Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective

 | 
Rémi Barré
, 
Thierry Lavoux
, 
Vincent Piveteau

Partie 1 - D’un demi-siècle d’environnement à l’autre : 50 questions à Jacques Theys

Chapitre 1 - Parcours croisés

Note de l’auteur

Les chapitres de 1 à 5 sont une interview réalisée en 2012-2013 par Rémi Barré, Thierry Lavoux et Vincent Piveteau.

Texte intégral

« Essentiellement, la société se fonde sur la faiblesse des individus, que sa force compense : elle est en ce sens ce que l’individu n’est pas, liée d’abord au primat de l’avenir. »
George Bataille, La Littérature et le mal, à propos de Baudelaire, 1957.

Q1. Avant de poser des questions plus précises sur votre perception de ce qui s’est passé depuis 40 ans en matière d’environnement et de développement durable, puis sur l’avenir, il nous faut d’abord passer un peu de temps sur vous-même, votre parcours intellectuel et professionnel, votre positionnement. Enseignant ? Fonctionnaire ? Chercheur ? Prospectiviste ? Politologue ? Économiste ? Environnementaliste ? Militant ? Comment vous définissez-vous ?

Pris isolément, aucun de ces qualificatifs ne me convient vraiment — et jamais, par exemple, je n’ai osé me présenter comme chercheur. Mais tous ensemble me définissent assez bien.

J’ai eu la chance extraordinaire d’entrer au ministère de l’Environnement au moment de sa création et j’y étais encore 40 ans après, au moment de mon départ en retraite. C’est naturellement un engagement qui marque une vie professionnelle, surtout à une époque où chacun change au moins six ou sept fois de travail dans sa vie — et je ressens le privilège d’avoir pu vivre une telle expérience. Pourtant je ne m’identifie pas totalement à ce ministère que j’ai vu naître. D’abord, j’ai eu d’autres attachements tout aussi longs — 35 ans d’enseignement, et beaucoup plus encore avec la prospective (j’ai suivi les cours que donnait Bertrand de Jouvenel au Panthéon en 1968 !). Mais surtout, j’ai toujours eu une méfiance très grande par rapport à toute forme d’appartenance exclusive — que ce soit à une institution, à un statut, ou à une discipline… Tout ce qui enferme dans une catégorie, vous réduit à une assignation, à une identité, me semble être une mutilation… Adolescent j’avais été très impressionné par un article sur la « bionique » qui illustrait l’idée que les « nouvelles frontières de la science » se situaient désormais aux interfaces des disciplines, dans les jointures. L’idée que l’innovation se trouve dans les interstices, dans les croisements a ainsi toujours été pour moi très présente ; et c’est finalement beaucoup plus cette curiosité pour les interfaces, cette vocation de passeur entre plusieurs mondes, qui me caractérise qu’une fonction ou une spécialisation bien précise. N’appartenant à aucun corps, à aucune discipline étroitement définie, et, en définitive, à aucune école de pensée, j’ai toujours été disponible à l’ouverture et au décloisonnement — qui vont de pair avec la liberté critique. J’ai consacré, en particulier, une part importante de ma carrière professionnelle à essayer de construire des passerelles entre la recherche et les politiques publiques ; et ai toujours été un défenseur convaincu de l’interdisciplinarité comme de l’interministérialité, ou de la multi-appartenance. Ce n’est pas nécessairement une posture très facile.

Q2. Pouvez-vous préciser ?

La France, plus que d’autres pays, est construite sur la séparation : entre la société civile et l’État ; le public et le privé ; l’administration et la recherche ; entre telle discipline et telle autre ; entre les corps, les ministères ou les statuts ; entre les techniciens et ceux qui ne le sont pas ; entre les classes sociales… Les séparations sont infinies et une part importante de notre énergie collective s’emploie à les maintenir, à les solidifier, à les aviver en permanence. L’ambiguïté est difficilement tolérée et, en choisissant de me situer aux interfaces, il m’est arrivé à de très nombreuses reprises d’en éprouver les inconvénients. Des chercheurs se sont publiquement demandé à quel titre je pouvais publier des articles dans des revues scientifiques en tant que membre de l’administration. Longtemps enseignant dans des masters d’économie — à l’origine interdisciplinaires — j’ai dû me battre pour justifier le maintien de cours sur les politiques et l’action publique… et ai été requis de choisir entre l’économie et la science politique. J’ai aussi été pendant 15 ans dans la situation inconfortable de me retrouver à cheval entre le ministère de l’Environnement et de l’Équipement — dans des services de prospective communs ou mis à disposition — ce qui m’a valu d’être accusé « d’agent double » des deux côtés. Trop « intellectuel » ou « chercheur » pour l’administration, j’étais trop « bureaucrate » ou inféodé à l’État pour la communauté scientifique. Je n’ai jamais pu dire aussi publiquement que je faisais, en même temps, partie du bureau exécutif d’une grande association écologique… La double ou triple appartenance n’est pas admise…

  • 2 DEA « Économie, espace, environnement » de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

Tous ces fréquents rappels à l’ordre ne m’ont pourtant pas empêché de trouver personnellement beaucoup d’avantages et d’enrichissement à la mixité des cultures ou des fonctions, et à l’ouverture disciplinaire. Mon long passage au ministère de l’Équipement a considérablement élargi la vision que j’avais de l’environnement et m’a permis de beaucoup mieux comprendre les logiques de décision publique et les enjeux territoriaux. Les contacts permanents avec les étudiants et la communauté scientifique m’ont énormément apporté dans la pratique (et la mise à distance) des politiques publiques, qui, en retour m’ont permis de mettre continûment à l’épreuve la pertinence des approches théoriques. J’ai adhéré pendant 15 ans avec passion au projet, mené par René Passet, de proposer un enseignement véritablement pluridisciplinaire sur l’environnement2. J’ai vu aussi comme une très grande richesse d’avoir une expérience associative ou syndicale. Il m’a toujours semblé étrange de considérer comme un crime qu’un fonctionnaire puisse être en même temps un « intellectuel », et plus encore un militant associatif ; et la coupure qui existe entre la recherche et la politique m’a toujours paru comme un gaspillage de ressources considérable. Je comprends qu’une certaine conception de l’efficacité aille dans le sens d’une plus grande division du travail et d’une affirmation des statuts et des identités. Mais il me semble que cela appelle, en retour, un effort complémentaire pour construire des passerelles, pour retisser des liens. Au moins en France cet effort est insuffisamment fait : la modernisation d’aujourd’hui, c’est une spécialisation sans cesse accrue, articulée à une surdétermination des rôles sociaux, qui fait l’impasse sur les connexions entre les morceaux d’un réel découpée en tranches — dont le sens global échappe radicalement. Les recherches interdisciplinaires ont des difficultés à survivre, l’interministérialité régresse, les revendications statutaires se renforcent : dans la crise actuelle, chacun se replie sur lui-même. Il manque cruellement, et plus que jamais, de « passeurs », de « nomades » — qui acceptent l’ambiguïté des appartenances multiples et le statut aujourd’hui très dévalorisé de « généraliste », pour favoriser le dialogue entre des mondes qui s’ignorent, et contribuer, finalement, à des dynamiques de création collective plus innovantes. À travers mes fonctions diverses — mais aussi mon intérêt pour la prospective, les approches systémiques ou la démocratie technique — c’est un peu le rôle que j’ai essayé de jouer.

Q3. Vous avez évoqué vos intérêts multiples — pour l’économie, la science politique, la prospective, l’analyse de système, l’environnement… Comment tout cela progressivement se construit ? Est-il possible d’en dire un peu plus sur votre parcours intellectuel et sur les idées ou les auteurs qui ont joué un rôle important dans ce parcours ?

  • 3 Mise en place par un décret du 13 mai 68 (!) — et disparue dans les années 1980 — la «  (...)

