Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un demi-siècle d’environnement entre science, politique et prospective

 | 
Rémi Barré
, 
Thierry Lavoux
, 
Vincent Piveteau

Trop tôt, trop tard ?

Rémi Barré, Thierry Lavoux et Vincent Piveteau

Texte intégral

1Pour tous ceux qui s’intéressent à l’environnement et au développement durable, l’heure est au désenchantement — mais aussi paradoxalement à l’attente et à l’espoir.

2Le désenchantement n’est pas seulement l’effet d’une crise qui se prolonge, et du recul — qui en découle — de ces préoccupations dans l’opinion ou l’agenda politique. Historiquement, le souci de l’environnement a toujours été très sensible au contexte économique, et il n’est pas surprenant qu’il en soit de même aujourd’hui. La désillusion — ou l’inquiétude — est en réalité plus profonde.

3Elle tient d’abord au constat qu’après au moins un demi-siècle d’avancées scientifiques, de mobilisations associatives et de politiques publiques, l’environnement ne semble toujours pas parvenu à être pleinement intégré à la culture — vulnérable qu’il reste, non seulement à la conjoncture ou aux intérêts économiques, mais aussi aux appartenances sociales, aux positionnements politiques ou aux spécialisations disciplinaires. Caractéristique, sur ce point, est la manière dont, dans les médias, on a souvent tendance à en faire la préoccupation des seuls « écologistes » ; ou celle d’une communauté scientifique spécifique — dont on soupçonne, plus que dans d’autres domaines, qu’elle soit intéressée et ne puisse avoir toute l’objectivité nécessaire. Elle tient aussi, et sans doute surtout, au sentiment que — peut-être pour la première fois — nous sommes en train collectivement d’accepter l’irréversible, avec cette évidence soudaine que rien désormais ne semble plus pouvoir empêcher que les générations futures aient à devoir s’adapter à un changement climatique que nous aurons été incapables de prévenir. Les urgences du court terme entrent frontalement en contradiction avec les contraintes du temps long ; l’inanité entre dans le domaine du possible, et c’est ce qui explique la profondeur du malaise.

4Mais paradoxalement, ce désenchantement s’accompagne en même temps d’attentes nouvelles et de beaucoup d’espoir — qui prennent leur source dans le constat que derrière la crise actuelle se jouent aussi en profondeur de nouveaux rapports à l’environnement, aux ressources, à la nature. Le recul d’une certaine forme irresponsable de consumérisme ; l’attention croissante portée au naturel, au végétal et à la santé ; le recours accru à la location et l’émergence d’une économie collaborative ; le développement des circuits courts et la revalorisation des liens de proximité ; la conscience aussi de la nécessité de transitions vers de nouvelles façons de produire ou d’exploiter les ressources et la volonté politique qui l’accompagne, sont autant de signes qui semblent indiquer qu’une recomposition durable des relations de nos sociétés et la nature est peut-être aussi en train de s’opérer. Bref, entre espoir et désenchantement, l’histoire — comme dans les années 1980 — hésite ; et plus que jamais nous laisse dans l’ambiguïté sur la manière dont évoluera la distance que nous avons mise avec l’environnement dans lequel nous vivons ou allons devoir vivre.

5Beaucoup d’ouvrages ou de recherches ont approché cette distance — ou cette proximité — entre environnement et sociétés, par les grands déterminants externes : la démographie et les pressions sur les ressources, les rapports de pouvoir sociaux ou économiques, les structures politiques ou géopolitiques, l’évolution des formes de rationalité ou des valeurs, l’anthropologie des rapports à la nature. Mais il est important aussi — plus modestement — de nous interroger sur ce qui s’est passé au cours de cette période historique encore récente durant laquelle l’environnement a émergé comme objet explicite de politique publique et comme enjeu de société plus clairement visible et pris en charge : qu’est-ce qui a changé au cours de cette période ? Qu’est-ce qui a progressé, ou au contraire, qu’est-ce qui a mal ou n’a pas « fonctionné » ?

