente : traditionnellement, au moins en France, l’apport de connaissances à la décision se faisait, sauf exception, en interne, dans le secret des bureaux, des commissions ou des cabinets. L’enjeu de l’expertise n’a véritablement émergé qu’à partir des années 1980, dans un contexte de multiplication des décisions technico-scientifiques et en même temps d’accroissement des incertitudes. À un moment où il s’agissait de plus en plus, comme le dit Jérome Ravetz, « de prendre des décisions dures en s’appuyant sur des connaissances molles » (Ravetz & Funtowicz, 1991). Il fallait combler le fossé entre des questions politiques de plus en plus posées par la science, et la difficulté de celle-ci à y apporter des réponses certaines : c’est à l’expert qu’a été confié ce rôle. C’est pour rendre compte de cette émergence qu’avec l’association Germes, nous avons organisé fin 1989 à Arc-et-Senans, l’un des premiers colloques internationaux réuni sur ce thème : « Les experts sont formels », qui donnera naissance, deux ans plus tard au numéro de lancement de la collection « Sciences en société » des éditions Autrement — sous le titre, peu explicite, de La Terre outragée (Theys & Kalaora, 1992)28.

  • 29 Comme exemple particulièrement réussi de ce que peut apporter une conférence de consens (...)

C’est dans la nature de l’expertise de susciter à la fois fascination et hostilité. Personnellement je ne partage ni l’une, ni l’autre, et ai défendu, sur ce thème, des positions qui peuvent sembler contradictoires (Theys, 1994 et 1995a). D’un côté, je trouve que les structures de recherche françaises sont souvent dans une situation de prudence excessive par rapport à l’expertise et ne lui accordent pas toujours la place spécifique qu’elle mérite. Il y a, notamment, un sous-investissement dans l’analyse des impacts des nouvelles technologies ; et j’ai été choqué, par exemple, que lors de la controverse sur « l’affaire Seralini », le président de l’Inra dise, dans un premier temps, « que ce n’était pas nécessairement la fonction de son organisme de travailler sur l’impact des OGM ». La pratique des expertises collectives reste peu développée, comme l’attention aux interfaces avec les politiques publiques, si bien que globalement — et sauf dans des champs très techniques — l’offre de connaissances en appui aux décisions publiques demeure insuffisante et inadaptée par rapport à la demande. De l’autre, je suis très sensible aux dérives antidémocratiques des pratiques dominantes en matière d’expertise et très réticent à l’idée qu’il faille s’en remettre en toutes circonstances à l’expert purement scientifique. Entre les deux, je défends plutôt la nécessité d’évoluer vers ce que j’ai appelé, à la suite d’Edgar Morin, une « démocratie cognitive » qui suppose des transformations profondes dans l’implication de tous les acteurs concernés : un effort de distanciation à l’événement des médias ; une éthique de l’objectivation et d’autonomie des scientifiques ; une ouverture des experts aux aspects sociaux et éthiques des problèmes dont ils ont la charge ; une acceptation par le public du doute et du droit à l’erreur pour le politique ; et la volonté de ce dernier de mettre en place partout une expertise véritablement pluraliste, intégrant pleinement l’idée que les habitants et les citoyens peuvent être aussi les meilleurs connaisseurs des problèmes qui les concernent. Il faut, notamment, rompre avec une certaine attitude de mépris qui voit dans le public soit un obstacle, soit un « incapable ou irresponsable » et considérer, au contraire — comme ont osé le faire avec succès certaines conférences de consensus29 — qu’il est, plus que beaucoup d’autres, à même de poser les bonnes questions, et souvent, de proposer de bonnes réponses… On est très loin, en France, de cette confiance démocratique et de cette ouverture. Mais je reconnais que tout cela suppose, sans doute, en amont, deux conditions de base. Que soit réduite, dans les deux sens, la coupure, qui s’accroît, entre culture scientifique ou technique et le vécu quotidien ou les autres formes de savoirs. Et que chacun accepte la part irréductible d’incertitude, et donc de possibilité d’erreur, qui caractérise beaucoup de problèmes actuels. Ce qui nous renvoie au thème de la société du risque…

  • 30 Voir les ouvrages publiés par J. de Kervasdoué (2011), professeur au Cnam, ou O. Godard (...)