Ce parcours intellectuel n’est pas dissociable d’une formation assez particulière ; et je pense qu’il n’est pas inutile d’en dire d’abord deux mots, avant d’évoquer, ensuite, les idées qui m’ont particulièrement marqué. Grâce à une aberration du système universitaire français, aujourd’hui disparue, j’ai eu l’opportunité de garder la double culture, littéraire et scientifique, que j’avais toujours recherchée pendant mes études scolaires. Après Sciences Po et un DES d’économétrie, mais surtout deux échecs à l’oral de l’ENA et deux ans passés dans les services RCB3 de la direction de la Prévision et du ministère de la Santé, j’ai saisi en 1971 la chance extraordinaire qu’ouvrait la nouvelle formation « Mathématiques de la décision » de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires d’offrir un double diplôme — en économie et en mathématiques — pour obtenir, ensuite, un doctorat en mathématiques (sur la logique floue). Comme plus tard l’Institut Auguste Conte, cette formation qui comprenait presque autant d’enseignants que d’étudiants, avait pour ambition de faire travailler ensemble une douzaine d’ingénieurs ou scientifiques et autant de diplômés d’écoles de commerce, ou en économie, ayant un bon bagage en mathématiques. C’est très largement dans cet endroit exceptionnel que j’ai acquis les bases des méthodes d’aide à la décision, de prospective et de la culture systémique qui constituent un des premiers piliers de ma formation intellectuelle. Le bagage mathématique, quant à lui, m’a surtout servi pour éviter tout complexe dans les mondes d’ingénieurs, de scientifiques ou de modélisateurs dans lesquels j’ai ensuite essentiellement travaillé…

Q4. Voilà pour un premier pilier, à l’évidence important. Venons-en aux autres, cette fois-ci en abordant plus substantiellement les idées, les auteurs ou les ouvrages qui vous semblent avoir été déterminants dans votre parcours intellectuel.

J’ai déjà cité deux personnes à l’égard desquelles j’ai une dette particulière — Bertrand de Jouvenel et René Passet. Mais l’essentiel de mon héritage intellectuel est beaucoup plus diffus et vient d’abord du contexte de la fin des années 1960, où j’avais un peu plus de 20 ans. Toutes les questions que je me suis posé par la suite prennent leur source dans cette période. Comme on va le voir, elles n’avaient, à l’origine, pas de rapport spécifique à l’environnement ; et ce n’est qu’ensuite que ce thème est venu naturellement se loger dans les préoccupations qui étaient les miennes à cette époque. Au reste, il s’agissait d’interrogations assez normales pour quelqu’un qui — par formation ou par penchant politique — s’intéressait à l’histoire et au changement social et avait quelques difficultés à trouver son chemin dans la confrontation idéologique du moment entre marxisme, structuralisme et phénoménologie.

Mon intérêt pour la prospective n’a sans doute, en effet, été que la conséquence d’une passion plus large pour l’histoire et en particulier pour l’histoire longue. Il m’a toujours semblé que beaucoup des clés de la compréhension du présent ou du futur se trouvaient dans celle-ci — et ma dette envers des auteurs comme Braudel, Kojève, Polyani ou Tocqueville, parmi beaucoup d’autres, n’a fait, dans le temps que se renforcer. En économie, c’était beaucoup moins l’économétrie qui m’intéressait que les théories du développement — les travaux de Rostow, Ricardo ou Stuart Mill sur la croissance, de Schumpeter et Kondratieff sur les cycles économiques et surtout de l’Ismea, autour de François Perroux. C’est sans doute aussi ce goût pour l’histoire qui explique en partie ma sensibilité — très commune dans les années 1960, mais qui ne s’est pas démentie plus tard — au marxisme, surtout dans ses courants critiques, l’école de Francfort, Lukacs, Gramsci… Lorsque la vague structuraliste est arrivée — avec, en particulier, la lecture de Lévi-Strauss et des Mots et [des] choses de M. Foucault — il m’a fallu trouver un nouvel équilibre entre ces facilités du déterminisme et l’idée beaucoup plus compliquée de coupure épistémologique — qui donnait une large place à d’autres raisons que l’histoire. J’ai eu la chance à ce moment de suivre à la Sorbonne les cours de Lucien Goldman, qui, dans la ligne des travaux de Piaget, proposait un « structuralisme génétique » combinant les deux — avec à la fois des dynamiques de changement liées à l’économie et aux rapports sociaux, des phases et processus d’équilibration et de structuration entre sujets et milieu ambiant, et la construction de « visions du monde » permettant de donner une cohérence à l’un et à l’autre. Ce qui était très intéressant pour quelqu’un qui commençait à travailler sur la prospective, c’était l’importance particulière que Lucien Goldman (1967) donnait à la notion de « conscience du possible » : « le maximum de connaissance adéquate à la réalité compatible avec les structures sociales existantes à un moment donné ». Dans cette perspective, il y a deux ouvrages qui, à cette époque, ont été pour moi une véritable révélation — car ils mettaient en évidence cette difficulté pour les sociétés à être « transparentes à elles-mêmes » et à prendre conscience de leurs problèmes : d’une part, La Dialectique du concret de Karel Kosik (1970), et surtout la Critique de la raison dialectique de Sartre (1960) — qu’à mon sens tous les chercheurs intéressés à l’environnement devraient lire ou relire. À travers la notion de « pratico-inerte », Sartre donne en effet ce qui est sans doute la meilleure illustration de ce que les économistes appellent les effets externes — avec de nombreux exemples sur la pollution industrielle, l’épuisement des ressources, la prise en compte des risques… La description qu’il fait des inondations chinoises m’a particulièrement marqué et mérite, je crois, d’être rappelée : « Ainsi, écrit-il, le processus entier des terribles inondations chinoises apparaît comme un mécanisme construit intentionnellement. Si quelque ennemi avait voulu persécuter le paysan chinois, il aurait chargé des troupes de mercenaires de déboiser systématiquement les montagnes. Or l’ennemi qui a produit les inondations qui le ruineront, c’est le paysan lui-même. Mais son action ne provoque aucun choc, aucune prise de conscience en retour, car précisément son aspect négatif est une absence, l’absence d’arbre. Au contraire, c’est le déboisement qui par ses conséquences dramatiques unit la foule immense qui peuple la grande plaine : il crée une solidarité de tous devant une même menace et produit finalement une même culture du fleuve, et, à travers elle, une même communauté sociale. » Ce fut par la suite pour moi une obsession constante de travailler sur ces décalages historiques entre les réalités physiques et leur prise de conscience, scientifique, politique, idéologique ou par l’opinion — avec en arrière-plan, la phrase terrible de Marx selon laquelle « l’humanité ne se pose jamais que les problèmes qu’elle peut résoudre »…

  • 4 L’évaluation technologique a émergé au tournant des années 1960-1970, dans le fil des r (...)

L’autre héritage du contexte des années 1960-1970, qui, comme pour beaucoup d’environnementalistes, a été déterminant, a été la question de la technique et de sa critique. S’il ne fallait retenir qu’un ouvrage, je citerai La Technique et la science comme idéologie (Habermas, 1973b), qui fut et reste toujours pour moi la référence majeure sur le thème de la démocratie technique. Mais beaucoup d’autres m’ont durablement marqué : Heidegger d’abord et Hannah Arendt (1961), mais aussi G. Simondon (1958), Mac Luhan, Günther Anders (1956), Serge Moscovici (1972), et surtout Lewis Mumford (1934) qui, avec Technique et civilisation, a écrit ce qui m’apparaît être aujourd’hui encore, 80 ans après, l’un des ouvrages de prospective de l’environnement les plus enrichissants et perspicaces qu’il soit possible de lire. Je n’ai, en revanche, lu que beaucoup plus tard les travaux de Jacques Ellul, d’Yvan Illich, d’Hans Jonas ou de Jean Chesneaux. Peu à peu, la technique a pris autant de place que l’économie dans ma perception des grands déterminismes historiques. Il ne faut pas exclure dans cet intérêt une part de « rousseauisme », de crainte des dépendances, et de critique du consumérisme, également assez répandue à la fin des années 1960. Mais, comme je l’ai évoqué en citant Habermas, ce qui m’intéressait le plus, c’était la possibilité ou pas de débattre de la fonction sociale des innovations — de leur dynamique et de leurs usages. Lorsqu’en 1972, j’ai eu la chance de participer à la conférence de Stockholm puis d’obtenir, ensuite, une bourse pour aller à Washington, j’y ai trouvé l’opportunité de me familiariser avec les réseaux qui travaillaient sur la technology assessment et la démocratie technique4. C’est ce qui m’a permis, dix ans plus tard, de m’engager sur la thématique des risques.