6C’est ce regard rétrospectif sur « un demi-siècle d’environnement et de développement durable » qui est privilégié dans ce livre, avec, en outre, l’ambition de dessiner quelques perspectives — limitées — sur le futur et de nous interroger, finalement, sur la place de la prospective. Il ne s’agit pas de faire un bilan chiffré de 50 ans d’évolutions écologiques en France ou dans le monde. Ni de faire un historique des événements, des lois ou des conférences qui ont marqué ces cinq décennies. Mais plutôt d’aborder ces années « de l’intérieur », à travers le prisme particulier des relations entre science, politique et société — à l’interface entre le mouvement des idées, leur mise en débat et la décision publique.

7Pour éclairer ce cheminement, Jacques Theys est sans conteste un des témoins les plus précieux : depuis le tout début des années 1970, il a occupé, en France, une place privilégiée de « médiateur » entre la communauté scientifique et les politiques publiques ; se partageant, à part presque égale, entre ses activités d’enseignement ou de publication, ses fonctions dans l’administration et sa participation à de multiples associations ; et a donc accumulé depuis plus de 40 ans une triple et très riche expérience. À notre connaissance, c’est une situation — entre action et mise à distance critique — qui, au moins dans sa durée, est relativement exceptionnelle dans notre pays ; et en fait un témoin irremplaçable de l’histoire de l’environnement et des idées écologiques (ou sur le développement durable) au cours des dernières décennies. Même si les articles qui le composent ont une portée générale, cet ouvrage a d’abord été conçu en son hommage. Il peut donc aussi se lire comme une synthèse et une mise en débat des réflexions — nombreuses, mais pas toujours suffisamment diffusées — qui ont été les siennes.

8Nous voudrions, dans cette préface, mettre en avant une « posture » — car elle nous semble, par bien des points, en résonance avec le malaise que nous évoquions précédemment. C’est elle aussi qui, pour beaucoup, nous a conduits à prendre l’initiative de cet ouvrage.

9S’il fallait caractériser cette posture, cette singularité, de J. Theys, nous dirions que — outre une passion sans faille et tenace pour l’environnement, toujours lié pour lui à sa dimension sociale — celle-ci peut se résumer à trois grands traits qui ont depuis le départ été présents et ne se sont jamais démentis avec le temps : la volonté de combattre toute forme de cloisonnement, une méfiance envers les notions confuses, et le souci d’être toujours en avant des certitudes, d’aller constamment au-devant des idées, des solutions ou des problèmes à venir.

10D’abord donc, l’horreur de l’assignation, de l’enfermement sur soi. Dès les premières pages de l’interview qui compose la première partie de ce livre, J. Theys met en avant toutes les conséquences négatives que constitue l’excès de séparations qui, en France, structure aussi bien les rôles sociaux, les territoires institutionnels, que l’enseignement — et plaide pour toutes les formes de décloisonnement : l’interministérialité, le dialogue social et démocratique, la pluridisciplinarité, l’ouverture internationale. S’il fallait, en effet, ne retenir de son parcours qu’une seule chose, ce serait l’effort constant qu’il a déployé pour construire des passerelles : entre le ministère de l’Environnement et les autres, la recherche et l’administration, la politique et les idées, l’État et les collectivités locales, celles-ci et la société civile, la France et les autres pays — sans oublier entre les disciplines, ayant eu lui-même l’opportunité d’une triple formation à la fois en mathématiques, en économie et en sciences politiques. Comme il le constate, ces séparations se sont malheureusement accrues, ce qui expliquerait, par exemple, l’inconfort du ministère de l’Environnement face aux nouvelles formes de gouvernance, les crises à répétition du parti écologiste, ou la difficulté croissante — au moins en France — à légitimer les approches systémiques ou multidisciplinaires. Son itinéraire personnel témoigne a contrario de cette volonté de ne pas être lui-même enfermé dans un rôle assigné à l’avance : avec, par exemple, 30 ans d’enseignement pluridisciplinaire, des publications sur à peu près tous les champs de l’environnement et du développement durable ; mais aussi, sur l’aménagement du territoire ou la recherche ; des fonctions à cheval sur les ministères longtemps opposés de l’Écologie et de l’Équipement ; et surtout un « va-et-vient » constant entre la réflexion et l’action, dans les associations, l’administration ou les cabinets ministériels.