Q17. Il était, en effet, inévitable, sur cette partie consacrée aux relations entre science et politique, que nous en arrivions, à un moment ou à un autre, aux questions de risque et d’incertitude. Vous avez déjà évoqué votre implication dans le premier programme de recherche lancé sur les risques en France — avec Patrick Lagadec. Aujourd’hui, à travers l’obsession de la sécurité, la peur du diesel, du nucléaire, ou des OGM, le changement climatique, le principe de précaution… le risque est partout et certains considèrent que c’est une « maladie européenne » — et encore plus française30. La prospective n’est-elle pas, aussi, d’ailleurs, une machine à fabriquer des peurs ? Comment vous situez-vous par rapport à ces questions de risques et d’incertitudes ?

Le risque et l’incertitude ne sont naturellement pas une spécificité de notre époque : parlant du Moyen Âge, Jean Delumeau (1978) a pu, par exemple, parler de « pays de la peur ». Il faut donc, sur ces deux mots de risque et d’incertitude, se garder des dramatisations excessives et des généralisations hâtives, aussi bien dans un sens que dans un autre. Dire qu’il faille accepter une part d’incertitude ne doit pas nous empêcher de reconnaître qu’il y a aussi, aujourd’hui, beaucoup de questions pour lesquelles les connaissances sont très largement suffisantes pour agir. Et parler de risques ou de « société du risque » n’a qu’un intérêt limité si l’on ne précise pas que certains risques sont beaucoup plus importants que d’autres, et si l’on ne tient pas compte des progrès considérables qui ont été faits pour prendre beaucoup d’entre eux en charge. J’ai dit précédemment que je partageais la « confiance » mise par Hans Jonas dans une certaine « heuristique de la peur ». Mais celle-ci n’a de sens — on se souvient de l’histoire de celui qui criait au loup — que si elle s’applique à certains risques bien spécifiques et graves. Inversement, appliquer à presque tout « le principe de précaution », comme ont tendance à le faire certains journalistes ou certaines associations, c’est s’exposer à multiplier les blocages — là où ils ne sont pas nécessaires — et à banaliser les mesures à prendre — là où les risques sont beaucoup plus sérieux. Il faut trouver une juste mesure, et tenter de faire la part des choses. Ce qui n’est pas, je le reconnais, facile…

  • 31 Le titre est celui du premier article du livre écrit par J. Theys.

La voie essentielle, c’est un supplément d’investissement dans la connaissance des dangers et dans l’évaluation comparative — qu’elle soit ou non économique. Mais elle a ses limites… et c’est pourquoi il y a problème. Personnellement, je me suis donc orienté dans deux autres directions complémentaires. La première, que j’ai déjà évoquée, c’est celle qui consiste à considérer qu’il y a deux grandes catégories de risques. D’une part, ceux qui peuvent être, soupesés, discutés, négociés — et finalement pris — dans un processus transparent de gouvernance démocratique mettant autour de la table toutes les parties prenantes concernées. Et, de l’autre, ceux qui ne peuvent être pris, car ils sont liés à des systèmes difficilement contrôlables, sont potentiellement susceptibles d’entraîner des catastrophes graves et irréversibles — et ne laissent, en conséquence, pas de « droit à l’erreur ». C’est ce que j’ai appelé « l’approche duale des risques » (Theys, 1991). C. Perrow met le nucléaire et les OGM (en milieu ouvert) dans cette seconde catégorie… mais, bien évidemment, c’est à discuter… L’autre direction, c’est celle de la réduction des vulnérabilités : si les risques posent problème aujourd’hui, c’est moins parce que nous vivons dans des sociétés plus dangereuses qu’il y a un ou cinq siècles que parce que nous y sommes beaucoup plus vulnérables. Nous n’arriverons jamais à maîtriser tous les risques qui nous environnent, ni même à les mesurer ou à les prévoir. Ce que nous pouvons faire, en revanche, c’est d’en réduire les conséquences éventuelles, notamment pour les plus exposés et fragiles. C’est le propos de La Société vulnérable (Theys & Fabiani, 1987)31, qui, publié en 1987, a contribué à faire émerger ce thème de la vulnérabilité, aujourd’hui très présent dans le débat public — à côté du concept voisin de résilience…