Toutes ces références — j’en ai conscience — sont très générales, mais elles décrivent bien une démarche personnelle, et sans doute un défaut, qui a toujours été d’essayer de replacer les événements, les problèmes, les discours du moment dans un contexte historique et idéologique plus large, de les resituer dans une histoire longue. Ce fut aussi, je l’ai dit, ma façon d’aborder la prospective qui fut toujours, pour moi, indissociable de cette perspective historique. Lorsque je suis arrivé au ministère de l’Environnement, au début des années 1970, une de mes premières préoccupations a été d’essayer de comprendre s’il y avait des raisons objectives qui expliquaient la création de cette nouvelle administration au tournant des années 1960 — ou si cela n’était qu’une question de conjoncture politique. Quelques années plus tard j’ai commencé avec C. Goux une thèse de prospective sur les relations entre évolution des systèmes socio-technico-économiques, et prise de conscience politico-idéologique des problèmes d’environnement — avec à la fois un regard historique et des scénarios sur le futur. Je n’ai jamais pu la terminer ; mais cela m’a ensuite beaucoup servi dans mes cours sur les politiques de l’environnement. Dans ceux-ci, j’ai en effet constamment mis l’accent sur deux aspects qui me semblaient essentiels : d’une part, le risque d’anachronisme, et la nécessité de remettre en permanence les politiques et les concepts dans leur contexte ; et d’autre part, la difficulté d’articuler temporalités physiques et sociopolitiques, avec le constat que chaque société, en matière d’environnement, avait toujours été, malheureusement, « en retard d’une guerre ». En fait, je me suis toujours défié des vérités trop universelles — et cela vaut autant pour les différences dans le temps que dans l’espace.

Q5. Est-ce que vous voulez dire que le relativisme a aussi fait partie de votre parcours intellectuel ?

J’ai assisté récemment à un colloque international d’Ecological Economics dans lequel les mêmes personnes présentaient les travaux les plus avancés sur le calcul économique appliqué aux services rendus par la nature — tout en faisant une déconstruction très argumentée du caractère purement idéologique du type d’économie qu’ils utilisaient (ESEE, 2013). Ce comportement schizophrénique est assez répandu et je n’y ai pas échappé. J’ai consacré beaucoup d’années, notamment dans les années 1970, à faire de la modélisation ou du calcul économique, à enseigner l’économie classique de l’environnement avec Rémy Prud’homme à Dauphine, puis à plaider pour que les décisions publiques s’appuient sur le plus de recherches et de connaissances possibles — mais, en même temps, je lisais K. Kosik ou M. Godelier (Rationalité et irrationalité en économie, 1969) qui, avec beaucoup d’autres, montraient que « la rationalité de l’Homo oeconomicus est en large partie une fiction historique construite par le système économique ». En fait, tout le xxe siècle n’a été que l’histoire de ce grand écart croissant entre les succès de la rationalité dans les pratiques scientifiques, économiques ou techniques, et son éclatement en une multitude de rationalités locales de moins en moins capables de se parler pacifiquement. Un moment, j’ai cru dans les méthodes multicritères, et été enthousiasmé par la perspective de dialogue ouverte par La Théorie de l’agir communicationnel d’Habermas. Mais dans la position où je me trouvais, toujours à l’intersection entre plusieurs mondes, j’ai pu constater à quel point les communautés professionnelles vivaient dans des univers séparés invoquant en permanence la rationalité pour elles-mêmes tout en ignorant celle des autres. Dans ce contexte, les travaux de L. Sfez, M. Callon, B. Latour, P. Lascoumes, puis L. Boltansky et C. Thévenot sur les processus de codage et de traduction me furent particulièrement précieux. Mais mon admiration la plus grande s’est depuis les années 1980 portée sur ceux, moins diffusés en France, et beaucoup plus pessimistes, de Nicklaus Luhmann, rencontré au cours d’un séminaire (Bourg, 1993), qui, lui, fait le constat de sous-systèmes sociaux de plus en plus clos sur eux-mêmes et autoréférentiels, incapables de communiquer avec les autres autrement que dans leur propre langage (administratif, scientifique, économique, juridique…).

C’est cette crainte de me trouver enfermé dans des « rationalités locales » qui fait que j’ai été, aussi, toujours attiré — sans bien la comprendre — par la démarche phénoménologique : pour moi, un appel à aborder tous les sujets à partir de sa compréhension personnelle, en se débarrassant des préjugés et des évidences, et surtout en croisant regards et perspectives différentes. D’où la nécessité que j’ai souvent ressentie, confronté à telle ou telle question, de faire un travail de reconceptualisation — même pour des thèmes rebattus des centaines de fois… comme, par exemple, sur le développement durable. Je suis d’ailleurs convaincu qu’il y a des rapports très importants entre phénoménologie et prospective — avec le même mélange d’intuition et de rationalité ; mais aussi entre phénoménologie et approche de l’environnement — avec la place donnée au vécu et aux perceptions. Celui qui m’a d’ailleurs sans doute fait le mieux comprendre ce que pouvait être celui-ci — par contraste avec la nature ou l’écologie — était d’ailleurs un « phénoménologue », J.-F. Bernard-Bécharies, dont on a malheureusement oublié les travaux absolument majeurs (Bernard-Bécharies, 1975).

Par la suite — mais j’y reviendrai — mon intérêt pour ces problèmes de rationalité ou de multi-rationalité s’est surtout concentré sur les questions de controverses, d’expertise et d’action en situation d’incertitude. Mais tout cela a aussi quelque chose à voir avec les limites du calcul économique et les difficultés de langage et de communication…

Q6. En évoquant votre formation, ou en faisant part des auteurs ou des réflexions qui vous avaient marqué, vous avez finalement très peu parlé d’environnement. Comment cette question vous est finalement venue ? Et dans quelle mesure les préoccupations précédentes vont ont servi pour l’aborder ?

Elle est venue un peu par hasard, à partir d’un mémoire de DEA fait dans le cadre de l’INSTN, avec le soutien de Renault, sur « les stratégies d’innovation face à la pollution automobile ». Le ministère de l’Environnement venait de se créer et j’ai eu l’opportunité de finir mon service militaire au cabinet de Robert Poujade, pour compléter ce travail par un dossier sur le coût de la pollution automobile – sous la supervision de J.-M. Foltz (futur PDG de Peugeot). Très vite, je me suis retrouvé au Secrétariat général du Haut Comité de l’environnement, dirigé par Serge Antoine, qui m’a permis d’assister à la conférence de Stockholm et d’obtenir une bourse pour aller aux États-Unis sur le thème de l’intégration de l’environnement dans les comptes nationaux et des nouveaux indicateurs de bien-être.

  • 5 Fondé en 1960, le Parti socialiste unifié, a été le premier parti à s’investir à la fin (...)
  • 6 Créé en 1970 par trois mathématiciens, A. Grothendieck, P. Lavalley et P. Samuel, le mo (...)
  • 7 En particulier M. Falque, qui tentera de diffuser la planification écologique, et l’ouv (...)

