Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Liste des auteurs

Luc Semal et Bruno Villalba

Texte intégral

1Esther Bailleul est chargée de mission énergie et territoires au CLER - Réseau pour la transition énergétique, association fédérant 300 structures professionnelles réparties sur l’ensemble du territoire français. Elle travaille sur différents projets liés à la transition énergétique des territoires et à la mobilité. Elle co-anime en particulier le réseau des Territoires à énergie positive (TEPOS).

2Marie Drique est doctorante en sciences politiques au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps, université de Lille et CNRS, UMR 8026). Ses travaux portent sur la production d’un paradigme de justice écologique par des acteurs catholiques, à la croisée des théories de la justice environnementale, de la sociologie des religions et de l’histoire des idées.

3Guillaume Faburel est professeur à l’université Lyon 2, responsable de l’axe études urbaines à l’UMR Triangle (CNRS, École normale supérieure, université Lyon 2, université de Saint-Étienne, institut d’études politiques de Lyon), membre de l’École urbaine de Lyon et coordinateur du master ville et environnements urbains (université de Lyon et LabEx Intelligences des mondes urbains). Ses travaux portent sur les enjeux et instruments du développement durable, les questions relatives aux nouvelles formes de l’engagement socio-écologique, et l’axiologie des politiques urbaines, particulièrement sous l’angle des phénomènes de métropolisation et des questions posées à l’habitabilité des grandes villes.

4Hélène Gorge est maître de conférences en gestion à la Faculté ingénierie et management de la santé (université Lille 2). Ancrés dans le champ du marketing social, ses travaux de recherche portent sur l’expérience du désavantage et de la vulnérabilité dans la société de consommation. À cet effet, elle privilégie trois champs d’étude qui sont la pauvreté, la santé et le développement durable. Dans le cadre du projet Sobriétés, sa réflexion a porté sur les paradoxes induits par la confrontation entre normes de consommation et objectifs de sobriété.

5Maud Herbert est maître de conférences à l’Institut du marketing et du management de la distribution (IMMD, université Lille 2). Membre du laboratoire de recherche MERCUR, ses recherches portent sur des problématiques méthodologiques et conceptuelles dans le champ de la Consumer Culture Theory (questionnement des possessions matérielles, pratiques collaboratives et solidaires, étude des minorités et des sujets sensibles, responsabilité du chercheur).

6Thierry Leguay est assistant parlementaire au Parlement européen, il a travaillé pendant dix ans sur la politique environnementale et sanitaire de l’Union européenne avant de traiter les questions de démocratie, de droits fondamentaux et de protection des données. Il suit les sujets de l’économie sociale et solidaire et des services publics depuis plus de douze ans, et celui des communs depuis six ans.

7Stéphanie Lamarche-Palmier est directrice de l’Agence régionale du Nord-Pas-de-Calais (aujourd’hui Agence régionale Hauts-de-France) pour la Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés depuis 2009. Elle a suivi un parcours spécialisé dans la construction publique et les politiques urbaines. Après avoir démarré sa carrière en entreprise de BTP, elle a travaillé dans l’habitat social puis au sein de la Ville de Roubaix pour ses projets habitat. Elle s’investit depuis dans les réseaux sociaux de la métropole lilloise en participant activement à la défense des plus démunis.

8Mathieu Le Dû est ingénieur de formation (École des hautes études d’ingénieur de Lille) spécialisé dans les questions énergie-climat (maîtrise énergies renouvelables et efficacité énergétique de l’École de technologie supérieure de Montréal). Son champ d’expertise concerne les outils de sensibilisation et d’aide à la décision pour accompagner le changement vers des pratiques de sobriété énergétique. Ingénieur de recherche pour l’association Virage-énergie entre 2012 et 2016, il a réalisé plusieurs articles et conférences en France et en Europe pour expliciter ces scénarios de prospective énergétique focalisés sur la sobriété, l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

9Caroline Lejeune, politiste et philosophe, est docteure en sciences politiques, première assistante au sein de l’équipe des Humanités environnementales de Faculté des géosciences et de l’environnement de l’université de Lausanne. Elle est chercheuse associée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps, université de Lille et CNRS, UMR 8026). Ses domaines de recherche sont la justice écologique, la démocratie écologique et les processus d’intégration des limites planétaires dans les politiques publiques. Elle s’intéresse également aux enjeux épistémologiques de la science politique environnementale.