Mais je ne voudrais pas finir cette partie de notre interview sur cette note finalement assez utilitaire — et sombre — de la science « incomplète » ou « possible menace ». Je n’oublie pas que celle-ci est aussi une source permanente d’innovations et d’idées nouvelles ; et que ces passerelles entre plusieurs mondes — et, en particulier, ces contacts avec la recherche — ont d’abord été pour moi l’occasion de découvertes humaines et intellectuelles extraordinaires. Être sans cesse à la découverte et savoir accueillir l’inattendu : c’est sans doute d’abord cela le rôle de passeur…

Notes

19 Lancé en 1982, ce programme s’est clos en 1988, après un colloque organisé en 1986 à Chantilly. Voir Theys & Fabiani (1987) pour les actes.

20 Ce programme, animé par M. Beaud (président du conseil scientifique) et J. Theys (secrétaire scientifique) a, notamment, permis de mettre en place en France une communauté de chercheurs travaillant sur ce thème, autour, par exemple, du Cired (modèle Imaclim) ou de l’Inestene (scénarios « Détente »). Cela s’est accompagné de la publication, dès la fin des années 1980, de plusieurs articles sur le climat dans des revues comme Futuribles ou Économie et humanisme.

21 Les travaux de ce groupe (11) du Preditt (Programme de recherche et d’innovation sur les transports terrestres) — portant également sur la prospective et la socio-économie de l’innovation — ont donné lieu à une synthèse rédigée par J.M. Offner à la Documentation française en 2010 et à plusieurs articles dans 2001 PLUS, la revue du CPVS.

22 Institut du développement durable et des relations internationales.

23 Créée en 1968, l’Association française pour la cybernétique économique et technique a joué un rôle majeur pour le développement en France de l’analyse de système.

24 Respectivement publiés en avril et juin 1980, sous la direction de P. Mirénowicz, J. Theys et C. Lynn. En tout, 17 ouvrages auront été publiés par Germes de 1978 à 2001, dont en 1983, Éléments pour une prospective des relations environnement-développement (n° 6), Politiques de l’environnement comparées (n° 7), Lectures de la crise (n° 8) ; et en 1987, Environnement : De l’analyse à la négociation des projets (n° 12).

25 Organisé en 1996, ce colloque a donné lieu à plus de 400 communications, publiées dans trois Cahiers du Germes sous les titres L’Environnement au xxie siècle : Enjeux (t. 1), Visions du futur (t. 2), Démocratie et long terme (t. 3) .

26 En 25 ans d’existence, Germes n’a eu que deux présidents : C.J. Maestre, chercheur CNRS au Lamsade (Université Dauphine) ; et J.-C. Lefeuvre, professeur d’écologie au Muséum d’histoire naturelle et, un moment, président des Fédérations de protection de la nature.

27 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

28 Cette publication fait suite aux deux Cahiers du Germes constituant les actes du colloque d’Arc-et-Senans publiés en 1992 sous le titre : Environnement, science et politique : Les experts sont formels.

29 Comme exemple particulièrement réussi de ce que peut apporter une conférence de consensus, on peut citer celle organisée en 2010 par la Ville de Paris sur « L’avenir des réseaux d’eau séparatifs », avec une démarche en cinq temps très structurée : présentation du problème par les experts ; questions posées par le public ; réponses des experts ; co-construction des solutions ; et enfin, retour, deux ans après, sur les mesures et études mises en œuvre.

30 Voir les ouvrages publiés par J. de Kervasdoué (2011), professeur au Cnam, ou O. Godard sur le principe de précaution (1997) et celui d’E. Zaccai sur les controverses climatiques (2012).

31 Le titre est celui du premier article du livre écrit par J. Theys.

© Éditions Quæ, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site