En fait, ce choix de la pollution automobile comme thème de mémoire n’était pas tout à fait dû au hasard. J’avais eu l’occasion — comme militant du PSU — de participer à des actions sur la réouverture de la petite ceinture au sud de Paris et à l’écriture de morceaux de textes sur les transports collectifs, diffusés par ce parti au début des années 19705. Admirateur, depuis toujours, de Camus — pour moi une référence absolue sur l’environnement vécu — j’étais aussi un fervent lecteur des travaux d’Henry Lefèvre sur la vie quotidienne ou de Castoriadis sur la démocratie, mais également de revues alternatives comme Survivre et vivre d’A. Grothendieck6. J’étais donc très sensible aux aspects sociaux de l’environnement — liés aux conditions de vie, à l’habitat dans les grands ensembles, à la congestion, au bruit, à la pollution de l’air, aux inégalités écologiques, à la participation… et, comme je l’ai dit, aux débats sur la science et la technique. En revanche, je n’avais aucune culture ou formation en matière d’écologie ou même de connaissance de la nature. Cela n’est venu que progressivement, d’abord en raison de circonstances personnelles (en devenant à moitié finlandais), puis à la lecture d’un ouvrage pour moi majeur, La Révolution de l’environnement de M. Nicholson (1973). Mais surtout grâce à l’initiative prise par J. Vigneron, professeur à Paris-VII, d’organiser des Écoles d’été d’écologie auxquelles j’eus la chance de pouvoir participer, qui me permirent de découvrir une discipline alors en plein essor et certains de ses représentants les plus remarquables — les frères Odum, R. Margalev, ou P. Duvignaud… À cette époque, il existait encore une vision très normative (et sans doute trop optimiste) de ce que l’écologie systémique pouvait apporter à la décision — par exemple, à travers la « planification écologique », inventée par Ian Mac Harg — et je me suis trouvé au contact d’anciens élèves des universités américaines qui revenaient en France pour diffuser ces travaux7. Cela correspondait assez bien à ma prédilection pour l’analyse de système, et a sans doute, en même temps, renforcé ma motivation à investir — avec la passion du néophyte — dans les ouvrages d’écologie. Une passion qui n’a fait que croître avec la découverte d’autres disciplines « naturalistes » ou situées à l’interface entre nature et société (comme l’écologie humaine) — et la rencontre de personnalités qui m’ont énormément apporté comme J.-C. Lefeuvre, G. Mégie, F. di Castri ou W. Clark.

C’est à dessein que j’insiste sur cette coupure entre une vision sociale, existentielle ou sociotechnique de l’environnement et une approche plus écologique ou naturaliste. Chacun aborde ce thème avec sa propre culture ; et il y a toujours, ensuite, un effort considérable à faire pour en saisir toutes les dimensions… J’y reviendrai à propos des questions de définition et de conceptions de l’environnement… ou d’interdisciplinarité.

Q7. Vous avez évoqué votre travail sur le coût de la pollution automobile, puis votre bourse aux États-Unis sur les comptes de l’environnement et les indicateurs de bien-être. Est-ce que l’on peut dire qu’au moins dans un premier temps vous avez abordé l’environnement d’abord par l’entrée économique ? Pouvez-vous en dire un peu plus sur ces premières années ?

  • 8 Créé en 1972, à la suite d’un séminaire tenu à Arc-et-Senans sur « Croissance et enviro (...)
  • 9 Suite du groupe Gruson, la commission interministérielle des Comptes de patrimoine natu (...)
  • 10 Cepremap : Centre pour la recherche économique et ses applications. Voir notamment They (...)
  • 11 Centre international de recherche sur l’environnement et le développement.
  • 12 Johan Galtung, professeur à l’université d’Oslo et à l’université des Nations unies est (...)

En effet, dans les années 1970, je me suis beaucoup investi dans l’économie de l’environnement, ce qui m’a valu de commencer assez tôt des cours sur ce sujet à Dauphine, avec Rémy Prud’homme. Grâce à la bourse obtenue sur la comptabilité de l’environnement, j’ai eu la chance de faire un court passage à Resources for the Future, à Washington, où travaillaient les « papes » de cette discipline — C. Russell, A. Kneese, R.U. Ayres — et de connaître les chercheurs qui travaillaient avec V. Leontief sur l’intégration de la pollution dans les modèles économiques, à Boston. Rentré en France pour travailler avec Serge Antoine au Haut Comité de l’environnement, j’ai été rapidement amené à suivre la mise en place du groupe Gruson, qui était un peu la réponse française au rapport du Club de Rome8, puis à participer aux premiers travaux sur les comptes de patrimoine9. Le service des études économiques — où je me suis ensuite retrouvé pendant quatre ans — ne comportait que quelques personnes et nous nous partagions entre des études en interne, plutôt microéconomiques, faites sur le coût des dommages, du bruit, de la pollution de l’air… et le suivi de travaux de modélisation macro-économique réalisés à l’extérieur, et notamment au Cepremap ou au Bipe10. Les données étaient très mauvaises, mais il y avait encore suffisamment d’inconscience pour s’engager dans des exercices très ambitieux, qui ne seront plus jamais refaits par la suite, comme, par exemple, sur le coût global de la pollution en France, ou l’épistémologie des outils d’aide à la décision. De mon côté, ce qui m’intéressait le plus, compte tenu de ce que j’ai déjà évoqué sur l’histoire socio-économique à long terme, c’était naturellement les relations entre environnement et développement. Et j’ai suivi avec beaucoup d’enthousiasme la création par Ignacy Sachs du Cired11, à partir de ses travaux sur l’écodéveloppement ; les publications toujours lumineuses de J. Galtung ou O. Giarini sur les modèles économiques alternatifs et la mesure de la richesse12 ; comme la préparation de plusieurs conférences régionales des Nations unies sur « la planification intégrée » (Bergen - 1975) ou sur « les modes de vie et styles de développement alternatifs » (Ljubljana - 1979) — dont j’ai été rapporteur.

À cette époque, néanmoins, il n’y avait pas de différence très marquée, au sein du ministère, entre ce qui pouvait être fait en matière d’économie, de prospective ou de conceptualisation. L’administration était toute petite et, au sein du service de S. Antoine — le secrétariat interministériel du Haut Comité de l’environnement — prospective et économie étaient initialement mélangées (et limitées à quatre personnes !). Elles s’accompagnaient d’un effort considérable de construction de cadres conceptuels, à un moment où, par ailleurs, on croyait encore beaucoup aux approches systémiques et où les barrières disciplinaires étaient beaucoup moins grandes qu’aujourd’hui. Les compétences ministérielles n’étaient pas stables et il y eut toute une succession d’investissements répétés pour définir ce qu’étaient le cadre de vie, l’environnement, la qualité de vie, le patrimoine naturel, les contraintes écologiques à l’aménagement, les éco-industries — assortis, à chaque fois de propositions d’indicateurs nouveaux aussi stimulants qu’impossibles à renseigner… Il serait intéressant d’en faire aujourd’hui une généalogie ou, au moins, un inventaire. Les approches intégrées et holistes, les grands modèles — comme ceux du Club de Rome — étaient aussi à la mode et la liste est impressionnante des travaux et des approches qui tentaient à cette époque d’aborder l’environnement de manière systémique et ouverte : j’ai cité l’écodéveloppement, la modélisation à la Leontief ou la planification écologique, mais on pourrait ajouter l’approche patrimoniale et de gestion en bien commun d’H. Ollagnon et J. de Montgolfier, les modèles urbains ou régionaux intégrés, la dynamique de système, les bilans matière-énergie, la comptabilité du patrimoine naturel… ou l’amorce d’une écologie industrielle et circulaire…