10Hélène Melin est maître de conférences en ethnologie et sociologie à l’université de Lille, membre du Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé, université de Lille et CNRS, UMR 8019). Elle travaille en anthropologie de la nature et de l’environnement dans le domaine des interrelations hommes/milieux, en s’interrogeant sur l’évolution des usages et perceptions de la « nature » dans des contextes urbains et périrubains en transformation. Ses terrains d’études sont la région Hauts-de-France (espaces industrialisés en cours de reconversion « écologique ») et le littoral méditerranéen (anthropisation des espaces naturels périurbains et pratiques de la nature à travers les savoirs locaux).

11Simone Osborn est consultante indépendante et travaille au Royaume-Uni sur les enjeux de soutenabilité. Elle est la principale auteure du rapport Building a Positive Future for Bristol after Peak Oil, publié en 2009.

12Nil Özçaglar-Toulouse est professeure agrégée des universités en sciences de gestion à l’université de Lille-IMMD (Institut du marketing et du management de la distribution) et à SKEMA Business School. Elle est actuellement rédactrice en chef de la revue Recherche et applications en marketing. Ses travaux visent à apporter des éclaircissements sur les consommations « périphériques » et les « oubliés » de la recherche en marketing. Ses recherches peuvent être regroupées au sein de trois axes : la consommation responsable et militante, la consommation ethnique, et la consommation des populations vulnérables. Elle a publié sur ces sujets de nombreux chapitres d’ouvrages et articles, notamment dans des revues internationales.

13Isabelle Robert est maître de conférences en sciences de gestion à l’Institut du marketing et du management de la distribution (IMMD) au sein de l’université Lille 2 et docteure en sciences économiques. Membre du laboratoire de recherche MERCUR (université Lille Nord de France, SKEMA Business School), ses activités de recherche se structurent autour de deux axes : les pratiques de consommation responsable et les nouveaux modèles économiques soutenables (économie de la fonctionnalité, économie circulaire, etc.).

14Luc Semal est maître de conférences en science politique au Muséum national d’histoire naturelle et responsable de l’équipe politiques publiques, action collective et biodiversité du Centre d’écologie et des sciences de la conservation (Cesco, MNHN, CNRS et Sorbonne université, UMR 7204). Il est également chercheur associé au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps, université de Lille et CNRS, UMR 8026). Il a soutenu en 2012 une thèse de doctorat intitulée Militer à l’ombre des catastrophes, portant sur la dimension catastrophiste de l’écologie politique et sur les perspectives démocratiques post-croissance. Ses travaux actuels concernent la théorie politique verte, les mobilisations écologistes et les politiques de conservation de la biodiversité.

15Mathilde Szuba est maître de conférences en sociologie politique à Sciences Po Lille, chercheure au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (Ceraps, université de Lille et CNRS, UMR 8026) et chercheure associée au Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques (Cetcopra, Paris 1). Elle a soutenu en 2014 une thèse intitulée Gouverner dans un monde fini et travaille aujourd’hui sur les implications politiques et sociales de la finitude des ressources et du dépassement des seuils écologiques. Elle enseigne la théorie politique verte et la sociologie politique à Sciences Po Lille, et y dirige le master développement soutenable.

16Daphné Vialan est diplômée de l’École supérieure des sciences économiques et sociales (ESSEC) et de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Après des études de commerce, puis de géographie et d’urbanisme, elle habite une communauté de l’Arche, Non-violence et spiritualité (fondée par Lanza del Vasto), où elle cherche à construire et faire connaître d’autres possibles.

17Bruno Villalba est professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives politiques et sociales (Ceraps, université de Lille et CNRS, UMR 8026). Il est membre du comité de rédaction de la revue La Pensée écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

18Le projet « Sobriétés » (2010-2014) à l’origine de cet ouvrage a connu un prolongement dans le cadre d’un programme de recherche intitulé « Scénarios régionaux de sobriété énergétique : trajectoires sociales et politiques » (2015-2017), porté par Bruno Villalba (AgroParisTech, Ceraps, UMR 7204), Mathieu Le Dû et Barbara Nicoloso (Virage-énergie Nord-Pas-de-Calais), et financé par le conseil régional Nord-Pas-de-Calais et l’Ademe.

Auteurs

Maître de conférences en science politique au Muséum national d’histoire naturelle, membre du Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO, CNRS-UMR 7204) et chercheur associé au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Il étudie la théorie politique environnementale et, à travers elle, la confrontation des démocraties modernes aux conséquences de la finitude écologique.

Professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Membre du comité de rédaction de la revue La Pensée Écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540