Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sobriété énergétique

 | 
Bruno Villalba
, 
Luc Semal

Bibliographie

Luc Semal et Bruno Villalba

Texte intégral

Bordage (Frédéric), 2015, « Quelle est l’empreinte environnementale du web ? », Greenit.fr. http://www.greenit.fr/article/materiel/quelle-est-l-empreinte-environnementale-du-web-5496 (consulté le 23 mars 2016).

Charbonneau (Bernard), 2010, Finis terrae, La Bauche, À plus d’un titre.

Dobson (Andrew), Semal (Luc), Szuba (Mathilde) & Petit (Olivier), 2014, « Andrew Dobson : Trajectories of Green Political Theory », Natures Sciences Sociétés, vol. 22, 2 : 132-141.

Gorz (André), 1978, Écologie et politique, Paris, Seuil.

Grenon (Michel), 1973, Ce monde affamé d’énergie, Paris, Robert Laffont.

Illich (Ivan), 1973, Énergie et équité, Paris, Seuil.

INSEE, 2015, INSEE résultats, 165, « Société ».

Kempf (Hervé), 2007, Comment les riches détruisent la planète, Paris, Seuil.

Lavenue (Jean-Jacques) & Villalba (Bruno) (dir.), 2011, Vidéo-surveillance et détection automatique des comportements anormaux. Enjeux techniques et politiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Rosanvallon (Pierre), 2011, La Société des égaux, Paris, Le Seuil.

Sahlins (Marshall), 1976, Âge de pierre, âge d’abondance. L’économie des sociétés primitives, Paris, Gallimard.

Serres (Michel), 1992, Le Contrat naturel, Paris, Flammarion.

Shove (Elizabeth), Chappells (Heather) & Lutzenhiser (Loren), 2010, Comfort in a Lower Carbon Society, London & New York, Routledge.

Veblen (Thorstein), 1979, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard.

Wilson (Edward O.), 2016, Half Earth : Our Planet’s Fight for Life, New York, Liveright.

Auteurs

Maître de conférences en science politique au Muséum national d’histoire naturelle, membre du Centre d’écologie et des sciences de la conservation (CESCO, CNRS-UMR 7204) et chercheur associé au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Il étudie la théorie politique environnementale et, à travers elle, la confrontation des démocraties modernes aux conséquences de la finitude écologique.

Professeur de science politique à AgroParisTech et membre du Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CNRS-UMR 8026). Membre du comité de rédaction de la revue La Pensée Écologique. Ses recherches portent sur la sociologie environnementale, notamment à partir d’une analyse de la capacité du système démocratique à reformuler son projet politique à partir des contraintes environnementales.

© Éditions Quæ, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540