Malheureusement, la plupart de ces expériences d’intégration n’ont pas eu de descendance. Je pense, en particulier, à l’énorme travail sur la « prospective et la hiérarchisation des pollutions en France » — avec une forte dimension territoriale —qui mobilisa, sous la direction de R. Barré (1976) (et avec B. Barraqué et J.-L. Chemin), près de dix personnes pendant trois ans. Je pense aussi à la modélisation de la pollution de l’air en Lorraine, qui permettait, à partir d’un carroyage fin, d’expliciter (sans doute trop clairement) les relations entre émission et réception des pollutions. Je pense encore au travail fait par l’IIASA sur les limites au développement à long terme d’un « canton » touristique autrichien — Obergurgl — un exemple remarquable, avant la lettre, de réflexion intégrée, à la fois socio-économique et écologique sur le développement durable (Holling, 1978). Les grands modèles urbains financés par le programme MAB de l’Unesco finirent par s’effondrer sous leur poids ; la planification écologique comme l’approche patrimoniale ne rencontrèrent pas les usagers escomptés ; le modèle Meadows resta le seul exemple convaincant de dynamique des systèmes ; la comptabilité patrimoniale s’arrêta, sans réaction, à la fin des années 1980 ; les bilans matière énergie durent attendre les années 2000 pour connaître, après une longue éclipse, de nouveaux développements… Au moins en France, seuls les modèles liés au climat ou à l’énergie et ceux d’équilibre général calculable échappèrent à cette défiance par rapport aux grands exercices, remplacés bientôt par des approches plus maîtrisables et opérationnalisables. Les approches trop globales ou systémiques ne correspondaient plus aux besoins de politiques de l’environnement qui s’étaient professionnalisées, territorialisées ou spécialisées — et d’ailleurs l’argent manquait pour financer les grands modèles.

Q8. Laurent Mermet a pu écrire que la prospective de l’environnement avait disparu en France dans les années 1980. Liez-vous ceci à cet effacement de la modélisation ? Comment avez-vous vous-même orienté vos réflexions à partir de cette période ?

Nous aborderons, je crois, ultérieurement, le thème de la prospective et je répondrai alors plus précisément à cette remarque. Ce qui est vrai, c’est que durant les années 1980 les grands travaux de modélisation à finalité prospective ont disparu, au moins en France. Par contraste, j’ai gardé beaucoup de nostalgie pour la période des années 1970 qui, sur le plan du débat d’idées et des innovations méthodologiques, a sans doute été la plus riche de toutes celles que j’ai connues. En fait — sur un plan plus personnel — beaucoup d’autres raisons ont fait que la fin des années 1970 a marqué pour moi aussi une bifurcation importante. D’abord, j’ai quitté les études économiques pour entrer dans un service de prospective commun aux deux ministères de l’Environnement et de l’Équipement, qui s’est vu rapidement confier un programme de recherche sur les risques. Ensuite, je suis passé d’un enseignement d’économie classique de l’environnement à un DEA pluridisciplinaire, créé par René Passet, dans lequel je pouvais mêler — toujours sur le thème de l’environnement — histoire, sociologie, épistémologie, économie et politiques publiques. Enfin et surtout, je me suis trouvé beaucoup plus proche de la décision publique, avec, entre 1983 et 1993, près de sept ans sur dix passés dans des cabinets ministériels. Tout cela m’a éloigné de la modélisation et de l’économie, pour m’orienter vers trois thèmes qui étaient très liés à ma pratique quotidienne : celui des risques, celui des relations entre science, politique et expertise (en y incluant la gestion des controverses) et, finalement, celui des transformations (et de l’évaluation) de l’action publique — dans un contexte de perte de centralité de l’État et d’accroissement des incertitudes. En fait, je n’étais pas mécontent de sortir de l’économie traditionnelle car je trouvais un peu ennuyeux d’avoir sans cesse à répéter — comme c’était le cas au sein du comité des experts économiques de l’OCDE, dont je faisais partie — que les incitations économiques étaient un remède universel, toujours supérieur aux réglementations… ou qu’il suffisait d’appliquer le principe pollueur-payeur. Mes sources d’inspiration ont aussi, en conséquence, changé… Je pourrais en citer d’innombrables, notamment, dans mon « environnement » proche : P. Lascoumes, Ph. Roqueplo, J.-L. Fabiani, D. Duclos, J.-P. Moatti, M. Callon, O. Godard… Mais je me limiterai à trois auteurs ou ouvrages qui, dans ces années-là, furent pour moi déterminants. D’abord, L’État providence, de F. Ewald (1986), qui, dans la perspective tracée par Foucault, me fit, beaucoup plus que La Société du risque (Beck, 1986), comprendre les relations étroites existant entre l’évolution des risques et celle de l’État et de l’action publique. Ensuite le livre de P. Birnbaum (1975), La Fin du politique, qui, par ses descriptions d’une action publique devenue « cybernétique », me semble être encore la meilleure introduction possible aux thèmes de la gouvernance et du « nouveau management public ». Et enfin et surtout Normal Accidents, de C. Perrow (1984), qui — en suggérant une coupure radicale entre risques « gérables » et « potentiellement non gérables » — m’a conduit progressivement à défendre une « approche duale des risques », puis, par extension, du développement durable. J’y reviendrai plus tard.

  • 13 Colloque organisé par Germes et le groupe de prospective environnement sur le thème : (...)

S’il fallait me limiter à un thème fédérateur, je dirais que pendant toute cette période des années 1980, la question qui m’a essentiellement préoccupé et qui m’occupera encore toutes les années 1990 était celle de l’implication du public dans la science et de la possibilité d’une gestion démocratique des risques à court ou long terme. Politiquement, je militais depuis très longtemps pour l’implication la plus large possible des habitants, des citoyens, dans les décisions qui les concernent — y compris dans les choix techniques et scientifiques. Mais progressivement, j’ai été aussi très sensible aux dérives possibles de la « gouvernance » ; et à l’argument de H. Jonas (1979), selon lequel le « principe de responsabilité » envers les générations futures, « l’heuristique de la peur », devaient s’appliquer d’abord aux pouvoirs publics avant même les individus : qu’en d’autres termes, les États avaient une responsabilité particulière par rapport au futur, qui pouvait les conduire à aller au-delà du consensus démocratique du moment. Cette question très difficile des relations entre long terme, démocratie et environnement sera au centre d’un grand colloque organisé à Fontevraud en 199813 : je suppose qu’elle doit tirailler aussi quelques scientifiques du climat, et pas mal d’écologistes, de protecteurs de la nature ou de prospectivistes !

  • 14 Située dans la mouvance du communisme critique, la revue Dialectiques, fondée en 1973, (...)

À ce stade, et puisqu’on en est encore aux années 1980, je voudrais mentionner la dette très importante que j’ai également envers les autres membres du groupe de prospective dont je faisais alors partie, et notamment envers toute l’équipe de normaliens que David Kaisergruber, un moment responsable de ce groupe, avait réunie autour de lui — à partir du réseau constitué par la revue Dialectiques14. Sur l’enjeu du moment, qui était celui du repositionnement du ministère de l’Équipement face à la décentralisation, c’est l’exemple par excellence de ce qu’une culture intellectuelle ouverte peut apporter à l’évaluation et à la transformation des politiques publiques. Je lui dois aussi une meilleure connaissance de l’écologie politique. Je me souviens, en particulier, d’avoir beaucoup appris à la lecture, bien après sa sortie, d’un numéro que la revue Dialectiques (n° 31) avait consacré en 1981 à « la pensée écologie » — et très spécifiquement d’un article publié par Brice Lalonde sur « autonomie » et « hétéronomie », à partir des travaux de F. Braudel et Y. Barel, et dans lequel il parlait déjà beaucoup de la société de l’information… C’était sept ans avant qu’il ne devienne ministre et que je rentre dans son cabinet, notamment pour m’occuper, avec Lucien Chabason, du plan national pour l’Environnement (Chabason & Theys, 1990)…

Q9. Voilà donc une troisième étape de votre parcours professionnel et intellectuel, après les études, puis la décennie 1970. Cela nous amène au moins jusqu’au début des années 1990. Y en a-t-il eu une ou plusieurs autres ensuite ?