11À cette horreur des cloisonnements s’ajoute une deuxième constante de la personnalité de J. Theys qui est son goût des notions claires — une qualité qui n’est pas nécessairement la plus répandue dans le domaine de l’environnement. Il lui a toujours en effet semblé que l’abus des notions confuses — qui caractérise souvent les politiques écologiques — pouvait être, au moins autant, un frein à l’action qu’un signe d’inventivité et de modernisme. Il est significatif que lorsqu’il devint directeur scientifique de l’Institut français de l’environnement (Ifen) — au sein duquel deux d’entre nous ont travaillé — l’une de ses premières préoccupations fut de rédiger un document sur les définitions de l’environnement, montrant que ce même terme recouvrait des conceptions irréductiblement différentes, qu’il fallait pouvoir prendre en compte dans toute leur diversité. De même a-t-il consacré une partie importante de son énergie à essayer de préciser ce que pouvait signifier en plein — et non en creux — la notion de développement durable. On pourrait évoquer d’autres travaux sur la gouvernance, l’expertise, la notion de transition, celle de ville durable ou celle d’inégalité écologique qui illustrent la constance de cette préoccupation. Il ne faut pas y voir seulement un scrupule scientifique ; mais plutôt le sentiment que l’ambiguïté, qui — dans un premier temps — avait pu favoriser la diffusion de tous ces concepts, devenait progressivement un facteur majeur de leur usure, prélude, parfois à leur abandon. Définir, c’est donc renforcer et non restreindre ; donner à chaque concept sa pleine dimension et non chercher à imposer une référence unique — tout le contraire des guidelines et catalogues d’indicateurs. Peut-être y a-t-il là une contradiction avec le refus des séparations : mais l’idée est qu’on ne relie bien que ce qu’on a d’abord convenablement défini.

  • 1 Les ouvrages, travaux ou citations cités dans cette préface sont évoqués en détail dans l (...)

12Troisième trait enfin — et c’est une évidence pour ceux qui le connaissent —, le souci de « devancer les certitudes », d’être en avant-garde du futur, et nous ajouterons, de donner une certaine légitimité à la prospective. Comme il le dit dans la première partie, celle-ci n’est pas d’abord une méthode — même si celle-ci est nécessaire — mais un combat politique mené au nom des générations futures. Une lutte aussi de tous les instants pour défendre, au sein des institutions, le temps long face aux urgences — tout aussi légitimes — du court terme. Cela doit passer d’abord, par l’élaboration de modèles ou de scénarios ; mais, beaucoup plus largement, par l’information et la mise en circulation des idées — et surtout leur mise en débat, ou même leur co-construction par le public le plus large. L’enjeu n’est pas d’opposer aux anticipations que font les scientifiques — au nom d’une nature à protéger à long terme — la diversité des expressions démocratiques, mais de construire des passerelles entre les deux. Il s’agit, pour reprendre la distinction du « chaud et du froid » proposée par Lévi-Strauss, d’organiser un va-et-vient entre la « prospective froide » — la plus scientifiquement fondée — et la « prospective chaude » — la plus ouverte possible. C’est dans ce va-et-vient permanent entre le monde des scientifiques, les demandes politiques, la société civile — et les prospectivistes — que J. Theys a trouvé, en effet, les ressources pour être, très souvent — avec ceux qu’il parvenait à mobiliser (notamment à travers l’association Germes dont il initia la création) — en « avant-poste » des idées, des alertes ou des débats sur l’environnement : depuis ses premiers travaux publiés dès les années 1970 sur la prospective et le coût global de la pollution en France, sur les modes de vie alternatifs ou même (déjà) sur le changement climatique et les inégalités écologiques, jusqu’aux ouvrages ou articles récents sur « la ville post-carbone » ou « la crise du concept de développement durable » — en passant, dans les années 1980-1990, par « la société vulnérable », « les experts sont formels » ou « l’émergence d’une troisième vague de risques écologiques »1.