Oui, tout ne s’arrête pas, naturellement, à cette troisième étape… Mais, heureusement, il n’en reste qu’une seule…

Après la chute du mur de Berlin, et une concomitance extraordinaire d’événements intervenus depuis le milieu des années 1980, les années 1990 marquent une rupture radicale, « le basculement dans un autre monde ». Et il se trouve que, par hasard, ce basculement correspond aussi, pour moi, à une période de changements très importants. Avec J. Varet, T. Lavoux et J.-L. Weber, j’ai la chance, en 1992, de pouvoir, à nouveau, participer très directement à la création d’un nouvel organisme, celle de l’Institut français de l’Environnement (Ifen) — dont je deviens le directeur scientifique. L’expérience d’enseignement multi-disciplinaire menée par René Passet étant interrompue, je me vois, presque en même temps, confier un cours de sciences politiques (« Politique, décisions et action publique ») à l’intérieur du nouveau DEA d’« Économie de l’environnement et du développement durable » animé par J.-C. Hourcade — avec un rattachement personnel à l’EHESS. Mais surtout, je passe du ministère de l’Environnement à celui de l’Équipement, en devenant responsable du Centre de prospective et de veille scientifique, créé par ce dernier, en 1993, au sein de sa nouvelle direction de la Recherche et de l’Animation scientifique et technique — poste que je cumulerai jusqu’en 2004 avec celui occupé à l’Ifen. Mis bout à bout, ces trois changements simultanés conduisent pour ce qui me concerne à une bifurcation encore plus radicale que celle des années 1980 — un changement que je pourrais résumer comme le passage des questions d’environnement ou de risque à celle du « développement durable » — du local au global, mais aussi à la prospective urbaine ou des transports, et à l’élaboration de stratégies d’information ou de recherche.

  • 15 Comme secrétaire général du Groupe d’étude et mobilisation environnement et énergie mi (...)
  • 16 À cette époque, respectivement directeur de recherche au laboratoire d’économétrie de l (...)

Ma dernière tâche auprès du cabinet de l’Environnement avait été de participer à la préparation de la conférence mondiale de Rio. J’étais aussi très impliqué dans les politiques européennes15. Après mon arrivée à l’Équipement, je me suis trouvé « projeté » à une tout autre échelle, dans une administration essentiellement concernée par les questions locales ou régionales — l’urbanisme, l’architecture, l’habitat, les transports… avec des questions très pratiques de gestion de projets, d’aménagement de l’espace, de développement économique, mais aussi de fonctionnement de la démocratie quotidienne… ou des services déconcentrés de l’État. Certes — comme je l’ai dit — j’étais depuis longtemps sensible à ces dimensions de proximité ; et j’avais, dix ans auparavant, déjà appartenu à un groupe de prospective commun avec l’Équipement. Mais ce n’est qu’en me retrouvant au cœur de cette administration gigantesque, présente dans le moindre canton, que j’ai pris véritablement conscience, dans toute leur épaisseur, des tensions traversant la réalité des territoires — de leurs dimensions sociales, économiques, politiques, et plus seulement écologiques… Mon intérêt s’est déplacé vers la géographie urbaine ou économique, les questions foncières ou de logement, les conceptions architecturales, le développement local — avec, parmi beaucoup d’autres lectures marquantes, celles de V. Renard, J. Lévy, M. Weil, P. Veltz ou R. Camagni16. Je me souviens avoir, sur ces mêmes thèmes, énormément tiré parti de plusieurs séminaires que nous avons organisés avec des chercheurs comme P. Haeringer (2002), sur les grandes villes mondiales ou de J.-C. Burdése (1998), sur l’évolution de la pensée urbaine — qui montraient, notamment, comment parvenaient ou pas à s’imbriquer les structures urbaines héritées du passé avec les dynamiques uniformisantes liées à la mondialisation… Sur un tout autre plan, cette immersion dans les réalités territoriales, comme les cours à l’EHESS sur l’action publique, m’ont d’autre part conduit à investir beaucoup plus fortement sur les stratégies d’acteur. Je suis progressivement passé d’une vision comparatiste et normative des politiques publiques, plutôt abstraite et centrée sur les instruments, à une approche beaucoup plus pragmatique — s’inspirant très largement des travaux de L. Mermet, P.-F. Téniéres-Buchot, Y. Stourdzé, P. Calame et surtout J.-C. Padiauleau, professeur à l’université Dauphine. Très longtemps, une de mes références majeures en matière de développement durable est ainsi restée celle d’une étude faite par Y. Stourdzé — qui a donné son nom à un amphithéâtre du ministère de la Recherche — sur « la stratégie de la direction départementale de l’Équipement des Côtes-du-Nord ». Un joyau aussi précieux que celui de l’IIASA sur Obergurgl — dont j’ai parlé précédemment — et qui nous situe au cœur des problèmes de développement futur de la Bretagne resurgis en 2013…

En même temps, j’avais bien conscience que tous ces jeux d’acteur, ces dynamiques ou enjeux locaux, ces stratégies ou instruments d’action, étaient en train d’être profondément bouleversés par le nouveau contexte des années 1990. Que le ministère de l’Équipement, comme l’ensemble de l’État, traversaient une crise profonde. Que les pouvoirs étaient partout redistribués à l’échelle planétaire comme nationale. Que les technologies de l’information allaient tout modifier sur leur passage. Qu’il fallait donc changer de « logiciel ». Comme beaucoup, j’ai attendu un autre Max Weber, Foucault ou Marx qui puisse rendre explicite, non pas ce qui se passait au xixe siècle, mais ce qu’il en advenait au tournant du millénaire. C’était l’ambition, non aboutie, des trois ouvrages publiés en 1998 par M. Castells, End of Millenium, qui, de fait, portaient essentiellement sur « le nouvel âge de l’information ». Mais celui qui, pour moi, s’en est le plus approché est le livre d’A. Giddens (1991) Les Conséquences de la modernité, au moins autant pour sa vision très globale, que pour ses questions restées sans réponse. Giddens est celui qui a mis le mieux en évidence les contradictions de l’hyper-modernité globalisée dans laquelle nous sommes entrés à partir de la fin des années 1980. Jamais nous n’avons eu autant de moyens de connaissance — de systèmes experts — mais ceux-ci sapent la confiance dans la rationalité qu’ils cherchent, par ailleurs à développer. Le risque est au cœur des dynamiques modernes, nous en avons de mieux en mieux conscience, mais il ne peut être socialement intégré qu’à condition de le sous-estimer. La victoire culturelle du modèle occidental de rationalité n’a jamais été si complète, mais elle se traduit finalement par le paradoxe d’un certain déclin de l’Occident (ou du moins de l’Europe, qui veut la mondialisation mais en subit très largement le prix). Nous sortons du corset trop étroit et dangereux des nations, mais le cosmopolitisme, ou l’espoir de régulations globales — géopolitiques, écologiques ou financières — reste un projet incertain… En deux mots, plus nos moyens de maîtrise s’accroissent, plus l’objectif d’une maîtrise devient inaccessible : c’est un peu le paradoxe d’Achille et la tortue… Une vision, finalement, encore plus inquiétante que celle de Marx ou Weber — malgré l’optimisme déclaré du promoteur de la « troisième voie » en Grande-Bretagne.

C’est dans ce contexte, à la fois de recentrage sur les questions territoriales et d’inquiétude croissante sur les évolutions globales, que j’ai passé une bonne partie de ces années 1990-2000 à investir sur le thème du développement durable — en relation, surtout, avec les problèmes urbains ou d’aménagement du territoire. C’était pour moi d’abord le moyen, comme responsable d’un service au ministère de l’Équipement, de ne pas trahir ma fidélité avec l’environnement. Mais aussi, l’occasion de revenir aux questions de développement qui m’avaient intéressé depuis mes premières années universitaires. Nous reviendrons, je crois, plus tard, en détail sur ce thème. À ce stade, je peux dire, simplement, que je l’ai, au départ, abordé avec beaucoup de scepticisme — en particulier en raison d’un petit événement qui m’était arrivé, en 1990, à l’OCDE. Je présentais une contribution au rapport sur l’état de l’environnement de cet organisme sur « Industrie et environnement » quand le représentant britannique du gouvernement de Madame Thatcher m’a accusé de n’avoir rien compris à la « révolution » que représentait le concept de développement durable — « comme nouvelle forme de compromis gagnant-gagnant entre croissance et écologie ». J’en ai gardé l’idée que « ce concept normatif sans norme » était d’abord un lieu de conflit idéologique et de manipulation (Theys, 2000a). Mais aussi — heureusement ou malheureusement — une des rares opportunités pour intégrer la question du long terme et des générations futures dans le débat public, et articuler environnement et social. C’est avec constamment en arrière-plan cette distance critique que j’ai donc essayé — en m’inspirant à la fois des travaux des économistes, des géographes et des écologues (Jollivet, 2001) et en m’enrichissant de dialogues plus directs avec C. Emelianoff, E. Zaccai, O. Godard, F.D. Vivien, C. Garnier ou B. Zuindeau — de donner le contenu le plus substantiel possible à ce concept. Malheureusement, il m’a bien fallu constater, peu avant ma retraite, que cette notion de développement durable, malgré l’existence d’un ministère du même nom, était peu à peu en train de disparaître du débat public et de l’intérêt des chercheurs. On est passé à la résilience et à la transition écologique ou énergétique. Personnellement, je n’y vois pas nécessairement un progrès — même si j’ai engagé dès 2007 la nouvelle mission prospective, créée à la suite de la fusion Environnement-Équipement, sur ces trois voies.

Q10. Nous voilà donc arrivé en 2011, avec, à la fois un retour sur les préoccupations qui étaient déjà les vôtres dès vos années universitaires, mais aussi le sentiment — à vous entendre — qu’il n’y a pourtant plus de passerelle possible entre aujourd’hui et les décennies 1960, 1970 ou 1980 ; que les cassures sont irréversibles. Vous avez évoqué, au passage, beaucoup de thématiques différentes qui marquent un parcours intellectuel assez tourmenté. En essayant d’être plus synthétique, comment jugez-vous — à partir de votre propre expérience — les évolutions qui se sont produites plus globalement dans le champ intellectuel depuis le milieu des années 1960, sur le thème de l’environnement… et de manière beaucoup plus large ?

C’est une question très vaste, à laquelle je ne peux répondre que de manière très partielle et subjective, faute d’avoir jamais fait le travail d’analyse rétrospective qui serait nécessaire. Je vais commencer par le plus facile, par ce que je connais le mieux — l’environnement — et essayer ensuite d’élargir en mêlant à la fois des constats bien connus et une part de mon expérience personnelle…

Je n’ai pas fait de statistiques, mais il est probable qu’il doit y avoir aujourd’hui plusieurs dizaines, ou même peut-être plusieurs centaines, d’articles scientifiques publiés chaque jour sur l’environnement dans le monde, et plusieurs milliers d’unités d’enseignement consacrées à ce thème. J’ai évoqué précédemment le colloque tenu à Lille, en juin 2013, d’Ecological Economics où, en trois jours, plus de 400 papiers étaient présentés sur les thèmes les plus divers. Si l’on compare l’ouvrage de référence qui existait au début des années 1970 en France sur les pollutions, celui de J.-F. Ternisien, et la profusion de ce qui existe aujourd’hui, on ne peut qu’être frappé par la pauvreté des données qui existaient il y a 40 ans. De fait, toute l’histoire des 40 dernières années peut se lire comme un immense mouvement à la fois de connaissance et de « scientifisation » de l’environnement. Pourtant, il faut bien aussi constater que l’essentiel des bases sur lesquelles s’est construite cette « science de l’environnement » existait en large partie lorsque j’ai commencé à travailler ou enseigner dans ce domaine. C’est le cas, à l’évidence, pour l’économie de l’environnement ; et sans doute — mais je suis peu compétent pour le dire — en est-il aussi de même pour l’écologie fondamentale. Lorsque j’arrive, par exemple, au ministère, en 1972, vient d’être publié l’année précédente un nombre d’ouvrages théoriques tout à fait extraordinaire, qui n’aura plus d’équivalent dans les décennies suivantes : The Entropy Law and the Economic Process de G. Roegen, Environment, Power and Society d’H. Odum, The Closing Circle de B. Commoner, Is Growth Obsolete? de Nordhaus et Tobin, Economics and the Environment, a Material Balance Approach de Kneese et R.U. Ayres… sans oublier le rapport du Club de Rome sur Les Limites de la croissance, celui de Founex (Development and Environment)… et Libérer l’avenir d’Yvan Illich. Les bases sont déjà construites à cette époque : de quoi alimenter des milliers de recherches futures.

  • 17 Référence aux deux phases du développement scientifique distinguées par Thomas Khun : u (...)

Cette division historique entre moment de conceptualisation et connaissances appliquées est naturellement un mouvement normal dans toute constitution d’un champ scientifique nouveau17. Mais j’ai trouvé personnellement assez frustrant que les réflexions fondamentales soient ensuite un peu trop délaissées au profit d’une utilisation rhétorique de concepts flous ou d’approches de plus en plus spécialisées ou appliquées.

Cela m’a paru d’autant plus dommage que, dans le passage entre conceptualisation et application, la notion d’environnement s’est, à mon sens, partiellement appauvrie. Il suffit de comparer l’Institut français de l’environnement qui existait en 1970 — très lié à l’architecture, à la perception du cadre de vie, au paysage — et celui auquel j’ai appartenu 20 ans plus tard — très centré sur les pollutions et les ressources — pour imaginer ce qui a été en partie perdu avec la technicisation et la scientificisation progressives de ce terme (les deux allant de pair). C’est sans doute la perception de cet appauvrissement relatif qui m’a conduit, dès mon arrivée au sein de cet Institut, à publier sa première note de méthode sur « Les définitions de l’environnement » — note qui essayait d’expliciter aussi clairement que possible la diversité des conceptions, et donc la grande richesse, que recouvre ce mot (Theys, 1993 et 2010). J’ai choisi l’exemple de l’environnement, mais j’aurais pu prendre celui du développement durable car la séparation entre conceptualisation et application y a été encore plus caricaturale. Ceci étant, toutes ces remarques critiques ne doivent pas faire oublier que par ailleurs d’énormes progrès ont été faits depuis 40 ans dans notre connaissance des interactions homme-nature et dans les représentations que nous nous en faisons…

Q11. Voilà très rapidement votre perception du champ de l’environnement et de ses transformations ; comment liez-vous celles-ci à celle des idées et du mouvement des connaissances en général — entre ces années 1970 et 2010 ?