13La diversité des contributions rassemblées dans cet ouvrage — qui viennent un peu en écho de cette curiosité multiple — reflète bien ce parti constant d’ouverture et cette volonté d’être le plus près possible des fronts de recherche et du mouvement des idées. On pourrait, au premier abord, y voir un éclectisme désordonné, fluctuant au gré de « l’air du temps ». Mais il suffit de lire quelques articles publiés à différentes époques, ou d’avoir eu, comme ce fut notre cas, quelques expériences communes, pour constater, au contraire, une très grande stabilité dans la façon d’approcher l’environnement et le développement durable — une conviction solidement ancrée, qui, comme il le dit lui-même, s’est forgé dès les années 1960-1970. L’entretien qui constitue la première partie en témoigne : sur le plan scientifique, le souci de mettre en permanence les différentes disciplines à l’épreuve des autres (et des réalités statistiques) et une priorité donnée aux approches systémiques et historiques ; sur le plan des valeurs, une sensibilité particulière à l’expression démocratique, aux dimensions sociales de l’environnement et aux héritages laissés pour les générations futures sur une très longue période ; enfin, sur un plan pratique et politique, le choix d’un « utopisme réaliste » — synthétisé par l’idée d’une « seconde étape du développement durable ». Une voie originale qui n’est ni l’économie verte, ni l’écologie politique, ni l’activisme citoyen — mais emprunte un peu à chacun, et passe, en particulier, par une « nouvelle grammaire du développement », la capacité à bien distinguer les risques « majeurs » et capitaux « critiques », une prise au sérieux des aspects sociaux et redistributifs liés à l’environnement, une articulation intelligente entre « gouvernement » et « gouvernance » à toutes les échelles, et finalement l’aptitude à co-construire démocratiquement des chemins de transition à long terme « praticables » — en attachant un soin tout spécifique aux étapes, aux contradictions et à la particularité des contextes territoriaux, écologiques ou sociopolitiques.

14Cela nous permet, en contrepoint, de revenir sur la question posée au tout début de cette préface : qu’est-ce qui « a marché » depuis un demi-siècle en matière d’environnement ou de développement durable — ou surtout, qu’est-ce qui n’a pas fonctionné, conduisant au désenchantement actuel ? Il ne faut pas négliger tout ce qui a été fait au cours de ces 50 dernières années ; et, en effet, beaucoup des contributions à cet ouvrage soulignent l’ampleur de cet héritage — qui fait qu’aujourd’hui l’implication scientifique comme l’engagement des acteurs publics ou privés, locaux, nationaux ou internationaux ou même la culture de ces problèmes, n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était dans les années 1950-1960. Entré au ministère de l’Environnement au moment de sa création, en 1971, J. Theys rend, en particulier, justice à la capacité qu’a eue cette administration, anticipant et non suivant le mouvement écologique, à s’inscrire dans le paysage politique français — jusqu’à se situer très provisoirement en 2007 au second rang gouvernemental — et à inventer des formes innovantes d’action, en s’appuyant sur la société civile et la communauté scientifique. Il n’en reste pas moins que les politiques de l’environnement ont été souvent « en retard d’une guerre », et que, si elles ont certes réussi à rattraper une partie des erreurs passées, elles se sont néanmoins le plus fréquemment montrées incapables d’anticiper les grands problèmes futurs, et, pour ce faire, de promouvoir les ruptures indispensables. Cela, naturellement, interroge sur l’influence de la prospective et sur celle des scientifiques ou des porte-parole de l’écologie, qui n’ont pas manqué de multiplier les alertes et de proposer des voies de solution. Ce n’est donc pas tellement du côté du message que les choses ont mal fonctionné (ce qui n’exclut pas un regard critique sur la prospective ou la communication scientifique) : globalement la sensibilisation a été faite, et cela depuis longtemps. Ce qui a posé essentiellement problème, c’est la capacité à articuler ce message avec l’action.

15Comme nous l’avons dit précédemment, une des originalités de ce regard sur le demi-siècle écoulé est d’essayer de discerner, dans cette incapacité de passer de la sensibilisation à l’action, ce qui, au-delà de causes structurelles externes évidentes — le libéralisme mondialisé mis en place dans les années 1980, les divergences d’intérêt géopolitiques, les conflits de pouvoirs et de valeurs, l’inadaptation des institutions ou les contraintes sociales, statutaires, industrielles et financières — a pu résulter de raisons plus internes, propres aux acteurs de l’environnement ou aux institutions politiques ou scientifiques, c’est-à-dire aux choix qui ont été effectivement faits et aux opportunités ou bifurcations qui, au contraire, ont été manquées.