Dans un livre d’entretiens publié en 2001, le philosophe allemand P. Sloterdijk (2003), évoque l’idée que nous serions entrés dans une « phase de rétrécissement » après l’explosion des années 1965-1980. Comme il le dit lui-même ensuite, c’est sans doute une illusion de génération — contradictoire avec l’énormité du flux de connaissances dans lequel nous baignons aujourd’hui, à l’évidence sans commune mesure avec celui d’il y a 30 ans. Mais cela renvoie aussi quelque part à la rupture du post-modernisme que J.-F. Lyotard annonçait dès 1979 : l’incrédulité croissante — liée aux progrès de la science — par rapport aux « métarécits considérés comme des fables » ; la dispersion des savoirs « en nuages d’éléments de langages ayant chacun leur logique et leur légitimité auto-organisée » ; l’orientation de la science vers toujours plus d’efficacité, d’opérationnalisation, et de performativité ; la tendance à penser que tout est commensurable et à nier les contradictions ; et finalement un certain effacement des dimensions critiques et émancipatrices des sciences sociales, au nom d’une neutralité axiologique plus grande. Ce qui est incontestable, c’est qu’en dépit d’appels répétés en faveur de visions globales et « radicalement » multidisciplinaires, les approches holistes, synthétiques, mettant l’accent sur la contextualisation historique et sur le conflit ont eu plutôt tendance à régresser au profit de démarches privilégiant l’individualisme méthodologique, l’analyse quantitative, la recherche de normes universelles ou de consensus — et, sous couvert d’un certain relativisme ou éclectisme, la réduction à ce qui est a priori le plus commensurable : l’équivalent monétaire.

  • 18 Parmi ces rares approches pluridisciplinaires, citons, en particulier, les quatre tomes (...)

On peut penser que cette évolution était indispensable dans un mouvement de complexification et de professionnalisation de la science. Personnellement, comme je l’ai déjà dit, j’ai perçu plutôt comme une régression cette méfiance par rapport aux grandes constructions théoriques et systémiques — que n’ont, à mon sens, réussi à compenser ni la construction d’un discours fort, mais peu renouvelé, autour de l’écologie politique… ni les exhortations répétées à une « éthique responsable ». À mesure que les disciplines se séparaient, que des chapelles se constituaient en leur sein, il y a eu, certes, beaucoup d’efforts pour promouvoir l’idée d’hybridation, la pluri- ou la multidisciplinarité, et pour rétablir les connexions indispensables. Mais il faut bien constater que les synthèses réellement multidisciplinaires et globales sont restées l’exception18 ; que l’économisme s’est imposé comme la référence majeure ; et que finalement le débat public, après les années 1990, ne s’est organisé qu’autour d’un petit nombre de sujets : la précaution, la taxation écologique, la décroissance, les indicateurs, la transition énergétique et climatique, les services rendus par la biodiversité… C’est relativement maigre. J’avais été émerveillé, dans les années 1980, au moment où le groupe de prospective travaillait sur l’avenir du ministère de l’Équipement, de voir avec quelle perspicacité Habermas (1973a), dans Raison et légitimité, arrivait beaucoup mieux que ce que nous essayions péniblement de faire, à analyser la crise des États dans le « capitalisme avancé ». Je trouve qu’il a manqué dans les débats récents sur l’environnement un ouvrage comparable — capable, sans faire de leçons de morale, de proposer une vision globale adaptée à la crise que nous traversons. Un Maurice Godelier pour notre siècle…

Cette critique n’enlève rien à toute l’admiration que j’ai pour les scientifiques qui travaillent au quotidien dans ce domaine. Et à la curiosité que j’ai toujours eue d’aller chercher — dans la diversité des disciplines — les connaissances ou informations les plus détaillées et précises possibles. Mais, en voyant les sujets de thèse, je regrette parfois que l’Université ne donne pas aux étudiants une ambition beaucoup plus grande…

Notes

2 DEA « Économie, espace, environnement » de l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne.

3 Mise en place par un décret du 13 mai 68 (!) — et disparue dans les années 1980 — la « rationalisation des choix budgétaires » a introduit dans l’administration une modernisation des modes de décision et d’organisation : budgets de programme, réformes de structures et évaluation ex ante des politiques publiques. Elle a joué un rôle important au ministère de la Santé avec deux études remarquées sur la périnatalité et les maladies mentales.

4 L’évaluation technologique a émergé au tournant des années 1960-1970, dans le fil des réflexions critiques sur la technologie et dans un contexte de controverse sur certaines techniques ou infrastructures (nucléaire, avion supersonique…) — avec comme date marquante la création en 1972 de l’Office of Technology Assessment auprès du Congrès américain. L’université Georges Washington était un lieu de référence sur ce thème.

5 Fondé en 1960, le Parti socialiste unifié, a été le premier parti à s’investir à la fin des années 1960 sur le cadre de vie, avec, notamment, une enquête auprès de la population réalisée en 1970 et la publication, également en 1970 — avec la Fédération des usagers des transports parisiens — du Livre noir sur les transports parisiens.

6 Créé en 1970 par trois mathématiciens, A. Grothendieck, P. Lavalley et P. Samuel, le mouvement « Survivre et vivre » a joué un rôle important dans l’émergence du mouvement écologique jusqu’à sa disparition en 1975. Né, à l’origine, d’une critique de la science, il a ensuite élargi ses thématiques à des dimensions plus politiques ou sociales, allant, dans le dernier numéro de sa revue (19), jusqu’à critiquer l’écologie politique qui « commencée par une critique de la science, atterrit sur un mouvement qui porte le nom d’une science ».

7 En particulier M. Falque, qui tentera de diffuser la planification écologique, et l’ouvrage de Mac Harg (Design with Nature) en France, et B. Barraqué qui, de son côté avait étudié l’urban design à Harvard.

8 Créé en 1972, à la suite d’un séminaire tenu à Arc-et-Senans sur « Croissance et environnement », le groupe d’évaluation interministériel sur l’Environnement, présidé par Claude Gruson, ancien directeur général de l’Insee, a structuré ses réflexions autour de sept groupes thématiques, dont la comptabilité et la statistique de l’environnement, l’évaluation économique (animé par Jacques Attali), la lutte contre le gaspillage, ou le stockage des déchets nucléaires.

9 Suite du groupe Gruson, la commission interministérielle des Comptes de patrimoine naturel, créée par Raymond Barre en 1978, et présidée par R. Mayer puis R. Toulemon, avait pour tâche de mettre en place en France une comptabilité de l’environnement et du patrimoine.

10 Cepremap : Centre pour la recherche économique et ses applications. Voir notamment Theys (1976), ainsi que le premier modèle macro-économique sur l’environnement publié par Michel Manuel du Cepremap (modèle Pollen).

11 Centre international de recherche sur l’environnement et le développement.

12 Johan Galtung, professeur à l’université d’Oslo et à l’université des Nations unies est celui qui a publié les travaux les plus intéressants sur les modèles alternatifs de développement notamment dans un ouvrage publié pour le PNUE, Développement, environnement et technologie : Vers une technologie de l’autonomie (1979). O. Giarini a notamment dirigé le rapport au Club de Rome Dialogue sur la richesse et le bien-être (1981).

13 Colloque organisé par Germes et le groupe de prospective environnement sur le thème : « L’environnement au xxie siècle, quelle maîtrise du long terme ? ». Actes publiés en trois tomes par Germes en 1999 et 2000 (sous la coordination de J. Theys).

14 Située dans la mouvance du communisme critique, la revue Dialectiques, fondée en 1973, a été jusqu’en 1981 à l’avant-garde de beaucoup de débats philosophiques, culturels, politiques… et écologiques des années 1970.

15 Comme secrétaire général du Groupe d’étude et mobilisation environnement et énergie mis en place par É. Cresson.

16 À cette époque, respectivement directeur de recherche au laboratoire d’économétrie de l’X (questions foncières), professeur à Science Po, directeur de l’agence d’urbanisme de Brest, directeur du Latts (École des ponts) et professeur en économie urbaine et territoriale à l’université polytechnique de Milan.

17 Référence aux deux phases du développement scientifique distinguées par Thomas Khun : une phase de création et de légitimation de nouveaux paradigmes, puis de passage à « la science normale » — ou au conformisme.

18 Parmi ces rares approches pluridisciplinaires, citons, en particulier, les quatre tomes de La Méthode (Morin, 1977 à 1991), Sustainable Development of the Biosphere (IIASA, 1986), ou Écologie urbaine (Coutard & Lévy, 2010).

© Éditions Quæ, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site