16Chacun des articles qui composent l’ouvrage évoque ainsi de manière plus ou moins explicite, l’un ou l’autre de ces multiples dysfonctionnements internes — qui sont aussi au cœur de l’entretien. Dans le champ scientifique, par exemple, l’abus de concepts mal définis ; le repli disciplinaire des années 1990 — et la difficulté à construire, en France, une structure de recherche réellement multidisciplinaire sur l’environnement ; une régulation insuffisante des controverses ; la relative marginalisation de l’écologie comme discipline (voir le texte de Jean-Claude Lefeuvre) ; ou encore la faiblesse chronique — et qui s’est accélérée — des recherches pour les politiques publiques et l’attention insuffisante portée aux conditions institutionnelles concrètes de la mise en place des instruments (avec par exemple la dérive constatée sur les marchés de droits carbone et la quasi-absence de travaux de sociologie administrative). Sur le plan sociopolitique, on peut citer le brouillage du message écologique ; l’instabilité permanente des structures en charge de l’environnement et le repli sur une vision trop technique de ce terme s’accompagnant d’un relatif oubli de ses dimensions sociales et d’équité. On peut évoquer aussi une exploitation en mode mineur de l’opportunité ouverte par le développement durable, avec un sous-investissement sur les stratégies alternatives de développement et une opposition stérile — liée aux corporatismes — entre innovation technique et innovation sociale ou institutionnelle. Ou encore une ouverture trop contrôlée à la démocratie — dans une décentralisation inachevée. Sans oublier un effacement des stratégies de long terme, avec la disparition du Commissariat général du Plan, la méfiance par rapport à la prospective et à l’évaluation ; et — last but not least — l’abus d’engagements politiques qu’il faut bien qualifier de virtuels. En facteur commun aux domaines du scientifique et du sociopolitique ou à leur interface, l’ouvrage insiste aussi beaucoup sur le manque d’attention portée aux dynamiques temporelles — aux inerties, aux irréversibilités ; et à un dialogue non exempt de méfiance et de manipulation entre science et politique. À partir de son expérience personnelle, J. Theys y ajoute enfin quelques occasions manquées, comme, l’avis négatif donné, en 1993, par la commission du Plan dont il était un des rapporteurs, à la création d’une taxe carbone. Mais il est, bien évidemment difficile, dans toutes ces ouvertures gaspillées, de faire la part de la mauvaise gestion du moment ou de facteurs plus structurels.

17À la lecture de cette longue liste, il est possible de se dire que l’histoire de ces 50 dernières années — avec ses avancées et ses retards — n’était pas nécessairement écrite à l’avance, ce qui, pour le futur, laisse également ouvertes des perspectives multiples. Beaucoup de progrès pourront donc être faits à l’avenir, en tirant parti de l’expérience acquise. Il faut néanmoins remarquer la tonalité relativement pessimiste de plusieurs des contributions à cet ouvrage sur notre capacité à prévenir efficacement les risques liés aux grands changements globaux en cours — comme le réchauffement climatique. Olivier Godard va ainsi jusqu’à évoquer « la fin du développement durable ». Et l’interview de J. Theys, s’il témoigne d’un certain optimisme sur la possibilité de sortir de la crise actuelle — y compris en saisissant pleinement l’opportunité de la transition énergétique — se conclut également par le sentiment qu’il est désormais probablement « trop tard » pour éviter aux générations futures d’avoir à subir les conséquences de l’effet de serre. Trop tôt était-il sans doute, il y a 20 ou 30 ans, pour des alertes ou des messages qui n’ont pas toujours été entendus. Trop tard probablement aujourd’hui, pour éviter des ruptures écologiques majeures ! Mais là, nous espérons que l’avenir nous démentira…

Notes

1 Les ouvrages, travaux ou citations cités dans cette préface sont évoqués en détail dans la première partie de cet ouvrage. On se reportera donc à cette partie et à sa bibliographie pour en avoir la référence précise.

© Éditions Quæ, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site